Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 143 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière représentant la Pentecôte
    Verrière représentant la Pentecôte Châteauroux - rue Amiral Ribourt - en ville
    Historique :
    Cette verrière réalisée par Henri Guérin sur le thème de la Pentecôte remplace une composition de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette composition abstraite en dalle de verre évoque, par ses tons mordorés, le thème de la
    Titre courant :
    Verrière représentant la Pentecôte
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la baie 0. IVR24_20113600509NUC4A
  • La Bessardière, ferme
    La Bessardière, ferme Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 14, 17 - en écart - Cadastre : 2015 A 143, 159
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La ferme date de la toute fin du 19e siècle ou de la premier moitié du 20e siècle. Le logement a été agrandi à l’est, à la fin du 20e siècle.
    Description :
    La ferme, à cour ouverte, comprend trois bâtiments principaux : un logement, au nord-ouest, une l’extension orientale. L’étable non enduite est couverte avec de l'ardoise. La grange est partiellement
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 14, 17 - en écart - Cadastre : 2015 A 143, 159
    Titre courant :
    La Bessardière, ferme
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la grange depuis le nord IVR24_20163600714NUC2A
  • La Bessardière, ferme, actuellement maison
    La Bessardière, ferme, actuellement maison Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 10 - en écart - Cadastre : 2015 A 148, 150
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La ferme a été construite, selon les matrices cadastrales, en 1885. Elle a été remaniée à la fin du
    Référence documentaire :
    de la Brenne, 1998.
    Description :
    La ferme, remaniée, se compose d'un logement et d'une grange-étable formant un bloc-à-terre auquel dresse dans la cour.
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 10 - en écart - Cadastre : 2015 A 148, 150
    Titre courant :
    La Bessardière, ferme, actuellement maison
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue générale de la ferme (fournil au premier plan) depuis le sud-ouest IVR24_20163600697NUC2A
  • Verrière représentant la Vigne Mystique
    Verrière représentant la Vigne Mystique Veuil - en village
    Historique :
    L'auteur de ce vitrail, placé dans la nef en 1995, n'est pas connu.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette œuvre contemporaine représente un cep de vigne surmonté d'un soleil, illustrant la phrase de
    Titre courant :
    Verrière représentant la Vigne Mystique
    Illustration :
    Veuil, église St-Pierre, baie 3 : la Vigne Mystique. IVR24_20093601339NUCA
  • Chinon, Lycée François Rabelais : tableau,
    Chinon, Lycée François Rabelais : tableau, "La Métamorphose de Chinon ou la Translation de Jeanne" (prêtée) Chinon - 28 quai Danton - en ville
    Inscriptions & marques :
    D'après un témoignage oral, au revers de la toile est inscrit "La métamorphose de Chinon ou la translation de Jeanne - La France"
    Historique :
    La Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics donne son accord pour le une création en 1975. 62 373 francs furent alloués à l'artiste pour la réalisation de son œuvre. En 1998, à la demande du maire de Chinon, Yves Dauges, et avec l'accord du Conseil d'administration du lycée, l’œuvre est prêtée pour une exposition dans la salle des mariages de l'hôtel de ville. Ce l'artiste. Depuis cette date, et grâce à une convention de prêt entre la Région Centre-Val de Loire et la ville de Chinon, la ville de Chinon conserve cette œuvre à la mairie.
    Référence documentaire :
    Chinon. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1971-1980.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    1.87 mètre de hauteur et 6.98 mètre de largeur. La signature de l'artiste et la date sont visibles dans le coin inférieur droit de la toile.
