Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 115 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Calice n°4
    Calice n°4 Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de maître : KAEPPLER (sur la coupe) - poinçon de garantie : tête de Minerve (sur la coupe poinçon de maître , la tige et le pied).
    Historique :
    Calice exécuté par l'orfèvre parisien Léon Kaeppler et donné par la famille de Morogues à Monsieur
    Représentations :
    pied, sont représentés le pélican mystique, l'alpha et l'oméga, le chrisme et la fontaine de vie. Sur la coupe, sont figurés le chrisme, l'agneau pascal, le calice et l'arche et d'alliance. Sur le
    Statut :
    propriété de la commune
  • Buste : Monseigneur Félix Dupanloup
    Buste : Monseigneur Félix Dupanloup Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Henri Chapu pour la cathédrale. Signé et daté, il provient de l'évêché d'Orléans : il a été transféré à à la figure de Monseigneur Dupanloup. En 1851, deux ans après le début de son épiscopat, il y fonde la retraite pascale des hommes qui connut tout de suite un fort succès. En 1858, c'est encore à Saint Ce buste est contemporain du monument funéraire en marbre de Monseigneur Dupanloup exécuté par Saint-Pierre du Martroi sous l'épiscopat de Mgr Riobé (1963-1978). Saint-Pierre du Martroi est très lié -Pierre qu'il établit les Conférences de Carême pour les hommes, imitées de celles de Notre-Dame de Paris.
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    h = 84,5 ; la = 70
    Illustration :
    Vue d'ensemble du buste, de face. IVR24_20084501145NUCA
  • Bourg : remise de matériel d'incendie, prison, dépôt de mendicité (place Lefébure)
    Bourg : remise de matériel d'incendie, prison, dépôt de mendicité (place Lefébure) Reugny - place Lefébure - en village - Cadastre : 2009 G 556
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    étage). Le matériel (tables, bancs, calorifère, lit de camp...) pour meubler la salle de réunion et la prison sont achetés en 1895. L'édifice a pris par la suite (deuxième quart du 20e siècle) le nom de Par délibération du 4 juin 1893, le conseil municipal décide la construction d'un bâtiment communal comprenant une remise pour le matériel à incendie, une chambre de sureté et d'asile pour les indigents de passage (rez-de-chaussée), ainsi qu'une salle pour les réunions publiques et une pièce annexe (premier "foyer Lefébure", du nom du maire à l'époque de sa construction. Il abrite aujourd'hui des salles
    Référence documentaire :
    Commune de Reugny, bâtiment communal, plans et élévations. (Archives départementales d'Indre-et
    Dénominations :
    remise de matériel d'incendie dépôt de mendicité
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée pour la corniche en association avec la L'édifice est de plan rectangulaire, à un étage carré, construit en moellon enduit et couvert d'un
    Titre courant :
    Bourg : remise de matériel d'incendie, prison, dépôt de mendicité (place Lefébure)
    Dates :
    1894 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Elévation de la façade nord, non signé, non daté (vers 1893-1894). (Archives départementales d'Indre-et-Loire Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Elévation de la façade est, non signé, non daté (vers 1893-1894). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Elévation de la façade ouest, non signé, non daté (vers 1893-1894). (Archives départementales d'Indre-et-Loire Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Plan du Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Plan de Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Coupe Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Coupe
  • Maison de notable (rue de la Mairie)
    Maison de notable (rue de la Mairie) La Riche - 45 rue de la Mairie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de maître
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    La maison et ses parties constituantes datent probablement de la fin du 19e siècle.
    Observation :
    Inscription: Plaque commémorative adossée au pilier droite de la clôture de la maison, côté rue : "A la mémoire de Louis Berthomeau tué par les allemands le 19 août 1940".
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    notable de sa remise qui a été aliénée. Les volumes de la maison et le soin apporté à son décor (taille de Maison de notable située rue de la Mairie à mi-distance entre l'église Sainte-Anne et le quartier Sainte-Anne. Elle se distingue par la qualité de son architecture et par son intégrité, à l'exception pierre, ferronnerie...) la distinguent d'autres maisons de maître du quartier Sainte-Anne. Le décor appareillé des fenêtres et de la lucarne centrale ou encore la présence des souches de cheminée originelles forment un ensemble représentatif d'une maison de notable du milieu du 19e siècle.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    La Riche - 45 rue de la Mairie - en ville
    Titre courant :
    Maison de notable (rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    La Riche
  • Gare (place de la Gare)
    Gare (place de la Gare) Blois - place de la Gare - en ville - Cadastre : 1970 plan STU
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Lors de l' ouverture de la voie ferrée entre Orléans et Tours, on construit un embarcadère, en 1844 vers Vendôme et Romorantin. La nouvelle gare, située au sud-ouest de l'embarcadère, est construite enjambant la voie ferrée, immeubles et implantation d'édifices industriels.
