Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique (rue du Bourg-Neuf ; rue d'Artois)
    Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique (rue du Bourg-Neuf ; rue d'Artois) Blois - rue du Bourg-Neuf rue d'Artois - en ville - Cadastre : 1810 B
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de chanoinesses régulières de saint Augustin de filles Dieu
    Historique :
    A l' emplacement du couvent des véroniques existait dès le 12e siècle un couvent de filles Dieu crée par Éléonore d'Aquitaine. Il devint au milieu du 16e siècle un couvent de chanoinesses régulières de Saint Augustin, reformé au début du 17e siècle. En 1631, la chapelle et les bâtiments furent
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales, étude 10, liasse 1900. Devis de -1670). Thèse de 3e cycle. Université F.R., Tours, 1982. construction de la chapelle des Véroniques. Le 3 mai 1635. p. 537 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 61 BERNIER, Jean. Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois , les éloges de ses comtes et les vies des hommes illustres qui sont nez au païs blésois, avec les noms p. 152 LESUEUR, F. Le couvent des Véroniques. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
    Murs :
    pierre de taille
    Titre courant :
    Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique
  • Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart (1 rue Pardessus)
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart (1 rue Pardessus) Blois - 1 rue Pardessus - en ville - Cadastre : 1980 DN 224
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Deuxième quart 16e siècle : ensemble de la construction, ordonnance et décor des façades première Renaissance, passage couvert voûté, tourelle d'escalier ornée de pilastres aux angles, galerie ; 19e siècle : appellations Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart sans fondement historique ; Quatrième quart 19e siècle : reprise du bâtiment ouest donnant sur la rue du Commerce, transformation du rez-de-chaussée en espaces
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Blois. Série O : 1 0 12. Contestation des riverains au sujet des travaux Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 26, liasse 814. Bail de la Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : 2 H 16. Cession de bail pour l'installation de p. 565-566 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 145-146 DE LA SAUSSAYE, Louis. Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois p. 184-185 LESUEUR, F. Hôtel Viart. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à Blois
    Représentations :
    Support : façades sur rue et sur cour ; porte d' entrée ; couvrement de la galerie.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart (1 rue Pardessus)
    Appellations :
    dit Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart
    Illustration :
    Bâtiment nord, façade nord. Portail d'entrée, détails : intrados de l'arc, motif tresse; imposte et Bâtiment nord, passage couvert. Détail : travée de voûte. IVR24_19814101196X Bâtiment nord, passage couvert. Détail : porte d'accès à la salle du rez-de-chaussée Bâtiment ouest, façade est. Détail : rez-de-chaussée. IVR24_19814101194X Tourelle d'escalier, rez-de-chaussée. Détail : base du noyau. IVR24_19814101198X Bâtiment nord, loggias du rez-de-chaussée. Détail : couvrement, fausse voûte. IVR24_19814101203X Bâtiment nord, loggias du rez-de-chaussée. Détail : porte murée (accès bâtiment ouest Bâtiment nord, loggia du rez-de-chaussée. Détail : imposte recevant l'arc et tête
  • Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de bailli
    Historique :
    . Des documents d'archives nous permettent de savoir qu'en 1591, l'édifice est vendu par Mathé Durand La date de construction de l’édifice, ainsi que ses commanditaires Pierre Durant et son épouse Blanche Février, nous sont connus grâce à un cartouche situé au-dessus de son portail d’entrée. Celui-ci porte l'inscription suivante : "DE PIERRE BLANCHE DURANT FEVRIER JE FU FAICTE 1542". Pierre Durant était bailli de la seigneurie de Saint-Denis, écrivain et l'un des principaux rédacteurs des coutumes du Perche (fille de Pierre Durand) à Jacqueline du Bellay, dame de la Reine et de la Chesneliere. Il est alors décrit comme étant composé de "chambres et appartenances, jardin, fournil et estables". En 1596, la "Grande Maison" change à nouveau de main après avoir été vendue par la fille de la dame du Bellay , Catherine de Dampierre, à Gilles Fromentin, secrétaire de la chambre du roi et contrôleur ordinaire. La maison du Bailli est achetée par la mairie de Nogent-le-Rotrou entre 1922 et 1926 pour agrandir le
    Référence documentaire :
    Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. 0081/028/64. Maison dite du Bailli, Collège. 1928 Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. 1999/034/7 dossier n°43. Maison dite du Bailli AC Nogent-le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n° ?. Acte de vente. 1596. AC Nogent-Le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n°4. Acte de vente. 1591. . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cartes et plans : 082.28.2023). Plans de l'immeuble Lelasseux. 1922. Plans. (AD Eure-et-Loir. Série O : 2 O 2522). Maison du Bailli, planche XIII / Elodie Hurvoy. 1903. Crayon et aquarelle. (Archives privées). p. 375. BRY DE LA CLERGERIE, Gillles. Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon . Paris : de l'imprimerie de Pierre Le-Mur, 1620.
