Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 81 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de la Ronce
    Port dit port de la Ronce Châteauneuf-sur-Loire - la Ronce - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Ce port semble exister dès la fin du XVIIIe siècle. Il a été très endommagé par les eaux du fleuve au cours de la première moitié du XIXe siècle de par sa situation très exposée au courant. Le projet de 1849, relatif à la réfection du chemin de halage entre la Ronce et le port de Châteauneuf, propose d'ailleurs le rétablissement presque total des deux cales de la Ronce. Ces travaux ne sont finalement réalisés qu'en 1856-1857 avec des crédits considérablement revus à la baisse. La cale aval, qui devait mesurer 30 mètres sur 3 mètres, n'est pas conservée. La cale amont est restaurée au lieu d'être
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de la Ronce est situé rive droite, vis à vis du hameau du même nom, et à 1,2 kilomètre environ en amont de la ville de Châteauneuf-sur-Loire. Il ne possède qu'une seule cale abreuvoir simple . On note la présence d'un anneau d'amarrage sur lequel on peut lire l'inscription gravée "faite par Gaillard père taillandiere à Châteauneuf en l'an II de la République".
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Localisation :
    Châteauneuf-sur-Loire - la Ronce - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de la Ronce
    Illustration :
    Plan du hameau de la Ronce, entre la gare de la Bonnée et le bourg, par le conducteur des Ponts-et taillandiere à Châteauneuf en l'an II de la république. IVR24_20094500735NUCA
  • Port dit port refuge de la Vrille
    Port dit port refuge de la Vrille Neuvy-sur-Loire - le Port - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Dans son projet de port à Neuvy rédigé le 14 mai 1784, l'ingénieur Normand rapporte que la rivière de la Vrille offre une gare sûre pour les bateaux. Il propose en outre de stabiliser son embouchure au moyen de pieux. La même année, l'ingénieur Bouchet estime également que la Vrille est une gare escellente lors des grandes inondations ou de la débâcle des glaces. En 1813, des dégradations causées par les crues sont signalées sur environ 200 mètres de la levée de la rivière de la Vrille. L'utilisation de la rivière comme gare est confirmée à cette date. On projette d'élargir le lit de la Vrille en 1000 m x 20 m "qui formerait un port sur les deux rives de la Vrille". Le revêtement de perrés des berges de l'embouchure de la rivière pourraient dater de cette période mais les archives ne précisent pas si des travaux sont alors réellement réalisés. La rivière est encore utilisée comme gare refuge en 1839 (on déplore son manque de superficie) et en 1852 (mention sur la carte de Coumes). La réalisation
    Hydrographies :
    la) ; Vrille Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800204NUCA). l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800215NUCA). Encre et aquarelle sur calque, Ech. 0,0005 m pm, 1881. Par Harel de la Noé (ingénieur). (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800216NUCA).
    Description :
    Le port refuge de la Vrille est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Vrille, en face de la Centrale électrique de Belleville-sur-Loire. Nous n'avons aucune information relative à la
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vrille
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1852) avec ajouts de 1911. Mention de la gare de Neuvy. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800204NUCA Plan du port de Neuvy et de la rivière de la Vrille, 31 mai 1881, ingénieur ordinaire Harel de la Noé. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800216NUCA Le port de Neuvy et la rivière de la Vrille, 9 août 1895, ingénieur ordinaire Sigault. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800215NUCA L'entrée de l'ancienne gare d'eau de la Vrille (embouchure de la rivière de la Vrille). A droite l'extrémité du port de Neuvy. En arrière plan, la Loire. IVR24_20125800604NUCA
  • Bourg : maison (8 place de la Fontaine)
    Bourg : maison (8 place de la Fontaine) Fontgombault - Bourg - 8 place de la Fontaine - en village - Cadastre : 1812 B 1083 1986 B 1248
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La maison figure sur le plan cadastral de 1812 et pourrait dater de la fin du 18e siècle.
