Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : le château
    Tableau : le château Château-Renault
    Titre courant :
    Tableau : le château
  • Verrière : Louise de la Vallière (baie 7)
    Verrière : Louise de la Vallière (baie 7) Reugny
    Représentations :
    famille la Baume le Blanc (avec inversion des couleurs : les ducs de la Vallière portaient coupé de Verrière dont le décor s'organise en trois registres avec de bas en haut : Louise de la Vallière représentée en carmélite (soeur Louise de la Miséricorde) et le château de la Vallière ; Marie Madeleine essuyant les pieds de Jésus au cours du repas chez Simon le pharisien ; devise et blason stylisé de la
    Description :
    Lancette composée de cinq panneaux superposés, maintenus par quatre barlotières, dont le panneau
  • Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    , attestent de la construction de l’aile ouest durant la première moitié du 13e siècle. Le rez-de-chaussée éclairé par de riches ouvertures, il devait être dédié à un espace de réception et/ou d’accueil. Le
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 114. Abbatiale Saint-Denis. Collège de Nogent-le-Rotrou. 1898. AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 116. Échange entre le département et la ville de Nogent-le-Rotrou Musée-Château Saint-Jean (Nogent-le-Rotrou). Coustumes des pays, comte et baillage du grand Perche Feuille A3 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Le tribunal et la maison d'arrêt. Avant 1913. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée-château Saint Plan du premier étage [...] Abbaye de Nogent-le-Rotrou. 1807. Relevé. (AN. F.21.1882 ; jaquette Tribunal d'instance de Nogent-le-Rotrou/ H. Sedillot. 1997. Plans. (Archives du Tribunal de Nogent -le-Rotrou). p. 97. DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye justice de Nogent-le-Rotrou. Rapport d'expertise. Le Chatelard : 2012, p. 8.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    le long du côté est de la rue Saint-Denis. L’aile est est construite dans le prolongement du transept un contrefort d’angle sont visibles sur son élévation est. Le bâtiment prend place sous une voûte -chaussée. Le premier étage comporte des traces de deux fenêtres géminées dont les colonnes centrales
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    membres de la communauté. Seul le scriptorium est indirectement attesté par la production de deux ouvrages entre le dernier quart du 11e siècle et la première moitié du 12e siècle. La première mention textuelle , effectuée en 1690, décrit le doyenné, il est alors composé : "[d'un] grand corps de logis prieural et cloistre et longueur régulier où sont les dortoirs, le chapitre, réfectoire, la cuisine, une basse-cour en Sieur Rouvray le 11 décembre 1797. L’ancien monastère est acheté par la municipalité de Nogent-le -Rotrou le 7 mars 1807, elle y installe une caserne, un collège et un tribunal ainsi que ses prisons. Le perpendiculairement à cette dernière. Celle-ci accueille le réfectoire au rez-de-chaussée et les logements des réservé à une salle d’étude. Le collège est desservi par deux escaliers, tous deux composés de deux volées droites. Le premier prend place entre les ailes sud et est, le second entre la dite « église » et l’aile est. Le tribunal prend place au premier étage de l’aile ouest. Les cellules sont disposées de plain
  • Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    L’édifice est connu sous le nom de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle. Il aurait pris ce des cheminées, laissent penser que l'appellation de cet hôtel a varié dans le temps. Néanmoins travaux. En effet, un bail de 1578 le mentionne déjà. Un autre bail de 1648 mentionne Louis-Julien Dupin considérablement modifiées lors de la réalisation d'un alignement en 1953. Le corps de bâtiment ouest est amputé de
    Référence documentaire :
    Fol 5 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le à Nogent-le-Rotrou. 1599. Feuille A1. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Département d'Eure-et-Loir, Nogent-le-Rotrou et ses environs / Goubert (architecte). 1906. Relevés p.238 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 27. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice est situé au nord du centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Il adopte un plan en U. Des sud-ouest. Côté ouest, la façade est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux d'élévation et de deux travées. Le second, au . En 2013, lors de la réalisation de la campagne photographique, le bâtiment est accessible par une ouverture de boutique sur le pignon nord du bâtiment ouest et depuis sa cour. Il comprend toujours trois
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. Item la directe justice et jurisdiction tant sur ladicte rue des ruysseaux tirant vers les val rottiers le tout assis es parroisses dudict margon et sainct
