Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 50 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : le Bon Samaritain
    Tableau : le Bon Samaritain Vernou-sur-Brenne
    Représentations :
    Le bon Samaritain premier plan, le Samaritain soigne le voyageur qui vient d'être attaqué par des brigands qui s'enfuient à l'arrière-plan à droite. A gauche de la scène centrale, deux hommes (le lévite et le prêtre), dont l'un arrière-plan, le Samaritain est représenté déposant l'homme blessé dans une auberge.
    Titre courant :
    Tableau : le Bon Samaritain
  • Autel secondaire Saint-Joseph (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, tabernacle) (cathédrale Saint-Louis)
    Autel secondaire Saint-Joseph (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, tabernacle) (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Matériaux :
    bois blanc taillé décor en demi relief
    Référence documentaire :
    Illus. en regard de la p. 54. DEVELLE, Edmond. Artisans blésois d'autrefois. Le mobilier des
    Description :
    Plâtre : retable ; bois blanc : reliefs du devant d' autel.
  • Brosse : demeure et ferme
    Brosse : demeure et ferme Lureuil - La Brosse - en village - Cadastre : 2015 A 580, 581, 582 1812 A 514 à 523
    Historique :
    Le fief de Brosse, selon A.-F. Aude (2015), est mentionné dès le 16e siècle. D'obédience poitevine , il a peut-être relevé de la seigneurie-commanderie de Lureuil sous l'Ancien Régime. Le terrier de , cellier, grange, étables, écuries, cour et (…) le tout renfermé de fossés (…)" (Archives départementales de l'Indre, H 616). Le lieu de la Brosse est représenté avec le symbole d’une gentilhommière sur la rectangulaire) sont portés sur le plan cadastral de 1812. Le manoir actuel, généralement appelé château de
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6066). postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6067). p.297 DE LA TREMBLAIS, M., DE LA VILLEGILLE, M., DE VORYS, J. Esquisses pittoresques sur le
    Description :
    ) en tuile plate (hormis le manoir couvert d’ardoises). Les murs sont très majoritairement en moellons de calcaire ; les accès principaux, tous en murs gouttereaux. Le manoir, orienté sud-ouest/nord-est ouverts sur la cour du manoir à l’ouest). Le logement, situé à l’extrémité nord du bâtiment sud-ouest, est nord-est. Le chemin qui mène à ce dernier est bordé de chaque côté par un long bassin étroit, fermant le côté nord-est de la propriété.
    Illustration :
    Le lieu-dit "La Brosse" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Un logis seigneurial et ses dépendances agricoles et domestiques sont portés sur le plan cadastral Vue du château depuis le sud-est. IVR24_20163600329NUC2A Vue du château depuis le nord-ouest. IVR24_20163600313NUC2A Vue de la partie orientale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600332NUC2A Vue de la partie orientale de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20163600320NUC2A Vue des granges depuis le sud-est. IVR24_20163600324NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le sud. IVR24_20163600328NUC2A Vue du logement et des écuries depuis le nord. IVR24_20163600322NUC2A Vue des étables depuis le nord-ouest. IVR24_20163600321NUC2A
  • Hôtel de voyageurs du Dauphin, actuellement immeuble (39 rue Villette-Gâté)
    Hôtel de voyageurs du Dauphin, actuellement immeuble (39 rue Villette-Gâté) Nogent-le-Rotrou - 39 rue Villette-Gâté - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    irrégularités de plan et le redoublement du mur pignon du bâtiment 1 posent néanmoins la question d’une origine plus ancienne. Le bâtiment était antérieurement composé d'un étage en moins sur la rue Villette Gâté forme et le nom qu’on lui connaît aujourd’hui. Durant le 20e siècle, il accueille un hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    Fol 7. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le 10 - Nogent-le-Rotrou. Hôtel du Dauphin et rue Charronnerie. Début 20e siècle. Impr. photoméc . Carte postale. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    -Gâté. Le même passage donne accès à une tour d’escalier dans-œuvre desservant les étages. Le bâtiment 1 comporte trois niveaux sur rue contre deux niveaux sur cour. Le pignon nord comporte encore un rampant en ). Le fronton est sculpté d’un monstre marin (dauphin) et de deux navires sur fond de mer démontée. Les (parfois délardées) dont le chambranle forme un bandeau. La séparation entre les deux cours est marquée par , portant sur des pilastres et un entablement. Le bâtiment 6 est quant à lui éclairé par des ouvertures à plates-bandes et en plein-cintre dont le chambranle forme un bandeau. Des abreuvoirs en pierre sont
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 39 rue Villette-Gâté - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 7. [...] Item dix huict deniers de cens audict jour sainct remy pour hautes au derriere cave greniers court et escuryes le tout joignant par le devant a ladicte rue de la rue suyvye de plusieurs bastiments le long de la dicte allee escuryes au bout chambres basses et hautes cave greniers court et jardin auquel y a un jeu de boulle couvert le tout en un tenant contenant concistant en un corps de logis et allee sur rue suyvye de plusieurs bastiments le long de la dicte allee couvert le tout en un tenant contenant dix neuf perches un quard joignant par devant a ladicte rue de la
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Calice
    Calice Le Boulay
    Représentations :
    Décor à motifs végétaux et floraux (sur le pied et sur le noeud), épis de blé et grappes de raisins (sur le pied). Instruments de la Passion : croix, couronne d'épines et clous (sur le pied).
