Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison : cave (12 rue de la Concorde)
    Maison : cave (12 rue de la Concorde) Amboise - 12 rue de la Concorde - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Dans cette maison datant de l'époque contemporaine, notre étude n'a porté que sur la cave, sans
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La cave présente des dispositions comparables à celles déjà rencontrées dans nombre de caves de la rue de la Concorde, à savoir un espace de plan allongé édifiée en tuffeau et couvert d'une voûte en
    Localisation :
    Amboise - 12 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison : cave (12 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 12 rue de la Concorde : la façade en brique. IVR24_20093701009NUCA
  • Maison (31 rue de la Concorde)
    Maison (31 rue de la Concorde) Amboise - 31 rue de la Concorde - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Située à l'angle de la rue de la Concorde et de la montée de l’Émir Abd el-Kader menant au château , cette maison est étudiée pour sa cave et pour son pignon tourné sur la rue de la Concorde. Dans la configuration médiévale de la ville, elle se situait le long de la route d'Espagne, juste devant le quartier du Petit Fort, sur le carroir de la ville. La façade sud donnant sur la montée relève du plan d'alignement restaurant. La typologie du pignon en pan de bois à grille, à bois longs, laisse envisager une datation du du XIXe siècle ; au même moment la pente du toit fut modifiée. L'intérieur est aujourd'hui aménagé en
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    différents, couvrent une surface équivalente à l'emprise au sol de la maison. Dans un des boyaux tourné vers la rue de la Concorde, la voûte est soutenue par un arc doubleau à cinq rouleaux qui doit rue de la Concorde. De 8,25 m de large, le pignon ouest en pan de bois s'élève sur quatre niveaux et présente plusieurs états successifs. La pente du toit a été modifiée et de petites annexes ajoutées sur les côtés des rampants. Aussi n'étudierons-nous que la forme primitive de la structure. Le pan de bois à pierre ne semble compatible ni avec l'emplacement de la maison qui se trouve en secteur insubmersible, ni avec la présence de deux sablières superposées. Par ailleurs, les pierres présentent un aspect neuf habituellement mis en oeuvre à Amboise. La longueur moyenne des bois est de 6,50 m et plusieurs pièces telles que l'ensemble de la façade est criblé de trous de clous correspondant à la mise en place d'un enduit. Nous bois à grille est contreventé symétriquement de deux longues écharpes qui lient la sablière de chambrée
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Amboise - 31 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (31 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Relevé photogrammétrique de la façade. IVR24_20093700240NUD Vue générale du 31 rue de la Concorde. IVR24_20073700620NUCA Vue des doubleaux à cinq rouleaux de la cave. IVR24_20073700956NUCA Vue des traces de planches qui ont servi aux coffrages de la voûte. IVR24_20073700957NUCA
  • Maison (23 rue de la Concorde)
    Maison (23 rue de la Concorde) Amboise - 23 rue de la Concorde - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    de taille présente un manteau en bois qui repose sur des corbeaux. La mouluration de ces dernières Cette maison a largement été remaniée. Nous avons fait le choix de la répertorier pour la cheminée pièces a orienté la datation de la maison vers la fin du Moyen Âge. La succession de doucines, tores
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    En façade, notons que le premier étage présente un pan-de-bois à grille, contreventé d'écharpes
    Localisation :
    Amboise - 23 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (23 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 23 rue de la Concorde : la façade en pan-de-bois à grille, peint en rouge Vue de la cheminée du premier étage. IVR24_20073701042NUCA Détail d'un corbeau de cheminée. IVR24_20073701043NUCA
  • Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse
    Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse Néons-sur-Creuse
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Titre courant :
    Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Texte libre :
