Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    maison du Bailli est achetée par la mairie de Nogent-le-Rotrou entre 1922 et 1926 pour agrandir le
    Référence documentaire :
    AC Nogent-le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n° ?. Acte de vente. 1596. AC Nogent-Le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n°4. Acte de vente. 1591. Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. Coustumes du Grand Perche, Ad caufidicos Perticeos Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Département d'Eure-et-Loir, Nogent-le-Rotrou et ses environs / Goubert (architecte). 1906. Relevés 47 rue Saint-Laurent / A. J[ubault]. 1872. Lithographie. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le . Paris : de l'imprimerie de Pierre Le-Mur, 1620. pp. 2-14. CARRÉ, Gaël, PAYRAUD, Nicolas. L’abbaye de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, Histoire et SUREAU, Séverine. La maison du Bailli et le Grand-Perrin à Nogent. Cahiers Percherons, 2003, n
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    La Maison du Bailli est située à l'alignement le long de la rue Saint-Laurent et au nord de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Annexe :
    AM Nogent-Le-Rotrou. 1N11, pièce n°4. Acte de vente (1591). AM Nogent-Le-Rotrou. 1N11, pièce n°4 . Acte de vente (1591). Fol 1 recto le 14 janiver 1591. Vente faicte par Maryse Durand a Jacqueline Du dudit Nogent. En laquelle est le présent demeurent noble homme maitre Jehan le Sueur es la pour le Roy joignant dun coste a une maison jardin appartenance qui a apatenu a deffunct m[onsieur] Rene le Moine Bouthommiller par le devant ala grande rue tendant du bour le comte dud[it] Nogent au pont de boys et du bout appellé le grand perrin et size en la paroisse de Saint-Laurent et tout de l'autre coste de ladite maison appartenance ayant appartenu a deffunct Jehan Loyson Boucher par le devant a la grande rue tendant dud[it]bourg le comte dud[it] nogent au pont de boys et a[lautte] aval partie aune noe [autre] appartenant a [Bastien] Hubert [Berthrand de le Seouble] […][…] le tout appartient a ladicte Vendaresse a cause de la AM Nogent-le-Rotrou, 1N11, pièce n° ?, Acte de vente, le 11 novembre 1596. AM Nogent-le-Rotrou
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Chesneliere. Celle-ci était alors occupée pour le Roi par Jean Le Sueur. L’édifice est composé de "chambres et à l’est sont alors dédiés aux communs, tandis le logis est implanté dans les bâtiments situés à achetée par la mairie entre 1922 et 1926 pour agrandir le collège de Nogent-le-Rotrou. Ses façades sont aujourd’hui le collège Arsène Meunier. DESCRIPTION Situation L'édifice est assis sur une parcelle large (34 m par la rue Saint-Laurent reliant le Bourg-le-Comte au Pont-de-bois traversant l'Huisne. Côté sud d’accéder depuis la rue Saint-Laurent à la cour n°1. Celle-ci dessert le rez-de-chaussée des bâtiments 1, 2 , tous deux situés dans le bâtiment 7. Le bâtiment 1 est visible depuis la rue et situé le plus à l’est 2 et 3 auxquels le bâtiment est accolé. L'étage est distribué par un escalier situé dans la salle communiquant avec la cour. Seules les pièces sur cour et sur rue sont dotées de fenêtres. L'étage et le comble n'ont pas pu être visités, en conséquence, ils n’ont pas été étudiés. Le bâtiment 2 n’est pas visible
  • Halles (détruites, 42 rue Charronnerie)
    Halles (détruites, 42 rue Charronnerie) Nogent-le-Rotrou - 42 rue Charronnerie - en ville - Cadastre : 1990 CE 100
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Les halles de Nogent-le-Rotrou sont mentionnées pour la première fois dans la littérature l’édifice avec le marché à bétail, le fait qu’il accueille des étals de bouchers ainsi que de cordonniers et autres marchands, d’un premier étage où siégeait autrefois le tribunal civil, et d’une salle grenier au -dessus. Cette dernière était chargée de son au moment de l’effondrement de la halle. Le rez-de-chaussée flanqués de bâtiments couverts en appentis ne dépassant pas le sol du premier étage. Celui-ci compte deux le toit comporte deux croupes. Le devis de récupération des matériaux des halles, effectué et deux escaliers. Le projet de remplacement de l’édifice par une halle aux grains, une mairie, une effectués dans la foulée. Vestiges conservés : Les halles ont été complétement détruites. En 1902, le terre -plein sous l’actuelle mairie est doté de 15 échoppes du côté de la place du Marché. Le terminus ante attestées à Nogent dès le 14e siècle (présence d’une halle aux drapiers qu’il n’a pas été possible de
    Référence documentaire :