    Titre courant :
    Chinon, Lycée François Rabelais : tableau, "La Métamorphose de Chinon ou la Translation de Jeanne
    Dimension :
    la 6.98 mètre
    Dates :
    1975 porte la date
    Illustration :
    Vue de détail : coin supérieur droit de la toile. IVR24_20163702140NUCA Vue de détail : coin inférieur droit de la toile portant les initiales du peintre et la date Vue de détail : coin inférieur droit de la toile portant les initiales du peintre et la date Vue de détail : coin supérieur droit de la toile. IVR24_20163702144NUCA
  • Vitrail-souvenir de la mission de 1989
    Vitrail-souvenir de la mission de 1989 Buxières-d'Aillac - en village
    Historique :
    Ce vitrail a été posé en souvenir de la mission organisée à Buxières-d'Aillac en 1989.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Vitrail-souvenir de la mission de 1989
    Illustration :
    Buxières-d'Aillac, église Saint-Germain, baie 1 : souvenir de la mission de 1989
  • La Champenoise : église Notre-Dame, verrières
    La Champenoise : église Notre-Dame, verrières La Champenoise - en village
    Historique :
    la fin du 15e siècle. L’édifice se compose d’une nef unique et d’une abside semi-circulaire. La façade sud possède encore un portail roman en avant-corps, tandis que la façade occidentale a été reconstruite en 1855. Les vitraux : Dotée de 7 baies, l'église de La Champenoise conserve 3 verrières de la
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Champenoise - en village
    Titre courant :
    La Champenoise : église Notre-Dame, verrières
    Illustration :
    La Champenoise, église Notre-Dame, vue intérieure. IVR24_20093602580NUCA La Champenoise, église Notre-Dame, baie 0 : Vierge à l'enfant. IVR24_20093602581NUCA La Champenoise, église Notre-Dame, baie 1 : verrière ornementale. IVR24_20093602582NUCA La Champenoise, église Notre-Dame, baie 4 : verrière ornementale. IVR24_20093602584NUCA
  • Preuilly-la-Ville : église Saint-Pierre, verrières
    Preuilly-la-Ville : église Saint-Pierre, verrières Preuilly-la-Ville - en village
    Historique :
    choeur elle-même ouverte sur deux chapelles latérales, étroites et éclairées par un triplet. La nef , composée de trois courtes travées, a été reconstruite par l'architecte Létang à la fin du 19e siècle. Les nord de la nef, neuf verrières datées de 1897 sont issues de l'atelier de Julien Fournier (Tours ). Enfin, dans les baies sud de la nef, deux compositions abstraites sont venues compléter cet ensemble à la fin du 20e siècle.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Preuilly-la-Ville - en village
    Titre courant :
    Preuilly-la-Ville : église Saint-Pierre, verrières
    Illustration :
    Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, vue intérieure. IVR24_20093603830NUCA Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, baie 0 : saint Pierre. IVR24_20093603831NUCA Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, baie 1 : verrière ornementale. IVR24_20093603832NUCA Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, baie 5 : saint Joseph à l'Enfant. IVR24_20093603834NUCA Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, baie 6 : Vierge à l'Enfant. IVR24_20093603837NUCA Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, baie 9 : la translation des reliques de saint Pierre à Preuilly-la-Ville, église Saint-Pierre, baie 10 : verrière abstraite. IVR24_20093603843NUCA
  • Beaune-la-Rolande, Lycée agricole de Beaune-la-Rolande : monument commémoratif
    Beaune-la-Rolande, Lycée agricole de Beaune-la-Rolande : monument commémoratif Beaune-la-Rolande - 7 rue des Déportés - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur la grande stèle : ILS / DOIVENT / AGIR / LES / UNS / ENVERS / LES / AUTRES / DANS / UN / ESPRIT / DE / FRATERNITÉ / 1994 / LES ÉLÈVES / D. FRESQUET / R. OULLIÉ. Sur la stèle moyenne : TOUS / LES / ÊTRES / HUMAINS / NAISSENT / LIBRES / ET / ÉGAUX / EN / DIGNITÉ / ET / EN/ DROITS. Sur la petite stèle
    Historique :
    Les trois stèles ont été élevées en 1994 par des élèves sous la direction de D. Fresquet et de R en souffrance : un homme, une femme et un enfant. Ce monument commémoratif célèbre entre autres la liberté, l'égalité et la fraternité.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Les trois stèles composent un monument commémoratif. La plus grande compte cinq blocs de calcaire superposés prenant la forme d'une silhouette fléchie, la moyenne de quatre blocs et la petite de trois blocs . La plus grande mesure 2 m de haut pour 0.6 m de large, la moyenne mesure 1.5 m de haut pour 0.5 m de large et la petite mesure 1.2 m de haut pour 0.4 m de large.
