Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 115 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Roblinière : ferme 02
    Roblinière : ferme 02 Néons-sur-Creuse - La Roblinière - en écart - Cadastre : 2015 A 302, 303, 304 1812 A 80 à 84, 1520, 1521
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). Des bâtiments sont portés sur le plan
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    logement, à l’est, et une grange, à l’ouest. Le logement, orienté nord-sud, est enduit et en rez-de
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20153600048NUC2B La ferme semble en partie figurer sur le plan cadastral de 1812, en bas à gauche de l'image Vue générale de la ferme depuis le nord IVR24_20163600448NUC2A Vue du logement depuis le nord IVR24_20163600443NUC2A
  • Roblinière : ferme 01
    Roblinière : ferme 01 Néons-sur-Creuse - La Roblinière - en écart - Cadastre : 2015 A 300 1812 A 68, 71, 72
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812. Le logement, peut-être figuré sur le document, a été modifié ou reconstruit à la fin du 19e
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    La ferme se compose de deux bâtiments : un logement, à l’ouest, et une grange-étable, à l’est. Le
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765) IVR24_20153600048NUC2B Le logement de la ferme (A 68, 71, 72) semble figurer sur le plan cadastral de 1812, en haut à Vue de la ferme depuis le sud-ouest IVR24_20163600445NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le sud-ouest IVR24_20163600447NUC2A
  • Ribellerie : ferme
    Ribellerie : ferme Lureuil - La Ribellerie - en écart - Cadastre : 2015 B 220 1812 B 371-379
    Historique :
    1735-1737, dans le terrier de Lureuil (AD 36 H 616). Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Des bâtiments, dont peut-être le logement (modifié ou reconstruit), sont portés sur le plan cadastral de 1812. La ferme parait dater de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. Le logement a été
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    -étable. S’ajoutent un fournil et un toit à porcs. Tous les bâtiments sont partiellement enduits hormis le logement. Les toitures sont toutes à longs pans et à pignons couverts en tuile plate. Le logement, orienté
    Illustration :
    Le lieu-dit "Ribelerie" figure sur la carte de Cassini. IVR24_20153600435NUC2A Des bâtiments (disparus sauf peut-être le logement) sont représentés sur le plan cadastral de 1812 Vue générale de la ferme depuis le nord IVR24_20163600099NUC2A Vue du logement depuis le nord-est IVR24_20163600101NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord IVR24_20163600102NUC2A Vue du toit à porcs et du fournil depuis le sud-ouest IVR24_20163600103NUC2A
  • Fondebert : ferme
    Fondebert : ferme Lureuil - Fondebert - isolé - Cadastre : 2015 A 7 1812 A 21, 22
    Historique :
    -1737 dans le terrier de Lureuil (AD 36 H 616). Elle figure également ("Fonte-bert") sur la carte de Cassini (vers 1760). Des bâtiments portés sur le plan cadastral de 1812 ne reste peut-être que l’étable ferme actuelle parait avoir été construite à la fin du 19e ou au début du 20e siècle. Le hangar a été ajouté dans le second quart du 20e siècle. Le logement a fait l’objet d’une rénovation importante à la
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    -étable, une étable à vaches et une seconde étable. Le logement, orienté nord-sud, est implanté
    Illustration :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section A). (Archives départementales de Vue générale de la ferme depuis le sud-est IVR24_20163600053NUC2A Vue du logement et du hangar agricole depuis le sud-est IVR24_20163600049NUC2A Vue de la grange-étable et de la grande étable depuis le sud-ouest IVR24_20163600050NUC2A Vue de l'étable (et toit à porcs) située au nord de la cour depuis le sud IVR24_20163600051NUC2A
  • Girauderie : ferme
    Girauderie : ferme Lureuil - La Girauderie - isolé - Cadastre : 2015 C 104, 163 1812 C 182-184, 189, 190
    Historique :
    La Girauderie avec « maison, étables et granges, courre (…), » est citée en 1735-1737 dans le terrier de Lureuil (AD 36 H 616). Le lieu-dit figure également sur la carte de Cassini. Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 mais elle semble avoir été détruite. Sa reconstruction pourrait dater de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. Le logement a été en partie remanié à la fin du 20e
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    grange-étable. Les toitures sont toutes en tuile plate ; les accès, en murs gouttereaux. Le logement, au -chaussée. La toiture est à longs pans et à une croupe (à l’est). Un appentis s’appuie sur le mur-pignon est murs en moellons de grès partiellement enduits. Le fournil est également un ancien logement à pièce , avec enclos maçonné. Une pierre d'évier est visible dans le mur gouttereau du logement.
