Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie) Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de chanoines
    Historique :
    La première mention de la maison du chevecier (chanoine qui a la charge de l'entretien du chevet , des luminaires et du trésor d’une église) date de 1467. La Chevecerie est alors située dans la rue Dorée (actuelle rue Gouverneur). L’aveu de 1648 mentionne de nouveau la maison au même endroit, loin de ) permettent de les dater entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. Cette ouvertures ou de la corniche des bâtiments 1 et 2 réalisées en brique. ). En revanche, les ogives conservées dans la cave du bâtiment 3 sont certainement issues d’une construction plus ancienne remontant au 13e siècle. Les ruptures de plans entre les bâtiments 1, 2 et 5, ainsi que l’indépendance de leurs systèmes de distribution (escaliers) incitent à penser qu’ils sont issus de trois maisons distinctes. L’hypothèse est recoupée par le cadastre de 1811 : ce dernier figure datés entre la seconde moitié du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle, à l'image des
    Référence documentaire :
    fol 32. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le La Chevecerie. 1853. Dessin. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). La Chevecerie, planche III. 19e siècle. Aquarelle et collage. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le p. 6. DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    sont construits en moellons recouverts d’enduit, la pierre de taille est réservée aux ouvertures. La La Chevecerie est composée de cinq bâtiments disposés selon un plan U, prenant place entre une cour -ci est située plus bas que le niveau de la rue. La porte d’entrée se trouve dans le second bâtiment tandis que son second niveau donne sur la rue susnommée. Le bâtiment 3 est fondé sur un niveau de cave linteaux et sont moulurées de chanfreins. Un escalier droit permet de faire la jonction au premier étage du bâtiment 1. La façade est du bâtiment 1 est composée de deux travées et deux niveaux, sous une corniche en visités et étudiés. Ils sont dotés de plans rectangulaires et de deux niveaux d’élévation sous comble. Les bâtiments sont accessibles depuis la rue par un portail et un escalier droit menant à la cour arrière. Celle . Le premier niveau du bâtiment 1 se prolonge sous la rue par une salle voûtée en berceau plein-cintre second est monté en pans de bois. Les jours de l’escalier sont moulurés de chanfreins. Le mur pignon
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Titre courant :
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Illustration :
    Face ouest, vue de la cour (ouest). IVR24_20162801738NUCA Vue intérieure, cave, nervure de la voûte. IVR24_20162801747NUCA Plans de situation. IVR24_20162801973NUDA Plans schématiques avec les unités de plans restituées. IVR24_20172800091NUDA Face ouest, vue de l'ouest (début 20e siècle ; extrait de "Nogent-le-Rotrou" de Hector Guillier DE Face est, vue de l'est. IVR24_20162801742NUCA Face est, rez-de-chaussée, première travée. IVR24_20162801745NUCA
  • Bourg : maison de maître dite
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40 1992 G 24, 502
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    (agrandissement ou création de nouvelles ouvertures, emploi de la brique). Le domaine a ensuite été séparé en deux Cet ancien domaine, présent en plan sur le cadastre de 1811, semble remonter au 18e siècle comme le ferme). La ferme est agrandie d'une grange (n°5 sur le plan) en 1834 (date portée). Le logis semble avoir été repris au 19e siècle (toit en pavillon couvert en ardoise). Dans la seconde moitié du 19e propriétés. Devenue habitation, la ferme a été très remaniée dans la seconde moitié du 20e siècle (percement de nouvelles ouvertures).
