Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 36 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Portail (n°1)
    Portail (n°1) Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Précision dénomination :
    portail nord de la façade occidentale
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ce portail de style Renaissance a la forme d'un petit portique. Deux paires de colonnes corinthiennes cannelées et rudentées au premier tiers supportent un premier niveau d'entablement sur la frise duquel on lit : "EGLISE DE NOTRE-DAME DE RECOUVRANCE". Deux médaillons occupent les écoinçons du tympan . Des têtes de chérubins sont finement sculptées dans des caissons, à l'intrados de l'arc ainsi qu'au soffite du linteau. A l'étage supérieur, deux pilastres supportent un nouvel entablement. Celui-ci sert de par deux contreforts qui comportent chacun en leur centre une niche encadrée de deux colonnettes
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    partie nord de la façade occidentale
    Illustration :
    Détail de l'écoinçon orné d'un chérubin. IVR24_20084501210NUCA
  • Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    installée rue des Pensées. En 1901, des sources mentionnent la présence d'un pensionnat de jeunes filles. Le jeu de paume aurait été édifié en 1535 et aurait reçu différentes appellations : Jeu de la croix (sans doute en raison de la croix de fer qui se trouvait à proximité), Jeu des Pensées, Jeu de Paumes de Durin siècle et de la 2e moitié du 18e siècle (datés par travaux historiques). Le n°24 qui datait probablement En 1832, Mademoiselle Bonnet fonde une école primaire située rue de l'Oriflamme qui est ensuite pensionnat est désigné comme étant celui de Mesdemoiselles Méchein et Prudhomme sur des cartes postales du -inventaire mené en 1977 sur la rue du Bourdon-Blanc, un important remaniement des édifices a été effectué . Au n°20 et 20bis était situé un jeu de paume transformé en atelier de lingerie, mentionné dès 1921 , Jeu de Durin, Le Durin ou encore le Grand Durin. Du n°22 au n°28 étaient initialement situées des du 1er quart du 19e siècle (daté par travaux historiques) a fortement été remanié. La porte piétonne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Dénominations :
    jeu de paume
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    caractérise par une succession de façades pour la plupart en maçonnerie enduite. Les toitures sont en ardoise une construction probablement en béton à deux étages de la 2e moitié du 20e siècle (daté par travaux la fois rue du Bourdon-Blanc, rue Desfriches et rue des Pensées. La rue du Bourdon-Blanc se . Les élévations comprennent un étage carré et un étage de comble. Le n°22 a conservé une grille d'imposte en fer forgé à motifs de palmettes et d'arabesques. Les n°15 et 17 rue des Pensées correspondent à historiques). Une partie des bâtiments est construit sur un niveau de cave.
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Vue de la cour des Lions du pensionnat de Mlles Méchein et Prudhomme. IVR24_19774500866XB Façade du bâtiment sur la cour Saint-Anne du pensionnat de Mlles Méchein et Pruhomme Vue d'ensemble des bâtiments de l'école donnant sur la rue du Bourdon-Blanc. IVR24_20144500744NUC4A Vue d'une partie de l'école correspondant au 22 rue du Bourdon-Blanc, datant probablement de la Cour du pensionnat de Mlles Méchein et Prudhomme. IVR24_19774500867XB
  • Maison dite de la Salamandre
    Maison dite de la Salamandre Blois - 50 rue Denis Papin - en ville - Cadastre : 1980 DN 90 REVOIR
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction antérieure à 1547, moulurations 1ère Renaissance de la façade sur cour ; 17e siècle : reprise des fenêtres de la façade sur rue ; 4e quart 19e siècle
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison dite de la Salamandre
    Appellations :
    dite Maison de la Salamandre
  • Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart Blois - 1 rue Pardessus - en ville - Cadastre : 1980 DN 224
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, ordonnance et décor des façades 1ère Renaissance  : appellations Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart sans fondement historique ; 4e quart 19e siècle : reprise du bâtiment ouest donnant sur la rue du Commerce, transformation du rez-de-chaussée en espaces , passage couvert voûté, tourelle d' escalier ornée de pilastres aux angles, galerie ; 19e siècle
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 26, liasse 814. Bail de la p. 145-146 LA SAUSSAYE, L. (de). Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : 2 H 16. Cession de bail pour l'installation de la gendarmerie ; juin 1813. Archives municipales de Blois. Série O : 1 0 12. Contestation des riverains au sujet des travaux p. 565-566 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers du p. 184-185 LESUEUR, F. Hôtel Viart. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à Blois
    Représentations :
    Support : façades sur rue et sur cour ; porte d' entrée ; couvrement de la galerie.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart
    Appellations :
    dit Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart
    Illustration :