    Description :
    La Maison du Bailli est située à l'alignement le long de la rue Saint-Laurent et au nord de l'emprise supposée de l'enclos de l'abbaye de Saint-Denis. Elle est composée d'un ensemble de neuf bâtiments disposés en deux U irréguliers et accolés. Sa façade antérieure est composée d'un moyen appareil de pierre de taille, tandis que les façades postérieures sont constituées de moellons et d'un enduit à pierre vue. Comportant un étage carré et un étage de comble, elle n'est pas accessible directement depuis la rectangulaire cantonné de colonnes engagées portant des chapiteaux corinthiens et percés de plusieurs placards muraux, dont les vantaux portent un décor en pli de serviette. Les couvertures des différents bâtiments
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Annexe :
    AM Nogent-Le-Rotrou. 1N11, pièce n°4. Acte de vente (1591). AM Nogent-Le-Rotrou. 1N11, pièce n°4 . Acte de vente (1591). Fol 1 recto le 14 janiver 1591. Vente faicte par Maryse Durand a Jacqueline Du Belay de la Grande Maison et Perrin moyennant mil trente escus.DI lundi quatorze […] jour de janvier mil Durant marchant demeurant en la paroisse Notre-dame duquel au nom et comme procureur de Damo[iselle président au siège présidial dAllenson de luy […] et suffizamment autorisa fonda de […] la procuration par heritallement et pour haulte et puissante dame de la Rayne et dame de la Chesneliere donne en la paroisse de Saint-Laurent dudit Nogent [...] Cest assavoir une maison composé de plusieurs chambres fournilz estables - Fol 1 verso jardin et appartenances situez audit Nogent en lacs paro[isse] de Saint-Laurent dautre coste a une maison jardin et appartenance est deppendances apartenant a [non lu] Courtin de Bouthommiller par le devant ala grande rue tendant du bour le comte dud[it] Nogent au pont de boys et du bout
    Texte libre :
    HISTORIQUE La date de construction de l’édifice nous est connue grâce à un cartouche situé au -dessus de son portail d’entrée. Celui-ci porte l’inscription suivante : "DE PIERRE BLANCHE DURANT FEVRIER JE FU FAICTE 1542". Au-delà de la date portée, la phrase indique les noms du commanditaire "Pierre Durant", et celui de sa femme "Blanche Février", dans ce qui ressemble à une antonomase. La figure de style consiste ici à utiliser des noms propres comme des noms communs créant ainsi deux niveaux de lecture. Pierre Durant est à la fois connu pour son titre de bailli de la seigneurie de Saint-Denis , d’auteur et surtout comme l’un des principaux acteurs de la rédaction des coutumes du Perche, épisode , fille de Pierre Durand, vend la "Grande Maison" à Jacqueline du Bellay, dame de la reine et de la Chesneliere. Celle-ci était alors occupée pour le Roi par Jean Le Sueur. L’édifice est composé de "chambres et ceux de Saint-Denis. La "Grande Maison est de nouveau vendue en 1596 par la fille de la dame du Bellay
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801992NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20162801404NUDA Plan du rez-de-chaussée et hypothèses de datations. IVR24_20172800132NUDA Plan de situation, 1922 (AD 28, 2 O 2522). IVR24_20162801406NUCA Plan du rez-de-chaussée, 1922 (AD 28, 2 O 2522). IVR24_20162801408NUCA Aquarelle, face nord, détail de la porte (bâtiment 3) vers 1950 (Musée-Château Saint-Jean, fonds Bâtiment 1, face nord, détail de la première travée, vue du nord. IVR24_20162801418NUCA Bâtiment 5, face est, détail de la porte d'entrée, vue de l'est. IVR24_20162801420NUCA Bâtiment 7, face sud, détail du couronnement du mur pignon de l'escalier dans-oeuvre Vue intérieure, rez-de-chaussée, bâtiment 9, salle voûtée : fruitier. IVR24_20162801426NUCA
  • Valmer : chapelle troglodytique
    Valmer : chapelle troglodytique Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 490 2009 B 166
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La chapelle a été construite pour Jean Binet, maire de Tours, bénite le 28 novembre 1529, par Jacques Hurault, évêque d'Autun. A partir de 1647, date de l'installation d'une nouvelle chapelle édifiée -dessus de la porte et installer le devant d'autel provenant de l'ancienne chapelle des archevêques de Tours, à Vernou-sur-Brenne, ainsi que les verrières.
