Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • École maternelle Anatole-France
    École maternelle Anatole-France Tours - Quartier sinistré nord - 6 rue des Jacobins - en ville - Cadastre : 2010 DX 290
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    reconstruction au sein d'un groupe scolaire qu'elle souhaite faire édifier sur le terrain de l'ancienne Manutention militaire. À partir de 1950, l'établissement se réinstalle provisoirement dans des baraquements sur une partie de ce terrain. Chargé de mettre en œuvre l'important programme du groupe scolaire , l'architecte Henry Lhéritier de Chézelle dresse avec ses confrères Henri Taté, André Tulasne et Robert Boyer , les premiers plans de l'ensemble en 1952. Fixant l'implantation des différents bâtiments du groupe , ces plans réservent à l'école maternelle la zone centrale du terrain. Le projet d'exécution de l'édifice est établi en décembre 1953 et janvier 1954. Le chantier de construction de groupe scolaire est lancé en novembre 1955, débutant par la réalisation de l'école maternelle. En juin 1956, sa couverture est à moitié terminée et la municipalité envisage l'ouverture des classes dès la rentrée de septembre . Les enfants n'intègrent cependant le nouvel édifice qu'en mars 1957. Le revêtement de la cour et la
    Référence documentaire :
    (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de AC Tours. Permis de construire 1955/n°621. Reconstruction du groupe scolaire Anatole-France -de-chaussée et de la toiture (AC Tours. 4 M 356). Tirage : plan, [6 janvier 1954]. Par Lhéritier de Chézelle, Henry (architecte) ; Taté, Henri
    Canton :
    Tours-Centre
    Murs :
    pierre de taille parement
    Description :
    précisant la destination de l'édifice. Deux ensembles de trois tours maçonnées, représentant de façon stylisée le blason de la ville de Tours, sont traités en bas-relief et disposés en V de part et d'autre de l'inscription "École maternelle". Au fond du porche se trouve une porte à six vantaux vitrés ornés de motifs géométriques en ferronnerie. Un premier corps de bâtiment, aligné à l'ouest sur la rue des Jacobins, regroupe en rez-de-chaussée le hall d'entrée semi-circulaire, la cuisine et la cantine au nord, le bureau de la directrice et une grande salle de jeux au sud. Cette vaste pièce se prolonge par une abside à six pans, coiffée d'une croupe polygonale, qui s'ouvre par six doubles portes sur la cour de l'école. Par chaufferie de l'édifice. Adoptant un plan rectangulaire très allongé, un second corps de bâtiment est juxtaposé à l'est du premier, accessible depuis la salle de jeux. Un long couloir carrelé est disposé au nord, régulièrement éclairé par des fenêtres donnant sur les cours de l'école primaire et du collège
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [architecte] Lhéritier de Chézelle Henry
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 6 rue des Jacobins - en ville - Cadastre : 2010 DX 290
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . Tulasne et R. Boyer arch., 18 décembre 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole . Boyer arch., [6 janvier 1954]. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte . Tulasne et R. Boyer arch., 6 janvier 1954. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole ., 13 janvier 1954. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 Vue de la façade principale du bâtiment réalisé, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Vue de l'abside en façade principale, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques et , avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques et Thierry Germain, 114 Fi 278 Plan de situation. IVR24_20113701307NUDA Plans des fondations, du rez-de-chaussée et de la toiture, H. Lhéritier de Chézelle, H. Taté, A Elévation des façades principale et latérale, H. Lhéritier de Chézelle, H. Taté, A. Tulasne et R
  • École maternelle Marie-Curie
    École maternelle Marie-Curie Tours - Quartier du Sanitas - 2 allée de Charentais - en ville - Cadastre : 2010 CN 44
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    délibération municipale. Elle comprenait Charles Piot (architecte chef de groupe), Daniel Cotté, Jean Rouchaud Sanitas, et comprenant une école primaire et une école maternelle, fut réclamée par la municipalité de Marcel Tribut dès le début des études de plan-masse par Jacques Henri-Labourdette à l'été 1954. Alors très proche de celui qui accueillera l'école primaire Blaise-Pascal. La Ville s'opposera initialement à enfants habitant le centre-ville. Un second emplacement ayant été trouvé au nord de la zone des 811 logements de la première tranche de construction du Sanitas, le groupe scolaire fut scindé en deux au début de l'année 1957. L'école maternelle Marie-Curie fut donc installée au nord du Sanitas, tandis que d'architectes chargée de la réalisation du groupe scolaire avait par ailleurs été nommée en 1956 par dénommée Architurone. L'architecte Albert Notter, qu'on pensait charger de l'école maternelle, se vit finalement confier les études d'une nouvelle crèche, rue du Hallebardier. Le vœu du conseil municipal était
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série M : 4 M 475. Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur la première tranche du SI, avant-projets de Labourdette, VRD, groupes scolaires, correspondances.
