Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Halbutterie : manoir
    Halbutterie : manoir Athée-sur-Cher - La Halbutterie - en écart - Cadastre : 1826 A2 3053 à 3063 2011 A 752,753,754
    Historique :
    Tours. Dans l'acte de mariage de 1694, Henri Petiot de Laluisant est mentionné comme propriétaire d'un masse connu à ce jour, sur lequel figurent les divers bâtiments qui constituent la propriété, est le ruines en 1974 et dont seuls subsistaient les murs gouttereaux, l'escalier extérieur, à l'est, et le
    Référence documentaire :
    p.10-12. MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série, 1979, Chambray-les-Tours , Tours).
    Description :
    les deux logis ont été réunis. Le comble, qui communique avec celui du logis principal, est éclairé avec des poinçons épaissis aux extrémités. Les mortaises d'une ancienne cloison en pan de bois sont petite baie verticale, et de deux larges croisées de part et d'autre de la porte. Les baies sont munies -chaussée. Les mêmes dispositions s'observent sur la façade nord, à la seule différence d'une demi-croisée placée au centre et non d'une porte. Les lucarnes centrales sont plus étroites que celles des extrémités soutenues par des corbeaux en bois supportent les solives apparentes du plafond. La grande cheminée du salon ouest. Le pigeonnier de plan carré est construit en moellon calcaire ; les encadrements et les
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702126NUCA Vue d'ensemble depuis l'est, avec à gauche les vestiges du pilier de l'ancien portail
  • Abbaye d'augustins et de génovéfains Notre-Dame-de-Bourgmoyen, collège puis lycée de Blois
    Abbaye d'augustins et de génovéfains Notre-Dame-de-Bourgmoyen, collège puis lycée de Blois Blois - place Louis-XII - en ville - Cadastre : 1810 A 1371, 1372, 1373
    Historique :
    dégagés en 1943) ; 1122 : les chanoines séculiers sont remplacés par des chanoines réguliers de l' ordre l'enclos se confond avec les fortifications de la ville, construction de la tour de Bourgmoyen ; 16e siècle : construction du pavillon ouest et d'un bâtiment longeant la rue de Bourgmoyen ; 1940 : les vestiges de l'église qui subsistaient dans des maisons particulières, et les bâtiments sont détruits, le quartier est rasé
    Référence documentaire :
    ville de Blois les bâtiments pour l'établissement du collège. 16 août et 17 septembre 1808. de terrains pour les réparations de l'église et des bâtiments, (1571-1615). p. 45-48 ; preuves : p. VIII, IX, X. BERNIER, Jean. Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois, les éloges de ses comtes et les vies des hommes illustres qui sont nez au païs blésois, avec les noms et les armoiries des familles nobles du même païs, suivis des preuves. Paris p. 14-19. LESUEUR, Frédéric. Notes archéologiques sur les ruines de Blois. Blois : éditions du p. 72-74. LESUEUR, Frédéric. Les églises de Loir-et-Cher. Paris : Picard, 1969. p. 103-107. LESUEUR, F. Les fouilles de Bourgmoyen à Blois. Bulletin monumental., 1943.
    Annexe :
    l’École d'Agriculture d'Hiver annexée au lycée de Vendôme et sur les débats qui auront lieu du Conseil [souligné par le proviseur], décidèrent que l'école serait annexée à un établissement scolaire. Les municipalités de Blois et de Romorantin déclinèrent les offres qui leur furent faites immédiatement par le établissements scolaires, à une époque où les parents ont déjà pris des décisions relativement aux études de leurs enfants, bien que le minimun d'âge fût plus élevé que dans les autres écoles d'agriculture, bien que la date d'ouverture fût tardive l'école compta dès les premiers jours 10 élèves de première année . Cet effectif pouvait sembler normal pour un début si on considère que les 27 écoles d'agriculture existant actuellement et comprenant les deux premières années d'études règlementaires compte, en moyenne ). Comme toutes les écoles d'agriculture d'hiver annexées à des établissements universitaires, l'école de programme de l'année scolaire 1920-1921 et préparer la propagande qu'il était utile de faire pendant les
    Illustration :
    Report du plan d'ensemble sur le cadastre de 1980, (Les bâtiments qui subsistaient à la Révolution par M.M. les chanoines réguliers de Sainte-Geneviève. Encre et aquarelle sur papier (0,68 x 0,45 m Église abbatiale : emplacement visible en 1811. Projet de fontaine et d'alignement pour les places Eglise abbatiale. Plans superposés de la crypte et de l'église d'après les fouilles de 1942 et le Église abbatiale. Vestiges dégagés par les bombardements de 1940. Chapelles absidiales médiane et lycée Augustin Thierry sur les fondations du pavillon central projeté lors de la reconstruction de l'agrandissement du lycée Augustin Thierry, sur les fondations du pavillon central projeté lors de la du lycée Augustin Thierry sur les fondations du pavillon central projeté lors de la reconstruction de
  • Hôpital général (quai de Villebois Mareuil)
    Hôpital général (quai de Villebois Mareuil) Blois - quai de Villebois Mareuil - en ville - Cadastre : 1980 DH 162 REVOIR
    Historique :
    La première fondation de l'hôpital des pauvres remonte à 1657, date à laquelle les échevins au milieu de celle-ci. Les travaux sont menés rapidement et la chapelle, financée par la souscription
    Référence documentaire :
    DINET-LECOMTE, M.C. L'assistance hospitalière et les pauvres à Blois au XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Thèse de 3e cycle d'Histoire, Tours 1982.
  • Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture (place de la République)
    Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture (place de la République) Blois - place de la République - en ville - Cadastre : 1980 DP 534, 217
    Historique :
    Les religieuses de la visitation, ordre fondé par Sainte-Jeanne de Chantal, s'installent à Blois en de Sales, construite par les familles Ardier et Fieubet. Le décor intérieur de l'église est exécuté à partir de 1644. La construction des bâtiments commence en 1635 par les côtés nord et est du cloître, puis palais est restitué à l'évêque de Blois et l'on cherche un autre lieu pour héberger les administrations l'ancien couvent de la visitation, occupé par l'asile d' aliénés. Les services administratifs sont logés dans les bâtiments conventuels trop étroits pour abriter la résidence du préfet. En 1825, celle-ci fait l'ancien parc des visitandines. En 1892, les archives départementales sont installées dans la chapelle, où conserve l'ensemble des bâtiments conventuels, tandis que les services préfectoraux s'installent dans une
    Référence documentaire :
    p. 69-70 LESUEUR, Frédéric. Les églises du Loir-et-Cher. Paris : Picard, 1969. NOTTER, Marie-Thérèse. Les ordres religieux féminins à Blois, leurs rapports avec la société (1580 -1670). Thèse de 3e cycle. Université F.R., Tours, 1982.
1