Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 199 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Noyers : ensemble de trois maisons
    Noyers : ensemble de trois maisons Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Les Noyers - isolé - Cadastre : 1811 A 139, 140, 141, 144, 145 2019 B1 152, 408
    Historique :
    Le bâtiment le plus ancien de cette ensemble de trois maisons date de la fin du 16e siècle, comme le montre la date 1593 gravée sur une pierre de taille du jambage commun d'une curieuse lucarne. De 1811, sur le plan cadastral et dans l'état de la section A, les bâtiments se répartissent en trois propriétaires autour d'une cour commune (C. C. en abrégé sur le cadastre). Dans la seconde moitié du 19e siècle , fournil en continu et étable. Dans le même temps, une troisième maison est construite à l'emplacement de
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    maisons réparties en L autour d'une cour anciennement commune. Le bâtiment principal possède une façade inconnue), le logis du 16e siècle à deux salles, le logis secondaire avec laiterie à l'arrière, fournil et étables. Le logis principal s'élève en rez-de-chaussée surélevé sur cave (accessible de plain-pied au nord certainement sous le comble et explique la division verticale de la lucarne (avec la date 1593 sur le jambage commun). Un escalier extérieur placé contre la façade principale donne accès à l'étage de l'extension. Le
    Illustration :
    Troisième logis, vue générale depuis le nord. IVR24_20192800274NUCA
  • Petite Leu : ferme, actuellement maison
    Petite Leu : ferme, actuellement maison Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Petite Leu - isolé - Cadastre : 1811 A 199, 200, 201 2019 ZA 3
    Historique :
    Souancé-au-Perche). Au 18e siècle, le bâtiment principal est remanié, avec la réfection des cheminées de Orgevaux, de la Grande Maison, de la Grande Leu ainsi que le moulin de la Sorie. Dans la seconde moitié du
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    , organisés en U autour d'une cour ouverte. Le bâtiment principal possède une façade sur cour orientée au sud -est. Au centre se trouve le logis en rez-de-chaussée surélevé partiellement sur cave voûtée. Il se four à pain détruit (lorsque le fournil a été construit de l'autre côté du mur) est encore visible dans postérieure, par une porte à encadrement chanfreiné. En alignement à l'ouest du logis se trouve le fournil . Une extension, au dernier usage de pressoir se situe dans le prolongement du logis à l'est. Il , donnent accès à l'intérieur. De l'autre côté de la cour, face à la grange, se situe le troisième bâtiment
    Illustration :
    Bâtiment principal, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20172800599NUCA Bâtiment principal, vue d'ensemble depuis le nord-est. IVR24_20192800282NUCA Grange et remise, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20172800598NUCA Écuries / étables, vie générale depuis le nord-est. IVR24_20192800284NUCA
  • Trémont : ferme
    Trémont : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Trémont - isolé - Cadastre : 1811 A 2, 4, 5, 6, 7 2019 OC 110, 214, 215
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    mètres du château du même nom. Le grand bâtiment à usage d'écuries dont la façade principale donne à l'ouest. La ferme comporte donc quatre bâtiments répartis en U autour d'une cour fermée par un portail. Le baies et les chaînages d'angle sont majoritairement en brique (sauf pour le logis et la partie ouest de
    Illustration :
    Bâtiment est (étables et logement de vacher), vue générale depuis le sud-ouest Bâtiments nord (remise, hangar et écurie), vue générale depuis le sud-est. IVR24_20192800290NUCA
  • Petite Couture : ferme
    Petite Couture : ferme Néons-sur-Creuse - La Petite Couture - - en écart - Cadastre : 2015 ZC 113, 150, 151
    Historique :
    propriétaires a fait construire le manoir de Chaurais en 1900 (cf. dossier IA36010107). Le château d’eau agricoles ont été transformés en espace d’habitation. Le four à pain de la ferme a été déplacé aux environs de 2000, dans le jardin de la Cure du bourg de Néons, contre une dépendance de l'ancien presbytère
    Description :
    . Le logement principal, parallèle à la route (nord-ouest/sud-est), est partiellement enduit et en rez . Deux lucarnes en oeil-de-boeuf éclairent les combles dans le pan oriental. Des fenêtres et deux oculi percent le mur-pignon nord-ouest. Un ancien four (déplacé dans le bourg) se trouvait en retour d’équerre
    Déplacement :
    Cf dossier d'oeuvre IA36010061 (Presbytère). Le four de la ferme a été remonté dans l'alignement de
    Illustration :
    Vue du logement depuis le sud-ouest. IVR24_20153600214NUC2A Vue de l'étable latérale de la grange-étable depuis le nord-ouest. IVR24_20153600210NUC2A Vue du portail d'entrée de la ferme depuis le sud-ouest. IVR24_20153600215NUC2A
  • Coquille de baptême
    Coquille de baptême Neuillé-le-Lierre
    Historique :
    Coquille utilisée pour verser l'eau sur le catéchumène lors de son baptême semblant dater de la
    Représentations :
    Deux bandes perlées sur le pied.
