Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 24 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : sculpture,
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : sculpture, "Minotauromachie" Nogent-le-Rotrou - 33 rue Bretonnerie - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature sur l’œuvre : LELEU. Inscription sur le cartel : COMBAT DE THESEE ET DU MINOTAURE / ŒUVRE
    Historique :
    1975, la Commission accepte le nouveau projet intitulé "Minotauromachie". L'agrément a été retardé par le décès de l'architecte Georges Levert auquel succédait Roger Dhuit. Un crédit de 96 832 francs est attribué à l'artiste pour son œuvre dont il confie la réalisation technique à Monsieur Burette. Le procès verbal de réception définitive de l’œuvre est dressé le 28 septembre 1977, signalant son installation le 1er août de la même année. Cependant, le cartel fixé sur la base de la sculpture mentionne "érigé en
    Observation :
    L'artiste a réalisé une autre sculpture semblable et ayant le même titre "Minotauromachie", elle
    Référence documentaire :
    AN 19880466 art. 107. Projet Leleu pour le lycée polyvalent de Nogent-le-Rotrou, Commission AD28 1101 W 80. Lycée Belleau, Nogent-le-Rotrou, décoration, 1970-1976.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 33 rue Bretonnerie - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : sculpture, "Minotauromachie"
  • Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : suite picturale,
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : suite picturale, "Les quatre saisons" Nogent-le-Rotrou - 33 rue Bretonnerie - en ville
    Historique :
    publics approuve le choix de l'architecte Jacques Warnery d'attribuer à Lucien Fontanarosa la réalisation d'une suite picturale traitant le sujet des quatre saisons. L'arrêté d'agrément de l'artiste est signé le 11 février 1952. Les quatre œuvres ont été déplacées lors du transfert du lycée de la rue Saint
    Référence documentaire :
    AN 19880466/22 : collège Rémi Belleau, Nogent-le-Rotrou, Commission nationale du 1% artistique WARNERY, Jacques. Le collège Rémi-Belleau de Nogent-le-Rotrou. La Construction moderne, revue
    Description :
    cohérence est intentionnellement obtenue par le format identique et le sujet des quatre saisons.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 33 rue Bretonnerie - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : suite picturale, "Les quatre saisons"
    Illustration :
    Vue de situation des peintures sur le mur sud. IVR24_20152800150NUCA Vue de situation des peintures sur le mur nord. IVR24_20152800151NUCA
  • Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    , attestent de la construction de l’aile ouest durant la première moitié du 13e siècle. Le rez-de-chaussée éclairé par de riches ouvertures, il devait être dédié à un espace de réception et/ou d’accueil. Le
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 114. Abbatiale Saint-Denis. Collège de Nogent-le-Rotrou. 1898. AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 116. Échange entre le département et la ville de Nogent-le-Rotrou Musée-Château Saint-Jean (Nogent-le-Rotrou). Coustumes des pays, comte et baillage du grand Perche Feuille A3 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Le tribunal et la maison d'arrêt. Avant 1913. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée-château Saint Plan du premier étage [...] Abbaye de Nogent-le-Rotrou. 1807. Relevé. (AN. F.21.1882 ; jaquette Tribunal d'instance de Nogent-le-Rotrou/ H. Sedillot. 1997. Plans. (Archives du Tribunal de Nogent -le-Rotrou). p. 97. DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye justice de Nogent-le-Rotrou. Rapport d'expertise. Le Chatelard : 2012, p. 8.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    le long du côté est de la rue Saint-Denis. L’aile est est construite dans le prolongement du transept un contrefort d’angle sont visibles sur son élévation est. Le bâtiment prend place sous une voûte -chaussée. Le premier étage comporte des traces de deux fenêtres géminées dont les colonnes centrales
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    membres de la communauté. Seul le scriptorium est indirectement attesté par la production de deux ouvrages entre le dernier quart du 11e siècle et la première moitié du 12e siècle. La première mention textuelle , effectuée en 1690, décrit le doyenné, il est alors composé : "[d'un] grand corps de logis prieural et cloistre et longueur régulier où sont les dortoirs, le chapitre, réfectoire, la cuisine, une basse-cour en Sieur Rouvray le 11 décembre 1797. L’ancien monastère est acheté par la municipalité de Nogent-le -Rotrou le 7 mars 1807, elle y installe une caserne, un collège et un tribunal ainsi que ses prisons. Le perpendiculairement à cette dernière. Celle-ci accueille le réfectoire au rez-de-chaussée et les logements des réservé à une salle d’étude. Le collège est desservi par deux escaliers, tous deux composés de deux volées droites. Le premier prend place entre les ailes sud et est, le second entre la dite « église » et l’aile est. Le tribunal prend place au premier étage de l’aile ouest. Les cellules sont disposées de plain
  • Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    L’édifice est connu sous le nom de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle. Il aurait pris ce des cheminées, laissent penser que l'appellation de cet hôtel a varié dans le temps. Néanmoins travaux. En effet, un bail de 1578 le mentionne déjà. Un autre bail de 1648 mentionne Louis-Julien Dupin considérablement modifiées lors de la réalisation d'un alignement en 1953. Le corps de bâtiment ouest est amputé de
    Référence documentaire :
    Fol 5 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le à Nogent-le-Rotrou. 1599. Feuille A1. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Département d'Eure-et-Loir, Nogent-le-Rotrou et ses environs / Goubert (architecte). 1906. Relevés p.238 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 27. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice est situé au nord du centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Il adopte un plan en U. Des sud-ouest. Côté ouest, la façade est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux d'élévation et de deux travées. Le second, au . En 2013, lors de la réalisation de la campagne photographique, le bâtiment est accessible par une ouverture de boutique sur le pignon nord du bâtiment ouest et depuis sa cour. Il comprend toujours trois
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. Item la directe justice et jurisdiction tant sur ladicte rue des ruysseaux tirant vers les val rottiers le tout assis es parroisses dudict margon et sainct
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    HISTORIQUE L’édifice est connu sous l’appellation de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle , remet en cause le nom actuellement porté par l’hôtel. Cette hypothèse est confirmée par un cartouche d’une campagne de travaux, elle ne peut servir à identifier l’année de construction de l’édifice. Le de Margon, mais relevant de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. En 1648, l’édifice est cité dans un bail opposant le Baron de Nogent, François de Béthune, à l’Abbaye des Clairets quant à la perception des droits l’inventaire sommaire des archives départementales d’Eure-et-Loir. Julien Dupin, le père présumé de Louis -Julien, est ainsi mentionné dans une sentence prononcée contre lui à propos d’un trou réalisé sur le postes et possède comme ses aïeux des terres à Margon. L’édifice est figuré sur le cadastre de 1811. Il est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux et de deux travées. Le second, au sud, possède trois niveaux et deux travées. Un
  • Maison Saint-Étienne (détruite, 2 rue du Paty)
    Maison Saint-Étienne (détruite, 2 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 2 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    à l’actuel numéro 2 de la rue du Paty, elle est représentée sur des cartes postales dès le début du 20e siècle. Le bâtiment faisant l’angle est alors occupé par un café. La maison est inscrite à entre la rue Bourg le Comte et la rue Dorée (actuellement gouverneur). Elle est alors dotée de avecques petittes courts au derriere et autres aysances et comoditez ». Son propriétaire n’est pas cité. Le des Monuments historiques. En 1952, la municipalité de Nogent-le-Rotrou décide de détruire la maison Saint-Étienne afin d’éviter la déviation de la route nationale passant par Nogent-le-Rotrou. L’édifice est détruit sans avoir été préalablement acquis par la mairie et sans dédommager le propriétaire. Le . Les vestiges observés permettent de dater le rez-de-chaussée de l’édifice entre la seconde moitié du l’escalier dans-oeuvre accessible depuis la façade, et situé à l’interface entre les deux bâtiments. Le mode cependant attestée qu’à partir du 17e siècle. Le mode d’assemblage des pans de bois observés au second et au
    Référence documentaire :
    fol° 29 Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p.64 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions p.15 SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    d’élévation sous grenier et disposent d’escaliers séparés. Le rez-de-chaussée du bâtiment nord est composé d’une seule pièce, un escalier en vis en bois à cage circulaire distribue l’étage et le comble. Celui-ci est à cheval entre les deux constructions. Le rez-de-chaussée du bâtiment sud est partagé en plusieurs sont figurées sur un cliché pris avant 1927. Le rez-de-chaussée se compose de quatre travées sur la rue du Paty contre deux sur la rue Bourg-le-Comte. Les travées sont circonscrites par des poteaux à sur des consoles. Le poteau cornier à l’angle des rues Bourg-le-comte et du Paty est sculpté de trois les deux autres se trouvant sur la rue Bourg-le-Comte sont surmontées d’un étage de pan de bois , constitué d’une armature en losange sous un toit à deux versants et croupes. Le reste de l’édifice comporte
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    . Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol °29 […] Item neuf deniers de cens par chacun an au jour et feste de noel sur une tenue faisant le coing du hault de ladicte rue du bourg leconte rentrant parroisse de nostre dame dudict nogent sur lesdictes deux rues doree et bourg le conte contenant quattre petites courts au derriere et autres aysances et comoditez le tout en un tenant joignant d’une part a ladicte rue du bourg le conte ayant sur icelle la quantité de vingt piedz de longueur d’autre a ladicte inférieure, le groupe important placé à l'angle de la maison représente la lapidation de Saint-Étienne qui agenouillé le manipule au bras est accablé de pierre par deux hommes debout, les autres sculptures montrent , chef du bureau des monuments historiques, le 28 Mars 1930. J'ai l'honneur de vous faire connaître que et de la rue Bourg-le-Comte à Nogent le Rotrou. […] Lettre de M.Herpe inspecteur général des Beaux -Arts, le 1er octobre 1951. La maison Saint-Étienne est édifiée à l'angle de deux rues et comprend un
