Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple Rigny-Ussé - le Saut - isolé
    Historique :
    Le 8 mai 1846, le conseil municipal de Rigny délibère au sujet de l'exécution d'une cale au lieudit le Saut afin d'établir une communication entre la levée et le fleuve. Le maire présente un projet de
    Canton :
    Azay-le-Rideau
    Localisation :
    Rigny-Ussé - le Saut - isolé
    Illustration :
    Projet de cale présenté par le Maire de Rigny au conseil municipal, lieudit le Sault, 1845 : plan
  • Port dit port de la Vinodière
    Port dit port de la Vinodière Cinq-Mars-la-Pile - le Port de la Vinedière - isolé
    Historique :
    Mentionné sur le cadastre napoléonien de 1829 et sur une carte de la Loire du milieu du XIXe siècle , le port de la Vinodière ne semble pas avoir bénéficié d'ouvrage d'abordage maçonné.
    Description :
    Le port de la Vinodière était situé sur la rive droite au lieudit actuel "le port de la Vinedière".
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Cinq-Mars-la-Pile - le Port de la Vinedière - isolé
    Illustration :
    Plan du bassin de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur le
  • Port dit port du Pontceau
    Port dit port du Pontceau Cinq-Mars-la-Pile - le Pontceau - en écart
    Historique :
    Le port est mentionné en 1825 sous le nom du "port du Mouton" (présence d'une impasse du Mouton à -Pile et Berthenay figure au lieudit le Pontceau sur le cadastre de 1829 et sur la carte de Coumes de
    Description :
    Le port du Pontceau est situé sur la rive droite de la Loire et comporte une cale abreuvoir simple.
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Cinq-Mars-la-Pile - le Pontceau - en écart
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port du Pontceau)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port du Pontceau) Cinq-Mars-la-Pile - le Pontceau - en écart
    Historique :
    L'ouvrage est mentionné sur la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1848. Le décrochement de la rive figurée sur le cadastre napoléonien signifie peut-être déjà la présence d'une cale à
    Localisation :
    Cinq-Mars-la-Pile - le Pontceau - en écart
  • Cale dite cale en tablier à quai incliné (port de Chouzé)
    Cale dite cale en tablier à quai incliné (port de Chouzé) Chouzé-sur-Loire - quai des Sarrazins - en village
    Historique :
    Au début du XIXe siècle, le bourg de Chouzé est équipé de deux petites cales opposées (type cale abreuvoir double à tablier haut) situées au niveau de l'église. Cet état est bien visible sur le cadastre une pente transversales pour que les eaux fluviales puissent s'écouler vers la Loire. Le projet
    Typologies :
    cale en tablier à quai incliné : pavement en pente douce vers le fleuve ne descendant pas jusqu'à
    Illustration :
    Projet de prolonger le quai du port de Chouzé vers l'aval, ingénieur ordinaire Seignobos, 23 Vue d'ensemble vers l'aval : le tablier et le perré. IVR24_20113702765NUCA Le perré, vue prise vers l'aval. IVR24_20073700025NUCA Le perré, vue prise vers l'aval. IVR24_20073700024NUCA Escalier dans le perré. IVR24_20113702764NUCA
  • Chinon : fontaine des Trois Grâces
    Chinon : fontaine des Trois Grâces Chinon - place du Général de Gaulle - en ville
    Historique :
    Groupe réalisé par la fonderie Ducel au 19e siècle. Ce modèle a fréquemment été édité d'après le
    Représentations :
    Le groupe des Trois Grâces, aux mains enlacées, repose sur un socle en forme de trépied orné de
  • Cale dite cale en tablier à quai incliné (port de Saint-Pierre-des-Corps)
    Cale dite cale en tablier à quai incliné (port de Saint-Pierre-des-Corps) Saint-Pierre-des-Corps - Saint-Marc - en ville
    Description :
    10. Elle est recouverte en grande partie de terre et d'herbes et des arbres ont poussé sur le perré
    Typologies :
    cale en tablier à quai incliné : pavement en pente douce vers le fleuve ne descendant pas jusqu'à
    Illustration :
    Transition entre le quai incliné et le tablier. IVR24_20113701974NUCA Le pavage de la cale abreuvoir simple située en aval. IVR24_20113701973NUCA
  • Port dit port refuge ou gare d'eau de Langeais
    Port dit port refuge ou gare d'eau de Langeais Langeais - en agglomération
    Historique :