    Bâtiment nord, passage couvert. Détail : porte d'accès à la salle du rez-de-chaussée Bâtiment nord, façade nord. Portail d'entrée, détails : intrados de l'arc, motif tresse; imposte et Bâtiment nord, passage couvert. Détail : travée de voûte. IVR24_19814101196X Bâtiment ouest, façade est. Détail : rez-de-chaussée. IVR24_19814101194X Tourelle d'escalier, rez-de-chaussée. Détail : base du noyau. IVR24_19814101198X Bâtiment ouest, façade ouest sur la rue du Commerce. IVR24_19844100523X Bâtiment nord, loggias du rez-de-chaussée. Détail : couvrement, fausse voûte. IVR24_19814101203X Bâtiment nord, loggias du rez-de-chaussée. Détail : porte murée (accès bâtiment ouest Bâtiment nord, loggia du rez-de-chaussée. Détail : imposte recevant l'arc et tête
  • Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône)
    Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 9 rue de Rhône - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment principal, la taille de sa parcelle, le recours à la pierre de taille et à un décor sculpté En l'absence de sources écrites, la datation de l'édifice est fondé sur son décor sculpté (croisées [à 30 km à l'ouest de Nogent], une maison appelée la tour de Mereglise, avec cens et rente». Cette d'inspiration antique invitent à proposer une datation du second quart du 16e siècle. La largeur sur rue du permettent d'identifier l'édifice comme une construction élitaire. La séparation avec la rue, marquée par un portail et la progression des espaces publics (rue, cour,) vers ceux plus privés du logis (grandes salles et chambres) répondent au type de l'hôtel particulier. L'appellation de l'édifice et son attribution au seigneur de Méréglise proviennent d'une citation (1613) de Bart des Boulais : «Lorsque les dicts , firent bastir des maisons au dict Nogent où ils se logèrent. Entr'autres [...] Le seigneur de Mereglise
    Référence documentaire :
    Hôtel de Méréglise / Auteur inconnu. [s.d.]. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Hôtel de Méréglise. 20e siècle. Impr. photoméc., carte postale. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent
    Description :
    L'hôtel est situé au pied du château Saint-Jean, à l'angle formé par la rue de Rhône et la rue du Croc. La largeur de se parcelle est de 21,50 m sur la rue de Rhône. L'édifice est composé de trois ) ferment le côté ouest de la cour. Le bâtiment principal est disposé sur rue, ses murs gouttereaux, d'une longueur de 18,60 m, sont parallèles à la rue. L'entrée s'effectue par l'intermédiaire d'un portail cocher corniches, les chaînages et les rampants sont en pierre de taille calcaire. Ce matériau est également utilisé sur la façade antérieure du bâtiment principal. Le parement de celle-ci est composé de pierre ouvertures et aux éléments de couronnement. Il met en valeur la progression imposée par le système de cour). Les élévations sont couronnées par des corniches et des rampants en pierre de taille. Ces de la porte de la tour hors oeuvre porte un décor de plis de serviette, tandis que la base du noyau d’angelots pour les secondes. La cheminée du rez-de-chaussée est composée d’une hotte droite à plate-bande
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 9 rue de Rhône - en ville
    Titre courant :
    Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône)
    Appellations :
    La Grande Maison
    Illustration :
    Face est, détail de la porte du rez-de-chaussée. IVR24_20132800185NUC4A Face est, rez-de-chaussée, détail des consoles de la porte . Face Ouest, détail d'une consoel de la porte du Rdc Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail des trompes sculptées de la tour d'escalier Vue intérieure, rez-de-chaussée, cheminée de la cuisine. IVR24_20132800169NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de l'évier de la cuisine. IVR24_20132800170NUC4A Plans de situation. IVR24_20162801936NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20132801207NUDA Aquarelle, rue de Rhône, vue du sud-ouest (vers 1950). IVR24_20162801270NUCA Aquarelle, faces est et sud, vue de l'est, date inconnue. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
  • Hôtel de Jassaud
    Hôtel de Jassaud Blois - 5 rue Fontaine des Elus - en ville - Cadastre : 1980 DO 385
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
     : HAEC. PETRA. DIVIDIT., portail sur la rue Vauvert ; 2e quart 16e siècle : ensemble de la construction la propriété avec vente de l' aile, du jardin et des communs pour l' aménagement d' une école. 13e siècle limite 14e siècle : vestige de construction médiévale, mur portant l' inscription latine pour la famille Cottereau, tourelle d' escalier ne faisant pas saillie sur la façade, bas-relief remarquable ; 17e siècle limite 18e siècle : réaménagements intérieurs pour Nicolas de Jassaud secrétaire d ' Etat, lambris, cheminées (description lors d' une vente en 1766) ; 3e quart 19e siècle : réduction de
    Référence documentaire :
    p. 145-146 LA SAUSSAYE, L. (de). Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 10 , liasse 1499. Vente de Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 10, liasse 2497. Bail à messire Maximilien Marie de Valicour, 15 septembre 1777. p. 557 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers du p. V et VI, 1892-1893, p. 4-13 LAVALLIERE, H. (de). Notices sur l'Hôtel de Jassaud. Le Loir-et-Cher p. 166-169 LESUEUR, F. Hôtel de Jassaud. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à Blois