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Fontgombault, terminé en 1812, sous la direction de M
    Description :
    En alignement sur la voie, la maison comprend des dépendances en rez-de-chaussée et un logement à l'étage, accessible par un escalier droit en maçonnerie. La porte est chanfreinée. La maison est
    Localisation :
    Fontgombault - Bourg - 8 place de la Fontaine - en village - Cadastre : 1812 B 1083 1986 B 1248
    Titre courant :
    Bourg : maison (8 place de la Fontaine)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison. IVR24_20103600089NUC2A
  • Cale dite cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve (port de la Poterne)
    Cale dite cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve (port de la Poterne) Orléans - quai du Châtelet - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve mention d'une cale abreuvoir simple un peu en amont de la rue de la Tour Neuve à la fin reconstruit et rattaché à la grande cale située en aval qui est alors prolongée vers l'amont. La jonction des deux cales forme une sorte de cale double à tablier bas (la rampe amont correspond à l'emplacement de la cale XVIIIe). En 1864, la cale est utilisée pour le transbordement des marchandises, elle présente de la marine et est constamment occupée. On peut penser qu'à cette date il ne reste que peu ou pas , élargissement et allongement ?) mais on ne connaît pas la date de ces modifications (années 1850-60 ?). L'ouvrage est appelé cale de la Tourneuve sur les plans de 1845, de 1904 (police de la navigation) et de
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45234-6.
    Description :
    La cale de la Tour Neuve est située rive droite, en amont du pont Royal et au niveau de la rue de la Tour Neuve (un peu en amont). La partie centrale de la cale présente une pente dirigée vers le
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve (port de la Poterne)
    Illustration :
    Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, 1773. Détail. (musée historique et archéologique de jusqu'au delà de l'embranchement avec la route, 1813, par l'ingénieur Baillet. Détail (partie de droite Quai de la Tourneuve, vue prise du duit, 1829. Lithographie de 1830 d'après un dessin de Rouilly l'état de la navigation sur la Loire et les moyens de les améliorer. (archives nationales, site de Paris Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef du Loiret Navarre, 1834. Détail. (archives Plan pittoresque de la ville représentant en perspective les édifices publics, par Charles Pensée Fort Alleaume et le quai de la Poterne, 24 février 1845. (archives départementales du Loiret, 2 S 66 Plan d'ensemble des quais d'Orléans en amont du pont Royal, rive droite, et de la ligne de défense Plan d'ensemble de l'avant projet de défense contre les inondations de la ville d'Orléans, 21 juillet 1858, par l'ingénieur Sainjon. Détail de la rive droite de part et d'autre du pont de Vierzon
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Ronce)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Ronce) Châteauneuf-sur-Loire - la Ronce - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Il semble qu'une cale existe à cet endroit dès la fin du XVIIIe siècle et qu'elle ait été très perturbée par les eaux du fleuve au cours de la première moitié du XIXe siècle de par sa situation très exposée au courant. Le projet de 1849, relatif à la réfection du chemin de halage entre la Ronce et le port de Châteauneuf, propose d'ailleurs le rétablissement presque total de la cale de la Ronce avec les des crédits considérablement revus à la baisse. Il semble, d'après les dimensions actuelles de la cale
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45082-5.
    Description :
    La cale est orientée vers l'amont et mesure 2,5 mètres de large sur 35 mètres de long.
    Localisation :
    Châteauneuf-sur-Loire - la Ronce - en écart
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Ronce)
    Illustration :
    Plan de la gare d'hivernage de la Bonnée et de la cale amont du port de la Ronce (détail du projet de reconstruire l'ancien chemin de halage détruit par la crue de 1846), 24 novembre 1849, par le Plan du hameau de la Ronce avec mention de la cale actuelle, par le conducteur des Ponts-et Muret situé en haut de la cale. IVR24_20094500247NUCA
  • Bourg : maison (2 rue de la Croix-Bergère)
    Bourg : maison (2 rue de la Croix-Bergère) Fontgombault - Bourg - 2 rue de la Croix-Bergère - en village - Cadastre : 1812 B 1229 1986 B 973
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La maison figure sur le plan cadastral de 1812. Elle pourrait dater de la fin du 18e siècle, mais
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Fontgombault, terminé en 1812, sous la direction de M
    Description :
    En alignement sur la voie, l'ensemble comprend deux corps de bâtiment jointifs, distincts par leur
    Localisation :
    Fontgombault - Bourg - 2 rue de la Croix-Bergère - en village - Cadastre : 1812 B 1229 1986 B 973
    Titre courant :
    Bourg : maison (2 rue de la Croix-Bergère)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20103600067NUC2A Vue de la maison depuis le nord. IVR24_20103600068NUC2A
  • Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'île de La Charité, et particulièrement sa partie amont, a toujours été sujette aux assauts endroit. Un plan de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) apporte quelques précisions à ce sujet en figurant des berges maçonnées (perrés) sur quasiment tout le pourtour de l'île (excepté la rive située en aval du pont côté bras gauche du fleuve). Durant la débâcle de janvier 1789, l'éperon construit en pierre de taille à la pointe de l'île et qui partage les eaux des deux bras de la Loire est fortement (3,25 m). Il est urgent de le faire réparer pour éviter que l'île ne soit emportée. La partie amont de l'île de La Charité bénéficiait de plusieurs sites d'embarquement et de débarquement de marchandises marchandises destinés à la navigation" (côté bras droit du fleuve). Il mentionne également une cale abreuvoir de ces sites correspond à ce que les documents anciens dénomment "port de la tête de l'Ours" même si l'activité paraît se concentrer du côté du bras droit du fleuve, en face de la ville. En l'an 13 (1805), un
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800507NUCA). départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). Encre sur papier, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 O 26). (cf la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en amont des ponts, le port de la tête de l'Ours est relié par sa pointe (éperon) à la chevrette de La Charité. Malgré la présence attestée au milieu du XIXe siècle de . Il s'agit d'un ouvrage complètement recouvert par la végétation situé en amont du pont, côté bras droit du fleuve (ouvrage non repéré par la Diren). Quelques organeaux restent également visibles.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Illustration :
    Plan du port de la tête de l'Ours, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. Détail sur l'île : port aux marchandises destinées à la navigation. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800507NUCA Plan de l'île de La Charité, 6 avril 1868, détail. Mention de trois cales abreuvoirs simples et du
  • Bourg : croix de chemin dite croix du Haut-Bourg (rue de la Vieille Croix)
    Bourg : croix de chemin dite croix du Haut-Bourg (rue de la Vieille Croix) Néons-sur-Creuse - Bourg - rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : Espace public non cadastré
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Aujourd’hui peu lisible, une date (179.) inscrite au dessus du Christ sculpté sur la face nord rattacherait la croix à la dernière décennie du 18e siècle. Il s’agit certainement de l’oeuvre d’un artiste local ayant puisé son inspiration dans des œuvres antérieures plus classiques. La croix de chemin de Jaumangé (Angles-sur-Anglin) est certainement une production du même auteur. La partie basse de l’édicule d’une date en chiffres romains (11e siècle : 101. ou 109.), est à l’origine de la datation traditionnellement attribuée à la croix (hypothèse aujourd’hui remise en question ; Benarrous 2012). Il est possible qu'une croix ait été reconstruite et remaniée, à la fin du 18e siècle, suite à sa démolition partielle au une couronne d’épines sur la tête du Christ, attestant que la figure représentait non pas une Vierge à sarcophages et poteries à la croix du Haut-Bourg, dans lesquelles se trouvait du liquide" (Sécheresse, Jean
    Référence documentaire :
    -sur-Creuse, Preuilly-la-Ville, Sauzelles, et Tournon-St-Martin). Orléans/Rosnay : SRA Centre/PNR de la Brenne, Association touristique de Néons-sur-Creuse, 2013.
    Description :
    Cette croix en pierre calcaire est implantée au milieu d’une bifurcation (rues de la Vieille Croix . Le fût de la croix repose sur un piédestal fixé au sommet d’un socle rectangulaire maçonné et aménagé en escalier à six degrés. La croix comporte des sculptures naïves sur ses deux faces. Sur sa face sud est figurée une Pietà : la vierge Marie tenant la dépouille du Christ. Le pourtour des bras de la croix est décoré d’un liseré à motif en dent de scie. Ce même liseré se retrouve autour de la figure ornant la face nord : un autre Christ en croix aux mains disproportionnées surmonté d’une petite couronne (semblant contenir un autre Christ en croix). Une niche a été creusée dans le fût de la croix. Elle contient une statuette décapitée. La croix comporte des inscriptions (notamment au moins une date), aujourd’hui
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : Espace public non
    Titre courant :
    Bourg : croix de chemin dite croix du Haut-Bourg (rue de la Vieille Croix)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la croix depuis le sud. IVR24_20183600698NUCA Vue de la face nord de la croix. IVR24_20183600700NUCA Vue de la Pièta (face sud). IVR24_20183600699NUCA
  • Ensemble de 3 chaises en cabriolet, 3 fauteuils à la reine et 1 fauteuil marquise
    Ensemble de 3 chaises en cabriolet, 3 fauteuils à la reine et 1 fauteuil marquise Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Représentations :
    Les pieds sont ornés de cannelures et de fleurettes inscrites dans un cartouche à la partie volute. Les supports des accotoirs prennent la forme d'un balustre.
