Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 32 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tours : monument à Ronsard
    Tours : monument à Ronsard Tours - rue Robert Salengro - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    l'Occupation, il échappe à la destruction grâce à M. Henrion, conservateur du musée des Beaux-Arts de Tours. Le monument est l'oeuvre de Georges Delpérier. La maquette figure au Salon de 1912, le modèle grandeur nature est achevé l'année suivante. Cependant, en raison de la guerre, le monument n'est présenté qu'au Salon de 1924, puis inauguré le 24 novembre de la même année. Il est acquis par l'État à la demande du député d'Indre-et-Loire Camille Chautemps, afin d'être déposé directement à Tours. Pendant
    Référence documentaire :
    p. 257-264 CHAIGNE, Bernard. L’inauguration du monument de Ronsard, dans le jardin des Prébendes . Bulletin de la société archéologique de Touraine, tome XLI, année 1985, p. 257-264. JEANROY, Alfred. Inauguration du monument à Ronsard, érigé à Tours, le dimanche 17 novembre 1924
    Canton :
    Tours-Centre
    Représentations :
    homme de lettres
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Le monument, en pierre de Lens, est extrêmement orné : sur un bassin (récent) s'élève une fausse
    Localisation :
    Tours - rue Robert Salengro - en ville
    Titre courant :
    Tours : monument à Ronsard
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Prospectus présentant le comité pour l'érection à Tours d'un monument à Pierre de Ronsard, première page avec gravure du projet de Varenne et dernière page (Archives départementales d'Indre-et-Loire, T Prospectus présentant le comité pour l'érection à Tours d'un monument à Pierre de Ronsard, pages intermédiaires avec liste du comité d'honneur (Archives départementales d'Indre-et-Loire, T 1265 Vue générale du monument avec bassin de trois quarts gauche. IVR24_20123700975NUC4A Vue générale du monument de trois quarts droit. IVR24_20123700972NUC4A Vue générale de profil. IVR24_20123700971NUC4A Vue du socle et du buste de trois quarts gauche. IVR24_20123700973NUC4A Vue de trois quarts gauche du socle et du buste avec détail du bassin. IVR24_20123700976NUC4A Détail de la signature du sculpteur côté gauche. IVR24_20123700978NUC4A
  • Tours : monument au général Meusnier
    Tours : monument au général Meusnier Tours - rue Robert Salengro - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    par la ville de Tours en 1888. Un premier monument est réalisé et placé place de la Victoire. Lors de est acceptée, exécutée en marbre et toujours conservée in situ. Le plâtre de la deuxième version (finale) est conservée au musée des Beaux-Arts de Blois (Inv. 32.8.2).
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 1 M 412. Plan du banquet organisé dans les cours de la GELLY, Hubert. Un Tourangeau que l’on ne peut oublier : le Général Meusnier, 1754-1793. Bulletin de la société archéologique de Touraine, tome XL, 1984, p.1045-1074. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 1M 412. Liste des invités à la réception officielle du président du Conseil pour l'inauguration du monument au général Meusnier à Tours. 29 juillet 1888. préfecture pour l'inauguration du monument au général Meusnier à Tours. 29 juillet 1888.
    Canton :
    Tours-Centre
    Représentations :
    Le général Meusnier est représenté en buste. Le piédestal est orné de motifs géométriques (pointes de diamants, plates-bandes vides).
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Tours - rue Robert Salengro - en ville
    Titre courant :
    Tours : monument au général Meusnier
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    premier monument le 29 juillet 1888. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 M 412 Plan du banquet organisé dans les cours de la Préfecture pour l'inauguration du premier monument en 1888. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 M 412). IVR24_20123701133NUC4A Vue générale de trois quarts gauche. IVR24_20123700794NUC4A Vue de face. IVR24_20123700795NUC4A Détail de la base du socle côté ouest avec signatures du sculpteur et de l'architecte
  • Tours : groupe sculpté, Les Mystères douloureux
    Tours : groupe sculpté, Les Mystères douloureux Tours - rue François Clouet - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    au Salon la même année (n° 2786). Il est acheté par l'État et déposé l'année suivante à la ville de Tours. L'exécution d'un socle (par l'architecte Becq Rouyer) est entérinée par délibération du conseil municipal le 31 mai 1907. Le monument est inauguré en 1908.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Le groupe en marbre est posé sur un socle très bas en granit bleu des carrières de la Ronde (Deux -Sèvres) en pointe de diamant.
    Localisation :
    Tours - rue François Clouet - en ville
    Titre courant :
    Tours : groupe sculpté, Les Mystères douloureux
    États conservations :
    manquantes par le sculpteur Fulbert Dubois (modelages en glaise, plâtre, et marbre de Carrare).
