Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chaire à prêcher
    Chaire à prêcher Francueil - le bourg - en village
    Localisation :
    Francueil - le bourg - en village
  • Port dit port de Luynes
    Port dit port de Luynes Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Historique :
    Le port de Luynes est attesté à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est alors équipé d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Un curé voisin écrit en 1770 que le nouveau port de napoléonien), et au milieu du XIXe siècle (carte de Coumes de 1848 et carte de la Loire). Le port lui-même est Luynes et de Berthenay (port Maillé) abordait côté rive droite au Port de Luynes. Le passage s'effectuait
    Description :
    Etabli sur la rive droite, le port de Luynes était desservi par une cale abreuvoir simple non repérée sur le terrain. Actuellement, une grande cale double à tablier haut est visible mais aucun élément ne permet de la dater. Le port est aujourd'hui complètement déconnecté du fleuve (à environ 200
    Localisation :
    Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, seconde moitié du XVIIIe siècle, détail sur le Port de Luynes Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur le Port de Luynes. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Le Port de Luynes lors de la crue de la Loire du 22 octobre 1907. Carte postale ancienne. (archives
  • Port dit port du Haut Chantier
    Port dit port du Haut Chantier Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Historique :
    "rampe du Haut Chantier" à Limeray. L'existence de ces ouvrages est confirmée par le cadastre napoléonien
    Description :
    Sur la rive droite, le port du Haut Chantier comprenait cinq cales abreuvoirs simples orientées
    Localisation :
    Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Illustration :
    le Haut Chantier à Limeray. (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). IVR24_20063700009NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (service spécial de la Loire), non daté (milieu du XIXe siècle). Détail sur le Haut Chantier. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28
  • Bourg : maison dite Beauregard, dite ancien hôtel de la Boule d'or (24 rue de Chenonceaux)
    Bourg : maison dite Beauregard, dite ancien hôtel de la Boule d'or (24 rue de Chenonceaux) Saint-Martin-le-Beau - 24 rue de Chenonceaux - en ville - Cadastre : 2015 AI 0724
    Historique :
    Le logis a fait l'objet de deux phases principales de construction : la première au cours du 16e l'aile sud sont étudiés (voir dossier IM37002494). La grange sud-est figure sur le plan cadastral de 1810 et a été remaniée. Le bâtiment nord-est est abritait à l'origine des communs ; il est antérieur au
    Description :
    un marchand de vin. Le logis est situé en face, à l’ouest, et présente un plan en L orienté nord-sud
    Localisation :
    Saint-Martin-le-Beau - 24 rue de Chenonceaux - en ville - Cadastre : 2015 AI 0724
    Illustration :
    Vue d'ensemble vers le nord depuis le jardin. IVR24_20153700298NUC4A
  • Port dit port Charbonnier
    Port dit port Charbonnier Saint-Patrice - Port Charbonnier - en écart
    Historique :
    On trouve mention du port Charbonnier sur les cartes dès le milieu du XVIIIe siècle (cartes des levées de la Loire, carte de Cassini). Le port est également cité dans une liste des travaux à réaliser en 1788 par le service des Turcies et levées de la généralité de Tours. Le cadastre napoléonien de d'accès au fleuve. Le port Charbonnier est inscrit sur les listes des ports de Loire de 1825, 1857 et
    Description :
    Le port Charbonnier était situé sur la rive droite, au droit du lieudit du même nom. Aucun ouvrage (ensablement et végétation). Seuls l'actuelle rue des bateliers et le nom du lieudit rappelle l'ancienne
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Illustration :
    Levées entre Tours et Langeais, non daté (milieu XVIIIe siècle) : détail sur le Port Charbonnier Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe siècle : détail sur le chantier du Port Charbonnier (une cale). (archives départementales du Loiret, 12 Le port Charbonnier, vue prise vers l'aval. IVR24_20123701286NUCA Le port Charbonnier. IVR24_20123701287NUCA
  • Autel et retable dit retable de la Vierge
    Autel et retable dit retable de la Vierge Villedômer
    Historique :
    Le retable pourrait remonter au 17e siècle, René Douault, écuyer seigneur de la Noue, ayant été
    Référence documentaire :
    d'inhumation de René Douault le 21 septembre 1659.
