Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 95 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
    Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures "Auxiliaires et Parasites" Le Subdray - Sollier - isolé - Cadastre : 2011 OA 102, 106, 107
    Historique :
    "Auxiliaires et Parasites" est le projet lauréat du 1% artistique sélectionné le 18 novembre 2010 dans le cadre de la construction du lycée agricole du Subdray par l'agence d'architecture Carré d'Arche grillages. Trois "Parasites" sont installés au contact des bâtiments : "Mousse", Bactérie", "Fongus" ; le quatrième dit "Lombric" est isolé sur une pelouse. Le projet artistique global recherche l'instauration de
    Référence documentaire :
    opérationnelle. Le 1% artistique du lycée du Subdray (2010-2012). Plan masse des Auxiliaires, document figurant dans le document d'oeuvre exécutée, papier A4 Plan de situation des Parasites, document figurant dans le document d'oeuvre exécutée, papier A4 Quand le 1% est aussi environnemental. Le Berry Républicain, 4 avril 2012.
    Description :
    de plaques d'acier Indaten qui portent les inscriptions décrivant le 1% artistique (voir en annexe
    Localisation :
    Le Subdray - Sollier - isolé - Cadastre : 2011 OA 102, 106, 107
    Titre courant :
    Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
    Annexe :
    (rien ici n'est dégradé ou détruit). Le projet va donc aider ce jeune écosystème en développement par la petits ? Le projet répond naturellement "Several Small" pour s'adapter à l'hétérogénie du site et s'insinuer dans le bâti, générer des refuges et habitats ponctuels, sans s'imposer en système dominant et pour mieux répondre aux différences de ses utilisateurs. L'œuvre, entité fragmentée, se lit dans le . L'ÉLOGE DU PARASITE La relation hôte/parasite n'est pas nécessairement délétère pour l'hôte. Le parasite à , ces territoires artificiels parasitent positivement le bâti et ses abords et s'offrent généreusement à vautrer ou se percher. Le parasite et son hôte vivent là la symbiose. SCULPTURES PARASITES Ces organismes le substrat de la rencontre et de l'échange pour ceux qui les investissent. [sur les marches ] HOMMAGE AUX AUXILIAIRES D'autres sculptures cohabitent dans le grand parvis, vacant à leurs activités paysage agricole (fermes, hangars, séchoirs...), crée des abris pour mieux voir, sentir et lire le paysage
    Illustration :
    Plan masse des Auxiliaires figurant dans le "document d'oeuvre exécuté" (juillet 2012 Plan de situation des Parasites figurant dans le "document d'oeuvre exécuté" (juillet 2012
  • Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre,
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à la salade ?" Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Historique :
    L’œuvre de Julien Celdran est réalisée en 2012 dans le cadre du 1% artistique correspondant à la forme d'un décor sur verre et s'intitule "Le rapport à la salade ?". Le coût de cette réalisation : territoriale et générale. "C'est une façon de relier le territoire et l'histoire de l'humanité à la salade qu'on vend ou qu'on achète à la halle de vente. Le voilà, le rapport à la salade !" (Extrait du document décorative tout en conservant le sens comme enjeu. Un sens qui, comme le souhaite l'artiste, concerne
    Représentations :
    Beaumont-La-Ronce, Neuvy-Le-Roy et Neuillé-Pont-Pierre. Certains exploitants qui travaillent à la Halle de dans le décor extérieur, comme si les parcelles vues du ciel se peuplaient d'agriculteurs, d'animaux et
    Description :
    collé sur verre. Le décor est composé de deux parties : une visible depuis l'extérieur du bâtiment et diffusant la lumière. Les espaces non recouverts par l'adhésif restent transparents comme le vitrage. La (avec un film de lamination de protection). Le décor collé à l'extérieur offre donc un effet de vitrail.