    Localisation :
    Beaune-la-Rolande - 7 rue des Déportés - en ville
    Titre courant :
    Beaune-la-Rolande, Lycée agricole de Beaune-la-Rolande : monument commémoratif
    Dates :
    1994 porte la date
    Illustration :
    Une stèle : les inscriptions sur la face concave. IVR24_20144500092NUCA La petite et la grande stèle. IVR24_20144500093NUCA
  • Amilly, Lycée du Chesnoy : statue,
    Amilly, Lycée du Chesnoy : statue, "La Jeunesse recevant les bienfaits de la Nature" (non réalisée) Amilly - le Chesnoy - isolé - Cadastre : 2011 BW 4
    Historique :
    Lycée agricole du Chesnoy à l'occasion de la construction des bâtiments conçus par l'architecte Jean , propose une étude d'une figure féminine, grandeur nature en terre cuite, symbolisant la Jeunesse recevant les bienfaits de la Nature qui serait à placer sur un socle d'un mètre de hauteur environ au centre d'un rond-point entouré d'arbres. Le projet dont la mise en œuvre échoit aux architectes Blareau et avec la réserve qu'il ne pourra être réalisé qu'après signature d'un marché résultant d'une autorisation de programme et de la mise à disposition de crédits déconcentrés au préfet de la région Centre. En
    Référence documentaire :
    La Jeunesse recevant les bienfaits de la Nature, esquisse. La Jeunesse recevant les bienfaits de la Nature, esquisse de la statue de monsieur Hubert Yencesse, sculpteur, [s.d.]. (Archives
    Titre courant :
    Amilly, Lycée du Chesnoy : statue, "La Jeunesse recevant les bienfaits de la Nature" (non réalisée)
    Illustration :
    La maquette du projet non réalisé (Archives départementales du Loiret Série 1069 W 82726
  • Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : sculpture,
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : sculpture, "L'oiseau dans la tourmente" Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature et date sur l’œuvre à la base : Claude / ALARD / 1976
    Historique :
    sculpteur Claude Alard réalise en 1976 une sculpture intitulée "L'oiseau dans la tourmente", pour un coût de
    Référence documentaire :
    Claude Alard, l'aigle et la flamme. Le Berry Républicain, 30 mars 2012 %, Ministère de la Culture, s.d.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    L’œuvre est constituée d'un ensemble de feuilles de fer découpées, assemblées et soudées. La
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : sculpture, "L'oiseau dans la tourmente"
    Dimension :
    la 4.0 mètre Socle : H=84 cm, la=100 x 80 cm
    Dates :
    1976 porte la date
    Illustration :
    Vue de détail : la découpe et l'assemblage des lames de fer. IVR24_20141800086NUCA
  • Hôtel de la Région Centre-Val de Loire
    Hôtel de la Région Centre-Val de Loire Orléans - 9 rue Saint-Pierre-Lentin - en ville - Cadastre : 2014 BO 163, 164
    Historique :
    Les "établissements publics régionaux" sont créés par la loi du 5 juillet 1972. La question de l'installation matérielle de la nouvelle assemblée se pose à Orléans, aucune administration ne pouvant accueillir : acheter ou faire construire un bâtiment. Cette solution est privilégiée et le site de la rue Saint-Pierre -Lentin, en vis-à-vis de la cathédrale Sainte-Croix est choisi. René Thinat, le maire d'Orléans venait de Luc Arsène-Henri (1923-1998) pour créer des espaces supplémentaires pour la mairie et pour édifier un régionales" dont la maîtrise d'ouvrage a été confiée par les élus au Département. La recherche de cohérence entre les projets conduits par deux maîtres d’ouvrage distincts (la commune et le département) sur l'une des places majeures de la ville, incite le Secrétariat d’État à la Culture à organiser une ) en juin 1976. Il s’agit également de compléter l’aménagement de la place Sainte-Croix, réalisée à ). Le cadre de cette consultation prend un double parti, celui du resserrement de la place, d’une part
    Référence documentaire :
    Archives de la région Centre-Val de Loire. W9. Construction de l'hôtel de région. 1978-1981 Projet des Frères Arsène-Henry pour la construction du siège des Assemblées régionales. Région Centre, département du Loiret, ville d'Orléans. Plan-masse des abords de la cathédrale. Esquisse Projet des Frères Arsène-Henry pour la construction du siège des Assemblées régionales. Région Projet des Frères Arsène-Henry pour la construction du siège des Assemblées régionales. Région Projet des Frères Arsène-Henry pour la construction du siège des Assemblées régionales. Région ANDRIEUX, Jean-Yves. L’architecture de la République. Les lieux de pouvoir dans l'espace public en BROCHARD, Antoine. Les hôtels de Région. Architectures républicaines à l'aune de la décentralisation. in MONNIER, Gérard, COHEN Evelyne (dir.). La République et ses symboles : un territoire de signes . Paris : Publications de la Sorbonne, 2014.