    Description :
    trois fauteuils à la reine, à pieds droits et fuselés. Les fauteuils comportent des dossiers en chapeau.
    Titre courant :
    Ensemble de 3 chaises en cabriolet, 3 fauteuils à la reine et 1 fauteuil marquise
    Dimension :
    h = 87,5 ; la = 48 ; pr = 44. Dimensions d'une chaise. Fauteuil : h = 85,5 ; la = 60,3 ; pr = 51 . Fauteuil marquise : h = 93,5 ; la = 64 ; pr = 70.
    Illustration :
    Fauteuil à la reine. IVR24_20114501168NUC4A
  • Maison (25 rue Villette-Gâté)
    Maison (25 rue Villette-Gâté) Nogent-le-Rotrou - 25 rue Villette-Gâté - en ville
    Historique :
    La maison est datée grâce à la date (1776) figurant sur la clef de la porte d’entrée. La maison était alors distribuée, comme c’est le cas aujourd’hui, par un couloir latéral permettant d’accéder à la
    Datation principale :
    4e quart 18e siècle porte la date
    Description :
    La maison est composée de deux bâtiments disposés selon en plan en L. Seul le bâtiment sur rue a pu voûtée en berceau surbaissé. La maison est accessible depuis la rue par un couloir latéral desservant à la fois le rez-de-chaussée, une cour arrière et un escalier tournant. Ce dernier distribue à son tour les étages. La façade sur rue est montée en pierre de taille et dotée de trois travées. Les ouvertures second niveau sont dotées de balconnets sur seuil. Une date portée (1776) est inscrite sur la clef de la
    Dates :
    1776 porte la date
    Illustration :
    Face ouest, détail du décor de la porte d'entrée vue de l'ouest, date portée. IVR24_20162801678NUCA
  • Port dit port des quais Neuf et Vieux
    Port dit port des quais Neuf et Vieux La Charité-sur-Loire - quai Georges Clémenceau quai Maréchal Foch - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un port est attesté sur la rive droite de la Loire à La Charité dès le milieu du XVIIIe siècle mais en 1744, il n'est rien d'autre qu'un "chantier naturel de la rivière » sujet à être dégradé par les crues et les glaces. Il faut attendre les années 1780 pour que la ville soit enfin équipée d'un port siècle et le port de la rive droite est désormais connu sous le nom de "quai Vieux" et quai "Neuf". Afin de faciliter la lecture des données historiques qui suivent, les quais Vieux (amont du pont) et Neuf (aval du pont) ont été dissociés pour ce qui concerne les travaux de la fin du XVIIIe siècle (ils ont en effet été réalisés à la même période pour les deux sites mais suivant des devis indépendants). Pour le ) Le "quai amont servant de port" de La Charité est construit à partir de 1778 par l'entrepreneur travaux sont effectués suivant un projet rédigé par Normand, ingénieur en chef des Turcies et levées de la , l'ingénieur Normand propose d'augmenter le devis initial, notamment par la pose de 17 boucles destinées à
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité n° 2). (cf départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). Photographie ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité n° 230). (cf Photographie aérienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité 163). (cf départementales de la Nièvre, S 10944). (cf. illustration n° IVR24_20125800502NUCA). départementales de la Nièvre, S 10944). (cf. illustration n° IVR24_20125800501NUCA). départementales de la Nièvre, S 10944). (cf. illustration n° IVR24_20125800503NUCA). Dubois (géomètre) ; Moisy (géomètre). (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 G 2). (cf Dubois (géomètre) ; Moisy (géomètre). (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 G 2). (cf
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - quai Georges Clémenceau quai Maréchal Foch - en ville
    Illustration :
    Plan de la continuation de la levée d'Espagne vis à vis de la ville de la Charité, non daté (vers Extrait du cadastre napoléonien de 1818 révisé en 1837. (archives municipales de La Charité-sur Extrait du cadastre napoléonien de 1818 révisé en 1837. (archives municipales de La Charité-sur pont. (archives départementales de la Nièvre, S 10944). IVR24_20125800501NUCA pont. (archives départementales de la Nièvre, S 10944). IVR24_20125800502NUCA quai, 12 février 1839, ingénieur ordinaire Joncoumont. (archives départementales de la Nièvre, S 10944 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Le pont sur la Loire et la rive droite. Carte postale ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité n° 2). IVR24_20125800462NUCAB
  • Port dit port de Cosne
