Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Banc d'oeuvre
    Banc d'oeuvre Vernou-sur-Brenne
    Historique :
    -Hilaire de Tours a été acheté en 1791 par Nicolas Bredon, curé de Vernou, pour être installé dans l'église Un banc d'oeuvre, semblant dater de la 2e moitié du 17e siècle et provenant de l'église Saint
    Description :
    Banc d'oeuvre en chêne.
  • Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol)
    Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 2 place Général Saint-Pol - en ville - Cadastre : 1990 CE 61
    Historique :
    la destruction de la maison et tenue du Saint-Esprit en 1862. Il n’a pas été possible de dater La mairie de Nogent-le-Rotrou est installée dans une maison située sur la place Saint-Paul,entre la rue Rémi Belleau et la rue Massiot. Détruite en 1862, elle n’a été l’objet que de rares attentions de voûtée du 14e siècle. La tenue du Saint-Esprit est attestée dès 1648, le statut de son propriétaire à Nogent-le-Rotrou à partir de la fin du 17e siècle. Pierre Parceval est ainsi en 1693 le premier maire cité par les textes. Il obtient la perpétuité du titre en 1699. La mairie de Nogent-le-Rotrou n’est fondée que 50 ans plus tard, sous le mandat de René Pesseau. Ainsi, en 1748, la communauté des habitants de Nogent-le-Rotrou achète une maison appelée la tenue du Saint-Esprit pour l’établissement , d’un grenier au-dessus, d’une cour antérieure, et d’un petit jardin arrière. En 1811, la mairie figure sur le cadastre ancien. La construction de la nouvelle mairie en 1858 entraîne la désaffection puis
    Description :
    implantée selon un plan en L entre une cour sur la place du marché et un jardin sur la place Saint-Hilaire l’ancienne mairie. Son unique vaisseau est tronqué en direction de la place Saint-Pol. La tenue du Saint-Esprit est attestée dès 1648, le statut de son propriétaire, prévôt du Perche disposition de l’édifice semble similaire en 1748, le premier niveau étant certainement composé d’une petite de la recette des droits de tarif. En 1811, la mairie figure sur le cadastre ancien. Elle est arc plein-cintre menant à un niveau semi-excavé. Si l’on en croit la lithographie de Jubault, cet destruction par Mademoiselle Hurvoy. L’aquarelle montre un espace partagé en deux vaisseaux et trois travées conservés : L’ancien emplacement de la mairie est à cheval entre un bâtiment situé au 2 rue Général Saint communicantes voûtées en berceau plein-cintre, celles-ci ne semblent pas correspondre à l’espace situé sous permettent d’accéder à une cave à cellule en partie située sous et au revers de l’espace occupé par
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 place Général Saint-Pol - en ville - Cadastre : 1990 CE 61
    Titre courant :
    Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol)
    Appellations :
    Enseigne de Saint-Esprit
    Annexe :
    commodités ; la dite maison appelée la tenue du Saint-Esprit située sur la rue et paroisse de Saint-Hilaire Tabourier, dans la dite rue Saint-Hilaire. Plus un jardin appelé la Bourbonnerie ainsi qu’il étoit cloce incendies, les latrines ont été établies à l'extrémité […] Dans [la cour sur la] rue Saint-Hilaire se trouve la voste court et depuys ou estoit lenseigne du sainct esprit assize audict nogent en ladicte rue et concistant en une maison en pavillon composee de chambres basses et hautes greniers cave grenyers cave Nogent-le-Rotrou, à la stipulation et acceptation de messieurs René Pesseau, avocat en parlement , écurie,chambres hautes, cabinet, grenier au-dessus, cour devant, petit jardin derrière, bâtiment en bace François MAUTÉ et à celle commune entre messieurs de Saint-Gatien de Tours et nous Daupeley notaire autrefois de palis, donnant par le bout d’en-haut au ruisseau qui descend du moulin d’à-bace dans la rivière
    Illustration :
    Caves, plan schématique et photographies du n°2 place Saint-Pol et de la ue Massiot
  • Bourg : officialité puis presbytère
    Bourg : officialité puis presbytère Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
    Historique :
    documents d'archives (pas encore construit en 1651, date du plan de l'abbaye dressé par Dom Hilaire Pinet et charge Denis Théodore Ménager, maçon à Saint-Hilaire-des-Noyers (commune actuelle de Saint-Denis Ce corps de bâtiment a été construit dans la seconde moitié du 17e siècle comme en attestent les , mais présent en plan sur le Monasticon gallicanum, atlas du 18e siècle présentant les plans des -d'Authou) d'en dresser les plans et devis estimatif. Le projet ne verra pas le jour.