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Chançay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 052). Archives privées du château. (Collection particulière, château de Valmer). Plan cadastral dit cadastre napoléonien, 1816. (Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P2 052). CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition). p.21-27 MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série. CLD, 1979.
    Représentations :
    Trois clefs de voûtes sont ornées de blasons. Un blason a été identifié comme appartenant à la famille Binet : "De gueules au chef d'or de trois croix recroisettées au pied fiché d'azur le champ chargé autre alliée : le parti à gauche possède un lion ; le parti à droite porte "De gueules au chef d'or de troisième blason (non identifié) possède un lion de sable sur fond d'argent (premier tiercé) et une bande
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Chapelle troglodytique dont l'accès se fait par une porte en arc en anse de panier. Au-dessus de la porte, une niche, encadrée de pinacles et surmontée d'un arc en accolade, accueille une statuette de présente deux vaisseaux de deux travées chacun, voûtés sur croisée d'ogives. Les nervures retombent sur un
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan général de Valmer en 1695. (Collection particulière, château de Valmer Extrait du plan cadastral napoléonien, section B1, 1816. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Vue intérieure de la chapelle. Photographie du début du 20e siècle. (Collection particulière , château de Valmer). IVR24_20163703062NUCAB Vue intérieure de la chapelle. Photographie du début du 20e siècle. (Collection particulière , château de Valmer). IVR24_20163703077NUCAB Carte postale, première moitié du 20e siècle. Vue intérieure. (Archives départementales d'Indre-et Détail de l'entrée de la chapelle troglodytique. IVR24_20163702881NUCA Vue intérieure de la chapelle. IVR24_20163702796NUCA Vue intérieure de la chapelle. IVR24_20163702806NUCA
  • Halles (détruites, 42 rue Charronnerie)
    Halles (détruites, 42 rue Charronnerie) Nogent-le-Rotrou - 42 rue Charronnerie - en ville - Cadastre : 1990 CE 100
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les halles de Nogent-le-Rotrou sont mentionnées pour la première fois dans la littérature percheronne en 1838, leur construction remonterait à l’année 1533. Croulantes de vétusté, elles sont halles de Nogent sont déjà construites et dotées d’étals en 1488. Leur bon fonctionnement nécessite des réparations constantes, comme en témoignent les différents marchés, adjudications et états de réparation que l’édifice ait besoin de réparations seulement trois ans après sa construction. La proximité de l’édifice avec le marché à bétail, le fait qu’il accueille des étals de bouchers ainsi que de cordonniers et que les profits de la visite des bestiaux soient affectés aux réparations des halles, invitent à menée l’année suivante décrit l’édifice comme doté : d’un rez-de-chaussée où se tiennent les bouchers et -dessus. Cette dernière était chargée de son au moment de l’effondrement de la halle. Le rez-de-chaussée est entièrement construit en pan de bois, il est composé de quatre rangées de poteaux. Ses côtés sont
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B, B 2259 : Prise de possession et état des lieux Folio 9 verso Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B, B 2259 : Prise de possession et état des lieux Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : B 2465. Marché. (1537-1538). Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : B 2555. Adjudication des réparations. (1608-1609). Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : B 2659. Nominations d’experts. (1613). des châteaux de Nogent-le--Rotrou, Montigny, Vitray et Villebon, au nom de Maximilien de Béthune, duc de Sully. (1627). Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B, B2161. État des travaux. (1682). Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B, B2323. Adjudication des réparations. (1748).
