Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty)
    Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 5 rue du Paty - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    nom d’un vitrail portant les armes de la maison de Bretagne qui y aurait été retrouvé. Si les premiers de le dater entre 1540 et la deuxième moitié du 16e siècle. La cave à cellules pourrait être plus fond de cour. L’édifice est acquis par Alfred-Emilien Coulon en 1890. Il fait reconstruire la façade L’édifice est connu des historiens percherons sous l’appellation « Écu de Bretagne». Il tient son documents faisant directement mention de l’édifice datent du 18e siècle, les différents marqueurs -fripier. Un acte de 1765 décrit son organisation. En 1811, l’édifice est figuré sur le cadastre ancien avec quatre bâtiments disposés selon un plan en U et articulés autour d’une cour. La propriété n’est sur rue entre 1890 et 1900. L’Ecu de Bretagne est inscrit aux Monuments historiques le 2 mars 1993. Il fait partie, avec une maison accotée située au 7 rue du Paty, d’une même propriété détenue par la commune de Nogent-le-Rotrou.
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série B : 2566. Procès de Michel Daulge, sieur du Buisson, trésorier de la p. 144 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle, Grand Ouest de la France château de Villebon, les châteaux de Bélesme et Mortagne et l'abbaye de la Trappe. Nogent-le-Rotrou : [s.n Fol 34 r°. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent Direction régionale des affaires culturelles, service régional de l'archéologie. Procès verbal fabrique de Notre-Dame contre Bertrand de Regnouard, sieur du Puy, ancien trésorier de ladite fabrique p. 46. THOMASSU, J. L. F. M. Recherches historiques sur Nogent-le-Rotrou, l'abbaye de Thiron, le
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'édifice situé au n°5 de la rue du Paty est implanté à l'alignement, en bas du coteau limitant le comprend deux étages carrés et un étage attique. Il est bâti en partie en pierre de taille et en moellons plateau Saint-Jean situé à l'est. Il est composé de trois bâtiments disposés autour d'une cour arrière qui donne également accès à une cave à cellules creusée dans le coteau en fond de parcelle. Le bâtiment sur rue comprend deux étages carrés au-dessus du rez-de-chaussée et un étage de comble. Il est construit en moellons de pierre calcaire enduits. Le bâtiment en retour d'équerre directement accolé au premier de calcaire enduits. Enfin, le troisième bâtiment situé en continuité du précédent ne comprend qu'un étage carré et est composé d'une maçonnerie en brique. L'ensemble des toitures est couvert de tuiles . Un escalier droit permet d'accéder à la cave en desservant une salle voûtée en berceau plein-cintre
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty)
    Appellations :
    Ecu de Bretagne
    Annexe :
    [...] dessus des commodites au bout ; une cave a la suite un grand galetas au—dessus de la cave ou il y a une dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. Item la justice et jurisdiction sur cinq maisons et leurs feu et cheminées, l’une sur la rue et l’autre sur la cour. Deux autres chambres hautes au—dessus des susdites aussi a feu, un petit cabinet a cote donnant sur la rue, un grand escalier avec deux galeries pour monter aux chambres et grenier dans lesquelles galeries se rencontrent quatre cabinets, servant de charbonnier, un grenier sur les dites chambres, et une petite chambre au—dessus de l’escalier sans y avoir Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. AN, série P : article P898. Aveu et appartenances dont y en a une au bout de ladicte halle en montant aux marches vers sainct jehan et quattre sur ladicte rue doree appartenans ausdictz heritiers de regnouard messire nicollas lormeau prestre cure de nostredame, le sieur de mongobert et me philipes jacquelin chirurgean et autres se tenant lune l’autre et
    Texte libre :