    Port dit port de Cosne Cosne-Cours-sur-Loire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'histoire du port de Cosne est étroitement liée aux Forges de La Chaussade fondées en 1735 par Pierre Babaud de La Chaussade (1706-1792) et rachetées par l'Etat en mars 1781. L'établissement est spécialisé dans la fabrication d'ancres et d'objets destinés à la Marine royale. L'activité décline à partir 4 août 1746 (signature illisible), il est précisé que la forge de Cosne « où se fabriquent les eaux de la Loire qui depuis quelques années ont enlevé plus de 150 toises de terrain du côté de la faubourg Saint-Agnan qui protège la forge (l'église Saint-Agnan est située immédiatement en amont des forges). On ne connaît pas la date exacte de la décision de faire construire un quai maçonné vis-à-vis de Cosne mais on sait que le roi a ordonné la construction d'un quai "quelques temps avant de faire l'acquisition des forges" (le 8 mars 1781). On sait également qu'en décembre 1776, le roi concède à la ville une butte artificielle de terre et pierres dite « tour Froide » et qu'en décembre 1781 les notables de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n (lithographe). (archives départementales de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20045800207NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800349NUCA).
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Cosne-Cours-sur-Loire est établi à la confluence de la rivière du Nohain et de la Loire. Le port est composé des éléments suivants, de l'amont Port de la Madeleine ou Port aux Ancres (en amont du pont, vis à vis des Forges) - une plateforme tard) située à l'emplacement de l'ancien port de la Pêcherie (en aval du pont).
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan des forges royales de Cosne et dépendances, 1785. Détail sur le port de la Madeleine Plan géométrique de l'état actuel de la grande route de Paris à Lyon traversant la ville de Cosne Plan de l'état actuel de la grande route traversant la ville de Cosne levé en 1787. Détail (quai , port de la Madeleine et place du port de la Pêcherie). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers , non daté (probablement vers 1810). Détail sur le port aux Ancres ou de la Madeleine. (archives . Détail sur le port aux Ancres. (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800349NUCA départementales de la Nièvre). IVR24_20045800207NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Livre de chant
    Livre de chant Villedômer
    Inscriptions & marques :
    "Passiones cum cantu dominica in palmis" (sur la première page).
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Livre de chant pour la messe du dimanche des Rameaux (dominica in palmis) composé de feuillets reliés par une couture. Trois exemplaires de ce recueil sont présents dans la sacristie dont deux
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la sacristie
    Dimension :
    la 24.0 centimètre
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Livre liturgique : missel
    Livre liturgique : missel Villedômer
    Inscriptions & marques :
    la Harpe. M.DCC.LXXXIV. Cum privelegio regis" ("Missel de Tours, édité en 1784, par Michel Lambert , imprimeur des Archevêques de Tours, rue de la Harpe, à Paris, avec le consentement de l'illustrissime et vénérable chapitre de cette église. Avec privilège du Roi" ; sur la première page). Blason "d'azur au chef ducale et d'un chapeau de cardinal d'où pendent de chaque côté une cordelière à quinze houppes (sur la
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la sacristie
    Dimension :
    la 25.0 centimètre
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Livre liturgique : antiphonaire et graduel
    Livre liturgique : antiphonaire et graduel Villedômer
    Inscriptions & marques :
    , par Michel Lambert, imprimeur des Archevêques de Tours, rue de la Harpe, à Paris, avec le consentement , Archevêque de Tours et l'autorisation du vénérable chapitre de cette église. Avec privilège du Roi" ; sur la
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la sacristie
    Dimension :
    la 34.0 centimètre
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Port dit port des Vallées
    Port dit port des Vallées Couargues - les Vallées - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le hameau des Vallées était situé sur l'ancien chemin reliant la Charité à Sancerre. Les plans du XVIIIe siècle (Atlas de Trudaine et carte de la Loire par Matthieu) montrent que le village était alors protégé des crues de la Loire par des épis déflecteurs qui déviaient l'eau du fleuve. Un port est attesté garde-port pour la surveillance des ports de Pouilly, Tracy, Saint-Thibault, les Vallées et les Barreaux . Le port des Vallées figure également sur la liste des ports établie en 1839 par Henri Chevalleau , garde-port de Neuvy-sur-Loire. Enfin, en 1845, l'ingénieur en chef du Service spécial de la Loire , 1823 (cadastre napoléonien), 1843 et 1898. En 1903, on projette de réparer la rampe d'accès à la Loire contradictoires avec l'évolution du lit de la Loire vis à vis des Vallées. En effet, l'accumulation des sables à plus lié directement au fleuve : le cadastre napoléonien (1823) et la carte de Coumes (1852) figurent un éloignement respectif d'environ 450 mètres et 250 mètres. La carte IGN actuelle mentionne une
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Couargues.
