Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 39 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : métairie noble (6 rue de la Vallée)
    Bourg : métairie noble (6 rue de la Vallée) Brunelles - Bourg - 6 rue de la Vallée - en village - Cadastre : 1811 C 119 1992 C1 430, 431
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    baies en plein cintre). Appelée "ferme de la Grande Cour", elle dépendait du château des seigneurs de plusieurs propriétés. Dans la seconde moitié du 19e siècle, elle subit de nouveaux remaniements et fournil) et au sud (grange et hangars) semblent dater de la première moitié du 20e siècle. Brunelles. Au cours du 19e siècle, le château est détruit tandis que la métairie est vendue puis divisée en
    Observation :
    vestiges les plus anciens de la commune (probablement du 16e siècle, en partie). Il s'agit d'un ensemble Cette ancienne métairie, qui dépendait du château des seigneurs de Brunelles, constitue un des patrimonial de premier ordre à l'échelle communale (voire supra).
    Référence documentaire :
    Brunelles, ancienne métairie noble du château. Plan de localisation des bâtiments de la ferme Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section C1. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 à 3 P 3865. Plans cadastraux de 1811.
    Description :
    L'ancienne métairie noble nommée "ferme de la Grande Cour" se situe au centre du bourg, directement d'ouvertures quadrangulaires parfois en pierre de taille de calcaire, parfois en brique. En façade postérieure pierre de taille de calcaire, de même que les chaînages d'angle, les corniches (bâtiment principal : en principal (boulins et pierres d'envol) et les colonnes de la partie écurie. Les toits sont à longs pans et à à l'ouest de l'emplacement de l'ancien château détruit. Elle comprend, de nos jours, trois bâtiments (grange, écurie et étable). La façade principale, aujourd'hui orientée au sud-ouest, est composée de plusieurs corps alignés regroupe remises, toit à porcs et fournil. L'ensemble des murs est en moellons de calcaire couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements des baies sont principalement en doucine en façade sud-ouest, en quart-de-rond en façade nord-est), le pigeonnier de comble du bâtiment
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - 6 rue de la Vallée - en village - Cadastre : 1811 C 119 1992 C1 430, 431
    Titre courant :
    Bourg : métairie noble (6 rue de la Vallée)
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : cadastre actuel, section C1 Bâtiment principal, intérieur de l'écurie, détail de la voûte lambrissée. IVR24_20082800374NUCA Vue d'ensemble de la grange et du hangar agricole. IVR24_20082800375NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865 Vue d'ensemble depuis la cour. IVR24_20082800370NUCA Bâtiment principal, vue de détail des portes des dépendances. IVR24_20082800372NUCA Bâtiment principal, intérieur de l'écurie, détail d'une colonne. IVR24_20082800373NUCA
  • la Tuilerie : ferme
    la Tuilerie : ferme Francueil - La Tuilerie - isolé - Cadastre : 1824 A 70 1991 A 49
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Le toponyme est mentionné sur la carte de Cassini et la présence d'une tuilerie est attestée au 19e entretenait avec la tuilerie située à proximité. La partie la plus ancienne de la ferme se compose : d'un bâtiment en rez-de-chaussée, datable de la seconde moitié du 16e siècle ou du début du 17e siècle, agrandi d'un étage carré, datable de la seconde moitié du 19e siècle. Il occupe l'espace libre entre le premier bâtiment et la limite de parcelle que l'on voit sur le plan cadastral de 1824 (parcelle 70). Actuellement siècle. L'activité y a cessé en 1857 et elle a été détruite par la suite. La ferme étudiée ici se situe dans son prolongement à l'est, en limite du chemin de l'Abreuvoir. On ignore quel lien ce bâtiment , cette ancienne ferme constitue une dépendance du château de Chenonceau.
    Description :
    Situé sur la rive gauche du Cher, à l'ouest du ruisseau de Francueil et proximité d'une cale pavée permettant à une barque d'accoster, la ferme dite de la Tuilerie comprend deux principaux corps de bâtiments les chaînages d'angle ainsi que les encadrements des baies sont réalisés en pierre de taille de construit en rez-de-chaussée dans l'alignement du logis primitif. L'ensemble présente au nord un aspect large de deux travées et haut d'un étage carré est couvert d'un toit à longs pans en tuile plate. Une
    Localisation :
    Francueil - La Tuilerie - isolé - Cadastre : 1824 A 70 1991 A 49
    Titre courant :
    la Tuilerie : ferme
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue de volume au nord-est. IVR24_20113701322NUCA Cale sur la rive gauche du Cher. IVR24_20113701323NUCA
  • Bourg : maison de maître dite
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40 1992 G 24, 502
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    (agrandissement ou création de nouvelles ouvertures, emploi de la brique). Le domaine a ensuite été séparé en deux Cet ancien domaine, présent en plan sur le cadastre de 1811, semble remonter au 18e siècle comme le ferme). La ferme est agrandie d'une grange (n°5 sur le plan) en 1834 (date portée). Le logis semble avoir été repris au 19e siècle (toit en pavillon couvert en ardoise). Dans la seconde moitié du 19e propriétés. Devenue habitation, la ferme a été très remaniée dans la seconde moitié du 20e siècle (percement de nouvelles ouvertures).
