Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Vallière : château dit château de La Vallière
    Vallière : château dit château de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 E 123, 124, 125, 126 2009 ZD 87
    Historique :
    adjugée à Laurent Le Blanc, écuyer originaire du Bourbonnais, maire de Tours en 1558-1559. A sa mort en II Le Blanc. Le fils de celui-ci, Jean, obtient de Louis XIII en 1635 le droit de s'appeler La Baume Le Blanc, la branche ainée étant éteinte et la terre de La Baume détenue par un autre seigneur. Jean Baume Le Blanc, obtient, en 1649, l'érection de La Vallière en châtellenie regroupant les fiefs de La Louise de La Baume Le Blanc, dite Mademoiselle de La Vallière, en faveur de laquelle est constitué en Blanc, capitaine lieutenant de cavalerie légère, gouverneur de la forteresse d'Amboise. Le château de La Vallière reste dans la famille la Baume le Blanc et leurs descendants (du Crussol d'Uzès, Rougé) jusqu'en dans le dernier quart du 16e siècle par Jean Le Blanc, le seigneur de Rochecorbon ayant autorisé ce Le Blanc, puis son fils Jean dans la seconde moitié du 16e siècle. La tour d'escalier pourrait avoir Rochecorbon à foi et hommage lige. Le plus ancien seigneur connu est Jacques de La Vallière, écuyer, cité dans
    Référence documentaire :
    p. 532-533. PEROUSE de MONTCLOS, Jean-Marie, (sous la direction de). Le guide du patrimoine Centre GABEAU, Alfred. Étude sur le marquisat de la Vallière et sur les fiefs qui en dépendent. Bulletin
    Représentations :
    pilastres à chapiteau dorique et surmontée d'une table de pierre où figure la devise des la Baume le Blanc sont placées les armes des la Baume le Blanc. A l'intérieur, deux cheminées du rez-de-chaussée ont été l'une la devise des la Baume le Blanc "Ad principem ut ad ignem" ("Près du prince comme près du feu") et indissolu" et les lettres "JBCA" entrelacées pour Jean le Blanc et Charlotte Adam, propriétaires à la fin du Sous les arcades, la porte d'entrée en plein cintre, dont le claveau central représente une tête de d'entrée de la partie nord, dont le claveau central représente une tête de satyre, est encadrée de
    Description :
    ) qui aurait servi de chapelle. Le château consiste en un bâtiment rectangulaire, construit en moellon baies à meneau et croisillon et à traverse. Un cordon marque la séparation entre le rez-de-chaussée et ionique. Le rez-de-chaussée du pavillon sud est occupé par une galerie à trois arcades, constituant un porche abritant l'entrée principale du logis. Une cave voûtée est située sous le pavillon nord. Adossé d'un toit à longs pans en ardoise, prolonge le château vers le nord. Postérieur de plusieurs siècles au logis principal, il s'intègre harmonieusement à ce dernier grâce à la présence d'un cordon séparant le rez-de-chaussée de l'étage et de lucarnes à fronton brisé. Au nord du château, une galerie relie le découvert. Le comble est éclairé par deux lucarnes interrompant l'avant-toit en pierre à fronton porcherie. Au-delà de la basse-cour vers le nord, se trouve une grange qui servait de pressoir construite en plein cintre placée dans le mur pignon est protégée par un escalier droit, donnant accès au grenier. A
    Auteur :
    [propriétaire] La Baume Le Blanc Françoise Louise
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud-est. IVR24_20163702682NUCA Vue d'ensemble de l'entrée, depuis le sud. IVR24_20163702677NUCA Vue d'ensemble de l'entrée, depuis le nord. IVR24_20163702691NUCA chemin de ronde disparu. Le mur d'enceinte a sans doute été reconstruit vers l'intérieur de la cour Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR24_20163702713NUCA Galerie reliant le château au logis du garde, façade est. IVR24_20123700462NUC2A Galerie reliant le château au logis du garde, façade ouest. IVR24_20123700463NUC2A Ancien logis et écurie, aujourd'hui logis, depuis le sud-ouest. IVR24_20163702692NUCA Vue d'ensemble de la grange, depuis le sud. IVR24_20163702704NUCA
  • Maison de notable (Doyenné)
    Maison de notable (Doyenné) La Riche - 19 rue du Doyenné - en ville
    Historique :
    Maison construite possiblement au cours du 16e siècle. Elle est présente dans le cadastre de 1808
    Illustration :
    Le doyenné sur le cadastre de 1808. IVR24_20153700091NUCA
  • Reugny, chapelle du château de la Côte, verrière : la Visitation, la Nativité, la Crucifixion, saint Pierre
    Reugny, chapelle du château de la Côte, verrière : la Visitation, la Nativité, la Crucifixion, saint Pierre Reugny - la Côte
    Référence documentaire :
    RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Rivières tourangelles, La Brenne (sous-affluent de
    Représentations :
    . Le bras gauche de Marie-Madeleine semble avoir été modifié. Dans la partie basse figure saint Pierre (au centre) et deux blasons. Le blason de gauche porte "d'azur au chevron d'or accompagné de trois coquilles de même, deux en chef et une en pointe" et le blason de droite "parti au 1, d'azur au chevron d'or
  • Ville :  chapelle, dite chapelle Saint-Michel, actuellement maison (4 rue du Château)
    Ville : chapelle, dite chapelle Saint-Michel, actuellement maison (4 rue du Château) Château-Renault - 4 rue du Château - en ville - Cadastre : 1835 B 247 2015 AD 535
    Historique :