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
  • Beauvais : château de Beauvais
    Beauvais : château de Beauvais Azay-sur-Cher - Beauvais - isolé - Cadastre : 2012 ZE 168
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    appartenait à l'abbaye Saint-Julien de Tours. Raoul de Beauvais est cité comme seigneur en 1234. Vers 1490 , inspecteur général des manufactures et pépinières royales de mûriers blancs de la généralité de Tours d'imprimer une plaquette de 36 pages donnant une liste précise des immeubles à vendre (Archives d'important travaux avec la construction de deux tours rondes sur la façade nord, la reprise des baies et des , Beauvais appartenait à Pierre l'Hermite, grand panetier de France mais on ignore quelle construction s'élevait alors sur ses terres. A partir de cette date, les propriétaires successifs sont connus (voir , également médecin, propriétaire de la grange de Puits d'Arcé à Azay. La première mention connue des , la Bonninière en 1770. A son décès le 14 août 1781, la liquidation de sa succession fut l'occasion de Beauvais. Le domaine est acquis en février 1791 par Dominique Clément de Ris, citoyen actif de architecte dont le nom est inconnu. L'essentiel du décor néo-gothique date de cette époque. Entre 1853 et
    Référence documentaire :
    Charles Guérin, 1892. 44 x 37 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J). Rohard architecte, 27 avril 1909. Calque. 27,4 x 36 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1897). . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1914). . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1895). . Béranger. 15 octobre 1893. Calque, non signé. 51 x 36 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours -chaussée, par Charles Guérin. Non daté. 54 x 41,6 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 . Échelle : 1/10. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1929). Cheminée : vue partielle de face et de profil. Non signé, non daté. 54 x 37,5 cm. (Archives Projet de salle à manger : cheminée. Charles Guérin, Tours, 18 mai 1897. Ech. : 0,05 par m. 54,5 x
    Représentations :
    partie de ces décors ont été réalisés à l’époque où Émile Gary était propriétaire, d’autres furent ajoutés ou remplacés à la demande de M. Béranger entre 1893 et 1911. C’est le cas de la travée centrale nord. De même, côté cour, le décor « troubadour » trouve sa pleine expression avec le petit page pensif situé sur le haut d’une souche de cheminée du pignon de l’aile ouest, ainsi qu’avec le joueur de mandoline qui l’accompagne. Ces motifs décoratifs s’harmonisent avec le reste de l’édifice mais, à cette date, sont en complet décalage avec les créations modernes de l’époque qui voit s’épanouir l’Art
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    , est encadré par deux ailes en retour d'équerre, aux angles cantonnées de deux tours rondes. Côté nord toit à longs pans sur le corps de logis et coniques sur les tours rondes sont couverts en ardoise. Une allée bordée de tilleuls conduit au château qui présente un plan asymétrique en U. Le corps de la travée centrale est encadrée de deux tourelles circulaires portées par des culs de lampes. La lucarne centrale est surmontée d’un fronton triangulaire orné de crochets et cantonnée de pinacles. Les
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [habitant célèbre] Clément de Ris [personnage célèbre] De Gaulle Charles
    Jardins :
    parterre de gazon
    Titre courant :
    Beauvais : château de Beauvais
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Dessin de deux pinacles, non signé, non daté. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 Projet de salle à manger : cheminée, par Charles Guérin, Tours, 18 mai 1897. (Archives Esquisse de lucarne, non signée non datée. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J topographiquement à six lignes pour cent toises, finie en 1770. (Amboise, Archives municipales -chaussée, par Charles Guérin. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J . Béranger. 15 octobre 1893. Non signé. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J . Modifications demandées par M. Béranger. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J Plan de l'aile ouest, soubassement. Charles Guérin, 12 octobre 1893. (Archives départementales Aile ouest : plan du rez-de-chaussée. Charles Guérin, 12 octobre 1893. (Archives départementales . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1909). IVR24_20133700058NUCA
  • Loches : statue d'Alfred de Vigny
    Loches : statue d'Alfred de Vigny Loches - place du marché-aux-fleurs
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    marque de fondeur gravé terrasse) - Dédicace : AU POETE ALFRED DE VIGNY SES ADMIRATEURS 1797-1863 (sur le , de face).
    Historique :
    premier projet en plâtre (Inv. SN/123bis) sont conservés au musée des Beaux-Arts de Tours. Une réplique en plâtre est conservée au musée municipal d'Art et d'Histoire de Pithiviers (Inv. 1681). La statue du poète et écrivain Alfred de Vigny (1797-1863) est commandée en 1908 à François Sicard par la Ville de Loches et inaugurée le 15 août 1909, place du palais de Justice. Elle est ensuite
    Référence documentaire :
    Plan : emplacement projeté de la statue d'Alfred de Vigny [à Loches]. (Archives départementales
    Représentations :
    homme de lettres Alfred de Vigny est représenté assis sur un rocher dans une attitude méditative, enveloppé dans un
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en bronze, posée sur un en pierre, est placée au centre d'un socle bas en forme de triangle équilatéral de près de neuf mètres de côté.
    Titre courant :
    Loches : statue d'Alfred de Vigny
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan montrant la localisation d'origine du monument. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, T Vue générale du monument, de trois quarts droite. IVR24_20143704002NUC4A Vue générale de trois quarts arrière. IVR24_20122801084NUC4A Vue de la statue du profil gauche. IVR24_20123701085NUC4A
  • Bourg : école (1438 rue de Chenonceaux)
    Bourg : école (1438 rue de Chenonceaux) Dierre - 1438 rue de Chenonceaux - en village - Cadastre : 2014 OE 620
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    En application de la loi Guizot du 28 juin 1833 sur l’enseignement, la commune de Dierre dépourvue d’école mixte et de logement d’instituteur. Le projet propose une classe unique séparée en deux parties sur les parcelles 620 et 621 de la section B du cadastre (vente Godeau-Percereau). En 1866, le conseil municipal vote la construction d’une école communale mixte qui doit être bâtie sur ce terrain. Les plans sont dressés par l’architecte Auguste Alizon. Les travaux sont achevés en février 1869. Un projet de l’école de garçons et de filles est proposé le 3 mars 1907 par Albin, architecte-voyer à Bléré
    Référence documentaire :
    1907. Échelle : 1/50e. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). voyer. Le 1er mars 1864. Échelle : 0,01 par m. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). Rallongement des classes de l'école communale. Dessins. Plan de la classe des filles et de la classe des garçons/par Alison, architecte, le 2 août 1890. (Archives départementales d'Indre-et-Loire , Tours, 2 O). École mixte de garçons et filles. Construction d'un préau couvert : coupe ; élévation. Le 3 mars Rallongement des classes de l'école communale. Dessins. Plan de la classe des filles et de la classe des garçons /par Alison, architecte, le 2 août 1890. Échelle : 1/100e. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). Projet d'école mixte et de logement d'instituteur : plans, coupes, élévation/par Alison, architecte
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La maison est construite en moellons de calcaire enduits. Elle est bâtie sur cave et possède un rez-de-chaussé et des baies à plate-bande horizontale à l'étage. La travée centrale de la façade antérieure, en pierre de taille, est traitée en légère saillie, elle est surmontée d'un fronton triangulaire . Les encadrements des baies sont en pierre de taille, de même que le cordon qui marque la séparation entre le rez-de-chaussée et l'étage ainsi que la corniche. Les souches de cheminée sont en brique. La salle de classe construite en rez-de-chaussée est accolée perpendiculairement au mur nord de la maison.