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800707NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800708NUCA).
    Description :
    Située sur la rive gauche, le port des Vallées était établi vis à vis du village du même nom. Il
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée entre 1727 et 1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le village des Vallées Extrait du plan terrier de la seigneurie de Saint-Bouize, vers 1770. Détail sur le village des Plan des bords de la Loire depuis les Vallées jusqu'à Couargues et d'un projet de levée avec passes Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village des Vallées (mention d'une cale). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800726NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Plan du village des Vallée mentionnant une cale sur le ruisseau de la Boère, 12 août 1896 Carte de la Loire entre Pouilly et Couargues (les Vallées), 24 octobre 1898. Mention du passage du bac. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires
  • Port dit port Neuf
    Port dit port Neuf La Chapelle-sur-Loire - le Port Neuf - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Située sur la rive droite, le Port Neuf comprend une cale abreuvoir simple.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-sur-Loire - le Port Neuf - en écart
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe Projet de remaniement de la cale d'abordage de la rue des Parfaits au Port Neuf, plan dressé par le
  • Port dit port de Lussault
    Port dit port de Lussault Lussault-sur-Loire - la Boire - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    également mention en 1864 de "la rampe du Petit Port de Lussault". Le port a bénéficié de deux ouvrages d'accès à l'eau au XIXe siècle : la cale actuelle et une autre cale située un peu plus en amont (mention la Loire durant le deuxième quart du XIXe siècle. Ces ouvrages ont en effet dirigé le chenal vers la
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port de Lussault est équipé d'une cale abreuvoir simple.
    Typologies :
    port de boire : port situé sur un ancien bras de la Loire, connecté au fleuve mais à l'abri du
    Localisation :
    Lussault-sur-Loire - la Boire - en écart
    Illustration :
    Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin Carte de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), non daté Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, 1852. Détail sur Lussault avec mention
  • Port dit port refuge (ou gare) du Sanitas
    Port dit port refuge (ou gare) du Sanitas Cosne-Cours-sur-Loire - quai du Sanitas impasse du Sanitas - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La réalisation des quais de Cosne à la fin du XVIIIe siècle a généré, à l'extrémité aval de ces stationnement et la mise à l'abri des bateaux. Le plan de 1807 figure précisément le décrochement du perré en comblée" de sable apportés par les crues et d'immondices conduits par les habitants de la ville. Cette , la gare résulte en effet de la construction du quai de Cosne et le perré en retour d'équerre n'a pas se faire dans la partie amont de la gare, où il y a actuellement (sans curage) assez d'eau pour garer des bateaux vides. L'année suivante, un autre texte précise que la gare sert pour la mise à l'abri des bateaux lors des grandes crues et des glaces. On déplore encore l'ensablement de la gare en la place de Pêcherie et de la rue du Sanitas. Lors de la séance du 4 novembre 1845, le conseil ). L'ingénieur propose de faire financer les travaux conjointement par l'Etat (deux tiers) et la commune et les forges royales (un tiers). Le conseil municipal vote la dépense en avril 1846. Ce même mois, le ministre
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Référence documentaire :
    la Nièvre, S 11009). (cf. illustration n° IVR24_20125800496NUCA). Encre sur calque, 31 x 21 cm. Par Sigault (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S départementales de la Nièvre, 3 O 171 Cosne). (cf. illustration n° IVR24_20125800524NUCA). ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800348NUCA). Encre sur papier, Ech. 1/2000e, détail. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800203NUCA). , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Illustration :
