Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Vendôme : statue de Ronsard
    Vendôme : statue de Ronsard Vendôme - rue Poterie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    marque de fondeur
    Historique :
    par le conseil municipal ; Aimé-Charles Irvoy, natif de la ville, propose d'offrir son travail. La Le principe de l'exécution de la statue de Ronsard, par souscription publique, est adopté en 1867 musée de Vendôme (actuelle bibliothèque) ; le bronze est finalement livré le 11 janvier 1873. Le piédestal en pierre est sculpté sous la direction de MM. Bioret et Crinière, entrepreneurs, et la surveillance de l’architecte de la ville, Edouard Marganne. Le 28 janvier 1942, la statue est descendue de son partir du plâtre original conservé dans les réserves du château de Blois. Un moulage en plâtre de la statue seule est conservé au musée des Beaux-Arts de Blois (Inv. 2007.0.1) et une maquette en plâtre du monument complet au musée de Vendôme (Inv. 1862.5.1).
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. 2Z ; XXIII/1 à 7. Sous-préfectures, (Vendôme).
    Représentations :
    homme de lettres
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statue en bronze sur un socle en pierre de Breuil (Vienne).
    Emplacement dans l'édifice :
    devant la bibliothèque municipale
    Titre courant :
    Vendôme : statue de Ronsard
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Vue de trois quarts arrière droit. IVR24_20124100429NUC4A
  • Ensemble de 5 verrières : Scènes de la vie de Saint louis (baies 100,101,102,103,104) (cathédrale Saint-Louis)
    Ensemble de 5 verrières : Scènes de la vie de Saint louis (baies 100,101,102,103,104) (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Titre des scènes indiqués dans des cartouches ; baie 100 : L Lobin/Tours 1866 ; baie 101,1er registre en bas, à gauche : Lobin ; 2e registre en bas, à gauche :L Lobin/Tours 1867 ; baie 102, 2e registre en bas, à gauche : L Lobin/Tours 1867 ; 1er registre en bas, à gauche : L Lobin Tours.
    Historique :
    L' atelier Lobin avait déjà été sollicité dès 1862 pour les vitraux de l' abside. Les cartons de cet ensemble ont tous été tracés par Lobin fils. Les cinq verrières ont été facturées pour la somme de
    Référence documentaire :
    Blois, bibliothèque municipale. Ms 77.4, t. 26 : Extraits des anciens journaux de Blois, copiés par p. 92-93. [nombreuses erreurs] [Exposition. Tours, Château de Tours, 1994-1995]. L'atelier Lobin André Trouessart. Journal de Loir-et-Cher, ler mars 1867 : description des sujets des verrières. p. 45. LA SAUSSAYE, Louis de. Blois et ses environs, Guide artistique et historique dans le Blésois et le nord de la Touraine. Blois : 5e éd., 1873 (lère éd. 1855).
    Représentations :
    Saint Louis: mariage, Saint Louis: couronne, épine, ange, arc de triomphe, croix Saint Louis: éducation, Saint Louis: sacre, ange, glaive, écusson arme) arc de triomph Baie 100 : cène, crucifixion, Dieu le Père entouré d' anges ; baie 101 : mariage de Saint Louis avec Marguerite de Provence, dans la cathédrale de Sens, Saint Louis recevant la couronne d' épines  ; baie 102 : voeu devant Guillaume, évêque de Paris, d' aller en Terre Sainte, Saint Louis fait prisonnier ; baie 103 : éducation de Saint Louis par la reine blanche, sacre de Saint Louis à la cathédrale de Reims ; baie 104 : Saint Louis rend la justice sous le chêne de Vincennes, mort de Saint Louis.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    Centre, 37, Tours
    Titre courant :
    Ensemble de 5 verrières : Scènes de la vie de Saint louis (baies 100,101,102,103,104) (cathédrale
    Annexe :
    Sources manuscrites : Blois, archives diocésaines. 19 N 5 e : -facture établie le 8 août par Veuve Lobin et fils pour cinq verrières destinées au choeur de l'église : total = 14 775 Francs. -mandat de 14 061 Francs envoyé à Veuve Lobin et fils le 8 août 1867 pour "solde des 5 verrières confectionnées pour le choeur de la cathédrale en 1867".