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives
    Précision dénomination :
    maison de notable
    Description :
    et aile sud-est de la ferme). Les encadrements des baies sont en majorité en pierre de taille de Situé en continuité du bourg au nord-ouest, le domaine se compose de deux entités. - La maison de maître est accessible par un portail encadré de piliers en pierre de taille de grès (dit "roussard"). Le neuf et huit travées. - La ferme est également accessible par un portail encadré de piliers en brique . La première aile, à l'ouest, comprend deux écuries, le logis et une grange-étable. Elle est en rez-de charretière (qui porte la date de 1834). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein (maison de notable), en partie disparu (aile ouest de la ferme) ou à pierre vue (aile nord calcaire, tout comme les chaînages d'angle et les jambes harpées (aile sud-est de la ferme). Les toits sont à longs pans et à croupe (maison de maître, aile nord de la ferme) couverts en tuile plate à l'exception du pavillon sud de la maison de maître, couvert en ardoise.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison de notable
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine
    Dates :
    1834 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine (fond : plan Portail d'accès et maison de maître, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800047NUCA Portail d'accès de l'ancienne ferme, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800049NUCA Aile ouest, façade postérieure du logis de ferme et de la grange-étable. IVR24_20092800144NUCA Aile ouest, façade postérieure de l'ancienne ferme, détail de la porte. IVR24_20092800145NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), détail de la date portée sur le claveau central de la cadastral de 1992, section G). IVR24_20122800174NUDA Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Maison de maître, vue générale depuis le sud. IVR24_20092800048NUCA Puits de plan circulaire. IVR24_20092800140NUCA
  • Noyers : ensemble de trois maisons
    Noyers : ensemble de trois maisons Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Les Noyers - isolé - Cadastre : 1811 A 139, 140, 141, 144, 145 2019 B1 152, 408
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    le montre la date 1593 gravée sur une pierre de taille du jambage commun d'une curieuse lucarne. De Le bâtiment le plus ancien de cette ensemble de trois maisons date de la fin du 16e siècle, comme postérieure, la corniche en quart-de-rond et très certainement la charpente d'origine (intérieur non vu). En 1811, sur le plan cadastral et dans l'état de la section A, les bâtiments se répartissent en trois , un logis secondaire est construit en alignement de la précédente maison avec laiterie à l'arrière cette époque remonte la partie nord du bâtiment principal (maison à deux salles et extension nord-ouest ) dans sa structure qui conserve notamment la lucarne, une porte à encadrement chanfreiné en façade propriétaires autour d'une cour commune (C. C. en abrégé sur le cadastre). Dans la seconde moitié du 19e siècle , fournil en continu et étable. Dans le même temps, une troisième maison est construite à l'emplacement de
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Description :
    certainement sous le comble et explique la division verticale de la lucarne (avec la date 1593 sur le jambage commun). Un escalier extérieur placé contre la façade principale donne accès à l'étage de l'extension. Le étables. Le logis principal s'élève en rez-de-chaussée surélevé sur cave (accessible de plain-pied au nord -est). Il est divisé en deux pièces qu'un mur de refend sépare. Ce mur de refend se retrouve logis secondaire s'élève sur un simple rez-de-chaussée et dispose de deux pièces (salle et chambre sans se trouve une petite étable attenante, puis un troisième logis dissocié (en rez-de-chaussée, à deux pièces : salle et chambre, avec four à pain donnant dans la cheminée.
    Titre courant :
    Noyers : ensemble de trois maisons
    Dates :
    1593 porte la date
    Illustration :
    Bâtiment principal, partie nord, façade sud-ouest, vue de détail de la lucarne Bâtiment principal, partie nord, façade sud-ouest, lucarne, vue de détail de la date 1593 gravée Bâtiment principal, partie nord, vue de la façade postérieure. IVR24_20192800271NUCA Bâtiment principal, partie nord, façade postérieure, vue de détail de la porte à encadrement Extrait du plan cadastral de Trizay de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir Superposition du plan cadastral de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800129NUDA Plan de localisation des bâtiments (fond : plan cadastral de 2019). IVR24_20192800265NUDA dans une pierre de jambage. IVR24_20192800269NUCA
  • Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison
    Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison Thiron-Gardais - Bourg - 16 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B2 134 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 26
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La partie la plus ancienne de ce bâtiment, au sud de l'ensemble, date probablement du 18e siècle , comme tendent à le montrer les ouvertures en arc segmentaire de la façade est. Construit dans la basse -cour de l'abbaye, il servait de laboratoire et de maison au médecin du monastère. L'entrée de la maison était initialement située sur le mur est de la maison de plain-pied. Dans la seconde moitié du 19e rendant l'édifice accessible depuis la levée de l'étang à l'est. La porte d'entrée, à l'encadrement en siècle, l'édifice a été agrandi au nord. Par la suite (avant 1900) l'ensemble a été rehaussé d'un niveau brique, a ainsi été transformée en fenêtre et l'accès à l'édifice déplacée sur le pignon nord. Lors de sa réhabilitation, dans la seconde moitié du 20e siècle, le bâtiment a été remanié : agrandissements et nouveaux percements d'ouvertures, rabaissement d'un demi-niveau de l'avant-corps, remplacement des marches en pierre de l'escalier intérieur par des marches en béton.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 7524. Plan du cadastre de 1814 de l'ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers (section B2).
