Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 19 sur 19 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : moulin
    Bourg : moulin Courçay - Bourg - en village - Cadastre : 1826 E1 313-314 2019 E1 1779
    Historique :
    date, le Chapitre de l'abbaye Saint-Martin de Tours en est propriétaire et se charge de le faire
    Référence documentaire :
    . Joué-les-Tours : La Simarre, [ca 2001] . 125 p.
    Illustration :
    , Tours, 3 P). IVR24_20193700642NUCA départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 3 P). IVR24_20123700200NUCA
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes) Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Historique :
    Maison, dite "les Osiers", construite en 1905. Les lettres "S" et "M" entrelacées figurant sur la
    Représentations :
    La façade sur rue, associant moellon, pierre de taille et brique, joue sur l'alternance de ces , avec les lettres S et M entrelacées, surmontés d'une tête de lion, accompagnés de fruits et de fleurs
    Description :
    les quatre chaînes d'angle sont en pierre. Le pignon sud, sur rue, associant moellon, pierre de taille et brique a fait l'objet d'un décor particulier, jouant sur les alternances de ces trois matériaux et entre le rez-de-chaussée et les étages. Le pignon sud et le gouttereau est reposent sur des compositions
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes)
    Appellations :
    les Osiers
  • Beauvais : château de Beauvais
    Beauvais : château de Beauvais Azay-sur-Cher - Beauvais - isolé - Cadastre : 2012 ZE 168
    Historique :
    appartenait à l'abbaye Saint-Julien de Tours. Raoul de Beauvais est cité comme seigneur en 1234. Vers 1490 s'élevait alors sur ses terres. A partir de cette date, les propriétaires successifs sont connus (voir bâtiments ne date que du 18e siècle. On sait que le château a été remanié entre 1765 et 1786 et les communs , inspecteur général des manufactures et pépinières royales de mûriers blancs de la généralité de Tours départementales d'Indre-et-Loire, IJ 306) : les articles 2 à 181 décrivent toutes les composantes du domaine rural d'important travaux avec la construction de deux tours rondes sur la façade nord, la reprise des baies et des . Il fait redessiner le parc par le paysagiste Édouard André en 1869. A cette occasion, les deux . Entre 1893 et 1911 les modifications essentielles résident dans la transformation d’une croupe en pignon date la création de la grande croisée qui surmonte les deux demi-croisées du rez-de-chaussée. Le pignon aile méridionale des communs a été doublée vers 1810 pour abriter une orangerie. De nos jours, les
    Référence documentaire :
    Charles Guérin, 1892. 44 x 37 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J). Rohard architecte, 27 avril 1909. Calque. 27,4 x 36 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours -et-Loire, Tours, 29 J). . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1897). . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1914). , Tours, 29 J). . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1895). . Béranger. 15 octobre 1893. Calque, non signé. 51 x 36 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours -chaussée, par Charles Guérin. Non daté. 54 x 41,6 cm. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 , Tours, 29 J).
    Représentations :
    date, sont en complet décalage avec les créations modernes de l’époque qui voit s’épanouir l’Art
    Description :
    toit à longs pans sur le corps de logis et coniques sur les tours rondes sont couverts en ardoise. , est encadré par deux ailes en retour d'équerre, aux angles cantonnées de deux tours rondes. Côté nord lucarne centrale est surmontée d’un fronton triangulaire orné de crochets et cantonnée de pinacles. Les
    Illustration :
    , Tours, 3 P). IVR24_20123700173NUCA , Tours, 29 J). IVR24_20133700047NUCA -chaussée, par Charles Guérin. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J . Béranger. 15 octobre 1893. Non signé. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J . Modifications demandées par M. Béranger. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1895). IVR24_20133700050NUCA d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1896). IVR24_20133700052NUCA d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1897). IVR24_20133700053NUCA . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J 1909). IVR24_20133700058NUCA départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 29 J). IVR24_20133700059NUCA
  • Prinçais : château
    Prinçais : château Tournon-Saint-Martin - Prinçais - isolé - Cadastre : 2013 C 1197, 1198, 1205, 1206, 1207, 1613
    Historique :
    -Poitou (obédience poitevine). Les "fief de Prinçay" et de "Royan de Prinçay" figurent dans les aveux et de long sur 9 m de large, selon les estimations de M. Plaux. Il était doté d'une tour à chacun de ses de portes, des meurtrières de tours ainsi qu'une cheminée ont été ôtés et équipent aujourd'hui des jouxtait le château au sud-ouest a été habitée jusque dans les années 1920.