    construits en pierre de taille de calcaire blanc. La façade est du bâtiment 1 possède quatre niveaux chanfrein. Le dernier niveau est éclairé par la fenêtre O-1342 dont les piédroits en pierre de taille en pierre de taille est visible côté ouest. A partir du quatrième niveau, la façade est en moellons tient son nom d’un vitrail portant les armes de la maison de Bretagne qui y aurait été retrouvé. L’aveu de 1648 comporte la déclaration des droits de justice et juridiction sur cinq maisons et leurs appartenances, situées entre l’actuel n°3 et n°9 de la rue du Paty. Celles-ci sont possédées par les héritiers Regnouard est mentionné au cours d’un procès en 1615. Il est alors sieur du Puy et ancien trésorier de la située à quelques pas de la rue du Paty. Jouachim de Lespinay, écuyer et sieur de Montgobert, est marié à charbonniers. Une petite chambre prend place au-dessus de l’escalier. La cour est occupée par une écurie, des de cour. L’édifice est acquis par Alfred-Emilien Coulon en 1890. Il fait reconstruire la façade sur
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et de la cave IVR24_20162801322NUDA Coupe longitudinale de la cave et élévation (1906) de l'aile en retour. IVR24_20162801359NUDA Coupe transversale de l'escalier, orthophotographie et élévation de la face est Face nord, rez-de-chaussée, détail de la porte de l'escalier. IVR24_20162801331NUCA Face nord, rez-de-chaussée, détail d'un des pilastres de la porte de l'escalier Face est, deuxième étage, détail de la fenêtre o-1332. IVR24_20162801332NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de la cheminée de l'aile sur rue. IVR24_20162801336NUCA Vue intérieure, aile en fond de cour, premier étage (détruit), conduit d'aération de la cheminée Plans de situation. IVR24_20172800166NUDA Plans, coupes et élévations de l'aile en retour sur cour, 1906 (Médiathèque du Patrimoine, cartes
  • Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    D'après les historiens percherons, la maison du Chapitre tiendrait son nom de la proximité de propriétaires de l'édifice. Ainsi, la première tenue aurait appartenu au Sieur de Soullars et à sa femme . La deuxième tenue était en possession de Giles Gouasbin. En 1601, Denys Hubert en est propriétaire , puis sa fille, Louise Hubert, en 1648. Néanmoins, les origines de l'édifice remontent à la deuxième moitié du 15e siècle ou à la première moitié du 16e siècle comme l'indiquent, par exemple, la présence de . L'aveu de 1648 mentionne également le fait que la tenue, anciennement séparée en deux, a été reconstituée carrossable de la cour ayant alors été construits. Enfin, de nouvelles modifications sont apportées au cours confirme qu'un collège de chanoines ait pu occuper les lieux. L'aveu de 1648 mentionne différents , Marguerite de Gaubert, avant d'être transmise à leur fille, Marie Lefranc, et son mari, François de Fegues croisées moulurées d'un décor de baguettes (façade sud) ou encore l'escalier en vis à noyau circulaire
    Référence documentaire :
    p. 223. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite p. 115 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle, Grand Ouest de la France Fol 28 °r. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent AD Eure-et-Loir. Série B : 2498. Lettres d'Henri de Bourbon. 1571. AD Eure-et-Loir. Série B : 2516. Assemblée des habitants de Vicheres. 1587. Feuille A1 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). -similé de l'édition de Mortagne, 1613). d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L'édifice, en forme de H irrégulier, est implanté en partie à l'alignement sur la rue du Bourg-le -Comte, l'un des axes majeurs de Nogent-le-Rotrou reliant le château Saint-Jean à l'abbaye Saint-Denis . Il possède une cour avant et une cour arrière. Il est constitué de neuf bâtiments et de quatre niveaux, dont l'un est en partie enterré. La tour polygonale abritant l'escalier en vis qui dessert tous les niveaux disposent d'un cinquième niveau. L'édifice est bâti en petits moellons de calcaire enduits à pierre vue et en brique, les toits étant couverts de tuiles plates.
