Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 70 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort
    Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Historique :
    par Claude Dupin. Celui-ci fait construire un pont en bois pour relier le moulin à la rive droite du Cher. En 1794, la commission des Bien Nationaux ne le saisit pas. En 1825, le comte de Villeneuve , propriétaire du Chenonceau, transforme le Moulin Fort en moulin à tan. Il s'arrête en 1840 lorsque le barrage à écluse en rive droite du Cher construit. Vers 1910, le moulin est partie détruit ; il reste les piles et dans les années 1920, le moulin transformé en habitation est restauré vers 1985 puis 2011-2015. Sur la
    Hydrographies :
    le Cher
    Observation :
    le Cher.
    Référence documentaire :
    bâtiments de France. Paris : Picard/Le Passage/Cité de l'architecture et du patrimoine, 2010.
    Description :
    Le Moulin Fort est édifié en contrebas de l’église paroissiale, dans le cours du Cher, entre deux reconstruite en pierre de taille de tufeau et couverte d’un toit conique en ardoise. Le corps de logis est qu’une autre tourelle, à laquelle est accolée une souche de cheminée en brique, traverse le pan nord de
    Localisation :
    Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Texte libre :
    . Ayant constitué un domaine suffisamment vaste, il envisage, en 1544, de le doter d’un moulin banal , situé sur une île du Cher entre le bourg de Chisseaux et Vrigny, où un moulin à foulon avait été installé auparavant. Le projet est soumis à l’approbation de la communauté des marchands « fréquentant la acquiert les eaux et pêcheries du Cher depuis le ruisseau de Bray (commune de Saint-Georges) jusqu’au domaine de Chenonceau. Le Port Olivier en est exclu. Le Moulin Fort est alors construit, sans que l’on du château antérieur à 1576 puisque la construction de la galerie sur le pont n’est pas commencée ). Le 23 février 1556, Adam de Hodon cède par contrat sa seigneurie de Chisseaux à Diane de Poitiers qui Médicis à Diane de Poitiers, le Moulin Fort fait toujours partie de celle de Chenonceau mais il brûle devient la propriété de Claude Dupin lorsque ce dernier achète Chenonceau. Le moulin semble être en mauvais été puisque Claude Dupin le fait reconstruire et relier à Chisseaux par un pont de bois. Ce pont
    Illustration :
    Le Cher en amont du moulin, vue prise depuis la terrasse est. IVR24_20123701900NUCA Le Cher en amont du moulin ; vue prise depuis la pointe Est de l'île. IVR24_20123701902NUCA
  • Ribellerie : ferme
    Ribellerie : ferme Lureuil - La Ribellerie - en écart - Cadastre : 2015 B 220 1812 B 371-379
    Historique :
    -1737, dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre ; 36 H 616). Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Des bâtiments, dont peut-être le logement (modifié ou reconstruit ), sont portés sur le plan cadastral de 1812. La ferme paraît dater de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. Le logement a été modifié dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    le logement. Les toitures sont toutes à longs pans et à pignons couverts en tuile plate. Le logement
    Illustration :
    Le lieu-dit "Ribelerie" figure sur la carte de Cassini. IVR24_20153600435NUC2A Des bâtiments (disparus sauf peut-être le logement) sont représentés sur le plan cadastral de 1812 Vue générale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600099NUC2A Vue du logement depuis le nord-est. IVR24_20163600101NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord. IVR24_20163600102NUC2A Vue du toit à porcs et du fournil depuis le sud-ouest. IVR24_20163600103NUC2A
  • Étang Plault : ferme
    Étang Plault : ferme Lureuil - L'Étang Plault - isolé - Cadastre : 2015 B 315 1812 B 593, 594, 595
    Historique :
    -1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre, H 616). Elle est appelée "les figure sur le plan cadastral de 1812. Les bâtiments paraissent avoir été reconstruits (ou en grande partie modifiés) au milieu ou dans la seconde moitié du 19e siècle. Le logement a été rénové dans la
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    -est. Tous les accès des bâtiments sont en murs gouttereaux. Le logement (double ?) se compose de deux appentis contre le mur gouttereau. L’entrée à porteau est à toit en bâtière avec remplissage en brique au
    Illustration :
    Le lieu-dit "les Templaux" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de Vue du logement depuis le sud. IVR24_20163600095NUC2A Vue des étables à vaches et à chevaux depuis le nord. IVR24_20163600097NUC2A
  • Fertauderie : ferme
    Fertauderie : ferme Lureuil - La Fertauderie - isolé - Cadastre : 2015 B 20 1812 B 313, 314
    Historique :
    -1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre ; H 616). Le lieu-dit "Fertanderie " figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme, implantée différemment (hormis peut-être le logement) de l’édifice actuel, est portée sur le plan cadastral de 1812. Le logement, figuré en 1812, a été en partie remanié dans la seconde moitié du 20e siècle. Le reste de la ferme daterait du milieu du
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    à porcs. Le logement, orienté, nord-sud, est enduit et en rez-de-chaussée surélevé. La partie nord d’équerre depuis l’élévation sud-ouest de la grande étable. Le portail de l’entrée ouest de la ferme est devant le cellier.
