Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ambrault (Indre) : église Saint-Martin, verrière de Jean Mauret
    Ambrault (Indre) : église Saint-Martin, verrière de Jean Mauret Ambrault - Place de l'Église - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription : Jean Mauret 1972 Saint-Hilaire-en-Lignières.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    façade occidentale. Ce vitrail est exécuté en 1972 (signature portée sur l’œuvre), suite à un devis rédigé en avril de la même année.
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Localisation :
    Ambrault - Place de l'Église - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Ambrault (Indre) : église Saint-Martin, verrière de Jean Mauret
    Illustration :
    . Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20123600673NUC2A Numérotation des baies de l'église Saint-Martin d'Ambrault. En rouge, l'emplacement du vitrail Maquette dessinée en 1972 pour la baie ouest (101). Encre et gouache sur papier, 25 x 32 cm Ambrault, église Saint-Martin, baie 101 (détail). IVR24_20093602489NUCA
  • Châteauroux (Indre) : crypte de l'église Saint-André, 7 verrières de Jean Mauret
    Châteauroux (Indre) : crypte de l'église Saint-André, 7 verrières de Jean Mauret Châteauroux - Place Voltaire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    35 cm) est encore conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. L'église paroissiale Saint-André : Cette église édifiée de 1869 à 1876 sous la direction d’Alfred . Les vitraux : L'ensemble des 7 verrières de la crypte a été créé par Jean Mauret en 1972 afin de remplacer une partie des vitraux de la crypte détruits par les bombardements de la gare de Châteauroux en -relief en pierre figurant un Agneau crucifère pour orner l'autel de la crypte. Le projet en plâtre (35 x
    Observation :
    Eglise Saint-André inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 15 avril 2009.
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Localisation :
    Châteauroux - Place Voltaire - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Châteauroux (Indre) : crypte de l'église Saint-André, 7 verrières de Jean Mauret
    Illustration :
    Maquettes proposées en 1972. Gouache sur papier, 63 x 16 cm. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières Numérotation des baies de la crypte de l'église Saint-André de Châteauroux. IVR24_20163600937NUDA
  • Tendu (Indre) : église Saint-Étienne, verrière de Jean Mauret
    Tendu (Indre) : église Saint-Étienne, verrière de Jean Mauret Tendu - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    En 1971, lors d'une visite de l’église de Tendu, Jean Mauret constate le mauvais état des vitraux
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Localisation :
    Tendu - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Tendu (Indre) : église Saint-Étienne, verrière de Jean Mauret
    Illustration :
    -Hilaire-en-Lignières. IVR24_20163600948NUCA Plan de situation des baies de l'église Saint-Étienne de Tendu. En rouge, l'emplacement du vitrail Maquette réalisée en 1971. Encre et gouache sur papier. Document conservé à l'atelier de Saint Tendu, église Saint-Étienne, baie 0 : verrière abstraite. IVR24_20093601979NUCA
  • Créations (recherches personnelles) de Jean Mauret réalisées de 1969 à 1982
    Créations (recherches personnelles) de Jean Mauret réalisées de 1969 à 1982 Saint-Hilaire-en-Lignières - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Localisation :
    Saint-Hilaire-en-Lignières - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Atelier de Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières
    Annexe :
    ), unique réalisation de commande en dalles de verre 1969 : Etoges (Marne), église Saint-Antoine 1971 : Tendu (Indre), église Saint-Etienne 1971 : Verdun (Meuse), chapelle du Grand Séminaire 1972 : Lignières : Ferrières-en-Gâtinais (Loiret), chapelle Notre-Dame de Bethléem 1977 : Nogent-l’Artaud (Aisne), église Saint : 1969 : Saint-Maur (Indre), chapelle de l’hospice de Gireugne (actuellement EHPAD Les Grands Chênes (Cher), église Notre-Dame 1972 : Ambonnay (Marne), église Saint-Réol 1972 : Ambrault (Indre), église Saint-Martin 1972 : Châteauroux (Indre), crypte de l’église Saint-André 1972 : Cluis (Indre), église Saint-Etienne et Saint-Paxent 1972 : Ecueillé (Indre), chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph 1973 : Neuvy (Allier), église Saint-Vincent (+ un panneau d’essai à l’atelier) 1973 : Poulaines (Indre ), église Saint-Saturnin 1974 : Machault (Ardennes), église Saint-Pierre et Saint-Paul 1974 : Rouvroy-Ripont (Marne), église Saint-Maurice 1975 : Sommepy-Tahure (Marne), église Saint-Martin 1975 : Nogent (Haute