    Titre courant :
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à
    Annexe :
    dans le monde -les éléments liés à l'eau et aux moulins -les éléments concernant l'élevage
  • Auzouer-en-Touraine, Lycée Beauregard : ensemble de pièces murales,
    Auzouer-en-Touraine, Lycée Beauregard : ensemble de pièces murales, "Avant de parler", "Beauregard", "Le Signe du singe", "Voir" Auzouer-en-Touraine - 15 rue André Bauchant - en ville
    Inscriptions & marques :
    Plaque signalétique : Avant de parler / Beauregard / Le signe du singe / Voir / Œuvres de Jean
    Historique :
    "Avant de parler", "Beauregard", "Le signe du Singe" et "Voir" constituent un ensemble de pièces . Réalisé par Jean-François Guillon, cet ensemble est acquis par le Conseil régional en 2009 dans le cadre
    Description :
    dire avant de parler" dans 6 cadres ; les mots "signe et singe" dans deux cadres ; le mot "voir" exposé directement sur le mur et le "i" matérialisé par un tube ; le mot "Beauregard" décomposé en dix lettres
    Titre courant :
    ", "Le Signe du singe", "Voir"
    Illustration :
    Vue de situation de l'un des éléments de l'oeuvre "Le signe du singe". IVR24_20143704415NUC4A
  • Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau
    Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau Villedômer - Cornilleau - en écart - Cadastre : 1835 D4 1053 1835 D4 1054 1835 D4 1055 2012 ZR 9 2012 ZR 10
    Historique :
    un second logis ont été édifiés entre 1784 et 1832. Le second logis est agrandi en 1855. Un déversoir est construit en 1824. Le moulin aurait servi de scierie au début du 20e siècle (avant 1906), il est remis en activité en 1913 par son propriétaire, le baron de Cools. Les anciennes écuries ont été
    Hydrographies :
    Le Madelon
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. S 5576. Moulins sur le Gault.
    Description :
    Le moulin, le logis primitif et les anciennes écuries sont en rez-de-chaussée et étage de comble pour l'encadrement des baies et les chaînes d'angles. Le second logis en pan de bois à grille hourdé de
    Illustration :
    Vue d'ensemble du moulin, du logis primitif et de l'extension, depuis le nord
  • Bordellerie : ferme
    Bordellerie : ferme Lureuil - La Bordellerie - isolé - Cadastre : 2015 C 9 1812 C 37, 38
    Historique :
    1735-1737, dans le terrier de Lureuil (AD 36 H 616). Le lieu-dit est indiqué sur la carte de Cassini . Quatre bâtiments repartis autour d’une cour sont figurés sur le plan cadastral de 1812. Leur disposition
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    . Tous les accès aux bâtiments sont logés dans les murs gouttereaux. Orienté est-ouest, le logement
    Illustration :
    Le lieu-dit est porté sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A La ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section C). (Archives départementales de l'Indre Vue générale de la ferme depuis le sud. IVR24_20163600075NUC2A ), depuis le sud. IVR24_20163600078NUC2A
  • Champeaux : manoir dit de Champeaux
    Champeaux : manoir dit de Champeaux Margon - Champeaux - isolé - Cadastre : 1811 C2 211 1990 C2 318
    Historique :
    Le lieu-dit est attesté comme lieu noble dès 1149 sous le toponyme de Campelli. Le manoir du 14e siècle, comme en témoigne la cheminée de la salle. Au 15e siècle, le manoir entre dans la responsable des remaniements importants affectant le logis manorial et le corps de passage. En 1632, Jean III d'Amily vend Champeaux à François de Riants qui le réunit le 20 janvier 1671, avec Margon et Houdangeau (à agricoles et de la construction de nouvelles dépendances. Le comte de Jeux achète une partie du domaine en cintre du logis manorial et du corps de passage). De nos jours, le manoir appartient à une société de placements immobiliers qui le réhabilite.
