Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de la Creusille
    Port dit port de la Creusille Blois - quai Henri Chavigny - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le port de la Creusille semble n'avoir été constitué que d'un vaste rampes descendant de la levée. Le tableau réalisé par Gauché d'après Mandar en 1784 représente diverses activités fluviales sur le port, notamment le déchirage ou la réparation de bateaux. En 1841, les commerçants de la rive gauche souhaitent que le port soit aménagé mais rien ne se fait. L'année suivante , Alexandre Parfut, cordier au 8 rue de la Chaîne à Blois, demande l'autorisation d'établir un atelier de corderie sur le port mais la Préfecture refuse de la lui accorder car "l'endroit sert de lieu de dépôt pour chantier de la Creusille exclusivement. Les déchargements des bois à brûler, planches, cercles, carreaux , ardoises doivent également s'effectuer aux ports du Petit Pré ou de le la Creusille. La carte de l'ingénieur en chef Coumes (1848), les cartes de la Loire du milieu du XIXe siècle ne mentionnent pas de cale descendant vers la Loire. Le port est constitué d'un "port de déchargement" engazonné de forme irrégulière
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Saussaye (Louis de la), ' Blois et ses environs, guide artistique et historique ', 1867, Blois
    Description :
    Le port de la Creusille est établi sur la rive gauche, entre le déversoir de la Bouillie et un et la levée de Saint-Dyé par trois rampes.
    Titre courant :
    Port dit port de la Creusille
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 par Mandar, copié par Gauché en 1784. Détail du chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois par Mandar, copié par Gauché en 1784. Détail du chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois . Mandar, 1784. Détail sur le chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois). IVR24_19924100694X Extrait du cadastre napoléonien de 1809 : rive gauche en amont du pont de Blois (port de la Vue de Blois prise de la Croix des pêcheurs en Vienne, par Lecomte, vers 1840. (bibliothèque Abbé Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858 Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850) : détail sur le port de
  • Port dit port du canal de jonction Cher Loire
    Port dit port du canal de jonction Cher Loire Tours - quai de la Loire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le canal de jonction du Cher à la Loire (2,4 kilomètres) est creusé entre 1824 et 1828. Au moment de son ouverture à la navigation, le canal est équipé de deux écluses (une à chaque bout) et d'une gare d'eau située à son extrémité nord, tout près de la Loire. Pour passer du canal au fleuve (et inversement), les bateaux empruntaient une ouverture large de 5,20 m (c'est la largeur d'une écluse du canal ) pratiquée dans la levée sud de la Loire et surmontée d'un pont. En 1828, il n'y a pas d'aménagement particulier du côté de la Loire. Seule une ancienne petite cale abreuvoir simple orientée vers l'aval est de la rive de la Loire située en amont du canal est réservée pour l'amarrage des bateaux à du canal. Le passage entre la Loire et la gare d'eau est équipé d'encoches verticales destinées à recevoir des batardeaux, ce qui permettait d'isoler le canal de la Loire en cas de crues ou de réparations dans la gare. La gare d'eau du canal se présentait sous la forme d'un bassin de forme triangulaire
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Ouvrage non recensé par la Diren. Ouvrage situé sur deux communes : Tours et Saint-Pierre-des
    Typologies :
    port d'entrée de canal : port aménagé à la jonction du fleuve et d'un canal. Le passage de l'un à
    Localisation :
    Tours - quai de la Loire - en ville
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Tours avec localisation des ports sur un fond de plan de 1880 Extrait du plan de la levée de Montlouis avec mention des rampes, par Marie, 28 juillet 1787 . Emplacement de la future entrée du canal de jonction Cher Loire (1824-1828). (archives nationales, F 14 1202 Plan général de la ville de Tours dressé par Jacquemin Bellisle en 1818, détail sur l'emplacement où sera établie la gare du canal de jonction Cher Loire en 1824-1828. (archives départementales Projet d'un pont à établir sur la passe entre la Loire et la gare du canal de jonction, vers 1826 Projet d'un pont à établir sur la passe entre la Loire et la gare du canal de jonction, vers 1826 Extrait du cadastre napoléonien, entre 1835 et 1840, détail figurant la gare du canal de jonction Extrait du cadastre napoléonien, entre 1835 et 1840, détail figurant la gare du canal de jonction Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), années 1840
  • Port dit port au Bois