    Référence documentaire :
    PLAUX, Michel. Les grandes dates de l'histoire Tournonaise, les fiefs tournonais. Bulletin
    Description :
    trois tours (certaines culminant à plus de cinq mètres de haut). Au sud-ouest, se trouvent les vestiges Les vestiges de l'ancien château de Prinçais et de ses dépendances (grange, étable, écurie , colombier, four, mare, puits) sont aujourd'hui envahis par la végétation. On distingue encore les ruines de d'une habitation plus récente (19e siècle), accolée au château (et occupée jusque dans les années 1920
    Illustration :
    Vestiges des tours nord-ouest du château. IVR24_20133601264NUC2A
  • Bourg : mairie, école (rue du Commerce)
    Bourg : mairie, école (rue du Commerce) Courçay - rue du Commerce - en village - Cadastre : 2019 C1 1048 ; 2383
    Historique :
    L'architecte Paul Raffet propose le 26 mars 1878 les plans d'une mairie-bibliothèque-école pour
    Description :
    triangulaire, en légère saillie par rapport aux ailes latérales construites en moellons enduits. Les façades de gauche) et celle des filles (à droite) sont rythmées chacune par trois travées. Les salles de classe sont
    Illustration :
    d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700024NUCA départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700025NUCA départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700026NUCA . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700027NUCA départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700028NUCA Plan général de Courçay où les nouveaux bâtiments sont teintés en rouge. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700029NUCA Projet de deux maisons d'école. Plan général du rez-de-chaussée. Dressé à Tours le 26 mars 1878 par Paul Raffet, architecte. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700030NUCA Projet de deux maisons d'école. Plan général du rez-de-chaussée. Dressé à Tours le 26 mars 1878 par
  • Bonnelière : maison forte et ferme
    Bonnelière : maison forte et ferme Néons-sur-Creuse - La Bonnelière - isolé - Cadastre : 2015 B 154 1812 B 1104, 1105
    Historique :
    relevait de la baronnie d'Angles, et passe au cours des siècles entre les mains de plusieurs familles : du dans la ferme ou collectés lors de prospections pédestres menées dans les parcelles agricoles alentours indique que les lieux ont été investis durablement par l'homme (Benarrous 2012). La Bonnelière et ses
    Référence documentaire :
    TIERCELIN, Arnaud. Les châssis de fenêtres du 15e au 18e siècle. (Étude n°36001 : Néons-sur-Creuse
    Description :
    toits à pignons couverts (hormis les tours de la maison forte). Les accès sont en murs gouttereaux. Le l’élévation ouest. Il est en rez-de-chaussée surélevé tandis que les tours d’angles possèdent un étage carré comprend également un fournil et un toit à porcs-poulailler. Les bâtiments sont partiellement enduits et à corps principal de bâtiment, orienté sud-ouest/nord-est, est flanqué de deux tours carrées de part et (ou en surcroît). La toiture est, à pignons couverts, en tuile plate ; celles des tours, en pavillon du toit. Un écusson est gravé sur son linteau. Les murs sont percés de nombreuses meurtrières (à -fausse- rotule, archères simples et canonnières) tant en rez-de-chaussée qu’à l’étage des tours ou au les murs de refend. La maison compte plusieurs cheminées adossées aux murs-pignons. Elles sont à
  • Bourg : école (4 rue Pasteur)
    Bourg : école (4 rue Pasteur) Villedômer - 4 rue Pasteur - en village - Cadastre : 2012 D 513, 1568
    Historique :
    de garçons dans le jardin attenant. Des plans sont dressés par Lorion, architecte à Tours, et les montant total de 23 383,84 francs. En 1960, Henry Lhéritier de Chézelle, architecte à Tours, dresse les de Tours (charpente, couverture) et Pré de Villedômer (menuiserie, serrurerie, peinture) pour un
    Description :
    moellon enduit couvert d'un toit à longs pans et à croupes en ardoise. L'encadrement des baies et les
  • Montpoupon : château de Montpoupon
    Montpoupon : château de Montpoupon Céré-la-Ronde - Montpoupon - en écart - Cadastre : 2010 OE 376
    Historique :
    L'établissement d'une tribu germanique, les Poppo, au IXe siècle, serait à l'origine du nom de époque date également le chemin de ronde dont les mâchicoulis en pierre de taille portent un décor de . Les Prie, fidèles aux Valois, reçoivent des charges importantes, notamment Aymar de Prie, grand maître Montpoupon comprend à cette époque 420 ha d'un seul tenant. Les Tristan font démolir la tour d'escalier en vis du corps de logis, modifient les fenêtres à meneaux et font installer des plafonds sous les tour d’angle. Les murs d'enceinte, vraisemblablement démantelés à la Révolution, ont été partiellement remontés au XIXe siècle, tels qu'on les voit de nos jours. Le 8 octobre 1836, Lancelot Granier de Farville châtelet d'entrée et fait construire les grands communs actuels, qui englobent un colombier préexistant . En 1857, les anciens bâtiments de la basse-cour sont démolis lors de l'acquisition de Montpoupon par