    Localisation :
    Dierre - 1438 rue de Chenonceaux - en village - Cadastre : 2014 OE 620
    Titre courant :
    Bourg : école (1438 rue de Chenonceaux)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    , architecte voyer. Le 1er mars 1864. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O . Plan de la classe des filles et de la classe des garçons. (Archives départementales d'Indre-et-Loire . Plan de la classe des filles et de la classe des garçons. (Archives départementales d'Indre-et-Loire 1907. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20133700213NUCA Projet d'école mixte et de logement d'instituteur : plans, coupes, élévation. Par Alison Rallongement des classes de l'école communale. Dessins. Par Alison, architecte, le 2 août 1890 , Tours, 2 O). IVR24_20133700212NUCA Rallongement des classes de l'école communale. Dessins. Par Alison, architecte, le 2 août 1890 , Tours, 2 O). IVR24_20133700211NUCA Ecole mixte de garçons et filles. Construction d'un préau couvert : coupe ; élévation. Le 3 mars
  • Bourg : monument aux morts (place du Souvenir-Français)
    Bourg : monument aux morts (place du Souvenir-Français) Vernou-sur-Brenne - place du Souvenir-Français - en ville - Cadastre : 2009 AN 352
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Le conseil municipal décide, en 1920, d'utiliser l'emplacement de l'ancien cimetière pour l'entreprise L. David de Tours, suite à un don effectué par un homme d'origine grec, M. Atanassiédès. Après plusieurs mois de protestation auprès du conseil municipal et du Préfet, Marcel Loyau obtient la remise en l'édification du monument aux morts pour la France et choisit Marcel Loyau, sculpteur à Tours, pour réaliser le monument. Le projet proposé par le sculpteur est approuvé le 14 février 1921, pour un montant de 23 000 francs avec la modification suivante : suppression du premier gradin de l'embase remplacé par un massif à gazon à arêtes de pierre ou de granit aux angles. Un projet de dallage est accepté par la municipalité en août 1922. En 1927, quatre bornes de pierres reliées par trois chaînes de fer sont installées par état originel du monument au nom de la propriété artistique.
    Référence documentaire :
    Sainte-Cécile de Tours, devant le monument aux morts de Vernou, vers 1931-1933. (Archives municipales de monument aux morts de Vernou, vers 1931-1933. (Archives municipales de Tours. 20 Z 18. Livre d'or de la Tours. 20 Z 18. Livre d'or de la chorale Sainte-Cécile, vol. 2, p 355). Photo du peintre-verrier Lux Fournier faisant un discours, en tant que président de la chorale Sainte-Cécile de Tours, devant le Plans et élévations, administration communale. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 270). Photo du peintre-verrier Lux Fournier faisant un discours, en tant que président de la chorale Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 270. Administration communale.
    Précision dénomination :
    monument aux morts de la guerre 1914-1918
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument se compose d'un obélisque placé au centre d'un dallage de pierres. Aux angles de ce des couronnes de mosaïques composées de lierre, chêne, laurier et palme symbolisant la Force, la bronze. Une plaque indiquant les noms des morts des guerres de 1914-1918, 1939-1945 et d'Indochine a été
    Annexe :
    Messieurs les Conseillers Municipaux, l'objet d'une constatation que j'ai faite sur le Monument aux Morts de trois chaines de fer, dont l'entreprise revient à Monsieur L. David à Tours (qui a signé le monument 1927 "Le Conseil Municipal dans la Séance du 14 Avril courant a décidé de maintenir les quatre bornes de retour des Etats-Unis, j'étais allé à Tours dans le but de vous demander audience. J'ai été reçu municipalité de Vernou au sujet des modifications qu'elle a faites sur le monument aux morts. Plusieurs lettres , aujourd'hui conservées aux archives départementales d'Indre-et-Loire (2 O 270), sont échangées entre le sculpteur, le maire et le préfet. En voici quelques extraits : - Lettre de Marcel Loyau au maire de Vernou du 11 mars 1927 "Monsieur le Maire, j'ai l'honneur de porter à votre connaissance et à celle de suis l'auteur, et qui consiste, comme vous le savez, en la pose de quatre bornes de pierre reliées par comme s'il en était l'auteur). J'ai le regret très vif de vous exprimer ma stupéfaction devant cet état
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    -Cécile de Tours, devant le monument aux morts de Vernou, vers 1931-1933 (Archives municpales de Tours, 20 Projet de monument aux morts. Plan et élévation, Marcel Loyau, 1921. (Archives Départementales Projet de monument aux morts. Élévation (détail de la face représentant l'Infanterie), Marcel Loyau , 1921. (Archives Départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 270). IVR24_20103702215NUC2A Projet de monument aux morts. Élévation (détail de la face représentant l'Aviation), Marcel Loyau , 1921. (Archives Départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 270). IVR24_20103702216NUC2A Projet de monument aux morts. Élévation (détail de la face représentant le Génie), Marcel Loyau , 1921. (Archives Départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 270). IVR24_20103702217NUC2A Le peintre-verrier Lux Fournier faisant un discous, en tant que président de la Chorale Sainte Vue d'ensemble de la face est et de la face nord. IVR24_20103700434NUC2A
  • Verrière : Apparition de Notre-Dame de Lourdes (baie 1)
    Verrière : Apparition de Notre-Dame de Lourdes (baie 1) Chançay
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    "J.P. Florence et Cie Tours 1902" (sur le panneau central) ; "1er octobre 1901" (au centre sur l'encadrement de la verrière) ; "Je suis l'Immaculée Conception" (autour de la tête de la Vierge).
