Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 26 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Historique :
    Bourdon-Blanc et Desfriches. Le n°39 rue Desfriches qui a sans doute été construit entre 1851 et 1870 installée rue des Pensées. En 1901, des sources mentionnent la présence d'un pensionnat de jeunes filles. Le -Blanc. L'école s'étend sur les anciens numéros 18, 20, 20bis, 22, 24 (remanié), 26 (détruit) et 28 (déplacé et reconstruit) rue du Bourdon-Blanc, 39 rue Desfriches et 15 et 17 rue des Pensées. Depuis un pré -inventaire mené en 1977 sur la rue du Bourdon-Blanc, un important remaniement des édifices a été effectué , et appartenant toujours aux héritiers en 1969, avant qu'un édifice soit reconstruit pour l'école. Le , Jeu de Durin, Le Durin ou encore le Grand Durin. Du n°22 au n°28 étaient initialement situées des maisons. Le n°18 et le n°22, toujours en place, datent probablement respectivement du 1er quart du 19e siècle et de la 2e moitié du 18e siècle (datés par travaux historiques). Le n°24 qui datait probablement a été supprimée, les baies modifiées et l'étage de comble rehaussé. Le n°26 a été détruit et
    Description :
    L'école Saint-Paul Bourdon-Blanc est localisée sur les parcelles 2012 BN 292, 293 et 299 et donne à la fois rue du Bourdon-Blanc, rue Desfriches et rue des Pensées. La rue du Bourdon-Blanc se . Les élévations comprennent un étage carré et un étage de comble. Le n°22 a conservé une grille
    Localisation :
    Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon -Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Titre courant :
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Appellations :
    Saint-Paul-Bourdon-Blanc
    Illustration :
    Vue d'ensemble des bâtiments de l'école donnant sur la rue du Bourdon-Blanc. IVR24_20144500744NUC4A Vue d'une partie de l'école correspondant au 22 rue du Bourdon-Blanc, datant probablement de la
  • Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 38 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 307
    Historique :
    moitié du 18e siècle. Elle apparaît déjà sur le cadastre napoléonien de 1823.
    Description :
    le toit en ardoise. L'édifice ne dispose pas de porte piétonne mais d'une porte cochère centrale avec pilastres et entablement. L'escalier, situé dans la partie droite du bâtiment, est accessible par le passage
    Localisation :
    Orléans - 38 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 307
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc)
  • Hôtel, magasin de commerce (8 rue Gouverneur)
    Hôtel, magasin de commerce (8 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 8 rue Gouverneur - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    entre le seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. La datation est confirmée par le modèle de charpente utilisé, celui-ci étant en usage à la même époque. Le type de la cave à cellules (terre-plein du bâtiment 1) est borné entre le 13e et le 15e siècle, cette dernière serait donc construction des bâtiments 1, 2 et 3. La présence d’un mur de refend dans le bâtiment 2, ainsi que la
    Référence documentaire :
    Fol. 23. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    pu être visités et étudiés. Le bâtiment 1 est composé d’un plan rectangulaire ayant son grand côté sont délardées. Les bâtiments 2 et 3 sont dotés d’un plan rectangulaire perpendiculaire à la rue. Le (visible dans le bâtiment 3) est à fermes et pannes avec un seul faux-entrait, un demi-poinçon et un entrait retroussé. Ce dernier semble néanmoins avoir été remonté tandis que le poinçon semble amputé de la
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 8 rue Gouverneur - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°23. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°23. Item la jurisdiction sur une tenue de troys creux de maisons tenues par pasques germond fourbisseur jehan jouy bourcier nicollas liziard esperonnier et par le sieur environ le tout en un tenant joignant par le devant a ladicte rue doree d’autre par le bas au grand pre le
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Grand Essard : demeure dite Château
    Grand Essard : demeure dite Château Frazé - Le Grand Essart - - isolé - Cadastre : 1813 I1 13 2016 ZV 37
    Historique :
    Lessart, est alors cité dans un acte notarié de Frazé datant de 1627. Au 15e siècle, la famille Le Roux en est propriétaire, mais dès les années 1520, la seigneurie entre dans le giron de la famille Montdoucet reconstruction d'un manoir dont il subsisterait la tour sud-ouest. En 1586, la seigneurie comprend notamment le l'époque. D'après Jean-François Pitard, le 26 juillet 1842 la famille Thiroux de Gervilliers (propriétaire tribunal de la Seine. Alexandre Provigny en devient le nouveau propriétaire. Il fait reconstruire la ferme
    Référence documentaire :
    PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre
    Description :
    Le domaine du Grand Essart se situe à 1,5 kilomètres au sud du bourg. Il comprend une demeure et ordonnancée à neuf travées d'ouvertures. Cinq lucarnes à la capucine éclairent le comble (intérieur non vu