    Illustration :
    Le lieu-dit "la Fertanderie" est porté sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de Vue de la grange-étable depuis le nord-est. IVR24_20163600105NUC2A Vue de l'ancienne bergerie convertie en remises, depuis le nord. IVR24_20163600109NUC2A
  • Verrerie : ferme
    Verrerie : ferme Lureuil - La Verrerie - isolé - Cadastre : 2015 B 215, 512, 513 1812 B 344, 345
    Historique :
    dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre ; 36 H 616). De la ferme portée sur le plan cadastral de 1812, il ne reste peut-être que la grange. Le lieu "la Verrie" est également indiqué -cercle de la grande étable porte la date de 1901. Le logement a été agrandi (bâtiment accolé à l’ouest
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    étable (à vaches et à chevaux). Le logement est enduit et en rez-de-chaussée (légèrement surélevée) à toiture en tuile plate se prolonge en appentis au dessus du toit à porcs implanté le long de l’élévation ouest du bâtiment. Les murs, partiellement enduits, sont en moellons de grès. Le mur-pignon sud montre
    Illustration :
    Le lieu-dit "la Verrie" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles B 344 et 345), dans la gauche de Vue générale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600089NUC2A Vue du logement depuis le sud. IVR24_20163600085NUC2A Vue des étables à vaches et à chevaux depuis le nord. IVR24_20163600092NUC2A
  • Maloterie : ferme
    Maloterie : ferme Lureuil - La Maloterie - isolé - Cadastre : 2015 ZD 39 1812 B 16, 17, 18
    Historique :
    La ferme de "la Marotterie", avec "grange, maison, étable (…)" est citée en 1735-1737 dans le Cassini. Des bâtiments (d’une ferme à cour ouverte ?) sont portés sur le plan cadastral de 1812. Seul bâtie à partir de 1865. Le toit à porcs, au sud-est de la cour, porte la date de 1919 dans l’enduit de son mur-pignon est. Le remaniement de l’étable nord-ouest en logement date de 1976 (information orale).
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    logements sont situés à l’ouest et au nord-ouest de la cour. Le plus ancien (en partie transformé en étable fournil est accolé au sud du bâtiment. Le second logement (principal) est une étable remaniée. Il s’étend
    Illustration :
    La ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de l'Indre Vue générale de la ferme depuis le sud-ouest (le fournil est le premier bâtiment sur la gauche Vue de la cour de la ferme depuis le sud-ouest. IVR24_20163600066NUC2A
  • Bonnelière : maison forte et ferme
    Bonnelière : maison forte et ferme Néons-sur-Creuse - La Bonnelière - isolé - Cadastre : 2015 B 154 1812 B 1104, 1105
    Historique :
    Le fief de la Bonnelière est connu depuis le début de l'Époque Moderne. D’obédience poitevine, il , Jean 2019). Une ferme à cour fermée, légèrement différente de l’actuelle, est portée sur le plan cadastral de 1812. Des bâtiments, aujourd’hui disparus, figurant sur le document, se retrouvent sur des photographie). Il s'agissait d’un colombier formant porche. Le bâtiment accolé (probable étable) s’appuyait sur la tour nord de la maison forte (cf. vue des bâtiments depuis le nord-est). On voit sur un autre cliché pris depuis le sud-ouest de la ferme une porte charretière (ancienne entrée principale) à droite reconstruction). La tradition veut en effet que le bâtiment ait été fortifié à la hâte, au moment des troubles des guerres de Religion, par le percement de très nombreuses meurtrières et la condamnation de la d’années seulement). L'hypothèse reste peu vraisemblable : le système défensif ne semble pas issu d'un remaniement mais paraît avoir été pensé dans le projet initial de construction. Des ouvertures de la maison
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury Vue des bâtiments de la Bonnelière depuis le nord-est. [1894]. Photographie. (Collection privée).
