Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 86 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Orgue
    Orgue Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Matériaux :
    bois taillé
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le buffet présente une façade classique, à trois tourelles ornées d'angelots et de petites
  • Statue : Curé d'Ars
    Statue : Curé d'Ars Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    Sur la plinthe à gauche, signature : J. DECHIN Sur la plinthe à droite, marque : M. MARRON EDIT
    Emplacement dans l'édifice :
    revers de la façade occidentale
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue. IVR24_20084500998NUCA
  • Buste : Monseigneur Bernier
    Buste : Monseigneur Bernier Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Ce buste provient de l'évêché d'Orléans : il a été transféré à Saint-Pierre du Martroi sous l'épiscopat de Mgr Riobé (1963-1978). Il représente Monseigneur Bernier, qui fut évêque d'Orléans de 1802 à
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    h = 68 ; la = 50
  • Bourg : maison (35 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (35 rue de la Mairie) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 35 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 173 1812 E 59
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    20e siècle. Un grand bâtiment à base carrée est porté sur le plan de 1812 à l'emplacement de la maison La maison a certainement été construite à la toute fin du 19e siècle ou dans le premier quart du et de l'immeuble voisin.
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Tournon/ sous la direction de M. Lepeintre, directeur en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 224, 14 à 31).
    Murs :
    calcaire pierre de taille bossage
    Description :
    son mur gouttereau. La façade d’accès, couronnée d'une corniche, est en pierre de taille à bossage cochère occupe le sud du rez-de-chaussée de la façade. La maison, à toiture à longs pans en ardoise, possède un étage carré. Elle est alignée à la rue par (plates-bandes à clés saillantes et passantes). Les fenêtres sont munies de garde-corps. Une grande porte
    Localisation :
    Tournon-Saint-Martin - Bourg - 35 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 173 1812 E 59
    Titre courant :
    Bourg : maison (35 rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Un bâtiment à base carré est porté sur le plan cadastral de 1812 à l'emplacement de la maison Vue de la maison depuis l'est IVR24_20133600984NUC2A (parcelle E 59). (Archives départementales de l'Indre, 3 P 224, 14 à 31). IVR24_20133600325NUC2A
  • Les abris dits loges de vignes de la vallée de la Brenne
    Les abris dits loges de vignes de la vallée de la Brenne
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Les abris dits loges de vignes ont été construits dans la seconde moitié du 19e siècle ou au début
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    , et stocker leurs outils. La présence quasi systématique d'une cheminée permettait au vigneron de se rectangulaire), de matériaux de construction (moellons de tuffeau ou de silex, pierre de taille, brique longs pans, en appentis) et de dimensions, la loge de l'Espérance à Villedômer constituant une maison élémentaire. Avec le progrès technique, la mécanisation de la viticulture et la disparition de la vigne (dans la partie nord de l’aire d’étude), certaines ont été abandonnées et sont aujourd’hui en ruine Les loges de vignes ont été construites pour servir d'abri aux vignerons, et parfois à leur cheval réchauffer et de préparer son repas. Constructions modestes, elles présentent une variété de plans (carré ou , parpaing) ou de couverture (ardoise, tuile plate, tuile mécanique, tôle), de formes de toit (en pavillon, à
    Titre courant :
    Les abris dits loges de vignes de la vallée de la Brenne
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Vernou-sur-Brenne. Loge près de la Borde. IVR24_20143703617NUCA Vernou-sur-Brenne. Loge du Clos Gribouille, près de la Fuanerie, construite en 1916 Chançay. Loge de la Colinière, construite en 1901 et restaurée en 2007. IVR24_20153700916NUCA Chançay. Loge près du château de Montfort, construite en pierre de taille. IVR24_20153700931NUCA Chançay. Loge près de la Croix-Vaubrault. IVR24_20153700917NUCA Reugny. Loge de la Perdriellerie (1), restaurée en 2007. IVR24_20153700924NUCA Reugny. Loge près de la Perdriellerie (2). IVR24_20163702563NUCA Reugny. Loge près de la Morinière, construite en 1913. IVR24_20153700923NUCA Reugny. Loge près de la Plaine d'Arbault. IVR24_20153700926NUCA Villedômer. Loge près de la Borde. IVR24_20153700929NUCA
  • Bourg : maison (20 rue  de la mairie)
    Bourg : maison (20 rue de la mairie) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 20 rue de la mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 50 1812 E 311, 312
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La maison a été construite ou reconstruite au début du 20e siècle. Un bâtiment de taille différente
    Observation :
    Observations faites uniquement de la voie publique
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Tournon/ sous la direction de M. Lepeintre, directeur en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 224, 14 à 31).
