Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 30 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ville :  maison (73 rue de la République)
    Ville : maison (73 rue de la République) Château-Renault - 73 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 610 1835 B 611 1835 B 612 2015 AN 25
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Bazin de Jessey, propriétaire, loue à Lucien Coldefy, directeur de la Société Générale des Tanneries Françaises, mandataire de Armand Weil industriel à Paris et administrateur de la tannerie, "une maison bourgeoise sise 73 rue de la République comprenant un bâtiment servant d'habitation, construit en pierre , cour par côté, au levant de la cour un autre bâtiment comprenant écuries, remises, passage et serre épouse. Le 28 septembre 1938, Louise Marie Eugénie Léontine Edmontine Gatien, veuve de Jules Marie Claude , chambre dessus, cave dessous, jardin au midi de ces bâtiments". Le lendemain, un état des lieux précise , un fruitier et un serre-bois ; d'un rez-de-chaussée avec petite pièce, vestibule, petit office penderie, salle de bains ; d'un étage de comble avec cage d'escalier, chambre de bonne, tourelle, grenier.
    Référence documentaire :
    de la Société Générale des Tanneries Françaises. Maison de Château-Renault. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 48 J 5. Documents personnels de Louis Coldefy, directeur
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    tourelle cylindrique couverte d'un toit conique en ardoise. La cour précédant la maison est séparée de la Edifice à un étage carré et étage de comble, construit en pierre et couvert de toits à longs pans et croupes en ardoise. Il se compose de deux corps de bâtiments placé en L auxquels est accolée une rue par un mur surmonté d'une grille en fer forgé. Des communs sont situés dans la cour et un jardin
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Château-Renault - 73 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 610 1835 B 611 1835 B
    Titre courant :
    Ville : maison (73 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Ville :  maison (107 rue de la République)
    Ville : maison (107 rue de la République) Château-Renault - 107 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 703 1835 B 704 2014 AO 210 2014 AO 211
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    alors de maison d'habitation au maître tanneur de la tannerie Peltereau-Tenneson. Il est aujourd’hui nouvelle maison est construite sur la parcelle B 703 vers 1853 (date d’imposition : 1856). L’édifice sert divisé en plusieurs logements gérés par l’OPAH. Les anciens communs (écuries, remises) appartenant à la
    Précisions sur la protection :
    ) ; l'écurie et la grange à foin, actuellement salles de réunion (cad. AO 210).
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    enduit et pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans et croupes. La pierre est utilisée sur la façade nord donnant sur la rue, et au niveau de l'étage de soubassement, de l'encadrement des baies, du cordon et de la corniche à modillons. L'étage de comble est éclairé par trois lucarnes hautes à fronton Cet édifice est à rez-de-chaussée surélevé, étage carré et étage de comble, construit en moellon cintré (côté nord). Les anciens communs sont construits en pan de bois, moellon recouvert de crépi en ciment et brique, et couverts de toits à longs pans en tuile et en ardoise.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Château-Renault - 107 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 703 1835 B 704 2014 AO
    Titre courant :
    Ville : maison (107 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Ville :  maison (88 rue de la République)
    Ville : maison (88 rue de la République) Château-Renault - 88 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 88 1835 B 90 2015 AD 439
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    88 et B 90 sont détruites en 1854 pour la construction d'une nouvelle maison la même année. Cependant , la trace d'une ancienne chaîne d'angle observable sur le pignon ouest semble indiquer un remploi partiel de l'édifice plus ancien.
