Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : l'Enfant Jésus, Sauveur du monde
    Tableau : l'Enfant Jésus, Sauveur du monde Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Dimension :
    la 140.0 centimètre
    Illustration :
    surmonté d'une guirlande de fleurs.. IVR24_20084500924NUCA
  • Ensemble de 6 chandeliers d'autel
    Ensemble de 6 chandeliers d'autel Neuville-sur-Brenne
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Ensemble datant de la deuxième moitié du 17e siècle ou du début du 18e siècle.
    Représentations :
    fleurs et de rubans figure sur un des noeuds. Des pétales de fleurs ornent la collerette. Le pied et les noeuds sont décorés de motifs végétaux (feuilles). Un angelot (chaque angelot est différent), une couronne de laurier et un ruban sont représentés sur chaque face du pied. Une frise de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ensemble de chandeliers en bois taillé, tourné et sculpté. Chaque chandelier possède une base
    Titre courant :
    Ensemble de 6 chandeliers d'autel
    Dimension :
    La hauteur de 90 cm indiquée sur une des notices MH est erronée.
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Hôtel Hurault de Cheverny (18 rue Saint Martin)
    Hôtel Hurault de Cheverny (18 rue Saint Martin) Blois - 18 rue Saint Martin - en ville - Cadastre : 1810 A 1282
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment sud ; 1er quart 16e siècle : ensemble de la construction pour Jacques de Beaune Semblançay ' église Saint-Martin ; 2e moitié du 17e siècle : propriété de la famille Hurault de Cheverny, en 1749 devis de réparations (agrandissement des fenêtres, suppression des meneaux, aménagements intérieurs), à
    Référence documentaire :
    Archives privées. Procès et contestation lors de la démolition de l'église Saint-Martin, 14 avril la société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, 1922. jardin de la France, 1941. . Mémoires de la société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, 1958. Archives privées. Devis de réparations, 17 mai 1749. Archives privées. Vente de l'hôtel, 14 janvier 1749. Archives privées. Vente de l'hôtel, 29 Juillet 1642. Archives privées. Sentence condamnant le sieur Genfrion, puis la veuve Genfrion à poser des gouttières sur le mur de l'hôtel, joignant l'église Saint-Martin, 13 février 1573 et 4 août 1582. Archives privées. Vente d'un terrain dépendant de l'hôtel aux mareillers de l'église Saint-Martin
    Représentations :
    de la tourelle sur cour. Support : passage couvert, chapiteau, sujet : armes de jacques de beaune ; support : encorbellement
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel Hurault de Cheverny (18 rue Saint Martin)
    Appellations :
    dit hôtel Hurault de Cheverny
    Illustration :
    Bâtiment sud, passage couvert. Vue prise de l'entrée vers la cour 1. IVR24_19814100876X Passage couvert et escalier d'accès de la cour 1 à la cour 2. IVR24_19814101290X Façades sur la cour 2 des bâtiments nord, est et sud et de l'escalier. IVR24_19814100925X Partie centrale de la voûte du passage couvert. . IVR24_19874100136X Vue de situation en 1940. IVR24_19874100094XB Bâtiment sud, façade ouest. Tourelle en encorbellement. Détails : mouluration et décors de Bâtiment nord, rez-de-chaussée. Cuisine : vue d'ensemble. IVR24_19814100915X Bâtiment sud, façade ouest. Tourelle en encorbellement. Détail : mouluration et décor de Bâtiment est, façade ouest. Détail : encadrement de fenêtre. IVR24_19874100145X
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G 51
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    très conflictuels avec les curés de la paroisse. L'église est probablement construite au 15e ou au 16e siècle - en témoignent les baies de la nef, du choeur et de la tour-clocher en arc brisé et à remplage d'accès à l'ouest par Monthéau (architecte ? ; plans dressés en 1684), percement ou reprise de la porte d'accès à la tour-clocher (avec pilastre et fronton triangulaire, de style classique), érection de trois retables à l'initiative du curé Mauduison, pose de la cloche qui porte la date de 1658. Plus tard en 1687 et ruiné le rond-point ou pignon de pierre au-dessus de la sacristie [qui se trouvait derrière : seuls les lambris de couvrement de la nef sont restaurés. Entre 1877 et 1880, les fenêtres de la nef la famille d'Estouteville dont les armoiries figurent sur une clef de voûte. A cette époque on a peut moines clunisiens de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, elle est donnée aux bénédictins de l'abbaye de gothique. Le 17e siècle constitue une seconde phase importante de travaux : aménagement d'un portail