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives
    Précision dénomination :
    maison de notable
    Description :
    et aile sud-est de la ferme). Les encadrements des baies sont en majorité en pierre de taille de Situé en continuité du bourg au nord-ouest, le domaine se compose de deux entités. - La maison de maître est accessible par un portail encadré de piliers en pierre de taille de grès (dit "roussard"). Le neuf et huit travées. - La ferme est également accessible par un portail encadré de piliers en brique . La première aile, à l'ouest, comprend deux écuries, le logis et une grange-étable. Elle est en rez-de charretière (qui porte la date de 1834). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein (maison de notable), en partie disparu (aile ouest de la ferme) ou à pierre vue (aile nord calcaire, tout comme les chaînages d'angle et les jambes harpées (aile sud-est de la ferme). Les toits sont à longs pans et à croupe (maison de maître, aile nord de la ferme) couverts en tuile plate à l'exception du pavillon sud de la maison de maître, couvert en ardoise.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison de notable
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine
    Dates :
    1834 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine (fond : plan Portail d'accès et maison de maître, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800047NUCA Portail d'accès de l'ancienne ferme, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800049NUCA Aile ouest, façade postérieure du logis de ferme et de la grange-étable. IVR24_20092800144NUCA Aile ouest, façade postérieure de l'ancienne ferme, détail de la porte. IVR24_20092800145NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), détail de la date portée sur le claveau central de la cadastral de 1992, section G). IVR24_20122800174NUDA Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Maison de maître, vue générale depuis le sud. IVR24_20092800048NUCA Puits de plan circulaire. IVR24_20092800140NUCA
  • Mallet : ferme dite maison de Gabelous
    Mallet : ferme dite maison de Gabelous Néons-sur-Creuse - Mallet - 15 rue des Petits Ponts - en écart - Cadastre : 2015 D 108, 109 1812 D 72, 73
    Historique :
    ses caractères extérieurs, du 18e siècle (ou de la fin du 17e siècle). La grange-étable (qui pourrait remonter au 18e siècle étant donné la typologie d'une partie de sa charpente) a été modifiée au milieu ou d’une étable accolée à l’est. Selon la tradition locale, il s'agirait de l'ancien poste de Gabelous (et dépôt de sel), gens d'armes surveillant le trafic illégal de sel à la frontière entre pays redimé (Poitou) et pays de grande gabelle (Berry) entre 1680 et 1790. La porte piétonne du mur de clôture Les deux bâtiments de ferme figurent sur le plan cadastral de 1812. Le logement semble dater, par dans la seconde moitié du 19e siècle, avec la réunion probable sous un même toit d’une grange-étable et oriental est appelée la "porte du sel" ou la "porte des pendus".
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur régional de la Brenne, Association touristique de Néons-sur-Creuse, 2013. . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). p.20 SECHERESSE, Jean (dir.). Chroniques historiques de Saint-Vincent de Néons. Néons-sur-Creuse : Comité Municipal d'Animation de Néons-sur-Creuse, 1994 (seconde édition augmentée en 2019 par l'Association touristique de Néons-sur-Creuse).
    Murs :
    pan de bois
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de soubassement
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Observation :
    Observations réalisées de la voie publique. Propriété inaccessible.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en charpente escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Description :
    taillée dans le roc (front de taille visible). La grange-étable abrite une grange, une étable à chevaux et Cette ferme, implantée sur un versant de la vallée de la Creuse, compte deux bâtiments principaux en pans-de-bois. Il est couvert du prolongement, en bâtière, de la toiture. Un ancien four (remanié portes-fenêtres sont cintrées. Des lucarnes à fronton éclairent les combles sur le pan oriental de la de trois salles en enfilade, possiblement une écurie et des celliers. Celle la plus au nord est gouttereaux. Le logement, en rez-de-chaussée, possède un étage de soubassement (dépendances domestiques). Les toiture. Un escalier en pierre à volée droite mène à un palier-terrasse accolé au mur gouttereau du rez-de -chaussée. L'accès à l'étage de soubassement s'effectue par le mur gouttereau oriental. Ce niveau se compose cinq boulins en brique est visible dans la partie haute du mur, à l'est. La propriété est fermée au sud et à l’est par un mur de clôture, lequel est doté d'une porte piétonne (appelée porte du sel) faisant
    Titre courant :
    Mallet : ferme dite maison de Gabelous
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Appellations :
    Maison de Gabelous
    Illustration :
    La ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 72, 73), dans la droite de l'image Vue de la partie sud du logement depuis l'est (accès à l'étage de soubassement Vue de la grange-étable depuis le sud-ouest. IVR24_20163600810NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord-ouest. IVR24_20163600812NUC2A Vue de la porte du mur de clôture (est) dite porte du sel. IVR24_20183600687NUCA . (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). IVR24_20153600041NUC2A Vue du logement (dit maison de Gabelous) depuis l'ouest. IVR24_20183600688NUCA Vue du logement et de l'ancien four depuis le nord-ouest. IVR24_20163600811NUC2A
  • Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)
    Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église) Lureuil - Bourg - 36 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 491 1812 B 546, 547
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La maison à étage a été bâtie dans le troisième quart du 15e siècle ; la mise en oeuvre de la sont portés sur le plan cadastral de 1812. Il pourrait s’agir de la “métairie du Dauphin” comprenant mentionnée dans le terrier de la commanderie de Lureuil vers 1736 (Archives départementales de l'Indre, H 616 agricoles de la ferme quant à eux ont été construits ou reconstruits dans la seconde moitié du 19e siècle ou étable (au sud de la cour) dans la seconde moitié du 20e siècle. charpente étant datée de 1465-1470 par dendrochronologie (Arc16/R4177D). Trois bâtiments dont le logement “deux corps de logis, chambres basses, hautes, greniers, toit, bergerie, grange, étable (…)” et ). Si le logement est médiéval (avec des remaniements de baies aux 18e et 19e siècles), les bâtiments
    Référence documentaire :
    Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737. Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre Archives municipales de Lureuil ; 1 G 3 ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et de diminution.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
    Description :