    Parmi les 189 édifices inventoriés dans la commune de Néons-sur-Creuse, l'analyse typologique a trop peu représenté pour justifier un traitement individuel (au sein de l’ancien canton, seule la fermes sont avant tout localisées sur les anciennes terrasses de la vallée de la Creuse et de la Gartempe , c’est à dire principalement dans l’ouest, le nord et l’est de la commune ; les plateaux de l’interfluve semblant moins attractifs. Elles sont le plus souvent installées dans les écarts de taille variable (Thais cadastral de Lureuil en 1812 (du moins leur état antérieur car la plupart des édifices a été modifiée). Au logis de ferme du 15e siècle aurait été fortifié au 16e siècle. A la Lochetterie, à la Grève et à Mallet (1740-1743), la demeure du Plessis ou une partie des fermes de Grand-Roche. L’Époque contemporaine est siècle ou de la première moitié du 20e siècle. Durant cette période, les maisons et fermes connaissent reconstruites ou remaniées. C’est à partir du milieu du 19e siècle que sont construites la demeure de la
    Illustration :
    Logis de la ferme de la Bonnelière (15e-16e siècles). IVR24_20183600674NUCA Logement secondaire avec accès en pignon de la ferme de la Grève (daté par dendrochronologie de Ferme de la Lochetterie, dont une partie du logement a été datée par dendrochronologie de 1482-1486 Ferme à cour ouverte de la Grande Couture (début du 20e siècle). IVR24_20163600605NUC2A Grange-étable à accès en mur-pignon de la ferme de la Rairie (19e siècle). IVR24_20153600307NUC2A Bâtiment "vinicole" du château de Néons, daté par dendrochronologie de 1743. IVR24_20153600322NUC2A Maison de l'écart de Thais (18e siècle). Le mur-pignon de cette maison présente un plein-de-travée appareillé en pierre taillée (influence tourangelle). IVR24_20183600694NUCA La demeure du Plessis (17-18e siècles). IVR24_20163600736NUC2A Ferme de type bloc-à-terre à Champagne (19e siècle). IVR24_20163600492NUC2A
  • Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo)
    Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo) Amboise - 46 rue Victor-Hugo - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    constructives de ces maisons permettent de proposer une datation de la fin du Moyen Âge. Il n'a pas été possible procéderons à la description de chacune des maisons en commençant par celle qui se trouve en retrait sur la siècle les ont épargnées. Une vue ancienne présente l'une de ces maisons enduite. Les caractéristiques de visiter ces maisons, dont les pignons ont fait l'objet de relevés par photogrammétrie. Nous
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    bien les dispositions d'origine, le chaînage en pierre de taille à droite de l'ouverture semble niveau de la rue. Une unique baie éclaire le niveau 1. Reposant sur deux petites consoles taillées dans La première maison Une cour sépare la première maison de la rue. Édifiée dans les murs de la ville celui du 8 ou du 52 place Michel Debré, les deux bâtiments de la parcelle auraient ainsi été séparés par une petite cour. Bâtie sur trois niveaux, elle est construite en pierre de taille et moellon de baie à l'encadrement en pierre de taille. Elle est couverte d'un arc segmentaire largement chanfreiné , typique des XVIIe ou XVIIIe siècles. À l'aplomb de la porte du rez-de-chaussée, une demi-croisée en bois maison à pignon sur rue, située à gauche de la première, est construite sans encorbellement et sur quatre niveaux dont un niveau de cave aux soupiraux donnant sur la rue. Sa façade nord qui donne sur la rue mesure 4,70 m de large pour 10,60 m de haut. Le soubassement de la maison est bâti en moellons de tuffeau
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo)
    Illustration :
    Vue générale ancienne de la façade en pan-de-bois. IVR24_19903700208X Vue générale ancienne de la façade en pan-de-bois. IVR24_19903700207X Vue du mur gouttereau en pan de bois longeant la cour. IVR24_20073700774NUCA Vue générale du 46 rue Victor Hugo : les deux pignons en pan-de-bois précédés d'une cour Vue du pignon en retrait, en fond de cour. IVR24_20073700773NUCA
  • Maison (11 place Richelieu)
    Maison (11 place Richelieu) Amboise - 11 place Richelieu - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    visibles à l'extérieur peuvent encore être étudiées. Une photogrammétrie de la façade du mur gouttereau donnant sur la place a été réalisée. Les caractéristiques constructives du pan-de-bois l'amènent à être rattachée au corpus des édifices amboisiens de la fin du Moyen Âge. Cette maison construite hors les murs, mais donnant sur la place du Grand marché d'Amboise, a été