    Description :
    La maison, enduite et en rez-de-chaussée, est alignée à la rue par son mur gouttereau. Sa toiture dans l’arrière cour (peu visibles de la voie publique). Il pourrait s’agir de remises remaniées. , percée de trois lucarnes à frontons cintrés, est en ardoise et dotée d'une croupe. Elle est décorée d’un épi de faitage. Sa façade, remaniée, compte quatre fenêtres. Elle est couronnée d’une corniche et d’un bandeau. L’un de ses chaînages d’angle porte un décor en chapeau de pilastre. L’accès est en mur
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tournon-Saint-Martin - Bourg - 20 rue de la mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 50 1812 E
    Titre courant :
    Bourg : maison (20 rue de la mairie)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison depuis le nord-ouest. IVR24_20133600891NUC2A Vue d'une des dépendances situées dans l'arrière cour de la maison, depuis l'ouest Plusieurs bâtiments dont certains ont été modifiés sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles E 311 et 312), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 224, 14 à 31
  • Bourg : école publique primaire de filles (place de la Mairie)
    Bourg : école publique primaire de filles (place de la Mairie) Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1811 C 106 1992 C1 55
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de filles
    Historique :
    filles sur un terrain communal au sud-ouest de la mairie-école, servant pour partie de jardin à Dès 1903, le conseil municipal étudie les possibilités de construire une école publique primaire de l'instituteur. Arthur-Joseph Proust, architecte à Nogent-le-Rotrou, est chargé de dresser les plans de l'édifice l'inspecteur d'académie. L'architecte Saudret d'Alençon est alors mandaté en 1905 pour dresser de nouveaux plans. Le projet voit le jour l'année suivante de manière quasi-conforme aux plans de l'architecte : le plan de l'édifice est inversé (porte d'accès, vestibule et escalier initialement prévus à l'ouest
    Référence documentaire :
    Détails de la façade postérieure, d'après un plan réalisé par l'architecte Proust/par Proust Détails du plan dressé pour la construction de l'école de filles/ par J. Saudret. (Archives Plan dressé pour la construction de l'école de filles/par J. Saudret. (Archives départementales Plan du préau de l'école de filles de Bunelles, 1908. (Archives communales).
    Description :
    Située directement au sud-ouest de la mairie-école, l'école publique primaire de filles est faite brique. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire de trois corps de bâtiments alignés. Le corps principal, à un étage carré, présente une façade à trois travées. Il abrite l'unique salle de classe et le vestiaire au rez-de-chaussée, le logement de est accolé à l'est, un troisième corps à usage de salle de classe à l'ouest. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein, à l'exception des travées essentiellement maçonnées en alternant avec la brique. Les toits sont à longs pans et à croupe (corps est) couverts en ardoise.
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1811 C 106 1992 C1 55
    Titre courant :
    Bourg : école publique primaire de filles (place de la Mairie)
    Illustration :
    Projet de construction d'une école de filles, plans et élévations dressés par l'architecte Proust Projet de construction de l'école de filles dressé par l'architecte Saudret en 1905, détail du plan général de l'emplacement retenu. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 575). IVR24_20082800294NUCA Projet de construction de l'école de filles dressé par l'architecte Saudret en 1905, détail des Plan de 1908 du préau de l'école de filles. (Archives communales). IVR24_20082800624NUCA
  • Dreux : statue, La Fille prodigue ou Les Trois Ages de la vie
    Dreux : statue, La Fille prodigue ou Les Trois Ages de la vie Dreux - square de la République - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    est la traduction en marbre d'un plâtre exposé au Salon de 1908, déposé au musée du Havre et détruit lors des bombardements de 1944.
    Matériaux :
    marbre taille avec mise au point
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Dreux - square de la République - en ville
    Titre courant :
    Dreux : statue, La Fille prodigue ou Les Trois Ages de la vie
    Dimension :
    la 115.0 centimètre statue
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de trois quarts arrière avec le visage de la jeune femme. IVR24_20122800053NUC4A Détail de la terrasse gauche avec signature du sculpteur et date. IVR24_20122800038NUC4A Vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR24_20122800036NUC4A Vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR24_20122800037NUC4A
  • Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    revendu par ce dernier à la commune en 1827. Malgré les travaux de restauration réalisés au cours du 19e réalisés l'année suivante d'après les plans de Bernard Tulasne, architecte à Tours. La mairie est à cette L'édifice qui accueillait le presbytère avant la Révolution, acheté par un dénommé Vigneau, est siècle (1837, 1854, 1880), le presbytère est considéré comme étant vétuste en 1893, date à laquelle la municipalité prévoit la démolition du bâtiment et la construction d'un nouveau presbytère. Les travaux sont époque installée dans le bâtiment accueillant l'école de garçons depuis 1863. En 1907, le conseil municipal décide de transformer le presbytère, alors loué à un particulier, en mairie et de construire une école de garçons dans le jardin attenant. Des plans sont dressés par Lorion, architecte à Tours et les travaux sont attribués en août 1908 pour un montant total de 23 383,84 francs. L'édifice accueille toujours aujourd'hui la mairie.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    travées, construit en moellon enduit et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon et la corniche. L'étage de comble est éclairé au sud par trois lucarnes hautes, à frontons triangulaires, en pierre de taille. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire à étage carré et étage de comble, comprenant trois