    Observation :
    percheronne, lors de sa visite du manoir. Champeaux est à mettre en lien avec le manoir du Bois Jolly
    Référence documentaire :
    Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 3510. Échange entre le chapitre de Saint-Jean et Jean halles de Nogent et l'autre sur le moulin le Comte.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    , le manoir de Champeaux comprend un bâtiment principal composé de plusieurs corps (logis, corps de cour ouverte au sud-est : Le bâtiment principal, constitué de deux ailes perpendiculaires, abrite , sous des toits différents, le logis manorial, un bâtiment en rez-de-chaussée, le corps de passage, une dépendance (à usage probable d'écurie) et une grange organisée en retour d'équerre au sud-est. Le logis bâtiment en rez-de-chaussée lui est accolé, puis le corps de passage. Ce dernier est percé au rez-de , corps de passage et bâtiment intermédiaire) et le rampant sculpté du mur-pignon sud-ouest du logis sont
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord (cliché Christophe Adde, années 1980). IVR24_20082800927NUCA Vue d'ensemble depuis le sud-est et détail du corps de passage (cliché Gilles Provost, vers 1992 Vue d'ensemble depuis le nord-ouest et façade nord-ouest du logis manorial (cliché Gilles Provost
  • Descartes (Indre-et-Loire) : église Notre-Dame-de-la-Haye, projet de Jean Mauret pour 10 verrières
    Descartes (Indre-et-Loire) : église Notre-Dame-de-la-Haye, projet de Jean Mauret pour 10 verrières Descartes - rue Notre-Dame - en village
    Historique :
    En octobre 2002, dans le cadre de la restauration intérieure de l'église Notre-Dame-de-la-Haye à réalisation des travaux de avril à décembre 2004. Ces délais sont repoussés de six mois puis en mars 2005, le
    Observation :
    Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 19 juin 1981 et le 27 mai 1994.
    Description :
    beaucoup, je propose de supprimer ces cadres dans les 5 baies tout en conservant visuellement le dessin qui donne sur le comble (non prévu au marché). Étant donné sa situation particulière, je propose pour ce vitrail d’utiliser des verres blancs opaques plaqués qui accrochent la lumière par réflexion et permettent de retrouver le plan de la baie tout en jouant avec le fond noir pour créer des contrastes. (...) Le
    Illustration :
    -Lignières (Cher). 73 x 135 cm. Losanges irréguliers, blancs opalescents, noir, verres industriels, jaune -Lignières (Cher). 44 x 115 cm. Verres blancs opalescents, bleu et jaune. IVR24_20113702974NUC2A -Lignières (Cher). 49 x 135 cm. Verres blancs opalescents, rouge et jaune. IVR24_20113702975NUC2A -Lignières (Cher). 48 x 137,5 cm. Deux panneaux. Verres blancs opalescents, rose à l'or, rouge, noir, jaune 131 cm. Losanges irréguliers, blancs opalescents, noir, verres industriels, jaune d'argent
  • Vendôme, Lycée André Ampère : sculpture,
    Vendôme, Lycée André Ampère : sculpture, "TeNdRe" Vendôme - 11 rue Jean-Bouin - en ville
    Inscriptions & marques :
    Les néons forment le mot "TeNdRe"
    Historique :
    L’œuvre intitulée "TeNdRe" a été réalisée en 2006 par l'artiste Rémi Uchéda. Le coût de cette œuvre est de 5 000 euros. Elle a été achetée après sélection par le Comité artistique de la Région Centre , dans le cadre du 1% artistique relatif à l'extension de l'internat du Lycée André Ampère.
