Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Champeaux : manoir dit de Champeaux
    Champeaux : manoir dit de Champeaux Margon - Champeaux - isolé - Cadastre : 1811 C2 211 1990 C2 318
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le lieu-dit est attesté comme lieu noble dès 1149 sous le toponyme de Campelli. Le manoir du 14e siècle, comme en témoigne la cheminée de la salle. Au 15e siècle, le manoir entre dans la responsable des remaniements importants affectant le logis manorial et le corps de passage. En 1632, Jean III d'Amily vend Champeaux à François de Riants qui le réunit le 20 janvier 1671, avec Margon et Houdangeau (à Marolles-les-Buis), au domaine de La Galaisière (à Condé-sur-Huisne) lors de l'érection de cette terre en d'Alligre de 1777 à la Révolution. Vendu comme bien national, Champeaux devient une ferme dont l'élevage de chevaux percherons, l'un des plus prestigieux du Perche, atteint son apogée à partir de 1861 sous l'égide de la famille Perriot. Ces derniers sont probablement responsables de réaménagements de bâtiments agricoles et de la construction de nouvelles dépendances. Le comte de Jeux achète une partie du domaine en 1943 à Louis Perriot, propriétaire de Champeaux et de La Borde (également à Margon). A partir de 1953
    Observation :
    d'archives consultés et aux notes prises par Nicolas Gauthier, spécialiste de l'architecture seigneuriale L'édifice, non vu lors de l'étude, ne peut être décrit que superficiellement grâce aux documents percheronne, lors de sa visite du manoir. Champeaux est à mettre en lien avec le manoir du Bois Jolly (également à Margon) et l'abbaye d'Arcisses (à Brunelles). Son histoire, assez bien connue des archives, la conservation d'éléments anciens (corps de passage ; cheminée monumentale, ouvertures et rampants sculptés du logis ; charpentes du logis et de la grange) et son élevage de chevaux percherons de premier ordre à partir de 1850 en font un édifice important à l'échelle cantonale.
    Référence documentaire :
    Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 3510. Échange entre le chapitre de Saint-Jean et Jean Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 4763 à 3 P 4771. Plans cadastraux de 1811. par Terrier de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992. : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais , Tours, 1992.) : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais , Tours, 1992.) : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais , Tours, 1992.)
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Situé au creux de la vallée de l'Huisne au nord-est, en contrebas de la route départementale 918 , le manoir de Champeaux comprend un bâtiment principal composé de plusieurs corps (logis, corps de passage et dépendances) et trois autres bâtiments à usage de dépendances organisés en "U" autour d'une cour ouverte au sud-est : Le bâtiment principal, constitué de deux ailes perpendiculaires, abrite , sous des toits différents, le logis manorial, un bâtiment en rez-de-chaussée, le corps de passage, une manorial, de plan rectangulaire, est en rez-de-chaussée et à un étage carré surmonté d'un comble. Parmi les conservées (à l'étage : deux au nord-ouest, une au sud-est). Il abrite deux pièces au rez-de-chaussée (dont pourvues de cheminée) accessibles par un escalier tournant placé dans une cage dans-oeuvre. Un petit bâtiment en rez-de-chaussée lui est accolé, puis le corps de passage. Ce dernier est percé au rez-de ). L'étage, à usage de chambre (pourvu d'une cheminée monumentale), est éclairé au nord-ouest par une fenêtre
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Champeaux : manoir dit de Champeaux
    Illustration :
    Cadastre napoléonien de 1811 et cadastre actuel (in maîtrise de Gilles Provost, Université François Rabelais, Tours). IVR24_20082800278NUCA Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fond : plan cadastral de 1990, section C2 Vue générale du manoir depuis l'est (carte postale ancienne, début 20e siècle). (Archives Corps de passage, façade sud-est, détail de la porte charretière (carte postale ancienne, début 20e siècle). (Archives départementales d'Eure-et-Loir). IVR24_20082800926NUCB Logis manorial et corps de passage, élévation sud-est (cliché Christophe Adde, années 1980 Vue d'ensemble depuis le sud-est et détail du corps de passage (cliché Gilles Provost, vers 1992 ). (Université François Rabelais, Tours). IVR24_20082800275NUCB , vers 1992). (Université François Rabelais, Tours). IVR24_20082800274NUCB
  • Ozée : hameau
    Ozée : hameau Margon - Ozée - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le hameau est attesté dès 1140 sous le toponyme de "Auzea" ("Ausée" en 1463). De 1125 à la Révolution, il dépend de l'abbaye d'Arcisses (commune de Brunelles). Dès la fin du 16e siècle, un moulin existe sur la rivière de la Cloche. Il est saisi et vendu comme bien national en 1791 pour 9 100 livres . La structure du hameau, étendue de part et d'autre du chemin rural, n'a que peu évolué depuis 1811 remaniées) à partir de la seconde moitié du 19e siècle et tout au long du 20e siècle. En 1891, le conseil municipal souhaite acquérir un terrain pour l'établissement d'un lavoir communal au hameau d'Ozée. Le
    Référence documentaire :
    Plan cadastral napoléonien, commune de Margon, section B. 1811. (Archives départementales d'Eure-et Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 4763 à 3 P 4771. Plans cadastraux de 1811. par Terrier d'Ozée, fait le 19 février 1893. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2182). Margon, plan de localisation des parties constituantes du lieu-dit d'Ozée. /Florent Maillard. (Parc Carte postale ancienne, début 20e siècle. (Archives départementales d'Eure-et-Loir). Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2182. Lavoir communal d'Ozée. , ingénieur vérificateur ; Barberi, géomètre de 1ère classe ; Sortais, maire.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Le hameau d'Ozée se situe à l'extrémité nord-est de la commune, aux abords de la rivière de la Cloche directement au sud. Organisé en "village rue", il comprend environ une douzaine de maisons et de fermes, réparties en ordre assez lâche le long du chemin rural. Dans l'ensemble, les fermes sont de type "bloc à terre" ; les maisons, élémentaires en rez-de-chaussée (ou rez-de-chaussée surélevé) et/ou à
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1811, section B. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4765 Plan de la partie ouest du hameau en 1893 : localisation du terrain à acquérir pour l'établissement d'un lavoir communal. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2182). IVR24_20082800273NUCA Plan de localisation du lieu-dit (fond : plan cadastral de 1990, section B). IVR24_20112800092NUCA Vue générale du hameau depuis le sud-ouest (carte postale ancienne, vers 1900). (Archives Vue rapprochée du hameau depuis l'ouest (carte postale ancienne, vers 1900). (Archives
1