    Description :
    . La coupe est vissée sur le pied.
    Localisation :
    Le Boulay
  • Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons
    Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons Argenvilliers - Bourg - 19 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 65 1992 G 8, 9 501
    Historique :
    filles en 1873. D'après les matrices cadastrales, en 1882, le bâtiment abrite sous un même toit deux maisons et une maison école. Le conseil municipal acquiert les deux maisons en 1883 et mandate l'agent
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Située dans le bourg face au presbytère, cette ancienne ferme devenue école de filles comprend trois bâtiments. Le bâtiment principal est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît éclairé
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20092800027NUCA
  • Chandelier pascal (cathédrale Saint-Louis)
    Chandelier pascal (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signé et daté sous le plateau du socle : Ticlet sculpteur à Blois/Babhouot menuisier/1806  ; inscription gravée sur le plateau supérieur : doré en 1823 (...).
    Description :
    bois peint en rouge sur le plateau du socle et le revers des éléments sculptés
    États conservations :
    Manque un élément sculpté sur le plateau du socle.
  • Ciboire n°2
    Ciboire n°2 Neuillé-le-Lierre
    Inscriptions & marques :
    Poinçons de garantie et de titre départements 1809-1819 sur le bord de la coupe et le bord du
    Représentations :
    Cordelette sur le pied et sur la collerette.
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Stalles
    Stalles Vernou-sur-Brenne
    Historique :
    Un devis, pour la réalisation de 17 stalles et d'une porte latérale dans le choeur, daté du 21
    Dimension :
    Dimensions des stalles situées à gauche dans le choeur.
  • Ciboire des malades n°3
    Ciboire des malades n°3 Auzouer-en-Touraine
    Représentations :
    Croix surmontant le couvercle.
  • Ciboire (n°2)
    Ciboire (n°2) Francueil - le bourg - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de titre et poinçon de moyenne garantie sur le bord de la coupe. Poinçon d'association des
    Description :
    Ciboire à pied circulaire, nœud ovoïde, coupe et couvercle sans décor. Le nœud et le pied
    Localisation :
    Francueil - le bourg - en village
  • Hôtel d'Alluye (8 rue Saint Honoré)
    Hôtel d'Alluye (8 rue Saint Honoré) Blois - 8 rue Saint Honoré - en ville - Cadastre : 1980 DN 94
    Texte libre :
    étaient en marbre blanc, matériau signalé implicitement par le devis : celui-ci stipule, en effet, qu'il de Jacques Coeur, à la bourgeoisie financière des notaires et secrétaires du roi. Sous le règne de de la République de Florence. Ses nombreuses relations avec le monde italien lui permettent édification entre 1500 et 1508, peu après le "logis neuf", tout comme les hôtels de Mayenne et Hurault de tentatives devaient échouer face à l'opposition d'un voisin plus modeste, le jurisconsulte Denis Dupont, qui entre le début du XVIIe siècle et le troisième quart du XIXe. Lors de la saisie des biens de la famille aujourd'hui comprise entre le 15 et le 25 rue Porte-Chartraine) fut séparée de la propriété (82). Au sud, le long de la rue Saint-Honoré, différents actes, plus récents, révèlent que le terrain s'étendait sur les des parcelles peu profondes longeant la rue. Le domaine foncier de Robertet, ainsi restitué, formait demeure surpassant par ses dimensions et par son luxe toutes les résidences contemporaines. Le vaste
  • Flohorie : ferme
    Flohorie : ferme Frazé - La Flohorie - isolé - Cadastre : 1813 B2 246, 248, 252 2016 B2 124
    Historique :
    La Flohorie est une ancienne seigneurie, attestée dès 1403. Elle est achetée le 11 mai 1490 par Florentin Girard, seigneur de Barenton, qui avait fait l'acquisition le 13 juillet 1486 de la seigneurie de figurant sur le plan des seigneuries de Frazé, La Ferrière, Le Châtellier et La Flohorie (datant du portée sur le linteau en bois de la porte charretière, accompagnée des initiales "VA" non identifiées ). Les autres bâtiments, encore présents en 1813 sur le plan cadastral, ont été détruits probablement au secondaire, aménagement des étables, modification des toitures dans le style néo-régionaliste normand (demi
    Observation :
    Atypique pour le Perche, la grange dispose de ouvertures en auvent. Dites "à porteau", ce type de grange est beaucoup plus courante vers le sud-est, notamment dans le Berry.