    Référence documentaire :
    et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880. VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de de France. La Touraine. Paris : F. Contet éditeur, 1928. Deux cents châteaux et gentilhommières d'Indre-et-Loire, Tours 1934/ Reillé, Karl (dessinateur ). Reproduction d'une illustration à l'aquarelle. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours). , Jules. Les anciens châteaux de France : la Touraine. Paris : F. Contet, 1928.
    Description :
    Le site est implanté au confluent de deux vallées déterminées par les ruisseaux de l’Aigremont et , chapiteaux et agrafes caractéristiques de la première Renaissance. Sous la première figurent les armes des et est couronné par un chemin de ronde dont les mâchicoulis en pierre de taille portent un décor de partent les vestiges des murs qui la reliaient au châtelet et au logis. Dans la cour, le puits provient
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20093700331NUCA : VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de France : la Touraine. Paris : F. Contet, 1928 Vue d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours). IVR24_19793700610Z Les communs et la partie supérieure du pigeonnier, vue prise du sud-ouest. IVR24_20083700466NUCA
  • Demeure (10-12 rue Saint-Jean)
    Demeure (10-12 rue Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - 10-12 rue Saint-Jean - en ville
    Historique :
    face nord). La même hypothèse peut être formulée pour les bâtiments 3 et 4 avec leur toiture en s’agissait du logis. La cheminée et le four du bâtiment 3 et sa proximité avec la cour et les caves, invitent à restituer une cuisine. Enfin la lucarne passante du bâtiment 5 et les portes charretières du
    Description :
    des décharges. Les tours d’angles sont éclairées par de petits jours et sont surmontées de toits derrière une cour avant. Le côté nord de ce dernier est accoté à l’ouest et à l’est par des tours semi ouest au contact d’un escalier desservant la cave et les combles des bâtiments 1, 2 et 3. Les caves du les consoles en quart-de-rond reposent sur des piédroits, et d’un four dont le cœur forme une petite coniques. Les bâtiments 3 et 4 sont couverts de toits en pavillons. Le bâtiment 5 est ouvert à la fois sur ), l’autre sur la rue (bouchée). Les bâtiments 5 et 6 sont couverts d’un toit à deux versants tandis que le
  • Bourg : maison, ancien logement de l'institutrice (5 rue Jean-Moulin)
    Bourg : maison, ancien logement de l'institutrice (5 rue Jean-Moulin) Villedômer - 5 rue Jean-Moulin - en village - Cadastre : 2012 D 470
    Historique :
    1887, proposé par Labadie, architecte à Tours, est approuvé en 1911. Les travaux sont réceptionnés
    Description :
    longs pans et croupes en ardoise. Les chaînes d'angles et l'encadrement des baies sont en brique et
  • Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Historique :
    réalisés l'année suivante d'après les plans de Bernard Tulasne, architecte à Tours. La mairie est à cette école de garçons dans le jardin attenant. Des plans sont dressés par Lorion, architecte à Tours et les revendu par ce dernier à la commune en 1827. Malgré les travaux de restauration réalisés au cours du 19e municipalité prévoit la démolition du bâtiment et la construction d'un nouveau presbytère. Les travaux sont
    Description :
    utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon et la corniche. L'étage de comble
  • Bourg : monument aux morts (place du Souvenir-Français)
    Bourg : monument aux morts (place du Souvenir-Français) Vernou-sur-Brenne - place du Souvenir-Français - en ville - Cadastre : 2009 AN 352
    Historique :
    l'édification du monument aux morts pour la France et choisit Marcel Loyau, sculpteur à Tours, pour réaliser le l'entreprise L. David de Tours, suite à un don effectué par un homme d'origine grec, M. Atanassiédès. Après
    Référence documentaire :
    Sainte-Cécile de Tours, devant le monument aux morts de Vernou, vers 1931-1933. (Archives municipales de Tours. 20 Z 18. Livre d'or de la chorale Sainte-Cécile, vol. 2, p 355). Photo du peintre-verrier Lux Fournier faisant un discours, en tant que président de la chorale Sainte-Cécile de Tours, devant le monument aux morts de Vernou, vers 1931-1933. (Archives municipales de Tours. 20 Z 18. Livre d'or de la
    Représentations :
    Les bas-reliefs représentent : l'Infanterie, l'Artillerie, le Génie et l'Aviation.