    Illustration :
    Choeur, fenêtres hautes. Baie 101 : Mariage de saint Louis, saint Louis recevant la couronne Choeur, fenêtres hautes. Baie 102 : Voeu de saint Louis d'aller en terre sainte, saint Louis fait Choeur, fenêtres hautes. Baie 103 : Education de saint Louis, Sacre de saint Louis. Vue d'ensemble Choeur, fenêtres hautes. Baie 104 : Saint Louis rendant la justice, mort de saint Louis. Vue Choeur, fenêtres hautes. Baie 101 : Mariage de Saint Louis, Saint Louis recevant la couronne Choeur, fenêtres hautes. Baie 103 : Education de Saint Louis, Sacre de Saint Louis. Vue d'ensemble Choeur, fenêtres hautes. Baie 102 : Voeu de Saint Louis d'aller en Terre Sainte, Saint Louis fait Choeur, fenêtres hautes. Baie 104 : Saint Louis rendant la justice, mort de saint Louis. Vue
  • Les maisons et immeubles de Blois
    Les maisons et immeubles de Blois Blois - Cadastre : 1980 DN DO
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    . (Archives départementales de Loir-et-Cher). p. 129-132 COSPEREC, A. L'évolution de l'espace foncier au XVIe siècle. In : Blois, la forme d'une p. 218-219 COSPEREC, A. Les demeures de la seconde moitié du XVIe siècle. In : Blois, la forme p. 332-338. COSPEREC, A. Demeures et lotissements de la première moitié du XIXe siècle. In DAUDIN, P. Dans le quartier au bas de la cathédrale. Brochure dactylographiée, s. d. vers 1960 p. 154-189. LESUEUR, F. Les anciennes maisons. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à p. 180-186. LESUEUR, F. Les maisons du règne de François Ier. Congrès Archéologique de France, 88e p. 154-180. LESUEUR, F. Les maisons du règne de Louis XII. Congrès Archéologique de France, 88e
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Titre courant :
    Les maisons et immeubles de Blois
    Texte libre :
    cas, avait déjà été mise en évidence à Tours à la maison dite de "Tristan" (105). S'il nous semble chronologiques ont déjà été faits à Tours pour des constructions à décor gothique : la maison dite "de Tristan Les maisons n'offrent pas la variété de plans et de distributions, caractéristiques de l'hôtel, car Blésois découvrent, à tous les échelons de la société, un art nouveau et adoptent une mode jusque-là réservée à un milieu restreint. La forme de la parcelle, le plan, et l'élévation de la façade sur rue La forme de la maison dépend essentiellement des dimensions de la parcelle et de son implantation par rapport à la rue. Bien qu'il soit, en ce domaine, difficile de cerner des types rigoureux, un simple examen du cadastre permet d'isoler deux formes de parcelles, perpendiculaire ou parallèle à la rue ; les largeur moyenne se situe entre quatre et cinq mètres, et atteint rarement plus de sept mètres ; le développement s'effectue alors en coeur d'îlot, sur une profondeur de dix à quatorze mètres, parfois plus, dans
    Illustration :
    Maisons, rue de la Grève. IVR24_19924100760XA Maisons, rue de la Grève. IVR24_19924100756XA Maison détruite rue de la Croix Boissée IVR24_19924100754XA Maison, 15 rue des Carmélites et rue Rochefort. Plan du rez-de-chaussée. IVR24_19814101043X Maison détruite, rue Chemonton. Plan du rez-de-chaussée avant transformations. IVR24_19814101040X Maison détruite, rue Chemonton. Projet de transformation : plan du rez-de-chaussée, plan du 1er étage, élévation de la façade, coupe. IVR24_19814101039X Maison 18 rue du Commerce ; pilastre, chapiteau, corps de moulures provenant de la façade nord Maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade nord. Détruite en 1940 maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade sud. Détruite en 1940
  • Théâtre (détruit, place Louis XII)
    Théâtre (détruit, place Louis XII) Blois - place Louis XII - en ville - Cadastre : 1810 A 971
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    En 1806 ouverture d'une première salle de spectacle dans l'ancien bâtiment aux hommes et l'apothicairerie de l'hôtel-Dieu ; les travaux d'aménagement interviennent entre 1806 et 1810, les structures du bâtiment ne sont pas modifiées, particulièrement l'étage de soubassement du 13e siècle (voir dossier hôtel comme foyer des artistes et loges ; à partir de 1865 projet de reconstruction du théâtre au même emplacement ; travaux réalisés à partir de 1869, l'ancien bâtiment est conservé, seule la façade principale sur la place Louis XII est reconstruite par l'architecte Jules de La Morandière. Les aménagements intérieurs et le décor sont l'oeuvre du décorateur, Barbereau Saint-Léon. Au moment des bombardements de 1940 le théâtre est l'un des rares bâtiments de la ville basse épargné par les bombes ; lors du projet de