    Représentations :
    Support : façade de l' escalier, table au-dessus de la porte ; sujet : homme et femme agenouillés de part et d' autre d' un arbre.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de Jassaud
    Appellations :
    dit hôtel de Jassaud
    Illustration :
    Bâtiment est, façade sur cour. Détail : bas-relief de la porte d'entrée. IVR24_19834100151XB Bâtiment est, façade sur cour. Détail : bas-relief de la porte d'entrée (état actuel Vue du dessus de porte. IVR24_19824100633XB
  • Hôtel de Condé
    Hôtel de Condé Blois - 3 rue des Juifs - en ville - Cadastre : 1980 DO 592
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    souterraine sous le bâtiment est et cour est ; ensemble de la construction antérieure à 1547 : élévation des Limite 13e siècle 14e siècle : vestiges de construction médiévale, cellier gothique et galerie façades 1ère Renaissance, tourelle d' escalier ne faisant pas saillie sur la façade, galerie à colonnes ioniques appuyée sur le mur de clôture ; 19e siècle : reprise des ouvertures, appellation hôtel de Condé
    Référence documentaire :
    n° 4, p. 44. DAUDIN, P. Promenade dans le Blois souterrain. Le Journal de la Sologne. 1973. Archives départementales de Loir-et-Cher. Série F : F 2131, fonds F. Lesueur. Note manuscrite sans référence. Titre de bail des chanoines de Saint Sauveur à Florimonde de Villebresme, femme de Jehan COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers du p. 188-189 LESUEUR, F. Les maisons du règne de François Ier. Congrès Archéologique de France, 88e
    Représentations :
    Console ; support : façades, galerie, vantail de porte, sujet : salamandre.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de Condé
    Appellations :
    dit hôtel de Condé
    Illustration :
    Mur de clôture et portail (avant restauration). IVR24_19864100167ZB Bâtiment est, porte de l'escalier. Détail : vantail avant restauration. IVR24_19814100877X Mur de clôture sur rue des Juifs. Détail : portique, coté cour. IVR24_19914100624XA Mur de clôture sur rue des Juifs. Détail : portique, coté cour. IVR24_19834100236X
  • Hôtel de Guise
    Hôtel de Guise Blois - 18 rue Chemonton - en ville - Cadastre : 1980 DN 39
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
     : ensemble de la construction s' appuyant à l' ouest sur le mur de la ville, système décoratif 1ère siècle : extension de la parcelle vers l' ouest, construction et terrasse sur le mur d' enceinte , aménagement d' écuries en soubassement ouvrant sur les fossés de la ville ; 19e siècle : appellation hôtel de 1er quart 14e siècle : vestiges de fortifications urbaines (mur, tour) ; 2e quart 16e siècle Renaissance, tourelle d' escalier sans saillie sur la façade, éclairée par des baies jumelées ; milieu 18e
    Référence documentaire :
    p. 144-145 LA SAUSSAYE, L. (de). Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois p. 563-564 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers du p. 182-184 LESUEUR, F. Hôtel dit de Guise. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de Guise
    Appellations :
    dit hôtel de Guise
    Illustration :
    Bâtiment ouest, escalier. Détail : encadrement de la porte d'accès au 1er étage. IVR24_19834100250X Façades sur la cour. IVR24_19814100872X Bâtiment ouest, façade de l'escalier et pavillon nord-ouest (avant restauration Bâtiment ouest, façade est. Détail : porte de l'escalier. IVR24_19834100248X Pavillon nord-ouest, façade est. Détail : baie du rez-de-chaussée. IVR24_19834100244X Pavillon nord-ouest, façade est. Baie du rez-de-chaussée, détail : clé traitée en volute Pavillon nord-ouest, façade est. Baie du rez-de-chaussée, détail : base de pilastre Bâtiment ouest, façade est. Baie du rez-de-chaussée, détail : chapiteau. IVR24_19834100247X Pavillon nord-ouest, façade est. Baie du rez-de-chaussée, détail : chapiteau. IVR24_19834100245X Bâtiment ouest, façade est. Baie du rez-de-chaussée, détail : élément sculpté sous un pilastre
  • Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique
    Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique Blois - rue du Bourg-Neuf rue d' Artois - en ville - Cadastre : 1810 B
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de filles Dieu de chanoinesses régulières de saint Augustin
    Historique :
    de Saint Augustin, reformé au début du 17e siècle. En 1631, la chapelle et les bâtiments furent A l' emplacement du couvent des véroniques existait dès le 12e siècle un couvent de filles Dieu crée par Eléonore d' Aquitaine. Il devint au milieu du 16e siècle un couvent de chanoinesses régulières reconstruits sur un plan plus vaste qu' à l' origine. Le couvent désaffecté à la Révolution fut vendu à divers acquéreurs et l' église fut détruite. Après 1820, la partie gauche abrita le petit séminaire, où il subsiste quelques vestiges des bâtiments et le puits, tandis que la partie droite devait être occupée par une école reconstruits à la fin du 19e siècle et au 20e siècle.