    Représentations :
    Le chambranle des baies du rez-de-chaussée est à crossettes.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    C'est un édifice à un étage carré et étage de comble, construit en moellon enduit et pierre de taille (façade, chaînes d'angle à bossages, encadrements des baies, cordon, corniche) et couvert d'un toit à longs pans en tuile plate (sud) et ardoise (nord). L'étage de comble est éclairé par une lucarne
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Château-Renault - 88 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 88 1835 B 90 2015 AD 439
    Titre courant :
    Ville : maison (88 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Ville :  maison (86 rue de la République)
    Ville : maison (86 rue de la République) Château-Renault - 86 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 92 2015 AD 532
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    augmentation en 1872. L'ensemble de la façade a vraisemblablement été entièrement reprise à cette époque.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    et pierre de taille (façade à bossages, cordons, corniche) couvert d'un toit à longs pans en ardoise -de-chaussée, trois baies de l'étage et la lucarne centrale s'inscrivent dans un avant-corps Il s'agit d'un édifice à un étage carré et étage de comble en surcroît, construit en moellon enduit . L'étage de comble est éclairé par trois lucarnes dont deux lucarnes hautes. L'entrée et deux baies du rez légèrement en saillie par rapport à la façade.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Château-Renault - 86 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 92 2015 AD 532
    Titre courant :
    Ville : maison (86 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Ville :  maison (71 rue de la République)
    Ville : maison (71 rue de la République) Château-Renault - 71 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 603 1835 B 604 1835 B 610 2015 AN 39
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Les édifices présents sur le plan cadastral napoléonien de 1835 (parcelles B 603, 610) sont
    Représentations :
    Le décor repose sur la bichromie brique et pierre.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    enduit, brique (façade) et pierre de taille (chaînes d'angle, cordon, corniche, encadrements des baies une lucarne haute et quatre œils-de-bœuf. Un cordon marque la séparation entre le rez-de-chaussée et légèrement en saillie par rapport à la façade, afin de donner l'illusion de pavillons. L'édifice est placé au centre d'une cour dont l'entrée est encadrée de piliers en brique. Les angles de la cour donnant sur la enduit, pierre de taille (corniche, encadrements des baies) et brique (chaînes d'angle, cordons C'est un édifice à rez-de-chaussée surélevé, étage carré et étage de comble, construit en moellon , façade) couvert de toits à longs pans et croupes et noues en ardoise. L'étage de comble est éclairé par rue sont occupés par des pavillons isolés en rez-de-chaussée et étage de comble construits en moellon , encadrements des baies) et couverts de toits à longs pans et croupes en ardoise.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Château-Renault - 71 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 603 1835 B 604 1835 B
    Titre courant :
    Ville : maison (71 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Bellevue" (34 rue de la République) Neuillé-le-Lierre - 34 rue de la République - en village - Cadastre : 2011 OD 32
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Maison construite en 1870 pour un courtier en vin dont la profession est rappelée par le décor (grappe de raisin). D'après les initiales présentes (A et P) sur les cheminées et le portail, il pourrait
    Représentations :
    centraux de l'encadrement des baies de l'étage. Grappe de raisins figurées sur les carreaux ciment.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    brique et la pierre de taille. Un cordon en pierre de taille et carreaux de ciment marque la séparation en carreaux de ciment. Une véranda édifiée devant la façade orientale est surmontée d'un toit plat en Cet édifice, de plan rectangulaire, est en rez-de-chaussée surélevé, étage et étage de comble. Les façades sont ordonnancées, il est construit en moellon crépi. L'originalité de cette maison réside dans sa toiture : l'édifice est couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise flanqué aux angles de toits en pavillon très élancés. L'étage de comble est éclairé par deux lucarnes hautes (façades sud et nord ) et deux lucarnes hautes et oculus (façades est et ouest). Les chaînages harpés font alterner la entre le rez-de-chaussée surélevé et l'étage. Deux autres cordons plus minces en carreaux de ciment sont présents sur les façades du rez-de-chaussée et de l'étage. L'entablement est également composé d'une frise
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - 34 rue de la République - en village - Cadastre : 2011 OD 32
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Bellevue" (34 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la façade sud. IVR24_20133700328NUC2A Détail de la façade est. IVR24_20133700329NUC2A
  • Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 4 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 408 2012 D 459
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un bâtiment, présent sur le plan cadastral napoléonien de 1835, est remplacé par une nouvelle
