Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cinéma Rex, actuellement magasin de commerce (45 rue Nationale)
    Cinéma Rex, actuellement magasin de commerce (45 rue Nationale) Tours - Quartier sinistré nord - 45 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DZ 169 à 173, 184, 187
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    fréquentation, couplée à l'ouverture à Tours de deux complexes plus importants, entraîna la fermeture du cinéma d'importants dommages lors des bombardements de juin 1940. À la Libération, la société Miglioli-Pouligny Frères chargea l'architecte Pierre Labadie de sa reconstruction, envisagée au cœur de l'îlot P, de l'autre côté de la rue Nationale. L'architecte était déjà l'auteur des cinémas Olympia et Studio édifiés à partir de 1952 dans l'îlot I. Labadie dressa les plans du Rex en avril 1956 et s'associa à l'ingénieur Carré pour élaborer un système de charpente métallique. Retardé par un litige opposant les exploitants à l'un des propriétaires de l'îlot P, le chantier ne débuta qu'en 1961 pour s'achever en juillet 1962 . L'accès à l'édifice d'origine se faisait rue Nationale par une sorte de galerie marchande dont le centre était occupé par une boutique entièrement vitrée, installée en retrait de la rue et bordée de deux couloir, ouvraient sur un grand hall commun où se situaient les guichets, et permettaient au spectateur de
    Observation :
    L'abandon résultant de la fermeture du cinéma et les problèmes juridiques inhérents à l'indivision ont empêché toute visite du bâtiment au cours de l'enquête.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701789NUC2A). Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701788NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701787NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701784NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701785NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701786NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701790NUC2A).
    Canton :
    Tours-Centre
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    L'ancien cinéma forme un vaste parallélépipède rectangle de 28 mètres sur 21 mètres implanté au cœur de l'îlot P. Un assemblage complexe de cinq niveaux caractérise l'édifice actuel, qui présente un petit sous-sol, un rez-de-chaussée semi-enterré et entresolé, et un étage supérieur dédoublé. Selon la dernière configuration connue, il se compose de cinq salles de tailles diverses disposant plusieurs séries de sièges en gradin. Sa capacité totale est de 1200 places. Le gros-œuvre a été réalisé en maçonnerie de moellons et parpaings de béton. Les façades sont recouvertes de différentes couches d'enduit , alternant de larges bandeaux de chaux talochée et de crépi tyrolien. Un lanterneau aveugle et un toit à longs pans en pente douce, constitués de tôles ondulées en fibrociment, reposent sur une charpente grand parking souterrain de l'îlot longent les côtés nord et sud du bâtiment. L'ensemble est implanté perpendiculairement à la rue Nationale, reliée au cinéma par un passage d'entrée large de 5,30 mètres, actuellement
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 45 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DZ 169 à 173, 184
    Titre courant :
    Cinéma Rex, actuellement magasin de commerce (45 rue Nationale)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Elévation de la façade est, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W Elévation de la façade nord, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W Coupe longitudinale, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W 17 Coupes transversales, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W 17 . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). IVR24_20103701788NUC2A Coupes de l'état existant, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis Coupes après réaménagement, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis Façades après réaménagement, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis Plan de l'entresol après réaménagement, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). IVR24_20103701787NUC2A
  • Tours, Lycée Paul-Louis Courier : sculpture
    Tours, Lycée Paul-Louis Courier : sculpture Tours - 2 place Grégoire-de-Tours - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    À l'occasion des travaux d'extension de l'établissement réalisés par l'architecte Jacques des travaux de décoration des édifices publics en appel. Le 11 novembre 1976, le projet reçoit un avis défavorable de l'Inspection Académique : il est rejeté à l'unanimité par les membres du conseil d'administration de l'établissement regrettant que l'artiste n'ait pas étudié, sur place et avec les usagers , l'insertion de l’œuvre dans le cadre architectural. Toutefois, le projet reçoit le 4 octobre 1976 un avis favorable du Conseil municipal et le 20 octobre un avis très favorable la conseillère artistique régionale qui déclare l'emplacement et le voisinage de la cathédrale pertinent et positif, permettant "l'alliance du contemporain et du classique". Après examen, la Commission nationale des travaux de décoration observe que sur le plan plastique, l’œuvre ne manque pas de qualité mais que l'emplacement doit faire l'objet d'une concertation sur place entre l'architecte, l'artiste et les usagers de l'établissement. La
    Référence documentaire :