    Référence documentaire :
    construction de la chapelle des Véroniques. Le 3 mai 1635. Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales, étude 10, liasse 1900. Devis de p. 537 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 61 BERNIER, Jean. Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois , les éloges de ses comtes et les vies des hommes illustres qui sont nez au païs blésois, avec les noms p. 152 LESUEUR, F. Le couvent des Véroniques. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à NOTTER, M. Th. Les ordres religieux féminins à Blois, leurs rapports avec la société (1580-1670 ). Thèse de 3e cycle. Université F.R., Tours, 1982.
    Murs :
    pierre de taille
    Titre courant :
    Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique
  • Maison dite de Saint-Thomas
    Maison dite de Saint-Thomas Blois - 3 rue Fontaine des Elus - en ville - Cadastre : 1980 DO 386
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, mouluration 1ère Renaissance ; en 1612 , appellation maison de Saint Thomas ; 19e siècle : dénaturation des façades, reprise des distributions.
    Murs :
    pierre de taille
    Titre courant :
    Maison dite de Saint-Thomas
    Appellations :
    dite Maison de Saint Thomas
  • Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de bailli
    Historique :
    La date de construction de l’édifice, ainsi que ses commanditaires Pierre Durant et son épouse bailli de la seigneurie de Saint-Denis, écrivain et l'un des principaux rédacteurs des coutumes du Perche (fille de Pierre Durand) à Jacqueline du Bellay, dame de la Reine et de la Chesneliere. Il est alors décrit comme étant composé de "chambres et appartenances, jardin, fournil et estables". En 1596, la "Grande Maison" change à nouveau de main après avoir été vendue par la fille de la dame du Bellay , Catherine de Dampierre, à Gilles Fromentin, secrétaire de la chambre du roi et contrôleur ordinaire. La maison du Bailli est achetée par la mairie de Nogent-le-Rotrou entre 1922 et 1926 pour agrandir le collège de la ville. Ses façades sont classées au titre des Monuments historiques en 1926. Dans les années suivantes, entre 1928 et 1932, des campagnes de restauration sont menées sur la façade sur rue. En 2017 Blanche Février, nous sont connus grâce à un cartouche situé au-dessus de son portail d’entrée. Celui-ci
    Référence documentaire :
    p. 375. BRY DE LA CLERGERIE, Gillles. Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon p. 7. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite p. 163 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle, Grand Ouest de la France Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. 0081/028/64. Maison dite du Bailli, Collège. 1928 Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. 1999/034/7 dossier n°43. Maison dite du Bailli AC Nogent-le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n° ?. Acte de vente. 1596. AC Nogent-Le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n°4. Acte de vente. 1591. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cartes et plans : 082.28.2023). Plans de l'immeuble Lelasseux. 1922. Plans. (AD Eure-et-Loir. Série O : 2 O 2522).