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    cintrés (4 côté nord et 2 côté ouest). La pierre de taille est utilisée pour les encadrements des baies taille sont également présents sur les façades en brique. Les baies de la façade nord sont dotées de L'édifice, à étage carré et étage de comble, est orienté directement sur rue mais son entrée est couvert d'un toit brisé en ardoise. L'étage de comble est éclairé par six lucarnes hautes à frontons , les chaînes d'angle et une corniche présents de chaque côté de l'édifice. Deux cordons en pierre de garde-corps en fer forgé. Les plates-bandes des baies de cette façade sont ornées de clefs saillantes et passantes (rez-de-chaussée). Les plates-bandes du premier étage sont ornées de motifs végétaux.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Villedômer - 4 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 408 2012 D
    Titre courant :
    Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église)
    Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église) Margon - Bourg - 7 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 75 1990 AB 44, 46
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Cette maison de notable dite de La Bourbonnaise est construite en 1858 pour Jean Sortais, maire de la commune, à l'emplacement d'un ancien manoir disparu. Des pierres sont d'ailleurs remployées , notamment dans la dépendance juxtaposée à la maison (porte à encadrement chanfreiné surmontée d'un linteau à
    Référence documentaire :
    Manoir de La Bourbonnaise, gravure. Par Moulin. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, BR art 26 Manoir de La Bourbonnaise, gravure. Par Moulin. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, BR art 26 FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La Bourbonnaise de Margon, Nogent-le-Rotrou MORIN, Alain. La légende de la Bourbonnaise d'après le manuscrit de la comtesse de Pizieux. Cahiers Plan cadastral napoléonien, commune de Margon, section C. 1811. (Archives départementales d'Eure-et
    Description :
    chaînages d'angle et la corniche sont en pierre de taille de calcaire. Le toit est à longs pans et à croupes La maison dite de la Bourbonnaise présente d'une façade ordonnancée à trois travées. La travée centrale comprend une porte surmontée d'une baie dont les chambranles sont identiques. La porte d'entrée possède une corniche moulurée sur modillons à glyphes. Une dépendance (fonction indéterminée) de probablement en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies, les
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison de notable
    Localisation :
    Margon - Bourg - 7 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 75 1990 AB 44, 46
    Titre courant :
    Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église)
    Annexe :
    La Bourbonnaise de Margon. Texte extrait de FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La qu'était le manoir de la Bourbonnaise avant sa démolition. M. Dallier nous a appris qu'il avait été cette époque il faisait partie du domaine de La Galaisière, probablement depuis sa construction . Jusqu'au moment de sa démolition, la maison de La Bourbonnaise s'appelait le Pavillon ; mais antérieurement "qui va de la Capéterie au Cruchet et ailleurs", dit un acte de 1783. Cet immeuble fut édifié en 1851 Bourbonnaise de Margon, Nogent-le-Rotrou. 1902, p.1-6 ; 65-70 : « Aucun écrivain ne nous a renseigné sur ce construit en 1617 et que cette date était gravée au fronton du bâtiment ; mais nul ne parle de ses possesseurs ni de ses habitants. M. Lucien Devaux en a donné deux bonnes reproductions, dessinées d'après nature par Moulin, un artiste nogentais. M. Malgrange a bien voulu nous communiquer des anciens titres de propriété qui nous permettent de retrouver les possesseurs du manoir jusqu'aux années 1750 et au dessus ; à
    Illustration :
    Vue de détail de la porte en accolade (remploi). IVR24_20082800055NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4766 Gravure du Manoir des seigneurs de Margon, vue de situation, par Moulin, première moitié 19e siècle Gravure du Manoir des seigneures de Margon, vue générale sud, par Moulin, première moitié 19e Vue de situation depuis le sud-est, carte postale ancienne, début 20e siècle. (Archives
  • Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne) Orléans - 86 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 377, 378
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet édifice a été construit en 1860, comme l'indique la date portée sur le claveau de la baie située dans la travée centrale du premier étage. Il est très caractéristique des constructions de cette la rue de Bourgogne : en sous-sol, une cave, au rez-de-chaussée, deux chambres, un cabinet, une indiquent, qu'en 1912, le bâtiment a déjà été transformé en immeuble. Il comprend dans la partie donnant sur grenier. Au fond, dans la cour, on trouvait alors une boulangerie.
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Datation principale :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Cet édifice est construit en maçonnerie enduite avec une assise en pierre de taille à la base du mur. Il a deux étages carrés. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. L'édifice ne dispose pas de porte piétonne mais d'une porte cochère latérale.
