Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Champeaux : manoir dit de Champeaux
    Champeaux : manoir dit de Champeaux Margon - Champeaux - isolé - Cadastre : 1811 C2 211 1990 C2 318
    Historique :
    Le lieu-dit est attesté comme lieu noble dès 1149 sous le toponyme de Campelli. Le manoir du 14e siècle, comme en témoigne la cheminée de la salle. Au 15e siècle, le manoir entre dans la responsable des remaniements importants affectant le logis manorial et le corps de passage. En 1632, Jean III d'Amily vend Champeaux à François de Riants qui le réunit le 20 janvier 1671, avec Margon et Houdangeau (à agricoles et de la construction de nouvelles dépendances. Le comte de Jeux achète une partie du domaine en cintre du logis manorial et du corps de passage). De nos jours, le manoir appartient à une société de placements immobiliers qui le réhabilite.
    Observation :
    percheronne, lors de sa visite du manoir. Champeaux est à mettre en lien avec le manoir du Bois Jolly
    Référence documentaire :
    Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 3510. Échange entre le chapitre de Saint-Jean et Jean halles de Nogent et l'autre sur le moulin le Comte.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    , le manoir de Champeaux comprend un bâtiment principal composé de plusieurs corps (logis, corps de cour ouverte au sud-est : Le bâtiment principal, constitué de deux ailes perpendiculaires, abrite , sous des toits différents, le logis manorial, un bâtiment en rez-de-chaussée, le corps de passage, une dépendance (à usage probable d'écurie) et une grange organisée en retour d'équerre au sud-est. Le logis bâtiment en rez-de-chaussée lui est accolé, puis le corps de passage. Ce dernier est percé au rez-de , corps de passage et bâtiment intermédiaire) et le rampant sculpté du mur-pignon sud-ouest du logis sont
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord (cliché Christophe Adde, années 1980). IVR24_20082800927NUCA Vue d'ensemble depuis le sud-est et détail du corps de passage (cliché Gilles Provost, vers 1992 Vue d'ensemble depuis le nord-ouest et façade nord-ouest du logis manorial (cliché Gilles Provost
  • Mainvilliers, EREA François Truffaut : revêtement de sol et mural :
    Mainvilliers, EREA François Truffaut : revêtement de sol et mural : "A chacun sa ligne" Mainvilliers - 42 rue du Château-d'Eau - en ville
    Annexe :
    Mainvilliers (25). Le Président de la Région Centre François Bonneau, l'architecte Gaëtan Engasser, le Directeur de l'EREA Christophe Defrance et l'ensemble des membres du Comité artistique, ont le plaisir de collectifs. Leurs énergies se concentrent essentiellement sous le préau devant la cantine et dans la cour, un quotidienne. Le travail d'Agathe de Bailliencourt parle avant tout de liberté. Le résultat final de l’œuvre équilibre entre des personnalités fortes, elle montre une possibilité de liberté individuelle dans le cadre arrangements parlent de joie, de précision et de finesse, tout en respectant et en dialoguant avec le contexte
  • Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye
    Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye Thiron-Gardais - Bourg - 18 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B2 137 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 24
    Historique :
    La structure de la grange aux dîmes remonte à la fin du 15e siècle comme le montre la datation par époque, le bâtiment, de plan rectangulaire, était plus large que l'édifice actuel. Il était flanqué d'un dîme, le produit d'un impôt en nature (céréales ou autre) perçue par les moines. En 1791, la grange aux dîmes, à l'instar des bâtiments de l'abbaye, est vendue comme Bien national. En 2006, le bâtiment est
    Référence documentaire :
    SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le
    Description :
    La grange aux dîmes se situe au nord de l'enclos abbatial. De plan rectangulaire, le bâtiment s'appuie au nord sur un mur de clôture pré-existant. Un caniveau intérieur aménagé derrière le mur le , faux-entrait et aisseliers. Des jambettes lient l'entrait aux piliers de section carrée. Le bas-côté charretières. Un bandeau composé de trois rangs de brique sépare le rez-de-chaussée de l'étage carré. La rang de brique en encorbellement. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate.
    Illustration :
    Vue de situation depuis le sud-est. IVR24_20142800401NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800131NUC4A
  • Bourg : maison
    Bourg : maison Thiron-Gardais - Bourg - 18 place du Marché - en village - Cadastre : 1814 B1 76 2014 AB 280
    Historique :
    l'inscription "Fait par moy, Louis Vallet, ce 12 juillet 1781" gravée sur le limon en bois. En 1891, Louis maison. Dans le cadre de sa récente restauration, les ouvertures de la maison en façade principale ont
    Description :
    capucine en bois au sud-est éclairent le comble. Les murs sont en moellons de grès, silex et calcaire cheminée sont en brique. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate ancienne, à l'exception des
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest (état en 2013) IVR24_20142800434NUC4A Vue générale de la façade postérieure depuis le sud. IVR24_20142800438NUC2A
  • Léonie : ferme, actuellement maison
    Léonie : ferme, actuellement maison La Croix-du-Perche - La Léonie - isolé - Cadastre : 1814 B2 296 2013 ZI 43
    Historique :
    Sur le plan cadastral de 1814, le lieu-dit se nomme "Le Bois de la Béquille" et aucune construction 1864. Le bâtiment principal a donc été construit à cette date, et Léon Manguin a donné son nom au lieu -dit (la Léonie). Le petit bâtiment en vis-à-vis (fournil et toit à porcs) semble dater de cette même époque, tandis que la grange paraît dater de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. Le bâtiment
    Description :
    cour ouverte. Le bâtiment principal est en rez-de-chaussée surmonté d’un comble à usage de grenier. Il porte cochère est en brique, de même que les chaînages d’angle, les jambes harpées et le bandeau. Le dernier bâtiment, placé au sud de la ferme, abrite le fournil et les toits à porcs. De maçonnerie
1