    Précisions sur la protection :
    [...] les façades et toitures des bâtiments de communs appartenant à l'abbaye (boulangerie, moulin
    Murs :
    terre pan de bois enduit
    Description :
    sont en pierre de taille de calcaire, à l'exception de la partie basse des chaînes d'angle (en lien Adossé à la levée de l'étang, le bâtiment s'élève sur trois niveaux : deux étages de soubassement et un rez-de-chaussée. À l'est, la façade est rythmée par cinq travées d'élévation. Le premier étage deuxième étage de soubassement et au rez-de-chaussée. Au centre de la bâtisse, une porte placée sur un . Côté est, le dernier niveau d'élévation est en pan de bois. La corniche moulurée (façade ouest et avec l'humidité du sol) et de quelques ouvertures en pierre de taille de grès roussard ou en brique de soubassement était, à l'origine, occupé par des dépendances : fournil, écurie et celliers (du sud au nord). La cheminée et la voûte du four à pain sont toujours en place. Les pièces à vivre sont au rez-de-chaussée est accessible de plain-pied par une porte à l'encadrement en brique placée sur le pignon nord, via un petit escalier de cinq marches. Les murs sont en moellons de grès (roussard), de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - 16 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B2 134 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 26
    Titre courant :
    Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison
    Illustration :
    Élévation est, vue de détail de la porte donnant accès à l'escalier. IVR24_20142800428NUC2A Vue aérienne de l'ancienne basse-cour de l'abbaye, depuis l'ouest (carte postale, vers 1920 Élévation est, vue de détail d'une porte du premier étage de soubassement. IVR24_20142800429NUC2A Pignon nord, vue de détail du dessous de l'escalier extérieur. IVR24_20142800430NUC2A Pignon nord, vue de détail de l'escalier extérieur. IVR24_20142800432NUC2A
  • Bourg : maison n°2 (chemin du Vieux-Puits)
    Bourg : maison n°2 (chemin du Vieux-Puits) La Gaudaine - Bourg - chemin du Vieux-Puits - en village - Cadastre : 1987 A1 137
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Cette maison semble dater de la seconde moitié du 19e siècle. Une cheminée au linteau et piédroits moulurés, remontant probablement au 17e siècle, a été remployée dans la construction. Plusieurs ouvertures ont été percées tardivement (dans la seconde moitié du 20e siècle).
    Description :
    en brique (sauf aux angles en pierre de taille de calcaire), soulignant la descente de toit, est La maison se situe au centre du bourg de La Gaudaine. Elle se compose d'un étage de soubassement , d'un rez-de-chaussée et d'un comble. De plan en "L", la maison possède une adjonction en retour . Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire. Une corniche interrompue par une lucarne à toit en bâtière et à fronton, dont les jouées sont en pierre de taille de calcaire. Le toit de la maison est à longs pans, couvert en tuile plate. d'équerre au sud-ouest. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit à pierre vue
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison à étage de soubassement
    Localisation :
    La Gaudaine - Bourg - chemin du Vieux-Puits - en village - Cadastre : 1987 A1 137
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
1