    des châteaux de Nogent-le--Rotrou, Montigny, Vitray et Villebon, au nom de Maximilien de Béthune, duc Nogent-le-Rotrou. 1648. Plan géométrique du rez-de-chaussée de la halle de Nogent-le-Rotrou / auteur inconnu (signature des châteaux de Nogent-le--Rotrou, Montigny, Vitray et Villebon, au nom de Maximilien de Béthune, duc p.235 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p.36 LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou de la seconde moitié du XIVe siècle à la fin du XVe
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    auditoire et une chambre pour exercer la justice et juridiction de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. Les sentences rendues par le tribunal sont affichées sur l’un des poteaux des halles. La vue de Villebon représente le premier étage des halles vu de l’ouest après 1624. Celui-ci possède quatre travées surmontées façade ouest. Celle-ci comporte deux niveaux d’élévation sous comble. Le rez-de-chaussée est accoté par est plus faible, il est probable qu’il s’agisse ici de bas-côtés. Le rez-de-chaussée est accessible complétement détruites. En 1902, le terre-plein sous l’actuelle mairie est doté de 15 échoppes du côté de la
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 42 rue Charronnerie - en ville - Cadastre : 1990 CE 100
    Annexe :
    AD 28. 2 O, 2533 Halle. Lettre d’expertise (1804). Le 4 Mars 1833, Architecte [Morin] À Monsieur le et autres marchands, d'un premier étage où se tenait autrefois le tribunal civil, et d'une salle porter sur le côté longeant la place, grande route de Paris à Nantes. Dans les combles, la [grasseure la halle, les ouvriers l'ont construit en encorbellement, de sorte qu'au lieu d’être le pignon de la vigoureuses dans le rez-de-chaussée." propose soit de détruire et reconstruire soit de déposer le premier pour la démolition de la halle (1842). Vu et signé par la Maire de la ville le 27 aout 1842 - 75 000 de tuile de toute quantité à prendre sur le comble à 11.50 s compris restante et cassé - 1469 Linéaire de chevrons de toit l’échantillon à prendre sur le comble à 0.22 f compris descente. - 1070 Linéaire de chantelattes à prendre idem - 2 m 30 cube de bois de toute escente à prendre dans le pan de bois coté de M déduit en raison de la perte et du temps nécessaire pour la démolition. Total 87 27.28 francs. Le présent
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Le premier étage des halles, vu de l’ouest après 1624. Peinture (copie). (Musée-Château Saint-Jean , Nogent-le-Rotrou). IVR24_20152800166NUCA Peinture, détail, vue de Villebon, après 1624, Musée du château Saint-Jean ; Dessin, AM, Nogent-le
  • Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône)
    Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 9 rue de Rhône - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    bâtiment principal, la taille de sa parcelle, le recours à la pierre de taille et à un décor sculpté , firent bastir des maisons au dict Nogent où ils se logèrent. Entr'autres [...] Le seigneur de Mereglise
    Référence documentaire :
    Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Hôtel de Méréglise / Auteur inconnu. [s.d.]. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). -le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    ) ferment le côté ouest de la cour. Le bâtiment principal est disposé sur rue, ses murs gouttereaux, d'une hors-œuvre), le rez-de-chaussée du bâtiment en retour sur cour, le jardin, et les communs. Les retour sur cour. Le gros œuvre est construit en moellons de calcaire et de silex. Les ouvertures, les utilisé sur la façade antérieure du bâtiment principal. Le parement de celle-ci est composé de pierre calcaire jaune à grise à noyaux siliceux (dite pierre de Nogent). Le décor sculpté est limité aux ouvertures et aux éléments de couronnement. Il met en valeur la progression imposée par le système de derniers portent des choux frisés, ainsi que de crossettes sculptées d’animaux menaçants. Le portail d’entrée est composé d’un arc surbaissé, dont les moulures pénètrent directement leurs supports. Le vantail et les trompes de l’escalier en vis sont sculptées d’une base polygonale pour le premier, et
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 9 rue de Rhône - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Aquarelle, face nord, vue du nord, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou, fonds Aquarelle, faces est et sud, vue de l'est, date inconnue. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Carte postale, face est, vue de l'est, 20e siècle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou
  • Grande Mairie : ferme
    Grande Mairie : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Mairie - isolé - Cadastre : 1811 B2 167 2019 OC 126
    Historique :
    Le fief de la Mairie de Queux est cité dès 1460 comme dépendance du chapitre cathédral de Chartres départementales, mais non retrouvé lors de l'étude). De l'époque du marché semble remonter le logis de la ferme d'angle du bâtiment d'exploitation nord. En 1759, la Grande Mairie apparaît sur le plan de Canüel comme . L'ensemble est vendu comme bien national le 19 octobre 1791 à Denis de Foisy de Trémon, pour 39 000 livres période, le bâtiment abritant le logis de ferme est transformé (agrandissement des ouvertures
    Référence documentaire :
    Souancé/dressé en 1759 par Canüel pour le compte du Chapitre Cathédral de Chartres. (Archives
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    cinq bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. Le bâtiment d'habitation se trouve au sud de -canonnières, dont une obstruée entre la fenêtre chanfreinée et le chaînage d'angle à l'étage, témoignent d'une ancienne fonction défensive. Comme la tour, le corps d'habitation s'élève sur un rez-de-chaussée et un haut millésimes 1932 et 1935 montrent que le bâtiment a été construit en deux temps. Un vaste comble à usage de
    Illustration :
    Bâtiment d'habitation, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800141NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20192800142NUCA Tour, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800143NUCA Bâtiment d'exploitation est, date 1935 portée sur une plaque cimentée dans le parement Bâtiment d'exploitation nord, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20192800155NUCA
  • Valmer : chapelle troglodytique
    Valmer : chapelle troglodytique Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 490 2009 B 166
    Historique :
    La chapelle a été construite pour Jean Binet, maire de Tours, bénite le 28 novembre 1529, par par Thomas Bonneau dans une aile située à l'ouest du Petit Valmer, le service n'est plus fait dans la -dessus de la porte et installer le devant d'autel provenant de l'ancienne chapelle des archevêques de
    Représentations :
    famille Binet : "De gueules au chef d'or de trois croix recroisettées au pied fiché d'azur le champ chargé autre alliée : le parti à gauche possède un lion ; le parti à droite porte "De gueules au chef d'or de trois croix recroisettées au pied fiché d'azur le champ chargé d'une étoile posée en coeur". Le
  • Maison
    Maison Blois - 6 rue Pierre de Blois - en ville - Cadastre : 1980 DO 495
    Historique :
    galerie en bois reliant le corps de logis et le bâtiment nord, reprise des fenêtres sur rue du corps de
    Référence documentaire :
    p. 12 DAUDIN, P. Promenade dans le Blois souterrain. Le Journal de la Sologne. 1973.
    Illustration :
    Passage voûté reliant la galerie et le jardin. IVR24_19844100459X Vue plongeante sur le jardin. Bâtiment sud, pignon nord et galerie ouest. IVR24_19844100407X
  • Chauvelière : ferme, actuellement maison
    Chauvelière : ferme, actuellement maison Lureuil - La Chauvelière - 7 - en écart - Cadastre : 2015 D 631 1812 D 618-624
    Historique :
    Les principaux bâtiments de la ferme sont en partie portés sur le plan cadastral de 1812. Le ). Le portail de la ferme (datant de l’Époque moderne) a été démoli et remonté à l'entrée de la demeure
    Annexe :
    + entrait) sont au nombre de 5, numérotées arbitrairement à partir de l’est. Le portique 2 n’a plus manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016
    Illustration :
    Les bâtiments alignés aux routes sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 618 à 624 ), dans le bas droit de l'image. (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600437NUC2A Vue de l'édifice depuis le sud (voie publique). IVR24_20163600199NUC2A Vue du logement remanié (étendu sur une ancienne étable) depuis le sud. IVR24_20163600197NUC2A Vue des bâtiments depuis le nord-ouest. IVR24_20163600194NUC2A Vue de la grange-étable depuis le sud. IVR24_20163600200NUC2A
  • Hôtel de Condé
    Hôtel de Condé Blois - 3 rue des Juifs - en ville - Cadastre : 1980 DO 592
    Historique :
    souterraine sous le bâtiment est et cour est ; ensemble de la construction antérieure à 1547 : élévation des ioniques appuyée sur le mur de clôture ; 19e siècle : reprise des ouvertures, appellation hôtel de Condé
    Référence documentaire :
    n° 4, p. 44. DAUDIN, P. Promenade dans le Blois souterrain. Le Journal de la Sologne. 1973.
  • Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique
    Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique Blois - rue du Bourg-Neuf rue d' Artois - en ville - Cadastre : 1810 B
    Historique :
    A l' emplacement du couvent des véroniques existait dès le 12e siècle un couvent de filles Dieu reconstruits sur un plan plus vaste qu' à l' origine. Le couvent désaffecté à la Révolution fut vendu à divers acquéreurs et l' église fut détruite. Après 1820, la partie gauche abrita le petit séminaire, où il subsiste quelques vestiges des bâtiments et le puits, tandis que la partie droite devait être occupée par une école
    Référence documentaire :
    construction de la chapelle des Véroniques. Le 3 mai 1635. p. 152 LESUEUR, F. Le couvent des Véroniques. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
  • Hôtel de Jassaud
    Hôtel de Jassaud Blois - 5 rue Fontaine des Elus - en ville - Cadastre : 1980 DO 385
    Référence documentaire :
    René Girault à Maître Charles-René Baron, avocat au Parlement, le 29 décembre 1778. p. V et VI, 1892-1893, p. 4-13 LAVALLIERE, H. (de). Notices sur l'Hôtel de Jassaud. Le Loir-et-Cher
  • Côte : manoir dit manoir du Petit-Rochecorbon
    Côte : manoir dit manoir du Petit-Rochecorbon Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 642 2009 YE 997
    Historique :
    Ancien fief relevant de Rochecorbon et non de Reugny, appelé pour cette raison Le Petit Rochecorbon . Depuis le 17e siècle au moins, les propriétaires de La Côte possèdent également Le Petit Rochecorbon. Le dendrochronologie. Les deux charpentes distinctes le couvrant ont ainsi fait l'objet de 7 prélèvements (charpente vers le nord sont mentionnés dans les archives dès le 17e siècle. En 1758, les bâtiments organisés
    Référence documentaire :
    RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Rivières tourangelles, La Brenne (sous-affluent de
    Description :
    Le logis, de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée surmonté d'un haut comble, est construit en , aujourd'hui murée, située à l'étage sur le côté ouest indique qu'un bâtiment en retour d'équerre y était entrait, un poinçon montant de l'entrait, portant le faîtage par enfourchement et recevant le sous-faîtage fermes secondaires n'ont ni poinçon, ni demi-faux-entraits mais un faux-entrait. Le contreventement est à fermes maîtresses comprennent un entrait, un poinçon montant de l'entrait, portant le faîtage par -arbalétriers avec jambettes obliques. Le poinçon des deux autres fermes maîtresses monte d'un faux-entrait qui reçoit le premier sous-faîtage. Les fermes secondaires n'ont pas poinçons mais deux demi-faux-entraits assemblés au premier sous-faîtage. Le contreventement est à deux sous-faîtages avec des aisseliers entre potelet central entre second sous-faîtage et faîtage. Le bâtiment en retour d'équerre, de plan
  • Eglise paroissiale Saint-Saturnin
    Eglise paroissiale Saint-Saturnin Blois - rue Munier rue Croix-Boissée - en ville - Cadastre : 1980 DH 164
    Historique :
    le mur de la nef des vestiges d' un édifice du 10e siècle. Comme toutes les églises paroissiales de entièrement reconstruit dans la première moitié du 15e siècle, avec une nef recouverte d' un lambris ; le choeur voûté d' ogives et le clocher central datent aussi de cette reconstruction. A l' initiative d façade occidentale, ainsi qu' une partie du bas-côté sud furent exécutés, le chantier étant sans doute interrompu à la mort de la reine en 1514. Sur le bas-côté sud fut édifiée un peu plus tard une tourelle d protestants en 1568, le lambris de la nef fut remplacé par une voûte d' ogives entre 1570 et 1578. Durant le 1er quart du 17e siècle, on voulut reprendre le grand projet d' Anne de Bretagne, avec une
    Illustration :
    Vue de la façade occidentale et du clocher, prise depuis le cimetière. IVR24_19904100360VA
  • Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart Blois - 1 rue Pardessus - en ville - Cadastre : 1980 DN 224
    Référence documentaire :
    effectués par le sieur Gervais. 18 juillet 1836.
  • Hôtel de Guise
    Hôtel de Guise Blois - 18 rue Chemonton - en ville - Cadastre : 1980 DN 39
    Historique :
     : ensemble de la construction s' appuyant à l' ouest sur le mur de la ville, système décoratif 1ère siècle : extension de la parcelle vers l' ouest, construction et terrasse sur le mur d' enceinte
  • Maison dite des Trois Goulets
    Maison dite des Trois Goulets Blois - 86 rue du Commerce - en ville - Cadastre : 1980 DN 193
    Historique :
    maison sous le nom des Trois Goulets ; reprise de la façade sur rue lors des alignements des années 1830
  • Maison dite des Acrobates
    Maison dite des Acrobates Blois - 3 place Saint Louis - en ville - Cadastre : 1980 DO 501
    Historique :
    , le passage, la cour et les communs reconstruits constituent une autre unité de propriété, reprise des
  • Maison
    Maison Blois - 13 et 15 rue des Papegaults - en ville - Cadastre : 1980 DO 429
    Illustration :
    Comble, toile peinte (remploi). Ensemble du panneau recouvrant le plafond. IVR24_19834100282X
1