    La ferme à cour ouverte se compose de quatre bâtiments principaux : un logement et trois étables -pignon. La toiture, à pignons couverts et à coyaux, est en tuile plate. Elle paraît commune à celle de la compte deux cheminées à corbeaux adossées en mur-pignon. Celle de la pièce occidentale comprend des mécanique et en tuile plate. A l’est de la cour, des étables et des toits à porcs sont alignées à la rue . A l’ouest de la cour, se dresse en retour d'équerre du logement, une étable. Au sud, la grande étable couverte avec de la tôle ondulée a été construite à l'emplacement d'une ancienne grange. Une enduit. Ses murs sont très majoritairement en moellons de grès. L’accès au rez-de-chaussée s’effectue par les murs gouttereaux tandis qu'un escalier à volée droite mène à l'entrée de l'étage située en mur l’élévation nord du logement, qui compte deux travées, les deux larges baies de l’étage (anciennes fenêtres chanfreinées à meneaux) ont été réduites ou condamnées. En rez-de-chaussée, l'une des entrées est chanfreinée
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 36 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 491 1812 B 546, 547
    Titre courant :
    Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)
    Annexe :
    - maîtresses avec poinçons montant des faux-entraits. Les solives de l’étage sont les entraits de la charpente . Ceux des fermes-maîtresses reposent sur des poteaux engravés. Le plafond de la pièce ouest est composé : éch. 1 : charpente, faux-entrait de la ferme 10 : se rattache à 1465-1470 éch. 2 : charpente , chevron de la ferme 16 : se rattache à 1465-1470 éch. 3 : poteau de l’étage en liaison avec la ferme 16 : se rattache à 1465-1470 éch. 4 : étage, entrait de la ferme 12 : se rattache à 1465-1470 éch. 5 Expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du logement de ferme dit maison du Dauphin , 36 place de l'Eglise à Lureuil (36220). Archéolabs réf. ARC 16/R4177D Présentation générale : Cette maison avec étage, sur poteaux engravés, est orientée est /ouest. La charpente, à chevrons-portant-fermes de 11 solives numérotées arbitrairement depuis le nord. Les éléments architecturaux en place ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), le 27 janvier 2016. Datations
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Le logement de la ferme (en jaune) et des bâtiments agricoles (en rouge ; disparus) sont portés sur Vue générale de la ferme et de son entrée depuis le nord. IVR24_20153600583NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le nord. IVR24_20193601166NUCA Vue de l'élévation sud de la maison et de son escalier en mur-pignon. IVR24_20193601169NUCA Vue de la grande étable (construite sur les fondations d'une grange à porteau détruite dans la seconde moitié du 20e siècle) située au sud de la cour, depuis le nord. IVR24_20163600380NUC2A Vue de l'étable située à l'ouest de la cour, depuis l'est. IVR24_20163600383NUC2A Vue de l'étable située au nord-est de la cour, depuis l'ouest. IVR24_20163600382NUC2A Vue des petites étables et toits à porcs situés à l'est de la cour. IVR24_20163600381NUC2A Vue de la cour depuis l'ouest. IVR24_20163600386NUC2A
  • Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison
    Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison Argenvilliers - Le Moulin Guillaume - isolé - Cadastre : 1811 A 146, 147 1992 ZA 20
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    une pierre de taille. Plusieurs bâtiments - dont trois principaux - sont présents en plan sur le plan cadastral de 1811. A la fin du troisième quart du 19e siècle, l'ensemble des bâtiments subit des remaniements : en attestent les dates 1872 et 1873 portées sur la porte charretière de la dépendance pour la première, sur la lucarne du moulin pour la seconde. L'examen des matrices cadastrales fait état de la Le moulin a probablement été construit (ou reconstruit) en 1762, comme le montre la date portée sur
    Hydrographies :
    la Berthe
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section A. 1811. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    couverts d'un enduit à pierre vue, à l'exception d'une partie de la grange-étable, en pierre de taille de Cet ancien moulin isolé, qui utilisait la force motrice de la Berthe, comprend plusieurs bâtiments -de-chaussée). Les ouvertures sont quadrangulaires, à l'exception de la porte et de la fenêtre de surmontée d'une pierre gravée de la date 1762 : celle-ci est comprise dans un décor sculpté figurant deux perpendiculairement au premier, accueille la grange et l'étable. En rez-de-chaussée, il possède trois ouvertures en calcaire. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire. Une corniche en brique souligne la descente de toit du moulin. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate et interrompus par des lucarnes à jouées et à frontons en pierre de taille moulurés. le moulin (à l'est, au niveau de l'étage de soubassement) et le logis du meunier (à l'ouest, au rez l'étage de soubassement, qui sont en arc segmentaire. Une fenêtre du rez-de-chaussée surélevé est
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Dates :
    1762 porte la date 1872 porte la date 1873 porte la date
    Illustration :
    Grange-étable, élévation est, claveau central de la porte charretière portant la date de 1872 Extrait du plan cadastral de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3562 Moulin, détail de l'élévation sud. IVR24_20092800153NUCA Moulin, élévation sud, lucarne datée de 1873. IVR24_20092800154NUCA Moulin, élévation sud, fenêtre surmontée d'une pierre datée de 1762, décor : entrelacs de deux Grange-étable, détail de l'élévation est. IVR24_20092800150NUCA
  • Gestières : ferme, actuellement maison
    Gestières : ferme, actuellement maison Champrond-en-Perchet - Les Gestières - isolé - Cadastre : 1811 C 48 à 54 1811 D 163 1987 C 191
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    1843, pour Baptiste Jousselin (date portée sur le claveau central de la porte charretière, corroborée claveau de la porte) et un fournil du quatrième quart du 19e siècle, associé à des dépendances (usage initial indéterminé). Par la suite, un hangar a été construit en alignement au sud-ouest de la grange D'après l'examen du cadastre de 1811, un seul bâtiment, remontant probablement au 18e siècle, est toujours présent en plan de nos jours. Il a été converti en bâtiment agricole (l'actuelle grange-étable) en du troisième quart du 19e siècle, pour laisser place à un premier logis de ferme (au nord-est
    Observation :
    Cette ferme, de dimensions importantes, conserve un bâtiment datant probablement du 18e siècle . L'examen des matrices cadastrales ainsi que les dates portées sur les bâtiments permettent de retracer son histoire. L'état de conservation des bâtiments et leur restauration de qualité font de cet édifice un
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme. (Parc naturel régional du Perche). Plan cadastral napoléonien, commune de Champrond-en-Perchet, sections C et D. 1811. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 600 à 3 P 601. Matrices cadastrales de 1811. Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3887 à 3 P 3891. Plans cadastraux de 1811.