    Archives nationales,19880466 art. 122. Projet Moreau pour le lycée P. L. Courier de Tours . Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1971-1980.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    L’œuvre est implantée dans la cour centrale du lycée, au pied de la cathédrale, et fait face à représente un élément végétal s’apparentant à un bulbe de fleur. Elle mesure environ 1.4 mètre de hauteur et 3 mètre de circonférence. Le matériau utilisé est une pierre calcaire, probablement de la pierre de Chauvigny. De plus, la sculpture est recouverte d'un matériau blanc, possiblement une peinture, altérée
    Localisation :
    Tours - 2 place Grégoire-de-Tours - en ville
    Titre courant :
    Tours, Lycée Paul-Louis Courier : sculpture
    États conservations :
    altération biologique de la matière
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de situation. IVR24_20163700125NUCA Vue de situation. IVR24_20163700126NUCA Vue de situation. IVR24_20163700127NUCA
  • Réseau de chauffage urbain du Sanitas
    Réseau de chauffage urbain du Sanitas Tours - Quartier du Sanitas - 29 rue Jacques-Marie-Rougé - en ville - Cadastre : 2010 CR 65
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Ayant pour but de fournir en chaleur les immeubles des deux premières tranches du secteur industrialisé, la réalisation de la centrale thermique - couramment dénommée chaufferie - et son réseau de chauffage est prévue dès 1955. Son permis de construire était, en avril 1956, commun à celui de la première tranche de 811 logements. Le bâtiment est alors envisagé à l'aplomb du bâtiment M, au sud de la rue Jacques-Marie-Rougé. Des difficultés de financement et une implantation trop proche des logements pas de maintenir des températures normales dans les immeubles d'habitation. Équipée de six chaudières au charbon, fournissant 21 millions de calories par heure, la chaufferie est achevée au milieu de l'année 1960. La réalisation de l'opération Christophe-Colomb et de la troisième tranche du Sanitas nécessita l'installation de trois chaudières au fuel lourd, offrant 9 millions de calories par heure chaufferie fit l'objet d'une rénovation extérieure, effectuée en 1998 sous la direction de l'architecte
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine). (cf. illustration n° IVR24_20113701161NUC2A). (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf Archives communales de Tours. Série W : 999 W 128. Archives communales de Tours. Permis de construire n°55-727.
    Canton :
    Tours-Sud
    Dénominations :
    réseau de chauffage urbain
    Description :
    Construite sur un plan quadrangulaire en bordure sud de la rue Jacques-Marie-Rougé, la chaufferie du réseau de chauffage urbain du Sanitas fournit en chaleur l'ensemble des bâtiments de l'opération , ainsi que les groupes scolaires et les bâtiments de la Rotonde. Les façades reprennent l'esthétique et les matériaux de l'opération Blaise-Pascal, réalisée quelques années avant la rénovation de la chaufferie. Le corps principal du bâtiment, qui abritait les silos à charbon, est revêtu de panneaux de tôle laquée claire isolés phoniquement. Un même bardage couvre la cheminée, haute de 39,50 mètres. Les autres façades sont couvertes d'un enduit de type plastène couvrant la structure porteuse. Les baies vitrées sont particulièrement réduites. Quatre rangées de vitrages verticaux scandent la façade sud, étant reliés entre eux par un vitrage filant en partie haute. La façade ouest offre une vitrine en rez-de-chaussée, la façade nord reprenant, quant à elle à l'étage, le dessin de baie filante déjà employé pour le centre de vie de
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 29 rue Jacques-Marie-Rougé - en ville - Cadastre : 2010 CR 65
    Titre courant :
    Réseau de chauffage urbain du Sanitas
    Appellations :
    réseau de chauffage urbain du Sanitas
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Projet initial - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n Plans du projet d'extension - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702268NUDA Vue de la façade sud. IVR24_20103701468NUC1A Vue de la façade nord. IVR24_20103701544NUC2A
  • Îlot Q
    Îlot Q Tours - Quartier sinistré nord - rue du Maréchal-Foch rue Marceau rue des Halles rue du Président-Merville - en ville - Cadastre : 2010 DZ 271 à 287
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    implantation, en limite du périmètre de reconstruction, est fixée par le premier plan parcellaire dressé en décembre 1948 par l'Association syndicale de remembrement. L'îlot Q y est défini comme un ensemble de type portées au plan de remembrement font évoluer de manière significative la composition générale de de l'architecte Michel Vallée. Celui-ci dresse courant 1955 les plans généraux qu'il annexe au permis de construire, déposé en septembre de la même année. L'aménagement particulier du sous-sol en parc de stationnement sur deux niveaux requiert au préalable la réalisation de fondations spéciales. Le gros-œuvre est lancé début 1956 dès la réception de ces fondations, et prend fin à l'été 1957. Les premiers certificats de conformité sont rédigés en novembre 1959. L'îlot Q a connu depuis son achèvement quelques transformations. Le garage de réparation automobile, qui occupait une grande partie du cœur d'îlot, a été surélévation de ce bâtiment en rez-de-chaussée et y a aménagé plusieurs bureaux, destinés à Touraine Logement
    Parties constituantes non étudiées :
    immeuble de bureaux parc de stationnement hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    Tirage : plan cadastral dressé le 28 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan, [1955]. Par Vallée, Michel (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de AC Tours. Relogement des sinistrés de la guerre 1939-1945, 6 F 250. Îlot Q, 1952-1959. AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 19. Îlot Q, 1948-1955.
