Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Nogent-le-Rotrou, Lycée Sully : mosaïque murale
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Sully : mosaïque murale Nogent-le-Rotrou - rue des Viennes - en ville
    Historique :
    Le 20 juin 1984, le projet de l'artiste Noël Pasquier reçoit un avis favorable de la Commission
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19910237 art. 20. Projet Pasquier pour le lycée d'enseignement professionnel de Nogent-le-Rotrou. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1981-1990. Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1101 W 101. Nogent-le-Rotrou, travaux de décoration au LEP Lycée d'enseignement professionnel de Nogent-le-Rotrou, notice descriptive du projet de décoration
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue des Viennes - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Sully : mosaïque murale
    Annexe :
    L'EDUCATION NATIONALE LYCEE D'ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL DE NOGENT LE ROTROU TRAVAUX DE DECORATION 1% NOTICE DESCRIPTIVE Objet : Dans le cadre du programme défini par Jean-Pierre MAUNOURY, Architecte, la recherche et fonction des points suivants : -Harmonisation avec le paysage environnant. -Mise en évidence de la murs pleins et les bandeaux-acrotères sont prévus blancs ; Au 1er et 2ème étage, les façades sont traitées en harmonie avec le site ; une progression chromatique, c'est-à-dire un dégradé de couleurs et des rues voisines, est situé à côté du passage vers le hall d'entrée ; les matériaux envisagés , outremer) sont rythmées par de grandes lignes droites ou obliques à 45°, qui rappellent le graphisme des
  • Bois Jolly : manoir dit du Bois Jolly
    Bois Jolly : manoir dit du Bois Jolly Margon - Le Bois Jolly - isolé - Cadastre : 1811 E 146, 147 1990 E 667, 668, 672
    Historique :
    Durant, bailli de la seigneurie de Prez en Ceton, possède également le titre de "seigneur du Bois-Jolly ". Il serait peut-être le commanditaire de la construction (ou reconstruction) du manoir dont la partie la plus ancienne, de la fin du 15e siècle, est le logis manorial, comme le montre le décor de la cheminée monumentale de la salle. Le corps de passage construit en alignement du logis manorial au sud date du 16e siècle, en témoigne le décor d´une fenêtre à meneau et traverse de l´étage en façade ouest . La grange nord, la remise au sud, les murs ceinturant le domaine (partiellement en élévation au long du 17e siècle et jusqu'au début du 18e siècle. Le 24 janvier 1722, Jacques Daupelay de Bonneval, notaire de Nogent-le-Rotrou, dresse un état des lieux détaillé du site lors de sa visite de la terre du Bois Jolly. Le domaine appartient alors à un certain Regnouard, bourgeois à Paris. Dans sa description, le notaire royal précise que le domaine est entouré de murs pourvus de tourelles aux angles et qu
    Observation :
    dans le cadre de son mémoire de maîtrise, demeure relativement bien lisible. Son corps de passage est à
    Référence documentaire :
    Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Maisons des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Photographie noir et blanc./Provost, Gilles. (In Margon, Le Bois Jolly. Plan de localisation des parties constituantes du lieu-dit. /Florent p. 28-29 SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le manoir du Bois Jolly se situe au sud-est de la commune de Margon, sur le plateau du bois des un seul pilier. - Le bâtiment ouest, dont la façade principale est orientée à l´est, comprend trois corps : au centre, le logis manorial ; au sud, le corps de passage et au nord, une grange-écurie. Le dernière, au nord, chanfreinée et de dimensions restreintes). Deux pièces occupent le rez-de-chaussée, un sud du logis manorial, le corps de passage est de plan rectangulaire. Son porche, aujourd'hui obstrué , permettait son accès. Sa façade ouest - celle recevant le décor le plus abouti car à l´entrée du domaine disparues, fenêtre sud réduite). En prévision d´un agrandissement vers le sud, l´étage est pourvu d´une chevrons formant fermes contreventées par une faîtière et sous-faîtière. Le dernier corps du bâtiment en brique couronne les murs. - Le bâtiment nord comprend, d´ouest en est, une écurie, une grange et grange-écurie en retour d'équerre à l'est, abritait un manège. - Au sud, le dernier bâtiment comprend
    Localisation :
    Margon - Le Bois Jolly - isolé - Cadastre : 1811 E 146, 147 1990 E 667, 668, 672