    Localisation :
    Orléans - 86 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 377, 378
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne)
    Dates :
    1860 porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500784NUC4A Vue de détail de la fenêtre de la travée centrale au premier étage. La plate-bande porte la date de
  • Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église)
    Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église) Brunelles - Bourg - 2 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 90, 91, 92 1992 C1 25
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de maître
    Historique :
    De la construction présente en plan sur le cadastre de 1811 - probablement une maison datant du 16e coussinets, ainsi qu'une lucarne (remployée), à linteau en anse de panier, lui-même surmonté d'un larmier. La aujourd'hui propriété communale, et le projet municipal est de la réaménager en quatre logements. ou 17e siècle - il semble subsister les caves voûtées, dont la porte d'accès est à linteau sur construction a été détruite en 1848 pour Louis Bailleau et remplacée par une maison de maître construite en 1856 pour Jean Bailleau. La dépendance (écuries et grange), semble également avoir été construite au troisième quart du 19e siècle. Au cours du 20e siècle, la maison abrite une épicerie. L'édifice est
    Référence documentaire :
    Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section C1. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 à 3 P 3865. Plans cadastraux de 1811.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    (de la maison) sont en pierre de taille, la corniche de la dépendance est en brique. Les toits sont à rythmée par quatre travées. Adaptée à la pente, elle s'élève sur trois niveaux : un sous-sol à usage de , surmontées de plates-bandes aux clés pendantes. Des pilastres toscans encadrent la façade, qui est couronnée d'une corniche moulurée. Un petit bâtiment (de fonction indéterminée), accolé à l'ouest de la maison Située au centre du bourg, cette maison de maître présente une façade principale orientée au sud et cave, un rez-de-chaussée en partie surélevé et un étage carré. Deux portes en façade principale permettent d'accéder à la maison (porte ouest) et au cellier (porte est). Les baies sont quadrangulaires , est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble éclairé par une lucarne. En retour d'équerre au sud-ouest , se trouvent une grange, une écurie et une remise. Les murs sont en moellons de calcaire couvert d'un enduit plein ou à pierre vue (remise). Les encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Typologies :
    maison de maître
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - 2 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 90, 91, 92 1992 C1 25
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église)
    Illustration :
    Vue de détail de la lucarne au linteau en anse de panier. IVR24_20082800334NUCA Cave voûtée sous le petit bâtiment accolé à la maison de maître. IVR24_20082800338NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865 Vue générale, depuis la cour intérieure au sud. IVR24_20082800332NUCA Maison de maître, vue depuis le nord-est. IVR24_20082800335NUCA
  • Les maisons et immeubles de Blois
    Les maisons et immeubles de Blois Blois - Cadastre : 1980 DN DO
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    p. 129-132 COSPEREC, A. L'évolution de l'espace foncier au XVIe siècle. In : Blois, la forme d'une p. 218-219 COSPEREC, A. Les demeures de la seconde moitié du XVIe siècle. In : Blois, la forme p. 332-338. COSPEREC, A. Demeures et lotissements de la première moitié du XIXe siècle. In DAUDIN, P. Dans le quartier au bas de la cathédrale. Brochure dactylographiée, s. d. vers 1960 p. 92-97. COSPEREC, A. La demeure blésoise au XVIe siècle. In : Blois, un amphithéâtre sur la Loire p. 93-103. COSPEREC, A. La demeure médiévale. In : Blois, la forme d'une ville. Paris : imprimerie p. 132-192. COSPEREC, A. La demeure urbaine au début du XVIe siècle (1500-1530). In : Blois, la p. 250-253. COSPEREC, A. La demeure blésoise au XVIIe siècle. In : Blois, la forme d'une ville p. 293-503. COSPEREC, A. Les demeures au XVIIIe siècle. In : Blois, la forme d'une ville. Paris  : Blois, la forme d'une ville. Paris : imprimerie nationale, 1994.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Titre courant :