    Statut :
    propriété de la région Région Centre-Val de Loire
    Description :
    L'hôtel de région est édifié aux abords immédiats de la cathédrale Sainte-Croix, sur un terrain de 2 410 m2 délimité à l'ouest par la rue Parisie, au nord par la rue Saint-Pierre-Lentin qui longe la cathédrale, au sud par la rue Étienne Dolet, et à l'est par la place du Cardinal Touchet et l'annexe de la bâtiment de l'hôtel de région se fait de plain-pied avec la rue Saint-Pierre-Lentin, seule une grille côté -Croix : elle était initialement prévue pour les agents de l'établissement public régional et la Mission régionale. Un second accès est prévu par la rue Parisie, et un autre à l'est pour les agents du Département ceinture d'arcades formant galerie, sauf au niveau de la façade postérieure sur jardin. La structure et la d'entrée prolongé par la salle des pas perdus, destiné à l'accueil ponctuel du public. A partir de la salle des pas perdus, on accède à la grande salle des commissions qui donne sur le jardin. Elle a été agrandie au détriment de la partie ouest de la cour anglaise. L'entresol abrite l'entrée de la salle des
    Titre courant :
    Hôtel de la Région Centre-Val de Loire
    Appellations :
    hôtel de la Région Centre-Val de Loire
    Texte libre :
    La création des établissements publics régionaux date de 1972. La Région devient alors un nouvel ) Contexte de construction de l'hôtel de région place Sainte-Croix Des débats eurent lieu sur la capacité l'administration régionale. Elle sera construite en plein cœur de la cité orléanaise. D'autres lieux d'implantation avaient été envisagés : notamment La Chapelle Saint-Mesmin. La démolition des trois hôtels particuliers ) Choix du style classique La spécificité du projet de construction de l'hôtel de région d'Orléans tient à l'intervention de l'État dans le projet sous la forme de l'organisation d'une "consultation d'idées". A la demande du Secrétariat d’État à la Culture, six architectes (Xavier et Luc Arsène-Henry l’atelier AREA) proposent des projets pour compléter les bâtiments structurant la place Sainte-Croix. Ils se aux frères Arsène-Henry, architectes de la commune. Christian Langlois séduit le maire et ses décors intérieurs monumentaux Les décors intérieurs accordent une grande place au béton. La salle des
    Illustration :
    Les projets d’aménagement des abords de la place Sainte-Croix d’Orléans (1976-1984 La place Sainte-Croix d’Orléans en 2017, un pôle administratif et culturel renforcé Projet non réalisé : consultation organisée par la Commission supérieure des Monuments historiques pour l’aménagement de la place Sainte-Croix d’Orléans : projet Portzamparc-Benamo, 1976. (Archives Projet non réalisé : consultation organisée par la Commission supérieure des Monuments historiques , pour l’aménagement de la place Sainte-Croix d’Orléans : projet Portzamparc-Benamo, 1976. (Archives Consultation organisée par la Commission supérieure des monuments historiques pour l’aménagement de la place Sainte-Croix d’Orléans : projet Langlois, 1976. (Archives municipales d'Orléans, 1216 La galerie entourant le rez-de-chaussée de l'hôtel de région : plan coupe sur arcades (Archives Coupe. Détail de la salle des Assemblées (Archives départementales du Loiret
  • Descartes, Lycée La Chartrie (désaffecté) : sculpture-fontaine et patio (disparue)
    Descartes, Lycée La Chartrie (désaffecté) : sculpture-fontaine et patio (disparue) Descartes - 21 bis avenue François-Mitterand - en ville
    Historique :
    Un premier projet de Michel Mazé pour la décoration de l'établissement est examiné en mars 1975 par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics. Cette dernière, insatisfaite Mazé. La réalisation du nouveau projet reçoit un avis favorable de la Commission le 14 janvier 1976. La possède, à l'une de ses extrémités, une sculpture-fontaine en pierre et ayant la forme d'un coquillage. De largeur. La surface en ardoise mesure environ 12 m2 et celle en galets 2 m2. La sculpture-fontaine mesure
    Référence documentaire :
    Descartes, commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1971-1980.