    Description :
    d'angle, les jambes harpées et la corniche moulurée de la grange-étable sont en pierre de taille de à l'ouest de la ferme. - La grange-étable, située au sud, possède, entre autres, une ouverture à calcaire (à l'exception du hangar, de l'écurie et de la dépendance à usage indéterminé dont les nord-est de l'ensemble, se compose d'un rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît. Un cellier lui petite écurie à l'ouest. - Le logis secondaire, en rez-de-chaussée et à deux pièces également, est situé plate-bande sur coussinets (partie étable). Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit à pierre vue ou plein (uniquement pour la petite écurie). Les encadrements des baies, les chaînages
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Dates :
    1843 porte la date daté par source 1876 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme (fond : extrait du cadastre de 1987 Vue d'ensemble de la ferme, depuis le sud-ouest. IVR24_20082800706NUCA Vue d'ensemble de la ferme, depuis le nord. IVR24_20082800708NUCA Vue générale de la grange-étable et du hangar, depuis la voie publique (à l'ouest Date portée sur le clef de la porte charretière de la grange-étable (1843). IVR24_20082800712NUCA Plate-bande sur coussinets de la porte de l'écurie. IVR24_20082800713NUCA Extrait du cadastre de 1811, assemblage des sections C et D. (Archives départementales d'Eure-et
  • Austrasie : ferme
    Austrasie : ferme La Gaudaine - L'Austrasie - isolé - Cadastre : 1987 A 103
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La ferme n'apparaît pas en plan sur le cadastre de 1811. Elle semble avoir été construite dans la seconde moitié du 19e siècle. Sur le plan de l'instituteur daté de 1868, trois bâtiments apparaissent (dont deux subsistent : le logis et la grange-étable à l'est). Les autres bâtiments ont été construits par la suite, au troisième quart du 19e siècle ou au premier quart du 20e siècle, période à laquelle la grange-étable a été remaniée. Un hangar métallique date probablement du milieu du 20e siècle.
    Observation :
    Cette ferme subsiste dans un état proche de son état d'origine. Son plan régulier, quasi symétrique , et l'originalité du positionnement des étables, similaires à deux "pavillons d'entrée" à la cour (écho à une architecture savante) font de cette ferme un élément bâti d'intérêt patrimonial.
    Référence documentaire :
    La Gaudaine, L'Austrasie. Plan de localisation des bâtiments de la ferme./Florent Maillard (Parc Extrait du plan de la commune de La Gaudaine réalisé par l'instituteur en 1868. (Archives Plan de la commune (1868). (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 4 Fi 108).
    Description :
    deux écuries. Deux petites étables ferment la cour au sud. Au nord-est de la ferme se situe le fournil en dehors de la cour. Le hangar métallique se trouve au sud-ouest de la cour, en continuité de la sur les dépendances). Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire ou en brique (ou les deux). Une corniche moulurée en pierre de taille de calcaire couronne les des bâtiments de part et d'autre du logis par lequel passe l'axe de symétrie. Elle comprend trois unique), entre un cellier et un toit à porcs. Orienté au sud, le logis est en rez-de-chaussée surélevé surmonté d'un comble à surcroît, éclairé par trois œils-de-bœuf. - A l'ouest, un second bâtiment regroupe . - A l'est, faisant face au précédent, le troisième bâtiment comprend une grange-étable encadrée de remise. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein (en partie dégradé
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    La Gaudaine - L'Austrasie - isolé - Cadastre : 1987 A 103
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fonds : plan cadastral de 1987, section A1). par Extrait du plan de la commune réalisé en 1868. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 4 Fi 108 Vue générale de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20082800831NUCA Façade du logis sur la cour. IVR24_20082800833NUCA
  • Moulin Trouvé : moulin
    Moulin Trouvé : moulin Thiron-Gardais - Moulin Trouvé - isolé - Cadastre : 1814 B3 383, 384 2013 ZC 38, 39, 40, 41 1814 C1 79, 81
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    lits réguliers au nord-ouest de l'édifice, plusieurs jours en pierre de taille et la plupart des fermes Sous l'Ancien Régime, le moulin Trouvé, implanté dans la paroisse de Gardais, dépend de la seigneurie de Thiron comme le montre le plan géométrique réalisé par Canuël en 1759. La structure du moulin semble dater du 17e siècle : en témoigneraient le pan de bois, la mise en œuvre en moellons équarris en sur le cadastre de 1814 (parcelle C 79), un second logis a été construit à la fin du 18e siècle ou au la seconde moitié du 19e siècle, de nombreuses modifications sont apportées au moulin gouttereau est [aménagement possible d'un logement], modification de la charpente avec la création d'une au sud du moulin (couvrant les vestiges de la roue) et la maison a été remaniée. . La maison du meunier, notamment la partie nord-ouest, remonte probablement à la même période. Présent début du 19e siècle (il ne figure pas sur le plan géométrique de Canuël datant de 1759). Ce bâtiment a
    Hydrographies :
    La Thironne
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Le lieu-dit comprend le moulin et la maison du meunier : - Le moulin se situe à l'est de l'ensemble . Le bief, dérivé de la Thironne, alimente une retenue d'eau qui actionnait la roue (à l'état de d'un enduit à pierre vue. Les encadrements des baies sont en bois, en brique ou en pierre de taille vestiges) par une chute d'eau. Une partie du mécanisme (arbre de transmission, bâti et engrenage) est en place (à l'état de vestiges). De construction tardive, une cheminée placée en façade est possède une souche de cheminée en brique. - Le logis du meunier se trouve au sud-ouest du moulin, de l'autre côté du bief. Les murs sont en pan de bois ou maçonnés en moellons de silex, de calcaire et/ou de grès couvert