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Titre courant :
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction du nouveau presbytère. Élévation du presbytère, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Élévation des servitudes, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du rez-de-chaussée, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du premier étage, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du grenier, Tulasne, 1894. (Archives départementales Projet de construction du presbytère. Plan des servitudes, Tulasne, 1894. (Archives départementales Projet de construction du presbytère. Coupe, Tulasne, 1894. (Archives départementales d'Indre-et Projet d'aménagement de l'ancien presbytère en mairie. Élévation, Lorion, 1907. (Archives Projet d'aménagement de l'ancien presbytère en mairie. Plan, Lorion, 1907. (Archives
  • Bourg : poste, actuellement bibliothèque (2 place de la  Poste)
    Bourg : poste, actuellement bibliothèque (2 place de la Poste) Courçay - 2 place de la Poste - en village - Cadastre : 2019 C2 1049
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    les plans dressé en 1905 par l'architecte-voyer [Albin ? Gillin ?] chargé de la direction des travaux François Rateau. En janvier 1821, un puits est creusé dans la cour du bureau de poste et le 23 septembre de gauche de l'entrée de la mairie. Un bâtiment comprenant un bureau de poste et le logement du facteur-receveur est construit selon . La réception définitive a lieu le 17 septembre 1908, les travaux ayant été confiés à l'entrepreneur la même année Abel Quillet, ferblantier à Cormery, installe une pompe "Touraine" sur le puits. La
    Référence documentaire :
    l'installation d'un bureau de poste : Devis et cahier des charges, bordereau des prix, détail estimatif.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    dure de 40 cm de haut environ. La pierre de taille dure, les appuis de fenêtre du rez-de-chaussée et Martigne). La pierre de taille tendre provient de Loches, et la brique des fours de Monnaie (Indre-et-Loire Le bâtiment est construit en moellons montés à la chaux hydraulique sur un soubassement de pierre les marches proviennent de carrières situées sur la commune voisine d'Athée-sur-Cher (La Gâche ou les encadrements des baies sont harpés en brique et en pierre de taille de tufeau. Toutes les double "T" reliées par un hourdis en mâchefer et ciment. La charpente métallique (non vue lors de cave est creusée côté nord, desservie par un escalier extérieur. Au moment de sa construction la façade nord donnait sur un jardin. Au-dessus de la porte d'entrée, la lumière pénètre par une imposte vitrée ouvertures sont orientées au sud. Le rez-de-chaussée, comme l'étage, comprend deux pièces séparées par un couloir et desservies par un escalier droit. Les planchers ont été prévus en poutrelles de fer aciéré à
    Localisation :
    Courçay - 2 place de la Poste - en village - Cadastre : 2019 C2 1049
    Titre courant :
    Bourg : poste, actuellement bibliothèque (2 place de la Poste)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    facteur-receveur : élévation de la façade côté de la rue. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20123701832NUCA Construction d'un bâtiment destiné à l'installation d'un bureau de poste et d'un logement de Construction d'un bâtiment destiné à l'installation d'un bureau de poste et d'un logement de
  • Bourg : monument aux morts (place de la Mairie)
    Bourg : monument aux morts (place de la Mairie) Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1992 C1 423
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Par délibération du 22 janvier 1920, le conseil municipal décide d'apposer, dans le narthex de l'église paroissiale, une plaque commémorative "à la mémoire des enfants morts pour la France". Cette plaque, posée en 1921, est réalisée par le marbrier Pinot et encadrée d'une structure en bois de style néo-gothique par E. Debray, menuisier et ébéniste. Les artisans sont tous deux de Nogent-le-Rotrou . Par la suite, la plaque fut enlevée et replacée sur ce monument construit dans la seconde moitié du
    Référence documentaire :
    Plan de la plaque commémorative du monument aux morts, 1920. (Archives départementales d'Eure-et
    Murs :
    pierre de taille parpaing de béton
    Description :
    Le monument aux morts se situe place de la Mairie. Il est placé sur un emmarchement à deux degrés en pierre de taille. Scellées dans deux murs en parpaing, les plaques sont en marbre gris et blanc et portent les noms des soldats morts pour la France. Un toit à longs pans et à croupe couvert en andésite
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1992 C1 423
    Titre courant :
    Bourg : monument aux morts (place de la Mairie)
    Illustration :
    Plan de la plaque commémorative, 1921. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 572
  • Bourg : maison (16-18 rue de la République)
    Bourg : maison (16-18 rue de la République) Neuillé-le-Lierre - 16-18 rue de la République - en village - Cadastre : 1819 D1 225 2011 OD 375
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    monument aux morts indiquent un remaniement (reconstruction ?) dans les années 1920 de la façade sur rue. L'édifice est partiellement présent sur le plan cadastral napoléonien de 1819, ayant fait l'objet accueillait des commerces. Les éléments de décor (carreaux en ciment), ressemblant à ceux présents sur le
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Neuillé-le-Lierre. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi
    Représentations :
    La façade est ornée de carreaux en ciment figurant des formes géométriques et des motifs végétaux.