    Référence documentaire :
    p. 132 BERGDOLL, B. La ville au 19e siècle, architecture publique et urbanisme. In : Blois, un amphithéâtre sur la Loire. Paris : Adam Biro, 1994. p. 579-584 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 331-332, p. 372 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale p. 147 GUIGNARD, Bruno. L'ancienne et la nouvelle gare. In : Blois un amphithéâtre sur la Loire.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Blois - place de la Gare - en ville - Cadastre : 1970 plan STU
    Titre courant :
    Gare (place de la Gare)
    Illustration :
    Nouvelle gare construite en 1890. Vue des quais et de la voie ferrée, prise depuis le pont Gambetta Nouvelle gare construite en 1890. Façade sud-est, vue prise de la place. IVR24_19914100338XA Nouvelle gare construite en 1890. Façade sud-est, vue prise de la place. IVR24_19914100337X
  • Bourg : maison (43 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (43 rue de la Mairie) Chançay - 43 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2009 AD 630, 633
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Référence documentaire :
    Carte postale. (Mairie de Chançay).
    Représentations :
    entablement couronné d'une corniche à billettes (façade sur rue), le tout en pierre de taille. L'ensemble de l'édifice possède des chaînes d'angles, des encadrements de baies, deux cordons et un
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    carré surmonté d'un étage de comble. Construite en pierre de taille (façade sur rue) et en moellons ardoise. La travée centrale de la façade sud, traitée en bossages, forme une légère saillie ; elle comprend l'entrée principale et une baie de l'étage, surmontée d'une lucarne placée au-dessus de la corniche. L'étage de comble est également éclairés par deux oeils-de-boeuf. L'accès à la cour délimité par Maison de plan rectangulaire comprenant un étage de soubassement (cave semi-enterrée) et un étage un mur bas surmontée de grilles s'effectue par une porte piétonne et une porte cochère encadrée de
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Localisation :
    Chançay - 43 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2009 AD 630, 633
    Titre courant :
    Bourg : maison (43 rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la façade sud en pierre de taille. IVR24_20113700218NUC2A Carte postale, début du 20e siècle. L'entrée du bourg de Chançay en arrivant de Vernou, avec la maison au premier plan à gauche. (Mairie de Chançay). IVR24_20113700185NUC2AB
  • Bourg : maison (2 place de la République)
    Bourg : maison (2 place de la République) Reugny - 2 place de la République - en village - Cadastre : 1819 G1 190 2009 G 1190
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    lucarnes de la maison actuelle appartiennent à un modèle que l'on retrouve sur plusieurs maisons du bourg ; l'une d'elles porte la date de 1890 et confirme cette datation vers 1890.
    Représentations :
    Les fenêtres possèdent des appuis reposant sur des corbeaux à gouttes et des linteaux en anse de panier dont la partie centrale est ornée d'un médaillon à polyglyphe. Les chaînes d'angle sont surmontées de chapiteaux doriques.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    , le cordon et la corniche sont également en pierre de taille. Quatre lucarnes à fronton triangulaire Maison, à un étage carré et étage de comble, construite en pierre de taille et couverte d'un toit permettent d'éclairer l'étage de comble.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Reugny - 2 place de la République - en village - Cadastre : 1819 G1 190 2009 G 1190
    Titre courant :
    Bourg : maison (2 place de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : gare (1 place de la Gare)
    Bourg : gare (1 place de la Gare) Neuillé-le-Lierre - 1 place de la Gare - en village - Cadastre : 2011 OD 1071
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La gare de Neuillé-le-Lierre a été construite sur la ligne d’État rejoignant Tours à Sargé-sur -Braye (41) inaugurée en 1894. Le lot prévoyant la construction des stations de Vernou, Chançay, Reugny montant global de 310 000 francs et un délai d'exécution d'un an. Le projet comprend la construction à Neuillé d'un bâtiment d'accueil des voyageurs, d'une lampisterie et d'un entrepôt de marchandises. Les trains pour voyageurs sont supprimés en 1938, et la ligne ferme définitivement dans les années 1970 . L'ancien bâtiment d'accueil des voyageurs sert de logement depuis 1976.