    Description :
    La Maison du Bailli est située à l'alignement le long de la rue Saint-Laurent et au nord de de taille, tandis que les façades postérieures sont constituées de moellons et d'un enduit à pierre vue. Comportant un étage carré et un étage de comble, elle n'est pas accessible directement depuis la l'emprise supposée de l'enclos de l'abbaye de Saint-Denis. Elle est composée d'un ensemble de neuf bâtiments disposés en deux U irréguliers et accolés. Sa façade antérieure est composée d'un moyen appareil de pierre depuis la rue. Les étages sont distribués par un escalier tournant à retours, disposé autour d'un noyau rectangulaire cantonné de colonnes engagées portant des chapiteaux corinthiens et percés de plusieurs placards muraux, dont les vantaux portent un décor en pli de serviette. Les couvertures des différents bâtiments
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Dates :
    1542 porte la date
    Annexe :
    Belay de la Grande Maison et Perrin moyennant mil trente escus.DI lundi quatorze […] jour de janvier mil Durant marchant demeurant en la paroisse Notre-dame duquel au nom et comme procureur de Damo[iselle président au siège présidial dAllenson de luy […] et suffizamment autorisa fonda de […] la procuration par heritallement et pour haulte et puissante dame de la Rayne et dame de la Chesneliere donne en la paroisse de appellé le grand perrin et size en la paroisse de Saint-Laurent et tout de l'autre coste de ladite maison ci-dessus de la rue et a y dicelle la rue entre deux joignant d'un côté a Mathurin Piau menuysier [Bastien] Hubert [Berthrand de le Seouble] […][…] le tout appartient a ladicte Vendaresse a cause de la succession a elle venue sucedde et echue a la mort et tres pas de deffunct honorable homme m[aitre] Pierre seigneurie de Saint-Denis dudict Nogent […] Fol 2 verso […] ceste vendition faicte po[ur] moyenant la somme de mil trente escuz d’or sol, revenant àa la somme de trois mil quatre vingtz dix livres[…] pour 1030
    Texte libre :
    . En partie basse le parement est monté en pierre de taille laissant ensuite la place à un appareil de HISTORIQUE La date de construction de l’édifice nous est connue grâce à un cartouche situé au JE FU FAICTE 1542". Au-delà de la date portée, la phrase indique les noms du commanditaire "Pierre Durant", et celui de sa femme "Blanche Février", dans ce qui ressemble à une antonomase. La figure de lecture. Pierre Durant est à la fois connu pour son titre de bailli de la seigneurie de Saint-Denis , d’auteur et surtout comme l’un des principaux acteurs de la rédaction des coutumes du Perche, épisode , fille de Pierre Durand, vend la "Grande Maison" à Jacqueline du Bellay, dame de la reine et de la ceux de Saint-Denis. La "Grande Maison est de nouveau vendue en 1596 par la fille de la dame du Bellay , Catherine de Dampierre, à Gilles Fromentin, secrétaire de la chambre du roi et contrôleur ordinaire. La et maitre d’hôtel du seigneur de Soissons. La maison comporte alors des chambres basses et hautes
    Illustration :
    Aquarelle, face nord, détail de la porte (bâtiment 3) vers 1950 (Musée-Château Saint-Jean, fonds Bâtiment 1, face nord, détail de la première travée, vue du nord. IVR24_20162801418NUCA Bâtiment 5, face est, détail de la porte d'entrée, vue de l'est. IVR24_20162801420NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, rez-de-chaussée, bâtiment 9, salle voûtée. Détail de la porte Vue intérieure, escalier, détail de la porte du comble de l'aile sur rue. IVR24_20162801429NUCA Vue intérieure, deuxième étage, bâtiment 9, détail de la voûte. IVR24_20162801431NUCA Bâtiment 3, deuxième niveau, relevé et photographie de la charpente. IVR24_20172800160NUCA Plans de situation. IVR24_20162801992NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20162801404NUDA Plan du rez-de-chaussée et hypothèses de datations. IVR24_20172800132NUDA
  • Valmer : chapelle troglodytique
    Valmer : chapelle troglodytique Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 490 2009 B 166
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La chapelle a été construite pour Jean Binet, maire de Tours, bénite le 28 novembre 1529, par -dessus de la porte et installer le devant d'autel provenant de l'ancienne chapelle des archevêques de Jacques Hurault, évêque d'Autun. A partir de 1647, date de l'installation d'une nouvelle chapelle édifiée par Thomas Bonneau dans une aile située à l'ouest du Petit Valmer, le service n'est plus fait dans la chapelle troglodytique. A la fin du 19e siècle, la chapelle du Petit Valmer est transformée en salon et la chapelle troglodytique retrouve sa fonction primitive. Paul Lefèvre fait alors réaliser la décoration au
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Chançay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 052). Archives privées du château. (Collection particulière, château de Valmer). CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition). p.21-27 MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série. CLD, 1979. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. Joseph Floch