    Description :
    bâtiments répartis autour d'une cour ouverte : - Placé au nord de la ferme, le bâtiment principal abrite le d'une enduit à pierre vue (sauf pour la façade principale en enduit plein). - A l'ouest, le bâtiment
    Illustration :
    Bâtiment principal, vue générale depuis le sud. IVR24_20162801131NUCA Bâtiment principal, partie logis, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162801126NUCA Grange, vue de détail de la date portée 1816 sur le linteau de la porte charretière
  • Tableau ex-voto : les Derniers Sacrements, la Bonne Mort (cathédrale Saint-Louis)
    Tableau ex-voto : les Derniers Sacrements, la Bonne Mort (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Représentations :
    dressés un crucifix et deux chandeliers. Sur le seuil, on observe un suisse et deux porte dais. Dans le
    États conservations :
    En 1992, un vandale a découpé au cutter un rectangle de toile comprenant le détail des deux enfants . Cette dégradation a été réparée en 1994 par le restaurateur Marc Philippe qui a pratiqué une restitution
  • Statue : Christ en croix, dit Christ de Vauchevrier
    Statue : Christ en croix, dit Christ de Vauchevrier Château-Renault
    Historique :
    Christ placé à l'origine sur la croix de chemin de Vauchevrier. Profané en 1830, le Christ a depuis
    Référence documentaire :
    Bulletin paroissial de Auzouer et Neuillé-le-Lierre, juillet 1930.
    Annexe :
    de l'un d'eux, sa fin chrétienne. Chacun subit le supplice voulu par lui à l'image du Christ 1832 Récit de la profanation du Christ de Vauchevrier, dans le Bulletin paroissial d'Auzouer et Neuillé -le-Lierre de juillet 1930. "Le Christ de Vauchevrier Cette année amène le centenaire de la cérémonies ont eu lieu et auront encore lieu à Château-Renault. Il est bon de connaître exactement le fait de Vauchevrier, eurent l'idée sacrilège d'en détacher le Christ et de s'en faire un jouet. L'ayant arraché violemment, puis mutilé, ils mirent le comble à cette orgie d'impiété en délibérant sur son sort . L'un proposa de le faire écraser par les charrettes en le jetant sur la route, un autre de lui crever mettant la main à l'œuvre, attachait le Christ et lui adressait entre autres injures cet épouvantable enlever. Personne ne soupçonnait le rapport qu'il y avait entre la maladie et la mort de ces trois jeunes leur crime, les coupables avaient gardé le secret, et étaient restés inconnus. Mais la révélation du
  • Chalopinière : ferme
    Chalopinière : ferme Thiron-Gardais - La Chalopinière - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZM 28
    Historique :
    Cette ancienne ferme date - pour sa partie la plus ancienne, le logis - de la fin du 16e siècle propriétaire. Le plancher de l'étage (poutre maîtresse et solivage) date des années 1732-1733 (date d’abattage des arbres en automne-hiver 1731-1732). Pioeron de Mondésir est probablement le commanditaire des bâtiments d'exploitation (la grange, détruite après 1950, et le bâtiment secondaire). La charpente du comble du 19e siècle, deux nouvelles dépendances (une remise et une écurie) sont construites, encadrant le
    Observation :
    Le logis de cette ferme - tout à fait singulier car à étage avec une élévation en pan de bois architecturales de la classe paysanne du secteur. Le receveur de la régie du roi y a vécu, sans pour autant que le
    Description :
    ) : - Le bâtiment principal comprend trois corps de bâtiments alignés : une ancienne écurie, le logis et bâtiment. Le logis s'élève sur trois niveaux : le rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Placé à l'angle sud-est du logis, un escalier dans-oeuvre à vis en bois dessert ces trois niveaux. Le rez-de comme le montrent les marquages de charpentier au niveau des assemblages. Le cloisonnement en pan de pierre de taille calcaire, ainsi qu'une porte (celle de la garde-robe) de style Renaissance. Sous le pierres de grès. Les murs sont en moellons de silex et de grès, tout comme ceux de l'ancienne écurie. - Le à porcs en appentis sont placés contre le pignon ouest. Les murs sont en moellons de silex, de