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Neuillé-le-Lierre. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    d'un toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée uniquement pour les chaînes La gare était constituée du bâtiment d'accueil des voyageurs, d'un entrepôt des marchandises et d'une lampisterie (pour entreposer lampes et lanternes) faisant également fonction de cabinets d'aisance sont encore visibles dans des communes proches de Neuillé-le-Lierre : Vernou-sur-Brenne, Reugny
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - 1 place de la Gare - en village - Cadastre : 2011 OD 1071
    Titre courant :
    Bourg : gare (1 place de la Gare)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan de situation de la station de Neuillé. (Collection particulière). IVR24_20133700402NUC2A Plan du rez-de-chaussée du bâtiment des voyageurs. (Collection particulière
  • Ville :  maison (113 rue de la République)
    Ville : maison (113 rue de la République) Château-Renault - 113 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 709 2015 AO 246
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La maison présente sur le plan cadastral napoléonien est détruite en 1887. L'édifice actuel est probablement reconstruit peu de temps après pour servir de maison d'habitation. En 1948, l'édifice sert de
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    C'est un édifice à un étage carré, construit en moellon enduit et pierre de taille (chaînes
    Localisation :
    Château-Renault - 113 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 709 2015 AO 246
    Titre courant :
    Ville : maison (113 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Cousse : école (1 rue de La Touche)
    Cousse : école (1 rue de La Touche) Vernou-sur-Brenne - Cousse - 1 rue de la Touche - en écart - Cadastre : 2009 B 353
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Suite à une pétition signée par les habitants des hameaux de la vallée de Cousse, Le Cassereau, La Touche, Les Mortiers, Les Closeaux, Le Rocheron, Le Vilmier et La Joubardière, le Conseil municipal de Vernou accepte, en mai 1880, de louer une maison afin d'y faire la classe. En 1882, cette maison étant 1950. Les préaux et les logements de fonction ont été transformés en salle de classe dans la seconde trop petite, Paul Raffet, architecte à Tours, se voit confier la construction d'une école double (filles et garçons), ainsi que les logements de l'instituteur et de l'institutrice. Les travaux de toitures ne soient emportées par le vent. Le conseil municipal décide la création d'une cantine scolaire en
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 270. Mairies et écoles : école de la vallée de L'école de filles. Carte postale. (collection communale, Mairie de Vernou-sur-Brenne).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    alternant brique et pierre de taille, servait de logements à l'instituteur et l'institutrice. Ce bâtiment filles (à droite), également construites en moellon enduit avec chaînes d'angles en pierre de taille et Le bâtiment central de plan presque carré, construit en moellon enduit avec chaîne d'angle est couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise. Un préau se trouve de part et d'autre du bâtiment central. A l'extrémité des préaux, se trouvent les salles de classe des garçons (à gauche) et des brique. Les préaux et les salles de classe sont couverts de toits à longs pans.
    Localisation :
    Vernou-sur-Brenne - Cousse - 1 rue de la Touche - en écart - Cadastre : 2009 B 353
    Titre courant :
    Cousse : école (1 rue de La Touche)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet (initial) de construction de l'école double de la vallée de Cousse, Raffet, 1882. Élévation de la façade sud donnant sur les cours. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 270 Projet (modifié) de construction de l'école double de la vallée de Cousse, Raffet, 1884. Élévation de la façade Sud donnant sur les cours. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 270 Carte postale, début 20e siècle. Vue du bâtiment servant de logement aux instituteurs et de la cour et du préau des filles. (Collection communale, Mairie de Vernou-sur-Brenne
  • Bourg : gare (2 passage de la Gare)
    Bourg : gare (2 passage de la Gare) Reugny - 2 passage de la Gare - en village - Cadastre : 2009 G 1497
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Cette gare a été construite sur la ligne de chemin de fer d’État rejoignant Tours à Sargé-sur-Braye . Le lot prévoyant la construction des stations de Vernou, Chançay, Reugny, Neuillé et Villedômer est d'accueil des voyageurs, d'un entrepôt de marchandises et d'une lampisterie (aujourd'hui disparue). La ligne attribué en août 1892 à Denis et Guestault, entrepreneurs à Ancenis, pour un montant global de 310 000 francs et un délai d'exécution d'un an. Le projet prévoit la construction à Reugny d'un bâtiment de chemin de fer est inaugurée en 1894. Le tronçon entre Reugny et Vouvray est officiellement l'ancien entrepôt de marchandises comme bâtiment des services techniques communaux.