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    La maison a connu des modifications successives. L'étude ne concerne que les parties en pan-de-bois : le premier étage et le niveau de mur du comble à surcroît ainsi que le pignon tourné sur la rue contreventent la structure et des poteaux élargis placés au centre de la façade supportent par enfourchement les quartiers. Les bois présentent une longueur équivalente à la moyenne de ceux de la ville soit 5 m - si l'on solives de plancher débordantes. Au premier étage, une petite baie perce le mur. La moitié gauche du pignon étant totalement enduite, d'autres ouvertures peuvent être dissimulées. L'entrait de la ferme du Joyeuse. Le pan-de-bois à grille, sans ornement, présente des caractéristiques déjà citées pour les maisons et hôtels du 21 rue Manuel et du 47 rue Léonard de Vinci. Ainsi cinq longues écharpes ouvertures est mal aisée ; la baie centrale ne peut être d'origine puisqu'elle vient couper l'une des écharpes. L'essence des bois employés est le chêne, sous forme de bois de brin et plus rarement de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue générale de la maison d'angle du 11 place Richelieu, à l'intersection de la rue Joyeuse Photogrammétrie de la façade donnant sur la place Richelieu. IVR24_20083700797NUD
  • Maison : cave (3 rue François Ier)
    Maison : cave (3 rue François Ier) Amboise - 3 rue François-Ier - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Dans cette maison, seules les caves sont susceptibles de dater de la fin du Moyen Âge. Notre étude
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    de taille de tuffeau et d'autres en brique. On accède aux caves par un escalier de bois. La première légèrement en contrebas de la première, elle présente un plan rectangulaire allongé et sa voûte est en perpendiculairement à la précédente et parallèlement à la première. Le niveau de son sol est également plus bas que celui de la seconde cave et doit se trouver environ 1 mètre plus bas que celui de la première pièce. À bien rendues. Mais l'humidité ambiante a beaucoup endommagé la pierre qui est couverte de salpêtre. Le petit côté de la première pièce ouvre à l'est sur une autre pièce plafonnée. Un soupirail donne sur la C'est un ensemble de six caves plafonnées ou voûtées en berceau ; certaines parties sont en pierre pièce est plafonnée. Sur trois de ses côtés prennent place d'autres caves. Celle du nord se trouve la jonction des caves 2 et 3, une petite voûte en brique apparaît. Elle arbore en son centre un angelot sculpté dans une pierre de tuffeau. Cette sculpture constitue notre principal indice de datation
    Illustration :
    Vue du voûtement de la cave en berceau. IVR24_20093700055NUCA Vue d'une sculpture dans la cave : un visage d'homme. IVR24_20073700727NUCA
  • Les maisons du quartier Saint-Euverte d'Orléans
    Les maisons du quartier Saint-Euverte d'Orléans Orléans - Cadastre : 2012 BN
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Les plus anciennes maisons du quartier Saint-Euverte remontent à la fin du Moyen Age et au 16e
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la ALIX, Clément. Aspects de la construction dans l'habitat orléanais (13e-16e siècles). [en ligne] In années de recherche. In ALIX, C., ÉPAUD, F. La Construction en pan de bois au Moyen Age et à la ALIX, Clément. L'habitat d'Orléans du 12e siècle au début du 15e siècle (état de la recherche Archives départementales du Loiret. Série J : J 171. Actes de vente de 1764 et 1765. doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. . [en ligne]. Paris : Institut national d'histoire de l'art, 2007 [17.09.2018]. Accès Internet : < http ALIX, Clément. Les Maisons en pan de bois d'Orléans du 14e au début du 17e siècle : bilan de treize Renaissance. Rennes : Presses universitaires de Rennes, Tours : Presses universitaires François-Rabelais de : étude des élévations et apports de l'observation des caves). Revue archéologique du Loiret et de l'axe
    Murs :
    calcaire pierre de taille pan de bois enduit pan de bois
    Description :
    même que les appareils de pierre de taille calcaire. A partir du 19e siècle, le recours à la brique est La maçonnerie enduite est très utilisée pour la construction des maisons du quartier Saint-Euverte utilisés pour le gros œuvre. Toutefois, on a pu confirmer dans quelques cas qu’il s’agissait de moellons de pierre calcaire. Le pan de bois, apparent ou enduit, est également présent dans le périmètre étudié, de plus fréquent. Elle permet alors de développer des décors recherchés pour quelques maisons bourgeoises.