  • Port dit port du bourg de Montlouis
    Port dit port du bourg de Montlouis Montlouis-sur-Loire - quai Albert Baillet - en ville
    Historique :
    Le port du bourg de Montlouis est mentionné sur un plan de la fin du XVIIIe siècle et sur les
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port du bourg de Montlouis comprend actuellement une seule cale
    Illustration :
    Bords de la Loire vis à vis le bourg de Montlouis, rive gauche, fin XVIIIe siècle, détail. Mention
  • Patène
    Patène Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Inscriptions & marques :
    maître à Paris le 16 janvier 1771) une fleur de lys couronnée, un soleil et lettre S. Manque la lettre P
    Historique :
    Cette patène a été exécutée entre 1771 et 1781 par Séverin Parisy, reçu maître à Paris le 16 janvier 1771. Une patène due au même orfèvre et portant le même décor se trouve dans la basilique Saint
  • Villetivrain : ferme
    Villetivrain : ferme Courçay - Villetivrain - en écart - Cadastre : 1827 G1 162 2019 G 524
    Historique :
    effectuées dans le logis et dans les charpentes des deux granges révèlent plusieurs dates de construction. Le poutre qui ont permis de le dater du début du 17e siècle (entre 1603 et 1606) mais sa disposition et les , a été mise en place en 1753. C’est à ce moment que l’ancien logis a été englobé dans le nouveau mise en place entre 1765 et 1770. Le petit bâtiment ajouté au sud de la seconde grange situé en retrait est plus récent. Il ne figure pas sur le cadastre napoléonien. Pour le second ensemble des bâtiments premier quart du 19e siècle. Elle figure sur le premier plan cadastral levé en 1827. Le logis accolé au
    Description :
    , le premier ensemble comprend une grange accolée à un ancien logis, ainsi qu’une seconde grange dans le prolongement du logis. Tous ces éléments parfaitement alignés sont construits en moellons de calcaire enduits. La souche de cheminée est aussi en moellons. Le toit à longs pans couvert en tuile plate cour, le second alignement comprend un logis et une ancienne grange accolée. Ces deux bâtiments
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la grange et du logis primitif, à l'est. Le logis se situe à droite de la souche Vue partielle de la charpente sud couvrant en partie le logis primitif, mise en place vers 1765
  • Autel et retable dit retable de Saint-Gilles
    Autel et retable dit retable de Saint-Gilles Villedômer
    Historique :
    "les deux autels particuliers devront être mis plus décemment". Le retable plus ancien pourrait remonter au 17e siècle. En août 1883, le comte de Coubert, afin d'attirer la bénédiction du ciel sur son mariage, propose au conseil de fabrique de faire restaurer à ses frais le retable de saint Gilles. M . Grandin, peintre décorateur, chargé de le restaurer propose de replacer au milieu du retable l'ancienne repeindre le retable dans le même style que celui de la Vierge.
    Description :
    . L'autel en forme de tronc de pyramide renversée est en pierre et bois peint. Le panneau central est orné d'une sculpture en haut-relief présentant des similitudes avec celle figurant sur le fronton du retable
  • Côte : ferme
    Côte : ferme Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 639 2009 YE 483
    Historique :
    ; cour renfermée de murs avec une grande porte". Le logis et la grange semblent dater du 16e siècle siècle : non mentionnée en 1758, elle est présente sur le cadastre napoléonien de 1819. Le bâtiment situé à l'est de l'entrée sur le cadastre napoléonien de 1819, est utilisé comme hangar en 1910 et remise porcs) et le portail d'entrée, présents au début du 20e siècle (1910, 1926), ont été détruits dans la seconde moitié du 20e siècle. La cheminée, l'évier et le potager, encore présents dans le logis en 1910
    Description :
    au sud-ouest et hangar au sud-est, puits chapelle à l'ouest. Le logis, construit en moellon enduit à un escalier droit en bois, placé dans une petite pièce à l'ouest accessible depuis la cour. Le logis a fait l'objet d'un agrandissement vers le nord, ayant entrainé l'ajout d'un versant supplémentaire s'appuyant sur le versant nord de la charpente d'origine et sur le pigeonnier circulaire. La cour. Le bâtiment situé à l'est de l'entrée a été remplacé par un hangar recouvert de tôle, s'appuyant sur le mur d'enceinte.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20123700487NUC2A Toit de la grange, depuis le nord-ouest. IVR24_20123700483NUC2A
  • Retable
    Retable Céré-la-Ronde - Bourg
    Historique :
    siècle voire des premières années du XIXe siècle (non certain). Son emplacement initial est inconnu. Le
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple Montlouis-sur-Loire - quai Albert Baillet - en ville
    Illustration :
    Bords de la Loire vis à vis le bourg de Montlouis, rive gauche, fin XVIIIe siècle, détail. Mention
1