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Description :
    couvert d'un toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée uniquement pour les chaînes La gare était constituée d'un ensemble de deux bâtiments : bâtiment d'accueil des voyageurs, et d'angles et l'encadrement des baies. Haut d'un étage, il comprend trois travées. Le rez-de-chaussée de la entrepôt de marchandises. Ces constructions furent édifiées selon un modèle utilisé pour cette ligne : des bâtiments identiques sont encore visibles dans des communes proches de Reugny : Vernou-sur-Brenne, Chançay façade qui donnait sur les voies est percé de trois portes.
    Localisation :
    Reugny - 2 passage de la Gare - en village - Cadastre : 2009 G 1497
    Titre courant :
    Bourg : gare (2 passage de la Gare)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Ville :  corroierie dite sèche d'hiver, actuellement musée du cuir et de la tannerie (105 rue de la République)
    Ville : corroierie dite sèche d'hiver, actuellement musée du cuir et de la tannerie (105 rue de la République) Château-Renault - 105 rue de la République - en ville - Cadastre : 2014 AO 197
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Référence documentaire :
    BARRAY, Caroline. Musée du Cuir et de la Tannerie de Château-Renault, historique du site. 2003. MARCHAND, Pierre. Diagnostic sanitaire de la tannerie Peltereau-Tenneson. 2004.
    Murs :
    pierre pierre de taille pan de bois
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Précisions sur la protection :
    Inscription des façades et toitures de la sèche d'hiver.
    Représentations :
    Des planches moulurées habillent les têtes de poutres en saillie de la façade et les pieds de est concentrique autour de croix de saint-andré.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    travées. Le soubassement est construit en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angles et cordon L'édifice est en rez-de-chaussée surélevé, deux étages carrés et étage de comble à surcroît, à cinq ). Le reste de l'édifice est construit en pan de bois à grille hourdé de brique. Les poteaux sont moisés tuile mécanique. Un escalier extérieur en bois à doubles volées et paliers demi-tournants permet la crochets permettant de les suspendre.
    Localisation :
    Château-Renault - 105 rue de la République - en ville - Cadastre : 2014 AO 197
    Titre courant :
    Ville : corroierie dite sèche d'hiver, actuellement musée du cuir et de la tannerie (105 rue de la
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Appellations :
    musée du cuir et de la tannerie
    Illustration :
    Vue intérieure du rez-de-chaussée. IVR24_20143703701NUC4A Vue intérieure de l'étage de comble. IVR24_20143703871NUC4A
  • Bourg : maison (5-6 place des Martyrs-de-la-Résistance)
    Bourg : maison (5-6 place des Martyrs-de-la-Résistance) Villedômer - 5-6 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 410 2012 D 1722
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un bâtiment, présent sur le plan cadastral napoléonien de 1835, est augmenté en 1881. La partie orientale du rez-de-chaussée servait de commerce ("Au Bon Marché") au début du 20e siècle.
    Représentations :
    Les baies de l'étage possèdent des appuis reposant sur des consoles. Quatre d'entre elles possèdent également des linteaux avec frise ornée de motifs floraux et géométriques et corniche reposant sur des
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Cet édifice est à un étage carré et étage de comble, c'est la seule maison du bourg dont la façade est entièrement construite en pierre de taille. Il est couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Deux lucarnes hautes à frontons triangulaires éclairent l'étage de comble. Un cordon en pierre de taille marque la séparation entre le rez-de-chaussée et l'étage. La façade est encadrée par des chaînes d'angle et une frise nue en forme de bandeau plat, légèrement en saillie. L'édifice est couronné par une corniche
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Villedômer - 5-6 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 410 2012 D
    Titre courant :
    Bourg : maison (5-6 place des Martyrs-de-la-Résistance)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail des baies et de l'entablement, façade nord. IVR24_20133700532NUC2A
  • Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart (1 rue Pardessus)
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart (1 rue Pardessus) Blois - 1 rue Pardessus - en ville - Cadastre : 1980 DN 224