    Description :
    Cette œuvre est composée de six lettres en néon fluo blanc. Ces dernières sont raccordées à un
    Annexe :
    d'abord sur la vitrine, collé au mur le mot "TeNdRe", écrit au néon fluo, appelle le passant, le sur deux, image un aller-retour entre le lieu de la majuscule et de la minuscule. C'est un va-et-vient entre le début de la phrase, un non propre et un non commun. Cette typographie est pliée dans son dessin (deux dimensions) comme pour asseoir son signifiant. Pour lui donner un pied, qu'elle tienne sur le même tient, qui garantit, qui enseigne, qui transmet. C'est aussi signaler le lieu de la parole, du dialogue , placé en hauteur il oblige à lever la tête. Il laisse le regard le traverser dans son dessin, dans sa
  • Brosse : demeure et ferme
    Brosse : demeure et ferme Lureuil - La Brosse - en village - Cadastre : 2015 A 580, 581, 582 1812 A 514 à 523
    Historique :
    Le fief de Brosse, selon A.-F. Aude (2015), est mentionné dès le 16e siècle. D'obédience poitevine , il a peut-être relevé de la seigneurie-commanderie de Lureuil sous l'Ancien Régime. Le terrier de , cellier, grange, étables, écuries, cour et (…) le tout renfermé de fossés (…)" (Archives départementales de l'Indre, H 616). Le lieu de la Brosse est représenté avec le symbole d’une gentilhommière sur la rectangulaire) sont portés sur le plan cadastral de 1812. Le manoir actuel, généralement appelé château de
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6066). postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6067). p.297 DE LA TREMBLAIS, M., DE LA VILLEGILLE, M., DE VORYS, J. Esquisses pittoresques sur le
    Description :
    ) en tuile plate (hormis le manoir couvert d’ardoises). Les murs sont très majoritairement en moellons de calcaire ; les accès principaux, tous en murs gouttereaux. Le manoir, orienté sud-ouest/nord-est ouverts sur la cour du manoir à l’ouest). Le logement, situé à l’extrémité nord du bâtiment sud-ouest, est nord-est. Le chemin qui mène à ce dernier est bordé de chaque côté par un long bassin étroit, fermant le côté nord-est de la propriété.
    Illustration :
    Le lieu-dit "La Brosse" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Un logis seigneurial et ses dépendances agricoles et domestiques sont portés sur le plan cadastral Vue du château depuis le sud-est. IVR24_20163600329NUC2A Vue du château depuis le nord-ouest. IVR24_20163600313NUC2A Vue de la partie orientale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600332NUC2A Vue de la partie orientale de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20163600320NUC2A Vue des granges depuis le sud-est. IVR24_20163600324NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le sud. IVR24_20163600328NUC2A Vue du logement et des écuries depuis le nord. IVR24_20163600322NUC2A Vue des étables depuis le nord-ouest. IVR24_20163600321NUC2A
  • Corquoy (Cher) : église prieurale de Grandmont, 4 verrières de Jean Mauret
    Corquoy (Cher) : église prieurale de Grandmont, 4 verrières de Jean Mauret Corquoy - Route D 27 entre Corquoy et Chateauneuf-sur-Cher Grammont - isolé
    Observation :
    Le prieuré de Grandmont est inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 19 février 1926.
    Description :
    d'une rose (3). Les deux meneaux de la baie est (0) ont disparu mais les vitraux en reprennent le présentent de nombreuses variantes et aucune ne correspond exactement aux vitraux définitifs, signe que le
    Illustration :
    Carton réalisé en 2010. Choeur. Le fond a été traité avec des verres blancs et transparents tous divers (21 x 29 cm pour le plus grand), échelle 1/20e. Documents conservés à l'atelier de Saint-Hilaire 13,5 cm pour le plus grand), échelle 1/20e. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières 29,5 cm pour le plus grand), échelle 1/20e. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières Le chevet de l'église. IVR24_20151800209NUCA Le chevet et les vitraux des baies 0, 1 et 2 réalisés en 2010. IVR24_20151800207NUCA Le chevet, détail sur les baies 0 et 1 (vitraux réalisés en 2010). IVR24_20151800208NUCA
  • Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture,
    Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture, "Melodic European Parliament" Joué-lès-Tours - 45 rue de la Gitonnière - en ville
    Historique :
    L’œuvre de Cécile Le Talec a été réalisée en 2009 au titre du 1% artistique dans le cadre de
    Auteur :
    [créateur] Le Talec Cécile
  • Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Georges, 8 verrières de Jean Mauret
    Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Georges, 8 verrières de Jean Mauret Faye-la-Vineuse - Place de l'Église - en village
    Historique :
    , est assez médiocre et fragile". Selon lui, "le vitrail de l’oculus de la croisée au-dessus de l’arc du très médiocre. Les vitraux de la nef composés de grands panneaux de verre industriel blancs avec un dessin d’esprit cistercien peint" sont également en mauvais état mais hors projet. Le marché mis en ligne crypte (losanges bleus/verts/blancs) est également prévue. En réponse à ce marché, Jean Mauret propose un (tranche conditionnelle). La réception du lot vitrail a lieu le 31 mars 2008.