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Situé en bordure du périmètre de reconstruction, l'îlot Q est délimité au nord par la rue du Président-Merville. Doté d'un plan en forme de U ouvert sur l'ouest, il présente deux interruptions du bâti rue du Président-Merville. Cet ensemble concerté comprend un immeuble de bureaux, deux immeubles à logements, un hôtel de voyageurs et douze immeubles d'habitation à rez-de-chaussée commercial. Alignés à front de rues, les édifices se dressent sur un sous-sol de caves et comportent en rez-de-chaussée des façades postérieures une rangée de garages et d'arrière-boutiques à toit-terrasse. Différentes séquences de façades sur rue se rencontrent dans l'îlot Q, au sein toutefois d'une relative homogénéité liée au -carrés. Deux d'entre eux présentent sur rue un étage de comble supplémentaire, signalé par la présence de lucarnes à croupe. La rue des Halles est bordée par un ensemble de cinq immeubles à deux étages-carrés et un étage de comble. Cette deuxième séquence se caractérise notamment par l'emploi d'un seul type
    Étages :
    2 étages de sous-sol rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type ouvert en forme de U immeuble de bureau en coeur d'îlot
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue du Maréchal-Foch rue Marceau rue des Halles rue du
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1955/n°482) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot : DZ 283 (243) garage (transformé en immeuble de bureaux par Lissalde dans les années 1980) - Lépingle Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot Q ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 22 . (aménagement de la cour de service) - Villenave (serrurrerie, fermeture) - Pieux Franki (fondations)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 19, îlot Q). IVR24_20113700628NUC2A Plan du deuxième sous-sol, M. Vallée arch., [1955]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du premier sous-sol, M. Vallée arch., [1955]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du rez-de-chaussée, M. Vallée arch., [1955]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du premier étage, M. Vallée arch., [1955]. (archives municipales de Tours, Permis de Coupes et élévation des façades ouest, M. Vallée arch., [1955]. (archives municipales de Tours ]. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1955/n°482). IVR24_20113700739NUC2A Elévations des façades postérieures, M. Vallée arch., [1955]. (archives municipales de Tours Plan de situation. IVR24_20113701261NUDA Plan des servitudes annexé au cahier des charges du remembrement de l'îlot, 20 décembre 1948
  • Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20)
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20) Tours - Quartier du Sanitas - allée de l' Adjudant-Foiny allée de la Belle-Fille allée de Cangé allée de la Charparaie allée de Chaumont allée de Cheverny allée de la Devinière avenue du Général-de-Gaulle allée de Montrésor rue Nioche - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    . L'abandon de la norme ECONOR (logements non traversants), décidé à l'été 1958, conduisit l'Office municipal Parmi les trente immeubles de norme HLM (logements traversants) en R+4 (4 étages au-dessus du rez -de-chaussée) prévus initialement pour l'ensemble du secteur urbain concerté du Sanitas, quatre sont réalisés dans le cadre de la première tranche, dont deux partiellement, offrant un total de 173 logements à retenir la seule norme HLM pour les immeubles restant à construire dans le cadre de la deuxième enfin achevés en 1963. Construits de part et d'autre de l'avenue du Général-de-Gaulle, ils constituent la tranche II bis de l'opération du Sanitas, venant en reconduction de la deuxième tranche. Le . L'opération, réalisée à titre de prototype, fut ensuite étendue, à partir de la fin des années 1980, à d'une surélévation par un cinquième étage formé de petits logements destinés aux étudiants. 57 nouveaux logements furent mis en service entre 1994 et 1997, la rénovation de l'ensemble des bâtiments s'achevant en
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 94). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 94). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf
    Canton :
    Tours-2
    Murs :
    pierre de taille parpaing de béton
    Description :
    , I, L, P, Q1, Q2, 3, 4, 5, 6, 7a, 7b, 8, 9, 10 et 12 - est formé par une ossature dalle et murs-de -refend en béton, reposant sur une structure extérieure porteuse en pierre de taille provenant de carrières du Poitou. Chaque immeuble repose sur un niveau de sous-sol à usage de caves : les parois extérieures, épaisses de 35 centimètres, y sont bâties en parpaings. La division de l'espace intérieur y est effectuée par des murs de refend de 25 centimètres d'épaisseur, distants de 5,50 mètres les uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant constituées d'ardoise débitée en lames d'épaisseur variable et ensuite rejointoyées. Des blocs de pierre de taille, toujours de 35 centimètres d'épaisseur, se substituent ensuite à l'ardoise pour les quatre niveaux d'étage. L'ossature du bâtiment est soulignée par la grille orthogonale formée par les nez-de -dalle et les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend, l'ensemble peint en gris formant une