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une partie de la ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section C), dans le haut-droit de Vue du logement de la ferme depuis le nord IVR24_20163600134NUC2A Vue de la remise, du cellier au dessus d'un sous-sol depuis le nord IVR24_20163600132NUC2A Vue du fournil (également logement secondaire) depuis le sud-est IVR24_20163600131NUC2A Vue de la grange et d'une étable depuis le sud IVR24_20163600128NUC2A Vue d'une étable et d'une écurie depuis le sud IVR24_20163600135NUC2A Vue des toits à porcs depuis le sud IVR24_20163600127NUC2A
  • Plessis : demeure
    Plessis : demeure Néons-sur-Creuse - Le Plessis - - en écart - Cadastre : 2015 D 290 1812 D 1439 à 1448
    Historique :
    dimensions des communs figure sur le plan cadastral de 1812. Il a pu être tout ou partie reconstruit à la fin du 19e siècle (peut-être en 1884 selon les matrices cadastrales). Le château d’eau et le lavoir semblent dater du début du 20e siècle. Le portail, provenant de la ferme de la Chauvellerie (cf. dossier existait un château médiéval au Plessis dont il ne resterait que le souterrain vouté (non datable). Le fief du Plessis de Néons, qui relevait de la châtellenie d’Angles en Poitou, serait cité dès le 13e siècle
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    des encadrements complets ou partiels à chanfreins. La maison compte trois cheminées : dans le corps , avant le 20e siècle, encastrée dans la cheminée en pierre de la pièce voisine. A l’ouest de la maison , le logement de domestiques aurait également servi un temps de chai. Il est partiellement enduit et en -ouest, appelé communs. Il abrite des écuries et des remises. Ses accès sont en gouttereaux. Le mur
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Le Plessis - - en écart - Cadastre : 2015 D 290 1812 D 1439 à 1448
    Illustration :
    Le lieu-dit, indiqué château (avec le pennon d'une gentilhommière), est porté sur la carte de Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 1439 à 1448), dans le centre Vue de la maison depuis le sud-ouest IVR24_20163600736NUC2A Vue de la maison depuis le sud IVR24_20163600737NUC2A Vue de la maison (extrémité aile ouest) depuis le sud IVR24_20163600738NUC2A Vue de l'ancien logement des domestiques devenu un temps chai, depuis le sud-est Vue des communs depuis le nord-ouest IVR24_20163600740NUC2A Vue d'entrées des communs depuis le sud IVR24_20163600726NUC2A Vue du château d'eau et du lavoir depuis le nord-est IVR24_20163600725NUC2A Vue de la date portée (1779) sur le linteau d'une fenêtre de la maison IVR24_20153600396NUC2A
  • Soudun : château et ferme
    Soudun : château et ferme Néons-sur-Creuse - Soudun (le) - Le Soudun - en village - Cadastre : 2015 D 143, 144, 145, 146 1812 D 394, 390
    Historique :
    Le château d’Issoudun-sur-Creuse (appelé le Soudun à partir du 20e siècle) était le siège d’une seigneurie qui relevait de la baronnie poitevine d’Angles. Le lieu-dit (Exodum) est cité en 1210-1211, au (Bascher 1991). L’édifice ne semble pas avoir été occupé aux 17e-18e siècles. En 1776, il est acheté par le métairies de la Coudre et de la Groue, et le moulin du Puy (détruit). Sur le plan cadastral de 1812, le domaine du Soudun inclut le château (dont un donjon et quatre tours), une chapelle et un probable transformé en 1843, par un propriétaire qui y établit une terrasse d’observation (Plaux s.d.). Le bâtiment a 1925 (certainement pour des raisons financières). Comme on le voit sur la maquette, il manque une partie des corps de logis au nord qui devait fermer la cour. Le château du Soudun, dans son état actuel seraient plus anciennes ; Plaux s.d.). Les bâtiments de ferme portés sur le plan cadastral de 1812, à l’ouest du château, ont disparu. La ferme actuelle pourrait avoir été construite après le rachat par M. de