    Canton :
    Tours-Sud
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    excroissance à l'angle sud-ouest du bâtiment. Ne comportant qu'un niveau de rez-de-chaussée, cette dernière bâtiment, comportant un étage, abrite quant à lui les salles de classes. Il ouvre au nord sur une pelouse séparant l'école du bâtiment C, et au sud sur la cour de l'école, isolée de la circulation par une haie doublée d'une clôture. La structure du bâtiment est en maçonnerie, aucun procédé de préfabrication constitués de parpaings creux, reposant sur une dalle de béton armé. La façade sud est largement ouverte sur l'extérieur par des menuiseries en aluminium, permettant un ensoleillement optimal des salles de classes.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 2 allée de Charentais - en ville - Cadastre : 2010 CN 44
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan-masse préliminaire (1957). (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702261NUDA Vue de la façade nord. IVR24_20103701543NUC2A
  • École maternelle Les Remparts
    École maternelle Les Remparts Blois - rive droite - rue Trouessard - en ville - Cadastre : 1980 DO 617
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    De Decker Aurélie
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    l'ancienne prison. En 1946, le conseil municipal de Blois nomma André Aubert et son associé Pronier pour la fortifications de la ville à l'exception des deux tours situées aux extrémités de ce mur, ce qui fut fait à L'école maternelle était implantée avant la guerre à l'arrière du bâtiment de l'ancien collège jésuite, sur un terrain mitoyen de celui de l'école de filles Victor-Hugo. Tout comme cette dernière, il fut envisagé de la déplacer en vue de l'installation d'un nouvel hôtel des postes sur ce site. Dans un premier projet de plan, dès 1941, Charles Nicod avait proposé de l'implanter sur le terrain des Lices , afin qu'elle demeure à proximité immédiate de l'école primaire, elle-même destinée à être reconstruite avenue Victor-Hugo sur le site de l'usine Rousset. Après la Libération, parallèlement aux évolutions du projet d'école primaire, on décida finalement de la reconstruire dans l'îlot B, sur les terrains de maîtrise d’œuvre de l'ensemble du groupe scolaire. Dès juin 1947, ils proposèrent un avant-projet qui
    Référence documentaire :
    photog n. et b. Par Guillat, Gérard (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Guillat, Gérard (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Guillat, Gérard (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 119). (cf. illustration n de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf. illustration n / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf. illustration n plaque de verre. Par Gallerand, Jules. (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, Fonds de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 119). (cf. illustration n . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 119). (cf de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf. illustration n
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    résolument moderne, aux deux tours de l'ancien rempart entre lesquelles l'école a été bâtie. Par L'école des Remparts est implantée dans l'îlot B de la reconstruction de Blois, entre la rue des de soutènement en appareil de moellons durs de roche de Pontijou. L'ossature générale de l'école est en béton armé, ainsi que les planchers, l'escalier, et un grand nombre d'éléments de détails. Elle ailes distinctes d'une part les espaces partagés, de repos tels que la cantine, une salle de gymnastique , un solarium et d'autre part le couloir qui fait office de vestiaire et distribue les quatre salles de classes disposées en enfilade. Entre ces deux ailes, la cour est accessible depuis chacune des salles de classe, depuis la salle de gymnastique ainsi que par une rampe d'accès sur la rue des Cordeliers . L'école maternelle est principalement construite en rez-de chaussée, le bâtiment d'entrée seul comprenant un étage carré où se situait le logement de fonction depuis réaffecté à des usages communs comme une
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Annexe :
    dans les ateliers d'André puis de Pontremoli. Il fut diplômé et obtint le Second prix de Rome en 1932 de la ville de Paris construit dans le contexte de l'exposition internationale des arts et techniques de 1937. Lauréat en 1935 du concours des Bâtiments civils et Palais nationaux, il travailla par la suite à ce titre pour les ministères de l'éducation nationale d'une part et des postes et télécommunications d'autre part. Il construisit notamment le groupe scolaire de Blagis à Sceaux-Bagneux en construisit également des bâtiments très variés pour des maîtres d'ouvrages privés. Il garda tout au long de sa carrière une activité de construction d'immeubles à Paris : on retient par exemple dans l'ordre entreprises. La critique a particulièrement salué les sièges sociaux de Saint-Gobain à Neuilly (1962) et de la sa reconstruction. En 1937, il remporta le concours pour la construction de l'hôtel de ville de Blois la guerre n'éclate. Dès septembre 1940, il proposa à la ville de Blois un projet de "restauration des
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Façade nord depuis le porche d'entrée, 1964. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 Couloir distribuant les salles de classe, 1964. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 Salle polyvalente et solarium, 1964. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives d'architecture du XXe siècle, 072 IFA . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives d'architecture du XXe siècle, 072 IFA . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives d'architecture du XXe siècle, 072 IFA : 322 , 1947. (Fonds A. Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives d'architecture du XXe /Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe s., 072 IFA : 322 . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives d'architecture du XXe siècle, 072 IFA : 322 . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives d'architecture du XXe siècle, 072 IFA
1