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - allée de l' Adjudant-Foiny allée de la Belle-Fille allée de Cangé allée de la Charparaie allée de Chaumont allée de Cheverny allée de la Devinière avenue du Général-de-Gaulle allée de Montrésor rue Nioche - en ville
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+4
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Bâtiment G - plan du sous-sol - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis Bâtiment G - plan du rez-de-chaussée - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan des étages 1 et 4 - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan des étages 2 et 3 - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan des pignons ouest et est - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiment G - plan de la façade sud - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan de la façade nord - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - coupes - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de Coupes sur conduits de fumées et ventilations - 1955. (Archives communales de Tours, section Plan des façades du bâtiment 12. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W
  • École primaire et collège Anatole-France
    École primaire et collège Anatole-France Tours - Quartier sinistré nord - 2 rue des Jacobins 1 rue des Amandiers - en ville - Cadastre : 2010 DX 290, 291
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Appelée "école du Musée" au début du 20e siècle, l'ancienne école de garçons Anatole-France occupait avant-guerre un édifice de la place Anatole-France, avoisinant à l'est l'école des beaux-arts . Épargné dans un premier temps lors de l'incendie du quartier en juin 1940, cet imposant bâtiment est totalement sinistré par les bombardements de juin 1944, attaques aériennes touchant également l'école de filles de la rue Voltaire. Dès la Libération, les classes sont relogées dans des baraquements provisoires de groupe scolaire préconise le regroupement des écoles Anatole-France et Voltaire sur le terrain de dressé par l'architecte chef de groupe Henry Lhéritier de Chézelle. A la suite de l'établissement fin 1953 d'un projet d'exécution, la construction est lancée début 1956 par la réalisation de fondations spéciales. D'importantes modifications surviennent toutefois au cours de cette même année, suite à l'augmentation des effectifs scolaires : le programme est redéfini afin de permettre la construction de dix
    Référence documentaire :
    ) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire (éditeur). (archives municipales de Tours, 11 Fi 14.2340). (cf. illustration n° IVR24_20113700703NUC2A). Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356). (cf. illustration n , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 28 novembre 1944. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de
    Canton :
    Tours-Centre
    Murs :
    pierre de taille plaquis
    Description :
    tours maçonnées, traitées en bas-relief et disposées en V, est apposé au centre de la façade principale ville de Tours. L'extension de l'établissement rue des Amandiers adopte un parti de composition , composés de deux bâtiments actuellement disposés en équerre le long du quai et de la rue des Amandiers. Une de ce même bâtiment ainsi que dans une aile plus récemment construite en retour sur la rue des Amandiers. L'édifice principal, composé d'un sous-sol, d'un rez-de-chaussée et de trois étages-carrés , une grille séparative distinguant les emprises de l'école primaire et du collège. Édifié sur de profondes fondations compte-tenu de la nature friable du terrain à proximité de la Loire, son gros-œœuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Coté quai, la façade principale est recouverte d'un parement de pierre de taille. Le soubassement en béton imite un bossage continu alternant avec des ouvertures carrées groupées par trois, qui éclairent par des pavés de verre les préaux et
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Lhéritier de Chézelle Henry
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 2 rue des Jacobins 1 rue des Amandiers - en ville - Cadastre
    Annexe :
    intérieurs d'origine. Au rez-de-chaussée, un grand hall d'entrée jouxte le bureau du directeur et un vaste cantine est reliée à une petite cuisine et s'ouvre par une porte sur la cour de l'école primaire. Des toilettes filles et garçons s'alignent dans le prolongement de la cuisine. Un grand escalier partant du hall au nord du bâtiment et donnant accès aux quatre salles de classes par étage alignées dans la partie sud de l'édifice afin de tirer parti d'un ensoleillement maximum. Le sol du couloir et des différentes distribution semblable malgré les rénovations opérées il y a quelques années. L'extension de l'établissement réfectoire au rez-de-chaussée, un centre de documentation et une salle polyvalente au premier étage, des au sein d'un bâtiment annexe en rez-de-chaussée construit à l'angle sud-ouest de la cour.