    Description :
    tore) surmontée d'un fronton triangulaire mouluré avec niche à saint. Un bandeau sépare les deux -de-chaussée sont transformées en portes) à l'exception de quatre oeils-de-boeuf en façade principale . Les murs sont en moellons de grès (roussard), de silex et de calcaire couverts d'un enduit plein , abîmé laissant entrevoir les nez des pierres essentiellement en partie basse de l'édifice. Les encadrements d'ouvertures, le bandeau et la corniche moulurée sont en pierre de taille calcaire. Les chaînages d'angle et la partie basse des encadrements de portes (en contact avec l'humidité du sol) sont en pierre de taille de grès (roussard). Le toit à longs pans brisés et à croupe brisée est couvert en tuile
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
  • Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité
    Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité Thiron-Gardais - Bourg - en village
    Historique :
    L'abbaye bénédictine de Thiron a été fondée en 1114 par saint Bernard de Ponthieu. Son histoire est construit en bois. Voyant d'un mauvais oeil cette installation, les moines clunisiens du monastère Saint dans un bâtiment qui servait jusqu'alors de logis aux abbés. Dom Hilaire Pinet, moine en charge de Chartres, Geoffroy de Lèves. Après un premier établissement en forêt de Savigny, près de Fougère (Ille-et -Vilaine) et suite à une apparition, saint Bernard et quelques moines s'implantent à Thiron grâce à une donation de Rotrou, comte du Perche. En 1109, une première messe y est célébrée dans un sanctuaire Bernard. Il quitte alors les lieux dont un oratoire (dit chapelle Sainte-Anne des Bois) marque aujourd'hui l'emplacement présumé. Bernard se met alors sous la protection de saint Yves et du chapitre de Chartres qui lui octroie un nouveau domaine près de Gardais par une charte de 1114. En 1116, Bernard meurt, deux ans après du 12e siècle et se poursuit tout au long du 13e siècle. En témoigne l'épitaphe latine de la dalle
    Observation :
    Malgré les dommages causés par son démantèlement à la Révolution, l'ancienne abbaye de la Sainte et 18e siècles. Son histoire, déjà très étudiée et assez bien connue en dépit de la disparition de prieurés reconnaissent la suprématie, en font un édifice de tout premier niveau à l'échelle régionale.
    Référence documentaire :
    Plan de l’église de Thiron, dressé par l’agent voyer Joseph Valet en 1852. (Archives
    Précisions sur la protection :
    La grange dîmière en totalité (cad. AB 24), les façades et toitures des bâtiments de communs
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - en village
    Titre courant :
    Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité
    Illustration :
    Plan de l'abbaye dressé par Dom Hilaire Pinet en 1651. IVR24_20142800508NUC2A Plan de l'abbaye dressé par Dom Hilaire Pinet en 1651 et repris par Youri Carbonnier Dom Hilaire Pinet en 1651 et repris par Youri Carbonnier. IVR24_20142800510NUC2A Plan de l'étage des bâtiments conventuels, dressé par Dom Hilaire Pinet en 1651 et repris par Youri Plan du bâtiment de classes (rez-de-chaussée en haut, étage en bas), dressé par Dom Hilaire Pinet Projet de transformation de l'abbaye dressé par Dom Hilaire Pinet en 1651 et repris par Youri Hilaire Pinet en 1651 et repris par Youri Carbonnier. IVR24_20142800514NUC2A Projet de transformation de l'abbaye, rez-de-chaussée du collège dressé par Dom Hilaire Pinet en Projet de transformation de l'abbaye, étage du collège dressé par Dom Hilaire Pinet en 1651 et en 1651 et repris par Youri Carbonnier. IVR24_20142800512NUC2A
1