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Plans de localisation, sur le cadastre ancien et cadastre actuel. IVR24_20172800717NUDA
  • Lucé, Lycée Philibert de l'Orme : bas-relief monumental,
    Lucé, Lycée Philibert de l'Orme : bas-relief monumental, "Donne et tu recevras" Lucé - 7 rue Jules-Ferry - en ville
    Historique :
    Le projet du sculpteur Ulysse Gémignani est accepté par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics le 6 décembre 1963. L'arrêté est signé le 26 décembre 1963 et la somme de 34 "Donne et tu recevras" (d'après une citation de Platon). Sa réception a eu lieu le 21 décembre 1964.
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19880466 art. 36. Projets Chabrol et Geminiani pour le collège d'enseignement
    Emplacement dans l'édifice :
    Bâtiment B2, sur le pignon.
  • Bourg : école publique primaire de filles (place de la Mairie)
    Bourg : école publique primaire de filles (place de la Mairie) Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1811 C 106 1992 C1 55
    Historique :
    Dès 1903, le conseil municipal étudie les possibilités de construire une école publique primaire de l'instituteur. Arthur-Joseph Proust, architecte à Nogent-le-Rotrou, est chargé de dresser les plans de l'édifice plans. Le projet voit le jour l'année suivante de manière quasi-conforme aux plans de l'architecte : le , réalisés en définitive à l'est). Le préau est réalisé en 1908 suivant les plans établis (non signés, auteur
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    de trois corps de bâtiments alignés. Le corps principal, à un étage carré, présente une façade à trois travées. Il abrite l'unique salle de classe et le vestiaire au rez-de-chaussée, le logement de l'institutrice à l'étage qui comprend une cuisine, une salle à manger, un cabinet et deux chambres. Le préau lui
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud. IVR24_20082800291NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20082800292NUCA
  • Bourg : mairie-école (R.D. 922)
    Bourg : mairie-école (R.D. 922) Champrond-en-Perchet - Bourg - R.D. 922 - en village - Cadastre : 1811 B 94 2002 AA 153
    Historique :
    environnantes (Brunelles, La Gaudaine, Trizay et même Nogent-le-Rotrou). En 1880, le conseil municipal, en accord avec l'inspecteur académique et le préfet, mandate M. Manceau, architecte à Nogent-le-Rotrou, pour
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    classe. Ses dimensions (51 mètres carrés : environ huit mètres par sept) sont précisées dans le cahier
    Illustration :
    l'architecte Manceau le 4 janvier 1880. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 643 bourg dressé par l'architecte Manceau le 28 juillet 1880. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20082800653NUCA
  • Bourg : mairie-école, actuellement mairie (rue Saint-Chéron)
    Bourg : mairie-école, actuellement mairie (rue Saint-Chéron) La Gaudaine - Bourg - rue Saint-Chéron - en village - Cadastre : 1987 A1 162
    Historique :
    l'école et le logement de l'instituteur. Les plans sont dressés par M. Goyer, instituteur à Thiron. En de soubassement est insuffisante et insalubre, et le logement de l'instituteur trop exigu. Une maison plans pour la construction d'un mur de clôture et d'un préau. Quarante ans plus tard, en 1931, le même mairie (rehaussement du logement de l'instituteur et construction d'un nouveau corps pour la mairie). Le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    bâtiments alignés. Il est difficile de connaître la fonction initiale de chaque corps tant le bâtiment a été remanié. Il est vraisemblable que le premier corps de bâtiment, situé à l'est et qui s'élève sur un étage carré, servait de logement de l'instituteur et de salle de mairie (devenus mairie uniquement). Le corps central et le corps de bâtiment occidental servait de salle de classe (en rez-de-chaussée). L'ancienne
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud. IVR24_20082800785NUCA
  • Mainvilliers, EREA François Truffaut : ensemble sculpté concerté
    Mainvilliers, EREA François Truffaut : ensemble sculpté concerté Mainvilliers - 42 rue du Château-d'Eau - en ville
    Historique :
    émet un avis favorable au second projet de l'artiste en sa séance du 13 mai 1970. L'arrêté est signé le
    Description :
    pâte de verre colorée (blanc, jaune, orange, violet) et de schiste pourpre formant des écrans implantés
  • Lucé, Lycée Philibert de l'Orme : panneau décoratif,
    Lucé, Lycée Philibert de l'Orme : panneau décoratif, "Les quatre éléments" Lucé - 7 rue Jules-Ferry - en ville
    Historique :
    Le projet du céramiste Guy Chabrol est accepté par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics le 6 décembre 1963. L'arrêté est signé le 26 décembre 1963 et la somme de 34 400 francs est accordée pour cette réalisation. La réception de l’œuvre a eu lieu le 21 décembre 1964.