    Description :
    ouest et longs pans du bâtiment en retour d'équerre à l'ouest). La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angle, l'encadrement des baies, les cordons, la corniche et des tables en pointe de diamant. L'étage de comble est éclairé par quatre lucarnes hautes à toit à deux pans en ardoise. La partie L'édifice possède un plan en L, il est en rez-de-chaussée et étage de comble, construit en moellon recouvert de crépi et couvert d'un toit à longs pans et une croupe en ardoise (pan est) et tuile plate (pan en retour d'équerre a conservé sa pente de toit d'origine.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - 16-18 rue de la République - en village - Cadastre : 1819 D1 225 2011 OD 375
    Titre courant :
    Bourg : maison (16-18 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail du décor de la façade. IVR24_20123700600NUC2A Détail du décor de la façade réalisé avec 3 carreaux en ciment. IVR24_20123700601NUC2A
  • Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    de leur volume et de la multitude des fragments). La traduction en marbre du couronnement de cette l'île de la Cité à Paris, à l'emplacement de l'ancienne morgue détruite. La commande des deux groupes de la fontaine est décomposée en 6 parties de 1914 à 1922, sans doute afin d'échelonner les acomptes dans la "zone", espace gagné sur les anciennes fortifications de Paris. A la fin de 1925, l'ensemble est intégré aux demandes de dépôts de l’État à la Ville d'Orléans pour les jardins, hôtel de ville , musée et École des beaux-arts de la ville, et figure officiellement dans l'arrêté de dépôt du 1er mars . Cette fontaine monumentale néo-baroque constitue l'élément fort de la scénographie du parc depuis son fontaine est commandée par l’État le 2 mai 1910 pour 17 000 Francs, alors que la fontaine est exposée au Salon. Le Sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts envisage en 1912 d'installer ce groupe à l’extrémité de , pour une somme finale de 120 000 Francs : 1ère partie du 1er groupe (7 mai 1914), 2e partie du 1er
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Œuvre décorative de volume exceptionnel, conforme à une certaine exagération néo-baroque de la sculpture du début du XXe siècle. La composition des groupes ne relève pas de l'académisme monumental de la IIIe République par le réalisme de détail et s'inscrit dans une veine plus subversive de la représentation de la femme en statuaire. - Œuvre qui est de fait quasiment indéplaçable et qui constitue un élément d'identité fort du parc Pasteur qui accueille ce dépôt de l’État depuis son ouverture.
    Référence documentaire :
    dépôt des marbres offertes à la ville pour les jardins. 1er mars 1926.
    Représentations :
    Toutes les femmes sont nues, certaines ont les jambes couvertes d'un voile. Les femmes de la grotte , amusement). La figure isolée en hauteur porte sur la tête une urne se vidant sur son épaule gauche (symbolisant la source), et paraît plus apaisée malgré sa position (jambe droite repliée, main gauche portant l'urne au-dessus de sa tête, main droite sur son épaule) dénotant une date d’exécution bien antérieure
    Statut :
    propriété d'un établissement public de l'Etat dépôt du Centre national des arts plastiques-fonds
    Description :
    La fontaine monumentale est composée d'un massif rocheux artificiel et de sculptures en marbre de Carrare blanc, réparties en deux groupes de six figures féminines émergeant de la grotte et d'une figure
    Localisation :
    Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Titre courant :
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    États conservations :
    fissures de petite taille parsèment toutes les parties en marbre. De nombreuses coulures apparaissent sur les deux groupes au contact de l'eau ; de nombreuses
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Détail de la statue de couronnement. IVR24_20174500009NUCA Vue d'ensemble de face. IVR24_20124500158NUC4A
  • La Bussière : jardin d'agrément, jardin d'utilité et parc
    La Bussière : jardin d'agrément, jardin d'utilité et parc La Bussière - Le château - en village - Cadastre : 2016 0B 27 à 32 ; 46 à 53
    Historique :
    Le premier seigneur connu de La Bussière est Étienne de Feins au 12ème siècle. Il fait construire la famille du Tillet prend possession du domaine pendant près de trois siècles. Le château est de lui proposer un dessin du parc (tradition orale). A la Révolution, le domaine est vendu à un transformé en demeure de plaisance au 17ème siècle. Charles-Jean-Baptiste du Tillet aurait demandé à Le Nôtre marchand de bois, M. Lefort, qui l’occupe pendant deux ans avant de le céder en 1814 au comte de Chasseval . Les propriétaires actuels sont les héritiers de cette famille. Le château est restauré à partir de
    Parties constituantes non étudiées :
    terrain de jeu
    Référence documentaire :
    Centre Régional de la Propriété Forestière d'Ile de France et du Centre, Orléans. DE CHASSEVAL LUCINGE, Françoise de. Inventaire pour l’Association des parcs et jardins en région Centre : La MONTAIGNE, Viviane de. Inventaire des parcs et jardins en région Centre : La Bussière. (Inventaire Extrait de la Carte générale de la France, dite Carte de Cassini. Feuille N°8, Orléans / établie sous la direction de César-François Cassini de Thury. 1:86 400. Feuilles gravées et aquarellées. 1 , Inès. Plan simple de gestion entre 1994 à 2008. réalisé dans le cadre du cursus de l’Institut National d’Horticulture d’Angers, promotion 1999/2004 carte : en coul. ; 60 x 95 cm. 1757. (Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire
    Observation :
    Le potager du château de La Bussière possède le label "Jardin remarquable" depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Le potager a reçu le Prix Bonpland de la Société Nationale d'Horticulture de France en 1994 et le Prix Ginkgo Biloba des Vieilles Maisons Françaises en 1995.