    Annexe :
    intitulé Maison des champs du Perche nogentais, 1450-1560 - le logis manorial devait être flanqué dès sa Nogent-le-Rotrou, décrit le manoir comme muni d'un escalier tournant en pierre situé au même emplacement
    Illustration :
    Vue de situation du manoir depuis le nord-est (état en 2008). IVR24_20082800242NUCA logement de vacher), vue générale depuis le sud. IVR24_20082800253NUCA Bâtiment ouest, vue depuis le sud-est. IVR24_20082800243NUCA Bâtiment ouest, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20082800250NUCA Corps de passage, vue de trois quarts depuis le sud-est. IVR24_20082800269NUCA Corps de passage, vue intérieure vers le nord. IVR24_20082800271NUCA Bâtiment nord, vue générale depuis le sud. IVR24_20082800257NUCA Bâtiment nord, vue de trois-quarts depuis le sud-ouest. IVR24_20082800258NUCA Grange-écurie datée 1874, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20082800259NUCA Grange-écurie datée 1874, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20082800260NUCA
  • Illiers-Combray : jardin d’agrément du Pré Catelan
    Illiers-Combray : jardin d’agrément du Pré Catelan Illiers-Combray - route de Tansonville - en ville - Cadastre : 2016 AD 451 ; 617 ; 618
    Historique :
    Jules Amiot, riche négociant d’Illiers, acquiert le terrain en 1863. Il crée un jardin d’agrément vers 1870 qu’il nomme le Pré Catelan. En référence à ses nombreux séjours en Algérie, il conçoit des fabriques disposées dans le jardin dont le décor extérieur et intérieur est oriental : le pavillon des Jules Amiot, célèbre le jardin dans différentes œuvres littéraires : A la Recherche du Temps Perdu (1913 des Amis de Marcel Proust sauve le jardin et tente une restauration sous la direction de Mrs. Larcher et Thisse. La commune devient propriétaire en 1964 et en 1991, le conseil municipal décide de louer le jardin au Conseil général. Trois paysagistes sont chargés de sa restauration : Anne-Sophie Bruel
    Observation :
    Le jardin du Pré Catelan possède le label "Jardin remarquable" depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture.
    Référence documentaire :
    LARCHER, P.L. Le Pré Catelan d’Illiers, Parc de Swann. Bulletin de la Société des Amis de Marcel DRAC Centre-Val de Loire. Le Pré Catelan, synthèse historique et architecturale. Octobre 1990. d’intérêt historique, botanique et paysager du Centre. Le jardin du Pré Catelan à Illiers-Combray, Réflexion
    Précisions sur la protection :
    Le jardin avec ses fabriques, ponts, rocailles et divers éléments bâtis sont classés au titre des Monuments historiques par arrêté du 9 mars 1999. Il est également classé au titre des sites depuis le 12
    Statut :
    propriété du département Le Pré Catelan est la propriété de la commune d’Illiers-Combray. Le gestionnaire est le conseil départemental d'Eure-et-Loir.
    Description :
    Le jardin de 1,5 ha se divise en trois parties : la vallée, partie basse à l’est ; la pente, partie intermédiaire au centre ; le plateau, partie haute à l’ouest. Une végétation dense se développe dans la vallée du jardin. Quatre ponts enjambent le ruisseau et, sur ses rives, deux fabriques se font face : le pigeonnier et la koubba. Le pigeonnier présente un soubassement en briques supportant un treillage de bois et jaillir un jet d’eau d’un bassin de rocaille. Une petite grotte permet au ruisseau de rejoindre le Loir le côté oriental et d’un seul sur le côté occidental. Les commodités se trouvent au nord, dans une fabrique de plan hexagonal couverte d’une toiture à pans en plaques de zinc formant un motif d’écailles. Le
    Annexe :
    Données historiques détaillées En 1829, le propriétaire du terrain est M. Poisson, notaire à Courville-sur-Eure. Le registre cadastral définit ainsi les trois parcelles : terre, verger et pré. En 1863 oncle de Marcel Proust y crée vers 1870 un jardin d’agrément. Il le nomme le Pré Catelan en référence à et pour lequel une croix fut érigée, la « Croix Catelan » qui donna son nom au jardin. Le Pré Catelan vivait son frère. Des fabriques sont disposées dans le jardin : le pavillon des Archers alors meublé dans le goût oriental, deux pigeonniers (dont un a disparu) et la koubba, sorte de pseudo-minaret. Des années 1880. Marcel Proust célébra le jardin dans son œuvre où il devient le parc de Swann (A la Recherche du Temps Perdu) ou le jardin des Oublis (Jean Santeuil) : « Un jardin d’agrément appelé « le Pré , le surplus en verger, potager et petit parc, le tout d’une contenance de soixante-six ares cinquante et d’agrément. » « Le père de M. Santeuil avait de l’autre côté de la ville un immense jardin qui