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Deuxième quart 16e siècle : ensemble de la construction, ordonnance et décor des façades première : appellations Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart sans fondement historique ; Quatrième quart 19e siècle : reprise du bâtiment ouest donnant sur la rue du Commerce, transformation du rez-de-chaussée en espaces Renaissance, passage couvert voûté, tourelle d'escalier ornée de pilastres aux angles, galerie ; 19e siècle
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 26, liasse 814. Bail de la p. 145-146 DE LA SAUSSAYE, Louis. Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : 2 H 16. Cession de bail pour l'installation de la gendarmerie ; juin 1813. Archives municipales de Blois. Série O : 1 0 12. Contestation des riverains au sujet des travaux p. 565-566 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers du p. 184-185 LESUEUR, F. Hôtel Viart. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à Blois
    Représentations :
    Support : façades sur rue et sur cour ; porte d' entrée ; couvrement de la galerie.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart (1 rue Pardessus)
    Appellations :
    dit Hôtel de la Chancellerie ou Hôtel Viart
    Illustration :
    Bâtiment nord, passage couvert. Détail : porte d'accès à la salle du rez-de-chaussée Bâtiment nord, façade nord. Portail d'entrée, détails : intrados de l'arc, motif tresse; imposte et Bâtiment nord, passage couvert. Détail : travée de voûte. IVR24_19814101196X Bâtiment ouest, façade est. Détail : rez-de-chaussée. IVR24_19814101194X Tourelle d'escalier, rez-de-chaussée. Détail : base du noyau. IVR24_19814101198X Bâtiment ouest, façade ouest sur la rue du Commerce. IVR24_19844100523X Bâtiment nord, loggias du rez-de-chaussée. Détail : couvrement, fausse voûte. IVR24_19814101203X Bâtiment nord, loggias du rez-de-chaussée. Détail : porte murée (accès bâtiment ouest Bâtiment nord, loggia du rez-de-chaussée. Détail : imposte recevant l'arc et tête
  • Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    revendu par ce dernier à la commune en 1827. Malgré les travaux de restauration réalisés au cours du 19e réalisés l'année suivante d'après les plans de Bernard Tulasne, architecte à Tours. La mairie est à cette L'édifice qui accueillait le presbytère avant la Révolution, acheté par un dénommé Vigneau, est siècle (1837, 1854, 1880), le presbytère est considéré comme étant vétuste en 1893, date à laquelle la municipalité prévoit la démolition du bâtiment et la construction d'un nouveau presbytère. Les travaux sont époque installée dans le bâtiment accueillant l'école de garçons depuis 1863. En 1907, le conseil municipal décide de transformer le presbytère, alors loué à un particulier, en mairie et de construire une école de garçons dans le jardin attenant. Des plans sont dressés par Lorion, architecte à Tours et les travaux sont attribués en août 1908 pour un montant total de 23 383,84 francs. L'édifice accueille toujours aujourd'hui la mairie.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    travées, construit en moellon enduit et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon et la corniche. L'étage de comble est éclairé au sud par trois lucarnes hautes, à frontons triangulaires, en pierre de taille. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire à étage carré et étage de comble, comprenant trois
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Villedômer - 1 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 2012 D 513
    Titre courant :
    Bourg : mairie (1 place des Martyrs de la Résistance)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction du nouveau presbytère. Élévation du presbytère, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Élévation des servitudes, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du rez-de-chaussée, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du premier étage, Tulasne, 1894. (Archives Projet de construction du presbytère. Plan du grenier, Tulasne, 1894. (Archives départementales Projet de construction du presbytère. Plan des servitudes, Tulasne, 1894. (Archives départementales Projet de construction du presbytère. Coupe, Tulasne, 1894. (Archives départementales d'Indre-et Projet d'aménagement de l'ancien presbytère en mairie. Élévation, Lorion, 1907. (Archives Projet d'aménagement de l'ancien presbytère en mairie. Plan, Lorion, 1907. (Archives
  • Maison dite de la Salamandre (50 rue Denis Papin)
    Maison dite de la Salamandre (50 rue Denis Papin) Blois - 50 rue Denis Papin - en ville - Cadastre : 1980 DN 90 REVOIR
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Deuxième quart 16e siècle : ensemble de la construction antérieure à 1547, moulurations première Renaissance de la façade sur cour ; 17e siècle : reprise des fenêtres de la façade sur rue ; Quatrième quart