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    HISTORIQUE L’édifice est connu sous l’appellation de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle , remet en cause le nom actuellement porté par l’hôtel. Cette hypothèse est confirmée par un cartouche d’une campagne de travaux, elle ne peut servir à identifier l’année de construction de l’édifice. Le de Margon, mais relevant de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. En 1648, l’édifice est cité dans un bail opposant le Baron de Nogent, François de Béthune, à l’Abbaye des Clairets quant à la perception des droits l’inventaire sommaire des archives départementales d’Eure-et-Loir. Julien Dupin, le père présumé de Louis -Julien, est ainsi mentionné dans une sentence prononcée contre lui à propos d’un trou réalisé sur le postes et possède comme ses aïeux des terres à Margon. L’édifice est figuré sur le cadastre de 1811. Il est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux et de deux travées. Le second, au sud, possède trois niveaux et deux travées. Un
  • Maison Saint-Étienne (détruite, 2 rue du Paty)
    Maison Saint-Étienne (détruite, 2 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 2 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    à l’actuel numéro 2 de la rue du Paty, elle est représentée sur des cartes postales dès le début du 20e siècle. Le bâtiment faisant l’angle est alors occupé par un café. La maison est inscrite à entre la rue Bourg le Comte et la rue Dorée (actuellement gouverneur). Elle est alors dotée de avecques petittes courts au derriere et autres aysances et comoditez ». Son propriétaire n’est pas cité. Le des Monuments historiques. En 1952, la municipalité de Nogent-le-Rotrou décide de détruire la maison Saint-Étienne afin d’éviter la déviation de la route nationale passant par Nogent-le-Rotrou. L’édifice est détruit sans avoir été préalablement acquis par la mairie et sans dédommager le propriétaire. Le . Les vestiges observés permettent de dater le rez-de-chaussée de l’édifice entre la seconde moitié du l’escalier dans-oeuvre accessible depuis la façade, et situé à l’interface entre les deux bâtiments. Le mode cependant attestée qu’à partir du 17e siècle. Le mode d’assemblage des pans de bois observés au second et au
    Référence documentaire :
    fol° 29 Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p.64 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions p.15 SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    d’élévation sous grenier et disposent d’escaliers séparés. Le rez-de-chaussée du bâtiment nord est composé d’une seule pièce, un escalier en vis en bois à cage circulaire distribue l’étage et le comble. Celui-ci est à cheval entre les deux constructions. Le rez-de-chaussée du bâtiment sud est partagé en plusieurs sont figurées sur un cliché pris avant 1927. Le rez-de-chaussée se compose de quatre travées sur la rue du Paty contre deux sur la rue Bourg-le-Comte. Les travées sont circonscrites par des poteaux à sur des consoles. Le poteau cornier à l’angle des rues Bourg-le-comte et du Paty est sculpté de trois les deux autres se trouvant sur la rue Bourg-le-Comte sont surmontées d’un étage de pan de bois , constitué d’une armature en losange sous un toit à deux versants et croupes. Le reste de l’édifice comporte
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    . Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol °29 […] Item neuf deniers de cens par chacun an au jour et feste de noel sur une tenue faisant le coing du hault de ladicte rue du bourg leconte rentrant parroisse de nostre dame dudict nogent sur lesdictes deux rues doree et bourg le conte contenant quattre petites courts au derriere et autres aysances et comoditez le tout en un tenant joignant d’une part a ladicte rue du bourg le conte ayant sur icelle la quantité de vingt piedz de longueur d’autre a ladicte inférieure, le groupe important placé à l'angle de la maison représente la lapidation de Saint-Étienne qui agenouillé le manipule au bras est accablé de pierre par deux hommes debout, les autres sculptures montrent , chef du bureau des monuments historiques, le 28 Mars 1930. J'ai l'honneur de vous faire connaître que et de la rue Bourg-le-Comte à Nogent le Rotrou. […] Lettre de M.Herpe inspecteur général des Beaux -Arts, le 1er octobre 1951. La maison Saint-Étienne est édifiée à l'angle de deux rues et comprend un
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Plans de localisation, sur le cadastre ancien et cadastre actuel. IVR24_20172800717NUDA
  • Grand Préau : manoir
    Grand Préau : manoir Cigogné - Le Grand Préau - en écart - Cadastre : 1823 D2 842 1970 D2 445
    Historique :
    La demeure date du 17e siècle et constitue le logis de maître d'un domaine agricole. Un des provenir de la disposition initiale. Avant d'être restaurée vers 1977, le bâtiment avait été transformé en 1977 pour faire pendant à l'autre qui avait déjà été rajoutée par le propriétaire précédent. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne de démarcation passait à l'ouest du Grand Préau, qui abritait le poste
    Description :
    couronne tout le bâtiment. Le toit à longs pans et croupes est couvert en ardoise.