    Titre courant :
    Descartes, Lycée La Chartrie (désaffecté) : sculpture-fontaine et patio (disparue)
  • Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue Gouverneur)
    Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 41 rue Gouverneur - en ville
    Genre :
    de soeurs de la Sainte-Famille
    Historique :
    siècle. Les irrégularités de plan et l’imbrication des bâtiments posent néanmoins la question d’un bâti être confirmée par l’aveu de 1648 qui situe au même endroit la tenue de la porte Jacquet. Celle-ci est . L’aveu tend à étayer l’hypothèse d’un remembrement au 17e siècle ou plus assurément au 18e siècle. La propriété accueille alors un hôtel particulier situé en retrait de la rue (bâtiments 1, 2 et 3) et doté d’un portail, d’une cour et de communs (bâtiments 5 et 6). Durant la Seconde Guerre mondiale, l’hôtel dit de Goëthals accueille le quartier général de la Résistance et en 1944 le quartier général des FFI. Il est alors propriété de la famille de Souancé. L’édifice est possédé par la communauté de la Sainte-Famille depuis 1975. C’est aux sœurs que l’on doit la construction des bâtiments situés plus haut sur les pentes
    Statut :
    propriété privée sœurs de la Sainte Famille
    Description :
    prend place au pied de la pente du plateau Saint-Jean, à l’angle formé par la rue Gouverneur et la ruelle de la Galaisière. Trois autres bâtiments sont situés plus haut sur la pente du plateau. La visités et étudiés. La grange (bâtiments 5 et 6) et la large porte en plein-cintre donnant sur la ruelle distribués par une cour centrale, elle-même accessible depuis la rue grâce à un portail. Les étages sont , qui possède deux niveaux d’élévation et cinq travées ordonnancées. La travée centrale est dotée d’un , le bâtiment 1 vient recouper les fenêtres du bâtiment 2, tandis que ce dernier est accoté par la
    Titre courant :
    Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue
    Annexe :
    la tenue de la porte jacquet qui fut ausdictz adam et charles les oysons et andre regnoult et de present a jean le vieil sieur de la vigne ce concistant en une tenue de maisons pres la petitte sante a monter de la rue doree aux guillieres et y joignant faisant partye de laporte jacqueta lune desquelles maisons y une chambre haulte joignant d’autre coste audict sieur de la vigne en ladicte tenue de la porte jacquet par deux endroictz a la court et commune de ladicte tenue. Item quattre deniers de cens au premier jour de janvier sur une tenue d’un plassage vulgairement appelle la porte jacquet ediffiée sur la adam jouvet orphevre roger mesnager et autres et de present audict jean le vieil sieur de la vigne comme acquereur de jehan lebreton sieur de la reine bouviere ce concistant en ladicte tenue de present desguillieres dun costé a la maison qui fut a jehan loyson et une piece de terre appartenant a icelluy loyson appelle la cave joubault et dautre costé a une ruelle montant de ladicte rue aux guillieres. Item un
    Illustration :
    Aile sur rue et aile en retour sur cour (bâtiments 1, 2 et 3), vue du nord-est depuis la cour
  • Bourg : hôtel de voyageurs, actuellement maison (10 rue de la Mairie)
    Bourg : hôtel de voyageurs, actuellement maison (10 rue de la Mairie) Lureuil - Bourg - 10 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2015 B 617
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    L'hôtel de voyageurs a fermé en 1967 (information orale). Il a été remanié en maison par la suite.