    Description :
    toits à pignons couverts (hormis les tours de la maison forte). Les accès sont en murs gouttereaux. Le niveau des combles. A l’intérieur, le vestibule est également protégé par des meurtrières percées dans
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini, vers 1765. IVR24_20153600048NUC2B La ferme de la Bonnelière sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de Vue des bâtiments de ferme depuis le nord-est (étable et colombier-porche détruits) vers 1894 Vue de la ferme depuis le nord-est (chemin d'accès). IVR24_20183600675NUCA Vue de la maison forte depuis le sud-est. IVR24_20183600674NUCA Vue de la maison forte depuis le sud. IVR24_20153600432NUC2A Vue de la grange et d'une des étables (gauche de la photo), depuis le nord-ouest Vue de l'étable à chevaux depuis le sud-ouest. IVR24_20153600418NUC2A Vue du four à pain (à droite) et de l'étable au sud-ouest de la cour, depuis le nord-est Vue du toit à porcs-poulailler depuis le sud-est. IVR24_20153600411NUC2A
  • Maison Rémi Belleau (détruit, 19 rue de Rhône)
    Maison Rémi Belleau (détruit, 19 rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 19 rue de Rhône - en ville - Cadastre : 1990 BN 116
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    permettent de situer l’édifice à l’actuel n°61 de la rue de Rhône. Sur le cadastre de 1811, il est composé de , le plan de Massiot montre des dispositions similaires. La cour centrale est desservie depuis la rue de le dater du 14e siècle. Ses ouvertures sont en effet très proches de celle observée au 17 rue de . L’édifice a ensuite fait l’objet de nombreux remaniements jusqu’au 19e siècle. Le morcellement des parcelles
    Référence documentaire :
    Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p.439 GARRIGOU-GRANDCHAMP, Pierre. L’architecture civile dans le paysage architectural urbain des JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions Alan LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la Révolution. Nogent-le SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le Perche
    Description :
    Les croquis de G. Massiot permettent de situer l’édifice à l’actuel n°61 de la rue de Rhône. Sur le d’une cour postérieure. En 1947, le plan de Massiot montre des dispositions similaires. La cour centrale d’une fenêtre à meneau simple. Le passage carrossable s’ouvre sur la cour postérieure par une large jonction entre deux bâtiments. Le bâtiment le plus à l’est comporte trois niveaux d’élévation, ses
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 19 rue de Rhône - en ville - Cadastre : 1990 BN 116
    Annexe :
    érudits locaux, à Rémi Belleau. [...] Dans ces conditions, nous ne pensons pas que le service des Monuments Historiques puisse en prononcer le classement ou l'inscription à l'inventaire supplémentaire des
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Plans de localisation sur le cadastre ancien et le cadastre actuel. IVR24_20172800711NUDA Plan schématique et dessins, aquarelle, 1947. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou, fonds Façades nord, est, ouest, aquarelle, 1947. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou, fonds
  • Girauderie : monument à Lucien Brunet et à Albert Bricault
    Girauderie : monument à Lucien Brunet et à Albert Bricault Lureuil - La Girauderie - isolé - Cadastre : Espace public
    Historique :
    allemande le 30 août 1944.
    Référence documentaire :
    Amis du Blanc et de sa région. Numéro hors-série n°1, 2009.