    Illustration :
    Bâtiment principal, Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800381NUC2A Partie logis, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800382NUC2A Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20172800204NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20172800205NUCA Intérieur, vue de l'escalier à vis en bois depuis le comble. IVR24_20142800390NUC2A Bâtiment secondaire, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800392NUC2A
  • Coudray : ferme
    Coudray : ferme Cigogné - Le Coudray - en écart - Cadastre : 1823 A2 386 2010 ZO 33
    Historique :
    par dendrochronologie : pour le logis, des années 1822-23 ; pour la grange, de 1819. Le logis semble
    Description :
    Plusieurs corps de bâtiments déterminant une vaste cour fermée constituent la ferme du Coudray. Le premier bâtiment abrite un logis, une étable et une grange. Le comble à surcroît est desservi par une en plein cintre. L'étable possède un plafond en bouzillis et a conservé sa mangeoire. Le logis situé observe un toit à longs pans couvert en tuile plate sur le tout, à l'exception de l'appentis accolé au accolés, le tout couvert en ardoise. Un second hangar ferme la cour à l'est. En entrant dans la cour, à
    Localisation :
    Cigogné - Le Coudray - en écart - Cadastre : 1823 A2 386 2010 ZO 33
    Illustration :
    Vue d'ensemble d'un corps de bâtiment abritant le logis, l'étable, une grange et un hangar, le tout
  • Autel secondaire Sainte-anne (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, statue) (cathédrale Saint-Louis)
    Autel secondaire Sainte-anne (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, statue) (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur le socle de la statue : STA ANNA.
    Historique :
    La chapelle Sainte Anne a été aménagée après 1810 par le curé Mathurin Gallois (mort en 1817), puis
    Annexe :
    statue, la décoration ; le tout fourni par M. Gallois" [n'est pas mentionné dans l'inventaire du mobilier Saint-Louis de Blois (1827-1871) : 16 mai 1843 : Le chanoine Pacheran propose de faire restaurer à ses frais la chapelle Sainte-Anne. Le conseil "adopte le plan de la boiserie [et du confessionnal] qui devra harmoniser avec les travaux de ce genre déjà exécutés dans deux autre chapelles". 3 décembre 1844 : le
  • Autel secondaire Saint-gilles (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, tabernacle, statue) (cathédrale Saint-Louis)
    Autel secondaire Saint-gilles (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, tabernacle, statue) (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur le socle de la statue : Saint Gilles.
    Historique :
    travers les pilastres. En 1806, le curé Mathurin Gallois paie Prevel (entrepreneur en maçonnerie) et le sculpteur Ticlet pour la restauration du retable. Le nouvel autel exécuté par Ticlet a du être remplacé vers
  • Autel secondaire de la chapelle des malades (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, tabernacle) (cathédrale Saint-Louis)
    Autel secondaire de la chapelle des malades (autel, degré d'autel, 2 gradins d'autel, retable, tabernacle) (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Historique :
    Cet ensemble fait partie des autels édifiés au début du 19e siècle par le curé Mathurin Gallois
    Référence documentaire :
    Blois, archives diocésaines. 19 N 2 b. Inventaire 1817 ; 38°. Chapelle des Agonisants. L'autel, le p. 222. PORCHER R. Le peintre de Charlotte Corday. Revue de Loir-et-Cher, décembre 1901.
1 2 3 Suivant