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Fonts baptismaux
    Fonts baptismaux Neuillé-le-Lierre
    Référence documentaire :
    paroissiale de Neuillé-le-Lierre du 7 mars 1906.
    Représentations :
    formes et oculus de réseau. La cuve est décorée de motifs végétaux : feuilles et pommes de pin. Le
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Couronne de lumières
    Couronne de lumières Neuillé-le-Lierre
    Historique :
    Couronne de lumières datant de la seconde moitié du 19e siècle. Le donateur de cette couronne de l'origine placée dans le choeur.
    Référence documentaire :
    paroissiale de Neuillé-le-Lierre du 7 mars 1906.
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Buste : Marianne
    Buste : Marianne Neuillé-le-Lierre
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Ensemble de soutanes d'enfants de choeur (10)
    Ensemble de soutanes d'enfants de choeur (10) Neuillé-le-Lierre
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Bourg : tannerie dite tannerie Peltereau-Tenneson, actuellement musée du cuir et de la tannerie (105 rue de la République)
    Bourg : tannerie dite tannerie Peltereau-Tenneson, actuellement musée du cuir et de la tannerie (105 rue de la République) Château-Renault - 105 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 701 1835 B 702 2014 AO 197
    Historique :
    son petit-fils Joseph Tenneson, la tannerie prend alors le nom Peltereau-Tenneson. A partir des années liés à ce passé industriel le mieux conservé de la ville. Les collections du musée du cuir et de la de la tannerie depuis 1985. Le site est inscrit au titre des Monuments historiques depuis 2004.
    Référence documentaire :
    CHANGEUX, Robert, HUTEAU, Lucette. Il était une fois... Château-Renault. Longué (Le Vieux logis
    Précisions sur la protection :
    conciergerie ; le bâtiment du travail de rivière, actuellement musée ; le bâtiment servant d'atelier, bureau et
    Description :
    Le site de la tannerie Peltereau-Tenneson conserve aujourd'hui les anciens bâtiments qui accueillaient la conciergerie, le travail de rivière, un atelier, un bureau, un entrepôt, la sèche d'été, la Brenne. La majorité de ces bâtiments témoigne d'une volonté ostentatoire, notamment dans le souci apporté au décor des édifices : façades ordonnancées ; jeu de polychromie entre la brique, le bois, la pierre et le moellon enduit ; décors moulurés…
    Illustration :
    sur le plan cadastral actuel. (Région Centre-Val de Loire, service Patrimoine et Inventaire Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. IVR24_20153700113NUC4A Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20153700111NUC4A Vue du bâtiment de travail de rivière, depuis le sud. IVR24_20143703718NUC4A Vue du bâtiment accueillant actuellement le musée, depuis la cour. IVR24_20143703851NUC4A Vue intérieure du musée, salle présentant le tannage. IVR24_20143703865NUC4A Vue intérieure du musée, salle présentant le tannage. IVR24_20143703864NUC4A
  • Grand Essard : demeure dite Château
    Grand Essard : demeure dite Château Frazé - Le Grand Essart - - isolé - Cadastre : 1813 I1 13 2016 ZV 37
    Historique :
    Lessart, est alors cité dans un acte notarié de Frazé datant de 1627. Au 15e siècle, la famille Le Roux en est propriétaire, mais dès les années 1520, la seigneurie entre dans le giron de la famille Montdoucet reconstruction d'un manoir dont il subsisterait la tour sud-ouest. En 1586, la seigneurie comprend notamment le l'époque. D'après Jean-François Pitard, le 26 juillet 1842 la famille Thiroux de Gervilliers (propriétaire tribunal de la Seine. Alexandre Provigny en devient le nouveau propriétaire. Il fait reconstruire la ferme
    Référence documentaire :
    PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre
    Description :
    Le domaine du Grand Essart se situe à 1,5 kilomètres au sud du bourg. Il comprend une demeure et ordonnancée à neuf travées d'ouvertures. Cinq lucarnes à la capucine éclairent le comble (intérieur non vu