    Illustration :
    Le pigeonnier et la koubba dans la partie basse du jardin. IVR24_20172800778NUCA Allée irrégulière menant à la grotte surplombée par le Pavillon des Archers. IVR24_20172800779NUCA Vue sur le labyrinthe et le pavillon des Archers, dans la partie intermédiaire du jardin Le bassin à proximité de l'ancien potager. IVR24_20172800784NUCA Haie d'aubépines clôturant le jardin dans sa partie haute. IVR24_20172800783NUCA
  • Hôtel dit des Trois Maillets, actuellement immeuble (20 rue Sully)
    Hôtel dit des Trois Maillets, actuellement immeuble (20 rue Sully) Nogent-le-Rotrou - 20 rue Sully - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    remonter à la deuxième moitié du 16e siècle (tour carrée, ouvertures en plein-cintre). Il apparaît sur le
    Référence documentaire :
    Fol 10 r° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Feuille A1 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'Hôtel des Trois Maillets est implanté en face de l'hôtel-Dieu, le long de la rue Sully, seule voie carrossable donnant accès au château Saint-Jean depuis le centre-ville. Adoptant un plan en L, il niveaux de cave en sous-sol et un étage carré disposé sous un étage de comble. Le premier niveau de cave taille pour les chaînes d'angle et l'encadrement des ouvertures. Le toit à longs pans du bâtiment sur rue
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 20 rue Sully - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 10 r°. [...] Item deux deniers de cens et cinq sols de rente au jour pasquiere herin veufve andre collas et ses enfans et florent buguet le vivier et marguerite fareau sa femme a cause d’elle, le tout joignant pardevant a ladicte rue gloriette ayant sur icelle soixante huict piedz de longueur, dautre par le derriere le jeu de paulme de la tenue de limage sainct jacques cy sur le tout, un peu à côté duquel il y a une porte à boucher, une grande cour à la suite dans laquelle il y a quatre petits bâtiment greniers dessus il y a deux portes de communication avec le grand
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    occupées par Pasquiere Herin, veuve d’André Collas et ses enfants, ainsi que par Florent Buguet Le Vivier Trois Maillets. La maison apparaît dans une quittance (1678-1704) relative à son acquisition par le écuries, de latrines, avec un grenier sur le tout. Enfin, une troisième cour, plus grande, est bordée de figure sur le cadastre de 1811, ses bâtiments sont articulés selon un plan en U autour d’une cour à l’est. Le cadastre actuel (1990) atteste de la destruction de l’ensemble des bâtiments situés au pour 45 m de long, située au n°20 de la rue de Sully. Celle-ci prend place le long de la pente du plateau Saint-Jean, c’est la seule voie carrossable qui permet de relier directement le château Saint-Jean l’entrée de l’ancien emplacement du prieuré de Nazareth. Structure Le bâtiment 1 est composé d’un plan ce dernier sont chauffées par des cheminées et éclairées depuis la rue. Le second bâtiment est disposé à la suite du premier, une partie de son rez-de-chaussée est occupée par le couloir central, il
  • Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue Gouverneur)
    Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 41 rue Gouverneur - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Goëthals accueille le quartier général de la Résistance et en 1944 le quartier général des FFI. Il est
    Référence documentaire :
    Nogent-le-Rotrou. 1648. p. 62. JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    parcelle comme le jardin (au nord) sont limités par un mur. Seuls les bâtiments 1, 2 et 3 ont pu être abritée dans le bâtiment 4, constituent néanmoins deux éléments remarquables. Les bâtiments 1, 2 et 3 sont desservis par un escalier situé dans le bâtiment 2. Les bâtiments 1 et 2 forment une façade unique sur rue bandeaux. Le toit à deux versants et croupe est percé de lucarnes dotées de linteaux surbaissés. Sur cour , le bâtiment 1 vient recouper les fenêtres du bâtiment 2, tandis que ce dernier est accoté par la charpente du bâtiment 3. Les ouvertures (à plates-bandes) sont similaires à celles observées sur rue. Le