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Florence à Tours. La partie inférieure du panneau central est ornée d'un blason aux armes du comte Barré de Cette verrière a été réalisée en 1901 et 1902 (panneau central) par l'atelier de Jean-Prosper Saint Venant, commanditaire de la verrière. A cette époque, il réside avec son épouse au château de Valmer, propriété de son beau-père M. Lefèvre. La verrière a été réclamée par le comte de Saint Venant à l'occasion de l'inventaire de 1906.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 V 106. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Chançay du 6 mars 1906.
    Représentations :
    Le panneau central représente l'Apparition de la Vierge à Bernadette Soubirous dans la grotte de Massabielle à Lourdes. La Vierge, entourée de lumière, est représentée les pieds nus surmontés d'une rose, les mains jointes et un chapelet autour de son bras droit. Bernadette Soubirous prie à genoux un chapelet dans les mains. Le panneau central est entouré de guirlandes de fleurs et de fruits. Blason : d'azur , au chevron d'argent accompagné en chef de deux mouchetures d'hermine d'argent et en pointe d'un
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Baie libre en plein cintre. Le motif central s'inscrit dans un médaillon entouré de guirlandes, se
    Auteur :
    [commanditaire] Barré de Saint Venant, comte de
    Emplacement dans l'édifice :
    mur ouest de l'avant-choeur
    Titre courant :
    Verrière : Apparition de Notre-Dame de Lourdes (baie 1)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail des armes de la famille Barré de Saint Venant. IVR24_20113700210NUC2A
  • Montpoupon : château de Montpoupon
    Montpoupon : château de Montpoupon Céré-la-Ronde - Montpoupon - en écart - Cadastre : 2010 OE 376
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    L'établissement d'une tribu germanique, les Poppo, au IXe siècle, serait à l'origine du nom de Monpoupon (Mons Poppo). Une charte de l'abbaye de Villeloin, datée de 1228, cite Montpoupon comme siège d'une châtellenie relevant de Montrichard et appartenant à Richard de Beaumont. On ne connaît pas la disposition de ce château primitif, mais la grosse tour cylindrique qui se dresse à l’angle nord-ouest de l’actuel corps de logis correspond au donjon. Celui-ci, élevé en moellons, au XIIIe ou au XIVe siècle sur une base peut-être plus ancienne, a été remanié au XVe siècle avec le percement de croisées. De cette époque date également le chemin de ronde dont les mâchicoulis en pierre de taille portent un décor de petits arceaux brisés. Vers 1320, Philippe de Prie était seigneur de Montpoupon : cette famille reste en possession du château jusqu'en 1650. Durant la guerre de Cent Ans la forteresse est incendiée et, vers 1460 , Antoine de Prie et Madeleine d'Amboise font relever la muraille d'enceinte. A l’occasion de travaux
    Référence documentaire :
    et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880. ). Reproduction d'une illustration à l'aquarelle. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours). BABELON, Jean-Pierre. Châteaux de France au siècle de la Renaissance. Flammarion : Picard, 1989. CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire p. 18-99 GARANDERIE, B. de la. Histoire généalogique de la maison de Prie. Bulletin de la Société archéologique de l'Orne, Tome XXXVIII, premier bulletin, janvier 1919. LA MOTTE SAINT-PIERRE, Solange de. Le château de Montpoupon (Indre-et-Loire). Vieilles maisons MEUNIER, Jean-Marie. Histoire étymologique du nom du château de Montpoupon. Corbigny : Sacré-Coeur VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de de France. La Touraine. Paris : F. Contet éditeur, 1928. Deux cents châteaux et gentilhommières d'Indre-et-Loire, Tours 1934/ Reillé, Karl (dessinateur
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le site est implanté au confluent de deux vallées déterminées par les ruisseaux de l’Aigremont et haute cour est précédée d'un châtelet d'entrée. Celui-ci est constitué d'une tour carrée en pierre de taille, à double porte charretière et piétonne, haute de deux étages et flanquée de deux tourelles d’angles aux toits coniques. En façade, deux croisées superposées sont ornées d’un décor de pilastres , chapiteaux et agrafes caractéristiques de la première Renaissance. Sous la première figurent les armes des De Prie «De gueules à trois tierces feuilles d’or», tandis que celle du comble est surmontée d’un fronton trapézoïdal orné d’un médaillon timbré d’un profil de chevalier. Côté nord, une tourelle d’angle polygonale hors-œuvre renferme l’escalier en vis qui dessert l’étage et le comble. L'angle nord-ouest de l’actuel corps de logis est cantonné d'une grosse tour cylindrique qui correspond au donjon de la forteresse primitive. Ce donjon, élevé en moellons, a été remanié au XVe siècle avec le percement de croisées
    Titre courant :
    Montpoupon : château de Montpoupon
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours). IVR24_19793700610Z Extrait du plan cadastral napoléonien, section F1, 1826. (Archives départementales d'Indre-et-Loire , Tours). IVR24_20093700331NUCA Plan du château de Montpoupon d'après une gravure antérieure à la Révolution, publiée dans : VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de France : la Touraine. Paris : F. Contet, 1928 Vue d'ensemble prise de l'ouest. IVR24_20083700481NUCA Détail de la partie supérieure de la grosse tour. IVR24_20083700479NUCA Le châtelet d'entrée et la tour sud. Vue prise de l'est. IVR24_20083700467NUCA Vue du châtelet d'entrée et de la tour d'enceinte, au sud-ouest. IVR24_20083700480NUCA Châtelet d'entrée : détail de la baie. IVR24_20083700469NUCA
  • Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    réalisés l'année suivante d'après les plans de Bernard Tulasne, architecte à Tours. La mairie est à cette municipal décide de transformer le presbytère, alors loué à un particulier, en mairie et de construire une école de garçons dans le jardin attenant. Des plans sont dressés par Lorion, architecte à Tours et les revendu par ce dernier à la commune en 1827. Malgré les travaux de restauration réalisés au cours du 19e époque installée dans le bâtiment accueillant l'école de garçons depuis 1863. En 1907, le conseil travaux sont attribués en août 1908 pour un montant total de 23 383,84 francs. L'édifice accueille