    A Langeais, la rivière de la Roumer se jetait autrefois dans la Loire au moyen de deux bras, le premier en amont du port, le second en aval de ce même port. En 1819, l'ingénieur en chef Cormier rapporte que l'embouchure de la Roumer (le bras aval semble-t-il) présente une surface de huit mètres de glaces et des crues de la Loire au moyen d'une levée insubmersible. Les travaux sont adjugés le 26 Cher/Loire) dans le département d'Indre-et-Loire. La gare de chemin de fer de Langeais (ligne Tours transbordements entre voie d'eau et voie ferrée. Après la réalisation de la gare, le bras aval de la Roumer est rivière située entre le fleuve et la levée septentrionale offrait autrefois une gare de cent mètres de est alors exposé aux chocs des glaces faute d'espace pour les loger dans le bassin réservé. Des travaux destinés à améliorer le lit de la Roumer sont prévus pour 1845. En 1875, la gare "artificielle qui n'est effectué que deux ans plus tard. En 1913, le conseil municipal demande l'autorisation de
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
    Illustration :
    par l'ingénieur ordinaire le 24 février 1847. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2038 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur la gare d'eau
  • Port dit port de Portillon
    Port dit port de Portillon Tours - Portillon - en ville
    Historique :
    Montlouis, les ingénieurs estiment que le trafic du port de Portillon est suffisamment important pour modifier le projet afin de maintenir à cet endroit un niveau d'eau satisfaisant les besoins du commerce proximité (fonderies, hauts-fourneaux et fours à chaux), un projet de construire un port pour le service datée de 1848 figure un port équipé de deux cales abreuvoirs simples, une à l'aval et une à l'amont. Le que le port de Portillon s'est en partie ensablé suite à la construction d'une digue submersible établie du côté de la rive gauche pour maintenir le chenal contre le quai de Tours (la digue relie l'île Aucard à la 4e pile de droite du pont de pierre). Le port de Portillon qui présentait un très bon
    Description :
    Situé rive droite, le port de Portillon comprend actuellement une cale abreuvoir simple dénommée
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe Port de Portillon, état des lieux dressé par le conducteur le 28 janvier 1912. (archives
  • Cale dite cale abreuvoir simple de la Bretèche (port de Portillon)
    Cale dite cale abreuvoir simple de la Bretèche (port de Portillon) Tours - Portillon - en ville
    Historique :
    L'ouvrage ne figure pas sur le cadastre napoléonien de 1833 mais il est mentionné sur la carte de
    Description :
    mesure cinq mètres de large. Le perré haut est vertical.
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe Port de Portillon, état des lieux dressé par le conducteur le 28 janvier 1912. (archives
  • Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville
    Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville La Riche - Place du Maréchal Leclerc
    Historique :
    la "ville-centre", Tours. Située entre la fourche composée par le chemin de Tours à Saint-Genough logement du garde et de la salle de classe. Le logement de l'instituteur occupait le premier étage. Elle a rythmée et ordonnancée en six travées de part et d'autre d'un corps central. Le toit, à longs pans, est
    Référence documentaire :
    [Mairie de la Riche Extra], plans, élévations dressés par Moreau (instituteur) le 28 mars 1877
    Description :
    Édifiée sur le même terrain que la précédente mairie-école (en partie détruite pendant les bombardements du 8 juin 1944), elle est, contrairement à cette dernière, orientée au sud et non à l'est. Le portail de l'église et l'entrée de la nouvelle mairie ne se font donc plus face. Le bâtiment de la mairie
    Illustration :
    L'hôtel de ville depuis le flanc nord de l'église IVR24_20153700088NUC4A
  • Port dit port de Rochecorbon
    Port dit port de Rochecorbon Rochecorbon - les Pâtis Vauvert - en écart
    Historique :
    Le port de Rochecorbon est mentionné sur les listes des ports de Loire de 1825, 1857 et 1862. La été repérés sur le terrain.
    Description :
    Le port de Rochecorbon est établi sur la rive droite entre les lieudits Vauvert et les Pâtis. Deux
  • Maison de maître (Port Cordon)
    Maison de maître (Port Cordon) La Riche - Port Cordon - en écart
    Historique :
    (parcelle 659 sur le cadastre napoléonien) et d'une ferme s'élevant dans la partie sud en bordure du Cher
    Illustration :
    Port Cordon sur le cadastre de 1808 : la demeure parcelle 659, la plus ancienne grange 664
1