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [propriétaire] Sieur de Soullars [propriétaire] Gaubert de Marguerite [propriétaire] Fegues de François
    Annexe :
    et feste sainct remy sur la maison et tenue qui fut a feu me denys hubert bailly dudict nogent et de longueur soixante piedz sur icelle, d’autre par derriere en tournant a la rue de malaffre sur laquelle est basty un logis et un jardin appartenant a la damoyselle de geroussien d’un coste la susdicte maison et tenue françoys michelet sieur de la bigotterye de present a ses enfans et d’autre coste au cymetiere de leglise de nostredame en partye et autre partye a la maison et jardin dediez pour le predicateur de Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item deux trezains de cens par chacun an audict jour present a damoyselle louyse hubert sa fille veufve du feu sieur de villeroussien escuyer assize en ladicte rue du bourg le conte parroisse nostre dame dudict nogent, ce concistant en une tenue de logis de separee neantmoings que ce n’en fust qu’une l’une qui appartenoit au feu sieur de soullars et damoyselle
    Texte libre :
    moellons de calcaire et de silex. La pierre de taille est réservée aux ouvertures et aux éléments porteurs pans et pignons découverts, dont les rampants à crossettes sont montés en pierre de taille. La façade crossettes sont en pierre de taille. Le bâtiment 2 possède deux niveaux d’élévation et deux travées. La l’absence de preuves confirmant l’existence d’un collège de chanoines et de la localisation de son chapitre dans l’édifice étudié, l’appellation utilisée n’a pu être confirmée. L’aveu de 1648 comporte la déclaration d’une "maison et tenue" située à l’emplacement de l’édifice étudié. La tenue est composée de . DESCRIPTION Situation La parcelle qui accueille l’édifice est implantée le long de la rue du Bourg-le-Comte . Celle-ci est située dans le prolongement de la rue Saint-Laurent. Les deux rues forment un des axes plan de la parcelle forme un rectangle irrégulier de 518 m² dont 361 m² sont construits. Elle est de 536 m² et faisant partie de la propriété acquise par l’association des dames institutrices
    Illustration :
    Dessin de la façade sud, vue du sud, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, fonds Massiot Aquarelle de la façade nord, vue du nord, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, fonds Massiot Vue intérieure, niveau 1, détail de la cheminée, salle 2.1. IVR24_20132800160NUC4A Vue intérieure, niveau 3, détail de l'escalier de la tourelle du bâtiment 3. IVR24_20132800158NUC4A Plans de situation. IVR24_20162801244NUDA Plan du premier niveau avec hypothèses de datation. IVR24_20172800140NUDA Plan du premier niveau avec hypothèses (2) de datation. IVR24_20172800141NUDA Façade ouest, vue de l'ouest. IVR24_20132800166NUC4A Vue intérieure, niveau 1, détail de l'escalier du bâtiment 3. IVR24_20162801255NUCA Vue intérieure, niveau 4, détail de cheminée du bâtiment 3. IVR24_20132800159NUC4A
  • Hôtel, actuellement maison (19 rue du Paty)
    Hôtel, actuellement maison (19 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 19 rue du Paty - en ville - Cadastre : BM 29
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    permettent de dater l’édifice (datation qui reste à confirmer pour le bâtiment 3) de la seconde moitié du 15e bâtiment 4 ?), la cave (5) et le jardin. L'aveu de 1648 comporte la déclaration des droits de justice et de Les marqueurs stylistiques conservés en élévation (croisée avec larmiers et culots, arc en anse-de -panier et vestiges de crossettes sculptées) associés à un escalier en vis demi-hors-œuvre hexagonal siècle. Les moulures à double cavets, ainsi que le type de charpente utilisée, plutôt en usage entre 1500 et 1700, permet d’étendre la datation à la première partie du 16e siècle. Ayant un accès indirect depuis la rue, et disposant d’un passage carrossable, d’une cour et d’un jardin, l'édifice peut être reconnu comme un hôtel. Ce dernier devait être accessible depuis la rue par un couloir latéral menant à la . L’hôtel a fait l’objet de nombreuses modifications (escalier tournant, façades des bâtiments 3 et 4), une boutique a notamment été installée au rez-de-chaussée de l’aile sur rue (20e siècle) avant d’être
    Référence documentaire :