    Hydrographies :
    dérivation du Ruisseau de Courcelles
    Jardins :
    bois de jardin parterre de gazon massif de fleurs
    Auteur :
    [auteur commanditaire] de Chasseval Alphonse Duchemin
    Description :
    utilisée pour la construction et le décor de tous ces bâtiments tranche avec les aménagements végétaux . L'allée centrale bordée de fruitiers palissés et de buis taillés conduit jusqu’à un vieux puits situé au les pelouses aux formes rondes et en arabesques. Des passe-pieds de sable clair soulignent la géométrie du dessin. Une allée de tilleuls longeant la berge nord de l'étang conduit à un bois dense ordonné communs, ainsi que le château. Ce dernier donne l’impression d’être posé au milieu des eaux. La brique contrebas de l'avant-cour, un petit escalier permet d'accéder au potager, lieu clos de murs d’environ 1 ha centre du potager. Du rond central bordé de saules tressés, de massifs de fleurs et de haies de buis André se situe dans l'avant-cour et longe le côté nord-ouest du château. Des topiaires de buis ponctuent selon de larges allées enherbées en ligne droite, dont quelques-unes se terminent par des sauts de loup
    Localisation :
    La Bussière - Le château - en village - Cadastre : 2016 0B 27 à 32 ; 46 à 53
    Titre courant :
    La Bussière : jardin d'agrément, jardin d'utilité et parc
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait de la Carte générale de la France de César-François Cassini de Thury en 1757. (Bibliothèque Vue aérienne du domaine de La Bussière, orthophotographie extraite en 2019 du Géo-portail de l'IGN Vue aérienne des parties visitables du domaine (parc, jardin et potager) du château de La Bussière Vue de l'intérieur de la serre. IVR24_20194500042NUCA Vue d'une partie du parterre dessiné par Edouard André, de la pièce d'eau et de l'allée de tilleuls nationale de France, département Cartes et plans, GE FF-18595-11). IVR24_20164500379NUCA , orthophotographie en 2010-2011 de Géo-Centre. IVR24_20164500387NUCA Depuis le haut des escaliers, vue de l'allée centrale desservant l'ensemble du jardin potager Vue du premier carré de plantation dédié aux plantes aromatiques et condimentaires à gauche de Vue d'une pergola recouverte de fleurs entre deux carrés de cultures. IVR24_20194500045NUCA
  • Moulin à Papier : moulin, actuellement siège de la Fédération départementale de pêche
    Moulin à Papier : moulin, actuellement siège de la Fédération départementale de pêche Saint-Jean-Pierre-Fixte - Le Moulin à Papier - isolé - Cadastre : 1811 C 115 2018 OC 113
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de 1811, a été profondément remanié voire reconstruit au 19e siècle. En 1811, la parcelle bâtie C 115 recensements de population). Il en devient le propriétaire en 1921 jusqu'à sa fermeture, à la veille de la Seconde guerre mondiale. Le site est acheté en 1952 par la Fédération départementale de pêche, qui en fait Bien qu'aucune archive ne mentionne la présence d'un moulin avant le 18e siècle, on peut aisément consignées dans les matrices cadastrales : augmentations de construction du moulin en 1865, 1867 et 1872 , construction nouvelle d'une maison en 1867. À la fin 19e siècle, la parcelle compte le moulin et cinq maisons , toujours propriété des Lepelley, est à nouveau transformé en fabrique de dominos et de boutons. En 1901 , Émile Serrault, boutonnier (fabricant de bouton) habite au Moulin à Papier (cf. listes nominatives des d'abord une pisciculture, puis le siège de son administration (intérieur entièrement réaménagé en bureau
    Hydrographies :
    la Ronne
    Parties constituantes non étudiées :
    bief de dérivation
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 6 Mi 96. Listes nominatives du recensement de population Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 202. État récapitulatif des usines à la date du 31
    Description :
    Le Moulin à Papier se situe au nord de la commune, sur la rivière de la Ronne. Il consiste en un sont en pierre de taille calcaire. Les toits à longs pans et à croupe sont couverts en tuile plate. bâtiment comprenant trois corps alignés. La façade principale est orientée au sud-est. L'édifice est en rez -de-chaussée surélevé, sur un étage de soubassement accessible de plain-pied en façade postérieure . L'ancienne usine se trouvait dans le corps de bâtiment ouest. Les corps de bâtiment est étaient réservés aux habitations. Les corps latéraux possèdent des corniches moulurées. Les murs sont probablement en moellons de
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé étage de soubassement
    Titre courant :
    Moulin à Papier : moulin, actuellement siège de la Fédération départementale de pêche
    Destinations :
    usine de boutons
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 5294 Superposition du cadastre de 2018 sur celui de 1811. (fond : Archives départementales d'Eure-et
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes) Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    ) propriétaires de la Manufacture Tourangelle de Vannerie. Maison, dite "les Osiers", construite en 1905. Les lettres "S" et "M" entrelacées figurant sur la
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Représentations :
    La façade sur rue, associant moellon, pierre de taille et brique, joue sur l'alternance de ces , et une frise de marguerites, également en terre cuite, ornent la façade sur cour. trois matériaux et sur la présence d'éléments décoratifs en terre cuite : masque féminin et deux cornes d'abondance (conduit de cheminée), vase et feuilles de chêne (allèges des baies du premier étage). Deux écus , avec les lettres S et M entrelacées, surmontés d'une tête de lion, accompagnés de fruits et de fleurs