    Auteur :
    [propriétaire] Le Roux
    Localisation :
    Frazé - Le Grand Essart - - isolé - Cadastre : 1813 I1 13 2016 ZV 37
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud (carte postale, vers 1900, collection particulière
  • Port dit port de Luynes
    Port dit port de Luynes Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Historique :
    Le port de Luynes est attesté à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est alors équipé d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Un curé voisin écrit en 1770 que le nouveau port de napoléonien), et au milieu du XIXe siècle (carte de Coumes de 1848 et carte de la Loire). Le port lui-même est Luynes et de Berthenay (port Maillé) abordait côté rive droite au Port de Luynes. Le passage s'effectuait
    Description :
    Etabli sur la rive droite, le port de Luynes était desservi par une cale abreuvoir simple non repérée sur le terrain. Actuellement, une grande cale double à tablier haut est visible mais aucun élément ne permet de la dater. Le port est aujourd'hui complètement déconnecté du fleuve (à environ 200
    Localisation :
    Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, seconde moitié du XVIIIe siècle, détail sur le Port de Luynes Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur le Port de Luynes. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Le Port de Luynes lors de la crue de la Loire du 22 octobre 1907. Carte postale ancienne. (archives
  • Port dit port du Haut Chantier
    Port dit port du Haut Chantier Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Historique :
    "rampe du Haut Chantier" à Limeray. L'existence de ces ouvrages est confirmée par le cadastre napoléonien
    Description :
    Sur la rive droite, le port du Haut Chantier comprenait cinq cales abreuvoirs simples orientées
    Localisation :
    Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Illustration :
    le Haut Chantier à Limeray. (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). IVR24_20063700009NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (service spécial de la Loire), non daté (milieu du XIXe siècle). Détail sur le Haut Chantier. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28
  • Calice, patène, ensemble de 2 burettes
    Calice, patène, ensemble de 2 burettes Orléans
    Inscriptions & marques :
    Poinçon : poinçons sur le calice, plateau et burettes. Lettre-date : Y, 1762. Poinçon de charge : A
    Historique :
    des burettes. Le style rocaille domine : décor de côtes torses et vagues. Certains éléments du calice annoncent cependant le style Louis XVI ainsi que les macarons du pied et le décor assez symétrique de la
    Observation :
    Le plateau, qui fait partie du même arrêté de classement n'a pas pu être retrouvé au moment de
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la chapelle : le calice, la patène, les deux burettes (plateau manquant
  • Port dit port du Poids de Fer
    Port dit port du Poids de Fer Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Historique :
    Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et fer, fontes et fers produits notamment dans les forges de Feularde, Torteron et Le Crottay). Des que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la (4 mètres sur 1560 mètres) étant en très mauvais état, il propose de le remplacer par un empierrement et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la partie qui sert aux arrivages d'une partie des produits à embarquer. Le rapport de l'ingénieur Ducros nous éclairer sur ce point. Le 22 juillet 1846, une ordonnance royale fixe les alignements du quai du d'exécuter certains travaux de défense sur le quai du Poids de Fer (lisse = clôture ?) afin d'éviter les l'essor commercial de la commune de Jouet et le déclin progressif du port sur la Loire. Malgré l'existence
    Description :
    Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était pas été retrouvés sur le terrain.
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Poix de Fer. (école Le Poids de Fer, demande d'alignement pour des plantations d'osiers, 9 avril 1851. (archives , 1851. Détail sur le port du Poids de Fer à Jouet-sur-l'Aubois. IVR24_20121800734NUCA Plan du port du Poids de Fer dressé par l'ingénieur ordinaire Joly le 6 février 1854 (suite à une
  • Ensemble de 3 fourchettes et 9 cuillers
    Ensemble de 3 fourchettes et 9 cuillers Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    : main gauche fermée. Poinçon de grosse recense 1819 pour le département du Loiret.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    religieuses desservant l'hôtel-Dieu et l'hôpital général : fourchette entre 1730 et 1732 par le maître orfèvre orléanais Pierre Castéra (1693-1750) reçu en 1727, deux cuillers entre 1768 et 1774 par le maître orléanais le poinçon de charge d'Orléans pour la période 1781-1798, cuiller entre 1775 et 1781 par le maître 1809, couvert vers 1819 par le fabricant orléanais Jacques Luc Isidore Champigneau de Méri (1770-1848 ) et cuiller par le fabricant parisien François-Joseph Bertrand-Paraud exécutée en 1819.