    Texte libre :
    En France, durant les années 1945-1970, la plupart des créations de vitraux est confiée à de grands parviennent néanmoins à produire des œuvres remarquables, en particulier Max Ingrand (1908-1969), Jean-Jacques pour l’église des Bréseux (Doubs) en 1948-1950, Henri Matisse/atelier Paul Bony pour la chapelle du de Reims (1974)… C’est dans ce contexte que Jean Mauret ouvre son atelier en 1969. Dès le départ important de création personnelle de Jean Mauret a consisté, en 1970, à réaliser un vitrail circulaire à -Ripont (Marne) de 1974 et de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret) de 1977, annonce les nombreuses déclinaisons vides), en contradiction avec la définition du vitrail qui est un élément de clôture. Les premiers trous apparaissent dans des panneaux d'essais datés de 1970 (trous en forme de croissants de lune). Ces trous sculptures qu’il abandonne en 1974. On y décèle en particulier un rapport entre les vides et les pleins qui relève du volume, d’une œuvre en trois dimensions. En outre, il parait intéressant de rapprocher
    Illustration :
    l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20121800990NUC2A cm et 3,5 x 13 cm. Documents conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (blanc et noir), rond rouge. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20121800978NUC2A conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20131800067NUC2A conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20131800052NUC2A Deux panneaux d'essais réalisés en 1970 et conservés à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. 23 Panneau d'essai réalisé en 1970 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). 22,5 Panneau d'essai réalisé en 1970 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). 65 x Panneau d'essai réalisé vers 1970 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher). 39
  • Cluis (Indre) : église Saint-Étienne et Saint-Paxent, 2 verrières de Jean Mauret
    Cluis (Indre) : église Saint-Étienne et Saint-Paxent, 2 verrières de Jean Mauret Cluis - rue de l'Église - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    L'église paroissiale Saint-Étienne-et-Saint-Paxent : L'église Saint-Étienne-et-Saint-Paxent a été édifiée avant la fin du 12e siècle, comme en témoigne le décor sculpté du transept (bras et croisée). La verrières des baies 9 et 11 (chapelles nord) sont réalisées respectivement en 1972 et 1975 par Jean Mauret . En novembre 1971, une délibération du conseil municipal de Cluis demande l’autorisation de mettre en propose deux maquettes pour la création d'un vitrail dans cette chapelle en janvier 1972. Le mois suivant pour en discuter. Jean Mauret propose alors une nouvelle maquette qui est acceptée par M. Feray en juin Conseil municipal émet un avis favorable au sujet de la maquette proposée par l'artiste en juillet 1975 Commission d'Art Sacré de l'Indre en août suivant. Le vitrail est réalisé durant l'automne, et facturé en
    Observation :
    Eglise Saint-Etienne et Saint-Paxent inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 13
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives. Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Centre : archives. Dossier église Saint -Étienne et Saint-Paxent.
    Canton :
    Neuvy-Saint-Sépulchre
    Localisation :
    Cluis - rue de l'Église - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Cluis (Indre) : église Saint-Étienne et Saint-Paxent, 2 verrières de Jean Mauret
    Illustration :
    Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20163600945NUCA Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20163600944NUCA Maquette dessinée en 1975 pour la baie 11. Gouache sur papier, 20 x 31 cm. Atelier de Saint-Hilaire Numérotation des baies de l'église Saint-Étienne et Saint-Paxent de Cluis. En rouge, l'emplacement -en-Lignières. IVR24_20123600675NUC2A Maquettes réalisées en 1972 (baie 9). Encre et gouache sur papier. Document conservé à l'atelier de Maquette réalisée en 1972 (baie 9). Encre et gouache sur papier. Document conservé à l'atelier de Cluis, église Saint-Etienne-et-Saint-Paxent, baie 9 : verrière abstraite. IVR24_20093604244NUCA Cluis, église Saint-Etienne-et-Saint-Paxent, baie 11 : verrière abstraite. IVR24_20093604245NUCA
  • Saint-Maur (Indre) : chapelle Sainte Jeanne de France de l'EHPAD des Grands Chênes, 30 verrières de Jean Mauret
