Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de chanoines de la congrégation de Saint-Victor de chanoines réguliers de saint Augustin
    Historique :
    manufacture de coton. En 1822, l'église est remise à la fabrique de la cathédrale Sainte-Croix ; elle est dominant la Loire, au nord-est des remparts de la cité Cenabum, dans lequel les restes de saint Euverte , quatrième évêque d'Orléans, auraient été conservés. Peu à peu, le site devient un lieu de culte organisé autour de ces reliques. Au début du 9e siècle, la première église Saint-Euverte est construite, et ensuite en corps canonial nommé religieux de Saint-Euverte dirigé par un "abbé de Saint-Euverte", puis au 12e siècle par des chanoines réguliers de Saint-Victor. Après sa destruction par un incendie qui ravage également la ville, l'église actuelle est reconstruite en 1168, sous la direction de l'abbé Étienne de Tournai (1128-1203), et devient collégiale. Située dans un faubourg, donc hors les murs, elle est volontairement détruite à plusieurs reprises pendant la guerre de Cent Ans. Elle est en partie reconstruite entre 1513 à 1527 puis, après une nouvelle destruction pendant les Guerres de Religion, est
    Référence documentaire :
    Plan de la ville/dressé par l'ingénieur Frimot. Calque, 1835. (Archives Nationales. F/14/10252/6/2). . (Bibliothèque nationale de France, cartes et plans, GE C.3728). . (Bibliothèque nationale de France, cartes et plans. GE D.5401). Archives nationales ; G/8/734. Abbaye Saint-Euverte. Transcriptions de titres concernant les Carte du cours de Loire dans l'étendue de l'élection d'Orléans jusqu'au dessus de Sully. Papier , plume et lavis. 1660-1670. (Archives Nationales. Cartes et plans, F/14/10066-3). Plan de la ville d'Orléans / Chabbert. Orléans : Alphonse Gatineau, 1867. (Bibliothèque Municipale Plan pittoresque de la ville d'Orléans en 1836/ par Charles pensée, imprimé par A. Gatineau Plan figuré d'Orléans (Guide des amateurs de monuments anciens) /par Charles Pensée en 1843 Ville d'Orléans - partie du plan d'alignement. Papier calque contrecollé sur papier, encre de chine
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Le décor très simple est conforme à l'austérité de l'ordre de saint Augustin. Ensemble de cinq cloches déposées dans la cour d'honneur, dont deux portent des dédicaces, de bas en haut : cloche a un battant, portant la dédicace : SAINT EUVERTE, PRIEZ POUR NOUS (en haut de la robe) ; BOLLEE ET SES FILS FONDEURS DE CLOCHES A ORLEANS 1868 (en bas de la robe) - cloche dépourvue de battant, portant la dédicace : LOUIS BOLLEE ET SES FILS FONDEURS A ORLEANS (en haut de la robe) ; PENSIONNAT SAINT EUVERTE A ORLEANS 1950 (en bas de la robe).
    Description :
    L'abbatiale en maçonnerie de pierre de taille, adopte un plan en croix latine qui semble être celui de sept travées et d'un transept flanqué à l'est de quatre chapelles (deux dans chaque bras). La polygonal, le porche de plan barlong. La façade occidentale est précédée d'un clocher de plan barlong à est construit en pierre d'Apremont, de même l'était le dôme qui fut démonté en 1988. La charpente du chœur de l'église, datant du dernier tiers du 16e siècle ou de la première moitié du 17e siècle , comporte une ferme (la plus orientale) de l'ancienne abside à entrait retroussé moisé, permettant de consolider la structure de l'ensemble. Le portail qui donne accès à la nef, contemporain de la tour, est fortement désaxé en raison de la saillie de la tour. Les bâtiments conventuels construits au 18e siècle autour du cloître se composent de deux corps formant un L : un petit corps en prolongement du bras sud du
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Titre courant :
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée
    Annexe :
    de la Manufacture et englobe le carrefour Bourgogne, jusqu'au faubourg Bourgogne. Des chambres pour l'installation dans les locaux d'une manufacture de coton. L'arrêté exécutoire est signé par le translation de la manufacture de basins et de toiles de coton blanches" établie dans la partie non utilisée l'établissement de la manufacture". En janvier 1807, autorisation est accordée par le comte de Rocheplatte, maire terrain occupé actuellement par l'établissement est dédié à une nécropole qui s'étend au moins de la rue l'enceinte du jardin en vue de l'établissement d'une filature de coton dans les bâtiments, puis en 1829 nord-est des remparts de la cité Cenabum, dans lequel les restes de saint Euverte, quatrième évêque d'Orléans au 4e siècle, auraient été conservés jusqu'à l'invasion normande de 866. Cet oratoire, connu sous le nom de chapelle Sainte-Marie-du-Mont (Sancta Maria in agro Tetradii), devient rapidement un important lieu de dévotion, saint Euverte étant réputé réaliser de nombreux miracles. Les fouilles menées en