  • Bourg : maison de maître dite
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40 1992 G 24, 502
    Historique :
    Cet ancien domaine, présent en plan sur le cadastre de 1811, semble remonter au 18e siècle comme le ferme). La ferme est agrandie d'une grange (n°5 sur le plan) en 1834 (date portée). Le logis semble (agrandissement ou création de nouvelles ouvertures, emploi de la brique). Le domaine a ensuite été séparé en deux
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Situé en continuité du bourg au nord-ouest, le domaine se compose de deux entités. - La maison de maître est accessible par un portail encadré de piliers en pierre de taille de grès (dit "roussard"). Le bâtiment comprend trois corps : le corps central encadré de deux pavillons saillants. Le corps central et le pavillon nord s'élèvent sur deux niveaux : un rez-de-chaussée et un étage carré. Le pavillon sud . Plusieurs corps, organisés de manière perpendiculaire les uns par rapport aux autres, composent le bâtiment . La première aile, à l'ouest, comprend deux écuries, le logis et une grange-étable. Elle est en rez-de (de même type que les granges à porche que l'on trouve dans le Berry) et au nord par une porte
    Illustration :
    Maison de maître, vue générale depuis le sud. IVR24_20092800048NUCA depuis le sud-ouest. IVR24_20092800143NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20092800142NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), vue depuis le nord-est. IVR24_20092800146NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), détail de la date portée sur le claveau central de la
  • Bourg : maison puis mairie-école, actuellement maison
    Bourg : maison puis mairie-école, actuellement maison Argenvilliers - Bourg - 1 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 341, 350 1992 G 74, 76
    Historique :
    En 1839, la commune achète une maison aux époux Gallais pour la convertir en mairie-école. Le , écurie et bûcher. L'ensemble a été transformé en mairie-école par le maçon Jean-Baptiste Boudet de Beaumont-les-Autels. Un plan de l'instituteur Pichot de 1868 montre le réaménagement réalisé. Suite à la construction de la nouvelle mairie-école en 1874, le bâtiment est vendu et redevient une maison. Dans la
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Située en face de l'actuelle mairie-école, cet édifice comprend deux corps de bâtiments alignés. Le mairie sous le comble ; le corps oriental contenait le logement de l'instituteur (deux pièces à feu : chambre et cuisine). Seul le premier corps de bâtiment conserve les caractéristiques d'un bâti ancien
  • Bourg : mairie
    Bourg : mairie Saint-Jean-Pierre-Fixte - Bourg - en village - Cadastre : 2018 B 180
    Historique :
    La mairie a été construite en 1956. Avant cela, la salle du conseil municipal se trouvait dans le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    enduit plein. Le toit à longs pans et à croupe est couvert en ardoise.
  • Bourg : pont
    Bourg : pont Frazé - Le Bourg - - isolé - Cadastre :
    Historique :
    Présent sur le plan des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtellier et la Flohorie daté de 1767, le pont qui enjambe la rivière de Frazé (la Foussarde) et qui conduit du bourg de Frazé à Illiers Basile Doirat, maçon à Thiron. Ils doivent être exécutés avant le 1er novembre 1835. Les matériaux à extraits des carrières environnant Frazé et choisis parmi les plus forts pour la maçonnerie. Le sable sera pris à la mine de M. Baudoin sur le chemin de Frazé à l'Orme, il sera pur et graveleux, sans mélange de cuite et non fusée. Le mortier sera composé de trois parties de sable et d'une partie de chaux noire
    Description :
    Le pont se situe au nord du bourg, en prolongement de la rue du 19 mars 1962. Il est constitué de pierre de taille de roussard. Le gros-œuvre est en moellons de silex et en pierre de taille de grison (vestiges de l'ancien pont). Le parapet, qui ne devait pas être maçonné à l'origine, est également en
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - - isolé - Cadastre :
    Illustration :
    Vue latérale depuis le sud-est. IVR24_20162800317NUCA
  • Moulin Gaillard : moulin
    Moulin Gaillard : moulin La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Historique :
    Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière , commanditaire de sa reconstruction ou son agrandissement (inscription sur le linteau et mention dans les tables des propriétaires des matrices cadastrales). Peu de temps après, le moulin, faisant partie d’un vaste des matrices cadastrales, un des membres de cette famille, Camille Silvy, fait reconstruire le moulin , le moulin pouvait encore fonctionner dans les années 1990. Tout son mécanisme reste intact, dans un
    Observation :