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 10 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2015 B 617
    Titre courant :
    Bourg : hôtel de voyageurs, actuellement maison (10 rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison depuis l'est. IVR24_20153600487NUC2A
  • 4 verrières figurant saint Vincent, sainte Geneviève, saint Blaise et la Font aux miracles
    4 verrières figurant saint Vincent, sainte Geneviève, saint Blaise et la Font aux miracles Tranzault - en village
    Historique :
    1871, Alfred Dauvergne dirigea la reconstruction de la nef et du choeur, flanqués par deux chapelles par Raphaël Bodin. Les vitraux : Verrières réalisées par Inge Roca en souvenir de la mission de 1989.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ces verrières présentent des personnages en pied, à l'exception de celle de la baie 14, figurant la
    Titre courant :
    4 verrières figurant saint Vincent, sainte Geneviève, saint Blaise et la Font aux miracles
    Illustration :
    Tranzault, église Saint-Pierre, baie 14 : la "Font aux miracles". IVR24_20093604352NUCA
  • Bourg : mairie et école publique primaire mixte, actuellement groupe scolaire Robert Doisneau (1 rue de la Vieille-Cour)
    Bourg : mairie et école publique primaire mixte, actuellement groupe scolaire Robert Doisneau (1 rue de la Vieille-Cour) Margon - Bourg - 1 rue de la Vieille-Cour - en village - Cadastre : 1990 AB 57 à 59
    Historique :
    La mairie-école est construite en 1879 sur les plans d'Arthur-Joseph Proust, architecte à Nogent-le , entrepreneur à Nogent-le-Rotrou. Le bâtiment comprend à l'origine deux corps alignés. Le corps nord abritait la siècle, la salle de classe est rehaussée d'un étage carré, le préau détruit et remplacé par un bâtiment
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Située à l'angle du chemin départemental 918 et de la rue de la Vieille-Cour, l'ancienne mairie -école comprend trois corps de bâtiment alignés dont la façade principale est orientée au sud-ouest. Le composent la façade sud-ouest du bâtiment. Les murs sont construits en moellons de calcaire couverts d'un
    Localisation :
    Margon - Bourg - 1 rue de la Vieille-Cour - en village - Cadastre : 1990 AB 57 à 59
    Titre courant :
    rue de la Vieille-Cour)
    Annexe :
    d'archives collectés (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2181) : Avant la construction de la mairie -école en 1879, l'école est dispensée de 1876 à 1878 au lieu-dit La Marquisière. Cette installation provisoire est détaillée dans le rapport du 24 août 1876 de l'inspecteur public, de même que la description de cour ; un hangar couvert en tuile monté sur poteaux sert de préau. Le bail arrivant à échéance, la de la construction de la nouvelle mairie-école.
  • Ardentes (Indre) : église Saint-Martin, 15 verrières de Jean Mauret
    Ardentes (Indre) : église Saint-Martin, 15 verrières de Jean Mauret Ardentes - Place Stanislas Limousin - en village
    Historique :
    complétée lors d’une seconde campagne menée à la fin du siècle (bras sud et nef). Riche d’un important décor réalisés et posés par Jean Mauret dans le cadre de la restauration intérieure de l'édifice conduite de 1987 des peintures murales, la restauration de certains vitraux existants et la création de seulement deux répond à une consultation écrite prévoyant la réalisation de vitraux en bornes pour la nef et la façade ) sont réalisés à partir de février 1992 et facturés en juin suivant. A la fin de l'année 1992, une consultation écrite est lancée pour la création de l'ensemble des vitraux du chœur et du transept (devis le bras sud du transept, un vitrail supplémentaire est réalisé pour la baie 8 en janvier 1994. On
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    gravés, soit à la meules (points : baies 0, 1, 2, 5, 7, 8, 10) soit à l'acide (filets : baies 1 et 2 ). D'autres sont agrémentés de points de grisaille (baies de la nef et baie ouest). D'autres, enfin, ont été . Le vitrail de la baie 6 se distingue en particulier par la présence en son centre d'un grand aplat bleu gravé d’un maillage de points. La bordure jaune vif est soulignée d’une bande étroite de verre points gravés et de filets de jaune d’argent. La bordure, également grise opalescente, est agrémentée de petits rectangles jaunes placés horizontalement. Enfin, on remarque que les vitraux de la nef et de la baie ouest sont cernés d'un mince filet de verre gris opalescent assurant la transition entre l'opacité de la pierre et la transparence du verre.