    Les maisons et immeubles de Blois
    Texte libre :
    classification des maisons par la taille de leur parcelle, il convient donc mieux de les distinguer par leur Les maisons n'offrent pas la variété de plans et de distributions, caractéristiques de l'hôtel, car Blésois découvrent, à tous les échelons de la société, un art nouveau et adoptent une mode jusque- réservée à un milieu restreint. La forme de la parcelle, le plan, et l'élévation de la façade sur rue La forme de la maison dépend essentiellement des dimensions de la parcelle et de son implantation par rapport à la rue. Bien qu'il soit, en ce domaine, difficile de cerner des types rigoureux, un simple examen du cadastre permet d'isoler deux formes de parcelles, perpendiculaire ou parallèle à la rue ; les lanière a subsisté dans de nombreux îlots de la vieille ville, en particulier aux abords des axes commerçants, où il permettait une rentabilité maximale de l'espace foncier. Dans les quartiers de la ville basse et le long de la Grande Rue, son origine est certainement médiévale ; ailleurs, (rues Foulerie
    Illustration :
    Maisons, rue de la Grève. IVR24_19924100760XA Maisons, rue de la Grève. IVR24_19924100756XA Maison détruite rue de la Croix Boissée IVR24_19924100754XA étage, élévation de la façade, coupe. IVR24_19814101039X Maison 18 rue du Commerce ; pilastre, chapiteau, corps de moulures provenant de la façade nord Maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade nord. Détruite en 1940 maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade sud. Détruite en 1940 Maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade nord. Détruite en 1940 maison quai Saint Jean et angle de la rue Jean de Saveuse IVR24_19914100268XA Maison rue de la Croix Boissée : façades ouest ; vue prise du sud au nord. IVR24_19914100538V
  • Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux)
    Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux) Margon - Les Ruisseaux - en village - Cadastre : 1811 E 31 1990 AD 47
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de maître
    Historique :
    notable local. Une dépendance (non visible depuis la voie publique), vraisemblablement à usage de remise , se situe au sud de la maison. Cette maison de maître a été construite en 1867 pour un certain Fontaine de Bizé, probablement un
    Observation :
    La propriété n'a pas été visitée lors de l'étude. Cette maison de maître, dont on connaît le la qualité et l'originalité de sa mise en oeuvre. commanditaire (un certain Fontaine de Bizé, probablement un notable entrepreneur ou propriétaire terrien), et l'année de construction, (1867), constitue un élément patrimonial important à l'échelle communale de part
    Description :
    Située en retrait par rapport à la voie, non loin du faubourg Saint-Martin (ville de Nogent-le la rue au nord-ouest, est encadré de deux tours d'angle hors-oeuvre, de plan octogonal. Les ouvertures, quadrangulaires, sont surmontées de plates-bandes. La porte d'entrée principale, accessible par pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans et à croupes (corps de bâtiment), couverts en -Rotrou), cette maison comprend un corps de bâtiment en rez-de-chaussée surélevé surmonté d'un étage carré et d'un comble. Parmi les quatre façades ordonnancées à trois travées, la principale, qui donne sur en moellons de silex (soubassement) et de calcaire couverts d'un enduit plein, ou en brique (tours octogonales). Les encadrements des baies, la corniche moulurée, le bandeau et les chaînages d'angle sont en à longs pans ; un épi de faîtage en zinc couronne chaque tour. Un muret en moellons de calcaire ceint la parcelle dont l'accès se fait par un portail en fer forgé. L'ensemble est accessible depuis
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [commanditaire] Fontaine de Bizé
    Typologies :
    maison de notable
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'allée de buis. IVR24_20082800083NUCA
  • Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte) Orléans - 7, 9, 11 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 170, 171, 414, 415