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    sur la présence d'éléments en terre cuite. Trois cordons en pierre de taille marquent la séparation s'agit de la seule maison à deux étages repérée dans la commune. L'édifice, couvert d'un toit à longs les quatre chaînes d'angle sont en pierre. Le pignon sud, sur rue, associant moellon, pierre de taille pans et croupes en tuile, est majoritairement construit en moellon recouvert de crépi (gouttereaux) et et brique a fait l'objet d'un décor particulier, jouant sur les alternances de ces trois matériaux et entre le rez-de-chaussée et les étages. Le pignon sud et le gouttereau est reposent sur des compositions symétriques. Deux vérandas superposées sont accolées au mur gouttereau est, au niveau du rez-de-chaussée et du
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes)
    Dates :
    1905 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la date et inscription sur le pignon sud. IVR24_20163702559NUCA Détail du décor sur la façade est : tête de lion et écu aux lettres entrelacées Détail du décor sur le pignon sud : vase et feuilles de chêne. IVR24_20163702561NUCA
  • Bourg : maison de maître dite
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40 1992 G 24, 502
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    (agrandissement ou création de nouvelles ouvertures, emploi de la brique). Le domaine a ensuite été séparé en deux Cet ancien domaine, présent en plan sur le cadastre de 1811, semble remonter au 18e siècle comme le ferme). La ferme est agrandie d'une grange (n°5 sur le plan) en 1834 (date portée). Le logis semble avoir été repris au 19e siècle (toit en pavillon couvert en ardoise). Dans la seconde moitié du 19e propriétés. Devenue habitation, la ferme a été très remaniée dans la seconde moitié du 20e siècle (percement de nouvelles ouvertures).
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives
    Précision dénomination :
    maison de notable
    Description :
    et aile sud-est de la ferme). Les encadrements des baies sont en majorité en pierre de taille de Situé en continuité du bourg au nord-ouest, le domaine se compose de deux entités. - La maison de maître est accessible par un portail encadré de piliers en pierre de taille de grès (dit "roussard"). Le neuf et huit travées. - La ferme est également accessible par un portail encadré de piliers en brique . La première aile, à l'ouest, comprend deux écuries, le logis et une grange-étable. Elle est en rez-de charretière (qui porte la date de 1834). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein (maison de notable), en partie disparu (aile ouest de la ferme) ou à pierre vue (aile nord calcaire, tout comme les chaînages d'angle et les jambes harpées (aile sud-est de la ferme). Les toits sont à longs pans et à croupe (maison de maître, aile nord de la ferme) couverts en tuile plate à l'exception du pavillon sud de la maison de maître, couvert en ardoise.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison de notable
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine
    Dates :
    1834 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine (fond : plan Portail d'accès et maison de maître, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800047NUCA Portail d'accès de l'ancienne ferme, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800049NUCA Aile ouest, façade postérieure du logis de ferme et de la grange-étable. IVR24_20092800144NUCA Aile ouest, façade postérieure de l'ancienne ferme, détail de la porte. IVR24_20092800145NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), détail de la date portée sur le claveau central de la cadastral de 1992, section G). IVR24_20122800174NUDA Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Maison de maître, vue générale depuis le sud. IVR24_20092800048NUCA Puits de plan circulaire. IVR24_20092800140NUCA
  • Vendôme : statue de Rochambeau
    Vendôme : statue de Rochambeau Vendôme - place Saint-Martin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    d'azur couronné, et un chef de gueules) : "ROCHAMBEAU" ; inscription concernant l'iconographie, la date et les donateurs du monument (sur la face arrière du socle, en-dessous des armoiries de Rochambeau -d'azur, au chevron d'or, accompagné de 3 molettes d'éperon, d'argent, 2 ; 1 avec la devise "VIVRE EN haut de la face arrière du socle) : 'E. BOUE ARCH./ P. PORTEL MARB." ; inscription concernant le OFFERTE/ A LA VILLE DE VENDÔME/ PAR LA SOCIETE DES CINCINNATI/ LE 5 JUIN 1974." marque de fondeur sur l'oeuvre gravé Signature, date et marque de fondeur (plinthe dextre) : "F. HAMAR 1933/ BLANCHET FONDEUR " ; inscription concernant l'iconographie (sur la face avant du socle, au-dessus des armoiries -d'argent, au lion PREUX, Y MOURIR") : "1900/ JEAN-BAPTISTE DONATIEN DE VIMEUR/ MARQUIS DE ROCHAMBEAU/ MARÉCHAL DE FRANCE concernant l’iconographie (face gauche du socle) "1807/ COMMANDANT EN CHEF/ DE L’ARMÉE FRANÇAISE EN/ AMÉRIQUE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Fourdrinoy et de Saint-Venant, qui induise une certaine méfiance de la préfecture en 1899 concernant le novembre 1899 de 28 700 Francs se décompose comme suit : piédestal 1 540 ; taille, mouluration et sculpture (la Ville de Philadelphie offre ainsi 1 000 Dollars). L'exécution de la statue est confiée à Fernand réalise d'abord la maquette en plâtre (musée de Vendôme) qui porte la mise aux points. La fonte est élève des Beaux-Arts de Paris, et la première pierre est posée le 27 mars 1900. L'inauguration a lieu le (inauguration de la statue de Washington par Daniel C. French place d'Iéna le lendemain). L'ambassadeur des augmente en 1902 sa statue d'un tiers et lui adjoint une grande figure de la Liberté pour le piédestal ). Deux autres statues selon le modèle vendômois et à la même taille sont exécutées au début des années 1974, prise par Blanchet sur le bronze de la place d'Iéna épargné sous l'Occupation, ce qui explique la date de 1933 visible sur la plinthe.