    Description :
    bronze. Une plaque indiquant les noms des morts des guerres de 1914-1918, 1939-1945 et d'Indochine a été
    Annexe :
    Messieurs les Conseillers Municipaux, l'objet d'une constatation que j'ai faite sur le Monument aux Morts de trois chaines de fer, dont l'entreprise revient à Monsieur L. David à Tours (qui a signé le monument le Maire, je veux saisir l'occasion de vous écrire pour vous expliquer les causes qui motivent la armes dans les synthèses exprimant l'Infanterie, l'Artillerie, le Génie et l'Aviation. Le dallage, sorte couronnes faites pour les contenir, les grands noms historiques des principales batailles où nos Chers Camarades sont morts. C'est là, même, à l'emplacement de ces noms sacrés, que l'on est venu poser les bornes je viens vous prier d'enlever les bornes qui ont été posées, je viens aussi me mettre à votre 1927 "Le Conseil Municipal dans la Séance du 14 Avril courant a décidé de maintenir les quatre bornes de retour des Etats-Unis, j'étais allé à Tours dans le but de vous demander audience. J'ai été reçu -Brenne, pour qu'elle fasse enlever cette année même les bornes en question. Je me mettrais volontiers à
    Illustration :
    -Cécile de Tours, devant le monument aux morts de Vernou, vers 1931-1933 (Archives municpales de Tours, 20
  • Ville :  abattoir, actuellement local communal (place des Tilleuls)
    Ville : abattoir, actuellement local communal (place des Tilleuls) Château-Renault - place des Tilleuls - en ville - Cadastre : 2014 AN 179
    Historique :
    municipal fait dresser des plans par Meffre, architecte à Tours. L'emplacement choisi est refusé par la plans par Prath, architecte à Tours, mais le projet n'aboutit toujours pas. Un nouveau projet est proposé par Morel, architecte à Tours, en 1907, comprenant notamment un bâtiment pour le concierge, des écuries, des remises, une boucherie, une charcuterie et des réservoirs. Les travaux sont estimés à 61 318,99 francs. Les travaux de maçonnerie sont exécutés par A. Pellé, entrepreneur à Blois, entre le 1er janvier et le 25 avril 1908. Les travaux de charpente sont réalisés par Barnier, couvreur à Amboise
    Description :
    les chaînes d'angles.
  • Hôtel, actuellement évêché (2 rue Porte Clos Haut)
    Hôtel, actuellement évêché (2 rue Porte Clos Haut) Blois - 2 rue Porte Clos Haut - en ville - Cadastre : 1980 DO 520
    Historique :
    composition des façades sur cour rappellent les constructions des années 1640-1650 ; Troisième quart 19e
    Illustration :
    Façade sur rue depuis les tours de la cathédrale IVR24_19924100819XA Façade sur rue depuis les tours de la cathédrale IVR24_19924100818XA
  • Bourg : bureau de poste, actuellement maison (2 rue du Général de Gaulle)
    Bourg : bureau de poste, actuellement maison (2 rue du Général de Gaulle) Villedômer - 2 rue du Général de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 D 1737
    Historique :
    , architecte à Tours. Le deuxième projet est retenu, et les travaux sont réceptionnés définitivement le 28 juin un montant de 5 146,54 francs. Deux projets sont proposés et les plans sont dressés par G. Labadie
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 2938. Registre présentant les augmentations et diminutions survenues sur les matrices cadastrales. 1838-1914.