    Dans un très bon état de conservation (tout le mécanisme est en place, peu de remaniements, bonne approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et
    Description :
    Le Moulin Gaillard se situe à environ un kilomètre à l’ouest du bourg, en bordure de l’étang de Gaillard. Le lieu-dit comprend trois bâtiments dont deux, en vis-à-vis, délimitent une cour ouverte. Le bâtiment principal abrite le moulin et le logement du meunier. Il s’élève sur deux niveaux accessibles de plain-pied (à l’est pour l’étage de soubassement, à l’ouest pour le rez-de-chaussée surélevé). Alimenté par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le pignon sud du bâtiment principal. Les mécanismes (arbre, engrenage, etc.) ainsi que le logis du meunier -chaussée surélevé et sous le comble à surcroît. Un escalier en vis en bois, suspendu et sans mur de cage surcroît. Le bâtiment secondaire, à l’est du premier, sert de dépendances. Du nord au sud, il abrite des clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Illustration :
    Bâtiment principal, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20172800464NUCA Bâtiment secondaire, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20172800465NUCA Bâtiment secondaire, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20132800410NUC2A
  • Moulin Neuf : moulin dit moulin Neuf ou moulin de Bacchus
    Moulin Neuf : moulin dit moulin Neuf ou moulin de Bacchus Chançay - Le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1816 A3 2970 2009 ZC 128
    Historique :
    Le Moulin Neuf est cité comme moulin à blé dès 1613, époque où Louis de Lafons, seigneur de Chançay , constitua une rente sur ce moulin au profit de la chapelle de Vaumorin. En 1829, le moulin ne possède pas de 1875. Le moulin et la maison font l'objet d'une augmentation en 1878. Les couvertures et les lucarnes nouvelles lucarnes. Le moulin cesse son activité dans les années 1950, puis sert d'habitation, de restaurant . Le mécanisme datant du dernier quart du 19e siècle a été conservé mais la roue en très mauvais état a
    Référence documentaire :
    Chancay, Le Moulin Neuf. Plans et coupes. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5575).
    Description :
    d'une cour. Le moulin à deux étages carrés et étage de comble est couvert d'un toit à longs pans et formant le logis, en rez-de-chaussée et rez-de-chaussée et étage de comble, situés dans le prolongement du moulin à l'ouest, sont couverts de toits à longs pans en ardoise. Le bâtiment situé de l'autre côté de la
    Localisation :
    Chançay - Le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1816 A3 2970 2009 ZC 128
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20113700196NUC2A Le moulin, façade sud. IVR24_20113700197NUC2A Le logis, façade sud. IVR24_20113700198NUC2A Le déversoir. IVR24_20113700203NUC2A
  • Chesneau : moulin, actuellement maison
    Chesneau : moulin, actuellement maison La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Historique :
    époque, il ne semble rien subsister. D’après l’examen des matrices cadastrales, le moulin a été très modifié en 1864 pour Louis Rivière, meunier au Chesneau. Le bâtiment secondaire, une grange-étable, semble la seconde moitié du 20e siècle, le moulin a été à nouveau très transformé : percements d'ouvertures , agrandissement de baies, enduit ciment. Le moulin a cessé son activité en 1962.
    Description :
    Situé à l’extrémité sud-est de la commune, le moulin du Chesneau comprend deux bâtiments en vis-à -vis. Le bâtiment principal abrite sous le même toit le moulin et le logis du meunier. Si les façades et les ouvertures ont été entièrement transformées, le mécanisme est conservé. Une retenue d’eau vestiges). Le mécanisme se trouve au rez-de-chaussée et les deux meules (l’une sur l’autre) se situent dans le comble à surcroît. Le bâtiment secondaire abrite une grange et une étable. Les encadrements
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Illustration :
    Vue générale du moulin et de la retenue d’eau depuis le nord-ouest. IVR24_20132800372NUC2A Vue générale du moulin depuis le sud-ouest. IVR24_20132800373NUC2A
  • Bourg : auberge, actuellement maison (12 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : auberge, actuellement maison (12 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - 12 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 D 20 2016 AB 42
    Description :
    cour ouverte. L'aile sud du bâtiment d'habitation se compose de deux corps : le premier s'élevant sur un seul niveau (rez-de-chaussée), le second sur deux (rez-de-chaussée et un étage carré). Il abritait . Le second bâtiment servait de dépendance : grange et remise pour l'aile nord-ouest ; écuries et
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - 12 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 D 20 2016 AB 42