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison dite de la Salamandre (50 rue Denis Papin)
    Appellations :
    dite Maison de la Salamandre
  • Chinon : statue de Rabelais
    Chinon : statue de Rabelais Chinon - 2 rue Neuve de l'Hôtel de ville - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    arrière, dépourvue d'un relief rapporté, porte la date de 1880 (en chiffres romains), la dédicace, les A FRANCOIS RABELAIS / 1880 / 1882 et citations de Rabelais sur une banderole encadrant le cuir découpé (sur la face antérieure du piédestal) - EMILE-HÉBERT. Statuaire. 1880 / HIPPOCRATE / GALIEN (sur la face orientale du piédestal, sous le cuir découpé en bas à gauche) - 1880 EMILE-HEBERT. Statuaire / GARGANTUA / PANTAGRUEL (sur la face occidentale du piédestal, sous le cuir découpé en bas à droite). La face directement gravés dans la pierre.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    A la fin de 1878 ou au début de l'année suivante, la ville de Chinon organise à l'École des Beaux selon un programme iconographique basé sur le mémoire biographique "Simples notes sur la vie de François la création des quais de la Vienne à l'ancien emplacement des fortifications et de l'aménagement des espaces publics de la ville. 55 candidats présentent un projet et c'est Emile Hébert, sculpteur parisien 1882, par chemin de fer. Au préalable, la statue a figuré au Salon (n° 4470). Le monument est inauguré le 2 juillet suivant. Deux répliques en terre cuite, exécutées à partir de la maquette en plâtre sont conservées, l'une au musée d'art et d'histoire de Chinon (Inv. 2014.0.1125) et l'autre au musée Rabelais-La -Arts de Paris, par souscription nationale, un concours pour un monument rendant hommage à Rabelais réaliser une statue colossale de Rabelais assis et représenté en médecin, un piédestal et une "inscription en bronze appliquée sur sa face antérieure". L'installation du monument est prévue dans le cadre de
    Matériaux :
    pierre taillé
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Chinon. 1M7-9. Érection de la statue de Rabelais. LACROIX, Paul dit Bibliophile Jacob. Simples notes sur la vie de François Rabelais, publiées par les soins du comité pour l'érection d'une statue à Rabelais dans la ville de Chinon. Paris : Librairie SUZANNE, Joseph-Jacques. La Statue de Rabelais d’Émile Hébert. Relation des fêtes données à Chinon les 1er, 2 et 3 juillet 1882 à l’occasion de l’inauguration du monument par E-H Tourlet. Chinon : Société archéologique de Touraine, 1894.
    Représentations :
    dans le règlement du concours, coiffé de la barrette et assis dans un fauteuil. Les faces latérales du homme de lettres piédestal sont ornées de personnages inscrits dans des cuirs découpés : Hippocrate, Galien et Rabelais
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en bronze est placée sur un haut piédestal de plan carré en pierre de Chauvigny, orné de
    Localisation :
    Chinon - 2 rue Neuve de l'Hôtel de ville - en ville
    Titre courant :
    Chinon : statue de Rabelais
    Dimension :
    h 250.0 centimètre hauteur de la statue seule
    Dates :
    1880 porte la date 1882 porte la date
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    de la statue de Rabelais", coupe transversale et vue du dessus, 13 juin 1881. (Archives de la statue de Rabelais", coupe longitudinale, 13 juin 1881. (Archives départementales d'Indre-et Concours pour la statue de Rabelais à Chinon (L'Illustration, n° 1928, 7 février 1880, p. 100 Récépissé de la compagnie des Chemins de fer d'Orléans pour le transport de la statue et de deux Caricature pour l'inauguration du monument à Rabelais de Chinon, par B. Moloch (couverture de La Vue générale du débouché de la rue Neuve de l'Hôtel de ville sur le quai Jeanne d'Arc Vue générale du débouché de la rue Neuve de l'Hôtel de ville sur le quai Jeanne d'Arc Relief ornant la face occidentale du piédestal : représentations de Gargantua et Pantagruel et Plan présentant les aménagements des quais de Vienne : "plan des travaux à faire pour l'emplacement Plan présentant les aménagements des quais de Vienne : "plan des travaux à faire pour l'emplacement
  • Hôtel de la Chancellerie du Présidial (11 rue du Lion Ferré)
    Hôtel de la Chancellerie du Présidial (11 rue du Lion Ferré) Blois - 11 rue du Lion Ferré - en ville - Cadastre : 1980 DN 82
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    4e quart 16e siècle : ensemble de la construction, escalier rampe sur rampe éclairé par des loggias avec rampe de terre cuite, portail d' entrée, charpente à la Philibert de l' Orme ; 4e quart 19e siècle hôtel de la Chancellerie sans fondement historique.
