Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Côte : château dit château de La Côte
    Côte : château dit château de La Côte Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 643 2009 YE 997
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La Couste ou la Côte est un ancien fief qui dépendait pour partie de la châtellenie de Reugny et pour partie de la baronnie de Rochecorbon. Le plus ancien seigneur connu est Jean Marcirion qui rend aveu de la terre en 1480. Au début du 16e siècle, le château appartient à Jean de la Rue, secrétaire du roi, puis à sa veuve Perrine Le Fuzelier et à leur fils Marc de la Rue, maître des requêtes à la chambre des comptes de Bretagne, maire de Tours en 1535, à qui est généralement attribuée la construction mises en place en 1528. Le corps de logis sud aurait donc été édifié par Jean de la Rue ou sa veuve aux familles Forget, du Closeau, Rouillé, de Châtelain, de Réal, de la Martellière, Chaban, Valleteau familles Forget, du Closeau, Rouillé, de Châtelain, de Réal, de la Martellière, Chaban, Valleteau de : suppression de fenêtres à meneau et croisillon, ajout d'un étage à l'aile la plus au nord (1847). M. Besnier Valleteau de Chabrefy dont les armes auraient été bûchées à la Révolution. Cependant, un portail est déjà
    Référence documentaire :
    Château de La Côte/Victor Petit. Gravure. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0243). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 26. Fonds de La Côte Valmer. Arpentages et plans Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 12. Fonds de La Côte Valmer. Titres de la terre de Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 25. Fonds de La Côte Valmer. Éventillement et Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 72. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 74. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte et du château de La Côte à Reugny (37380). Archéolabs. ARC 13/R4023D. DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique d'échantillons provenant de charpentes du château de La Côte à Reugny (37380 p. 86-90. JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire : Sa vie, son RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe
    Représentations :
    en forme de coquille Saint-Jacques. A l'intérieur, les angles de la cage d'escalier sont occupés par Une porte d'entrée, permettant l'accès depuis la cour nord possède un linteau surmonté d'un fronton des culots décorés de figures humaines et têtes d'anges. Une niche concave à coquille Saint-Jacques encadrée de pilastres doriques surmontés d'un entablement à fronton triangulaire et candélabres et un médaillon représentant un profil à l'antique (François 1er couronné de lauriers ?) figurent également dans la cage d'escalier.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    . Une corniche en pierre de taille et trois niches (dont une murée) ornent la façade. L'angle sud-ouest pavillon. Un cordon en pierre de taille marque la séparation entre les étages. Le rez-de-chaussée est . Une corniche en pierre de taille couronne la tourelle. La charpente est à chevrons-portant-fermes. Une pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans en ardoise ; le pignon nord et découvert. La au nord du corps de logis principal. La tour est construite en moellon enduit et pierre de taille et présents aujourd'hui. Dans la cour nord, se trouve un puits circulaire en pierre de taille sculptée est comble, construit en moellon enduit et pierre de taille. Le toit à longs pans est couvert d'ardoise et les pignons sont découverts. La façade sud est composée de trois travées dans lesquelles s'inscrivent est occupé par une tour carrée de deux étages carrés, en pierre de taille, couverte d'un toit en tourelle en pierre de taille couverte d'un toit en poivrière en ardoise qui reposait à l'origine sur un
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 643 2009 YE 997
    Titre courant :
    Côte : château dit château de La Côte
    Dates :
    1811 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Texte libre :