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de LA TREMBLAIS, M. de, LA VILLEGILLE, M. de, VORYS, J. de. Esquisses pittoresques sur le département LERAT, Stéphane. Tournon-Saint-Martin et ses environs, d'Azay-le-Ferron à Mérigny. Alan Sutton
    Description :
    Le château se compose d’un donjon, grosse tour circulaire surmontée de mâchicoulis et d'une sud-est du château se dresse la chapelle castrale Sainte-Marie-Madeleine d’Issoudun. Le bâtiment grande étable et les bâtiments en ruine). Les murs sont en moellons de calcaire. Le logement, orienté gouttereau. Un corps de passage central, condamné, divise le bâtiment en deux espaces intérieurs. Au sud, un d’exploitation, le bâtiment désaffecté dans le pré a servi de poulailler. Un mur sépare la ferme et l’espace du
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Soudun (le) - Le Soudun - en village - Cadastre : 2015 D 143, 144, 145, 146
    Illustration :
    L'ancien château, son colombier (disparu) et sa ferme (disparu) figurent sur le plan cadastral de Le château de Soudun avant sa reconstruction, carte postale du début du 20e siècle Le château du Soudun après sa réfection (carte postale du milieu du 20e siècle Vue de la maquette du château du Soudun dans le cadre d'un projet de reconstruction des années 1910 Vue du château (donjon) depuis le nord-est IVR24_20183600709NUCA Vue du château depuis le sud IVR24_20183600708NUCA Vue de l'entrée principale du château depuis le sud IVR24_20183600707NUCA Vue du château depuis le sud-ouest IVR24_20183600706NUCA Vue de l'étable depuis le nord-ouest IVR24_20153600406NUCA Vue de l'entrepôt agricole (stockage de grains) depuis le nord IVR24_20153600405NUCA
  • Pazereux : demeure et ferme
    Pazereux : demeure et ferme Lureuil - Pazereux - isolé - Cadastre : 2015 C 115, 116, 120, 182-186 1812 C 164-169
    Historique :
    Le logis (sans la maison à étage qui a été construite en 1893) est porté sur le plan cadastral de
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    part d'une ferme (non visitée). Le logis comprend une partie en rez-de-chaussée et une partie à un
    Illustration :
    La ferme de Pazereux est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles C 164 à 169), dans la Vue du logement principal depuis le sud-ouest IVR24_20163600029NUC2A Vue du logement à étage depuis le sud IVR24_20163600028NUC2A
  • Montaigu : demeure et ferme
    Montaigu : demeure et ferme Lureuil - Montaigu - isolé - Cadastre : 2015 B 247, 249, 584, 585
    Historique :
    lequel était un fief relevant de la seigneurie de la Forêt (le Blanc) sous l’Ancien Régime. agrandie (groupe de bâtiments au nord des communs, le long d’un chemin d’exploitation). Le hangar agricole date du second quart du 20e siècle. Ne pas confondre le Montaigu de Lureuil avec celui de Pouligny
    Description :
    l’ouest) et d’une ferme, installée en partie dans le prolongement des bâtiments de communs, à l’ouest. La son mur-pignon sud. Le bâtiment nord, plus bas, montre plusieurs occulus en mur gouttereau. Les logement d’ouvrier. Le linteau triangulaire de l’entrée de l’écurie porte la date de 1834. Par ailleurs , les deux trous d’envol d’un pigeonnier sont visibles dans le haut de mur. La ferme compte quatre , en tuile mécanique). Dans le prolongement ouest des communs, se trouvent, au sud, des étables, au grand surcroît. Au nord, le long d’un chemin d’exploitation, se dressent un hangar agricole, une grande
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest IVR24_20163600116NUC2A Vue de la maison de notable depuis le sud IVR24_20163600125NUC2A Vue d'un logement de la ferme et d'étables (moitié ouest des communs nord) depuis le sud Vue des étables (moitié ouest des communs sud) depuis le nord IVR24_20163600111NUC2A Vue du hangar agricole depuis le sud-ouest IVR24_20163600114NUC2A Vue de toits à porcs depuis le sud IVR24_20163600112NUC2A Vue du four en brique dans le fournil effondré IVR24_20163600118NUC2A
  • Portail de l'Hôtel-Dieu
    Portail de l'Hôtel-Dieu Nogent-le-Rotrou - 1 rue Sully - en ville - Cadastre : 1990 BH 265