    Observation :
    futur monument du Lafayette Square de Washington (D.C., États-Unis), envoi à la fonte sous l'Occupation et prestigieuse : inauguration en présence de l'ambassadeur américain Horace Porter, modèle réduit du et nouveau bronze offert par la Société des Cincinnati. - Représentativité du modèle statue en pied sur socle pour un grand homme dans une sous-préfecture dans la période faste pour la statuaire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne : le monument à Rochambeau sur la place Saint-Martin de Vendôme. (collection Archives départementales du Loir-et-Cher. 10T/4. Vendôme : érection d'une statue au Mal de MICHEL, Jules. Album et livre d'or des fêtes franco-américaines de 1900. Paris : Tablettes du XXe Carte postale ancienne : le monument à Rochambeau de Vendôme avec sa grille d'entourage
    Représentations :
    sur chaque face de cartouches néo-Renaissance, des armoiries de la ville de Vendôme (sur la face avant ) et de la famille de Rochambeau (sur la face arrière). Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, marquis de Rochambeau, maréchal de France (1725-1807) est représenté debout, en costume de lieutenant-général, tendant le bras droit vers l'horizon et tenant une carte de Yorktown. A ses pieds, est posée une culasse de mortier recouverte de laurier. Le piédestal est orné d'une ceinture en partie haute faite de feuilles d'acanthe, de chêne et de laurier et traversée
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est situé au nord-est de la place Saint-Martin, sur un axe légèrement décalé au nord par rapport à la tour Saint-Martin. La statue en bronze est posée sur un piédestal de plan carré en forme de gaine renversée en pierre du Poitou.
    Titre courant :
    Vendôme : statue de Rochambeau
    Dimension :
    h 570.0 centimètre hauteur de l'ensemble
    Dates :
    1900 porte la date 1933 porte la date 1974 porte la date
    Annexe :
    accompagné à Vendôme le dévoilement de la statue de Rochambeau ont eu, dans cet ordre d'idées, une éloquence Vendôme un « Comité pour l'érection de la statue du Maréchal de Rochambeau », Comité dont le bureau d'honneur : M. Le Myre de Vilers (G.O. *), député de la Cochinchine. Président : M. De Sachy de Fourdrinoy première nouvelle de son ouverture, la ville de Philadelphie, le sanctuaire, le tabernacle des traditions l'érection du monument furent couverts rapidement. L'inauguration avait été fixée au 4 juin, lundi de la général de Butler et l'amiral Bayle de Jessé, représentant les ministres de la Guerre et de la Marine Michaels et Deering, M; et Mme Rosengarten, de Philadelphie, Stickney, trésorier de la section de Paris des Fils de la Révolution américaine et Stanton, délégué de la Presse américaine de Paris, et de nombreux invités de l'ambassade des États-Unis. (...) A onze heures quarante,arrêt en gare de Vendôme, la musique aspect inoubliable de la sympathique patrie de Ronsard ! De la gare à la vieille mairie gothique jusqu'au
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Fernand Hamar travaillant à l'aggrandissement de la statue de Rochambeau de Vendôme pour Washington Photographie de l'enlèvement le 27 janvier 1942 de la statue en bronze (Images et sons en Vendômois Photographie de l'enlèvement le 27 janvier 1942 de la statue en bronze (Images et sons en Vendômois Détail de la signature sur la plinthe. IVR24_20124100818NUC4A Photographie de l'inauguration en juin 1900 (Images et sons en Vendômois). IVR24_20144100126NUC4AB Photographie de l'inauguration en juin 1900 : le départ des officiels, avec l'ambassadeur Porter Carte postale ancienne du début du XXe siècle : le monument sur la place Saint-Martin. (collection Vue de trois quarts gauche. IVR24_20124100817NUC4A Vue de trois quarts arrière. IVR24_20124100815NUC4A Vue de face. IVR24_20124100813NUC4A
  • Bourg : gendarmerie actuellement immeuble à logements (19 rue de la Gare)
    Bourg : gendarmerie actuellement immeuble à logements (19 rue de la Gare) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 19 rue de la Gare - en village - Cadastre : 2013 AA 51