    taille, couverte d'un toit en pavillon. Un cordon en pierre de taille marque la séparation entre les deux cordons en pierre de taille. Une corniche en pierre de taille couronne la tourelle. La charpente enduit et pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Le pignon nord est découvert. La au nord du corps de logis principal. La tour est construite en moellon enduit et pierre de taille et dater du 16e siècle. Le puits Dans la cour nord se trouve un puits circulaire en pierre de taille Le château La Couste ou La Côte est un ancien fief qui dépendait pour partie de la châtellenie de Reugny et pour partie de la baronnie de Rochecorbon. D'après l'arpentage réalisé en 1767, la séparation des deux fiefs "est prise précisément par le milieu de la porte du jardin potager et passe en ligne droite par la cheminée de la cuisine et va aboutir sur la route de Reugny à la Croix Blanche". Le plus ancien seigneur connu est Jean Marcirion, qui rend aveu de la terre en 1480. Au début du 16e siècle, le
    Illustration :
    Plan du château de la Côte, d'après la description de 1758, réalisé à partir du plan cadastral Entrée d'une cave troglodytique et passage voûté situé au rez-de-chaussée de la tour carrée sud Vue partielle de la façade sud du corps de logis et de la vallée de la Brenne à l'est Détail de la porte d'entrée donnant accès à la tour d'escalier, façade nord. IVR24_20123700661NUC2A Plan (non daté) figurant la séparation des fiefs. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 12 J napoléonien de 1819. Dessin, A. Paucton (Pays Loire Touraine). IVR24_20123700417NUC1A Lithographie de Victor Petit. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0243 Chapelle, jardins et tourelle de l'angle nord-est, depuis le sud. IVR24_20123701789NUCA Détail du pignon ouest du corps de bâtiment principal. IVR24_20123700664NUC2A Détail du pignon nord de l'aile nord-ouest. IVR24_20123700663NUC2A
  • Leugny : château de Leugny
    Leugny : château de Leugny Azay-sur-Cher - Leugny - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    l’architecte et du maçon chargé de la construction du château. Ambroise Ribot, receveur du grenier à sel d’Amboise et intendant du château de Chanteloup, avait acquis la châtellenie de Leugny le 5 juillet 1770. En pour le duc de Choiseul et pour lequel il avait conçu la célèbre pagode édifiée en 1775. Le marché de colonnes, fut installé devant le corps central de la façade nord. Cette disposition disparut dans les rien des constructions extérieures de cette époque. Un marché daté du 3 décembre 1774, issu du minutier de l’étude de Jacques Louis Dechaux, notaire royal à Amboise, atteste du commanditaire, de 1774, Il fait appel à l'architecte Louis Denis le Camus, qui avait aménagé le château de Chanteloup définitivement fin à une attribution erronée à l’architecte André Portier qui fut propriétaire du château de 1740 jusqu’en 1770, année de son décès. Vers 1898, un portique formant terrasse, soutenu par 4 paires de années 1960. Un plan masse de 1770 montre deux bâtiments parallèles, qui pourraient avoir été construits
    Référence documentaire :
    p. 44-50 JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire. Leugny. Paris RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours, 1930. Carte du duché de Choiseul d'Amboise et de ses environs, levée topographiquement à six lignes pour
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    Construit en pierre de taille de tufeau, le corps de logis comprend au nord : un soubassement, un de la cour. Les façades nord (vers le Cher) et sud sont rythmées par sept travées, trois au centre et consoles, ornées de fleurs rondes. Les baies de l'étage ont la même largeur que celles du rez-de-chaussée de logis ; situés de part et d'autre de la cour d'honneur, ils sont également construits en pierre de taille et présentent des entablements analogues à ceux du corps de logis. Leur toit brisé à longs pans et rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré et un comble. Au sud le rez-de-chaussée se situe au niveau deux de chaque côté séparées par des pilastres à bossages continus. Les faces latérales comportent quatre travées. Les hautes portes-fenêtres du rez-de-chaussée sont surmontées d'entablements formant mais sont beaucoup moins hautes. La corniche est surmontée d'une balustrade qui masque en partie le
    Titre courant :
    Leugny : château de Leugny
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan masse de Leugny et de Mauny avant la constuction du château actuel. Extrait de la "Carte du Estampes de la façade sud et et de la façade nord avec son portique. Vues extraites de l'album de duché de Choiseul d'Amboise et de ses environs, levée topographiquement à six lignes pour cent toises
  • Bourg : presbytère, actuellement maison (4 rue de l’Église)