    Description :
    et surmonté par une charpente. L’aveu de 1648 pousse plus avant la description situant la halle sur la place du marché, où elle occupe 104 pieds de long pour 62 de larges. Elle est associée à un auditoire et une chambre pour exercer la justice et juridiction de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. Les sentences rendues par le tribunal sont affichées sur l’un des poteaux des halles. La vue de Villebon représente le premier étage des halles vu de l’ouest après 1624. Celui-ci possède quatre travées surmontées par un toit à deux pans percé de six lucarnes et doté d’un campanile. Un second document montre la façade ouest. Celle-ci comporte deux niveaux d’élévation sous comble. Le rez-de-chaussée est accoté par un bâtiment ouvert par trois portes sur la place et couvert par un toit en appentis percé de cinq . La halle est couverte par un toit à deux pans doté de deux croupes. Il est surmonté par un campanile abritant une horloge surmontée d’un toit en dôme. Un plan géométrique du rez-de-chaussée des halles a été
    Annexe :
    Lettre d'expertise, 1804 et Devis estimatif des matériaux issus de la destruction des Halles, 1842 de longueur sur 20 m de largeur qu'elle se composait au rez-de-chaussée ou se tiennent les bouchers grenier au-dessus. La construction est entièrement en charpente au rez-de-chaussée se sont de très fort poteaux sur 4 rangées, des deux extérieur longeant d'un côté la place et de l'autre la grande rue supportant deux petit combles en apprentie qui ne s'élève qu'à la hauteur du rez-de-chaussée. Les deux autres rangs de poteaux placés intérieurement après avoir traversé la hauteur du rez-de-chaussée, se prolongent égouts, ces deux extrémités se terminent par une croupe et de l'autre coté qui est ce qui touche la porter sur le côté longeant la place, grande route de Paris à Nantes. Dans les combles, la [grasseure ] des poinçons n'étant point en rapport avec leur longueur est la cause évidente de la courbure [...] ledit propriétaire (Meyniel), ayant fait reconstruire ledit mur, au lieu de l'élever d’aplomb du côté de
    Illustration :
    Plans de localisation, sur cadastre ancien et actuel. IVR24_20172800722NUDA Le premier étage des halles, vu de l’ouest après 1624. Peinture (copie). (Musée-Château Saint-Jean Peinture, détail, vue de Villebon, après 1624, Musée du château Saint-Jean ; Dessin, AM, Nogent-le
  • Maison (7 rue Porte Chartraine)
    Maison (7 rue Porte Chartraine) Blois - 7 rue Porte Chartraine - en ville - Cadastre : 1980 DN 141
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, composition et décor des façades 1ère galerie ; 19e siècle : dénaturation totale de la façade sur rue, et remaniements intérieurs du bâtiment
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Blois. Série Z : Fonds Paul Robert-Houdin (non classé). Relevés et
    Représentations :
    Support : façades sur cour ; façade de l' escalier culs de lampe.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Façade de l'escalier sur cour. IVR24_19814100947X Façades sur cour, bâtiments est et ouest. Façade de l'escalier. IVR24_19814101368X Escalier, façade sur cour, rez-de-chaussée. IVR24_19814101361X Escalier, façade sur cour, rez-de-chaussée et 1er étage. IVR24_19814101362X Escalier, arcade rez-de-chaussée. Détail : culot gauche. IVR24_19814101367X Escalier, rez-de-chaussée. Détails : arcade et accès escalier du sous sol. IVR24_19814101364X Escalier : arcade rez-de-chaussée. Détail : culot droit. IVR24_19814101366X Escalier 2ème étage, accès au bâtiment ouest. Détail : vantail de porte. IVR24_19814101376X Bâtiment est, façade ouest sur cour. Détails : arcade du rez-de-chaussée et fenêtre du 1er étage