    Dimension :
    h=240 la=75 (baie 0). h=240 la=65 (baie 1). h=240 la=71 (baie 2). h=180 la=70 (baie 3). h=180 la=70 (baie 4). h=150 la=85 (baie 5). h=120 la=40 (baie 6). h=150 la=85 (baie 7). h=169 la=90 (baie 8). h=180 la=62 (baie 9). h=170 la=85 (baie 10). h=180 la=62 (baie 11). h=180 la=62 (baie 12). h=200 la=70 (baie 13). h=180 la=62 (baie 14). Dimensions approximatives.
    Dates :
    1993 daté par source porte la date
    Illustration :
    Vue extérieure : la nef. IVR24_20113600340NUC4A Vue intérieure du choeur vers la nef. IVR24_20113600338NUC4A Vue intérieure de la nef vers le choeur. IVR24_20113600339NUC4A Vue d'ensemble de la baie 0 (choeur). IVR24_20163601585NUCA Vue d'ensemble de la baie 1. IVR24_20113600336NUC4A Vue d'ensemble de la baie 2 (choeur). IVR24_20163601586NUCA Vue d'ensemble de la baie 4 (travée droite du choeur). IVR24_20163601587NUCA Vue d'ensemble de la baie 5 (face est du bras nord du transept). IVR24_20163601589NUCA Vue d'ensemble de la baie 6 (absidiole sud). IVR24_20163601588NUCA Vue d'ensemble de la baie 7 (face ouest du bras nord du transept). IVR24_20163601590NUCA
  • Olivet, Lycée hôtelier de l'Orléanais : bas-relief
    Olivet, Lycée hôtelier de l'Orléanais : bas-relief Olivet - 125 rue Claude-Debussy - en ville
    Représentations :
    la nature représentation animalière représentation végétale
    Datation principale :
    4e quart 20e siècle porte la date
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    et 1.3 m de haut. Le thème de sa représentation est la faune et la flore marine.
    Dates :
    1994 porte la date
  • Nohant-Vic (Indre) : église Sainte-Anne de Nohant, 5 verrières de Jean Mauret
    Nohant-Vic (Indre) : église Sainte-Anne de Nohant, 5 verrières de Jean Mauret Nohant-Vic - Nohant - en village
    Historique :
    soit donnée aux baies ». Un devis est alors rédigé par Jean Mauret qui prévoit la restauration d’un petit écu armorié du XVIe siècle et la réalisation de vitraux losangés dans les autres baies. La restauration de l’écu ancien). La pose de grillage de protection est aussi prévue ainsi qu’un vitrail losangé supplémentaire dans la sacristie. L’artiste propose également un second devis prévoyant des vitraux de création . Au mois d’août 1984, un ordre de service autorise les travaux et en décembre la facture de Jean Mauret adressée à la Drac Centre atteste de leur réalisation : création dans cinq baies (3,88 m² au total ) et restauration de l’écu armorié. Le vitrail de la sacristie n’a finalement pas été exécuté. On remarque que la date portée sur le vitrail d’axe (1985) ne correspond pas à celle fournie par les documents
    Canton :
    La Châtre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Mauret : il abandonne la couleur et la peinture sur verre (grisaille) et propose dorénavant des compositions axées au dessin rigoureux. Il utilise le verre opalescent pour la première fois sur des grandes à la lumière de pénétrer par zones dans l’église et d’établir des contrastes entre la lumière et
    Dimension :
    h=195 la=58,5 (baie 0). h=70 la=55 (baie 1). h=85 la=33 (baie 2). h=170 la=48,5 (baie 3). h=39 la =32,5 (baie 4 : écu armorié). h=140 la=25 (baie 5). Dimensions approximatives.
    Dates :
    1984 daté par source porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la baie 0. IVR24_20113600393NUC4A Vue d'ensemble de la baie 1. IVR24_20113600392NUC4A Vue d'ensemble de la baie 2. IVR24_20113600394NUC4A Vue d'ensemble de la baie 3. IVR24_20113600390NUC4A Vue d'ensemble de la baie 4 : écusson ancien (XVIe ?) entouré de verres opalescents en 1984 Vue d'ensemble de la baie 5. IVR24_20113600391NUC4A
1 2 3 4 8 Suivant