    Texte libre :
    maisons associent maçonnerie enduite et pierre de taille utilisée pour rythmer la façade au moyen de recherches en archives sur l’ensemble du bâti, le doute demeure pour la désignation de certains édifices. Il . Une attention a également été apportée à la présence éventuelle de caves, confirmée par la rencontre plus ou moins long. La principale variation vient de leur largeur. On constate ainsi que les plus larges sont peu nombreuses et plutôt situées sur la partie nord du quartier, à l’exception notable de la axes historiques du quartier : rue de Bourgogne en premier lieu, partie sud de la rue du Bourdon-Blanc , rue de l’Ételon, rue Saint-Euverte, rue des Pensées et plus marginalement le long de la rue Desfriches de Bourgogne et la rue du Dévidet, un autre entre la rue des Pensées et celle des Raquettes, deux caractère traversant des parcelles est lié à la cession de terrains par la ville aux habitants lors de la parcelles, pour la construction d’immeubles notamment. C’est le cas par exemple au n°32 rue de Bourgogne où
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade en pan de bois enduit du 94 rue de Bourgogne, datée de 1445 par Vue d'ensemble de la façade antérieure du 2bis rue Saint-Michel, dont la charpente à entrait Vue de la partie droite de la façade sur rue de la maison située au 3 rue des Ormes-Saint-Victor Vue de la partie gauche de la façade sur rue de la maison située au 3 rue des Ormes-Saint-Victor Vue d'ensemble de la façade antérieure de la maison du 18 rue de l'Etelon construite en retrait par Vue d'ensemble de la façade antérieure de la maison du 52 rue Saint-Euverte sous laquelle se situe Carte recensant les matériaux de construction des maisons du quartier Saint-Euverte Carte indiquant les périodes de constructions principales (supposées ou attestées) de l'ensemble rapport à la rue. IVR24_20144500788NUC4A deux niveaux de cave dont l'un à voûte d'ogives. IVR24_20144500757NUC4A
  • Maison : cave (13 quai Charles Guinot)
    Maison : cave (13 quai Charles Guinot) Amboise - 13 quai Charles-Guinot - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    , mais qui présente cependant quelques vestiges médiévaux, datant probablement de la fin du Moyen Âge. Nous nous sommes intéressés à la cave du 12 quai Charles Guinot, qui est extrêmement dénaturée
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La cave présente des dimensions particulièrement restreintes : environ 2,5 m de large sur 4 m de long. Elle est actuellement murée du côté de la rue de la Concorde, mais il n'est pas impossible qu'à suivant. D'autres caves voûtées en berceau brisé ont été retrouvées dans la rue de la Concorde, notamment permettant de proposer une datation. Par contre, le couvrement de l'espace en berceau brisé, consolidé d'un large doubleau lui même brisé, oriente notre datation entre la fin du XIIIe siècle et le début du siècle
    Illustration :
    Vue générale des 12 et 13 quai Charles Guinot, la porte rouge de l'extrémité gauche appartenant au
  • Hôtel (9 rue Victor-Hugo ; 11 rue Victor-Hugo)
    Hôtel (9 rue Victor-Hugo ; 11 rue Victor-Hugo) Amboise - 9 rue Victor-Hugo 11 rue Victor-Hugo - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Au XIXe siècle, cette construction élancée a perdu sa façade de rive donnant sur la rue Victor Hugo d'un seul hôtel. Il fut construit en bordure d'enceinte, dans les murs, à quelques mètres de la porte Heurtault. Jean-Pierre Babelon désigne cet édifice comme la demeure du régisseur du château au XVIe siècle . La dendrochronologie réalisée sur la charpente propose 1517 comme date d'abattage des bois. Nous
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    employés à la construction sont les moellons pour les murs et le pan-de-bois pour les cloisons internes et la galerie installée au revers de l'édifice. L'étude de l'ordonnance des façades du XVIe siècle et de pierre de taille, comme celle du 1 mail Saint-Thomas par exemple. Aujourd'hui l'édifice, dont le pignon donne sur la place Michel Debré, présente un plan de 7,70 m de large sur 16,20 m de long, mais l'alignement de la façade a réduit d'environ 20 cm à 50 cm la largeur du bâtiment. La cave est à présent par une vis en pierre ancienne à l'aplomb de la vis de l'hôtel, aménagement sans doute médiéval. La berceau surbaissé. La stéréotomie des pierres est typique d'un travail de la fin du XVIIIe siècle. Notons doute contemporain de la vis en pierre. La distribution primitive de l'hôtel peut être en partie restituée. En face de la porte d'entrée du 9 rue Victor Hugo, un couloir conduit à la vis en bois qui éléments de datation de cet hôtel. La vis montait à l'origine à main droite. Les niveaux des linteaux et
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Relevés de la charpente : plan, coupes transversales et longitudinales. IVR24_20093700452NUD Relevé photogrammétrique de l'ancienne galerie ouvrant sur la façade postérieure Vue du 9 rue Victor Hugo depuis le promontoire du château : au centre de la photographie, le haut Vue de la façade sur cour, côté promontoire du château : le pan-de-bois correspond à l'ancienne Détail de la façade sur cour, depuis le promontoire du château : le pan-de-bois correspond à Détail de la façade sur cour, côté promontoire du château : le pan-de-bois correspond à l'ancienne Vue de la cave voûtée en berceau surbaissé. IVR24_20073700782NUCA Vue de la cave : derrière l'angle se trouve la cage d'escalier. IVR24_20073700783NUCA Vue de la cage d'escalier. IVR24_20073700779NUCA Vue du noyau tore à double rampe de la vis. IVR24_20083700097NUCA