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 41 rue Gouverneur - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 31 et 32. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 31 et 32. Item un denier de cens au jour sainct remy sur partye de present a jean le vieil sieur de la vigne ce concistant en une tenue de maisons pres la petitte sante a adam jouvet orphevre roger mesnager et autres et de present audict jean le vieil sieur de la vigne dix sept perches de terre ou environ le tout en un tenant et joignant d’une part ladicte rue doree troys petitz jardins dont y en a un devant l’une desdictes chambres et l’autre derriere le tout en un
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Hôtel dit Mauduison, immeuble à logements (détruit, 83-85 rue Gouverneur)
    Hôtel dit Mauduison, immeuble à logements (détruit, 83-85 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 83 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BE 74, 143
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    rue Dorée (actuellement rue Gouverneur). En 1916, la même maison est citée par le Vicomte De Souancé , sous le nom d’Hôtel du Mauduison. Les façades, la tourelle, et les toitures sont inscrites à la liste supplémentaire des Monuments historiques le 28 juillet 1972. La maison est détruite en 1987. L’étude de l’aveu de composez de chambres basses et hautes, cave, greniers, puyts et jardin ». La tenue est redoublée par le champ de la Fuye, également en possession de la veuve Aubin. L’édifice est figuré sur le cadastre de . En 1903, il est représenté dans le vieux Nogent. La façade sur cour comporte deux niveaux d’élévation sous un comble à forte pente. Le rampant est est doté d’un épi de faîtage sculpté d’un chou frisé . Le dessin est accompagné d’un croquis qui permet de préciser l’existence du passage carrossable, d’un ?) et d’un toit à forte pente invitent à dater l’édifice de la première moitié du 16e siècle. Le portail carrossable desservant une cour centrale. Celle-ci permettait de distribuer le « grand logis » (bâtiment sur
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou Pl.8 METAIS, Abbé Charles et DU GONDRE, Karl. Le vieux Nogent : premier album. Inconnu, 1903 pp.210 sq. DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    ménagées sous un double linteau. Le pignon est ouest construit en moellons. Ses rampants suivent la pente de bretture ou de gradine sont visibles sur le ventre de l’animal. La façade postérieure et la tour talon. Le bâtiment sur rue a été augmenté côté cour par une construction venant se plaquer sur sa façade élévations conservent encore deux niveaux. Le bâtiment est composé d’une cave de plan coudé couverte de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 83 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BE 74, 143
    Annexe :
    AN. Série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol °33 AN. Série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol °33 […] Item six deniers de cens au puyts et jardin derriere contenant soixante perches y compris le jardin et clos derriere le tout en un
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Bourg : mairie et école publique primaire mixte, actuellement groupe scolaire Robert Doisneau (1 rue de la Vieille-Cour)
    Bourg : mairie et école publique primaire mixte, actuellement groupe scolaire Robert Doisneau (1 rue de la Vieille-Cour) Margon - Bourg - 1 rue de la Vieille-Cour - en village - Cadastre : 1990 AB 57 à 59
    Historique :
    La mairie-école est construite en 1879 sur les plans d'Arthur-Joseph Proust, architecte à Nogent-le -Rotrou, dressés en 1878. Les travaux sont attribués le 14 avril 1879 par adjudication à Basil Gohon , entrepreneur à Nogent-le-Rotrou. Le bâtiment comprend à l'origine deux corps alignés. Le corps nord abritait la mairie et le logement de l'instituteur (sous-sol : cave et bûcher ; rez-de-chaussée : cuisine et salle de mairie ; étage carré : deux chambres et un cabinet de toilette). Le second corps, en rez-de-chaussée ) ainsi que les deux vestiaires (garçons et filles). Le 9 juin 1909, un projet de construction d'un préau l'entrepreneur Percheron, sont réceptionnés le 23 décembre 1909. Au cours du second ou du troisième quart du 20e siècle, la salle de classe est rehaussée d'un étage carré, le préau détruit et remplacé par un bâtiment