    Auteur :
    [propriétaire] Le Roux
    Localisation :
    Frazé - Le Grand Essart - - isolé - Cadastre : 1813 I1 13 2016 ZV 37
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud (carte postale, vers 1900, collection particulière
  • Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers)
    Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 C 1 1812 C 50
    Historique :
    s’étendait jusqu’en 1813 au delà de l’actuel territoire communal de Néons, dans le tiers ouest de Lurais (690 ha entre Fournioux et le cours de l’Anglin, Plaux 2013). L’église Saint-Vincent est citée pour la 1892 (grâce à la générosité de la famille Keller). Le chœur a ainsi été rebâti, la toiture et la voûte , refaites. Le clocher-porche à flèche de pierre, dessiné par Camille Létang (architecte municipal de Tournon-Saint-Martin (cf. dossier IA36007517) et de Lureuil (cf. dossier IA36010556), conçus par le même . 2006 ; Plaux 2013). Le retable de l’église en pierre date certainement de la fin 15e siècle. Il a été été placé devant le maître-autel dans la seconde moitié du 20e siècle (Bascher 1956 ; Maupoix et al
    Référence documentaire :
    DE BASCHER, J. Étude de quelques églises de la région du Blanc. Fontgombault, Lurais, Néons-sur rêve de pierre. Châteauroux : Rencontre avec le Patrimoine religieux/Conseil Général de l'Indre, 2011
    Description :
    flamboyantes. Le retable polychrome, sous l’autel, présente cinq panneaux en ogives trilobées représentant des
    Illustration :
    L'ancienne église est portée sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 L'église et le presbytère de Néons, carte postale du premier quart du 20e siècle (Lerat 2002, p.76 Vue de la nef depuis le clocher-porche. IVR24_20183600665NUCA Vue du retable en pierre placé sous le maître-autel. IVR24_20183600662NUCA
  • Ciboire n°1
    Ciboire n°1 Reugny
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur Poinçon de garantie et titre (sur le bord de la coupe, sur le bord du couvercle, sur le bord du pied) ; poinçon de maître (sur le bord de la coupe, sur le bord du couvercle, sur le bord du pied ) : losange, lettres P et B séparées par une mître ; Famille Legay (sous le pied).
    Représentations :
    Décor à motifs végétaux sur le pied (feuilles de vigne et grappes), le noeud (feuilles) et le couvercle (feuilles de vigne et grappes) et croix fleuronnée (sur le pied et le couvercle).
    Illustration :
    Inscription concernant le donateur. IVR24_20123701762NUCA
  • Bannière de procession : Notre-Dame de Lourdes
    Bannière de procession : Notre-Dame de Lourdes Vernou-sur-Brenne
    Description :
    Bannière à fond blanc et à bordure et frange dorées.
  • Ensemble de six chandeliers d'autel et croix d'autel
    Ensemble de six chandeliers d'autel et croix d'autel Château-Renault
    Représentations :
    Saint Joseph (sur le pied de deux chandeliers). Sacré-Coeur (sur le pied de deux chandeliers ). Vierge (sur le pied de deux chandeliers). Vierge écrasant le serpent (sur le pied de la croix).
    Illustration :
    Vue d'ensemble d'un chandelier avec le Sacré-Coeur. IVR24_20163702040NUCA
  • Calice et patène n°1
    Calice et patène n°1 Villedômer
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de garantie (sur la patène, sur le bord du pied et sur le bord de la coupe). Poinçon de maître (mal insculpé sur la patène et sur le bord du pied). Poinçon de maître (sur le bord de la coupe
    Représentations :
    Calice : bande perlée sur le pied ; motifs végétaux sur le pied, le noeud et la fausse-coupe
    Illustration :
    Détail des poinçons de titre et de maître (sur le bord de la coupe). IVR24_20133700165NUC4A
  • Ciboire
    Ciboire Vernou-sur-Brenne
    Inscriptions & marques :
    Poinçons de garantie et de maître sur le couvercle du ciboire.
    Représentations :
    frise de motifs végétaux sur le dessus du pied, la coupe et le couvercle. Ornementation à perles sur le pied, la coupe et le couvercle.