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le première mention du portail remonte à l'année 1643, date d'un acte réalisé à la demande de
    Référence documentaire :
    AC Nogent-le-Rotrou. Série B ; section 1 : art 4 à 6. Acte. 1654. FAUQUET, G. Le tombeau de Sully. Bulletin Percheron de la Société d'Histoire de d'Archéologie, 1934 p .40 GUILLEMIN, Laëtitia. Le mausolée de Sully et de Rachel de Cochefilet. In LECUYER-CHAMPAGNE , Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd p. 7 GOUVERNEUR, Aristide. Le Tombeau de Sully. Bulletin Percheron, Société d’Histoire et planche n°3 JUBAULT, A. Album Percheron. Nogent-le-Rotrou : G. Fauquet, 1926. planche XLI. LE MUET, Pierre. Règles des cinq ordres d'architecture de Vignolle. Paris : chez p. 14 PROUST, Stanislas. Inventaire sommaire des Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou depuis leur fondation jusqu'à 1790. Nogent-le-Rotrou : Impr. A. Gouverneur, 1869.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le portail de Sully donne accès à la cour de l’Hôtel-Dieu. Il se situe au n°1 de la rue de Sully
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue Sully - en ville - Cadastre : 1990 BH 265
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Historique Le portail de Sully Dans un acte datant de 1643 , Rachel de Cochefilet, veuve de Sully « rebâtir le petit logis qui sera démoli par la ruine du portail qui sera faite pour rebâtir un autre portail à l'entrée de la grande cour du dit Hôtel-Dieu ». Le nouveau portail supplante un accès antérieur , manifestement moins monumental. Le couronnement du portail porte le nom de «LHOSTEL DIEU» sur la table de l’édicule et les armes de Maximilien de Béthune sculptées sur le fronton. Altérations et patrimonialisation Les armes de Sully ont été bûchées à la Révolution française. Le couronnement, les piédestaux et la en fer tandis que les piédestaux sont constitués d’une pierre plus claire que le grès d’Authou dans lesquels ils figurent actuellement. Le portail de Sully est inscrit à la liste complémentaire des Monuments historiques depuis le 7 novembre 1990. Description Le portail de l’Hôtel-Dieu est situé au n°1 de la rue Sully. C’est l’unique accès depuis la rue Sully vers la cour de l’Hôtel-Dieu. Le portail est
    Illustration :
    Porte de la vigne du révérendissime patriarche Grimani, dans LE MUET, Pierre. Règles des cinq
  • Maison (17 rue Bretonnerie)
    Maison (17 rue Bretonnerie) Nogent-le-Rotrou - 17 rue Bretonnerie - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Les marqueurs stylistiques observés sur le bâtiment 1 (vestiges d’une croisée, corniche en talon , escalier en vis à cage carré, trompe sculptée, fenêtre à linteau de l’escalier) permettent de dater le alors de sa propre parcelle. Malgré la présence du bâtiment 2 sur le cadastre ancien (1811), ses matériaux de construction comme ceux des bâtiments 3 et 4 permettent de les dater entre le dernier quart du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle. Le remembrement de la parcelle du bâtiment 1 avec celle du bâtiment 2 a néanmoins eu lieu avant 1811, le cadastre ancien ne figurant qu’une parcelle à
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    accessibles depuis la rue par un couloir latéral situé dans le bâtiment 2. Ce dernier dessert les pièces du moellons recouverts d’enduit, les éléments porteurs sont montés en brique. Le bâtiment 1 et sa tour d’escalier sont construits en moellons enduits, la pierre de taille est réservée aux éléments porteurs. Le
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 17 rue Bretonnerie - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Bourg : fontaine Saint-Vincent (rue Saint-Vincent)
    Bourg : fontaine Saint-Vincent (rue Saint-Vincent) Néons-sur-Creuse - Bourg - rue Saint-Vincent - en village - Cadastre : espace public
    Historique :
    1981 ; Sécheresse 2019). La fontaine était l'objet de dévotion en période de sécheresse. Le prêtre