    Représentations :
    Trois clefs de voûtes sont ornées de blasons. Un blason a été identifié comme appartenant à la famille Binet : "De gueules au chef d'or de trois croix recroisettées au pied fiché d'azur le champ chargé d'une étoile posée en coeur". Un deuxième blason appartient vraisemblablement à la famille Binet et une autre alliée : le parti à gauche possède un lion ; le parti à droite porte "De gueules au chef d'or de troisième blason (non identifié) possède un lion de sable sur fond d'argent (premier tiercé) et une bande
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Chapelle troglodytique dont l'accès se fait par une porte en arc en anse de panier. Au-dessus de la porte, une niche, encadrée de pinacles et surmontée d'un arc en accolade, accueille une statuette de saint Roch. La façade possède également deux baies jumelées à arcs trilobés. A l'intérieur, elle présente deux vaisseaux de deux travées chacun, voûtés sur croisée d'ogives. Les nervures retombent sur un
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Dates :
    1529 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Vue intérieure de la chapelle. Photographie du début du 20e siècle. (Collection particulière Vue intérieure de la chapelle. Photographie du début du 20e siècle. (Collection particulière Détail de l'entrée de la chapelle troglodytique. IVR24_20163702881NUCA Vue intérieure de la chapelle. IVR24_20163702796NUCA Vue intérieure de la chapelle. IVR24_20163702806NUCA Clef de voûte ornée d'un blason identifié comme appartenant à la famille Binet et une famille Clef de voûte ornée d'un blason identifié comme appartenant à la famille Binet Plan général de Valmer en 1695. (Collection particulière, château de Valmer , château de Valmer). IVR24_20163703062NUCAB , château de Valmer). IVR24_20163703077NUCAB
  • Côte : manoir dit manoir du Petit-Rochecorbon
    Côte : manoir dit manoir du Petit-Rochecorbon Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 642 2009 YE 997
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    . Depuis le 17e siècle au moins, les propriétaires de La Côte possèdent également Le Petit Rochecorbon. Le agricoles formant la basse-cour de La Côte. L'édifice a fait l'objet d'une campagne de datation par est) et 8 prélèvements (charpente ouest). Les éléments analysés de la charpente orientale forment un poursuivait à l'origine vers l'ouest. Les éléments analysés de la charpente ouest forment un ensemble éléments analysés constituent essentiellement des remplois indiquant une reconstruction de la charpente qui . Cette campagne de reconstruction peut être datée du 16e siècle, soit quelques années après la mise en place de la charpente antérieure. Deux chevrons n'étant pas des remplois sont issus d'arbres abattus autour de la basse-cour sont décrits comme composés d'un logement de jardinier à deux chambres dont une à , une chambre à cheminée et deux écuries à l'est de la cour. Une partie de ces bâtiments ont été modifiés ou détruits à la fin du 18e siècle et au cours du 19e siècle : destruction du logement de
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 25. Fonds de La Côte Valmer. Éventillement et Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 26. Fonds de La Côte Valmer. Arpentages et plans Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 72. Fonds de La Côte Valmer. Terre de La Côte. DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du manoir de La JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire : sa vie, son économie, ses RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Rivières tourangelles, La Brenne (sous-affluent de la Loire). Société d'Etude de la Rivière Indre et ses Affluents (SERIA), 2001, n°2, p. 93-96.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    moellon enduit et pierre de taille (encadrements des baies, chaînes d'angles). Il est couvert d'un toit à l'origine en pierre, située au-dessus de la porte d'entrée, interrompt l'avant-toit. Une tour pentagonale . Cette tour est construite en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angles), couverte d'un toit en ardoise, ceinte d'un cordon et couronnée d'une corniche en pierre de taille. Une porte ne correspond pas au mur de refend, couvrent cet édifice. La charpente orientale est à chevrons Le logis, de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée surmonté d'un haut comble, est construit en cheminée, vestibule et deux petites pièces), un cellier et un pressoir. La façade nord est percée par une porte en anse de panier et deux petites baies. Une lucarne à fronton triangulaire en bois mais à , abritant un escalier en vis en pierre, est adossée à la façade nord et permet l'accès au grenier carrelé accolé, la tour étant alors placée dans l'angle des deux bâtiments. Deux charpentes, dont la séparation