  • Maison (14-16 rue Newton)
    Maison (14-16 rue Newton) Amboise - 14-16 rue Newton - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    quai des Marais, a révélé que ces maisons avaient été construites sur la première enceinte de la ville ruisseau. À l'ouest, le mur de clôture a été construit autour du pont de pierre qui enjambait autrefois la Masse. Sur le plan d'alignement de 1884, la dérivation du bras secondaire du cours d'eau se fait ancien, la maison du n°16 a été restaurée récemment. Elle avait déjà fait l'objet de transformations de cloison, une toile peinte marouflée. La façade en pierre qui donne sur le jardin indique également des aménagements de la fin du XVIIIe siècle ou du début du siècle suivant. Les dispositions générales , et que la Masse coulait sous le jardin. Un bassin y a d'ailleurs été créé grâce à une résurgence du précisément à cet endroit et le pont est en effet dessiné. Alors que la maison du 14 demeure dans un état des deux maisons permettent de dater leur première phase de construction des XVe-XVIe siècles.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    premier étage et le surcroît sont en pan de bois. La maison présente sa façade de rive sur la chaussée qui ne comporte malheureusement aucun élément favorable ou défavorable à une datation de la fin du Moyen la ville. Les marches ont un noyau de 15 cm de diamètre. Sur la façade la tourelle pourtant assez , correspondant donc à celui de la première enceinte. Par ailleurs, un mur d'une épaisseur similaire a été observé dans d'anciennes caves du Petit Fort (rue de la Concorde et quai Charles Guinot). Contre l'un des murs de la pièce, est conservée une colonnette (15 cm de diamètre) et une sablière en bois rapportées et un chapiteau octogonaux séparés du fût par une moulure à tore-cavet-tore-cavet. L'abaque de la chapiteau, le lient à la sablière de dessus. Son aspect général est proche de celui des colonnettes de parallèles à la rue, réparties de part et d'autre d'une poutre, dont l'about dépasse en façade. Le comble est assez restauré mais la structure de la charpente demeure lisible. C'est une charpente à fermes et à
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue générale du 14 rue Newton : au second plan, la façade en pan-de-bois à grille au 1er étage Vue de la porte d'entrée du 14 rue Newton. IVR24_20073700740NUCA Vue de la colonnette présente au rez-de-chaussée du n°14. IVR24_20093701149NUCA Vue générale de la charpente de comble. IVR24_20093701150NUCA Vue de la charpente de comble et du pignon en pan-de-bois mitoyen du n°16 de la rue Newton Vue de la charpente de comble et du pignon en pan-de-bois mitoyen du n°12 de la rue Newton Vue de la charpente de comble : détail de la ferme centrale. IVR24_20093701153NUCA Vue de l'ancien pont sur la Masse pris à présent dans la mur mitoyen. IVR24_20093701154NUCA Vue de la façade sur jardin du XVIIIe siècle, dont la terrasse repose sur le mur de la première Détail de la façade rue Newton, au niveau du rez-de-chaussée. IVR24_20083700574NUCA
  • Maison (12 rue Newton)
    Maison (12 rue Newton) Amboise - 12 rue Newton - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Cette maison construite sur les bords de la Masse présente des caractéristiques datant de la fin du Moyen Âge, en particulier son étage en pan-de-bois et sa charpente. Le soubassement en moellon et la
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Comme toutes les maisons de la rue Newton - anciennement rue basse des Tanneries -, le rez-de -chaussée est construit en tuffeau jaune, pierre dure. Le pan-de-bois n'aurait pu résister à la proximité de la Masse qui coule à quelques mètres au sud. Il est possible que le rez-de-chaussée de cette maison soit antérieur au pan-de-bois, en témoigne les vestiges du linteau d'une baie qui se rapproche de la niveau de caves et un niveau de combles, la maison est installée à rive sur rue comme toutes les maisons du côté pair de la rue. Ce parti fut choisi en raison du peu de place dont on dispose entre la rue Newton et la Masse. Les parcelles sont donc tout aussi étroites que celles qui bordent le côté impair de la rue mais disposées en sens inverse. Le niveau supérieur de cette façade en pan-de-bois à grille . Ils datent ainsi l'étage de la maison de la fin de l'époque gothique, soit de la fin du XVe siècle ou début du suivant. À l'époque moderne ou contemporaine, ce bûchage fut mené préalablement à la pose de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    Vue du puits de la cave semi-enterrée. IVR24_20073701232NUCA Vue de la charpente de comble et du pignon Est. IVR24_20093700052NUCA
  • Maison (52 rue Rabelais ; 1 rue Destouches)
    Maison (52 rue Rabelais ; 1 rue Destouches) Amboise - 52 rue Rabelais 1 rue Destouches - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Cette maison a été épargnée par les plans d'alignement de la rue. Des clichés anciens la présente sablières moulurées et les poteaux corniers. La maison appartenant à plusieurs propriétaires, il n'a pas été possible de visiter le comble.