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Blois. Série D. 1 D 1. Projet pour l'aménagement de la place Louis XII. 23 Archives municipales de Blois. Série O. 1 O 16. Projet pour l'aménagement de la place de la Comédie Archives départementales de Loir-de-Cher. Minutes notariales : Étude 10, liasse 3042. Vente de la Archives départementales de Loir-de-Cher. Série O : 18 06 VII 24. Devis de restauration du décor Archives départementales de Loir-de-Cher. Série O : 18 06 VII 24. Vente du bâtiment à plusieurs Archives départementales de Loir-de-Cher. Série O : 18 06 VII 24. Vente du bâtiment des hommes de salle de spectacle à une société d'actionnaires. 13 décembre 1823. propriétaires pour la création d'une salle de spectacle. 21 mai 1806. (actuelle place Louis XII) avec projets de façade pour le théâtre et de fontaine (non réalisés). 18 juin
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Auteur :
    [architecte] La Morandière Jules de
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    transversale au niveau de la scène. IVR24_19884100140Z -Léon. Plan du rez-de-chaussée. Le 16 janvier 1869. . IVR24_19884100576Z Projet de façade pour le théâtre et projet de fontaine (non réalisés). IVR24_19924100194XA Projet de façade pour le théâtre et projet de fontaine (non réalisés). IVR24_19924100193X Projet de façade pour le théâtre (non réalisé). IVR24_19924100196XA Projet de façade pour le théâtre (non réalisé). IVR24_19924100195X Théâtre partiellement reconstruit en 1869. Coupe longitudinale montrant l'étage de soubassement de niveau de la scène, IVR24_19884100136Z
  • Pont Jacques Gabriel
    Pont Jacques Gabriel Blois - rue du Maréchal de Lattre de Tassigny quai Villebois Mareuil - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Redacteur De Decker Aurélie
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    1717 et s' achèvent le 4 mai 1724 ; dès 1723 on aménage les quais des deux rives. Du côté de la ville on détruit une grande portion du mur de la ville, et le pont ne se trouvant pas dans l' axe de l ' ancienne grande rue, on le fait communiquer avec la rue de la Poissonnerie qui est élargie ; en 1724 on procède au pavage de la voie et l' on construit au centre du pont la pyramide ornée d' un cartouche , oeuvre du sculpteur Guillaume Coustou. Pendant la Révolution la plaque de marbre apposée sur la pyramide et relatant les étapes de la construction disparaît. En 1793 pour retarder une marche éventuelle des vendéens on fait rompre deux arches qui ne sont rétablies qu' en 1803 ; du côté du Faubourg de Vienne la reins de la voûte sont remplis de sable au lieu d' être faits en maçonnerie, cette malfaçon se révèle lors des bombardements de 1940. Le 18 juin 1940, l'armée française fit sauter sa 10e arche pour freiner l'avancée de l'armée allemande. Une fois Blois occupée, cette dernière rétablit rapidement le
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série E : E 889. Arrêt du Conseil d'Etat approuvant l'adjudication du pont de Archives départementales de Loir-et-Cher, 10 Fi 1-18 : Blois. Photographie de René Millet. JARRIGEON, André. Les journées historiques de Juin 1940 à Blois. Tours : imprimerie Arault et Cie photog. noir et blanc. Par Doré Jean-François (photographe). (Archives Départementales de Loir-et photog. n. et b., 18,2 x 24 cm. Par Chartrin, J. (photographe). (Archives départementales de Loir photog n. et b., 6,5 x 11 cm. Auteur inconnu. (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois Bibliothèque de l'école des Pont-et-Chaussées. Catalogue des manuscrits : n° 1630. Ms. 2119. Devis d'adjudication du pont de Blois, non signé, non daté. Blois, par De La Hire, inspecteur général, Gabriel 1 er ingénieur et Desroches ingénieur ordinaire de la Nov.-Déc. 1936, n° 21. CHAVIGNY, J. L'ancien et le nouveau pont de Blois. Le flambeau du Centre.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le pont franchit la Loire à hauteur du centre ancien et reconstruit de Blois. Il est composé de soulignée, au niveau de l'arche centrale par un cartouche décoré surmonté d'une pyramide.