    Observation :
    Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 3 décembre 1931.
    Description :
    sera réalisée dans le même esprit". Les 7 baies du chœur sont placées très haut et ne sont pas visibles en totalité depuis le sol de l'édifice. Elles présentent toutes une composition identique : partie verre blanc opalescent (parties droites) et verres plaqués gravés et travaillés au jaune d'argent (angles bas et partie cintrée). Des motifs colorés (feuilles) animent le haut et le bas des bordures. Dans le tympan des baies, une croix à branches égales est obtenue par gravure. La composition de l'oculus nord reprend le même principe et les mêmes motifs que ceux des baies hautes du chœur. L'artiste a joué sur la largeur des bandes horizontales (blanc opalescent ou transparent) suivant un axe vertical. Les verres transparents et blancs opalescent, les mêmes motifs de feuilles et les mêmes croix à branches
    Illustration :
    Les baies hautes 201 et 200 dans le choeur. IVR24_20163703086NUCA Les baies 206 et 204, vue prise depuis le déambulatoire. IVR24_20163703085NUCA La baie 206, vue prise depuis le déambulatoire. IVR24_20163703084NUCA
  • Montipouret (Indre) : église Saint-Martin, 7 verrières  de Jean Mauret
    Montipouret (Indre) : église Saint-Martin, 7 verrières de Jean Mauret Montipouret - place de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Historique :
    chevet plat, tandis que la nef, la tour du clocher et le portail occidental sont le fruit d'une pour la sauvegarde de l’édifice car la mise hors d’eau n’est plus assurée. Le maire contacte Mme devis daté du mois d'août suivant fixe le choix de la variante avec vitraux de création dans la nef facturés en octobre de cette année (suivant le devis d'août 2002). On remarque que Jean Mauret a finalement
    Observation :
    Eglise Saint-Martin classée au titre des Monuments historiques depuis le 5 octobre 1922.
    Description :
    (rectangles) et bordeaux (carrés) cernant une partie centrale de bandes horizontales en verre blanc opalescent aplats jaunes / orangés (jaune d'argent) et bordeaux cernés d'une bordure en verre blanc opalescent. Les le tympan de chacun des vitraux. Les bordures sont constituées de petites bandes horizontales grises ) ou vert/jaune (5). Le vitrail en losanges du bras nord du transept n'est pas de Jean Mauret, il date
    Illustration :
    Maquettes proposées en 2002. crayon et gouache sur calque, 8,5 x 10 cm (le plus grand des 4 calques Panneau d'essai réalisé en 2004. 59 x 76,5 cm (le panneau d'essai est plus grand que la fenêtre sur place, erreur dans prise de dimensions). Verres transparents, blancs opalescents et jaune d'argent
  • Orléans, Lycée Voltaire : sculpture,
    Orléans, Lycée Voltaire : sculpture, "La Vitesse II" Orléans - 3 avenue Voltaire - en ville
    Historique :
    L’œuvre du sculpteur Denis Pugnère a été achetée par la Région Centre-Val de Loire dans le cadre de
    Description :
    La sculpture est composée d'un bloc de marbre blanc fixé sur une tige métallique est porté sur une
    États conservations :
    Le bloc de marbre oscille sur son socle du fait de la liaison instable de la tige métallique.