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    office de salle de bal, puis de brasserie. La fonderie Sautelet y aurait également été installée dans le -Euverte avait d'ailleurs indiqué, lors de l'étude de 1989, que la maison avait été construite en 1863 . Cette dernière aurait par ailleurs été occupée par des Ursulines de 1906 à 1924. La maison du 9 rue Ces trois maisons ont été édifiées à l'emplacement occupé dans la deuxième moitié du 17e siècle par l'institution du Petit-Saint-Loup. Installée par l'abbaye du Petit-Saint-Loup pour protéger la congrégation à l'abri des fortifications, la maison accueillait un hospice, un noviciat et une chapelle. Le large bâtiment est visible sur certains plans des 17e et 18e siècles, et le cadastre napoléonien de 1823 montre caractère relativement uniforme en matière de décor permet d'avancer l'hypothèse qu'elles ont fait l'objet d'une opération commune de lotissement, à l'époque où l'ancienne grande maison visible sur le parcellaire de 1823 a été détruite ou fortement modifiée pour être divisée. Le propriétaire du n°11 rue Saint
    Référence documentaire :
    p.531 VERGNAUD-ROMAGNESI, Charles François. Histoire de la ville d'Orléans, de ses édifices ). Orléans : Les Éditions de la Tour Gile, 1996. 693 p. ISBN 2-87802-282-3. Tome IV, p.337 BIMBENET, Eugène. Histoire de la ville d'Orléans. Orléans : Imprimerie Georges siècle. Bulletin de la Société archéologique et historique de l´Orléanais, 1987, n° hors-série. 72 p. Archives municipales d'Orléans. Répertoire des caves de l'agglomération établi par les services de la défense passive. , monumens, établissemens publics etc., avec plans et lithographies. Orléans : imprimerie de Rouzeau-Montant , 1830 (deuxième édition de l'Indicateur orléanais, augmentée d'un précis sur l'histoire de l'Orléanais p.67 GAILLARD, Louis (abbé), DEBAL, Jacques. Les lieux de culte à Orléans de l´antiquité au XXe
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Les trois maisons sont construites en maçonnerie enduite. La mise en œuvre de l'enduit diffère en revanche pour le n°7 : celui-ci imite un appareil de pierre de taille. Les trois maisons possèdent un étage défense passive, tandis que des soupiraux indiquant la présence de caves sont visibles sur les façades des ou encore l'assise du mur en pierre de taille sont continus et au même niveau sur les trois façades carré, un étage de comble et une couverture à longs pans recouverts d'ardoise. Le n°9 a fait l'objet d'une surélévation. Le n°11 possède une cave mentionnée dans l'inventaire établi par le Service de est en pan de bois à grille et possède un étage de comble à surcroît. Il existe manifestement un programme architectural commun pour les trois maisons : les bandeaux passant sous les fenêtres, la corniche
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Illustration :
    Vue des façades antérieures des trois maisons et de la façade latérale du 11 rue Saint-Euverte (donnant sur la rue du Petit-Saint-Loup). IVR24_20144500800NUC4A
  • Bourg : maison du gardien de l'abbaye puis demeure
    Bourg : maison du gardien de l'abbaye puis demeure Thiron-Gardais - Bourg - 12 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B1 10 2013 AB 36
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment aurait également servi de geôle de la prison du monastère). En traversant la chaussée, ce dernier -le-Rotrou. À la Révolution, le bâtiment est vendu comme bien national à la famille Piarron de Mondésir. Un des membres de cette famille fait quasiment reconstruire la maison en 1878, en ne conservant date de la même époque. Cette maison semble remonter, concernant le soubassement (partie la plus ancienne), à la seconde moitié du 18e siècle. Dépendance de l'abbaye, elle abritait l'habitation du garde en chef du domaine (ce pouvait se rendre à sa guérite d'où il pouvait surveiller les routes de Saint-Denis-d'Authou et de Nogent que l'étage de soubassement et une partie du rez-de-chaussée. Placée contre le pignon nord, une serre
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en fer-à-cheval
    Description :