  • Côte : manoir dit manoir du Petit-Rochecorbon
    Côte : manoir dit manoir du Petit-Rochecorbon Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 642 2009 YE 997
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Ancien fief relevant de Rochecorbon et non de Reugny, appelé pour cette raison Le Petit Rochecorbon . Depuis le 17e siècle au moins, les propriétaires de La Côte possèdent également Le Petit Rochecorbon. Le agricoles formant la basse-cour de La Côte. L'édifice a fait l'objet d'une campagne de datation par dendrochronologie. Les deux charpentes distinctes le couvrant ont ainsi fait l'objet de 7 prélèvements (charpente est) et 8 prélèvements (charpente ouest). Les éléments analysés de la charpente orientale forment un poursuivait à l'origine vers l'ouest. Les éléments analysés de la charpente ouest forment un ensemble éléments analysés constituent essentiellement des remplois indiquant une reconstruction de la charpente qui . Cette campagne de reconstruction peut être datée du 16e siècle, soit quelques années après la mise en place de la charpente antérieure. Deux chevrons n'étant pas des remplois sont issus d'arbres abattus entre 1714 et 1718 et indiquent une campagne de restauration. Des bâtiments placés en retour d'équerre
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 25. Fonds de La Côte Valmer. Éventillement et Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 26. Fonds de La Côte Valmer. Arpentages et plans Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 72. Fonds de La Côte Valmer. Terre de La Côte. RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe Plan cadastral dit cadastre napoléonien, 1819. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 194). DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du manoir de La JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire : sa vie, son économie, ses RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Rivières tourangelles, La Brenne (sous-affluent de la Loire). Société d'Etude de la Rivière Indre et ses Affluents (SERIA), 2001, n°2, p. 93-96.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le logis, de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée surmonté d'un haut comble, est construit en moellon enduit et pierre de taille (encadrements des baies, chaînes d'angles). Il est couvert d'un toit à porte en anse de panier et deux petites baies. Une lucarne à fronton triangulaire en bois mais à l'origine en pierre, située au-dessus de la porte d'entrée, interrompt l'avant-toit. Une tour pentagonale . Cette tour est construite en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angles), couverte d'un toit en ardoise, ceinte d'un cordon et couronnée d'une corniche en pierre de taille. Une porte ne correspond pas au mur de refend, couvrent cet édifice. La charpente orientale est à chevrons entrait, un poinçon montant de l'entrait, portant le faîtage par enfourchement et recevant le sous-faîtage un sous-faîtage avec décharges en forme de croix de saint-André entre sous-faîtage et faîtage et fermes maîtresses comprennent un entrait, un poinçon montant de l'entrait, portant le faîtage par
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan du manoir, d'après la description de 1758, réalisé à partir du plan cadastral napoléonien de Extrait du plan cadastral napoléonien, section H2, 1819. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Détail de la partie est du manoir. IVR24_20123701790NUCA Détail de la tour d'escalier. IVR24_20123701791NUCA Détail de l'ancienne porte murée à l'étage de la tour d'escalier. IVR24_20123701792NUCA Vue d'ensemble de la cheminée. IVR24_20123700651NUC2A
1