    Illustration :
    Fourchette exécutée par le maître orfèvre orléanais Pierre Castéra. Poinçons et lettres P R.E Cuiller exécutée par le fabricant orléanais Jacques Luc Isidore Champigneau de Méri recense 1819 pour le département du Loiret, les autres poinçons sont peu lisibles. IVR24_20124500310NUC4A Fourchette exécutée par le fabricant orléanais Jacques Luc Isidore Champigneau de Méri grosse recense 1819 pour le département du Loiret, les autres poinçons sont peu lisibles Première cuiller exécutée par le maître orléanais Antoine François X Hanappier. Poinçons et lettres Seconde cuiller exécutée par le maître orléanais Antoine François X Hanappier. Lettres P T Cuiller exécutée par le maître orléanais Benoît François XII Hanappier. Poinçons et lettres P.R E poinçon de garantie pour le département du Loiret. IVR24_20124500317NUC4A poinçon de garantie pour le département du Loiret. IVR24_20124500319NUC4A
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de Meung)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de Meung) Meung-sur-Loire - le Bout du Monde - en ville
    Historique :
    L'ouvrage semble figurer sur la carte de Trudaine et est mentionné sur le plan cadastral de 1829
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Localisation :
    Meung-sur-Loire - le Bout du Monde - en ville
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de Saint-Benoît)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de Saint-Benoît) Saint-Benoît-sur-Loire - le Port - en écart
    Historique :
    1834 et sur le cadastre de 1838. Elle est décrite assez précisément en 1851 comme point d'abordage du
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Localisation :
    Saint-Benoît-sur-Loire - le Port - en écart
  • Tableau : Monseigneur Louis Sextius Jarente de la Bruyère, évêque d'Orléans
    Tableau : Monseigneur Louis Sextius Jarente de la Bruyère, évêque d'Orléans Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Louis Sextius Jarente de la Bruyère (1706-1788) fut évêque d'Orléans de 1758 à 1788. Le tableau a
  • 3 commodes
    3 commodes Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
  • Port dit port de la Poterne
    Port dit port de la Poterne Orléans - quai du Châtelet quai du Fort-Alleaume - en ville
    Historique :
    Loire, de Régemortes et Soyer, travaillent au projet d'un quai à construire depuis le pont Royal , charbon de bois, charbon de terre, bois, grains. Le plan de Perdoux (1773) montre que le front bâti sur la Loire est alors très disparate et que la communication avec le port d'aval (Recouvrance) est entravée Conseil municipal, on estime qu'il est nécessaire de diriger le courant du fleuve parallèlement au duit et que, pour cela, il faut aligner le quai entre le pont Royal et la porte Bourgogne, donner une largeur les quais en amont du pont. La construction le long de ces quais d'un grand glacis servant au dépôt réalisés moitié à la charge de l'Etat, moitié à la charge de la ville. Dans le règlement de la police des ports d'Orléans de 1842, le port de la Poterne couvre la surface comprise entre le pont Royal et la travaux suppriment les décrochements que formant le port côté fleuve. Les crues de 1846 et 1856 ayant emportées les marchandises déposées sur le port de la Poterne, les ingénieurs proposent en 1858 d'exhausser
    Description :
    Le port de la Poterne est situé sur la rive droite, en amont du pont Royal. Il comprend trois réalité beaucoup plus vaste. Il couvre l'espace compris entre le pont Royal et le pont de Vierzon (anciens 1852, le port de la Poterne mesure 1000 mètres de long sur 8 mètres de large (superficie de 80 ares).