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    -école comprend trois corps de bâtiment alignés dont la façade principale est orientée au sud-ouest. Le corps nord, à deux travées, s'élève sur trois niveaux (sous-sol, rez-de-chaussée et un étage carré). Le comprend des salles de classes et des vestiaires. Le troisième corps (remplaçant le préau détruit), en rez
    Annexe :
    provisoire est détaillée dans le rapport du 24 août 1876 de l'inspecteur public, de même que la description des lieux. Le corps de bâtiment principal comprend deux chambres, une petite chambre froide, un petit de cour ; un hangar couvert en tuile monté sur poteaux sert de préau. Le bail arrivant à échéance, la
    Illustration :
    Vue générale sud-ouest, depuis le sud. IVR24_20082800044NUCA
  • Montloin : ferme actuellement maison
    Montloin : ferme actuellement maison Brunelles - Montloin - isolé - Cadastre : 1811 B 164, 165 1992 B 138
    Historique :
    Le lieu-dit est attesté dès 1485 sous le toponyme de "Monloyn". La ferme présente de nos jours (ouvertures, chaînages d'angle et corniche en brique). Un hangar agricole, présent en plan sur le cadastre de
    Référence documentaire :
    , canton de Nogent-le-Rotrou.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    , organisés en "L" de part et d'autre d'une cour ouverte. - Le bâtiment principal, à l'ouest, présente une le même toit (du sud au nord), le logis, une écurie (ou une étable) et une grange. Les ouvertures corps de bâtiment couvert abrite la voûte du four (gueule du fournil dans la cheminée du logis), le toit à porcs et le poulailler. - Au nord-est, un bâtiment regroupe, sous le même toit, les fonctions bâtiment principal) ou en appentis (corps abritant le fournil, le toit à porcs et le poulailler).
    Illustration :
    Bâtiment principal, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20082800382NUCA Grange-étable et écurie, vue générale depuis le sud. IVR24_20082800385NUCA Grange-étable et écurie, vue partielle depuis le sud. IVR24_20082800384NUCA
  • Dreux, Lycée Gilbert Courtois : sculpture
    Dreux, Lycée Gilbert Courtois : sculpture Dreux - 2 rue Salvador-Allende - en ville
    Description :
    Implantée sur une pelouse, l’œuvre consiste en une sculpture en six éléments en béton blanc coulé
  • Bourg : logis prieural puis presbytère, actuellement maisons
    Bourg : logis prieural puis presbytère, actuellement maisons La Croix-du-Perche - Le Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 131, 132
    Historique :
    16e siècle, le prieuré dépend des bénédictins de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle d’Orléans. Nommé par l’abbaye, un receveur y perçoit les rentes, dîmes et autres droits (le lieu conserve la mémoire de sa "). Le prieuré est vendu comme Bien national à la Révolution, à André-Marie Lheureux. Sa veuve le cède à la municipalité en 1822, pour en faire le presbytère de la paroisse. En 1908, le bâtiment est reconstruit in situ à l’initiative de la commune (comme le montre l’examen des matrices cadastrales), en partie ouest du bâtiment sert d’école de filles. Vers 1990, la commune réhabilite le bâtiment et le
    Description :
    à l’ouest, une remise possède un mur en terre posé sur un solin maçonné en moellons de silex. Le
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 131
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord. IVR24_20132800361NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20132800362NUC2A
  • Gâtine : moulin et ferme
    Gâtine : moulin et ferme Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013 ZD 32, 33, 34, 35
    Historique :
    Sous l'Ancien régime, le Moulin de la Gâtine dépend de la seigneurie de Thiron. Les bâtiments les plus anciens semblent remonter au 18e siècle, période de reconstruction du moulin, comme le montrent d'une inscription, probablement celle du commanditaire, en partie effacée). En 1814, le lieu-dit appartient à la famille Taulé et comprend le moulin et une maison (probablement un logis de ferme avec moulin. Elle sera transformée en dépendance à la fin du 19e siècle. Le moulin est très remanié en 1886
    Description :
    Le moulin et la ferme comprennent quatre bâtiments : - Situé au nord, le bâtiment où se trouve le moulin abrite également le logis du meunier et un fournil. La roue du moulin, disparue, était placée contre le pignon est. Une chute d'eau d'environ 2 mètres alimentée par un bief dérivé de la rivière de la THEILL À NOGENT-LE-ROTROU" indiquant leur provenance. La cheminée du logis a été détruite, celle du aucune trace ne subsiste (plus de cheminée, ni de souche, ni même de conduit). - Plus au sud se trouve le porcs, un cellier, cinq étables et/ou écuries et une grange. Le corps central (qui abrite les cinq étables et/ou écuries) semble être le plus ancien. Sa charpente repose sur des poteaux de bois isolés du probablement la date de construction (18e siècle) et le nom du maître d’œuvre ou celui du maître d'ouvrage. La bâtiment d'exploitation, au sud-ouest de l'ensemble, se situe le bâtiment principal de la ferme abritant le