    Localisation :
    Blois - rue du Maréchal de Lattre de Tassigny quai Villebois Mareuil - en ville
    Texte libre :
    les délibérations municipales, se font l'écho de la consternation générale. Personne ne pouvait alors municipales nécessita l'intervention du Régent : Philippe d'Orléans sut plaider en faveur d'une ville de son fois réparé et consolidé, ne résista pas à la débâcle des eaux de la Loire, prises par le gel depuis arches situées du côté de la ville, entre la porte Saint-Fiacre et la tour (43). En même temps chapelle Saint-Fiacre et la tour fortifiée établie sur la treizième pile. En moins de deux jours, la ville perdait toute possibilité de franchir la Loire et toute communication avec le faubourg de la rive gauche . La brutalité de l'événement et l'émotion des habitants apparaissent dans les récits contemporains et imaginer que cette catastrophe marquerait une étape décisive pour l'avenir de la ville. Ville fluviale et carrefour de communication, Blois ne pouvait être longtemps privée de pont, mais l'insuffisance des finances apanage pour emporter les réticences de l'intendant. Celui-ci considérait, en effet, que la construction
    Illustration :
    La 10e arche du pont fut détruite au cours de la retraite de l'armée française, été 1940. (Archives Le pont, 1943. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 10 Fi 2 Pont détruit, vu depuis le nord-est de la ville, 1944. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives Construction de la première passerelle provisoire, été 1944. Par René Millet (Archives Construction de la première passerelle provisoire, été 1944. Par René Millet (Archives Construction de la première passerelle provisoire, été 1944. Par René Millet (Archives Bords de Loire, le bac, été 1944. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de , Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 10 Fi 17) IVR24_20104100858NUC2 Construction de la première passerelle provisoire, été 1944. Par René Millet (Archives
  • Blois : Lycée Augustin-Thierry, dit Cité scolaire Augustin-Thierry
    Blois : Lycée Augustin-Thierry, dit Cité scolaire Augustin-Thierry Blois - rive droite - 13 avenue de Châteaudun - en ville - Cadastre : 2011 AS 222, 223 2011 CT 368
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    De Decker Aurélie
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Le collège Augustin-Thierry, installé en 1808 dans les bâtiments de l'ancienne abbaye de Bourgmoyen , en bord de Loire, fut détruit dans les bombardements de juin 1940 et les incendies qui s'ensuivirent . Dans son plan de reconstruction validé en 1942, Charles Nicod proposa de déplacer le collège au nord de la ville dans le quartier de compensation de l'hôpital psychiatrique, sur une parcelle plus vaste afin de remédier à l'insuffisance des locaux d'avant-guerre. Le bâtiment de l'asile d'aliénés, appelé pendant la durée du conflit, et le collège s'installa dans une partie de l’École Primaire Supérieure de collège s'installa dès la rentrée 1945 dans la villa Lunier. Bâtiment de l'ancien prieuré Saint-Lazare, en alors été agrandie par une seconde aile. Le choix de ce nouveau site fut conforté par le changement de dimension qu'opéra le collège. Dans la perspective de l'ouverture d'une université à Blois, annoncée dès 1945 par Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme, on développa l'enseignement
    Référence documentaire :
    photog n. et b. Par Guillat (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Biaugeaud, Jean (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Biaugeaud, Jean (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Biaugeaud, Jean (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Biaugeaud, Jean (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Auteur inconnu. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf. illustration n photog n. et b. Par Guillat (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf Photographie en n. et b. par Guillat (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21) photog n. et b. Par Biaugeaud, Jean (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Biaugeaud, Jean (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf
    Description :
    plus vaste, accessible depuis le boulevard de Châteaudun et la rue Honoré-de-Balzac, compte la plus grande partie des bâtiments d'enseignement, ainsi que l'administration de l'établissement, dans un parc arboré riche d'essences variées et de spécimens anciens. La seconde parcelle située face à la première de l'autre côté de la rue Honoré-de-Balzac, est de taille plus réduite. Les grands ateliers, le gymnase, la piscine et les terrains de sport l'occupent de manière beaucoup plus dense. Un passage souterrain ménagé sous la rue de Honoré-de-Balzac permet de passer d'une partie à l'autre sans sortir de l'établissement logement ... - sont distribuées dans une vingtaine de bâtiments isolés, répartis sur les parcelles dans une logique de rassemblement fonctionnel. Les édifices devant servir à l'ensemble des élèves notamment volumes parallélépipédiques, construits en béton armé, enduit et peint en blanc ou revêtu de petits carreaux de grès cérame, et sont largement ouverts sur l'extérieur. Le bâtiment O, le seul que l'on garde
    Localisation :
    Blois - rive droite - 13 avenue de Châteaudun - en ville - Cadastre : 2011 AS 222, 223 2011 CT
    Annexe :