  • Moulins-sur-Yèvre (Cher) : église Saint-Austrégésile, 4 verrières de Jean Mauret
    Moulins-sur-Yèvre (Cher) : église Saint-Austrégésile, 4 verrières de Jean Mauret Moulins-sur-Yèvre - rue Albert Luquet - en village
    Description :
    bandes de largeurs différentes soulignant le plein cintre des baies. Ces bandes sont constituées de verres opalescents gris et blancs et de verres transparents. Des petits carrés (orangés, noirs, kaki de verres opalescents blancs et gris. Les touches de couleurs sont généralement de forme carrée. Les
    États conservations :
    Les vitraux des baies 7 et 9 ont été endommagés par le jet d'un ballon. Projet de les restaurer en
    Illustration :
    Maquettes proposées en 2002. Crayon et aquarelle sur calque, formats divers (9,5 x 13 cm pour le Vue extérieure de l'église prise depuis le nord-ouest avec les vitraux des baies 7 et 9 réalisés en Vue extérieure de l'église depuis le sud-est : sacristie, bras sud du transept (vitrail de la baie
  • Paulnay (Indre) : église Saint-Étienne, 7 verrières de Jean Mauret
    Paulnay (Indre) : église Saint-Étienne, 7 verrières de Jean Mauret Paulnay - Place de l'Église - en village
    Historique :
    devis actualisé. Lors du Conseil municipal du 25 juin 2010, il est décidé de retenir le devis de Jean
    Observation :
    Eglise Saint-Etienne classée au titre des Monuments historiques depuis le 24 février 1910.
    Description :
    simplisme et la dynamique de ces verrières repose sur le léger décalage qui existe entre la verticalité des et leur transparence, avec une application ponctuelle de jaune à l’argent qui vient rehausser le surface permettent de visualiser le plan vertical de la baie et de préciser le rapport du vitrail à bandes, l'une extérieure fine en verre blanc opalescent est ponctuée de petits carrés de couleurs parties centrales des vitraux présentent des bandes horizontales de grands carrés gris et blanc opalescent séparées par des bandes plus étroites (rectangles blancs et petits carrés multicolores). Ces bandes
  • Saint-Pierre-les-Bois (Cher) : église Saint-Pierre, 12 verrières de Jean Mauret
    Saint-Pierre-les-Bois (Cher) : église Saint-Pierre, 12 verrières de Jean Mauret Saint-Pierre-les-Bois - Place de l'Église - en village
    Historique :
    (baies 3 et 4). Le vitrail situé côté sud (baie 4) est aveugle et donne sur la sacristie (il n'est pas
    Observation :
    depuis le 24 février 1926.