    Typologies :
    port urbain : dans les grandes agglomérations, le caractère urbain prime sur l'implantation
    Illustration :
    Vue d'ensemble du port de la Poterne d'après le Panorama d'Orléans près de l'emplacement des gauche vers le port de la Poterne. (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire Plan des ports d'Orléans par l'ingénieur Floucaud, 10 décembre 1844. Détail sur le port de la demande de la Compagnie le Havre - Paris - Lyon, 1891. (archives départementales du Loiret, 2 S 108 , 10 mars 1911, par le subdivisionnaire Pelletier. (archives départementales du Loiret, 2 S 100 Grue installée sur le port de la Poterne, début XXe siècle. Carte postale ancienne. (collection
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de Sandillon)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de Sandillon) Sandillon - isolé
    Historique :
    Une cale est mentionnée à cet emplacement dès le XVIIIe siècle. En 1848, elle est prolongée et le et on se plaint de sa trop forte inclinaison. Elle est utilisée pour l'embarquement et le débarquement des marchandises et sert d'abordage pour le bac de Bou lorsque les eaux sont hautes. Le projet
    Référence documentaire :
    Dans : Loire en Loiret, le patrimoine du val de Loire en images, édité par le Cercle des
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Illustration :
    Vue d'ensemble vers l'amont avec au premier plan le pied de la cale. IVR24_20094500325NUCA
  • Cale dite cale abreuvoir simple de la Grande Mouche
    Cale dite cale abreuvoir simple de la Grande Mouche Meung-sur-Loire - la Grande Mouche - en écart
    Historique :
    L'ouvrage figure sur le cadastre napoléonien de 1829 et pourrait dater de la seconde moitié du
    Description :
    étroite dans sa partie haute). Le perré haut est vertical.
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre Mur de soutènement séparant la cale et le chemin de circulation. IVR24_20054500481NUCA Le pavage de la cale et le perré bas , vue prise vers l'amont. IVR24_20094500417NUCA
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple Montlivault - l' Herbage - isolé
    Historique :
    . Elle servait d'abordage pour le bac reliant Montlivault et Cour-sur-Loire pendant les hautes eaux au milieu du XIXe siècle (le tracé du passage figure sur un plan daté de 1851). Lorsque les eaux étaient
    Description :
    long. Le pied de l'ouvrage est recouvert de terre.
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Illustration :
    Plan de la Loire entre Montlivault et Cour-sur-Loire (le Vivier) par les ingénieurs Delaitre et
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple Jargeau - Terres de la Tuilerie - en ville
    Historique :
    longue structure maçonnée protégeant les berges du fleuve. L'ouvrage est également mentionné par le
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Illustration :
    Détail sur le pavement. IVR24_20094500234NUCA
  • Port dit port Charbonnier
    Port dit port Charbonnier Saint-Patrice - Port Charbonnier - en écart
    Historique :
    On trouve mention du port Charbonnier sur les cartes dès le milieu du XVIIIe siècle (cartes des levées de la Loire, carte de Cassini). Le port est également cité dans une liste des travaux à réaliser en 1788 par le service des Turcies et levées de la généralité de Tours. Le cadastre napoléonien de d'accès au fleuve. Le port Charbonnier est inscrit sur les listes des ports de Loire de 1825, 1857 et
    Description :
    Le port Charbonnier était situé sur la rive droite, au droit du lieudit du même nom. Aucun ouvrage (ensablement et végétation). Seuls l'actuelle rue des bateliers et le nom du lieudit rappelle l'ancienne
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Illustration :
    Levées entre Tours et Langeais, non daté (milieu XVIIIe siècle) : détail sur le Port Charbonnier Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe siècle : détail sur le chantier du Port Charbonnier (une cale). (archives départementales du Loiret, 12 Le port Charbonnier, vue prise vers l'aval. IVR24_20123701286NUCA Le port Charbonnier. IVR24_20123701287NUCA
  • Port dit port de Rognon
    Port dit port de Rognon Boulleret - Rognon - en écart
    Historique :
    Le port de Rognon est mentionné sur un plan daté de 1837. Ce document précise l'ancienneté du port traversait l'île de Cosne et préservait les bateaux d'un grand détour. Le port de Rognon ne semble pas lié au bac reliant Boulleret et Cosne-Cours-sur-Loire. Un plan daté de 1781 situe le bac bien plus en
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port de Rognon était autrefois desservi par trois cales abreuvoirs simples orientées vers l'aval. Une seule de ces cales a été repérée sur le terrain..
    Illustration :
    Plan établi pour supprimer un des bras de la Loire vis à vis de Cosne, 1781. Détail sur le village Extrait du cadastre napoléonien de 1811 : le village de Rognon. (archives départementales du Cher Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le hameau des Rognons. (centre , 10 mars 1836. Détail sur le port de Rognon. (archives départementales du Cher, Plan 2 U 578 (26 château de Myennes, 10 mars 1836. Détail sur le village de Rognon à Boulleret. (archives départementales Carte de la Loire par Auguste Grenier, 1850, détail sur le port de Rognon. En bas, la cale figurant également sur le plan de 1837, en haut le village de Rognon. IVR24_20121800691NUCA