    Localisation :
    Cigogné - Le Grand Préau - en écart - Cadastre : 1823 D2 842 1970 D2 445
  • Ville :  lotissement Beauregard (rue Bretonneau, boulevard Louis-Delamotte, rue Pierre-Colin)
    Ville : lotissement Beauregard (rue Bretonneau, boulevard Louis-Delamotte, rue Pierre-Colin) Château-Renault - rue Pierre-Colin rue Bretonneau boulevard Louis-Delamotte - en ville - Cadastre : 2018 AN 312 2018 AN 313 2018 AN 314 2018 AN 315 2018 AN 316 2018 AN 317 2018 AN 318 2018 AN 319 2018 AN 320 2018 AN 321 2018 AN 322 2018 AN 323 2018 AN 324 2018 AN 325 2018 AN 326 2018 AN 327 2018 AN 328 2018 AN 329 2018 AN 330 2018 AN 337 2018 AN 359 2018 AN 360 2018 AN 361 2018 AN 362 2018 AN 363 2018 AN 364 2018 AN 365 2018 AN 366 2018 AN 367 2018 AN 368 2018 AN 385 2018 AN 387
    Historique :
    logements, est établi en trois tranches entre 1954 et 1961, d'après le projet des architectes tourangeaux
    Référence documentaire :
    MIELCZAREK, Willy. Le Pichon : social et populaire. Château-Renault infos, septembre 2013.
  • Fertauderie : rendez-vous de chasse, actuellement maison
    Fertauderie : rendez-vous de chasse, actuellement maison Lureuil - La Fertauderie - isolé - Cadastre : 2015 B 517
    Illustration :
    Vue de la maison depuis le sud-ouest. IVR24_20163600104NUC2A
  • Théâtre
    Théâtre Blois - place Louis XII - en ville - Cadastre : 1810 A 971
    Historique :
    -Dieu) ; les travaux ne concernent que l' aménagement intérieur et le décor ; l' apothicairie est intérieurs et le décor sont l' oeuvre du décorateur, Barbereau Saint-Léon. Au moment des bombardements de 1940 le théâtre est l' un des rares bâtiments de la ville basse épargné par les bombes ; lors du projet de reconstruction des quartiers sinistrés il n' est pas intégré dans le nouveau plan d' urbanisme et
    Référence documentaire :
    salle de spectacle à une société d'actionnaires, le 13 décembre 1823. par Gustave Hu, le 8 novembre 1930. propriétaires pour la création d'une salle de spectacle, le 21 mai 1806. l'Hôtel-Dieu, le 26 Floréal AN XIII. Archives municipales de Blois. Série D. 1 D 1. Projet pour l'aménagement de la place Louis XII, le (actuelle place Louis XII) avec projets de façade pour le théâtre et de fontaine (non réalisés), le 18 juin
    Illustration :
    -Léon. Plan du rez-de-chaussée. Le 16 janvier 1869. . IVR24_19884100576Z Projet de façade pour le théâtre et projet de fontaine (non réalisés). IVR24_19924100194XA Projet de façade pour le théâtre et projet de fontaine (non réalisés). IVR24_19924100193X Projet de façade pour le théâtre (non réalisé). IVR24_19924100196XA Projet de façade pour le théâtre (non réalisé). IVR24_19924100195X
  • Bourg : hôpital cantonal, actuellement maison de retraite
    Bourg : hôpital cantonal, actuellement maison de retraite Thiron-Gardais - Bourg - 8 Rue des Tilleuls - en village - Cadastre : 2014 AB 143
    Historique :
    défunte, Émile Labiche, alors président du Conseil Général d'Eure-et-Loir. Le département constitue en Thiron, le terrain est vendu par M. Pioeron de Mondésir dans les années 1880 et la construction de certainement le même qui a fait construire les autres hôpitaux cantonaux au vue des similarités de plan entre
    Description :
    Situé à l'est du bourg, face à la mairie, l'hôpital cantonal comprend trois bâtiments dont le plus ancien à l'ouest. Ce dernier se développe sur sept corps de bâtiments (dont deux plus modernes). Le plan surmonté d'un étage carré et d'un comble, le bâtiment originel présente un corps central et des corps ). Par la suite, il a été rehaussé d'un demi-niveau, le balcon du corps central a été supprimé (au profit
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (carte postale, 1er quart 20e siècle). IVR24_20142800302NUC1A Vue générale depuis le nord (état en 2014). IVR24_20142800303NUC2A Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800305NUC2A
  • Bourg : lavoir
    Bourg : lavoir Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 103
    Historique :
    En 1900, la municipalité charge Arthur Joseph Proust, architecte à Nogent-le-Rotrou, de dresser les en haut du pignon est) par Louis Maury, entrepreneur de travaux à Nogent-le-Rotrou pour la somme de 3 055,63 francs. Au troisième quart du 20e siècle, le lavoir est remanié : suppression de la porte en façade nord, percement de la nouvelle porte sur le pignon est et fermeture de la partie ouverte sur la
    Description :
    Le lavoir communal se situe au bord de la rivière de la Thironne, le long de l'Avenue de la Gare et les ouvertures sont cimentées. Le toit est à longs pans couvert en tuile plate ancienne.