  • Chalopinière : ferme
    Chalopinière : ferme Thiron-Gardais - La Chalopinière - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZM 28
    Historique :
    Cette ancienne ferme date - pour sa partie la plus ancienne, le logis - de la fin du 16e siècle propriétaire. Le plancher de l'étage (poutre maîtresse et solivage) date des années 1732-1733 (date d’abattage des arbres en automne-hiver 1731-1732). Pioeron de Mondésir est probablement le commanditaire des bâtiments d'exploitation (la grange, détruite après 1950, et le bâtiment secondaire). La charpente du comble du 19e siècle, deux nouvelles dépendances (une remise et une écurie) sont construites, encadrant le
    Observation :
    Le logis de cette ferme - tout à fait singulier car à étage avec une élévation en pan de bois architecturales de la classe paysanne du secteur. Le receveur de la régie du roi y a vécu, sans pour autant que le
    Description :
    ) : - Le bâtiment principal comprend trois corps de bâtiments alignés : une ancienne écurie, le logis et bâtiment. Le logis s'élève sur trois niveaux : le rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Placé à l'angle sud-est du logis, un escalier dans-oeuvre à vis en bois dessert ces trois niveaux. Le rez-de comme le montrent les marquages de charpentier au niveau des assemblages. Le cloisonnement en pan de pierre de taille calcaire, ainsi qu'une porte (celle de la garde-robe) de style Renaissance. Sous le pierres de grès. Les murs sont en moellons de silex et de grès, tout comme ceux de l'ancienne écurie. - Le à porcs en appentis sont placés contre le pignon ouest. Les murs sont en moellons de silex, de
    Illustration :
    Bâtiment principal, Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800381NUC2A Partie logis, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800382NUC2A Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20172800204NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20172800205NUCA Intérieur, vue de l'escalier à vis en bois depuis le comble. IVR24_20142800390NUC2A Bâtiment secondaire, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800392NUC2A
  • Moulin d'Ézanville : moulin et maison
    Moulin d'Ézanville : moulin et maison Frazé - Le Moulin d'Ézanville - isolé - Cadastre : 1813 C1 38 2016 YE 16
    Historique :
    farine était rattaché à une seigneurie éponyme dont le château, détruit avant la Révolution, se situait dans un petit bois près de l'Orme. Le bâtiment principal conserve des vestiges pouvant remonter au 17e . Dépendant de la seigneurie de Frazé, le moulin appartient à la famille Thiroux de Gervilliers jusqu'en 1869 façade remplacé par des murs en moellons de silex et encadrements d'ouvertures en brique. Le moulin est
    Référence documentaire :
    Charles Tremblay (le 1er décembre 1869).
    Description :
    Le moulin se situe à l'extrémité est de la commune, à environ quatre kilomètres du bourg. La disposés en "L" (un troisième bâtiment, présent en plan en 1813, a été détruit au 20e siècle). Le bâtiment principal abrite à la fois le logis (salle et chambre) et la partie "usine", placée à l'arrière du logis. Il en brique est également en place. Le bâtiment secondaire abrite la grange, une remise, un toit à
    Localisation :
    Frazé - Le Moulin d'Ézanville - isolé - Cadastre : 1813 C1 38 2016 YE 16
    Annexe :
    le 1er décembre 1869 (AD d'Eure-et-Loir, 2 E 33-887). " [...] Moulin 1° Un moulin appelé le moulin ustensiles. Le tout situé commune de Frazé. Bâtiments, cour et jardin 2° Les bâtiments d'habitation et
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162800249NUCA Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800251NUCA
  • Moulin Gaillard : moulin
    Moulin Gaillard : moulin La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Historique :
    Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière , commanditaire de sa reconstruction ou son agrandissement (inscription sur le linteau et mention dans les tables des propriétaires des matrices cadastrales). Peu de temps après, le moulin, faisant partie d’un vaste des matrices cadastrales, un des membres de cette famille, Camille Silvy, fait reconstruire le moulin , le moulin pouvait encore fonctionner dans les années 1990. Tout son mécanisme reste intact, dans un
    Observation :
    Dans un très bon état de conservation (tout le mécanisme est en place, peu de remaniements, bonne approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et
    Description :
    Le Moulin Gaillard se situe à environ un kilomètre à l’ouest du bourg, en bordure de l’étang de Gaillard. Le lieu-dit comprend trois bâtiments dont deux, en vis-à-vis, délimitent une cour ouverte. Le bâtiment principal abrite le moulin et le logement du meunier. Il s’élève sur deux niveaux accessibles de plain-pied (à l’est pour l’étage de soubassement, à l’ouest pour le rez-de-chaussée surélevé). Alimenté par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le pignon sud du bâtiment principal. Les mécanismes (arbre, engrenage, etc.) ainsi que le logis du meunier -chaussée surélevé et sous le comble à surcroît. Un escalier en vis en bois, suspendu et sans mur de cage surcroît. Le bâtiment secondaire, à l’est du premier, sert de dépendances. Du nord au sud, il abrite des clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Illustration :
    Bâtiment principal, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20172800464NUCA Bâtiment secondaire, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20172800465NUCA Bâtiment secondaire, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20132800410NUC2A