    Référence documentaire :
    p. 146-147 DE LA SAUSSAYE, Louis. Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois p. 564-565 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 218-219 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994 p. 189 LESUEUR, F. Les anciennes maisons. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
    Représentations :
    Support : portail d' entrée ; sujet : représentation de la justice, support : vantaux du portail.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de la Chancellerie du Présidial (11 rue du Lion Ferré)
    Appellations :
    dit hôtel de la Chancellerie du Présidial
    Illustration :
    Détail de la charpente (avant restauration). IVR24_19864100137ZB Plan de la charpente. Paul Robert-Houdin, 1970. . IVR24_19814101273X Coupe de la charpente, Paul Robert-Houdin., 1970. IVR24_19814101272X Coupe de la charpente, Paul Robert-Houdin, 1970. IVR24_19814101274X Vue de la toiture et du pignon sud (prise depuis les combles du château de Blois Façade est sur cour. Détail : élévation de la façade de l'escalier. IVR24_19914100260VA Façade est sur cour. Détail : élévation de la façade de l'escalier. IVR24_19914100261XA Escalier, 1ère volée. Détail : cul de lampe. IVR24_19844100066X Rez-de-chaussée, grande salle. Détail : cheminée. IVR24_19844100061X Rez-de-chaussée, grande salle. Détail : encadrement de porte. IVR24_19844100063X
  • Ville :  bureaux et magasins de la tannerie Delamotte, actuellement maison (38 rue Martin Gardien)
    Ville : bureaux et magasins de la tannerie Delamotte, actuellement maison (38 rue Martin Gardien) Château-Renault - 38 rue Martin Gardien - en ville - Cadastre : 2015 AN 256
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    la dissolution de cette société, Louis Delamotte dirige seul la tannerie qui prend le nom "Ancienne parisien, et Gaston Monteux, qui détient plus de la moitié des actions. Louis Delamotte est ensuite soixantaine de personnes et une trentaine en 1948. La tannerie cesse son activité en 1966. D'après le registre d'augmentations et diminutions des matrices cadastrales, de nombreux bâtiments sont construits dans la seconde l'usine s'est accompagné d'une canalisation du lit du Gault. Après la fermeture de la tannerie, tous les de fonder une tannerie sur le Gault, rue de l'Hôpital. En 1891, sa veuve, Louise-Alix Bouvet fonde une nouvelle société sous le nom de "Veuve Brossillon-Bouvet et Delamotte". A partir de 1904, date de remplacé par son gendre Lucien Coldefy. En septembre 1939, l'usine est mobilisée pour la défense nationale et certains administrateurs sont contraints de démissionner en 1941 suite aux mesures d'aryanisation . Lucien Coldefy devient président directeur général. En 1945, Bernard Reichenbach retrouve sa place de
    Référence documentaire :
    Société Générale des Tanneries Françaises. Bâtiment du broyeur : plan de la façade principale, non Société Générale des Tanneries Françaises. Corroierie en ciment armé : plan de la façade côté Cartes postales de Touraine : Château-Renault. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 63). Société Générale des Tanneries Françaises. Bâtiment du travail de rivière : plan en coupe/A. Rocher Société Générale des Tanneries Françaises. Corroierie, façade côté rue : plan du rez-de-chaussée
    Représentations :
    Le sommet du toit à longs pans est couronné par un épi de faîtage métallique. Le toit en pavillon est orné d'une balustre métallique surmontée de deux pots à feu. L'édifice conserve également un clé passante (rez-de-chaussée) avec monogramme (effacé) et une plate-bande à clé passante (étage ) ornée d'un caducée, d'une ancre et de motifs végétaux.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    brique et pierre de taille (chaînes d'angles, cordon, corniche, encadrement des baies) et les pignons cintré. Le centre de la façade présente un avant-corps légèrement en saillie par rapport au reste de la Il s'agit d'un édifice à étage carré et étage de comble, dont les gouttereaux sont construits en sont construits en moellon recouvert d'enduit. L'ensemble de l'édifice est couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise. L'étage de comble est éclairé par des lucarnes à toit longs pans et fronton façade, dans lequel s'inscrit l'entrée principale, une baie de l'étage et une lucarne interrompant un