    Saint-Maur (Indre) : chapelle Sainte Jeanne de France de l'EHPAD des Grands Chênes, 30 verrières de Jean Mauret Saint-Maur - Gireugne - rue de Gireugne - isolé
    Inscriptions & marques :
    Inscription sur la baie 104 (ouest) : "1969 Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières Cher".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Le département de l'Indre décide en 1959 de construire une "Maison pour personnes âgées" à Gireugne , commune de Saint-Maur. Les architectes Pierre Bouguin et Robert Csali sont désignés pour concevoir le l'auteur de l’œuvre. Gireugne est le seul chantier de commande de Jean Mauret en dalles de verre. C'est aussi son premier gros travail en vitrail, celui qui a permis de lancer l'atelier en 1969. Les vitraux
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Description :
    , et pour plus de compréhension, nous considérerons qu'il est à l'est. La structure de l'édifice est en pierre de Chauvigny (chœur et revêtement extérieur) et en béton : des marques de coffrages de bois sont visibles sur les parois internes nord et sud. L'ensemble de vitraux en dalle de verre et ciment réalisé
    Localisation :
    Saint-Maur - Gireugne - rue de Gireugne - isolé
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Atelier de Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Saint-Maur (Indre) : chapelle Sainte Jeanne de France de l'EHPAD des Grands Chênes, 30 verrières de
    Illustration :
    vitrail. Encre et gouache sur papier. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20163601636NUCA vitrail. Encre et gouache sur papier. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20163601635NUCA Détail de la grande verrière ouest (baie 104) : date et signature (1969 Jean Mauret Saint-Hilaire -en-Lignières Cher). IVR24_20163601612NUCA Plan de situation de la chapelle de l'Ehpad des Grands Chênes à Gireugne (Saint-Maur Chapelle de l'Ehpad des Grands Chênes à Gireugne (Saint-Maur) : numérotation des baies Maquette réalisée en 1969 par Jean Mauret pour le grand vitrail de la face ouest. Partie haute du Maquette réalisée en 1969 par Jean Mauret pour le grand vitrail de la face ouest. Partie basse du Vitrail placé en haut et au centre de la face ouest (détail de la baie 105) IVR24_20163601609NUCA Petit vitrail bleu des faces nord et sud (il y en a neuf identiques). IVR24_20163601607NUCA
  • Lignières (Cher) : église Notre-Dame, verrière de Jean Mauret
    Lignières (Cher) : église Notre-Dame, verrière de Jean Mauret Lignières - rue Jeanne de France - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Un devis est proposé en décembre 1971 par Jean Mauret pour la création d'un vitrail dans le chœur de l'église de Lignières. Sa première proposition de maquette, de composition abstraite, est refusée principal des Monuments historiques Jean Feray. On observe que la verrière de Lignières est l'une des très
    Observation :
    L'église Notre-Dame de Lignières est inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 2 mars
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Description :
    Lignières est constitué de verres à dominante rouge et bleu. Une bordure blanche rythmée de gros points
    Localisation :
    Lignières - rue Jeanne de France - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Atelier de Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Lignières (Cher) : église Notre-Dame, verrière de Jean Mauret
    Illustration :
    cm. Atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20121801000NUC2A Localisation des baies de l'église de Lignières. En rouge, l'emplacement du vitrail réalisé par Maquette proposée en 1971 : Vierge à l'Enfant. Baie est (0). Encre et gouache sur papier, 15 x 39 Vitrail de la baie 0 (choeur) réalisé en 1972 et représentant une Vierge à l'Enfant. 240 x 94 cm Vitrail de la baie 0 (choeur) réalisé en 1972 et représentant une Vierge à l'Enfant. 240 x 94 cm
  • Écueillé (Indre) : chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph, verrière de Jean Mauret
    Écueillé (Indre) : chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph, verrière de Jean Mauret Écueillé - 37 avenue de la Gare - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    La maison de retraite Saint-Joseph d'Ecueillé a été fondée en 1860 par une bienfaitrice, Céline , l'établissement est agrandi et amélioré, en particulier durant les années 1960, 1990 et 2000. En 1972, Jean Mauret exécuté au printemps 1972 et facturé en juin suivant.