    Localisation :
    Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 642 2009 YE 997
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan du manoir, d'après la description de 1758, réalisé à partir du plan cadastral napoléonien de Détail de la partie est du manoir. IVR24_20123701790NUCA Détail de la tour d'escalier. IVR24_20123701791NUCA Détail de l'ancienne porte murée à l'étage de la tour d'escalier. IVR24_20123701792NUCA Vue d'ensemble de la cheminée. IVR24_20123700651NUC2A
  • Eglise paroissiale Saint-Saturnin
    Eglise paroissiale Saint-Saturnin Blois - rue Munier rue Croix-Boissée - en ville - Cadastre : 1980 DH 164
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    le mur de la nef des vestiges d' un édifice du 10e siècle. Comme toutes les églises paroissiales de ' Anne de Bretagne, l' église fut l' objet d' un projet somptueux, mais seuls les trois portails de la interrompu à la mort de la reine en 1514. Sur le bas-côté sud fut édifiée un peu plus tard une tourelle d chapelle, de style première Renaissance, dédiée à Saint-Pierre. La charpente ayant été incendiée par les protestants en 1568, le lambris de la nef fut remplacé par une voûte d' ogives entre 1570 et 1578. Durant le surélévation de la nef dans un style gothique tardif, avec de grandes arcades et des fenêtres hautes séparées niveau des deux premières travées de la nef, après l' exil de la reine mère. En 1940, les parties hautes de la façade ont été gravement endommagées par les bombardements et la restauration entreprise en Les origines de l' église Saint-Saturnin de Vienne sont antérieures à l' an Mil : il subsiste sur Blois, elle dut être rebâtie au 13e siècle, mais il ne reste rien de cet édifice car il a été
    Référence documentaire :
    p. 70 et p. 150 BERNIER, Jean. Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois, les éloges de ses comtes et les vies des hommes illustres qui sont nez au païs blésois p. 84, p. 192, p. 242 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale p. 83-88. LESUEUR, F. L'église Saint-Saturnin. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue
    Murs :
    pierre de taille
    Dates :
    1528 porte la date daté par source daté par travaux historiques
    Illustration :
    Vue de la façade occidentale et du clocher, prise depuis le cimetière. IVR24_19904100360VA Vue de la nef, prise d'ouest en est. IVR24_19904100379VA Premières travées de la nef (côté nord) édifiées au XVIIe siècle. IVR24_19914100513V Façade occidentale. Peinture de Gervais, s.d., vers 1885. Huile sur toile. IVR24_19964100082X Peinture de Gervais, s.d., vers 1885. Huile sur toile. IVR24_19924100241XA
  • Maison
    Maison Blois - 7 rue Porte Chartraine - en ville - Cadastre : 1980 DN 141
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, composition et décor des façades 1ère galerie ; 19e siècle : dénaturation totale de la façade sur rue, et remaniements intérieurs du bâtiment
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Blois. Série Z : Fonds Paul Robert-Houdin (non classé). Relevés et p. 185 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers
    Représentations :
    Support : façades sur cour ; façade de l' escalier culs de lampe.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Façade de l'escalier sur cour. IVR24_19814100947X Façades sur cour, bâtiments est et ouest. Façade de l'escalier. IVR24_19814101368X Escalier, façade sur cour, rez-de-chaussée. IVR24_19814101361X Escalier, façade sur cour, rez-de-chaussée et 1er étage. IVR24_19814101362X Escalier, arcade rez-de-chaussée. Détail : culot gauche. IVR24_19814101367X Escalier, rez-de-chaussée. Détails : arcade et accès escalier du sous sol. IVR24_19814101364X Escalier : arcade rez-de-chaussée. Détail : culot droit. IVR24_19814101366X Escalier 2ème étage, accès au bâtiment ouest. Détail : vantail de porte. IVR24_19814101376X Bâtiment est, façade ouest sur cour. Détails : arcade du rez-de-chaussée et fenêtre du 1er étage
  • Grande Mairie : ferme
    Grande Mairie : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Mairie - isolé - Cadastre : 1811 B2 167 2019 OC 126
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le fief de la Mairie de Queux est cité dès 1460 comme dépendance du chapitre cathédral de Chartres départementales, mais non retrouvé lors de l'étude). De l'époque du marché semble remonter le logis de la ferme qui conserve des éléments significatifs (fenêtre de la tour à encadrement chanfreiné, petite archère d'angle du bâtiment d'exploitation nord. En 1759, la Grande Mairie apparaît sur le plan de Canüel comme propriété de la communauté des Ursulines de Nogent qui l'avait acquise dans la première moitié du 18e siècle . Un marché est passé pour la construction d’une maison à la Mairie en 1537 (conservé aux Archives . L'ensemble est vendu comme bien national le 19 octobre 1791 à Denis de Foisy de Trémon, pour 39 000 livres . Au premier quart du 20e siècle et jusqu’en 1935, un de ses descendants, Jules Octave Luce de Trémont , fait agrandir la ferme : destruction des dépendances (à l’exception d’une partie du bâtiment nord période, le bâtiment abritant le logis de ferme est transformé (agrandissement des ouvertures