    Cette chapelle est édifiée dans le cimetière ouvert dans la seconde moitié du 16e siècle, après la chanfreinée font penser à une construction plus ancienne. Le 24 avril 1763, le curé baptise une cloche chapelle est désaffectée après la Révolution, et le cimetière est transféré dans l’actuel en 1807. La chapelle était placée sous le vocable de saint Michel, mais cependant elle est mentionnée sur le plan cadastral napoléonien de 1835 sous le vocable de saint André : le culte y aurait-il été rétabli après la
    Référence documentaire :
    HUTEAU, Lucette. Le vieux Château-Renault : les chapelles. Informations municipales de Château HUTEAU, Lucette. Le vieux Château-Renault : les chapelles. Informations municipales de Château
  • Bourg : maison (1 rue Lucien-Arnoult)
    Bourg : maison (1 rue Lucien-Arnoult) Vernou-sur-Brenne - 1 rue Lucien-Arnoult - en ville - Cadastre : 1817 F 190 2009 AM 178
    Historique :
    . Elle fut, de l'époque de sa construction jusqu'en 1923, le presbytère de Vernou. Le 14 avril 1924, le conseil municipal vota sa transformation en bureau de poste, qui devint effective le 1er janvier 1925. La Poste occupe toujours le rez-de-chaussée mais l'ancien logement du receveur, situé à l'étage, est
    Description :
    faisait auparavant par la porte donnant sur le parvis de l'église.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20103700450NUC2A
  • Cours : ferme
    Cours : ferme Sublaines - Cours - en écart
    Historique :
    par analyse dendrochronologique du 3e quart du 15e siècle (voir dossier Grange IA37005240). Le
    Description :
    Les bâtiments de la vaste ferme de Cours déterminent une cour fermée. Le pigeonnier porche de plan hauteur inégale séparés par deux cordons. Le premier niveau comporte 7 rangées de boulins, le deuxième 6 et le dernier 5, soit au total environ 680 boulins. Le pigeonnier est couvert d'un toit en pavillon
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise depuis la cour avec la grange à porteau à droite, le pigeonnier et un bâtiment Vue d'ensemble prise depuis la cour, à l'est, avec le pigeonnier et la grange à porteau Vue d'ensemble prise depuis le nord de la cour, au nord, avec la face nord du pigeonnier et, à Façade sud du pigeonnier et portail accolé, avec à droite le bâtiment d'exploitation sud : vue , la grange accolée au centre et le pigeonnier à droite. IVR24_20103702464NUCA Vue d'ensemble prise depuis la cour, au nord, avec à droite le pignon de l'ancien logis désaffecté
  • Bourg : maison (3 rue Lucien-Arnoult)
    Bourg : maison (3 rue Lucien-Arnoult) Vernou-sur-Brenne - 3 rue Lucien-Arnoult - en ville - Cadastre : 1817 F 186 2009 AM 455
    Description :
    . Contrairement à la maison voisine (n°1), c'est le mur gouttereau qui est aligné sur la rue et non le mur pignon façade est de la maison, donnant sur le jardin, a conservé une partie en pan de bois. Une cave voûtée est
  • Maison (40 rue Victor Hugo)
    Maison (40 rue Victor Hugo) Amboise - 40 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Le 40 rue Victor Hugo a été inventorié pour sa façade construite en encorbellement, en retrait de
    Description :
    -devant. La structure du premier étage repose sur des aisseliers qui soutiennent son encorbellement. Le peu qui en est visible depuis la rue laisse penser que le premier étage est occupé par un escalier la plus haute que l'on puisse proposer soit le milieu du XVIe siècle.
  • Montfort : manoir dit château de Montfort
    Montfort : manoir dit château de Montfort Chançay - Montfort - isolé - Cadastre : 1816 C2 1574 2009 C 913, 911
    Historique :
    1865. La famille Fouassier en est restée propriétaire jusqu'en 1938. Le registre des augmentations et
    Description :
    Les douves qui entouraient le château primitif présentes sur le cadastre napoléonien ont aujourd'hui disparu. L'accès au château de Montfort se fait depuis le sud en traversant un jardin, lui-même toits en tuile plate. Le logis en rez-de-chaussée est construit en moellon enduit et couvert d'un toit à un pavillon en moellon enduit couvert d'une haute toiture à quatre pans en ardoise. Le pavillon nord l'ouest de la cour, le bâtiment abritant les dépendances est construit en moellon enduit et couvert d'un toit à longs pans en tuile plate. Un portail donnant accès à la ferme est percé dans le mur ouest. Au et couvert d'un toit à longs pans en ardoise ferme la cour vers le nord.
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord-est. IVR24_20163702736NUCA
  • Hommes : manoir, actuellement ferme
    Hommes : manoir, actuellement ferme Sublaines - Hommes - en écart
    Historique :
    L’actuelle ferme de Homme, appelée parfois Le Pavillon, est composée de bâtiments de différentes époques. Le plus ancien est un logis-porche de la seconde moitié du 16e siècle. Les autres bâtiments
    Description :
    Le logis-porche et une construction en pierre de taille de plan massé comprenant un étage carré et couvert d’un toit en pavillon. Le niveau supérieur a été abaissé car les pilastres sont interrompus. Le à meneau, en grande partie bouchée. Le toit couvert d’ardoise laisse dépasser une haute souche de de Marcilly-sur-Maulne (Indre-et-Loire). Divers bâtiments sont construits dans le prolongement du
1