    dans les ateliers d'André puis de Pontremoli. Il fut diplômé et obtint le Second prix de Rome en 1932 de la ville de Paris construit dans le contexte de l'exposition internationale des arts et techniques de 1937. Lauréat en 1935 du concours des Bâtiments civils et Palais nationaux, il travailla par la suite à ce titre pour les ministères de l'éducation nationale d'une part et des postes et télécommunications d'autre part. Il construisit notamment le groupe scolaire de Blagis à Sceaux-Bagneux en construisit également des bâtiments très variés pour des maîtres d'ouvrages privés. Il garda tout au long de sa carrière une activité de construction d'immeubles à Paris : on retient par exemple dans l'ordre entreprises. La critique a particulièrement salué les sièges sociaux de Saint-Gobain à Neuilly (1962) et de la sa reconstruction. En 1937, il remporta le concours pour la construction de l'hôtel de ville de Blois la guerre n'éclate. Dès septembre 1940, il proposa à la ville de Blois un projet de "restauration des
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    I ) Installation du collège dans les anciens bâtiments de l'hôpital psychiatrique. Le collège Augustin-Thierry, installé en 1808 dans les bâtiments de l'ancienne abbaye de Bourgmoyen, en bord de Loire , fut détruit dans les bombardements de juin 1940 et les incendies qui s'ensuivirent. Dans son plan de reconstruction validé en 1942, Charles Nicod proposa de déplacer le collège au nord de la ville, dans une zone , établissement religieux et ferme départementale. L'établissement scolaire perdrait sa centralité mais serait de cette manière implanté sur un terrain plus vaste permettant de remédier à l'insuffisance des locaux . Imaginé dans un premier temps au sud du chemin vicinal n°5, actuelle rue Honoré-de-Balzac, le projet de lycée se fixa finalement sur la parcelle de l'hôpital psychiatrique et la villa Lunier. Bâtiment de s'y installa. De petits aménagements furent alors confiés à l'architecte Henri Jannin par délibération du conseil municipal du 9 octobre 1946. 1) Premiers aménagements par Henri Jannin. Dès 1947, les
    Illustration :
    Bâtiment N, façade ouest, 1964. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). IVR24_20114100362NUC2AB Bâtiment N, détail sur l'escalier d'accès extérieur, 1964. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 , 1964. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). IVR24_20114100364NUC2B années soixante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). IVR24_20114100344NUC2AB Bâtiment M, vu depuis le nord-est, vers la fin des années soixante. (Archives municipales de Blois Dortoir, internat, vers la fin des années soixante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 soixante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). IVR24_20114100347NUC2AB . (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). IVR24_20114100349NUC2AB soixante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). IVR24_20114100350NUC2AB Le bâtiment I, vue intérieure, vers la fin des années soixante. (Archives municipales de Blois, 13
  • Port dit port Saint-Jean
    Port dit port Saint-Jean Blois - Promenade Pierre Mendes-France - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    inondations au conseil municipal, ils exposent le danger que les crues de la Loire pénètrent dans la ville par 1752, les échevins demandent à Trudaine, intendant des finances, que le produit de l'octroi soit semble que la demande n'aboutisse pas dans l'immédiat mais à partir de 1770 la grève est enfin 1790, les commissionnaires et mariniers de la ville de Blois demandent à ce que les trois boucles huit autres et que les escaliers soient réparés. En 1792-1793, on projette de rehausser le quai Saint besoins du commerce et la ville a l'intention de réduire sa longueur en prolongeant le terre plein du Mail descendant vers le fleuve et dépourvu de quai. Le règlement du port de Blois de 1845 précise que l'on embarque des vins au port Saint-Jean et qu'un emplacement de 15 mètres y est réservé au bétail (abreuvoir dans les travaux de défense contre les inondations à Blois. L'ingénieur expose que la ville est partout bordée d'un quai surmonté de parapets ou garni de banquettes à l'exception du port Saint-Jean. Pour
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,005 m pm, 1832. (archives municipales de Blois, 1 O 28). (cf Encre et aquarelle sur papier, 1832. (archives municipales de Blois, 1 O 28). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, feuille 19, Ech. 1/2000e, planches de 107 x 70 cm, détail. (archives Aquarelle et plume, vers 1830. Par Burges, E. (bibliothèque municipale de Blois, RLZ 117). (cf Par Boyer. (bibliothèque municipale de Blois). (cf. illustration n° IVR24_20074100066NUCA). Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2000e, feuillle de 101 x 71, détail, vers 1850. (archives (lithographe éditeur). (archives nationales, CP F 14 10216/4, pièce 2). (cf. illustration n (ingénieur). (archives départementales du Loir-et-Cher, 1 Fi 839). (cf. illustration n° IVR24_20104100442NUCA). Document imprimé, Ech. 1/10 000e, détail, 1860. Par Jollois (ingénieur). (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, détail, 1870. Par Jollois (ingénieur). (archives départementales du
    Description :
    tablier à quai incliné et de deux cales abreuvoirs simples. Il mesure environ 300 mètres de long sur 10 mètres de large et est desservi par deux rampes et un escalier. Le mur de quai est orné d'un tore sur toute sa longueur (du même type que celui de la culée du pont Jacques Gabriel).