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800328NUC2A Moulin, vue générale depuis le nord. IVR24_20142800331NUC2A Vue générale du bâtiment d'exploitation depuis le nord-ouest. IVR24_20142800336NUC2A Bâtiment de ferme avec logis (face au précédent bâtiment), vue depuis le nord
  • Lucé, Lycée Elsa Triolet : tenture murale,
    Lucé, Lycée Elsa Triolet : tenture murale, "L'Arbre" (déposée) Lucé - 2 rue des Écoles - en ville
    Historique :
    publics le 16 juin 1987 pour exécuter une tenture murale sur le thème de l'arbre pour la salle polyvalente la mise en couleurs de la salle (murs, portes, mobilier, etc.). L'arrêté préfectoral est signé le 3 juillet 1987 puis modifié le 20 août 1987. La somme de 87 000 francs est consacrée à la réalisation de
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19910237 art. 27. Projet Pasquier pour le lycée d'enseignement professionnel
  • Bourg : gare
    Bourg : gare Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 ZB 180, 182
    Historique :
    ). Si la ligne de voyageurs s'arrête en 1936 (reprise par un service d'autobus), le service marchandise
    Référence documentaire :
    LECOMTE, Jacky. Le Perche de gare en gare. (Collection Mémoire en Images). Saint-Cyr-sur-Loire
    Description :
    Située au nord du bourg, la gare de Thiron-Gardais comprend quatre bâtiments : - Le bâtiment principal abrite, au rez-de-chaussée, le hall à marchandise, le bureau du chef de gare et la salle d'attente bureau et atelier). Les murs sont en moellons de grès en gros appareils jointoyés pour le soubassement et œuvre en soubassement des chaînages d'angle et en bandeau de séparation entre le soubassement et
    Illustration :
    Vue générale de la gare depuis le nord-est (carte postale, 1er quart 20e siècle Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800280NUC2A Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800282NUC2A Lampisterie et toilette, vue depuis le nord-est. IVR24_20142800285NUC2A Station de pompage, vue depuis le nord. IVR24_20142800286NUC2A Bureau de maintenance, vue depuis le sud. IVR24_20142800287NUC2A
  • Chartres, Lycée Fulbert : clôture et portail
    Chartres, Lycée Fulbert : clôture et portail Chartres - 62 Rue Saint-Chéron - en ville
    Historique :
    La clôture et le portail ont été réalisés par Pierre Gaucher en 1995. Le contexte de cette commande
  • Moulin Trouvé : moulin
    Moulin Trouvé : moulin Thiron-Gardais - Moulin Trouvé - isolé - Cadastre : 1814 B3 383, 384 2013 ZC 38, 39, 40, 41 1814 C1 79, 81
    Historique :
    Sous l'Ancien Régime, le moulin Trouvé, implanté dans la paroisse de Gardais, dépend de la seigneurie de Thiron comme le montre le plan géométrique réalisé par Canuël en 1759. La structure du moulin semble dater du 17e siècle : en témoigneraient le pan de bois, la mise en œuvre en moellons équarris en sur le cadastre de 1814 (parcelle C 79), un second logis a été construit à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle (il ne figure pas sur le plan géométrique de Canuël datant de 1759). Ce bâtiment a été détruit dans la seconde moitié du 20e siècle. En 1814, le moulin et les maisons appartiennent à la (agrandissements et nouveaux percements d'ouvertures en brique, construction d'une cheminée contre le mur croupe au nord, modification probable du mécanisme) et à la maison du meunier (agrandissement vers le sud
    Description :
    Le lieu-dit comprend le moulin et la maison du meunier : - Le moulin se situe à l'est de l'ensemble . Le bief, dérivé de la Thironne, alimente une retenue d'eau qui actionnait la roue (à l'état de souche de cheminée en brique. - Le logis du meunier se trouve au sud-ouest du moulin, de l'autre côté du
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud-ouest - emplacement de la retenue d'eau au premier plan (cliché Moulin, vue rapprochée depuis le nord-ouest (cliché ancien, vers 1980, avant rénovation Moulin, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800352NUC2A
1