    Fol. 34. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    tandis que le comble est accessible par un escalier en vis. La façade sur rue est dotée de deux travées pénètrent des piédroits traités en quart-de-rond. La seconde travée du rez-de-chaussée, dont le mur a été en ouvertures possèdent des négatifs de croisillons. La façade est couronnée par une corniche moulurée d’un L’édifice est implanté selon un plan en L entre la rue du Paty, une cour et les pentes du plateau perpendiculaires (3 et 4) constituant une aile en retour sur cour. L’édifice est accessible depuis la rue par un passage latéral charretier menant au rez-de-chaussée du bâtiment 1 et à une cour. Celle-ci distribue à son menant au jardin, lui-même situé sur les pentes du château. L’édifice est composé de deux niveaux . Au rez-de-chaussée, une porte bâtarde est construite sous un arc en anse-de-panier dont les cavets talon, les vestiges d’une ancienne crossette zoomorphe sont visibles côté nord. Sur cour, la porte du couloir latéral (détruite) est surmontée d’une galerie en pan-de-bois. L’aile sur rue possède une
    Annexe :
    douves dudict chasteau en la parroisse de nostre dame et qui sont de present occuppees par ladicte veuve Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol n°34. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol n°34. " [...] Item droictz de justice et jurisdiction sur dix maisons et tenues avecq leurs appartenances et dependances qui sont scizes du mesme coste de rue pres les ozan la maison st roch, gobet, jacques brette les barons, langloys, debouges guerrier, rondeau et
    Illustration :
    Bâtiment 1, face ouest, premier étage, baie de la première travée. IVR24_20162801591NUCA Plans de situation. IVR24_20162801954NUDA Bâtiments 1 et 2, face est, vue de l'est. IVR24_20162801588NUCA Jardin, vu de l'ouest. IVR24_20162801589NUCA Bâtiment 1, face ouest, rez-de-chaussée, porte bâtarde. IVR24_20162801590NUCA
  • Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières)
    Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières) Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Poupardières - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    L’aveu de 1648 contient la déclaration d’une maison et d’un jardin situés à l’emplacement de trouve sur la parcelle voisine. En 1648, la propriété contient un logis manable (habitable) "composé de parallèlement à la rue en fond de parcelle porte différents marqueurs stylistiques (fenêtres géminées à linteau sculpté d'arcatures brisées, contrefort) permettant de la dater de la fin du 13e siècle ou du 14e siècle . Elle a fait l'objet de reprises, notamment entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié corinthienne, daterait de la première moitié du 16e siècle. Enfin, l'aile disposée en équerre pourrait dater de la seconde moitié du 15e siècle ou de la première moitié du 16e siècle (rampants à crossettes sculptées) et avoir été reprise dans dans la seconde partie de ce 16e siècle et au 17e siècle. l’édifice étudié. Ils appartiennent alors à Louise Le Sueur qui les tient de son père, Jean Le Sueur. Louise est l’épouse de Jouachim de Lespinay, écuyer et sieur de Montgobert. Le couple possède plusieurs
    Référence documentaire :
    p 7. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite p.159 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle, Grand Ouest de la France. Turnhout Fol 29 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le AD Eure-et-Loir. Série B : 2574. Procès entre Jean Lesueur, sieur de Vaupousteau, et Denis Hubert , bailli de Nogent [...]. 1618. Feuille A2. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Recueil de relevés (plans, coupes, élévation) / F. Semichon (architecte DPLG). (Archives privées). -similé de l'édition de Mortagne, 1613). Livre d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).
    Représentations :
    Le vantail de la porte porte en partie haute un décor inscrit dans un tympan semi-circulaire surmonté de deux écoinçons. Il est sculpté de deux putti représentés de face, et se regardant l'un l'autre . Ils sont disposés de part et d'autre d'un mascaron et d'un écu. Les deux personnages tiennent ce qui ressemble à des phylactères, des rubans ou des lanières de cuir.