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Extrait du plan géométrique des seigneuries de la paroisse de Gardais, dressé par Canuël en 1759 Moulin, vue générale depuis le sud-ouest - emplacement de la retenue d'eau au premier plan (cliché Moulin, vue générale de la façade est (cliché ancien, vers 1980, en cours de rénovation Moulin, intérieur, vue générale de la charpente (cliché ancien, vers 1980, avant rénovation Moulin, intérieur, vestiges de la roue. IVR24_20142800353NUC2A Extrait du plan cadastral de 1814, assemblage des sections B3 et C1. IVR24_20142800342NUC2A Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit. IVR24_20142800343NUDA Moulin, intérieur, vue de détail du mécanisme. IVR24_20142800354NUC2A
  • Trémont : ferme
    Trémont : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Trémont - isolé - Cadastre : 1811 A 2, 4, 5, 6, 7 2019 OC 110, 214, 215
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les parties les plus anciennes de la ferme de Trémont remontent au 18e siècle au plus tard. Il s'agit du logis qui conserve des baies de cette époque, tout comme la partie ouest de l'écurie du Trémont, probablement au début du 20e siècle. A cette même époque, il entreprend la reconstruction de la ferme qui s'inscrit dans la mouvance des fermes modèles : plan rationnel, recherche de symétrie, de fermeture de la cour, séparations distinctes entre les animaux pour une meilleure hygiène et des dépendances bâtiment nord. Les autres dépendances présentes en plan en 1811 ont été détruites par Octave-Jules Luce de de dimensions importantes pour une production accrue. Les dates portées sur les bâtiments témoignent de cette campagne de construction : 1906 (écurie nord), 1921, 1922 (étables est et logement du vacher
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    La ferme de Trémont se situe à environ un kilomètre à l'est du bourg de Trizay et à une centaine de l'ouest vers la cour du château marque la limite entre ce qui ressort de la ferme à l'est et du château à se situe un second bâtiment à usage d'étables et de logement du vacher. Fermant la cour au nord, deux la cour à proximité du logis. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein ou à baies et les chaînages d'angle sont majoritairement en brique (sauf pour le logis et la partie ouest de l'écurie nord, aux chaînes d'angle et encadrements en pierre de taille calcaire). Les toits sont à longs mètres du château du même nom. Le grand bâtiment à usage d'écuries dont la façade principale donne à l'ouest. La ferme comporte donc quatre bâtiments répartis en U autour d'une cour fermée par un portail. Le logis (deux pièces en rez-de-chaussée à double orientation) se trouve au sud de l'ensemble. Lui est accolé à l'est un bâtiment à usage de pressoir, de grange et de toit à porcs. En retour d'équerre à l'est
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Luce de Trémont Octave-Jules
    Dates :
    1906 porte la date 1921 porte la date 1922 porte la date 1925 porte la date 1927 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme et du château (fond : plan cadastral de 2019 Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800196NUDA Bâtiment est (étables et logement de vacher), vue générale depuis le sud-ouest
  • Bray : ferme
    Bray : ferme Champrond-en-Perchet - Bray - isolé - Cadastre : 1811 C 110, 111 1987 C 183 à 185
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment, à usage probable de logis secondaire, a été construit à la même période. L'ensemble a subi de Le lieu-dit est attesté dès 1149 sous le toponyme de "Braia" qui vient du préceltique "Bracu " signifiant "lieux boueux". Les deux bâtiments présents en plan sur le cadastre de 1811 (au nord-est et à l'ouest) semblent avoir été reconstruits in situ dans la seconde moitié du 19e siècle. Un troisième 3e quart du 20e siècle (bâtiment nord-ouest), restauration à la fin du 20e siècle du logis secondaire
    Observation :
    probablement la construction d'un logis secondaire au 19e siècle, et qui devait être réservé aux journaliers.
    Référence documentaire :
    Plan cadastral, commune de Champrond-en-Perchet, section C : Bray. 1987. (Archives communales de Plan cadastral napoléonien, commune de Champrond-en-Perchet, section C. 1811. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3887 à 3 P 3891. Plans cadastraux de 1811.
    Description :
    encadrements des baies sont en pierre de taille de calcaire, à l'exception de celle du logis principale en La ferme isolée comprend trois bâtiments dissociés, organisés autour d'une cour ouverte en "U " : deux logis et une grange-écurie. Au nord-ouest, le logis principal, en rez-de-chaussée, est recouvert secondaire est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît. A l'est, le bâtiment abritant les dépendances (grange-écurie) est accolé d'un hangar agricole. Les murs sont en moellons de calcaire couverts
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Typologies :
    logis en rez-de-chaussée
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ferme depuis l'ouest. IVR24_20082800691NUCA Vue générale de la grange-écurie depuis le sud. IVR24_20082800694NUCA Vue partielle nord de la grange-écurie, depuis l'ouest. IVR24_20082800695NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C : Bray. (Archives départeentales d'Eure-et-Loir, 3 P 3889 Extrait du cadastre de 1987, section C : Bray. (Archives communales de Champrond-en-Perchet
  • Motte : ferme
    Motte : ferme Champrond-en-Perchet - La Motte - isolé - Cadastre : 1811 D 115 à 117 1987 E 30 à 32
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    au 18e siècle. Dans la seconde moitié du 19e siècle, deux corps de bâtiment ont été construits : à la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme./Florent Maillard. 2011. (Parc naturel Plan cadastral napoléonien, commune de Champrond-en-Perchet, section E. 1811. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3887 à 3 P 3891. Plans cadastraux de 1811.