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    Ville : bureaux et magasins de la tannerie Delamotte, actuellement maison (38 rue Martin Gardien)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée de la corroierie, non daté. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 48 Élévations des façades de la corroierie, non daté. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 48 j Plan du premier étage et élévations des pignons de la corroierie, non daté. (Archives Coupes et élévations de la halle aux écorces, dressé par A. Rocher le 20 juin 1923. (Archives Projet d'établissement d'une tannerie par M. Brossillon, plan de 1877. (Archives départementales Plan de situation, 1921. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 5 M 258 Plan de localisation des bâtiments, 1921. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 5 M 258 Coupes du bâtiment de travail de rivière, dressé par A. Rocher le 27 juillet 1922. (Archives Plan, coupe et élévation de l'atelier des marteaux, dressé par A. Roche le 7 août 1923. (Archives Extérieur du bâtiment de travail de rivière. Carte postale, début du 20e siècle. (Archives
  • Bourg : mairie et école primaire, actuellement mairie (place de la Mairie)
    Bourg : mairie et école primaire, actuellement mairie (place de la Mairie) Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1811 C 104, 106 1992 C1 229
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    En 1834, la mairie, l'école (une salle de classe) et le logement de l'instituteur sont installés construit en 1861 conformément aux plans. Il abrite, au rez-de-chaussée, la salle de classe mixte qui construction de la mairie-école de Champrond-en-Perchet), et à l'étage, la mairie et le logement de l'instituteur. Face à l'augmentation de la population, un nouveau local (emplacement indéterminé) sert de maison d'école de filles au début des années 1890, avant la construction d'un bâtiment spécifique en 1905. A partir de cette date, la mairie-école publique primaire mixte devient alors mairie-école publique primaire de garçons. Le maître-maçon Émile Couillin dresse en 1892 le plan d'ensemble de la mairie-école suivante, il modifie la salle de classe au profit de deux nouvelles pièces destinées à l'agrandissement du logement de l'instituteur. En 1938, l'architecte Cloutier de Nogent-le-Rotrou est chargé de la construction du préau. De nos jours l'édifice accueille uniquement la mairie.
    Observation :
    Les caves voûtées de la mairie-école constituerait un vestige de l'ancien château de Brunelles.
    Référence documentaire :
    Plan d'ensemble de la mairie et de la maison d'école, 1892/par Émile Couillin, maître maçon Plan d'ensemble de la mairie et de la maison d'école, 1892./par Émile Couillin, maître maçon Plan d'ensemble de la mairie et de la maison d'école, 1868/ par Alexandre Goyet, instituteur Plan d'ensemble de la mairie et de la maison d'école, 1868./par Alexandre Goyet, instituteur Plan d'ensemble de la propriété destinée à une maison d'école et mairie, dressée en 1859. /par Archives départementales d'Eure-et-Loir, 5 Fi 52. Plan de la mairie, de la maison d'école mixte et Détail du plan d'aménagement de l'école de garçons, logement, mairie, wc et préau, en 1938/par Détail du plan d'aménagement de l'école de garçons, logement, mairie, wc et préau, en 1938/ par Plan d'aménagement de l'école de garçons, logement, mairie, wc et préau, en 1938/par Cloutier Plan de l'école-mairie, 1859, approuvé en 1861/par Vareau. (Archives départementales d'Eure-et-Loir
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    enduit plein. La corniche moulurée est en pierre de taille de calcaire, tout comme les encadrements des Située directement à l'ouest de l'église paroissiale Saint-Martin, la mairie-école comprend deux au rez-de-chaussée, la salle de la mairie et le logement de l'instituteur à l'étage. Le second corps de bâtiment, en rez-de-chaussée, abritait la cuisine du logement de l'instituteur. L'ensemble des corps de bâtiments. Le corps principal, à un étage carré, présente une façade rythmée par quatre travées au nord, trois au sud (une travée incomplète). Il accueillait à l'origine les deux salles de classe espaces a été modifié lors du réaménagement en mairie. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1811 C 104, 106 1992 C1 229
    Titre courant :
    Bourg : mairie et école primaire, actuellement mairie (place de la Mairie)
    Illustration :
    Plan d'ensemble de la propriété destinée à une maison d'école et mairie dressé par l'architecte Plan du projet de construction de la mairie, de la maison d'école et du logement de l'instituteur Mairie et de la maison d'école, plan d'ensemble et des abords dressés par Alexandre Goyet Mairie et de la maison d'école, plans et élévation dressés par Alexandre Goyet, instituteur, en Plan d'ensemble de la mairie et maison d'école dressé par le maître maçon Émile Couillin en 1892 Plan de la mairie et maison d'école dressé par le maître maçon Émile Couillin en 1893 (création de deux pièces au rez-de-chaussée au détriment de la salle de classe). (Archives départementales d'Eure-et Plan de réaménagement de la mairie-école, du préau, des W-C et du logement de l'instituteur dressé Plan de réaménagement de la mairie-école, du préau, des W-C et du logement de l'instituteur dressé Plan de réaménagement de la mairie-école, du préau, des W-C et du logement de l'instituteur dressé
1 2 3 4 6 Suivant