    Description :
    pierre de taille étant réservée aux ouvertures et aux éléments porteurs. Seule la tour d'escalier est long de la rue des Poupardières. Il est composé de bâtiments disposés selon un plan en L. Ceux-ci sont -œuvre est principalement constitué d'une maçonnerie de calcaire et de silex enduite à pierre vue, la construite en moyen appareil de pierre de taille. Les toits sont couverts de tuiles plates. L’édifice est implanté au sein d’un îlot situé au pied du château Saint-Jean et borde la rue des accessibles depuis la rue par un passage carrossable ménagé sur la rue des Poupardières. Ils n’ont pas pu être étudiés. Le second groupe adopte également un plan en L. Il est accolé au nord et à l’est à l’hôtel dit de Carpentin. Au sud, la parcelle est redoublée par un jardin. Les deux ailes (l'une comporte un sous-sol partiellement enterré, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble, l'autre compte deux étages carrés au-dessus du rez-de-chaussée) sont distribuées par une tour d'escalier hexagonale demi-hors
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [propriétaire] de Lespinay Jouachim
    Annexe :
    poupardieres ayant quarante six piedz et demy de longueur sur icelle, d’autre par derriere a la maison qui fut a me jehan pallu et depuys a jehan le breton sieur de la reine bouviere et de present audict sieur de montgobert dun coste a la susdicte tenue et dautre costé a un logis jardin et tenue qui fut audict Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 29 v°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 29 v°. [...] Item deux deniers de cens au jour sainct jehan baptiste sur la maison et jardin joignant la precedante scize sur ladicte rue des poupardieres qui fut a me jehn le sueur conseiller du roy esleu au perche et de present a ladicte damoyselle louyse le sueur sa fille espouze dudict sieur de montgobert contenant un logis manable composé de plusieurs chambres basses et sur ladicte rue des poupardieres parroisse de nostredame joignant par le devant a icelle rue des jehan pallu au droict de ce qui appartient audict sieur de montgobert acquis dudict lebreton [...]
    Texte libre :
    moellons de calcaire et de silex. La pierre de taille est réservée aux ouvertures et aux éléments porteurs rampants à crossettes en pierre de taille. La crossette nord-ouest est sculptée d’un animal assis à la polygonales. Le meneau et le piédroit de l’ouverture ne sont pas taillés dans la même pierre que son et la plate-bande ont été taillées dans des pierres différentes de celles qui composent le reste de HISTORIQUE L’aveu de 1648 contient la déclaration d’une maison et d’un jardin situés à connue sous le nom d’Hôtel Carpentin, se trouve sur la parcelle voisine. L’ancien possesseur de la maison assisté Bart des Boulais dans la rédaction de son ouvrage sur l’histoire du Perche. Il fait également pour les droits seigneuriaux de l’église de Notre-Dame de Nogent. En 1648, la propriété contient un , fournil, estables, portail et jardin ». A la lecture du cadastre de 1811, l’édifice apparaît comme est implanté le long de la rue des Poupardières. Il est composé de bâtiments disposés selon un plan en
    Illustration :
    Face ouest, porte de la tour d'escalier. IVR24_20132800132NUC4A Décor, porte de la tour d'escalier. IVR24_20132800134NUC4A Face ouest, détail du décor de la porte de la tour d'escalier. IVR24_20132800135NUC4A Bas-relief, porte de la tour d'escalier. IVR24_20132800133NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, bâtiment 1, cheminée de la salle 1.2. IVR24_20132800141NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, bâtiment 3, cheminée de la salle 3.1. IVR24_20172800151NUCA Plans de situation. IVR24_20162801256NUDA Portail d'entrée sur la rue des Poupardières, vue du nord-ouest. IVR24_20162801266NUCA Bâtiment 1, face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20172800150NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, escalier en vis. IVR24_20132800142NUC4A
  • Hôtel (86 rue Paul Deschanel)
    Hôtel (86 rue Paul Deschanel) Nogent-le-Rotrou - 86 rue Paul Deschanel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    L’observation d'un toit à deux versants et forte pente, de rampants à crossettes sculptées, d’une tour demi-hors-œuvre dotée d’un toit à croupe polygonale et d’une demi-croisée permet de dater l’édifice entre la deuxième moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. Le fait qu’il ne soit pas accessible depuis la rue, qu’il dispose d’un portail carrossable et d’une cour invite à lui attribuer la fonction d’hôtel sans toutefois présumer qu’il l’ait été dès le 15e ou le 16e siècle.