    Description :
    Cette ferme isolée comprend trois corps de bâtiment situés en retrait de la route, délimitant ainsi l'étable, l'écurie et le toit à porcs, puis la grange. Un second corps de bâtiment abrite sous le même toit sont en pierre de taille de calcaire (ancien logis, étables, écurie et toit à porcs), ou en brique une cour ouverte. Le corps de bâtiment est présente un plan en "L". L'aile sud-ouest comprend l'ancien logis en rez-de-chaussée et une étable sous le même toit. En retour d'équerre au nord-est, se situent moellons de calcaire couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Champrond-en-Perchet - La Motte - isolé - Cadastre : 1811 D 115 à 117 1987 E 30 à 32
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme (fond : extrait du cadastre de 1987 Vue d'ensemble de la ferme, depuis le sud-est. IVR24_20082800715NUCA Partie est de la ferme, vue d'ensemble depuis le sud. IVR24_20082800717NUCA Extrait du cadastre de 1811, section D. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3891
  • Saussaye : ferme
    Saussaye : ferme Brunelles - La Saussaye - en écart - Cadastre : 1811 E1 31 1992 E1 189
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    nord du bâtiment nord, porte la date 1763 qui témoigne d'une seconde phase de construction au troisième se succèdent dans la seconde moitié du 19e siècle (emploi de la brique pour plusieurs encadrements - comme le montrent certains vestiges tels que le pan de bois hourdé de moellons de calcaire, les portes à clous en bois et une plate-bande de porte délardée. Une pierre, surmontant une fenêtre du mur gouttereau quart du 18e siècle affectant le bâtiment nord. D'autres campagnes de constructions ou de remaniements d'ouvertures et pour la corniche) et tout au long du 20e siècle (emploi du ciment pour les enduits du bâtiment
    Observation :
    calcaire et de silex en façade postérieure - ainsi que la sauvegarde d'huisseries d'origine, font de cette - en pan de bois hourdé de moellons de calcaire sur une façade principale, en moellons équarris de
    Référence documentaire :
    Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section E1 : Hameau de La Saussaye Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 à 3 P 3865. Plans cadastraux de 1811.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    d'angles (cachés par l'enduit ciment) et la corniche en doucine sont en pierre de taille de calcaire. - Le Cette ancienne ferme à logements multiples se situe au sud-est du hameau de la Saussaye. Elle moellons de calcaire couverts d'un enduit à la chaux. Les encadrements des baies sont en bois et les surmontés d'une corniche en doucine en pierre de taille de calcaire. Les ouvertures sont quadrangulaires, le plus souvent en pierre de taille de calcaire, pour certaine en brique. Un logis possède une porte surmontée d'une plate-bande délardée et une lucarne surmontée d'un arc cintré à fronton en pierre de taille corps alignés. Les deux principaux abritent chacun un logis et une écurie (ou étable). En rez-de moellons de calcaire et de silex couvert d'un enduit ciment. Les encadrements des baies, les chaînages bâtiment sud est également composé de plusieurs corps alignés. D'ouest en est, les trois premiers corps , le premier corps présente une façade principale (orientée au nord-est) en pan de bois hourdé de
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Brunelles - La Saussaye - en écart - Cadastre : 1811 E1 31 1992 E1 189
    Dates :
    1763 porte la date
    Illustration :
    Bâtiment sud, partie ouest, détail de la porte de l'écurie (clous en bois). IVR24_20082800476NUCA Bâtiment sud, partie ouest, détail de la porte d'accès au logis, converti en chevrerie Extrait du cadastre de 1811, section E1. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865 Bâtiment sud, vue de détail de l'un des logis. IVR24_20082800473NUCA Bâtiment sud, partie ouest, logis et dépendance en pan-de-bois. IVR24_20082800474NUCA Bâtiment sud, partie ouest, détail du pan de bois hourdé de moellons calcaire et torchis Bâtiment sud, vue de trois-quart depuis le sud-ouest. IVR24_20082800475NUCA Bâtiment sud, partie ouest, détail de l'appareillage en moellons équarris. IVR24_20082800479NUCA
  • Petite Girouardière : ferme, actuellement maison
    Petite Girouardière : ferme, actuellement maison Frazé - La Petite Girouardière - en écart - Cadastre : 1813 D 345 2016 YB 20
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Sur le plan cadastral de 1813, aucun bâtiment ne figure à l'emplacement de la ferme. Les matrices cadastrales font mention de la reconstruction de la ferme en 1872 pour François Huvet. La partie sud-est de la
    Observation :
    de taille calcaire (rare dans ce secteur) pour les parties domestiques. brique pour les dépendances agricoles, murs en moellons de silex et encadrements d'ouvertures en pierre
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813.