    Référence documentaire :
    Mairie, plans. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276. Administration communale. an XI Plans. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276. Administration communale. 1841-1889). Mairie, école, plans. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276. Administration communale Écoles. 1902-1914. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Administration communale. An XI-1840. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Administration communale. 1841-1889. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Administration communale. 1890-1901. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Affaires communales. 1889-1936. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Écoles. 1858-1900. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Écoles. 1902-1914.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire à étage carré et étage de comble, comprenant trois travées, construit en moellon enduit et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon et la corniche. L'étage de comble est éclairé au sud par trois lucarnes hautes, à frontons triangulaires, en pierre de taille.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Titre courant :
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction du nouveau presbytère. Élévation du presbytère, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Élévation des servitudes, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du rez-de-chaussée, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du premier étage, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du grenier, Tulasne, 1894. (Archives départementales Projet de construction du presbytère. Plan des servitudes, Tulasne, 1894. (Archives départementales Projet de construction du presbytère. Coupe, Tulasne, 1894. (Archives départementales d'Indre-et Projet d'aménagement de l'ancien presbytère en mairie. Élévation, Lorion, 1907. (Archives Projet d'aménagement de l'ancien presbytère en mairie. Plan, Lorion, 1907. (Archives Plan du presbytère (détruit), Pallu, 1825. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276
  • Claie : école de la Claie
    Claie : école de la Claie Azay-sur-Cher - La Claie - en écart - Cadastre : 2012 OF 264
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Le devis estimatif et les plans pour la construction d'une école mixte au hameau de la Claie en raison de son éloignement du bourg sont présentés par l'architecte Henri Prath le 10 août 1899 ; le devis . Une demande d'agrandissement d'une salle de classe est présentée au ministère de l'instruction
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O. Projet de construction d'une école mixte au hameau de la Claie. Par H. Prath architecte, le 10 août 1899.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    L'école comprend le logement de l'instituteur sur deux niveaux, et une salle de classe unique divisée en deux parties : filles et garçons. La parcelle en longueur est divisée, de manière à former deux également de "champ d'expérience". La maison et la salle de classe sont construites en moellons de calcaire enduits. Les angles sont harpés en pierre de taille. Les piédroits des baies sont en pierre de taille mais les plates-bandes légèrement cintrées sont en briques, posées sur la tranche. Un bandeau formé de briques inclinées posées sur la tranche sépare le rez-de-chaussée de l'étage et surmonte la porte de la salle de classe. Les souches de cheminée sont en brique. La maison et la classe sont couvertes chacune
    Titre courant :
    Claie : école de la Claie
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    1899. Plan du rez-de-chaussée. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O 1899. Élévation. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700042NUCA 1899. Plan du premier étage. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O Projet de construction d'une école mixte au hameau de la Claie. Par H. Prath architecte, le 10 août Projet de construction d'une école mixte au hameau de la Claie, par H. Prath architecte, le 10 août Projet de construction d'une école mixte au hameau de la Claie, par H. Prath architecte, le 10 août
  • Maisons et fermes de la commune de Luzillé
    Maisons et fermes de la commune de Luzillé Luzillé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, Série 2 O). Plan de situation d'une cave nouvellement construite au lieu-dit La Rabottière. Février 1910
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune de Luzillé
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, Série 2 O). IVR24_20103702026NUCA Pigeonnier aménagé en haut de la tourelle. IVR24_20093701222NUCA Maison, rue du Temple : lucarne avec piédroits accostés de volutes. IVR24_20093701225NUCA Maison dite le Chalet, rue de l'Eglise. IVR24_20103700714NUCA Le bourg. Rue de l'Eglise. IVR24_20093700573NUCA Plate-bande de la baie d'une maison du bourg portant la date 1896. IVR24_20093700576NUCA Ferme à l'angle de la rue Bretonneau et de la rue de la Mairie. Grange : façade sur cour Ferme à l'angle de la rue Bretonneau et de la rue de la Mairie. Pignon de la grange Ferme à l'angle de la rue Bretonneau et de la rue de la Mairie. Détail du pignon portant la date Maison en rez-de-chaussée avec comble à surcroît. IVR24_20103700704NUCA
  • Verrière : Notre-Dame de Lourdes (baie 5)
    Verrière : Notre-Dame de Lourdes (baie 5) Villedômer
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    "J. P. Florence Heinrich, Tours 1904, ND de Lourdes P. (riez) P. (our) N. (ous), don de Mme A.R".
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Verrière réalisée par l'atelier de Florence et Heinrich en 1904. Elle a remplacé une verrière réalisée un siècle plus tôt par Bardet, identique à celles de la nef. La donatrice n'a pu être identifiée.