  • Vernou-sur-Brenne : église paroissiale Sainte-Trinité
    Vernou-sur-Brenne : église paroissiale Sainte-Trinité Vernou-sur-Brenne - place du Centenaire - en ville - Cadastre : 1817 F 192 2009 AM 167
    Historique :
    , évêque de Tours, dans la seconde moitié du 5e siècle. La partie la plus ancienne de l'église actuelle est , archevêque de Tours, fait un legs pour la construction de la chapelle Saint-Martin, dans le prolongement du les archevêques, barons de Vernou. Au début du 16e siècle, un collatéral est ajouté au sud, sur une partie de l'ancien cimetière, permettant de doubler le vaisseau principal de la nef. Les baies primitives après les inondations de 1846 et 1856. La restauration de la nef en 1870 entraîne la suppression l'église : "République française Liberté Égalité Fraternité". Les vestiges de cette inscription sont encore
    Référence documentaire :
    HURON, Nicolas. L'église de la Sainte-Trinité de Vernou-sur-Brenne. Tours : Ecclésia, 1991. JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.
    Description :
    d'une voûte d'ogive bombée à neuf nervures prolongées par des colonnettes dont les chapiteaux ont des
  • Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle)
    Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle) Luzillé - rue du Général de Gaulle - en village
    Historique :
    , professeur à l'école des Beaux-Arts de Tours. Le monument doit être dressé sur la place du mail et exécuté en pierre ; son coût s'élève à 14000 francs. Il est mis en place en 1922 et inauguré le 21 octobre 1923. Les
    Référence documentaire :
    Keil, Laurianne, Simon, Christophe. Mémoire de pierres. Les monuments aux morts de la Grande Guerre Les monuments aux morts. https://monumentsmorts.univ-lille.fr. Laboratoire UMR CNRS IRHiS Institut
  • Bourg : école (1-3 rue Bretonneau)
    Bourg : école (1-3 rue Bretonneau) Reugny - 1-3 rue Bretonneau - en village - Cadastre : 2009 G 554, 555, 1355
    Historique :
    , architecte à Tours, est approuvé par le conseil municipal en janvier 1883, ainsi que la promesse de vente projet pour une école de 60 enfants est proposé par Raffet et accepté par la municipalité en 1886. Les par les architectes Barthélémy et Chalumeau. L'édifice sert aujourd'hui de cantine scolaire et de
    Description :
    baies, les chaînes d'angles et un cordon.
  • Soudun : château et ferme
    Soudun : château et ferme Néons-sur-Creuse - Le Soudun - en village - Cadastre : 2015 D 143, 144, 145, 146 1812 D 394, 390
    Historique :
    ). L’existence d’un château semble rapportée dès 1369 ; cette année là, en pleine guerre de Cent Ans, les Anglais alors notamment les métairies de la Coudre et de la Groue, et le moulin du Puy (détruit). Sur le plan cadastral de 1812, le domaine du Soudun inclut le château (dont un donjon et quatre tours), une chapelle et l’oeuvre projetée en maquette). L’intégralité du château n’est pas reconstruite quand s’achèvent les cave seraient plus anciennes ; Plaux s.d.). Les bâtiments de ferme portés sur le plan cadastral de 1812 a fonctionné jusque dans les années 1980. La chapelle romane du Soudun daterait des 12e-13e siècles . Elle a été restaurée par M. de Moranvillé dans les années 1920. Sous le patronage de Marie-Madeleine
    Description :
    ). Les bâtiments sont partiellement enduits et à toits à pignons couverts, en tuile mécanique (hormis la grande étable et les bâtiments en ruine). Les murs sont en moellons de calcaire. Le logement, orienté nord-sud, est en rez-de-chaussée surélevé. Il dispose d’un sous-sol. Les accès en mur gouttereau et en l’entrepôt, se trouve une porcherie (avec enclos) à accès en mur-pignon. Au nord, subsistent les murs d’une grande grange (incendiée dans les années 1940). Au nord de ces ruines, se trouvent une forge associée à
1