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    un pignon sur la rue Beaubrun. La maison s'élève sur quatre niveaux dont un niveau de caves et un niveau de combles. Une arrière-cour accueille l'entrée de la tourelle d'escalier dans-oeuvre qui dessert l'ensemble de l'édifice, des caves au grenier. Le pignon est construit en pierre de taille et brique. Si le niveau de la sablière de plancher. Au rez-de-chaussée la façade est percée d'une baie et au premier étage de deux autres. Le sommet du pignon élevé en brique montre un aspect neuf et les dispositions de la Rabelais est plus authentique. Le rez-de-chaussée est encore en partie enduit. Un poteau central divise la et de cavets séparés par des baguettes. À l'aplomb de la sablière de chambrée, s'élèvent les toiture a été restaurée dans son matériau d'origine, la tuile plate. L'aspect extérieur de la lucarne ne permet pas de déterminer son authenticité, mais d'une manière générale les maisons amboisiennes de la fin du Moyen Âge disposent bien d'une lucarne placée au centre de la rive sur rue. À l'intérieur, seule
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue ancienne de la façade en pan de bois. IVR24_19903700212X Vue ancienne de la façade en pan de bois. IVR24_19903700201X
  • Maison (13 rue Racine)
    Maison (13 rue Racine) Amboise - 13 rue Racine - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Située au bout de la rue Racine, juste en contre-haut de la Masse, cette maison se trouvait hors les murs mais à quelques mètres du mur de la ville. Les parties construites en pierre pourraient dater elle un élément de datation essentiel pour la seconde phase d'aménagement, qui pourrait dater de la fin d'une première phase d'aménagement au XIIIe ou XIVe siècle. La tourelle d'escalier constitue quant à
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    La maison construite à pignon sur rue, s'élève sur trois niveaux, dont un niveau de combles à présent habité. Du côté de la Masse, le mur gouttereau méridional et tout le rez-de-chaussée sont construits en moellon de tuffeau avec des chaînages de pierre de taille, tandis que l'étage présente un pan de bois à grille contre-venté de longues écharpes. Enfin, l'autre mur gouttereau, du côté de la tourelle d'escalier, n'est plus visible. La tourelle quant à elle, bâtie en pan de bois, présente des motifs associant la grille et de grandes croix de Saint-André, comme celle du 105 rue Victor Hugo d'ouverture dans l'autre moitié du mur s'explique par la présence d'un conduit de cheminée utilisé dès le rez -de-chaussée. À droite de ce conduit, au centre du mur, un chaînage en pierre de taille soutient un 30 cm à 35 cm, mais la charpente est en partie camouflée à l'intérieur, interdisant de plus amples pignons -, ne dispose d'aucun surcroît. Le mur pignon de la rue Racine est percé au rez-de-chaussée par
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Relevé photogrammetrique de la tourelle d'escalier du 13 rue Racine. IVR24_20083700629NUD Vue de l'ancienne tourelle d'escalier du 13 rue Racine, depuis le promontoire du château Vue générale du 13 rue Racine depuis la Masse. IVR24_20073700746NUCA
  • Maison (21 rue Manuel)
    Maison (21 rue Manuel) Amboise - 21 rue Manuel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    présenter de caractère datant de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle, il n'est pas impossible qu'elle date de la fin du Moyen Âge. La façade donnant sur la rue Nationale a connu un alignement au XIXe siècle. Sans véritablement
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    gouttereau donnant sur la rue Manuel, construit en pierre de taille de tuffeau, semble contemporain de Cette maison présente son pignon sur la rue Nationale et sa rive sur la rue Manuel. Seul le pan-de -bois visible à l'étage est susceptible de dater de la fin du Moyen Âge. Le pignon a été aligné au XIXe siècle. Cette façade aujourd'hui en pierre de taille, montre des bossages pour les chaînages d'angle et une épaisse corniche soutenant la croupe venue remplacer la ferme de pignon. Le rez-de-chaussée du mur plancher dont les abouts sont visibles au rez-de-chaussée du côté de la rue Manuel. Avant l'alignement du XIXe siècle, le pignon devait s'élever 1,50 m en arrière de la façade actuelle. Le pan-de-bois à grille est contreventé par quatre écharpes placées symétriquement au centre de la façade. Les trois baies ne présentent ni leur emplacement ni leur format d'origine. La fenêtre de droite qui rompt la symétrie de la façade, se trouvant à l'aplomb de la croupe mise en place au XIXe siècle, est une création
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    , tandis que la façade de rive au rez-de-chaussée en pierre de taille et au premier étage en pan-de-bois à Vue générale du 21 rue Manuel, dont le pignon aligné au XIXe siècle donne sur la rue Nationale grille donne sur la rue Manuel. IVR24_20093701147NUCA Vue du pignon arrière en pan-de-bois à grille. IVR24_20093701148NUCA