    Référence documentaire :
    Archives paroissiales de Villedômer. Registre pour les délibérations du bureau de la fabrique de l'église de Villedômer.
    Représentations :
    Notre Dame de Lourdes.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrière composée de quatre panneaux superposés, maintenus par trois barlotières, dont le panneau
    Emplacement dans l'édifice :
    mur nord de la nef
    Titre courant :
    Verrière : Notre-Dame de Lourdes (baie 5)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : monument aux morts (place de Verdun)
    Bourg : monument aux morts (place de Verdun) Reugny - place de Verdun - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    En juillet 1920, le conseil municipal vote la somme de 6 000 francs, lance une souscription pour l'Hôtel de Ville. En octobre de la même année, le conseil municipal retient le projet proposé par le de la pyramide". Cependant le conseil municipal jugeant que "le coq qui couronne la pyramide est l'érection d'un monument aux morts pour la France et décide de retenir pour son emplacement la place de sculpteur Fontbonne pour un montant de 16 356 francs. Le 21 janvier 1921 le Préfet annonce à la municipalité que le projet a reçu un avis défavorable de la commission départementale chargée d'examiner les projets d'érection de monuments aux morts "en raison de l'aspect parfaitement inesthétique du couronnement
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). Reugny, monument aux morts. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 194 M4). Archives départementales d'Indre-et-Loire. E dépôt 194 M4. Monument aux Morts.
    Précision dénomination :
    monument aux morts de la guerre 1914-1918
    Représentations :
    croix de guerre . Les autres faces portent des palmes, des feuilles de chêne (symbole de force) et des lauriers (symbole de victoire). Le coq français, en pierre, perché sur un globe et écrasant un casque à pointe allemand
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est construit en pierre de Lavoux, en forme d'obélisque. Les quatre faces de la base portent les noms de seize batailles : Somme, Verdun, Marne, Champagne, Flandres, Aisne, Argonne, Alsace , Soissons, Reims, Arras, Péronne, Ourcq, Woeuvre, Artois, Yser. Les noms des morts des guerres de 1914-1918 et de 1939-1945 sont inscrits sur deux plaques de marbre. Le monument était à l'origine entouré de
    Localisation :
    Reugny - place de Verdun - en village
    Titre courant :
    Bourg : monument aux morts (place de Verdun)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet Loyau (non retenu), 1920. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 194 M4 Projet Fontbonne (non retenu), 1920. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 194 M4 Projet Fontbonne (réalisé), 1920. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 194 M4 Carte postale, 1920. Vue d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 194 M4 Carte postale, début 20e siècle. Vue d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi Carte postale, début 20e siècle. Vue d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi Vue de la face sud. IVR24_20123700251NUC2A Vue de la face ouest. IVR24_20123700257NUC2A Vue de la face est. IVR24_20123700253NUC2A Détail de la face sud. IVR24_20123700264NUC1A
  • Bourg : bureau de poste, actuellement maison (2 rue du Général de Gaulle)
    Bourg : bureau de poste, actuellement maison (2 rue du Général de Gaulle) Villedômer - 2 rue du Général de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 D 1737
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un devis estimatif pour la construction d'un bureau de poste est réalisé le 12 janvier 1911, pour un montant de 5 146,54 francs. Deux projets sont proposés et les plans sont dressés par G. Labadie , architecte à Tours. Le deuxième projet est retenu, et les travaux sont réceptionnés définitivement le 28 juin 1912. Le bureau de poste est adossé à l'ancien logement de l'instituteur, transformé en logement du receveur. Le bureau de poste est transféré en mars 2009, puis l'édifice est vendu comme maison d'habitation
    Référence documentaire :
    Plans, élévations, documents divers. (Archives communales de Villedômer). Cartes postales de Touraine : Villedômer. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 276). Archives communales de Villedômer. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Affaires communales. 1889-1936. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Administration communale. 1902-1940. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 2938. Registre présentant les augmentations et
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice est en rez-de-chaussée, construit en moellon enduit et pierre de taille (encadrements des
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Villedômer - 2 rue du Général de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 D 1737
    Titre courant :
    Bourg : bureau de poste, actuellement maison (2 rue du Général de Gaulle)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    ouest, projet n°1 (non réalisé), 1910. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700415NUC1A nord, projet n°1 (non réalisé), 1910. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700416NUC2A , projet n°1 (non réalisé), 1910. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700417NUC1A , projet n°1 (non réalisé), 1910. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700418NUC1A ouest, projet n°2, Labadie, 1911. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700359NUC1A nord, projet n°2, Labadie, 1911. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700360NUC1A , projet n°2, Labadie, 1911. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700361NUC1A , projet n°2, Labadie, 1911. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700362NUC1A , projet n°2, Labadie, 1911. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700363NUC1A °2, Labadie, 1911. (Archives communales de Villedômer). IVR24_20133700364NUC1A
  • Villandry : parc et jardin d'agrément du château
    Villandry : parc et jardin d'agrément du château Villandry - 3 rue Principale - en village - Cadastre : 2016 AI 123 ; 259 à 265 ; 267 ; 274 ; 355 à 356 ; 358
    Historique :
    En 1084, l’existence d’un château féodal appartenant à Geoffroy Le Roux, premier seigneur connu de Colombiers, ancien nom de Villandry, est attestée. Jean Le Breton, conseiller puis secrétaire de François Ier , témoin en 1189 du traité dit "la Paix de Colombiers" entre Henri II Plantagenêt d’Angleterre et le roi de France Philippe-Auguste. Ambassadeur à Rome, il y puise son inspiration pour créer un ensemble de jardins immédiate du château à la Renaissance. En 1754, le marquis Michel-Ange de Castellane, ambassadeur du roi et jardins et les abords sont également modifiés : le parc est agrandi, suite aux rachats de terres par le marquis en 1760, puis agencé dans un style régulier. Pièce d’eau en forme de miroir Louis XV, parterres , orangeries, terrasses et dépendances néoclassiques remplacent les parquets Renaissance. A compter de 1791 , plusieurs propriétaires se succèdent, dont Jérôme Bonaparte, frère cadet de Napoléon Ier, jusqu’à ce que le domaine revienne à la famille Hainguerlot. En 1808, le premier cadastre dévoile un ensemble de cours