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 37). IVR24_20113700706NUC2A . Tulasne et R. Boyer arch., [1952]. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 ., 17 décembre 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 ., 19 décembre 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 ., 31 janvier 1957. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 . Tulasne et R. Boyer arch., 4 février 1957. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole Vue depuis le quai du bâtiment réalisé, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques Vue depuis le quai du bâtiment réalisé, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques Vue de la cour depuis la rue des Jacobins, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds
  • Îlot O
    Îlot O Tours - Quartier sinistré nord - rue Richelieu rue des Déportés rue Néricault-Destouches rue Marceau - en ville - Cadastre : 2010 DZ 195 à 213
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    le quartier nord à partir du milieu des années 1950. Son aménagement est confié à Henry Lhéritier de Chézelle, chef de groupe de l'îlot T voisin. Se fondant sur le premier plan parcellaire dressé en décembre 1948 par l'Association syndicale de remembrement qui définit l'îlot O comme un ensemble de type fermé préalables en janvier 1951, évaluant le chantier de construction à plus de 188 millions de francs. En mai 1952, Lhéritier de Chézelle dépose une première demande de permis de construire. Mais faute de crédits disponibles, la reconstruction de l'îlot O est ajournée sine die. En 1953, un nouveau plan de remembrement fait évoluer de manière significative la composition générale de l'ensemble : l'îlot O adopte un plan en U, ouvert sur la rue Richelieu par une large interruption du bâti. Le dossier de permis de construire est complété en juillet 1954, afin de prendre en compte ces importantes modifications. La délégation départementale du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme autorise le lancement du
    Observation :
    Les îlots O et N sont édifiés symétriquement de part et d'autre de la rue Richelieu et adoptent des
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 17 ). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°292). (cf. illustration n AC Tours. Relogement des sinistrés de la guerre 1939-1945, 6 F 250. Îlot O, 1955-1960. AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 17. Îlot O, 1948-1954. AC Tours. Permis de construire 1952/n°292. Reconstruction de l'îlot O, 1952-1960. les différents quartiers de Tours. La Nouvelle République, 2 février 1955. p. 22 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86. Plan des servitudes annexé au cahier des charges de remembrement de l'îlot O / Auteur inconnu. 1 :500. 20 décembre 1948. 1 tirage : plan (AC Tours. 149 W 17). A.S.R. Tours-Nord. Îlot O. Parcelle 210. Etablissements Briau / Gabriel Soulary et André Le Roy. 1
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Situé en bordure du périmètre de reconstruction, l'îlot O est délimité au nord par la rue Richelieu d'habitation à rez-de-chaussée commercial alignés à front de rues. D'aspect assez hétérogène, il présente deux types de hauteur sous corniche. Les côtés sud, est et ouest de l'îlot sont bordés par cinq immeubles à la rue Richelieu, ces quatre édifices adoptent une composition symétrique de type AB-BA. Chaque paire regroupe un immeuble de cinq travées à trois étages-carrés et un immeuble de trois travées à deux étages Marceau et Néricault-Destouches, un bâtiment de taille plus importante se distingue des autres par ses . Le reste de l'îlot est coiffé de toits à longs pans et croupes couverts d'ardoise, hérissés de souches de cheminées en béton. Quatre immeubles présentent des lucarnes de forme rentrante, rampante, à croupe ou à fronton-pignon, qui éclairent un étage de comble. Un enduit ciment recouvre les façades. Le gros-œuvre a été réalisé en béton armé et maçonnerie de moellons.