    Observation :
    , semble être inachevée - pour preuve, le raccordement maladroit de la flèche en ardoise avec la maçonnerie L'église paroissiale Saint-Pierre a connu plusieurs campagnes de construction. Sa structure du 15e ou 16e siècle a été remaniée au 17e siècle et à la fin du 19e siècle. Sa tour-clocher, massive
    Référence documentaire :
    BART des BOULAIS. Recueil des Antiquitéz du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la société Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives Projet de restauration de l'église/architecte Heurteau. Plan, 1877. (Archives départementales Projet de restauration de l'église/architecte Heurteau. Plan, 1877. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 809. Procès verbaux de visites faites par Nicolas Lormeau, chantre de Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, et Jacques Lormeau, curé de Notre-Dame de Nogent-le -Rotrou, tous deux doyens ruraux du Perche, dans les paroisses de leur doyenné, notamment Argenvilliers Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron et annoté par H. Tournouër, Mortagne. Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894 (fac-similé de l
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    , à l'exception de la base de la tour-clocher, construite en pierre de taille de calcaire. Les uniquement les murs du chœur) sont en pierre de taille de calcaire, plus rarement de grès. Les toits sont à couverts de voûtes d'ogives. La clef de voûte du chœur est ornée d'un ange portant les armoiries de la De plan allongé, l'église paroissiale d'Argenvilliers comprend une nef unique, un choeur formé d'une travée droite et d'une abside, à pans coupés, ainsi qu'une tour-clocher de plan carré, accolée à la travée droite du choeur, au nord. L'église est aujourd'hui accessible à l'ouest par un portail formé d'un arc en plein cintre à double archivolte, et au nord par une porte en anse de panier à donnant dans la nef et la porte d'accès au choeur via la tour-clocher). Cela paraît d'autant plus probable que ces accès sont tournés vers la rue principale du bourg. La nef est éclairée par trois baies en portail occidental. Le chœur, plus étroit que la nef, est éclairé par des baies en arc brisé à remplage
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Tour-clocher, élévation ouest, détail de la porte. IVR24_20092800010NUCA Nef, élévation nord, détail de la porte. IVR24_20092800008NUCA Vue de l'autel nord dédié à la Vierge. IVR24_20092800013NUCA Baie de la nef, côté nord. IVR24_20092800015NUCA Baie de la nef, côté sud. IVR24_20092800016NUCA Baie plein cintre de la nef, pignon ouest. IVR24_20092800064NUCA Choeur, détail de la clef de voûte représentant un ange tenant les armes de la famille Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Projet de restauration, plan dressé par l'architecte Heurteau en 1877. (Archives départementales Projet de restauration, coupe du choeur dressée par l'architecte Heurteau en 1877. (Archives
  • Orme : Ferme dite
    Orme : Ferme dite "Ferme du château" Frazé - L' Orme - isolé - Cadastre : 1813 C1 244 2016 YD 102
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, la seigneurie de l'Orme est attestée dès 1473. Du manoir il ne subsisterait que les anciennes caves voûtées, au sous-sol de la maison de maître (non étudiée car non vue lors de l'étude), construite dans la seconde moitié du 18e siècle à l'emplacement de l'ancien manoir. La , notamment au niveau du bâtiment d'habitation situé au sud-ouest de la cour : ossature en pan de bois (cachée l'intérieur, dans une ancienne chambre, une cheminée monumentale semble dater de la seconde moitié du 17e l'arrondissement de Châteaudun. Au 19e siècle se sont les Le Caux de la Tombelle puis les Delmas de la Coste qui en pour la famille Le Caux de la Tombelle. Il s'agit très certainement de la salle du bâtiment siècle. En 1813, date du premier cadastre, le domaine de l'Orme appartient à M. Marceau, sous-préfet de sont les propriétaires. Les matrices cadastrales signalent la construction d'un nouveau logis en 1846 d'habitation, dont la cheminée pourrait remonter à cette époque. Les bâtiments d'exploitation ont été