    Parties constituantes non étudiées :
    canal de jardin pavillon de jardin terrain de jeu
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de 1808, section A1. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P 6NUM10/272 . 1932. Échelle 1 :500. (Archives du château de Villandry). CARVALLO, Henri. Le Château de Villandry et ses Jardins. Blois : Éditions Valoire-Estel, 2006. CLAVREUL, Denis. Les Jardins de Villandry. Paris : Gallimard, 2005. (Carrés de jardins). château de Villandry. APJRC. septembre 2007. [dossier]. LUCINGE, Françoise de. Premier Inventaire pour l’Association des parcs et jardins en région Centre : Villandry, Jardins du château de Villandry. Union Régionale des CAUE du Loir-et-Cher. Janvier 1993. [dossier]. NOURRY, Louis-Michel. Les Jardins de Villandry, la nature mise en ordre. Paris : Belin-Herscher p. 160-164 RACINE, Michel (dir.). Créateurs de jardins et de paysages en France de la Renaissance
    Canton :
    Joué-lès-Tours-Sud
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire
    Observation :
    Les jardins de Villandry possèdent le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Les jardins se sont également vu attribuer le label "Architecture contemporaine remarquable" pour leur style, que l'on peut qualifier de « néo-renaissance », et qui témoigne de la survivance de ce mouvement historiciste dans les années 1910. Créé en 2016, ce label est également décerné par le ministère de la Culture.
    Précisions sur la protection :
    Les façades et toitures du bâtiment du concierge, des communs, de la basse-cour et des deux pavillons du 18ème siècle encadrant l'entrée du château, les façades et toitures du pavillon de l'Audience
    Jardins :
    bois de jardin labyrinthe de jardin parterre de carrés
    Auteur :
    [paysagiste, peintre] de Winthuysen Javier
    Description :
    D’une superficie de 6 ha, les jardins de Villandry sont entièrement clos par un mur d’enceinte et . Deux mails plantés de tilleuls ménagent des promenades en hauteur pour observer les jardins et le des autres. Une galerie recouverte de vigne surplombe en partie le potager et le sépare des jardins d’ornement aménagés sur la deuxième terrasse. Cet ensemble comprend le jardin d’Amour, le jardin de Musique les différents états de l’amour : passionné, adultère, tragique et tendre. Le jardin de Musique domine le potager et s’organise en trois carrés ornés d’une fontaine carrée au centre. De hauts buis taillés s’ordonne en trois cercles de taille croissante, coupés par un axe médian fédérateur, regroupant des plantes aromatiques, condimentaires et médicinales. Un labyrinthe de charmille copié sur un modèle de la Renaissance les autres jardins. Elle est divisée en trois espaces comprenant une aire de jeux et le jardin du Soleil dessiné par Louis Benech. En contrebas de la prairie, s’étend le jardin d’Eau. De part et d’autre
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Appellations :
    Jardins du château de Villandry
    Illustration :
    Cadastre de 1808, commune de Villandry, section A1. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 6 Plan des jardins de Joachim Carvallo en 1932 par S. Blanchet. (Archives privées du château Vue ancienne du château à la fin du 19ème siècle. (Archives privées du château Vue de volume prise du sud-ouest, avant les restaurations entreprises par Joachim Carvallo. Noter le jardin paysager, les baies 18ème siècle et la terrasse le long de la façade. IVR24_19933700128P Vue aérienne détaillant le plan des aménagements paysagers et architecturaux du château de Villandry (orthophotographie extraite en 2020 du Géo-portail de l'IGN). IVR24_20193700529NUDA Vue aérienne des jardins de Villandry, orthophotographie en 2014 du Géo-portail de l'IGN Le jardin d'ornement, mur de la terrasse orientale : vestige d'une fontaine adossée en 1974 Détail du "Jardin d'Amour" ou "premier salon" : buis taillés en forme de croix de Malte. 1995
  • Bourg : poste, actuellement bibliothèque (2 place de la  Poste)
    Bourg : poste, actuellement bibliothèque (2 place de la Poste) Courçay - 2 place de la Poste - en village - Cadastre : 2019 C2 1049
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Un bâtiment comprenant un bureau de poste et le logement du facteur-receveur est construit selon les plans dressé en 1905 par l'architecte-voyer [Albin ? Gillin ?] chargé de la direction des travaux François Rateau. En janvier 1821, un puits est creusé dans la cour du bureau de poste et le 23 septembre de gauche de l'entrée de la mairie.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 85-37. Construction d'un bâtiment destiné à l'installation d'un bureau de poste : Devis et cahier des charges, bordereau des prix, détail estimatif.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment est construit en moellons montés à la chaux hydraulique sur un soubassement de pierre dure de 40 cm de haut environ. La pierre de taille dure, les appuis de fenêtre du rez-de-chaussée et les marches proviennent de carrières situées sur la commune voisine d'Athée-sur-Cher (La Gâche ou Martigne). La pierre de taille tendre provient de Loches, et la brique des fours de Monnaie (Indre-et-Loire les encadrements des baies sont harpés en brique et en pierre de taille de tufeau. Toutes les ouvertures sont orientées au sud. Le rez-de-chaussée, comme l'étage, comprend deux pièces séparées par un couloir et desservies par un escalier droit. Les planchers ont été prévus en poutrelles de fer aciéré à double "T" reliées par un hourdis en mâchefer et ciment. La charpente métallique (non vue lors de l'enquête faute d'accès) a été conçue avec deux fermes de type Polonceau et chevrons en sapin du nord. Une cave est creusée côté nord, desservie par un escalier extérieur. Au moment de sa construction la façade
    Localisation :
    Courçay - 2 place de la Poste - en village - Cadastre : 2019 C2 1049
    Titre courant :
    Bourg : poste, actuellement bibliothèque (2 place de la Poste)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    facteur-receveur. Plan d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O facteur-receveur : élévation de la façade côté de la rue. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Construction d'un bâtiment destiné à l'installation d'un bureau de poste et d'un logement de Construction d'un bâtiment destiné à l'installation d'un bureau de poste et d'un logement de , Tours, 2 O). IVR24_20123700023NUCA Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20123701832NUCA
  • Bourg : maison, ancien logement de l'institutrice (5 rue Jean-Moulin)
    Bourg : maison, ancien logement de l'institutrice (5 rue Jean-Moulin) Villedômer - 5 rue Jean-Moulin - en village - Cadastre : 2012 D 470
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    1887, proposé par Labadie, architecte à Tours, est approuvé en 1911. Les travaux sont réceptionnés définitivement le 23 novembre 1913. Le logement de l'institutrice est aujourd'hui une habitation privée.