    Description :
    Située à 1,5 kilomètre à l'est du bourg, la ferme comprend deux corps de bâtiments alignés. - Le et les chaînages d'angle, en pierre de taille de calcaire - abrite sous un même toit : le fournil , une soue, la laiterie, la salle, la cave, la chambre (sans feu) et une écurie. La différence de niveau depuis la salle par un escalier droit. - Le second corps de bâtiment - dont les murs sont en terre crue reposant sur un solin plus ou moins haut, en moellons de silex - abrite sous un même toit la grange (avec corps de bâtiment nord-ouest - dont le gros oeuvre est en moellons de silex, les encadrements des baies d'un demi-étage entre la partie soue, fournil, laiterie et la partie salle, chambre, écurie, cave a l'aire à battre), une étable, le pressoir, la bergerie et une remise. Une soue à cochons sous un appentis
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Frazé - La Petite Girouardière - en écart - Cadastre : 1813 D 345 2016 YB 20
    Dates :
    1872 daté par source porte la date
    Illustration :
    Vue générale de la partie nord-ouest de la ferme, depuis le sud. IVR24_20162800079NUCA Vue générale de la ferme depuis l'est. IVR24_20162800080NUCA Vue générale de la ferme depuis l'ouest. IVR24_20162800081NUCA Façade postérieure de la partie nord-ouest. IVR24_20162800083NUCA Vue de détail du haut du pignon nord-ouest : fenêtre de comble, et date portée 1872
  • Oursières : ferme du château
    Oursières : ferme du château Argenvilliers - Oursières - isolé - Cadastre : 1811 H1 25 1987 ZV 23
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment en "L" comprenant le logis et les dépendances, ainsi que le petit bâtiment au nord de la ferme . Dans la seconde moitié du 19e siècle, un nouveau corps (à usage de remise agricole et d'étable) a été La ferme du château d'Oursières a probablement été construite au 18e siècle, en ce qui concerne le
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, section H1. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Description :
    . L'aile nord-est, en rez-de-chaussée, est réservée à la remise agricole et à une étable. - Le bâtiment , surmonté d'un pigeonnier de comble (à huit trous de boulin et une planche d'envol) en pierre de taille de grès ferrugineux (roussard). Les parements sont en brique avec un soubassement en pierre de taille de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies sont en pierre de taille de calcaire. Les La ferme s'inscrit dans le domaine d'Oursières, directement au sud-est du château. Elle est constituée de deux bâtiments organisés autour d'une cour ouverte. - Le bâtiment principal comprend trois ailes. L'aile sud-ouest, en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît, abrite le logis ainsi qu'une vaste grange. L'aile sud-est, également en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît, se compose d'une remise agricole, d'une grange et d'étables. Les ouvertures, donnant exclusivement sur la secondaire, de dimensions modestes, comprend également une remise agricole accolée à un toit à porcs
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme du château (fond : plan cadastral de 1987, section Vue d'ensemble de la partie sud de la ferme (ailes sud-ouest et sud-est), vue depuis le nord Extrait du plan cadastral de 1811, section H 1. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3573
  • Petite Vallée : ferme, actuellement maison
    Petite Vallée : ferme, actuellement maison Brunelles - La Petite Vallée - isolé - Cadastre : 1992 H 67
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    ajoutés dans la seconde moitié du 19e siècle : toit à porcs et poulailler, grange, remise (encadrements de baies en brique). A l'abandon de l'activité agricole au troisième quart du 20e siècle, la ferme est Cette ferme a été construite à partir de 1844 (date portée sur un pavé de l'écurie qui conserve plusieurs éléments d'origine : pavage, mangeoire, râtelier et boxes). Trois corps de bâtiments ont été
    Observation :
    Cette ferme n'a quasiment pas connu de remaniement. Bien conservée et restaurée avec soin, elle constitue un des rares exemples datés du secteur et de ce fait, un élément patrimonial intéressant à
    Référence documentaire :
    Brunellles, La Petite Vallée. Plan de localisation des bâtiments de la ferme./par Florent Maillard
    Description :
    Cette ferme isolée se situe aux abords immédiats de la rivière l'Arcisses. Elle comprend plusieurs . Un second toit à porcs est construit en appentis contre la façade postérieure de l'étable. Les murs baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire (logis, écurie, étable, toit à porcs est couronné d'une corniche en brique (parfois alternée de pierre de taille de calcaire). Les toits corps de bâtiment organisés en "L" au nord d'une cour ouverte : - L'aile nord-ouest se compose d'un logis et d'un corps de bâtiment comprenant un toit à porcs et un poulailler. Le logis, en rez-de sont probablement en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements des
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Brunelles - La Petite Vallée - isolé - Cadastre : 1992 H 67
    Dates :
    1844 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : cadastre actuel, section H Date portée (1844) au sol de l'écurie. IVR24_20082800454NUCA
  • Contenquière : ferme
    Contenquière : ferme Sublaines - La Contenquière - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Ferme construite dans la seconde moitié du 19e siècle. La grange porte la date 1864 sur le mur
    Description :
    charretière sont harpés en pierre de taille. La grange est couverte d’un toit à longs pans avec deux noues au au pignon sud du logis. Elle est construite en moellons enduits ; les angles et l’arc de la porte s’appuyer un toit à porcs en basse goutte. La partie sud de la grange est aménagée en hangar. Le logis est Ferme de type bloc-à-terre, orientée nord-sud avec un logis en rez-de-chaussée et un comble à
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Sublaines - La Contenquière - en village
    Dates :
    1864 porte la date
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure de la grange, au nord. IVR24_20103702482NUCA
  • Orme : ferme
    Orme : ferme Frazé - L' Orme - isolé - Cadastre : 1813 C1 275, 276 2016 YD 123
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La ferme de l'Orme semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne (logis), au 17e de la ferme du château. Les matrices cadastrales font état de la construction nouvelle d'un fournil Antoine Fredon, clerc de notaire à Thiron. La date 1882 gravée sur le linteau en bois d'une lucarne de la bergerie témoigne de cette importante campagne. Sont alors construits l'étable, les toits à porcs, la remise et l'étable à veaux ainsi que la grange. De source orale, cette dernière a été construite avec des taille de grison dans le pignon sud-ouest. siècle comme tend à le montrer la charpente à double faîtage et poinçon long. Également présente sur le plan cadastral de 1813, une partie du bâtiment secondaire date du troisième quart du 18e siècle (date 1789 portée sur une poutre maîtresse). À la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle, cette ferme appartient à une famille bourgeoise de Chartres, les Bazin, également propriétaires du château de l'Orme et
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. ´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Murs :
    grison pierre de taille torchis pan de bois enduit
    Description :
    La ferme se situe à l'est de la commune, à 200 mètres à l'ouest de la maison de maître dite château de l'Orme et de la ferme du château. Les quatre bâtiments qui composent la ferme sont répartis autour remise et l'étable à veaux. Deux toits de hauteurs différentes couvrent le bâtiment : à l'ouest la bâtiment principal, se situe la grange prolongée d'un hangar. Cette dernière construite en pan de bois dispose d'un pignon maçonné en moellons de silex et en pierre de taille de grison. Sous le hangar se silex et pierre de taille de grison couverts d'un enduit à pierre vue, ou en brique, ou en pan de bois d'une cour toujours ouverte mais qui a tendance à se fermer (murs de clôture et portail d'entrée). - Le bâtiment principal comprend deux corps de bâtiments. Le corps ouest est voué à l'habitation : salle et chambres avec au nord en appentis la cave et la laiterie. Le corps est abrite le fournil, l'écurie, une mur. Le comble à usage de grenier est accessible par trois lucarnes pendantes en bâtière. - À l'est de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Dates :
    1789 porte la date 1882 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20162800208NUDA Bâtiment principal, partie ouest, vue de la charpente à double faîtière. IVR24_20162800214NUCA Bâtiment secondaire, partie ouest, vue de détail de la façade nord (portes jumelées, niches à Bâtiment secondaire, vue de détail du linteau de la lucarne daté 1882. IVR24_20162800220NUCA Bâtiment secondaire, intérieur, vue de détail d'une poutre maîtresse gravée de la date 1789 Hangar, vue d'ensemble de la charpente sur poteau. IVR24_20162800224NUCA Extrait du cadastre de 1813, section C1 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800207NUCA Corps de passage et bâtiment principal, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162800210NUCA Bâtiment principal, partie est, charpente de comble à poinçon court. IVR24_20162800215NUCA Corps de passage et grange, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800222NUCA
  • Grand-Roche : ferme 01
    Grand-Roche : ferme 01 Néons-sur-Creuse - Grand-Roche - - en écart - Cadastre : 2015 C 210 1812 C 1292, 1293
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Le logement semble figurer sur le plan cadastral de 1812, et possiblement une partie de la grange siècles (voire être plus ancien). Il a été modifié dans la seconde moitié du 19e siècle et ultérieurement . Les granges-étables paraissent avoir été construites ou reconstruites dans la seconde moitié du 19e
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137).