    Port dit port au Bois Amboise - quai du Général De-Gaulle - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    ) de « port de la ville d'Amboise » (1788), de « port de l'isle Convers » (1802) ou de port au Bois creuser un canal longeant le port depuis l'Amasse pour l'usage de la manufacture royale d'aciers fins établie à la Noiraye. Il ne semble pas y avoir de suite à ce projet. Un texte de 1802 précise que le port jusqu'à la manufacture de la Noiraye et qu'il a été refait à neuf du temps du duc de Choiseul, dans les années 1770 (une autre source confirme ce fait : le port aurait été agrandi après la destruction par une crue en 1755 du couvent Saint-Sauveur). A la fin du XVIIIe siècle, ce port « considérable par son étendue était le dépôt des vins et des bois de la forêt d'Amboise. Il était sûr et tous les négociants des dégâts causés par la crue de 1790 (port inabordable, affouillement, accumulation de sable). En outre, les marchands de bois déposent leurs marchandises trop près du bord de la Loire sans respecter le éloigné de la ville et de ce fait exposé à la proie des malveillants. Les eaux du fleuve ayant pris leur
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 300 toises, 87 x 22, détail de la 14ème feuille, milieu
    Description :
    Le port au Bois est établi sur la rive gauche, en aval de l'embouchure de l'Amasse. Il comprend une
    Typologies :
    port de pied de coteau : port aménagé côté val sur la pente du pied de coteau
    Illustration :
    Copie du plan d'une partie de la Loire avec projet d'un canal pour l'usage de la manufacture royale Plan de la ville de Blois, non daté (vers 1787). Mention du canal projeté près du port sur la rive Plan mentionnant l'emplacement de la manufacture royale d'aciers fins à Amboise, non daté (vers Plan relatif à une demande de la Compagnie des nouveaux aciers fins et fondus d'Amboise, plan approuvé le 5 mai 1788 par M. de la Millière. Mention du port de la ville d'Amboise. (archives nationales Plan relatif à une demande de la Compagnie des nouveaux aciers fins et fondus d'Amboise, plan approuvé le 5 mai 1788 par M. de la Millière. Mention du port de la ville d'Amboise. (archives nationales Copie du plan géométrique de la ville et banlieu d'Amboise, par le géomètre en chef, 7 octobre 1807 Plan du port de la ville d'Amboise avec indication des superficies, non daté (vers 1816). Rive Plan de la Loire à Amboise, non daté (probablement 1851). Détail sur la section située en aval du
  • Port dit port de Bréhémont
    Port dit port de Bréhémont Bréhémont - avenue du 11-Novembre - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    l'emplacement de l'extrémité amont du port actuel. On ne connaît pas la date de construction de cette structure d'amélioration de ce port. La commune ne pouvant pas participer financièrement aux travaux, il est demandé à l'Etat de prendre en charge la totalité de la dépense (peu coûteux). On ne sait pas si ces travaux sont réalisés. Il semble que l'ancien port de Bréhémont ait été complètement détruit lors de la crue exceptionnelle de 1856. Suite à la loi du 28 mai 1858 pour la défense des principaux centres de population de la vallée de la Loire, les ingénieurs proposent un projet de défense du bourg contre les inondations incluant la réalisation d'un nouveau port s'étendant sur plusieurs centaines de mètres vis à vis du village deux cales abreuvoirs simples situées plus en aval (ancienne cale de la Brèche et cale de la Hutellerie ). La cale en tablier est complétée quelques années plus tard (après 1867) par une cale abreuvoir double à tablier bas. Après la crue de 1866, des travaux de défense du bourg sont à nouveau nécessaires
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    tablier bas et deux cales abreuvoirs simples (la Brèche et la Hutellerie).
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan de la Loire à Bréhémont avec mention des cales de la Plaisse, de la Brèche et de la Hutellerie Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial Loire), non daté (milieu
  • Port dit port Saint-Jean
    Port dit port Saint-Jean Blois - Promenade Pierre Mendes-France - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    semble que la demande n'aboutisse pas dans l'immédiat mais à partir de 1770 la grève est enfin 1790, les commissionnaires et mariniers de la ville de Blois demandent à ce que les trois boucles d'amarrage du glacis du bourg Saint-Jean emportées par la débâcle soient remplacées, qu'il en soit ajoutées -Jean pour garantir le faubourg et la ville basse des inondations. L'ingénieur en chef reprend cette besoins du commerce et la ville a l'intention de réduire sa longueur en prolongeant le terre plein du Mail dans les travaux de défense contre les inondations à Blois. L'ingénieur expose que la ville est partout terrasse (tablier) surplombant la partie basse appelée "bas-port". En outre, on établirait une double rampe 1849, lorsque les ingénieurs du Service Spécial de la Loire présentent un projet de défense contre les inondations au conseil municipal, ils exposent le danger que les crues de la Loire pénètrent dans la ville par atteint par la Loire en 1846 tandis que les autres quais dominent ce niveau d'environ 50 cm. Les
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port Saint-Jean est situé sur la rive droite en amont du Mail. Il se compose d'une cale à toute sa longueur (du même type que celui de la culée du pont Jacques Gabriel).