    chaînages d'angle, ainsi que la corniche moulurée, sont en pierre de taille calcaire, à l'exception du bâtiment : - Au centre, la maison s'élève sur quatre niveaux : étage de soubassement, rez-de-chaussée et étage carré surmonté d'un étage de comble. Construite contre la levée de l'étang, le rez-de-chaussée est dernières sont en pierre de taille de grès roussard surmontées d'un linteau délardé (concernant l'étage de soubassement) ou en pierre de taille calcaire à linteau droit. Traversant, le couloir central du rez-de chaînage du soubassement et d'une partie du rez-de-chaussée en pierre de taille de grès. Le toit à longs -chaussée sur étage de soubassement dont la fonction reste inconnue (non vu lors de l'étude). - Au nord, se réduites dans la seconde moitié du 20e siècle lors de la conversion de ce corps en habitation. Les murs Située au nord-ouest du bourg (à l'ouest de l'enclos abbatial), cette maison comprend 3 corps de accessible de plain pied à l'ouest et par un escalier extérieur double en fer-à-cheval à l'est. Ordonnancées
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [commanditaire] Piarron de Mondésir
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - 12 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B1 10 2013 AB 36
    Titre courant :
    Bourg : maison du gardien de l'abbaye puis demeure
    Illustration :
    Vue de situation - façade sur rue (carte postale, vers 1920 - collection particulière Victor Provôt
  • Ville :  maison dite
    Ville : maison dite "Maison Sornas" (32 rue Gambetta) Château-Renault - 32 rue Gambetta - en ville - Cadastre : 2014 AH 271
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Cette maison, dite la Roseraie, a été construite en 1868 pour Pierre Tuvache, marchand de charbon et de bois, maire de Château-Renault (1870). La propriété se composait alors, outre la maison de appelée Maison Sornas, du nom de Léontine Sornas, propriétaire qui lègue l’ensemble de sa propriété à la ville de Château-Renault en 1939. La propriété est ensuite morcelée notamment pour permettre la construction d'une école primaire de filles en 1954 (actuelle école Gilbert Combettes) et la création de deux nouvelles rues. Les écuries et la maison sont restaurées pour servir de logements. A la fin du 20e siècle , la maison est louée au Centre d'Action Éducative et Sociale l'Orfrasière pour accueillir des
    Référence documentaire :
    communes de France). tome 1.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    crépi (soubassement), brique et pierre de taille (chaînes d'angles, encadrements des baies, cordon . Un cordon marquant la séparation entre le rez-de-chaussée et l'étage et une corniche à denticules C'est un édifice à rez-de-chaussée surélevé, étage carré et étage de comble construit en moellon , corniche, lucarnes), couvert d'un toit brisé en ardoise. Deux baies du rez-de-chaussée, du premier étage ainsi que la grande-lucarne s'inscrivent dans un léger avant-corps en saillie des façades nord et sud ceinturent l'édifice. Deux œils-de-bœuf, une lucarne haute à fronton cintré accostée de volutes éclairent l'étage de comble côtés est et ouest. Une grande-lucarne, interrompant l'avant-toit, à deux fenêtres jumelées et fronton cintré et deux lucarnes hautes à fronton cintré éclairent l'étage de comble côtés nord
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Appellations :
    la Roseraie
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la date et signature. IVR24_20193700493NUCA Verrière de la cage d'escalier (rez-de-chaussée) : roseaux, nénuphars, cygnes et martin-pêcheur Verrière de la cage d'escalier (1er étage) : végétaux, fleurs et oiseaux. IVR24_20193700500NUCA Verrière de la cage d'escalier (2e étage) : végétaux, fleurs et oiseaux. IVR24_20193700501NUCA Détail de l'escalier. IVR24_20193700484NUCA Détail du décor d'un dessus de porte. IVR24_20193700497NUCA Détail du décor d'un dessus de porte. IVR24_20193700498NUCA Verrière du rez-de-chaussée : végétaux, fleurs et paon. IVR24_20193700486NUCA Verrière du rez-de-chaussée : vase, fleurs et végétaux. IVR24_20193700487NUCA Verrière du rez-de-chaussée : végétaux, fleurs et oiseau. IVR24_20193700488NUCA
  • Tubenie : maison
    Tubenie : maison Argenvilliers - La Tubenie - en écart - Cadastre : 1992 ZR 12
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La maison a été construite en 1873 (date portée sur le fronton de la lucarne).