    Référence documentaire :
    Écoles. 1902-1914. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 276. Écoles. 1902-1914.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice est de plan rectangulaire, à étage carré construit en moellon enduit, couvert d'un toit à pierre de taille. Un cordon en brique matérialise la séparation entre le rez-de-chaussée et l'étage. Une corniche en pierre de taille couronne l'édifice.
    Titre courant :
    Bourg : maison, ancien logement de l'institutrice (5 rue Jean-Moulin)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de logement de l'institutrice. Élévation de la façade ouest, Labadie, 1911. (Archives Projet de construction d'un logement de l'institutrice. Plans du rez-de-chaussée, du premier étage et coupe transversale, Labadie, 1911. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276 Projet de construction d'un logement de l'institutrice. Élévation de la façade sud, Labadie, 1911 . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 276). IVR24_20133700406NUC2A
  • Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle)
    Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle) Luzillé - rue du Général de Gaulle - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    En délibération du conseil municipal du 30 mai 1920 est abordée la question de l'érection d'un , professeur à l'école des Beaux-Arts de Tours. Le monument doit être dressé sur la place du mail et exécuté en monument aux morts dans le cimetière, alors situé au sud de la place du bourg. En 1922, la commande d'un monument à la mémoire des enfants de Luzillé morts pour la patrie est passée au sculpteur Médéric Bruno noms étant devenus illisibles à cause du salpêtre, la commune a fait entourer le socle de trois plaques de marbre. Médéric Bruno est également l'auteur du monument aux morts de Château-Renault.
    Référence documentaire :
    p. 175-178 DEROUET, James. Luzillé, village de Touraine. s.l. : s.d. [ouvrage édité à compte Keil, Laurianne, Simon, Christophe. Mémoire de pierres. Les monuments aux morts de la Grande Guerre de Recherches Historiques du Septentrion Université de Lille 3 BP 60149 59653 Villeneuve d'Ascq Cedex
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Monument en pierre comprenant un socle cubique, porté par deux degrés et supportant une statue de
    Localisation :
    Luzillé - rue du Général de Gaulle - en village
    Titre courant :
    Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Ville :  abattoir, actuellement local communal (place des Tilleuls)
    Ville : abattoir, actuellement local communal (place des Tilleuls) Château-Renault - place des Tilleuls - en ville - Cadastre : 2014 AN 179
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    municipal fait dresser des plans par Meffre, architecte à Tours. L'emplacement choisi est refusé par la conseil municipal résilie le traité. Une autre société concessionnaire de l'abattoir de Mer (Loir-et-Cher Le premier projet d'édification d'un abattoir municipal remonte à 1866, date à laquelle le conseil de France propose à la commune de construire l'établissement à ses frais, moyennant le droit de l'exploiter à son profit pendant un délai de cinquante ans. Un traité est rédigé, et un devis est dressé en 1882, mais deux ans plus tard la société se déclare dans l'impossibilité de tenir ses engagements et le ) se propose ensuite pour construire celui de Château-Renault, mais se retire également. La commune plans par Prath, architecte à Tours, mais le projet n'aboutit toujours pas. Un nouveau projet est proposé par Morel, architecte à Tours, en 1907, comprenant notamment un bâtiment pour le concierge, des 318,99 francs. Les travaux de maçonnerie sont exécutés par A. Pellé, entrepreneur à Blois, entre le 1er
    Référence documentaire :
    Abattoir. (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). Archives municipales de Château-Renault. 1 M 5. Abattoir. 1882-1925. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 52). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 63 52. Abattoir. 1882-1925.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Il s'agit d'un édifice en rez-de-chaussée, composé d’un pavillon central et de deux ailes rectangulaires, construit en moellon crépi et pierre de taille, et couvert de toits à longs pans en tuile
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Pellé
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    ). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703561NUCA réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703564NUCA (projet non réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703568NUCA réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703565NUCA (projet non réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703566NUCA octobre 1866 (projet non réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703567NUCA , le 31 octobre 1866 (projet non réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5 octobre 1866 (projet non réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703570NUCA non réalisé). (Archives municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703563NUCA municipales de Château-Renault, 1 M 5). IVR24_20143703562NUCA