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Le bâtiment à étage a été construit en 1895 pour accueillir le casernement de la brigade à pied de , il est acheté par la mairie en 1914 : "Une maison sise à Tournon Saint-Martin route de Lureuil, à sûreté - Cour dans laquelle il existe un puits avec pompe - Jardin à la suite séparé de la cour par un de la fin des années 1900. Il est toutefois cité en 1914 (Archives départementales de l'Indre, 2 O Tournon-Saint-Martin (matrices cadastrales ; Archives départementales de l'Indre, 24 J 264). D’abord loué usage de caserne de gendarmerie comprenant : Un corps de bâtiment comprenant : - Au sous-sol, une cave divisée en quatre parties avec corridor au milieu, une salle de bain et une buanderie. - Au rez-de -chaussée, un corridor et sept pièces dont quatre à gauche et trois à droite de ce corridor. Escalier . Grenier divisé en cinq parties. - Une petite pièce servant de bureau attenant à ce corps de bâtiment Dépendances composées de : un bûcher divisé en quatre parties, cabinets d’aisances, hangar, deux chambres de
    Observation :
    Bâtiments uniquement observés à partir de la voie publique (depuis le sud)
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Tournon-Saint-Martin. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et de Archives départementales de l'Indre, 24 J 264. Tournon-St-Martin, gendarmerie, construction Archives départementales de l'Indre, 2 O / 224 / 8. Tournon-Saint-Martin, administration communale impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de
    Description :
    encadrements et les chaînages d’angle sont en pierre de taille à piédroits réguliers. Les plate-bandes des ouvertures sont dotées de clefs saillantes. La maison comporte un sous-sol. Un bâtiment en rez-de-chaussée est accolé en mur-pignon est de la maison. Également couvert d'ardoises, il est enduit et possède un accès en mur gouttereau. Deux fenêtres s’appuient sur un bandeau. La partie nord de la propriété (cour le bâtiment, enduit et à étage carré, est aligné à la rue. Sa toiture, en ardoise à longs pans et à croupes, est percée d’une lucarne condamnée par un tympan-cartouche en pierre. La façade, en mur
    Localisation :
    Tournon-Saint-Martin - Bourg - 19 rue de la Gare - en village - Cadastre : 2013 AA 51
    Titre courant :
    Bourg : gendarmerie actuellement immeuble à logements (19 rue de la Gare)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    La gendarmerie est le bâtiment à étage au second plan dans la droite de cette vue de la rue de la Gare vers 1907. (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 8902). IVR24_20133600373NUC2B Vue de l'édifice depuis le sud IVR24_20133600893NUC2A
  • Bourg : monument aux morts (rue de l'Église)
    Bourg : monument aux morts (rue de l'Église) Chançay - rue de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    de 5 300 francs, et installé par Léon Guet, entrepreneur en maçonnerie à Chançay. La réception Abel Chevalley, maire de Chançay, était également ministre plénipotentiaire et haut-commissaire de la République Française au Caucase. Ce modèle de sculpture fut présenté à Paris en 1921 au Salon de la Société cadre en chêne a été offerte à l'occasion de l'inauguration par les Républiques Unies du Caucase car des Artistes Français et l'original en plâtre est aujourd'hui conservé au musée des Beaux-Arts de Reims. Plusieurs exemplaires de ce type de monument sont visibles dans les communes de Poiré-sur -Velluire (85), Rosnay (85), La Vicomté-sur-Rance (22) et Treignat (03).
    Observation :
    sur le tableau commémoratif conservé dans l'église. Le monument aux morts indique quatre noms de soldats décédés au cours de l'année 1914 contre cinq inscrits sur le tableau commémoratif. A l'inverse, le 1918 sur le tableau commémoratif de l'église (non mentionnés pour cause d'anticléricalisme ?).
    Précision dénomination :
    monument aux morts de la guerre 1914-1918
    Représentations :
    La femme est une représentation de la France. Couronnée de lauriers, elle tient dans sa main droite , une palme et dans sa main gauche, une couronne de fleurs. La stèle, où sont inscrits les noms des morts, est ornée de la croix de guerre dans un médaillon. Un casque de poilu est posé au pied de la croix de guerre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    en pierre de taille. La plaque portant les noms des morts de la seconde Guerre Mondiale et de la
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Guet Léon
    Localisation :
    Chançay - rue de l'Église - en village
    Titre courant :
    Bourg : monument aux morts (rue de l'Église)
    Dimension :
    Hauteur de la sculpture = 200 ; hauteur du socle = 107 ; longueur du socle = 170 ; largeur du socle la 150.0 centimètre
    Dates :
    1920 daté par source porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la signature. IVR24_20113700108NUC1A Carte postale, début du 20e siècle. Photo prise le jour de l'inauguration, le 10 juillet 1921 Détail : la France. IVR24_20113700107NUC2A
1 2 3 4 5 Suivant