Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Illiers-Combray : jardin d’agrément du Pré Catelan
    Illiers-Combray : jardin d’agrément du Pré Catelan Illiers-Combray - route de Tansonville - en ville - Cadastre : 2016 AD 451 ; 617 ; 618
    Historique :
    Jules Amiot, riche négociant d’Illiers, acquiert le terrain en 1863. Il crée un jardin d’agrément vers 1870 qu’il nomme le Pré Catelan. En référence à ses nombreux séjours en Algérie, il conçoit des fabriques disposées dans le jardin dont le décor extérieur et intérieur est oriental : le pavillon des Jules Amiot, célèbre le jardin dans différentes œuvres littéraires : A la Recherche du Temps Perdu (1913 des Amis de Marcel Proust sauve le jardin et tente une restauration sous la direction de Mrs. Larcher et Thisse. La commune devient propriétaire en 1964 et en 1991, le conseil municipal décide de louer le jardin au Conseil général. Trois paysagistes sont chargés de sa restauration : Anne-Sophie Bruel
    Observation :
    Le jardin du Pré Catelan possède le label "Jardin remarquable" depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture.
    Référence documentaire :
    LARCHER, P.L. Le Pré Catelan d’Illiers, Parc de Swann. Bulletin de la Société des Amis de Marcel DRAC Centre-Val de Loire. Le Pré Catelan, synthèse historique et architecturale. Octobre 1990. d’intérêt historique, botanique et paysager du Centre. Le jardin du Pré Catelan à Illiers-Combray, Réflexion
    Précisions sur la protection :
    Le jardin avec ses fabriques, ponts, rocailles et divers éléments bâtis sont classés au titre des Monuments historiques par arrêté du 9 mars 1999. Il est également classé au titre des sites depuis le 12
    Statut :
    propriété du département Le Pré Catelan est la propriété de la commune d’Illiers-Combray. Le gestionnaire est le conseil départemental d'Eure-et-Loir.
    Description :
    Le jardin de 1,5 ha se divise en trois parties : la vallée, partie basse à l’est ; la pente, partie intermédiaire au centre ; le plateau, partie haute à l’ouest. Une végétation dense se développe dans la vallée du jardin. Quatre ponts enjambent le ruisseau et, sur ses rives, deux fabriques se font face : le pigeonnier et la koubba. Le pigeonnier présente un soubassement en briques supportant un treillage de bois et jaillir un jet d’eau d’un bassin de rocaille. Une petite grotte permet au ruisseau de rejoindre le Loir le côté oriental et d’un seul sur le côté occidental. Les commodités se trouvent au nord, dans une fabrique de plan hexagonal couverte d’une toiture à pans en plaques de zinc formant un motif d’écailles. Le
    Annexe :
    Données historiques détaillées En 1829, le propriétaire du terrain est M. Poisson, notaire à Courville-sur-Eure. Le registre cadastral définit ainsi les trois parcelles : terre, verger et pré. En 1863 oncle de Marcel Proust y crée vers 1870 un jardin d’agrément. Il le nomme le Pré Catelan en référence à et pour lequel une croix fut érigée, la « Croix Catelan » qui donna son nom au jardin. Le Pré Catelan vivait son frère. Des fabriques sont disposées dans le jardin : le pavillon des Archers alors meublé dans le goût oriental, deux pigeonniers (dont un a disparu) et la koubba, sorte de pseudo-minaret. Des années 1880. Marcel Proust célébra le jardin dans son œuvre où il devient le parc de Swann (A la Recherche du Temps Perdu) ou le jardin des Oublis (Jean Santeuil) : « Un jardin d’agrément appelé « le Pré , le surplus en verger, potager et petit parc, le tout d’une contenance de soixante-six ares cinquante et d’agrément. » « Le père de M. Santeuil avait de l’autre côté de la ville un immense jardin qui
    Illustration :
    Le pigeonnier et la koubba dans la partie basse du jardin. IVR24_20172800778NUCA Allée irrégulière menant à la grotte surplombée par le Pavillon des Archers. IVR24_20172800779NUCA Vue sur le labyrinthe et le pavillon des Archers, dans la partie intermédiaire du jardin Le bassin à proximité de l'ancien potager. IVR24_20172800784NUCA Haie d'aubépines clôturant le jardin dans sa partie haute. IVR24_20172800783NUCA
1