    Représentations :
    La crossette sud est sculptée d’un monstre ailé à queue serpentine (manticore) tandis que la
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    montés en pierre de taille et possèdent des crossettes sculptées. La façade sur rue comporte deux travées moellons de calcaire et de silex, la pierre de taille est réservée aux éléments porteurs. L’édifice est composé de quatre corps de bâtiments disposés selon un plan en L entre la rue Paul accessible depuis la rue par l’intermédiaire d’un portail et d’une cour autour de laquelle les bâtiments sont Deschanel et l’Huisne. Il est implanté sur une parcelle de 28 m de large pour 34 m de long. L’édifice est articulés. Le bâtiment sur rue possède deux niveaux d’élévation prenant place sous une corniche en quart-de -rond et un toit à deux versants recouvert de tuiles plates, doté d’une forte pente. Les rampants sont d’un toit à croupe polygonale, et d’un bâtiment en retour sur cour visible depuis la rue. Ce dernier
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801994NUDA Face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20162801870NUCA
  • Hôtel, actuellement maison (63 rue Paul Deschanel)
    Hôtel, actuellement maison (63 rue Paul Deschanel) Nogent-le-Rotrou - 63 rue Paul Deschanel 1 rue Thibault Meyniel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    tour hexagonale) permettent de dater l’édifice entre la deuxième moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. L’absence de communication entre la tour d’escalier et le bâtiment 2, et le fait campagne de construction postérieure visant à élargir le bâtiment 1 sur cour. Cependant la proximité des carrossable et de la présence d’une cour est donc très probablement un hôtel, qu’il est difficile de dater -ci étant composée de plusieurs maisons. Elle appartient alors aux héritiers du sieur de la Les marqueurs stylistiques observés (vestiges de croisées, porte sous larmier, escalier en vis et que la façade du second soit plaquée sur la première, amènent à penser que le bâtiment 2 est postérieur à la tour d’escalier. Le bâtiment 4 et le mur est du bâtiment 1 semblent également résulter d’une marqueurs stylistiques entre les bâtiments 1, 2 et 4 amènent à restituer des campagnes de construction chronologiquement proches. La présence d’un passage carrossable est confirmée par une aquarelle (1903) et une
    Référence documentaire :
    Fol 21. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    en vis (avec noyau octogonal et trompes) à cage hexagonale. La porte de l’escalier prend place sous ménagées sous des plates-bandes, celles de l’étage portent les traces d’anciens meneaux. La façade nord est -chaussée sont en ciment, à l’inverse de celles de l’étage qui sont en pierre de taille. Les deux fenêtres la cage de l’escalier, elle comporte les traces d’un piédroit à baguette appartenant à une croisée interrompant la corniche. Cette dernière est moulurée en cavet et quart-de-rond. Le mur pignon du bâtiment 4 L’édifice est composé de sept bâtiments disposés selon un plan en L, articulé autour d’une cour un larmier, reposant sur des culots. Son encadrement, orné d'un écu, est mouluré de baguettes distribue le bâtiment 4 qui lui est adossé. L’accès du bâtiment 2 est également situé sur rue, le rez-de -chaussée est doté d’une cheminée en pierre dont le manteau est porté par des consoles en quart-de-rond sur avec faux-entraits, poinçons et jambettes, faîtage et sous-faîtage. La façade ouest du bâtiment 1 est
    Annexe :