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (état en 2014). IVR24_20142800398NUC2A
  • Bourg : monument aux morts (rue du 8 Mai 1945)
    Bourg : monument aux morts (rue du 8 Mai 1945) Neuville-sur-Brenne - rue du 8 mai 1945 - en village
    Historique :
    Le 17 décembre 1919, le conseil municipal vote une somme de cinquante francs pour organiser une fête des poilus mais la construction d'un monument ne semble pas avoir été évoquée par le conseil municipal. Le monument aux morts est construit en 1954, en mémoire des soldats décédés lors des deux guerres
  • Verrière : Saint Gilles (baie 4)
    Verrière : Saint Gilles (baie 4) Villedômer
    Historique :
    Verrière réalisée par l'atelier Gouffault d'Orléans, bénie le 1er septembre 1957. Elle a remplacé
    Description :
    panneaux superposés, maintenus par trois barlotières, dont le panneau supérieur est en plein cintre.
  • Prieuré de génovéfains Saint-Lazare, villa, puis asile d'aliénés dit hospice Lunier, actuellement lycée Augustin Thierry
    Prieuré de génovéfains Saint-Lazare, villa, puis asile d'aliénés dit hospice Lunier, actuellement lycée Augustin Thierry Blois - 13 avenue de Châteaudun - en ville - Cadastre : 2003 AS 223
    Historique :
    construisirent un bâtiment mais conservèrent la chapelle du 13e siècle. En 1791 le prieuré fut vendu comme bien national, la chapelle fut démolie entre 1793 et 1807. Le domaine eut pour premier acquéreur Chambon de rares. En 1861, le département, devenu propriétaire du domaine, y installa un asile d' aliénés sous la aile de faible largeur à gauche. A la fin du 19e siècle, on édifia dans le parc des constructions . C' est à ce moment que le parc fut transformé avec la création de larges avenues, d' allées et de devint le lycée Augustin Thierry. Dans les années 1960, les bâtiments annexes furent détruits, ainsi que plusieurs pavillons, le corps central fut remplacé par une construction en béton.
    Référence documentaire :
    d'acquisition de la ville Saint-Lazare par le département de Loir-et-Cher ; acte contenant la succession des propriétaires de 1793 à 1861. Le 28 novembre 1861. d'acquisition du prieuré Saint-Lazare et de la chapelle par Monsieur Chambon de Monteaux, maire de Paris. Le 12 p. 71 à 77. COSPEREC, A. L'actuel Lycée Augustin-Thierry : le prieuré et la villa Saint-Lazare CROY, J. (de). Notice sur le cartulaire de la léproserie Saint-Lazare de Blois.. Revue de Loir-et p. 121-122 METAIS, Ch.. La maladrerie Saint-Lazare. Le Loir-et-Cher historique. 1892.