    Référence documentaire :
    photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B p. 47-48 DESPLACES, Jean-Louis. Le florilège de l’eau en Berry. Fontaines saintes – Fontaines à
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G 51
    Historique :
    moines clunisiens de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, elle est donnée aux bénédictins de l'abbaye de gothique. Le 17e siècle constitue une seconde phase importante de travaux : aménagement d'un portail , le curé Mauclerc déplore, lors de travaux de restauration, que les religieux de Thiron aient « abattu et ruiné le rond-point ou pignon de pierre au-dessus de la sacristie [qui se trouvait derrière 1871, le curé Arsène Amiot charge l'architecte Heurteau, de Châteaudun, de dresser des plans pour latéraux. Appuyé par le sous-préfet, le conseil municipal s'y oppose et le projet ne voit pas le jour sont agrandies et le couvrement du choeur est doté de voûtes d'ogives, probablement grâce au mécénat de
    Observation :
    , semble être inachevée - pour preuve, le raccordement maladroit de la flèche en ardoise avec la maçonnerie
    Référence documentaire :
    Le Perche Pittoresque - Argenvilliers, l'église./Jules Renoult éditeur. Carte postale ancienne Lormeau, chantre de Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, et Jacques Lormeau, curé de Notre-Dame de Nogent-le Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la société p. 73-78 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    portail occidental, et que l'on eût accédé à l'édifice par le nord (voir les traces d'une ancienne porte arc brisé à réseau gothique sur chaque mur gouttereau, et une petite baie cintrée qui surmonte le portail occidental. Le chœur, plus étroit que la nef, est éclairé par des baies en arc brisé à remplage lambrissée en berceau, avec une charpente à entraits et poinçons apparents. Le chœur et la sacristie sont famille d'Estouteville. Le retable du maître-autel, érigé au 17e siècle, a restreint le chœur originel à
    Illustration :
    Vue partielle depuis le nord (carte postale ancienne, début 20e siècle, postée en 1908 Vue générale depuis le nord-ouest (état en 2009). IVR24_20092800003NUCA Tour-clocher, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20092800004NUCA Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20092800006NUCA
  • Bachelotière : ferme
    Bachelotière : ferme Argenvilliers - La Bachelotière - en écart - Cadastre : 1811 C2 293 à 296 1992 ZH 6, 7
    Historique :
    Le lieu-dit de La Bachelotière est attesté dès 1620 (sous le toponyme de Bachoguerre) comme possession de l'abbaye Saint-Avit de Châteaudun. Au troisième quart du 18e siècle, le hameau prend le nom de "Bacholottière" (sur la carte de Cassini). Parmi les trois bâtiments présents en plan sur le cadastre de 1811 - qui constituent la ferme et qui semblent remonter au 18e siècle - le logis (au sud) a été reconstruit
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    d'une cour ouverte. Au sud, le logis, en rez-de-chaussée, possède des ouvertures en brique. En face, un
    Illustration :
    Bâtiment principal (logis et dépendances), vue générale depuis le nord-est. IVR24_20092800089NUCA
  • Bourg : lavoir
    Bourg : lavoir Frazé - (le) Bourg - - en village - Cadastre : 2016 OB 162
    Historique :
    Le conseil municipal délibère le 14 août 1881 en faveur de la construction d'un lavoir communal sur le ruisseau de la Cayenne (le bras sud de la Foussarde) dans le bourg. Le même jour, un devis est (maçonnerie) et Eugène Laumaillet (charpente et couverture). La réception définitive intervient le 11 novembre
    Description :
    Le lavoir se situe au nord-est du bourg. De plan rectangulaire, il comprend deux murs maçonnés en Saint-Denis-d'Authou, d'où elle est extraite). Le toit à longs pans est couvert en ardoise. L'édifice conserve le tablier, ainsi que la planche à laver et le treuil.