    Bourg : presbytère, actuellement maison (4 rue de l’Église) Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    cours de la seconde moitié du 18e siècle. Il comprend alors deux bâtiments parallèles orientés est-ouest Chauvigny architecte à Montrichard, en vue de la construction d'une chambre de bonne, renseigne sur les cuisine empiétant sur la cour est créée. La chambre de bonne à construire communique avec cette cuisine Le presbytère de Chisseaux a été, selon l’historien Carré de Busserolle, presque entièrement reconstruit en 1765 par Claude Dupin, seigneur de Chenonceau et de Chisseaux. Un plan non signé ni daté, mais dont l’échelle est en toises, nous renseigne sur l'emplacement et la distribution du presbytère au , délimitant une cour fermée à l'est par un mur la séparant du jardin attenant à l'église. A l'ouest, la cour est délimitée par deux pièces en retour d'équerre de part et d'autre des bâtiments principaux, tout en ménageant une porte donnant accès à la cour. L'écurie, la grange et la cuisine occupent l'aile nord tandis évolutions réalisées entre ces deux dates. Ainsi au nord, l’écurie a disparu ; la grange est conservée mais
    Référence documentaire :
    CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition). Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O39. Plan du presbytère de Chisseaux. non daté non Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 39. Projet de construction d'une chambre de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    sud. Les encadrements des baies cintrées sont en pierre de taille, de même que la corniche moulurée couvert en tuiles plates, à l'exception de la partie construite en 1881 qui est en ardoise. Les souches de Au nord de l'église paroissiale, deux bâtiments parallèles édifiées en rez-de-chaussée et reliés par des murs à l'est et à l'ouest déterminent une cour rectangulaire. Le logis (bâtiment sud) de plan rectangulaire est édifié en moellons de calcaire avec enduit partiel côté cour (au nord) et enduit couvrant côté . Le pignon ouest est percé de deux baies et d'un oculus. Le toit à longs pans et pignon découvert est
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Titre courant :
    Bourg : presbytère, actuellement maison (4 rue de l’Église)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan pour la construction d'une chambre de domestique. Agrandissement par Ernest Chauvigny à Plan du presbytère de la commune de Chisseaux. En toises. Non signé, non daté. (Archives de l'église et l’ancien cimetière. (Archives départementales d'Indre-et-Loire). IVR24_20123700224NUCA
  • Bourg : presbytère (28 rue des Écoles)
    Bourg : presbytère (28 rue des Écoles) Chançay - 28 rue des Écoles - en village - Cadastre : 1816 A2 1690 2009 AD 247
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Édifice datant vraisemblablement du 16e siècle. Le 30 avril 1766, les habitants de la paroisse de Chançay achètent à Élisabeth Descombles, veuve de Pierre Lambert receveur de la duchesse de La Vallière , une maison pour servir de logement au curé et vicaires de la paroisse consistant en "un corps de logis d'un jardin situé de l'autre côté de la route de Vernou à Reugny", afin d'y installer à nouveau le les eaux pures de la fontaine de saint Avit, afin que puisse y boire l'hôte, ainsi que le cultivateur proviendrait de la fontaine du château de Vaux (Chançay). Une pierre (aujourd'hui cachée ou disparue) portant la date de 1766 était visible au début du 20e siècle, entre cette plaque de marbre et la porte d'entrée, elle correspond à la date de l'installation du presbytère dans cette maison. composé par bas, rez de chaussée, de deux chambres à cheminée ayant chacune vingt un pieds de long et dix huit pieds de large de dedans en dedans, un petit vestibule entre les deux chambres dans lequel est un
    Référence documentaire :