    Illustration :
    Hospice Lunier. Vue d'ensemble de l'hospice psychiatrique fondé en 1865 dans le parc de la villa
  • Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte
    Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 112
    Historique :
    les plans et devis d'une nouvelle école de filles. Le cahier des charges précise, entre autres, la nature des matériaux employés : 3 types de brique (double, blanche et picarde), le moellon (?) pour la granite d'Alençon, la chaux de Senonches et le sable maigre de première qualité. L'édifice est construit en 1903, conformément aux plans de l'architecte. Le décompte des dépenses s'élève à plus de 35 500 fr (et comprend le dégagement des abords de l'école de garçons). Dans les années 1950, le corps de
    Description :
    cour de récréation close de murs. - Au centre, le corps principal de plan carré, réservé à l'habitation d'ouvertures régulières et symétriques (portes et fenêtres) éclairent les pièces. - Le corps est, en rez-de façade. - Le corps ouest, en rez-de-chaussée surélevé également, abritait à l'origine le préau (converti
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800270NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800271NUC2A Vue rapprochée depuis le sud-ouest. IVR24_20142800485NUC4A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800273NUC2A
  • Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture
    Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture Blois - place de la République - en ville - Cadastre : 1980 DP 534, 217
    Historique :
    -François de Sales, construite par les familles Ardier et Fieubet. Le décor intérieur de l' église est cloître, puis, en 1655 par le côté sud, enfin des constructions annexes furent élevées entre 1677 et 1679 . Le couvent supprimé à la Révolution reçoit des affectations successives : prisons, asile, gendarmerie le conseil général occupent l' ancien palais de l' évêché. En 1824, lors du rétablissement du diocèse , le palais est restitué à l' évêque de Blois et l' on cherche un autre lieu pour héberger les administrations préfectorale et départementale. Après le refus de la municipalité de céder le collège, le choix se décentralisation, le conseil général conserve l'ensemble des bâtiments conventuels, tandis que les services
    Référence documentaire :
    président Ardier. Le 16 janvier 1672. p.153 LESUEUR, F. Le couvent des Saintes Maries ou de la Visitation. Congrès Archéologique de
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée de l'ancien couvent des Saintes-Maries pour le projet de l'installation du Plan du rez-de-chaussée de l'ancien couvent des Saintes-Maries pour le projet de l'installation du Plan du rez-de-chaussée de l'ancien couvent des Saintes-Maries pour le projet de l'installation du
  • Ville :  ancien hôtel de ville, halle et justice de paix (édifice détruit, place Jean-Jaurès)
    Ville : ancien hôtel de ville, halle et justice de paix (édifice détruit, place Jean-Jaurès) Château-Renault - place Jean-Jaurès
    Historique :
    maison Latour pour 7 800 francs en 1861 contigües de la mairie, dans le but de faire construire un nouvel travaux réceptionnés définitivement en juin 1869. En 1873, le comte de Coubert, propriétaire du château de et que cette salle porte le nom de salle Sainte Antonia, en mémoire de son épouse décédée. La justice de paix (1878) et sont réceptionnés définitivement le 1er juillet 1879. En 1898, on prévoit du château pour y installer la mairie. M. Calmon propriétaire du château propose alors de donner le
    Illustration :
    Plans, élévations et coupe dessinés par de La Morandière, architecte, le 20 mai 1852 (projet non Plan du rez-de-chaussée dessiné par Mariau, architecte, le 12 avril 1863 (projet non réalisé Plan du premier étage dessiné par Mariau, architecte, le 12 avril 1863 (projet non réalisé Élévation de la façade antérieure dessinée par Mariau, architecte, le 12 avril 1863 (projet non Élévation de la façade latérale dessinée par Mariau, architecte, le 12 avril 1863 (projet non Élévation de la façade antérieure dessinée par Meffre, architecte, le 20 février 1866 (projet non Élévation de la façade antérieure dessinée par Meffre, architecte, le 14 juillet 1866 (projet non Élévation de la façade latérale dessinée par Meffre, architecte, le 14 juillet 1866 (projet non Plan d'ensemble et élévation de la façade antérieure dessinés par Blondel, architecte, le 8 février Élévation de la façade latérale dessinée par Blondel, architecte, le 15 janvier 1875. (Archives
  • Bourg : école (4 rue Pasteur)
    Bourg : école (4 rue Pasteur) Villedômer - 4 rue Pasteur - en village - Cadastre : 2012 D 513, 1568
    Historique :
    En 1907, la municipalité décide de transformer le presbytère en mairie, et de construire une école de garçons dans le jardin attenant. Des plans sont dressés par Lorion, architecte à Tours, et les
    Description :
    transformée en porte. Le corps de bâtiment est prolongé vers l'ouest par un second, rectangulaire, également brique et pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans et à croupes, légèrement plus bas que le premier bâtiment. Le préau est placé en retour d'équerre à l'est. L'ancienne école de filles en rez-de
  • Bourg : grange, actuellement salle des fêtes (1 place des Marronniers)
    Bourg : grange, actuellement salle des fêtes (1 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 1 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 B 44, 248
    Historique :
    Néons, fonds non classé). Le bâtiment au nord de la salle des fêtes a, quant à lui, été remanié dans les
    Illustration :
    Vue de la salle des fêtes communale, depuis le nord-est. IVR24_20153600074NUC2A
  • Séminaire dit Grand Séminaire, actuellement archives de la Caisse des Dépôts et Consignations
    Séminaire dit Grand Séminaire, actuellement archives de la Caisse des Dépôts et Consignations Blois - avenue Paul Reneaulme 2 rue René Callenge 20 rue du Prêche - en ville - Cadastre : 1980 DO 192
    Historique :
    attendre la fin des années 1820 pour que l' évêque de Blois fonde un grand séminaire. Le projet daté de