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Description :
    La chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph d'Ecueillé, non orientée et située au premier
    Localisation :
    Écueillé - 37 avenue de la Gare - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Atelier de Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Écueillé (Indre) : chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph, verrière de Jean Mauret
    Illustration :
    conservée à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20133601006NUC2A Emplacement de la baie de la chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph à Ecueillé. En rouge Maquette proposée en 1972 (baie 0 du choeur). Encre et gouache sur papier, 25 x 48,5 cm. Maquette
  • Poulaines (Indre) : église Saint-Saturnin, verrière de Jean Mauret
    Poulaines (Indre) : église Saint-Saturnin, verrière de Jean Mauret Poulaines - rue du Haut-Marais - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    En juin 1972, le curé de Poulaines demande à Jean Mauret de proposer un projet de tabernacle (en cuivre repoussé, finalement non réalisé) et une maquette de vitrail en remplacement d’une verrière en maquettes". Ces deux vitraux exécutés en 1973 par Jean Mauret ont probablement été posés dans les baies 1 et 2 du chœur. Lorsque le verrier Robert Tillier intervient en 1989 dans l'église, il déplace les deux
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Canton :
    Saint-Christophe-en-Bazelle
    Description :
    aujourd'hui, est le résultat d'une transformation effectuée par Robert Tillier en 1989 à partir de deux vitraux réalisés par Jean Mauret en 1973 dans le chœur. Les vitraux situés dans les jours de réseaux
    Localisation :
    Poulaines - rue du Haut-Marais - en village
    Titre courant :
    Poulaines (Indre) : église Saint-Saturnin, verrière de Jean Mauret
    Illustration :
    Plan de situation des baies de l'église Saint-Saturnin de Poulaines. En rouge, l'emplacement du Poulaines, église Saint-Saturnin, baie 6 : verrière abstraite. IVR24_20093603131NUCA
  • Ambrault : église Saint-Martin, verrières
    Ambrault : église Saint-Martin, verrières Ambrault - en village
    Historique :
    d'une composition abstraite de Jean Mauret (Saint-Hilaire-en-Lignières, Cher), installée en 1972. Église paroissiale Saint-Martin : Édifiée en 1842 par l’architecte Audubert, cette église se
    Localisation :
    Ambrault - en village
    Titre courant :
    Ambrault : église Saint-Martin, verrières
    Illustration :
    Ambrault, église Saint-Martin, vue intérieure. IVR24_20093602482NUCA Ambrault, église Saint-Martin, baie 0 : saint Martin. IVR24_20093602483NUCA Ambrault, église Saint-Martin, baie 110 : verrière abstraite. IVR24_20093602488NUCA
  • 7 verrières abstraites
    7 verrières abstraites Sougé - en village
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Hilaire : Composée d’une nef à trois travées et d’un chœur à chevet plat , cette église conserve ses voûtements en ogive du 13e siècle et de nombreux ornements sculptés de la même
    Localisation :
    Sougé - en village
  • Sougé : église Saint-Hilaire, verrières
    Sougé : église Saint-Hilaire, verrières Sougé - en village
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Hilaire : Composée d’une nef à trois travées et d’un chœur à chevet plat , cette église conserve ses voûtements en ogive du 13e siècle et de nombreux ornements sculptés de la même verrier François Chapuis en 1967, et réalisé à Orléans par les ateliers Gouffault.
    Localisation :
    Sougé - en village
    Titre courant :
    Sougé : église Saint-Hilaire, verrières
  • Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Historique :
    , aient séjourné sur place lors de son passage à Nogent en 1579. Toutefois, la mention dans l'aveu de 1648 travaux. En effet, un bail de 1578 le mentionne déjà. Un autre bail de 1648 mentionne Louis-Julien Dupin considérablement modifiées lors de la réalisation d'un alignement en 1953. Le corps de bâtiment ouest est amputé de
    Référence documentaire :
    Ruisseau, paroisse de Saint-Hilaire de Nogent. 1577-1578. p. 230 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle : typologie et évolution en France du Nord et en Belgique. Paris : Monum, Editions du Patrimoine, 2002.
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier en vis sans jour en maçonnerie
    Description :
    L'édifice est situé au nord du centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Il adopte un plan en U. Des documents d'archives nous permettent de connaître son apparence avant l'alignement qu'il subit en 1953 toit en croupe et d’une haute souche de cheminée en brique. Une échauguette est visible dans son angle . En 2013, lors de la réalisation de la campagne photographique, le bâtiment est accessible par une un escalier dans-œuvre en vis, sans jour.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Annexe :
    des ruysseaux et autres en leurs enclaves y joignant qui sont la maison de la fleur de lis et ses
    Texte libre :
    Nogent en 1579. La cuirasse de ses gardes, ornée d’un soleil d’or, aurait alors donné à l’édifice , remet en cause le nom actuellement porté par l’hôtel. Cette hypothèse est confirmée par un cartouche maison de la Fleur de Lys. Au 17e siècle, la tenue est un fief urbain situé en bordure de la seigneurie de Margon, mais relevant de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. En 1648, l’édifice est cité dans un bail fils présumé de Louis-Julien, est cité dans un procès en 1695, il exerce la fonction de maître des siècle. La façade sud est alors composée de trois niveaux d’élévation surmontés d’un toit en croupe et d’une haute souche de cheminée en brique. Une échauguette est visible dans son angle sud-ouest, tandis plan d’alignement déposé en 1934 représente le rez-de-chaussée du corps de bâtiment bordant la rue cinq moulins est dédié à une habitation dotée d’une courette. L’alignement est réalisé en 1953. Le l’escalier en vis abrité dans le bâtiment 3. Au rez-de-chaussée, l’accès de ce dernier est situé à
1