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 1832. (archives municipales de Blois, 1 O . (archives municipales de Blois, 1 O 28). IVR24_19904100249XA . (bibliothèque municipale de Blois). IVR24_20074100066NUCA route de Saint-Dyé à Blois signé Roger. (archives départementales du Loir-et-Cher, Plan n° 762 Extrait de l'Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780. (archives nationales, CP F 14 bis 8493, planche Extrait du cadastre napoléonien de 1809 : rive droite en amont du pont Jacques Gabriel. (archives . Détail sur la ville de Blois. (archives nationales, F 14 608/1). IVR24_20104100699NUCA Extrait du plan de la ville de Blois, 9 juillet 1828 par l'ingénieur en chef. Détail. (archives (rive gauche) vers l'amont. (bibliothèque municipale de Blois, RLZ 117). IVR24_19924100179XA Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858), détail. (archives départementales du Loiret
  • Port dit port du Petit Pré
    Port dit port du Petit Pré Blois - levée des Tuileries - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , moellons, bois de charpente, charbon de terre, bois à brûler, planches, cercles, carreaux). Le règlement du port de Blois de 1845 précise que le port du Petit Pré sert aussi au stationnement des bateaux vides et qu'un chemin de halage de 4 mètres de large doit être aménagé tout le long de ce port (cet espace doit général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois, d'améliorer la partie aval du port . Il projette notamment d'y construire trois petites cales doubles à tablier haut. Seuls deux de ces chef précise que le port mesure 625 mètres de long sur 15 mètres de large et est établi à 3,60 mètres au-dessus de l'étiage. Un profil sur le port daté de 1877 précise qu'il a bien été construit en 1860 1873) pour le service d'élévation des eaux de la Loire au milieu du port du Petit Pré.
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, feuille 19, Ech. 1/2000e, planches de 107 x 70 cm, détail. (archives Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2000e, feuille de 101 x 71 cm, détail. (archives Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/500e, détail, 1853. (archives départementales du Loir-et-Cher (ingénieur). (archives départementales du Loir-et-Cher, 1 Fi 839). (cf. illustration n° IVR24_20104100441NUCA). Encre et aquarelle sur papier, 1849. (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 109). (cf Document imprimé, Ech. 1/10 000e, détail, 1860. Par Jollois (ingénieur). (archives départementales (ingénieur). (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 157). (cf. illustration n° IVR24_20104100684NUCA). Encre et aquarelle sur papier, détail, 1870. Par Jollois (ingénieur). (archives départementales du Encre et aquarelle sur papier, section A2, détail, 1809. (archives départementales du Loir-et-Cher Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/100e, détail, 1853. (archives départementales du Loir-et-Cher
    Description :
    jusqu'à la levée des Tillières sur environ 620 mètres de long. Il est aujourd'hui équipé de deux petites
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1809 : rive droite en amont du pont Jacques Gabriel. (archives Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858), détail. (archives départementales du Loiret Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Plan de la ville de Blois dressé par les soins de l'administration municipale, Bressler géomètre voyer de la ville, 1855. Détail sur le port du Petit Pré. (archives nationales, CP F 14 10216/4, pièce 2 Plan du port de Blois par l'ingénieur Jollois, 1870, détail. (archives départementales du Loir-et La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la navigation dans le port de Blois, 8 janvier 1845, par l'ingénieur ordinaire Delaitre. Détail sur le port du ordinaire. (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 109). IVR24_20104100677NUCA
1