  • Maison (5 rue Newton)
    Maison (5 rue Newton) Amboise - 5 rue Newton - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Cette maison dont la façade donne au 6 de la place Michel Debré est accessible par une venelle au 5 napoléonien présente sur la parcelle de la maison une cour - qui existe toujours - et une extension, reliée rue Newton. Comme pour la majorité des maisons, seule l'étude du bâti permet d'appréhender l'histoire de l'édifice qui a été touché par les plans d'alignement du 19e siècle. Le plan cadastral dit semble-t-il au corps de maison principal par une galerie. Il n'en reste plus aucune trace sur le terrain . Les quelques vestiges encore visibles aujourd'hui laissent supposer que la maison, dans ces
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    pierre de taille de tuffeau. Ce parement a conservé des traces de dressage à la laye et à la bretture. Le petite vis permet d'accéder depuis le rez-de-chaussée de la maison à la cave. Taillé dans des pierres de La maison était construite à pignon sur rue, sur quatre niveaux dont un de cave et un autre de avec celles qui la jouxtent. Du côté de la rue Newton, la façade donne sur une cour très étroite, vis-à crépi qu'à l'intérieur avec la pose de plâtre dans l'ensemble des pièces. Demeurent dans un état propre sol en terre battue est resté en place tout comme le soupirail qui s'ouvre du côté de la place. Une prendre le relais au rez-de-chaussée et desservir l'ensemble de la maison. Le comble était habitable à couverture d'ardoises et le chevronnage sont neufs. Les dispositions générales de la charpente montrent un , de brin et de quartiers, débités à la doloire présentent de nombreuses flaches mais peu de noeuds . Les assemblages se font à tenon-mortaise et la section des bois est très variable allant de 15 cm pour
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue de la cave. IVR24_20073701127NUCA Vue de la vis d'accès à la cave voûtée du 5 rue Newton. IVR24_20073701126NUCA Vue de la vis d'accès à la cave. IVR24_20073701128NUCA
  • Maison (14 rue Mirabeau ; 35 quai des Marais)
    Maison (14 rue Mirabeau ; 35 quai des Marais) Amboise - 14 rue Mirabeau 35 quai des Marais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    maisons sont accolées aux murs de la ville. Les dispositions étriquées de cette maison (6,50 m x 6,50 m au sol) s'expliquent par son assiette première. La toiture propre à la façade en pan de bois ne mesure à présent que 3 m. En arrière de celle-ci, s'élevait le mur de la ville ; lorsqu'il fut abattu, il fut remplacé par l'extension de la maison accessible par le 35 quai des Marais réalisé à la fin du XIXe siècle ou du début du XXe suivant. Les caractéristiques constructives de la façade laissent supposer une construction de la fin du Moyen Âge. Sur le plan cadastral dit napoléonien - où le tracé de l'enceinte apparaît encore - plusieurs
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    les abouts sont taillés en quart-de-rond. Elles supportent, en encorbellement, la sablière de chambrée Moyen Âge. La maison a été construite en pan de bois à grille, à pignon sur rue et avec un encorbellement à solives débordantes des deux étages sur le rez-de-chaussée. La peinture des bois restreint les -mortaise. Les bois sont fortement flachés et noueux. La façade s'étend sur 6,50 m de large pour 11,20 m de haut. La longueur moyenne des bois est de 5 m et leur largeur moyenne atteint 13,9 cm, ce qui d'après nos observations serait compatible avec la largeur de bois de brin. Au rez-de-chaussée, les colombes anciennes croisées des étages supérieurs. Sur la sablière de plancher reposent les solives débordantes dont l'aplomb de la sablière de chambrée, s'élèvent le premier étage et le comble à surcroît. Les poteaux soutenant l'encorbellement. Au premier étage, la baie de droite se prolongeant au-dessus de la sablière est une création récente. La baie centrale (1,11 m x 1,76 m) a été murée, mais les potelets de son allège
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Relevé photogrammétrique de la façade du 14 rue Mirabeau. IVR24_20083700631NUD Vue de la façade en pan de bois donnant sur la rue Mirabeau. IVR24_20073701163NUCA Vue du rez-de-chaussée de la façade en pan de bois. IVR24_20083700566NUCA
  • Maison (1 rue Manuel)
    Maison (1 rue Manuel) Amboise - 1 rue Manuel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Cette maison marque l'angle de rencontre de la rue Manuel et de la rue Rabelais. Elle n'a pas pu