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Vue de la ville de Blois et de la Loire, en amont du pont, rive droite, non datée (entre 1730 et Plan dit de Boyer, non daté, entre 1730 et 1770. Détail sur la rive droite en amont du pont Plan de Blois au XVIIIe (avant 1770 : le port Saint-Jean n'est pas aménagé). Détail du plan de la Plan de la Loire dans la traversée du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812, ingénieur Cabaille . Détail sur la ville de Blois. (archives nationales, F 14 608/1). IVR24_20104100699NUCA Extrait du plan de la ville de Blois, 9 juillet 1828 par l'ingénieur en chef. Détail. (archives Vue de Blois au XIXe siècle (vers 1830), par E. Burges. Vue prise depuis le port de la Creusille Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 1832. (archives municipales de Blois, 1 O Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 16 septembre 1832, ingénieur en chef
  • Port dit port de Recouvrance
    Port dit port de Recouvrance Orléans - quai Barentin quai Cypierre - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , intendant des Turcies et Levées de la Généralité. En 1730, un arrêt du Conseil d'Etat ordonne à la municipalité le nivellement et le pavage du quai du port depuis la porte Saint-Laurent jusqu'au Châtelet. Ce de leur port, délaissé jusque . Des projets témoignant de ces nouvelles préoccupations voient le jour. Ainsi, Desroches, ingénieur du roi, dresse en 1738 un plan depuis la porte de Recouvrance jusqu'à la tour Saint-Laurent avec projet d'établir à ce dernier emplacement un grand abreuvoir et un port au Vin. En 1748, l'intendant Charles Barentin projette la réalisation d'un nouveau quai de 190 toises de long (environ 370 mètres) en aval de la porte de Recouvrance. Ces travaux nécessitent la démolition de la tour Rose et de celle de Recouvrance. Contrairement au projet de Desroches, celui de Barentin aboutit. Au milieu du XVIIIe siècle, la construction d'un nouveau pont, en remplacement de celui des fait construire, à partir de 1768, un quai qui a conservé son nom entre le pont Royal et la porte
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Recouvrance est situé sur la rive droite en aval du pont Royal. Il mesure 700 mètres de
    Illustration :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) - Les principaux aménagements Plan de la ville avec fortifications et aménagements portuaires, XVIIIe siècle (1630-1636 Plan de la Loire, non daté (XVIIIe siècle). Détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, 1773. Détail. (musée historique et archéologique de Plan d'une partie du cours de la Loire au-dessus et en dessous d'Orléans, 10 novembre 1806, par Vue du port de Recouvrance depuis la rive gauche (les Capucins), 1807, par Salmon. (collection Vue de la ville d'Orléans prise de l'Ile Arrault, 1807, lithographie d'après Salmon. (collection Plan pittoresque de la ville représentant en perspective les édifices publics, par Charles Pensée Le port de Recouvrance, aquarelle de Charles Pensée vers 1840. Présence d'une grue. (musée de la Entrée de la rue Royale et quai de Recouvrance, gravure d'après un dessin de Charles Pensée, non
  • Port dit port du Petit Pré
    Port dit port du Petit Pré Blois - levée des Tuileries - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois, d'améliorer la partie aval du port ouvrages sont finalement réalisés (ils sont encore visibles aujourd'hui). La même année, l'ingénieur en 1873) pour le service d'élévation des eaux de la Loire au milieu du port du Petit Pré.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    jusqu'à la levée des Tillières sur environ 620 mètres de long. Il est aujourd'hui équipé de deux petites
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858), détail. (archives départementales du Loiret Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Plan de la ville de Blois dressé par les soins de l'administration municipale, Bressler géomètre voyer de la ville, 1855. Détail sur le port du Petit Pré. (archives nationales, CP F 14 10216/4, pièce 2 Nouveau plan de la ville de Blois avec les agrandissements et les nouvelles voies projetées, par J . Bressler géomètre voyer de la ville, publié en 1857. Détail. (bibliothèque Abbé Grégoire, Blois, RLV 351 Plan général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois contre les inondations par Défense de la ville de Blois contre les inondations de la Loire, 27 avril 1860, ingénieur ordinaire
1