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19880466 art. 36. Projets Chabrol et Geminiani pour le collège d'enseignement
    États conservations :
    Bon état général mais quelques dalles de verre fendues, et le béton est fissuré par endroits
  • Sours, Lycée agricole de Chartres - La Saussaye : statue
    Sours, Lycée agricole de Chartres - La Saussaye : statue Sours - Saussaye (la) - isolé
    Historique :
    Michel Saint-Olive, sculpteur à Paris, a été désigné en 1969 par le Chef de service de l'enseignement au ministère de l'Agriculture pour réaliser une œuvre décorative, originellement installée dans le est probable que cette œuvre provienne d'une commande réalisée dans le cadre du 1% artistique sans que jusqu'ici aucun document ne l'atteste. Une statue comparable du même auteur est possédée par le lycée
    Représentations :
    corps dévêtu figure accoudé couché sur le dos femme
    Description :
    regardant vers le ciel.
  • Dreux, Lycée Édouard Branly : statue,
    Dreux, Lycée Édouard Branly : statue, "La Poésie, la Science et la Technique" Dreux - 29 avenue Kennedy - en ville
    Inscriptions & marques :
    Le socle porte le titre : La Poésie, la Science et la Technique. La plinthe porte la signature A.Jann.ot. (Le i de Janniot étant effacé).
    Historique :
    en ronde-bosse, mais sans référence au thème de Vulcain. Le thème et la figure féminine de "La Poésie
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19880466 art. 51. Projet Janniot pour le lycée technique de garçons de Dreux
    Description :
    rectangulaire sur lequel s'inscrit le titre. La plinthe porte la signature de l'artiste. La statue représente une jeune femme nue se tenant debout, le pied gauche surélevé, posé sur une aile. Elle ramène de sa main droite (cassée), levée au-dessus de la tête, un voile qui s'enroule autour de son visage. Le coude
  • Maintenon : monument à Collin d'Harleville
    Maintenon : monument à Collin d'Harleville Maintenon - 7 place Aristide-Briand - en ville
    Inscriptions & marques :
    ...ARLEVILLE (sous le buste, au-dessus de la guirlande, les premiers lettres sont effacées ) - MDCCLV. / MDCCC VI. (dates du modèle encadrant le buste) - SES CONCITOYENS (dans un cartouche, sous le
    Historique :
    Le monument à Jean-François Collin d'Harleville (1755-1806, dramaturge et écrivain de l'académie française, né à Maintenon), est inauguré le 27 mai 1866. Il est élevé par souscription publique.
    Description :
    Le buste de Collin d'Harleville est logé dans un médaillon en ronde-bosse, posé sur un haut socle apposé contre le mur de façade de l'hôtel de ville.