    tenans et habitans de la paroisse de Chançay. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 74. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte et Séance du 29 novembre 1905. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1905, t. 15, p. 144. Plans, presbytère de Chançay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 052 42. Presbytère). Archives départementales d'Indre-et-Loire. C 299. Contrat de vente de Madame Lambert aux biens Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 052 39. Bureau de poste.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Maison à étage construite en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angles, encadrements des . Une plaque de marbre portant une inscription latine est placée sous la baie centrale de la façade fond de la cour, à l'arrière de l'édifice. baies) et couverte d'un toit à longs pans en tuile plate à pignons découverts. La corniche est en bois insérées dans les murs et recouvertes de tapisseries cachant totalement leur emplacement. Seul l'escalier cloison en pan de bois et torchis (peut-être lors de l'aménagement du bureau de poste et du logement du dans le sol du grenier. La charpente à chevrons-portant-fermes possède quatre poinçons, dont les
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Destinations :
    bureau de poste
    Illustration :
    Détail de la plaque portant l'inscription latine. IVR24_20113702487NUCA Projet d'acquisition. Plan du rez-de-chaussée, Descombes, 1812. (Archives départementales d'Indre Projet de transformation du presbytère en bureau de poste. Plan du rez-de-chaussée, Goupy, 1911 Projet de transformation du presbytère en bureau de poste. Plan du premier étage, Goupy, 1911 Détail du noyau de l'escalier. IVR24_20113700173NUC2A
  • Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand)
    Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand) Vernou-sur-Brenne - 10-12 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 1817 F 142, 143 2009 AN 458, 600
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    de la transformation du moulin à foulon en moulin à blé. Deux constructions, situées à l'Ouest du corps de bâtiment, datent du début du 18e siècle et de la limite du 18e et 19e siècles. La halle , datant de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle, a été en partie augmentée en 1851 par M. Bacot de Romand, propriétaire du moulin. A la même époque, il fait également élargir le chenal de la roue rapports, procès-verbaux et mises en demeure insistent sur la nécessité de faire des travaux pour rendre été détruit à la fin du 19e siècle lors de la création de la ligne de chemin de fer Tours-Sargé. afin de fabriquer des armures. Il sert de moulin à foulon au 16e siècle avant d'être transformé en moulin à blé en 1756. Le corps de bâtiment central a été construit vers 1625 pour Louis de Houdan , seigneur des Landes. Ce corps de bâtiment a été prolongé, vers l'Est, par un bâtiment édifié vers 1756 lors hydraulique et installer un système à double harnais et deux paires de meules. De 1849 à 1870 plusieurs
    Hydrographies :
    La Brenne
    Référence documentaire :
    VAGNINI, Hélène. Naissance d'un bourg ligérien au coeur de la Touraine, Vernou-sur-Brenne. Monts Cartes postales de Touraine : Vernou-sur-Brenne. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P2. Plan cadastral napoléonien de 1817. Section F. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 10 Fi 270. Cartes postales de Touraine : Vernou-sur JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    de bâtiment en équerre (divisé entre le n°10 et le n°12), dont une partie est située sur la Brenne ), composée de deux bâtiments, est construite en pierre de taille et moellon enduit. Ces deux bâtiments sont 3 juin 1856 est gravée sur la chaîne d'angle de la halle. Ensemble composé de plusieurs bâtiments aujourd'hui situés sur deux propriétés. Au centre, un corps , est construit en moellon enduit et pan de bois. Il a conservé un escalier droit à balustres Louis XIII de toits à longs pans et croupe, en tuile plate avec rives en ardoise. Deux constructions (n°12 ), dont l'une en appentis couvert de tuiles plates, sont situées à l'ouest. Au sud, l'ancienne halle (n°10 couverts de toits à longs pans en ardoise, dont l'un a conservé un pignon découvert. Une marque de crue du
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la route départementale 46 de Vouvray à Château-Renault Corps de bâtiment en équerre de la première moitié du 17e siècle et bâtiment construit vers 1756 Partie de la halle augmentée au milieu du 19e siècle, façade est. IVR24_20103700491NUC2A Plan de localisation des bâtiments du moulin des Landes, réalisé à partir d'un extrait du plan cadastral de 2009. Dessin, A. Paucton. (Pays Loire Touraine). IVR24_20103702175NUC1A Carte postale, début du 20e siècle. Au premier plan, l'ancienne ligne de chemin de fer. (Archives Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. Au premier plan la construction en appentis sur le pavillon
1