    Illustration :
    Bâtiment d'habitation, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800302NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20162800305NUCA Bâtiment d'habitation, aile nord (écuries), vue générale depuis le sud. IVR24_20162800306NUCA
  • Chevilleau : ferme
    Chevilleau : ferme La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Historique :
    Au début du 19e siècle, le lieu-dit est divisé en deux propriétés, soit deux fermes appartenant à propriété et baille à ferme à M. Bouilly. Le bâtiment en "L", à l’origine divisé en deux bâtiments distincts modifié par la suite. Présent en 1814 sur le plan cadastral, un troisième bâtiment situé à l’est de betteraverie. En 1859, la propriété entre dans le giron de la famille Chellet de Kerdréan. Dans l’acte de de Kerdréan. En 1904, la ferme (ainsi que tout le domaine réuni par les Chellet de Kerdréan) est ouvertures du bâtiment en "L". Dans la seconde moitié du 20e siècle, le logis est transformé (agrandissement
    Observation :
    l’échelle communale. Le bâtiment principal (logis et écurie) est à mettre en relation avec le bâtiment
    Description :
    cour ouverte. Le bâtiment principal adopte un plan en "L". L’aile nord, qui abrite le logis (salle et chambre), le cellier et une écurie, est en rez-de-chaussée surmonté d’un comble à usage de grenier. L’aile (poutres et solives métalliques, entrevous en brique en berceau segmentaire) sépare le rez-de-chaussée du
    Annexe :
    froide, laiterie, grange et cellier en croupe au bout, - Un autre corps de bâtiment couvert comme le séparée des autres corps de bâtiments, - Cour au milieu de ces bâtiments, jardin derrière, le second corps . Benoist père avait fait l’acquisition de tous ces biens pendant le cours de sa communauté avec la dite écurie et une bergerie le tout d’un tenant et couvert en tuile, - Une grange couverte en tuile d’un autre Ducoeurjolly, sa femme, demeurant aux Grands Charmois le 23 septembre 1792 [...] et de Jacques Gabriel Chédieu et son épouse demeurant commune de la Bazoche-Gouet, le 28 mars 1792. [...]" • 26 octobre 1859 chambre à feu, petite chambre froide, laiterie, cellier derrière, une écurie avec sellerie, le tout d’un tasseries, étable à vaches et cave avec grenier pavé au-dessus, le tout d’un seul tenant Article 3 - Une
    Illustration :
    Bâtiment en "L", aile nord, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20132800310NUC2A
  • Launay : château dit château de Launay
    Launay : château dit château de Launay Reugny - Launay - en écart - Cadastre : 1819 D3 946, 947 2009 ZV 103
    Historique :
    , le château est acquis par Guillaume Delamardelle, procureur du roi au Présidial de Tours. Dans la seconde moitié du 19e siècle, le château appartient à Edmond Chéhedoux, ancien vice-consul de France au Mexique, puis de 1883 à 1924, à son neveu Victor Lefébure, maire et conseiller général. En 1943, le château est acquis par le département de la Seine et transformé en sanatorium. En 1960, la ville de Paris polyhandicapées (CESAP). Le château fait l'objet d'une augmentation en 1855 et une construction nouvelle est édifiée en 1856. Le pigeonnier est antérieur au milieu du 18e siècle (il est mentionné en 1738). Le
    Référence documentaire :
    contrôles ouverts par le domaine engagé de Reugny contenant les enregistrement faits pendant l'année 1757.
    Description :
    de pilastres cannelés à chapiteaux ioniques. Le pigeonnier, de plan carré, est construit en moellon . Le château d'eau, à base octogonale, est construit en brique et pierre de taille (chaînes d'angles ). Le pavillon d'entrée, en rez-de-chaussée, est également construit en brique et pierre de taille
    Annexe :
    , chambres de domestiques, office, cuisine, armoires dans les murs, le tout couvert d'ardoises, une grande cour devant le bâtiment, une grande basse-cour séparée, écuries, greniers à foin, grange, cellier , le tout couvert de tuiles, un colombier à pigeons, un parterre en terrasse planté de buis, par double couvert d'ardoise distribué par le bas de deux grands vestibulles, deux grandes chambres en terrasse et parterre et autre grand jardin potager, le bas orné de charmilles et allées le tout
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-est. IVR24_20163702564NUCA Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR24_20123700488NUC2A
  • Bessardière : ferme
    Bessardière : ferme Néons-sur-Creuse - La Bessardière - 45 - en écart - Cadastre : 2015 A 125
    Historique :
    Une ferme, aujourd'hui disparue, est portée sur le plan cadastral de 1812. Les matrices cadastrales
    Illustration :
    Vue de la ferme depuis le nord-est. IVR24_20163600680NUC2A Vue de la ferme depuis le nord (voie publique). IVR24_20163600681NUC2A
1 2 3 4 Suivant