    Illustration :
    Détail : le buste dans la coquille. IVR24_20132800262NUC4A
  • Bourg : hôpital cantonal, actuellement maison de retraite
    Bourg : hôpital cantonal, actuellement maison de retraite Thiron-Gardais - Bourg - 8 Rue des Tilleuls - en village - Cadastre : 2014 AB 143
    Historique :
    défunte, Émile Labiche, alors président du Conseil Général d'Eure-et-Loir. Le département constitue en Thiron, le terrain est vendu par M. Pioeron de Mondésir dans les années 1880 et la construction de certainement le même qui a fait construire les autres hôpitaux cantonaux au vue des similarités de plan entre
    Description :
    Situé à l'est du bourg, face à la mairie, l'hôpital cantonal comprend trois bâtiments dont le plus ancien à l'ouest. Ce dernier se développe sur sept corps de bâtiments (dont deux plus modernes). Le plan surmonté d'un étage carré et d'un comble, le bâtiment originel présente un corps central et des corps ). Par la suite, il a été rehaussé d'un demi-niveau, le balcon du corps central a été supprimé (au profit
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (carte postale, 1er quart 20e siècle). IVR24_20142800302NUC1A Vue générale depuis le nord (état en 2014). IVR24_20142800303NUC2A Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800305NUC2A
  • Dreux, Lycée Rotrou : mur-écran
    Dreux, Lycée Rotrou : mur-écran "Les Écritures" (disparu) Dreux - rue des Marchebeaux - en ville
    Historique :
    Le projet d'Olivier Descamps a été agréée par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics le 23 mai 1966 pour la somme de 85 000 francs. L'arrêté ministériel est signé le 22 juin scolaire (autrement dit le "grand parvis qui distribue par des galeries les différents bâtiments de la cité gravées de Jacqueline Badord. La réception définitive de l’œuvre a été réalisée le 15 novembre 1967. Le
    Annexe :
    Hébreu le mot : Yavé En Grec ancien : Sophia En Latin : Spor lex Un asiatique agenouillé peint des travail. Autour de lui le nom de différentes sciences abstraites modernes : psychanalyse, cybernétique
    Illustration :
    Le mur-écran "Les Écritures" d'Olivier Descamps (disparu). (photocopie de tirage photographique
  • Bourg : lavoir
    Bourg : lavoir Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 103
    Historique :
    En 1900, la municipalité charge Arthur Joseph Proust, architecte à Nogent-le-Rotrou, de dresser les en haut du pignon est) par Louis Maury, entrepreneur de travaux à Nogent-le-Rotrou pour la somme de 3 055,63 francs. Au troisième quart du 20e siècle, le lavoir est remanié : suppression de la porte en façade nord, percement de la nouvelle porte sur le pignon est et fermeture de la partie ouverte sur la
    Description :
    Le lavoir communal se situe au bord de la rivière de la Thironne, le long de l'Avenue de la Gare et les ouvertures sont cimentées. Le toit est à longs pans couvert en tuile plate ancienne.
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (état en 2014). IVR24_20142800398NUC2A
  • Chartres, Lycée Jehan de Beauce : sculpture
    Chartres, Lycée Jehan de Beauce : sculpture Chartres - 20 rue du Commandant-Chesne - en ville
    Historique :
    Sous la direction des architectes Burc, Favre et Perillat, le sculpteur Ulysse Gémignani, Grand Prix de Rome, a été agréé le 7 juin 1972 par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics pour exécuter un projet de sculpture pour la somme de 71 800 francs. Après le décès de
    Description :
    composée de 13 tubes élancés vers le ciel ainsi que de pièces courbes dont certaines forment des arcs de
  • Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte
    Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 112
    Historique :
    les plans et devis d'une nouvelle école de filles. Le cahier des charges précise, entre autres, la nature des matériaux employés : 3 types de brique (double, blanche et picarde), le moellon (?) pour la granite d'Alençon, la chaux de Senonches et le sable maigre de première qualité. L'édifice est construit en 1903, conformément aux plans de l'architecte. Le décompte des dépenses s'élève à plus de 35 500 fr (et comprend le dégagement des abords de l'école de garçons). Dans les années 1950, le corps de
    Description :
    cour de récréation close de murs. - Au centre, le corps principal de plan carré, réservé à l'habitation d'ouvertures régulières et symétriques (portes et fenêtres) éclairent les pièces. - Le corps est, en rez-de façade. - Le corps ouest, en rez-de-chaussée surélevé également, abritait à l'origine le préau (converti
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800270NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800271NUC2A Vue rapprochée depuis le sud-ouest. IVR24_20142800485NUC4A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800273NUC2A
  • Chartres, Lycée Marceau : sculpture
    Chartres, Lycée Marceau : sculpture Chartres - 2 rue Pierre-Mendes-France - en ville
    Historique :
    Cette sculpture, datée du 3e quart du 20e siècle, a été réalisée dans le cadre d'une opération
    Description :
    L’œuvre est une sculpture métallique formant le symbole mathématique Pi entouré d'un néon. La