    Illustration :
    Abbaye Saint-Euverte, au milieu à droite (n° 24) sur le "Plan et profil au naturel de la ville Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan de la ville d'Orléans dessiné et gravé par Charles Inselin (1673-après 1715), daté de la fin du 17e siècle. IVR24_19764500222X Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite (n° 47) sur un profil de la ville d'Orléans daté de la fin du Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan d'Orléans dessé en 1705 par Nicolas de Fer Abbaye saint-Euverte, en bas à droite sur le "Nouveau plan de la ville d'Orléans", plan en Abbaye saint-Euverte, en haut à droite sur le "Plan de la ville d'Orléans", plan en perspective cavalière dressé dans les années 1840, présentant les bâtiments principaux, d'après le "Plan pittoresque de Abbaye Saint-Euverte, au fond à gauche. Perspective générale d'Orléans et de ses environs . Lithographie par Charles Pensée, 1845-1846 (Musée historique et archéologique de l'Orléanais
  • Port dit port au Bois
    Port dit port au Bois Amboise - quai du Général De-Gaulle - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    creuser un canal longeant le port depuis l'Amasse pour l'usage de la manufacture royale d'aciers fins jusqu'à la manufacture de la Noiraye et qu'il a été refait à neuf du temps du duc de Choiseul, dans les Désigné sous le nom de « port Saint-Simon » (XVe siècle), de "port Saint-Sauveur" (XVIIIe siècle ) de « port de la ville d'Amboise » (1788), de « port de l'isle Convers » (1802) ou de port au Bois (1807, 1835, 1851), le site du port au Bois existe depuis l'époque médiévale. En 1787, on projette de établie à la Noiraye. Il ne semble pas y avoir de suite à ce projet. Un texte de 1802 précise que le port au Bois s'étend depuis le jardin de l'Hôpital d'Amboise (proche de l'embouchure de l'Amasse) et étendue était le dépôt des vins et des bois de la forêt d'Amboise. Il était sûr et tous les négociants des dégâts causés par la crue de 1790 (port inabordable, affouillement, accumulation de sable). En outre, les marchands de bois déposent leurs marchandises trop près du bord de la Loire sans respecter le
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 300 toises, 87 x 22, détail de la 14ème feuille, milieu ). (archives nationales, F 14 6615). (cf. illustration n° IVR24_20073700458NUCA). ). (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n° IVR24_20113701883NUCA). Encre et aquarelle sur papier, non daté (vers 1787). (archives nationales, F 14 1202). (cf Encre et aquarelle sur papier, détail, 1788. (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, détail, 1788. (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/1000e, planche de 103 x 64 cm, détail, non daté (milieu XIXe nationales, F 14 6615). (cf. illustration n° IVR24_20113701874NUCA). Encre sur papier, Ech. de 30 ' toises métriques ', non daté (vers 1816). (archives municipales Encre et aquarelle sur papier, détail, non daté (vers 1787). (archives nationales, F 14 1202). (cf
    Précision dénomination :
    port de pied de coteau
    Description :
    Le port au Bois est établi sur la rive gauche, en aval de l'embouchure de l'Amasse. Il comprend une
    Typologies :
    port de pied de coteau : port aménagé côté val sur la pente du pied de coteau
    Localisation :
    Amboise - quai du Général De-Gaulle - en ville
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Copie du plan d'une partie de la Loire avec projet d'un canal pour l'usage de la manufacture royale Plan mentionnant l'emplacement de la manufacture royale d'aciers fins à Amboise, non daté (vers approuvé le 5 mai 1788 par M. de la Millière. Mention du port de la ville d'Amboise. (archives nationales approuvé le 5 mai 1788 par M. de la Millière. Mention du port de la ville d'Amboise. (archives nationales d'aciers fins d'Amboise, 1786, par Bussa ingénieur géographe du roi. (archives nationales, F 14 1202 Plan de la ville de Blois, non daté (vers 1787). Mention du canal projeté près du port sur la rive nationales, F 14 1202). IVR24_20113701879NUCA 1787). Le port n'est pas mentionné sur ce document. (archives nationales, F 14 1202 Plan relatif à une demande de la Compagnie des nouveaux aciers fins et fondus d'Amboise, plan Plan relatif à une demande de la Compagnie des nouveaux aciers fins et fondus d'Amboise, plan
1