    . Détail sur la cale abreuvoir simple située place Dauphine. (archives départementales de la Nièvre, 10 J Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers , 26 mars 1828. (archives départementales de la Nièvre, S 11009). IVR24_20125800496NUCA . Détail sur la section située en aval du pont suspendu et comprenant la gare d'eau. (archives départementales de la Nièvre, 3 O 171 Cosne). IVR24_20125800524NUCA Plan d'une partie des quais de Cosne près de la place des Victoires, non daté. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre Délimitation du quai en aval de la ville de Cosne, 17 octobre 1878. (centre d'exploitation de Saint -Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20125800203NUCA Projet de supprimer la grue établie sur le quai de Cosne par l'ingénieur ordinaire Sigault, 14
  • Pont Jacques Gabriel
    Pont Jacques Gabriel Blois - rue du Maréchal de Lattre de Tassigny quai Villebois Mareuil - en ville
    Historique :
    Après l' écroulement du pont médiéval, le régent autorise le 14 novembre 1716 la construction d' un 1717 et s' achèvent le 4 mai 1724 ; dès 1723 on aménage les quais des deux rives. Du côté de la ville on détruit une grande portion du mur de la ville, et le pont ne se trouvant pas dans l' axe de l ' ancienne grande rue, on le fait communiquer avec la rue de la Poissonnerie qui est élargie ; en 1724 on procède au pavage de la voie et l' on construit au centre du pont la pyramide ornée d' un cartouche , oeuvre du sculpteur Guillaume Coustou. Pendant la Révolution la plaque de marbre apposée sur la pyramide et relatant les étapes de la construction disparaît. En 1793 pour retarder une marche éventuelle des vendéens on fait rompre deux arches qui ne sont rétablies qu' en 1803 ; du côté du Faubourg de Vienne la reins de la voûte sont remplis de sable au lieu d' être faits en maçonnerie, cette malfaçon se révèle passage et dès l'été 1940 l'ingénieur Bailly des Ponts et Chaussés travailla à la reconstruction du pont
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Blois, par De La Hire, inspecteur général, Gabriel 1 er ingénieur et Desroches ingénieur ordinaire de la p. 281-283 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994 t. II, p. 305. DEZAILLERS-D'ARGENVILLE. Vie des fameux sculpteurs depuis la Renaissance des Arts , avec la description de leurs ouvrages. Paris, 1787. p. 38. MESQUI, Jean. Passer la Loire. In : Blois un amphithéâtre sur la Loire. Paris : Adam Biro p. PITROU, R. Recueil de différents projets d'architecture de charpentes et autres concernant la coupé en 1870 et 1940. La dépêche du Centre. 21 août 1940.
    Description :
    Le pont franchit la Loire à hauteur du centre ancien et reconstruit de Blois. Il est composé de
    Dates :
    1717 porte la date daté par source daté par travaux historiques
    Texte libre :
    L'ECROULEMENT DU PONT MEDIEVAL ET LA CONSTRUCTION DU NOUVEAU PONT Aucun évènement n'a plus marqué la mémoire des contemporains que l'écroulement du pont, les 6 et 7 février 1716 : l'ouvrage, maintes fois réparé et consolidé, ne résista pas à la débâcle des eaux de la Loire, prises par le gel depuis arches situées du côté de la ville, entre la porte Saint-Fiacre et la tour (43). En même temps disparaissent toutes les constructions édifiées sur l'ouvrage, maisons, moulins, boucherie, poissonnerie, la chapelle Saint-Fiacre et la tour fortifiée établie sur la treizième pile. En moins de deux jours, la ville perdait toute possibilité de franchir la Loire et toute communication avec le faubourg de la rive gauche . La brutalité de l'événement et l'émotion des habitants apparaissent dans les récits contemporains et les délibérations municipales, se font l'écho de la consternation générale. Personne ne pouvait alors imaginer que cette catastrophe marquerait une étape décisive pour l'avenir de la ville. Ville fluviale et
    Illustration :
    du cintre de charpente pour la construire. IVR24_19884100090Z la pilles. IVR24_19884100093Z Profil du batardeau qui envelopera la première pille et la cullée du pont de Blois avec le plan des pillotis et platteformes de la cullée et des murs de quays. IVR24_19884100094Z Profil d'une pille avec la crèche et Profil d'une pille avec le bastardeaux. IVR24_19884100095Z Arche centrale avec détail de la pyramide et du cartouche. IVR24_19874100081XB Projet pour l'arche centrale et la pyramide IVR24_19954100009VA Dessin de la pyramide IVR24_19894100109XA La 10e arche du pont fut détruite au cours de la retraite de l'armée française, été 1940. (Archives Le pont vu depuis la rive gauche en 1943. L'arche détruite en 1940 a été réparée. Auteur inconnu
1 2 3 4 5 Suivant