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en équerre sur voûte
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    La ferme à cour ouverte se compose de trois bâtiments principaux : un logement et deux granges au logement à l’ouest de la cour. Ses accès sont en mur gouttereau. Elle est enduite. Sa toiture , partagée avec une grange-étable de la ferme voisine, est, à longs pans, en tuile plate. Une écurie, en d’ouvriers. A l’ouest de la grange-étable sud se trouve une remise (récente) et un toit à porcs en parpaings -étables. Le logement, orienté nord-sud, est enduit et en rez-de-chaussée. Ses accès sont en mur gouttereau (ouest) et en mur-pignon sud (sous l’escalier extérieur en équerre qui mène à la porte des combles). Une d’une entrée, dans l’élévation ouest, est chanfreiné. Le linteau d’une autre baie condamnée est taillé appentis (tuile plate) s’appuie sur son mur-pignon nord. Une seconde grange-étable est alignée au nord de la précédente. Elle est partiellement enduite et à accès en mur gouttereau (ouest) et en mur-pignon -étable à l’extrémité nord du logement. Il abrite une extension de l'habitation principale et un logement
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Une partie du logement et de la grange-étable sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles Vue de la dépendance (dont logement d'ouvriers) au nord de la cour. IVR24_20163600623NUC2A Vue de la grange-étable située au nord-ouest de la cour, depuis le sud-ouest Vue de la grange-étable (partagée avec la ferme voisine) située à l'ouest de la cour C 1292, 1293), dans le haut de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137 Vue de l'étable à chevaux depuis l'est. IVR24_20163600624NUC2A
  • Mallet : ferme
    Mallet : ferme Néons-sur-Creuse - Mallet - 16 rue des Petits Ponts - en écart - Cadastre : 2015 D 100 1812 D 103
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    de la seconde moitié du 15e siècle (poutres du rez-de-chaussée : entre 1479 et 1484 ; poinçon et arbalétrier : entre 1467 et 1472 ; ARC17/R4229D1). Le reste de la ferme date de la seconde moitié du 19e Le logement secondaire est porté sur le plan cadastral de 1812. Il a été daté par dendrochronologie
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137).
    Description :
    La ferme à cour fermée se compose de trois bâtiments principaux : deux logements et une grange principal, enduit et en retrait de la rue, est orienté est-ouest. Il est en rez-de-chaussée à comble à rez-de-chaussée, est aligné à la rue. L’angle sud-est du bâtiment est arrondi. L’un des jambages de réduite) ; un potager, dans l’embrasure d’une des fenêtres de l'élévation est. La charpente est à sur des corbeaux (l’un est taillé en quart de rond chanfreiné) ; l’une d'elles est soutenue par deux poteaux à aisseliers. Au nord de la cour, se dresse la grange-étable, perpendiculaire à la voirie. Elle arbalétriers et pannes, avec jambes-de-force portant fermette(s). Un puits (pompe à eau) se trouve dans la arbalétriers et pannes, avec poinçon montant de l’entrait (ferme unique). L’entrait est soutenu par un poteau cour. Une communication avec la ferme voisine (cf. dossier IA36010236) a été condamnée.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Annexe :
    composé d’éléments en place du rez-de-chaussée et du comble. La charpente du comble comprend 1 ferme. Le -Creuse (36220). Archéolabs réf. ARC 17/R4229D1. Présentation générale : L’objet de l’expertise est poinçon et l’arbalétrier est ont été retenus. Le plafond du rez-de-chaussée est composé de solives sur le poteau portant la poutre 3 ont été retenus. Les éléments architecturaux ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 24 octobre 2016 1467 et 1472 éch. 3 : rez-de-chaussée, poutre 2 : entre 1479 et 1484 éch. 4 : rez-de-chaussée, poutre 4 : entre 1479 et 1484 éch. 5 : rez-de-chaussée, poteau sous poutre 3 : entre 1479 et 1484 éch. 6 : rez-de du rez-de-chaussée et le poteau de cet ancien logement de ferme sont homogènes, issus d’arbres
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue du logement principal et de la grange-étable depuis l'est. IVR24_20163600795NUC2A Vue de la grange-étable depuis le sud. IVR24_20163600794NUC2A Vue de la charpente du logement secondaire. IVR24_20163600792NUC2A Vue de la cheminée du logement secondaire. IVR24_20163600800NUC2A Vue de la pierre d'évier et d'un poteau engravé du logement secondaire. IVR24_20163600797NUC2A Le logement secondaire est porté sur le plan cadastral de 1812 (parcelle D 103), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). IVR24_20153600041NUC2A