    Étages :
    rez-de-chaussée rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Lhéritier de Chézelle Henry
    Typologies :
    îlot de type ouvert en forme de U
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue Richelieu rue des Déportés rue Néricault-Destouches rue
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1952/n°292) Le numéro entre Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot O ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 22 parenthèses correspond à la numérotation cadastrale en vigueur lors du premier remembrement de l'îlot. La parcellaire survenu quelques mois avant la construction de l'îlot. En l'absence du plan remanié, il ne nous a parcelles de l'époque. - Bertrand : DZ 199-198 (204-204bis) ; (212) - Boille J. : (211) - Boille P. : DZ Roy et Soulary : DZ 209 (209) - Lhéritier de Chézelle : DZ 195-204 (206) - Marconnet R. et J. et
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 17, îlot O). IVR24_20103702644NUCA Marceau et Néricault-Destouches, Soulary et Le Roy arch., 31 mars 1954. (archives municipales de Tours Plan de situation. IVR24_20113701259NUDA Plan des servitudes annexé au cahier des charges du remembrement de l'îlot, 20 décembre 1948 Coupes et élevations des façades pricipales et postérieures de l'immeuble à l'angle des rues , Permis de construire 1952/n°292). IVR24_20103701778NUC2A Façades nord et ouest de l'îlot vues depuis l'angle des rues Marceau et Richelieu Ensemble ouest de l'îlot, vue depuis la rue Richelieu. IVR24_20103702543NUCA Façades sud et ouest de l'îlot vues depuis l'angle des rues Néricault-Destouches et des Déportés
  • Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6)
    Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6) Tours - Quartier du Sanitas - 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de la Bourdaisière 2, 4, 6, 8 allée de Cheverny 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de Luynes 4, 6, 8 allée du Plessis - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    ferrée de Tours à Nantes. Les ECONOR firent l'objet, à l'instar des autres bâtiment du Sanitas, d'une Les études de la première tranche du secteur industrialisé, lancées à la fin de l'été 1954, se basaient sur un programme initial de 600 logements, répartis à égalité entre des HLM et des ECONOR , également dénommés LEN (Logements Économiques Normalisés). Voulus par le ministère de la Reconstruction des pièces des logements. Non traversants, ils ne pouvaient de fait n'être construits que dans des immeubles à exposition est-ouest, le ministère refusant la réalisation de logements exclusivement exposés au nord. En conséquence, l'ensemble des immeubles à exposition nord-sud, au sein de la première tranche première tranche débuta en février 1958, les bâtiments M et N étant, en janvier 1959, les premiers de l'ensemble de l'opération à recevoir leurs habitants. Le principe de la reconduction des normes ECONOR pour au regard des HLM, pour un coût de construction comparable. Trois cages d'escalier furent cependant
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 102Fi22). (cf Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 397 (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf
    Canton :
    Tours-Sud
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    des HLM à cinq niveaux réalisés dans le cadre de la première tranche. Il est formé par une ossature dalle et murs de refends en béton, reposant sur une structure extérieure porteuse en pierre de taille provenant de carrières du Poitou. Chaque immeuble repose sur un niveau de sous-sol à usage de caves dont les parois extérieures, épaisses de 35 centimètres, sont bâties en parpaings. La division de l'espace intérieur y est effectuée par des murs de refend de 25 centimètres d'épaisseur, distants de 5,50 mètres les uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant constituées de schiste ardoisier débité en lames d'épaisseur variable et ensuite rejointoyées. Des blocs de pierre de taille, toujours de 35 centimètres d'épaisseur, se substituent ensuite à formée par les nez-de-dalle et les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend, l'ensemble peint en gris formant une légère saillie par rapport à la paroi en pierre de taille. Les bâtiments ECONOR sont
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de la Bourdaisière 2, 4, 6, 8 allée de Cheverny 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de Luynes 4, 6, 8 allée du Plessis - en ville
    Titre courant :
    Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6)
    Appellations :
    immeuble de type ECONOR