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. -Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Murs :
    torchis pan de bois
    Description :
    portant des corbeaux et un linteau en bois -, celle de la chambre, en pierre de taille calcaire, possède Située à l'extrémité est de la commune, à environ trois kilomètres du bourg, la ferme comprend six d'habitation conservent leur cheminée monumentale. Si celle de la salle est assez commune - piédroit en brique bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. Le bâtiment d'habitation, dont l'ossature en pan de bois est cachée derrière un enduit plein, s'élève sur un niveau unique, le rez-de-chaussée. Les deux pièces un décor plus élaboré de style Renaissance. Les vastes bâtiments d'exploitation possèdent des murs maçonnés en moellons de silex couverts d'un enduit partiel, à l'exception des bergeries dont les murs sont donnant sur une petite cour intérieure - les toits étant prolongés d'appentis reposant sur des poteaux de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [propriétaire] Le Caux de la Tombelle [propriétaire, commanditaire] Delmas de la Coste
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section YD Bâtiment d'habitation, intérieur, cheminée monumentale de la salle. IVR24_20162800353NUCA Bâtiment d'habitation, intérieur, cheminée monumentale de la chambre (ou logement secondaire Bâtiment d'habitation, intérieur, vue de la charpente de comble (au dessus de l'étable Écurie et granges, vue de détail de la corniche en rangs de brique. IVR24_20162800358NUCA Extrait du cadastre de 1813, section C1 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800349NUCA
  • Gâtinelle : ferme (1 rue des  Bournais)
    Gâtinelle : ferme (1 rue des Bournais) Athée-sur-Cher - Gâtinelle - 1 rue des Bournais - en village - Cadastre : 1826 C1 354-355 2019 YD 121
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Gâtinelle figure sur la carte de Cassini et sur le plan cadastral de 1826. Le pigeonnier-porche , restauré, semble dater de la seconde moitié du 17e siècle ou de la première moitié du 18e siècle.
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    à piédroits en pierre de taille dépourvus de linteau et d'une porte piétonne. La grange est couverte La ferme comprend deux corps de bâtiments perpendiculaires précédés d'une cour. Une grange grange. Il est précédé à l'est par un pigeonnier-porche en pierre de taille construit sur plan carré et construite en moellons enduits ferme la cour à l'est. Sa façade antérieure est percée d'une porte charretière d'un toit à longs pans en tuile plate dont les rives ont été reprises en ardoise. Le corps de logis actuel qui comprend un étage de comble sur rez-de-chaussée semble avoir été aménagé dans une ancienne
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Bigotière : ferme, actuellement maison
    Bigotière : ferme, actuellement maison Saint-Jean-Pierre-Fixte - La Bigotière - - en village - Cadastre : 1811 B 9, 10 2018 OB 259
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La ferme de La Bigotière semble dater du 18e siècle, voire de la seconde moitié du 17e siècle. En bâtiment secondaire. En 1811, la ferme appartient à M. Fergon-Desboulayer, notable de Nogent-le-Rotrou. Le témoignent le volume général des deux bâtiments, ainsi que la charpente et les ouvertures en plein cintre du bâtiment principal a été modifié dans la seconde moitié du 19e siècle ou au début du 20e siècle (encadrements d'ouvertures et chaînages d'angle en brique). Tout au long du 19e siècle, la ferme appartient à propriétaire, Henri Chevée, soit également cultivateur à La Bigotière. Ce dernier est probablement le dernier fermier, l'ensemble étant converti en maison après la seconde Guerre Mondiale.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 6 Mi 96. Listes nominatives du recensement de population
    Description :