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Construite en moellon de tuffeau enduit avec des chaînages d'angle en pierre de taille au rez-de interdisant de la faire figurer dans le corpus des édifices de la fin de Moyen Âge. La maison a été enduite symétriquement de part et d'autre des baies. La façade donnant sur la rue Manuel présente une sablière surmontée ainsi éclairé par une lucarne à croupe datant probablement de l'époque moderne. La pente du toit en -chaussée et en pan-de-bois à grille dans les étages supérieurs, elle ne présente aucune caractéristique à neuf en 2008. Lorsque les structures étaient à nue, aucune reprise ne se distinguait dans la maçonnerie. Le pan-de-bois à grille est contreventé, sur chaque façade, de deux grandes écharpes placées d'un niveau de potelets devant correspondre au niveau du sol d'un comble à surcroît. Le comble est
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue générale du 1 rue Manuel, situé à l'intersection de la rue Rabelais. IVR24_20083700592NUCA
  • Maison (2bis rue Chaptal)
    Maison (2bis rue Chaptal) Amboise - 2 bis rue Chaptal - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    la façade devait se trouver environ 2 m en avant de celle du 6 rue Chaptal qui lui est accolée. La façade à rive sur rue du 2bis rue Chaptal a été reculée lors des travaux d'alignement du XIXe siècle. Si l'on observe la pente du toit, qui à l'origine était probablement symétrique, on constate que
    Description :
    Aujourd'hui la façade donnant sur la rue est construite en pierre de taille de tuffeau. Le seul dernière est antérieure, datant par conséquent de la fin du Moyen Âge. À l'intérieur, la distribution a . La charpente a été reprise lors de l'alignement de la rue, en témoignent les entraits coupés, mais calibrage des pierres laisse supposer une construction XIXe siècle. La maison ne présente plus aucun élément nettement été modifiée. Néanmoins, par endroit, des cloisons en pan-de-bois à grille sont encore visibles son faîtage et son sous-faîtage sont toutefois restés en place. La charpente s'apparente à celle du 12
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue générale du 2 rue Chaptal dont le toit est dominé par la charpente à la Philibert de l'Orme
  • Maison (41 rue Nationale ; rue du Petit-soleil)
    Maison (41 rue Nationale ; rue du Petit-soleil) Amboise - 41 rue Nationale rue du Petit-soleil - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    La propriété - composée de deux corps de logis, liés par une galerie et une tourelle d'escalier - se situe derrière le mur de clôture d'une parcelle qui longe la rue du Petit Soleil. Son accès principal se fait par le 41 rue Nationale. Seul l'édifice en fond de cour et la galerie sont en état d'être étudiés. La tourelle d'escalier est une création récente. Le logis en fond de cour et la galerie l'édification d'un logis de pierre et la grande baie pourrait dater du XIIIe siècle. À Orléans, certaines chanfreiné. À Orléans, avant l'apparition de la croisée à l'extrême fin du XIIIe siècle, les baies ne sont quart-de-rond profondément gratté qui encadre la baie, le chanfrein ayant pu disparaître. La situation de la maison, dans l'enclos de la future seconde enceinte urbaine, pourrait d'ailleurs créditer l'hypothèse de la création d'un bras de dérivation pour le moulin de l'Aumône sur le cour de la Masse, bien murs pignon en pan de bois et construit une galerie. La configuration de la charpente apparente fut
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Le logis en fond de cour est construit en moellon et pierre de taille de tuffeau pour les deux bien connue et rencontrée notamment à Orléans. Une ouverture fort étroite perce la façade à droite de dernièrement. Le pignon en pan-de-bois et la charpente de comble sont cohérents et contemporains. Ils semblent 6,30 m, le logis en fond de cour présente des espaces intérieurs très dénaturés ; il ne demeure que la sectionnées pour permettre la communication avec la tourelle et la pose de la lucarne ; ainsi la ferme centrale, sur laquelle repose des pannes, soutient à présent l'ensemble de la structure. L'entrait de cette s'affaisse. La plupart des chevrons a été doublée récemment de chevrons neufs. Les bois anciens sont issus de -mortaise. La structure primitive présentait une pente de 58 degrés composée de 13 fermes dont 3 fermes jambettes. Aux deux tiers de la hauteur de la charpente, un faux-entrait assemblé aux chevrons-arbalétriers un tenon mortaise au-dessus de la poutre faîtière. La coupe longitudinale présente un faîtage
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue générale de l'arrière-cour du 41 rue Nationale, donnant sur la rue du Petit Soleil Vue du pignon arrière, en pan de bois, de la maison donnant sur le 41 rue Nationale Relevés de la charpente : plan et coupes longitudinales et transversales. IVR24_20093700467NUD Vue générale du logis en fond de cour et de l'ancienne galerie depuis l'arrière-cour du 39 rue