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Bâtiment J - plan du sous-sol - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis Bâtiment J - plan du rez-de-chaussée - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan d'étage courant - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan de la façade ouest - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan de la façade est - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan des pignons sud et nord - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiment J - coupes - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de Coupes sur conduits de fumées et ventilations - 1955. (Archives communales de Tours, section Vue de la construction du bâtiment M - 1958. (Archives communales de Tours, section contemporaine Vue de la construction du bâtiment B - 1959. (Archives communales de Tours, section contemporaine
  • Immeuble de norme HLM en R+10 (ensemble de 3)
    Immeuble de norme HLM en R+10 (ensemble de 3) Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5 allée de Moncontour 1, 3, 5 place Anne-de-Bretagne - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    A l'instar de la séquence des tours en R+15 (rez-de-chaussée plus 15 étages) flanquant le boulevard de Lattre-de-Tassigny, le principe de la succession, sur un axe nord-sud, de bâtiments longs en R+10 ces quatre immeubles s'ajoutaient encore trois autres de plus grandes dimensions, au Champ-Girault et de part et d'autre de l'avenue reliant la place de la Liberté à la nouvelle gare ; ils disparurent toutefois rapidement des études suivantes. Deux bâtiments de 126 logements chacun, dénommés D et K, furent programmés dans le cadre de la première tranche de 811 logements, leur permis de construire étant accordé en avril 1956. Leur construction, retardée par les appels d'offres infructueux, débuta au milieu de l'année troisième immeuble, le bâtiment R, fut enfin achevé en 1960 dans le cadre de la seconde tranche. Ne déménager la totalité de ses habitants dans le courant de l'année 2004, avant d'être démoli l'année suivante . Dans le cadre de la convention avec l'ANRU, un jardin arboré, dénommé jardin André-Theuriet, fut
    Observation :
    L'unité de mesure des dimensions est le mètre.
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 102Fi22). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf
    Canton :
    Tours-Sud
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le système constructif des immeubles HLM en R+10 (rez-de-chaussée plus 10 étages) des première et des immeubles en R+4, augmentés de six niveaux d'élévation. Ce système est formé par une ossature dalle et murs de refends en béton, reposant sur une structure extérieure porteuse en pierre de taille provenant de carrières du Poitou. Chaque immeuble repose sur un niveau de sous-sol à usage de caves : les parois extérieures, épaisses de 35 centimètres, sont bâties en parpaings. La division de l'espace intérieur y est effectuée par des murs de refend de 25 centimètres d'épaisseur, distants de 5,50 mètres les uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant constituées de schiste ardoisier débité en lames d'épaisseur variable et ensuite rejointoyées. Des blocs de pierre de taille, toujours de 35 centimètres d'épaisseur, se substituent ensuite à formée par les nez-de-dalle et les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend, l'ensemble peint en
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5 allée de Moncontour 1, 3, 5 place Anne-de-Bretagne - en
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+10 (ensemble de 3)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+10
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Bâtiments D et K - Plan du sous-sol - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiments D et K - Plan du sous-sol - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiments D et K - Plan du rez-de-chaussée - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan du rez-de-chaussée - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan des étages 2, 4, 8, 10 - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan des étages 2, 4, 8, 10 - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade sud - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade sud - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade nord - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade nord - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours
  • Immeuble dit bâtiment 1 ter (20-22 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit bâtiment 1 ter (20-22 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 20, 22 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR 71 2010 CR 341
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    de la deuxième tranche. La présence de la voie ferrée de la ligne de Tours à Nantes empêchait en 1965. L'architecte en chef du Sanitas conçut, dans le cadre de la quatrième tranche, un immeuble d'une voie routière, l'allée de Luynes, permettant l'accès au cœur de l'îlot aux automobiles : le rôle de porte du bâtiment 1 ter devait donc, pour l'architecte, être mis en évidence par une rupture bâtiment 20, également planifié dans le cadre de la quatrième tranche du Sanitas, en prévoyant une façade en saillie uniquement composée de loggias. Les 26 logements prévus devaient être des ILN (Immeuble à Loyer Normal), d'un standing supérieur aux HLM. Le permis de construire du bâtiment fut accordé le 2 septembre 1965 ; sa réalisation ne débuta toutefois pas, le ministère de la Construction n'ayant jamais qu'en 1975, l'office HLM chargeant Jacques Lemaure, architecte ayant déjà réalisé l'opération de la Rotonde, de concevoir un programme en R+5 comprenant en outre un entresol à usage de bureaux. Les