    Localisation :
    Frazé - (le) Bourg - - en village - Cadastre : 2016 OB 162
    Illustration :
    Coupe verticale du lavoir illustrant le devis (par un auteur inconnu), dressé en 1882 (AD d'Eure-et Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20162801120NUCA
  • Coudray : ferme
    Coudray : ferme La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Historique :
    En 1814, un seul bâtiment figure en plan sur le cadastre. Il semble dater du 18e siècle, comme tendent à le montrer les murs en pan de bois hourdés en terre et la pente de toit importante. Ce bâtiment (très certainement une ferme de type bloc à terre avec logis et dépendances sous le même toit) est
    Observation :
    premier ordre à l’échelle communale. La grange-étable est à mettre en relation avec le bâtiment principal
    Description :
    Coudray comprend trois bâtiments et un hangar, répartis autour d’une cour ouverte. Le bâtiment le plus de la ferme, le second bâtiment abrite le logis. Une laiterie en appentis lui est accolée en façade postérieure au nord. En rez-de-chaussée, le bâtiment possède des murs en terre avec soubassement, maçonnés en sud se trouve le hangar sur poteaux de bois reposant sur des socles maçonnés en brique. Les toits sont
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Illustration :
    Vue générale de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20132800380NUC2A Grange-étable, vue générale depuis le sud-est (état en 2010). IVR24_20132800385NUC2A Grange-étable, vue générale depuis le sud-est (état en 2013). IVR24_20132800386NUC2A
  • Bigoureau : ferme 01
    Bigoureau : ferme 01 Lureuil - Le Bigoureau - 2 - en écart - Cadastre : 2015 D 600, 601 1812 D 592
    Historique :
    Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812. L’un d’eux est implanté à l’emplacement du
    Description :
    calcaire) et présentent des accès dans les murs gouttereaux. Le logement se compose de deux bâtiments et en rez-de-chaussée (peut-être à comble à petit surcroît). Le mur de façade s’élève sur un solin de
    Localisation :
    Lureuil - Le Bigoureau - 2 - en écart - Cadastre : 2015 D 600, 601 1812 D 592
    Illustration :
    Le logement de la ferme figure sur le plan cadastral de 1812 (parcelle D 592), dans le haut de Vue du logement depuis le sud-est. IVR24_20163600176NUC2A Vue de la grange (transformée en étable) accolée à la maison, depuis le sud. IVR24_20163600177NUC2A Vue des étables et de l'extension du logement (fenêtre) depuis le nord-ouest Vue de la grange, de l'étable et de l'emplacement de l'ancien four à pain, depuis le sud-est
  • Bigoureau : maison
    Bigoureau : maison Lureuil - Le Bigoureau - 1 - en écart - Cadastre : 2015 D 1096 1812 D 594, 595-597
    Historique :
    Il ne reste rien des bâtiments représentés sur le plan cadastral de 1812. L'édifice actuel aurait
    Localisation :
    Lureuil - Le Bigoureau - 1 - en écart - Cadastre : 2015 D 1096 1812 D 594, 595-597
    Illustration :
    Des bâtiments (disparus) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 594, 595, 597 ), dans le haut de l'image (gauche de la route). (Archives départementales de l'Indre Vue de la maison depuis le sud IVR24_20163600159NUC2A
  • Bourg : mairie-école, actuellement mairie
    Bourg : mairie-école, actuellement mairie Frazé - le Bourg - 2 place du Château - en village - Cadastre : 2016 AB 16
    Historique :
    charges sont commandés par le conseil municipal à M. Favé, agent-voyer à Brou. Les travaux sont adjugés , pour la somme de 13 140 francs. L'édifice est reconstruit en 1861, comme le montre la date portée sur ; - la cour de récréation est également insuffisante ; - enfin, le mobilier est hors d'usage. La salle de , adjugés le 11 janvier 1885 à Jean-Baptiste Bret, entrepreneur à Brou, sont réalisés la même année. Depuis
    Description :
    niveaux. Au rez-de-chaussée se trouvent la salle de classe et le logement de l'instituteur (devenus respectivement la salle du conseil municipal et le secrétariat de la mairie) ; à l'étage, les chambres et la . Les encadrements des baies, les chaînages d'angle, les souches de cheminée sont en brique. Le décor brique encadrant cette dernière. Le toit à longs pans et à croupes est couvert en ardoise.
    Localisation :
    Frazé - le Bourg - 2 place du Château - en village - Cadastre : 2016 AB 16
    Illustration :
    rouge : le nouvel édifice à reconstruire) dressé par par l'agent-voyer Favé en 1859 (AD d'Eure-et-Loir Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162801104NUCA Façade postérieure, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800027NUCA
  • Bessardière : ferme, actuellement maison
    Bessardière : ferme, actuellement maison Néons-sur-Creuse - La Bessardière - 44 - en écart - Cadastre : 2015 A 141, 428 1812 A 328, 329, 330
    Historique :
    Le logement figure peut-être sur le plan cadastral de 1812, mais il semble avoir été reconstruit à la fin du 19e ou du début du 20e siècle, comme le reste de la ferme.
    Description :
    murs gouttereaux. Le logement double, orienté sud-ouest/nord-est, est en rez-de-chaussée ; sa toiture
    Illustration :
    Le logement semble figurer sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 328, 329), dans le centre de Vue du logement depuis le sud-est IVR24_20163600690NUC2A Vue de la grange depuis le sud-ouest IVR24_20163600689NUC2A Vue des anciennes étables depuis le sud-est IVR24_20163600691NUC2A
1 2 3 4 6 Suivant