    taille calcaire ou en brique (partie sud). Des petits pigeonniers de comble sont aménagés dans l'épaisseur du mur du comble (boulins en pierre de taille calcaire). Le bâtiment secondaire comprend des étables ou écuries et une remise au centre. Les encadrements d'ouverture sont en pierre de taille calcaire en pierre de taille de calcaire, couvert d'un toit conique, se situe au sud de l'ensemble. Les murs Située au sud-ouest du territoire communal, la ferme compte deux bâtiments en vis-à-vis, construits de part et d'autre d'une cour ouverte, au nord et au sud. Le bâtiment principal placé à l'est dispose ou écuries, un cellier, le logis et un toit à porcs. Les encadrements d'ouverture sont en pierre de sont en moellons de calcaire et de silex, couverts d'un enduit anciennement plein, dégradé et laissant
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Saint-Jean-Pierre-Fixte - La Bigotière - - en village - Cadastre : 1811 B 9, 10 2018 OB 259
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2018 Superposition du cadastre de 2018 sur celui de 1811. (fond : Archives départementales d'Eure-et Extrait du plan cadastral de 1811, section B. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 5294 Bâtiment principal, vue de détail des ouvertures des dépendances. IVR24_20182800227NUCA Bâtiment principal, vue de détail des ouvertures des dépendances. IVR24_20182800228NUCA Bâtiment secondaire, vue de détail des portes des dépendances. IVR24_20182800230NUCA
  • Bourg : officialité puis presbytère
    Bourg : officialité puis presbytère Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Ce corps de bâtiment a été construit dans la seconde moitié du 17e siècle comme en attestent les par un juge ecclésiastique, l'official, auquel l'abbé déléguait le droit de rendre la justice dans le monastère). Au 18e siècle, le corps de bâtiment abrite la demeure du Père prieur et directeur du collège . Suite à la Révolution, l'édifice devient le presbytère de la paroisse de Thiron. Dans les années 1835 , la municipalité a pour projet de distraire une partie du presbytère pour y établir l'école communale documents d'archives (pas encore construit en 1651, date du plan de l'abbaye dressé par Dom Hilaire Pinet et charge Denis Théodore Ménager, maçon à Saint-Hilaire-des-Noyers (commune actuelle de Saint-Denis
    Observation :
    officialité constitue un élément patrimonial de premier ordre au sein du site de l'abbaye. Une brèche dans la toiture menace à moyen terme la conservation de l'édifice. Renaissance de sa porte principale - qui est également l'accès principal au cloître -, cette ancienne
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814. Archives nationales, N/III/Eure-et-Loir/4/1. Plans des bâtiments et enclos de Thiron et projets de
    Description :
    encadrements d'ouvertures, le bandeau et la corniche moulurée sont en pierre de taille calcaire. Les chaînages Située à l'ouest de l'église abbatiale, l'ancienne officialité devenue presbytère fait la jonction aménagé dans la partie est de l'édifice et une nouvelle porte richement ornée a été construite. Cette dernière est également la porte d'accès principale à l'officialité. De plan rectangulaire, l'édifice d'un étage de comble servant de grenier. Le plan de 1835 donne des renseignements quant à la d'angle et la partie basse des encadrements de portes (en contact avec l'humidité du sol) sont en pierre de taille de grès (roussard). Le toit à longs pans brisés et à croupe brisée est couvert en tuile est) a été englobée dans le corps de bâtiment suite à sa construction. Un vestibule d'accès a donc été s'élève sur deux niveaux habitables : un rez-de-chaussée légèrement surélevé et un étage carré surmonté disposition des pièces. Au rez-de-chaussée, quatre murs de refend cloisonnent l'espace. Parmi les cinq pièces
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
    Illustration :
    Vue rapprochée de la partie est de l'édifice. IVR24_20142800411NUC2A Projet de distraction d'une partie du presbytère pour y établir une école communale (non réalisé ), plan du rez-de-chaussée et de l'étage carré dressé vers 1835 (auteur anonyme). IVR24_20142800415NUC2A Vue de situation depuis le sud-ouest. IVR24_20142800409NUC2A Vue de détail de l'ancienne porte d'accès au cloître. IVR24_20142800412NUC2A Vue du pignon est avec la porte d'accès à l'ancien cloître obstruée. IVR24_20142800414NUC2A
1