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 127). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 127). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 127). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : 999 W 117. Permis de construire de la quatrième tranche Archives communales de Tours. Série W : 999 W 127. Permis de construire du bâtiment 1 ter par
    Canton :
    Tours-Sud
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment 1 ter marque par son gabarit une rupture nette dans le front bâti nord de l'avenue du Général-de-Gaulle, tant par sa hauteur (28 mètres, soit le double des immeubles adjacents) que par sa l'encadre. La structure de l'immeuble est classique, elle est formée d'une ossature dalle-murs de refend en béton, les façades porteuses, également en béton, recevant un placage en pierre de taille. Le dessin des façades ne comporte que de discrets rappels des modénatures du reste du Sanitas. La façade sud répète en miroir, sur huit niveaux, une séquence formée d'une loggia, de quatre fenêtres à allèges cimentées et formée d'une fenêtre simple, d'une porte-fenêtre avec garde-corps ajouré, puis de quatre autres fenêtres attribués pour la construction de logements en norme PLR étant inférieurs à ceux des HLM. Le plan du bâtiment, très simple, consiste en la jonction de deux ensembles symétriques, groupés autour d'une cage central commun ; trois sont orientés au sud, et trois au nord. La partie Est intègre en outre, en rez-de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [maître d'ouvrage] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 20, 22 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR
    Titre courant :
    Immeuble dit bâtiment 1 ter (20-22 avenue du Général-de-Gaulle)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Premier projet par Labourdette - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Plan de la façade sud - 1975. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan de la façade nord - 1975. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1976. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan de situation. IVR24_20113702258NUDA Vue de la façade sud depuis l'avenue du Général-de-Gaulle. IVR24_20103701500NUC1A Vue de la façade sud depuis la rue Christophe-Colomb. IVR24_20103701498NUC1A Perspective des trois tranches du bâtiment 1 en direction de l'ouest. IVR24_20103701494NUC1A Vue de la façade sur l'avenue du Général-de-Gaulle. IVR24_20113702333NUC2A Vue de la façade nord. IVR24_20103701546NUC2A
  • Immeuble dit opération Blaise Pascal (place Neuve)
    Immeuble dit opération Blaise Pascal (place Neuve) Tours - Quartier du Sanitas - place Neuve - en ville - Cadastre : 2010 CR 351 2010 CR 352
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    commerces/logements fut organisé par la ville de Tours et l'OPAC (Office public d'aménagement et de Denis Ranjard et des parisiens Vincent Sabatier et Jean Tribel (déjà auteurs, à Tours, de la nouvelle L'opération Blaise Pascal est réalisée à l'emplacement de l'ancien centre commercial du Sanitas construction), qui souhaitaient faire de la nouvelle opération, dénommée Blaise-Pascal, le point de départ Social de Quartier (DSP), dans sa première phase de réhabilitation. Cette opération symbolisait ainsi le formes et ses matériaux, à son environnement. Le projet de l'équipe Alea Jacta, formée du tourangeau faculté de droit) fut retenu à l'été 1994. La première pierre des nouveaux bâtiments fut posée le 18 février 1995. Les logements furent livrés à leurs occupants à la fin de l'année 1996, les commerces Tours depuis 1977.
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série W : 999 W 50. Étude du centre commercial n°1. Archives communales de Tours. Série W : 999 W 129. Étude du centre commercial n°1.
    Canton :
    Tours-Sud
    Description :
    , articulé autour de la place Neuve, deux immeubles d'habitation en R+5 et R+10, reposant sur un socle en R+1 pignons aveugles marqués de stries imitant les nez-de-dalle, poteaux porteurs reprenant la trame des centre commercial depuis les immeubles situés allée de Cheverny, marquant ainsi la division des -Theuriet, sont aveugles, et sont surmontées par un étage de bureaux et d'équipements, en léger surplomb
    Auteur :
    [maître d'ouvrage] OPAC de Tours
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Neuve - en ville - Cadastre : 2010 CR 351 2010 CR 352
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan de situation. IVR24_20113702260NUDA Vue générale de l'opération depuis la place Neuve. IVR24_20103701499NUC1A
1