    depuys la susdicte tenue jusques au perrin ( ?) sur rue qui faict separation de parroisse de nostre dame detempteurs les enfans feu me jacques michelet sieur de la chevallerye me jean martin advocat me denys mercyer Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n° 21. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n° 21. " [...] Item douze deniers de cens et quattre sols de rente qui antiannement estoyent en plusieurs tenues et de present en une seulle assize en ladicte rue des prez parroisse de nostre dame, ce concistant en une tenue et plasses sur lesquelles y a troyes maisons bastyes composées de plusieurs chambres basses et hautes et autres bastiments devant et derriere courtz perche joignant dunepart a ladicte rue des pez ayant deux cens dix sept piedz de longueur sur icelle et sainct laurent, d’autre part au grand pre le conte un fosse entre deux d’un costé la tenue precedante et d’aute coste a la maison et tenue dun nomme cormier prestre et audict gros perrin sur rue
    Illustration :
    Faces est et sud (bâtiments 1, 2 et 3), vue de la cour (sud-est). IVR24_20162801820NUCA Vue intérieure, deuxième étage, tour d'escalier, piédroit de la porte. IVR24_20162801830NUCA Plans de situation. IVR24_20162801979NUDA Plans schématiques, avec unités de plans restituées. IVR24_20172800111NUDA Face est (bâtiments 1 et 4), vue de l'est. IVR24_20162801819NUCA Vue intérieure (bâtiment 1), rez-de-chaussée, porte de l'escalier. IVR24_20162801826NUCA Vue intérieure (bâtiment 1), rez-de-chaussée, base du noyau de l'escalier. IVR24_20162801825NUCA Vue intérieure, premier étage, trompe de l'escalier en vis. IVR24_20162801827NUCA Vue intérieure (bâtiment 2), rez-de-chaussée, aile en retour sur cour : cheminée
  • Hôtel Saint-Pierre, actuellement immeuble (17 rue du Docteur Desplantes)
    Hôtel Saint-Pierre, actuellement immeuble (17 rue du Docteur Desplantes) Nogent-le-Rotrou - 17 rue du Docteur Desplantes - en ville - Cadastre : 1990 BO 172
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , escalier en vis) permettent de dater l’édifice entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. Sur le cadastre ancien (1811) il apparaît doté d’une vaste cour arrière séparée de la rue de Rhône par un portail. Ceci permet de lui attribuer la fonction d’hôtel. Une aquarelle du 19e destruction d’une partie de l’aile sur la rue du Docteur Desplantes et la réfection de sa façade. La date siècle représente les bâtiments sur cour percés d’une porte en plein-cintre et de plusieurs ouvertures ménagées sous des linteaux en accolade. L’hôtel est frappé d’alignement en 1932, ce qui entraîne la un immeuble de logements.
    Référence documentaire :
    Plan d'alignement de la rue du Dr Desplantes / les ingénieurs Peck, Leroux et Augustin, 1932. Plan . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cartes et plans : 082.28.2023).
    Murs :
    calcaire pierre de taille bois pan de bois enduit
    Description :
    construite en pan-de-bois. La tour d’escalier est appareillée en moellons de silex et en pierre de taille prenant place sur une cour arrière. Le rez-de-chaussée est accessible par deux portes depuis la rue Le bâtiment est implanté à l’angle des rues de Rhône et du Docteur Desplantes. Il est composé d’un corps de logis rectangulaire ayant son grand côté sur rue, et d’une tour hexagonale demi-hors-œuvre , l’étage et le comble sont distribués via la tour d’escalier par une porte également située sur rue. La façade nord-ouest est percée d’une porte et de fenêtres à linteau en bois. Elle est au moins en partie deux pans et un toit en croupe polygonale. Ils sont tous deux couverts de tuiles plates.
    Illustration :
    Face sud, premier étage, détail de la tour d'escalier. IVR24_20162801566NUCA Plans de situation. IVR24_20162801955NUDA Face est, vue de l'est. IVR24_20162801563NUCA
1