    Description :
    Située au sein du hameau de La Tubenie, cette maison est placée légèrement en retrait de la route par une porte en façade principale, le cellier est placé à l'est de la maison. Les chaînages d'angle et encadrements des baies, quadrangulaires, sont en pierre de taille de calcaire. Une lucarne départementale 368. En rez-de-chaussée, elle dispose de deux pièces desservies par un couloir central. Accessible moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit à pierre vue. Le toit est à longs pans couvert en tuile plate. Un mur en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit à pierre vue surmonté d'une barrière en fer forgé ferme la propriété au sud. Celle-ci est accessible par un portail en fer forgé, encadré de deux piliers en brique.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Argenvilliers - La Tubenie - en écart - Cadastre : 1992 ZR 12
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Dates :
    1873 porte la date
  • Bourg : maison (6 rue Nationale)
    Bourg : maison (6 rue Nationale) Reugny - 6 rue Nationale - en village - Cadastre : 1819 G1 310 2009 G 1528
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Représentations :
    d'une corniche à modillons carrés, en pierre de taille sculptée. L'entablement dorique se compose d'une frise, alternant métopes ornées de patères et triglyphes, et
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    et pierre de taille (façade antérieure), couverte d'un toit à longs pans et croupes recouvert taille structurent la façade, elle aussi en pierre. Les encadrements des baies, également en pierre, sont ) d'origine. La maison construite en retrait de la rue est séparée de celle-ci par un mur surmonté d'une adossée au nord de la maison. Maison à rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et étage de comble, construite en moellon enduit d'ardoise, comprenant trois travées. Des chaînes d'angle en forme de pilastres et deux cordons en pierre de décorés de moulures. Les baies semblent avoir conservé leurs gardes-corps et leurs persiennes (étage
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail d'une fenêtre de l'étage et du décor de l'entablement. IVR24_20123700275NUC1A
  • Bourg : maison (10 rue Pierre-Fillet)
    Bourg : maison (10 rue Pierre-Fillet) Neuillé-le-Lierre - 10 rue Pierre-Fillet - en village - Cadastre : 1819 D1 238 2011 OD 390
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    construction, la même année, de la maison actuelle. L'édifice mentionné sur le plan cadastral napoléonien est détruit en 1858 pour permettre la
    Représentations :
    Les chaînes d'angle et la frise sont ornées de motifs floraux. Les fenêtres sont bordées (compas, équerre) et de la lettre M. placé une table ornée de motifs géométriques compris dans des entrelacs. L'entrée soulignée de moulures est sommée d'un fronton en accolade orné de feuilles de palmes. Le claveau central est surmonté d'une
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    l'entablement en pierre de taille sont ornés de décors sculptés. Le décor repose sur la symétrie. L'édifice est de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée surélevé, orienté perpendiculairement à la rue. L'entrée est placée au centre du mur gouttereau, et la maison est construite en moellon enduit
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Dates :
    1858 porte la date daté par source
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la chaîne d'angle. IVR24_20123700591NUC2A Détail de la date portée sur le claveau central de l'entrée. IVR24_20123700594NUC2A Détail de l'entrée. IVR24_20123700592NUC1A Détail de l'entablement. IVR24_20123700596NUC1A
  • Bourg : maison (2 rue Aristide-Briand)
    Bourg : maison (2 rue Aristide-Briand) Vernou-sur-Brenne - 2 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 1817 F 205, 206 2009 AN 129
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Maison construite à l'emplacement de constructions plus anciennes en 1858 et augmentée en 1872.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Cette maison est construite en pierre de taille, et couverte d'un toit à longs pans et croupes. La façade en pierre de taille possède des chaînes d'angles, un cordon marquant la séparation entre le rez-de
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Maison (5 boulevard Saint-Euverte)
    Maison (5 boulevard Saint-Euverte) Orléans - 5 boulevard Saint-Euverte 14 rue de la Chasse - en ville - Cadastre : 2012 BN 410, 411
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette maison a été construite en 1870 après que les fortifications de la ville, dont elle occupe l'emplacement d'un tronçon, ont été détruites. Ses anciens communs sont toujours visibles à l'angle de la rue du Champ-Saint-Euverte et de la rue de la Chasse. On retrouve en effet le même motif et la même alternance de matériaux pour l'encadrement des baies que sur la façade postérieure de la maison. Aujourd'hui , ces anciens bâtiments de communs ont été transformés en habitations et n'appartiennent plus à la même
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    taille. En outre, le décor de la façade est symétrique puisque les deux travées immédiatement situées de maçonnerie enduite. La maison comprend un étage carré et un étage de comble à lucarne. La couverture est à part et d'autre de la travée centrale ont des plates-bandes en bâtière avec clé passante. Les deux Cet édifice d'angle, dont la façade principale est située boulevard Saint-Euverte, est étiré en longs pans et croupes et le toit est en ardoise. La porte piétonne et la baie qui la surmonte au premier et surmontant une frise accueillant un décor sculpté à cartouches. Ces éléments sont en pierre de
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 5 boulevard Saint-Euverte 14 rue de la Chasse - en ville - Cadastre : 2012 BN 410, 411
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure (boulevard Saint-Euverte). IVR24_20144500795NUC4A Vue de l'arrière de la parcelle et des anciens communs (situés à l'angle des rues du Champ-Saint -Euverte et de la Chasse). IVR24_20144500794NUC4A