    Description :
    alternant avec des bandes plus étroites en verre blanc opalescent, verres industriels et quelques touches entourée de deux ou trois bandes de verre opalescent blanc et d’une bordure assez neutre (verres blancs cintrée. Le lobe central est fermé d’une pièce de verre industriel. L’ensemble des vitraux est très encore plus hautes en couleurs, laissant moins de place aux blancs et aux transparences. Parmi ces mêmes
    Illustration :
    , formats divers (11 x 24 cm pour le plus grand). Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières Mur séparant le choeur de la nef : vitraux des baies 101 (gauche) et 102 (droite) réalisés en 2012 Vitrail de la baie 101 (mur séparant le choeur de la nef) réalisé en 2012. 93 x 51 cm
  • Primelles (Cher) : église Saint-Laurent, 16 verrières de Jean Mauret
    Primelles (Cher) : église Saint-Laurent, 16 verrières de Jean Mauret Primelles - Primelles-Bourg - D 147 - en village
    Historique :
    . Le conseil municipal souhaite faire réaliser des vitraux. Un nouveau devis est proposé en juillet
    Observation :
    L'église Saint-Laurent de Primelles est classée au titre des Monuments historiques depuis le 8
    Description :
    Jean Mauret. Dans le chœur, les baies 0, 1 et 2 présentent une composition rigoureuse et sobre sont composées de bandes de grands carrés et de rectangles de couleurs, blancs et gris opalescents et vitraux présentent une large bordure (tons bleus, blancs et noirs) cernant une partie centrale composée de pour la baie 5). Les baies 7, 9, 11, 10, 12, 14 de la nef reprennent le principe des baies 3 et 4 très variés. Le jaune d’argent a été utilisé ponctuellement ainsi que la technique de la gravure à la
    Illustration :
    Panneau d'essai réalisé en 1999. 41 x 139 cm. Verre à relief, verre blanc opalescent, multicolore Panneau d'essai réalisé en 1999. 41 x 139 cm, verre à relief, verre blanc opalescent, multicolore industriels, blanc opalescent, noir, rouge, jaune, gravure. IVR24_20121800097NUC2A , blanc opalescent, noir, rouge, jaune. IVR24_20121800096NUC2A , blanc opalescent, noir, rouge, jaune, brun, gravure, trou. IVR24_20121800169NUC2A Panneau d'essai réalisé en 2003. 27 x 105 cm. Verres blanc opalescent, à relief, noir, jaune, vert
  • Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-ès-Liens, projet de Jean Mauret pour 4 verrières
    Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-ès-Liens, projet de Jean Mauret pour 4 verrières Bueil-en-Touraine - Place Jean de Bueil - en village
    Historique :
    cohérence avec le décor intérieur". Il propose une consultation auprès de plusieurs maitres-verriers (4 ou 5 ), retenus pour leurs références et leurs compétences. Le marché pour la restauration générale et la mise en valeur de la collégiale paraît en décembre 2004. Le lot "vitraux" consiste en la création de vitraux neufs (28 m²). Le mois suivant, Jean Mauret envoie à la DRAC Centre un ensemble de maquettes avec
    Observation :
    Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 31 octobre 1912.
    Description :
    nette avec l’orthogonalité, la place importante accordée aux blancs et le choix très varié de verres de trames décalées qui servent de support à la couleur qui intervient ponctuellement et définit le l’intérieur des « blancs » grâce à des contrastes de valeur, mais aussi des passages plus souples". Les véritablement le dessin du vitrail et apportent une dynamique à l'ensemble.
  • Marville (Meuse) : église Saint-Nicolas, 4 verrières de Jean Mauret
    Marville (Meuse) : église Saint-Nicolas, 4 verrières de Jean Mauret Marville - 1 place Saint-Benoît - en village
    Historique :
    acceptées en 1982. Un devis actualisé est proposé à cette date mais le projet est de nouveau suspendu. C'est
    Observation :
    Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 2 février 1920.
    Description :
    Les vitraux réalisés par Jean Mauret dans le chœur et le transept de l'église Saint-Nicolas de fond bleu quadrillé, une composition de roses rouges et de lys blancs, surmontée d'une croix dorée à
    Illustration :
    Maquettes proposées en 1982 pour le choeur. Crayon et gouache sur papier. 19 x 71 cm et 16 x 45,5 Maquette proposée en 1982 pour le choeur. Crayon et gouache sur papier. 18 x 90 cm, échelle 1/10e Carton réalisé en 1982 (il manque le haut de la baie). Fusain sur papier. 70 x 405 cm, échelle 1 Vue d'ensemble intérieure de l'église, depuis la nef vers le choeur. IVR41_20175510038NUCA Vue prise vers l'est depuis le collatéral nord de l'église : vitrail de la baie 5 (face est du bras Vue prise vers l'est depuis le collatéral sud de l'église : vitrail de la baie 6 (face est du bras
1 2 3 4 5 Suivant