    Référence documentaire :
    Plan de la paroisse de Saint-Serge et Mairie de Queux et de la tenue des Moméants, paroisse de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; B 2465. Marché pour la construction d'une maison à la Mairie, paroisse de Trizay-au-Perche (1537). Souancé/dressé en 1759 par Canüel pour le compte du Chapitre Cathédral de Chartres. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    La ferme de la Grande Mairie se situe à un kilomètre et demi au nord-est du bourg. Elle comprend ancienne fonction défensive. Comme la tour, le corps d'habitation s'élève sur un rez-de-chaussée et un haut long pour 15 mètres de large. Un ancien chaînage d'angle au centre de la façade ouest et les deux chaînages d'angle sont essentiellement en brique - les plus anciennes ouvertures étant en pierre de taille cinq bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. Le bâtiment d'habitation se trouve au sud de l'ensemble. Sa façade principale qui donne sur la cour, au nord, est flanquée d'une curieuse tour carrée dont la fonction initiale reste inconnue (ni escalier, ni cheminée à l'intérieur). Deux archères -canonnières, dont une obstruée entre la fenêtre chanfreinée et le chaînage d'angle à l'étage, témoignent d'une à l'ouest, tandis qu'une cave est érigée en alignement à l'ouest et une laiterie au sud. A l'est de la cour se trouve un imposant bâtiment d'exploitation. Il abrite des étables, une étable à veaux, une
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Luce de Trémont Octave-Jules
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Mairie - isolé - Cadastre : 1811 B2 167 2019 OC 126
    Illustration :
    Extrait du plan de la paroisse de Saint-Serge et mairie de Queux et de la tenue des Moméants Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : extrait du plan cadastral de 2019, section C Tour, vue de détail de la fenêtre de l'étage à encadrement chanfreiné. IVR24_20192800145NUCA Bâtiment d'habitation, vue partielle de la façade sud. IVR24_20192800146NUCA Intérieur, vue partielle de la charpente couronnant la tour. IVR24_20192800147NUCA Intérieur, vue partielle de la charpente du corps de bâtiment. IVR24_20192800148NUCA Intérieur, vue partielle de la charpente du corps de bâtiment. IVR24_20192800149NUCA Bâtiment d'exploitation est, partie sellerie, vue de la façade sur cour. IVR24_20192800151NUCA Bâtiment d'exploitation est, date 1932 portée sur une pierre de taille du parement Bâtiment d'exploitation nord, partie est, date 1931 portée sur une pierre de taille calcaire du
  • Maison
    Maison Blois - 15 rue Haute - en ville - Cadastre : 1980 DO 486
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    13e siècle : vestige de construction médiévale, cellier gothique à demi enterré occupant toute la surface de la parcelle ; 2e quart 16e siècle : construction d' une habitation semi-troglodyte, porte d ' entrée à vantail orné de rosaces ; 20e siècle : dénaturation totale de la façade, séparation en deux
    Représentations :
    Support : vantail de porte.
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Cellier, 2ème niveau. Vue d'ensemble de la voûte. Photographie début du 20e siècle Façade sur rue, rez-de-chaussée au début du 20e siècle. IVR24_19824100361XB
  • Maison
    Maison Blois - 8 rue des Papepaults - en ville - Cadastre : 1980 DO 440
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, élévation 1ère Renaissance de la façade sur rue
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Illustration :
    Façade sur rue ; maison eu centre de l'image. IVR24_19864100049X
  • Maison
    Maison Blois - 13 rue Haute - en ville - Cadastre : 1980 DO 488
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, couloir pavé de dalles jaunes et noires, vantail de la façade sur rue et des ouvertures. de porte à losanges, galerie à pan de bois et décor 1ère Renaissance sur cour ; 19e siècle : reprise
    Représentations :
    Support : façade de la galerie sur cour ; sujet : losange.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Façade sur rue au centre de l'image et pignon ouest. IVR24_19864100062X
  • Maison
    Maison Blois - 18 rue du Change - en ville - Cadastre : 1810 A 54
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Milieu 2e quart 16e siècle : ensemble de la construction, élévation à pilastres superposés et double corps de moulures, décor de rosaces, étage attique, entablement ; fin du 2e quart 18e siècle  : reprise des ouvertures du 1er étage, adjonction de balcons ; destruction en 1940.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble