Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 99 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ruffec-le-Franc : écart dit hameau de Ruffec-le-Franc
    Ruffec-le-Franc : écart dit hameau de Ruffec-le-Franc Sauzelles - Ruffec-le-Franc
    Localisation :
    Sauzelles - Ruffec-le-Franc
    Titre courant :
    Ruffec-le-Franc : écart dit hameau de Ruffec-le-Franc
    Texte libre :
    Ruffec-le-Franc Le hameau est partagé entre les communes de Sauzelles et de Saint-Aigny. Sur la commune de Saint-Aigny subsistent les vestiges du prieuré bénédictin de Ruffec-le-Franc qui dépendait de
    Illustration :
    Ruffec-le-Franc sur le plan cadastral de 1812 (section C). (Archives départementales de l'Indre Ruffec-le-Franc, vue d'une grange et d'une maison à porte en pignon. IVR24_20123600116NUC2A Ruffec-le-Franc, vue d'une maison à porte en pignon transformée en étable. IVR24_20123600111NUC2A
  • Grand Asnières : écart dit hameau du Grand Asnières
    Grand Asnières : écart dit hameau du Grand Asnières Sauzelles - Le Grand Asnières
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury
    Localisation :
    Sauzelles - Le Grand Asnières
    Texte libre :
    Le Hameau du Petit et Grand Asnières Le Petit et le Grand Asnières occupent une position à mi -chemin entre la vallée de la Creuse et le plateau, dans un paysage très ouvert. Ces deux hameaux sont
    Illustration :
    Le Grand Asnières sur la carte de Cassini, 3e quart du 18e siècle. IVR24_20123600007NUC2A Le Grand Asnières sur le plan cadastral de 1812, partie sud-ouest (section F). (Archives Le Grand Asnières sur le plan cadastral de 1812, partie sud-est et nord (section J). (Archives Le Petit et le Grand Asnières depuis Terre Chaude. IVR24_20123600419NUC2A Murets entre le Petit et le Grand Asnières. IVR24_20123600420NUC2A Le Grand Asnières, croix de mission, 1954. IVR24_20123600421NUC2A Le Grand Asnières, puits. IVR24_20123600362NUC2A Le Grand Asnières, ferme à bâtiments contigus. IVR24_20123600284NUC2A Le Grand Asnières, ferme à cour ouverte. IVR24_20123600326NUC2A Le Grand Asnières, grange et étables. IVR24_20123600296NUC2A
  • Tilloux : écart dit hameau de Tilloux
    Tilloux : écart dit hameau de Tilloux Sauzelles - Tilloux
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury
    Texte libre :
    l'espace agricole a perduré au sein du tissu bâti. Le hameau est en effet partagé en deux ensembles, nord et sud, séparés par une vaste parcelle de pâture (rappelant le « couderc » des villages d'Auvergne et
    Illustration :
    Tilloux sur le plan cadastral de 1812 (section A). (Archives départementales de l'Indre Tilloux sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de l'Indre Tilloux, la vaste parcelle de pâture sépare le hameau en deux ensembles. IVR24_20123600425NUC2A
  • Petit Asnières : écart dit hameau du Petit Asnières
    Petit Asnières : écart dit hameau du Petit Asnières Sauzelles - Le Petit Asnières
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury
    Localisation :
    Sauzelles - Le Petit Asnières
    Texte libre :
    Les Hameaux du Petit et Grand Asnières Le Petit et le Grand Asnières occupent une position à mi -chemin entre la vallée de la Creuse et le plateau, dans un paysage très ouvert. Ces deux hameaux sont
    Illustration :
    Le Petit Asnières sur la carte de Cassini, 3e quart du 18e siècle. IVR24_20123600007NUC2A Le sud du Petit Asnières sur le plan cadastral de 1812 (section J). (Archives départementales de Le nord du Petit Asnières sur le plan cadastral de 1812 (section K). (Archives départementales de Le Petit et le Grand Asnières depuis Terre Chaude. IVR24_20123600419NUC2A Le Petit Asnières depuis la vallée de la Creuse, croix de chemin. IVR24_20123600418NUC2A Murets entre le Petit et le Grand Asnières. IVR24_20123600420NUC2A Le Petit Asnières, maison. IVR24_20123600350NUC2A
  • Bousseronde : écart dit hameau de Bousseronde
    Bousseronde : écart dit hameau de Bousseronde Sauzelles - Bousseronde
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury
    Texte libre :
    Bousseronde Bousseronde est implanté sur le plateau calcaire et s'inscrit dans un paysage agricole très ouvert. Le hameau est représenté sur la carte de Cassini.
    Illustration :
    Bousseronde sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de l'Indre Bousseronde sur le plan cadastral de 1812 (section C). (Archives départementales de l'Indre Bousseronde depuis le nord. IVR24_20123600423NUC2A Bousseronde depuis le nord. IVR24_20123600424NUC2A
  • Mijault : écart dit hameau de Mijault
    Mijault : écart dit hameau de Mijault Sauzelles - Mijault
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury
    Texte libre :
    Le hameau de Mijault En bord de Creuse, Mijault présente un ensemble bâti accroché au coteau . Au pied du hameau, face à l'île, se trouvait le moulin de Mijault. Représenté sur la carte de Cassini et le plan cadastral de 1812, il n'est plus en fonction depuis le début du 20e siècle.
    Illustration :
    Mijault sur le plan cadastral de 1812 (section I). (Archives départementales de l'Indre Proche de Mijault, le monument gallo-romain du Saint-Fleuret, à flanc de coteau de la vallée de la
  • Terre Chaude : écart dit hameau de Terre Chaude
    Terre Chaude : écart dit hameau de Terre Chaude Sauzelles - Terre Chaude
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury
    Texte libre :
    Le hameau de Terre Chaude Représenté sur la carte de Cassini, Terre Chaude s'organise de part et d'autre d'un axe unique nord-sud qui effectue ensuite une inflexion vers l'est. Le hameau domine la
    Illustration :
    Terre Chaude sur le plan cadastral de 1812 (section L). (Archives départementales de l'Indre Terre Chaude depuis le sud-est. IVR24_20123600428NUC2A
  • Village dit bourg de Preuilly-la-Ville
    Village dit bourg de Preuilly-la-Ville Preuilly-la-Ville
    Référence documentaire :
    L'église et le presbytère. [s.l] : [s.n], vers 1936. 1 impression photomécanique (carte postale ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 7701).
    Texte libre :
    quasi continu. L'ancienne voie ferrée de la ligne Port-de-Piles-Le Blanc, aménagée en voie verte, occupe Le village de Preuilly-la-Ville Implanté sur le plateau, le village de Preuilly-la-Ville surplombe statut de village perché. Les boisements denses du coteau contribuent également à isoler le plateau de la vallée. Un chemin ancien taillé dans la falaise, la « Reuille », reliait le village à la rivière de la Creuse à l'endroit d'un gué et assurait un accès à l'eau (le puits du village n'est achevé qu'en 1872 ). Le village de Preuilly-la-Ville et le hameau de la Sénebaudière se sont développés au début du 20e une position centrale entre ces deux groupements. Le village est de taille modeste et se caractérise
    Illustration :
    L'église, le presbytère, le cimetière et les vestiges de la chapelle Saint-Mathurin sur le plan Le village de Preuilly-la-Ville sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre La Sénebaudière sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 249 L'église et le presbytère, carte postale vers 1936. (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B Le presbytère mitoyen de l'église Saint-Pierre. IVR24_20113600188NUC2A Le monument aux morts et l'école du bourg de Preuilly-la-Ville. IVR24_20113600810NUC2A Vue depuis le coteau du bourg vers la vallée de la Creuse. IVR24_20113600811NUC2A Vue depuis le coteau du bourg vers la vallée de la Creuse, face au village du Bois (Lurais Vue de l'entrée nord-est du bourg, à droite le cimetière. IVR24_20113600819NUC2A
  • Bourg de Fontgombault
    Bourg de Fontgombault Fontgombault - Bourg - en village
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 (Le Blanc)/par César-François Cassini de Thury ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 11 Fi 76/1). ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 3420). impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de L'église. [s.l] : [s.n], [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x DESMAISONS, René. Les monuments aux morts d'Oulches et de Fontgombault. Revue des Amis du Blanc et
    Texte libre :
    Le bourg de Fontgombault Situé à mi-chemin entre le Blanc et Tournon-St-Martin, le bourg de Fontgombault occupe également une position centrale au sein du territoire communal. Il s'étend le long de la D 950 qui suit la rive droite de la Creuse du Blanc à Tournon-St-Martin. Au centre du village, la D 43 petites ruelles perpendiculaires au coteau. Le bâti s'organise de part et d'autre de la rue centrale des cadastres de 1812 et actuel ainsi que l'observation sur le terrain laissent penser qu'un nombre début du 20e siècle. Le bourg s'est étendu à l'est, en direction de l'église paroissiale qui se trouve à
    Illustration :
    Le bourg de Fontgombault sur la carte de Cassini, 2e moitié du 18e siècle. IVR24_20103600237NUC1A Le bourg de Fontgombault sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P Vue de l'église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur. IVR24_20103600101NUC2A
  • Grand Aslon : écart
    Grand Aslon : écart Lingé - Le Grand Aslon - en écart
    Historique :
    L’écart est connu pour son menhir de forme arquée, unique dans le Berry. Ce mégalithe en calcaire dur, découvert couché sur le sol, a été relevé dans son état actuel en 1967 (Coulon 1973). Le lieu-dit ; Benarrous 2009). Le “village” est par la suite mentionné en 1485 et en 1570 (Hubert 1900). Le lieu-dit
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Localisation :
    Lingé - Le Grand Aslon - en écart
    Illustration :
    Le lieu-dit "Gd Aslon" figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20163601077NUC2A
  • Bourg : maison (11 rue de Bléré)
    Bourg : maison (11 rue de Bléré) Cigogné - 11 rue de Bléré - en village - Cadastre : 1823 D1 238-243 2010 D 0160
    Historique :
    Au Moyen Age, le fief du prieuré, appartenait à l'abbaye Saint-Julien de Tours et relevait du château de Loches. C'est ce qui explique la mention du lieu-dit "Le Prieuré" sur le premier plan cadastral levé en 1823. A cette date, Le Prieuré était constitué de deux corps de bâtiments perpendiculaires implantés au nord et à l'ouest d'une cour ouverte vers la route de Bléré. De nos jours, le bâtiment nord a été pour moitié démoli et les bâtiments ouest prolongés vers le nord. L'un des logis porte la date 1721. Les bâtiments sont très remaniés, ce qui rend leur datation délicate. Cependant, le premier logis
    Description :
    Le Prieuré comprend un premier logis de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée, surmonté d'un étage de comble à surcroît éclairé par deux lucarnes. Un second logis lui est accolé par le nord un édicule abrite les vestiges d'un four à pain ; il est logé dans le contre-coeur d'une cheminée
    Appellations :
    maison dite le Prieuré
    Illustration :
    Premier et second logis, figurant sur le plan cadastral de 1823 : façades sur cour
  • Plessis : demeure
    Plessis : demeure Néons-sur-Creuse - Le Plessis - - en écart - Cadastre : 2015 D 290 1812 D 1439 à 1448
    Historique :
    dimensions des communs figure sur le plan cadastral de 1812. Il a pu être tout ou partie reconstruit à la fin du 19e siècle, (peut-être en 1884 selon les matrices cadastrales). Le château d’eau et le lavoir semblent dater du début du 20e siècle. Le portail, provenant de la ferme de la Chauvellerie (cf. dossier existait un château médiéval au Plessis dont il ne resterait que le souterrain vouté (non datable). Le fief du Plessis de Néons, qui relevait de la châtellenie d’Angles en Poitou, serait cité dès le 13e siècle
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    des encadrements complets ou partiels à chanfreins. La maison compte trois cheminées : dans le corps , avant le 20e siècle, encastrée dans la cheminée en pierre de la pièce voisine. A l’ouest de la maison , le logement de domestiques aurait également servi un temps de chai. Il est partiellement enduit et en , appelé communs. Il abrite des écuries et des remises. Ses accès sont en gouttereaux. Le mur-pignon
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Le Plessis - - en écart - Cadastre : 2015 D 290 1812 D 1439 à 1448
    Illustration :
    Le lieu-dit, indiqué château (avec le pennon d'une gentilhommière), est porté sur la carte de Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 1439 à 1448), dans le centre Vue de la maison depuis le sud-ouest. IVR24_20163600736NUC2A Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20163600737NUC2A Vue de la maison (extrémité aile ouest) depuis le sud IVR24_20163600738NUC2A Vue de l'ancien logement des domestiques devenu un temps chai, depuis le sud-est Vue des communs depuis le nord-ouest. IVR24_20163600740NUC2A Vue d'entrées des communs depuis le sud IVR24_20163600726NUC2A Vue du château d'eau et du lavoir depuis le nord-est. IVR24_20163600725NUC2A Vue de la date portée (1779) sur le linteau d'une fenêtre de la maison. IVR24_20153600396NUC2A
  • Gabrière : écart
    Gabrière : écart Lingé - La Gabrière - en écart
    Historique :
    L’étang de la Gabrière (le lieu-dit est pour la première fois cité en 1335) a été construit au seigneurs du Bouchet d’avoir, par le passé, aménagé cette forêt de Boire, d’y avoir autorisé la construction de Châtillon-sur-Indre au Blanc, passant par la Gabrière, figure dans l’Atlas de Trudaine. L'écart que le 20 juillet 1944, devant l’ancienne auberge de la Gabrière (n°21, cf. dossier IA36010793), une
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury Atlas de Trudaine. Route de Châtillon au Blanc. Dessin aquarellé à l'encre, rehaussé de lavis, 1745 photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B Blanc et de sa région. Numéro hors-série n°1, 2009.
    Description :
    l’écart de Gabriau) au croisement de la route D17 (de Mézières au Blanc) et de la D78 qui longe l’étang de la Gabrière par le nord. Il s’étend à l’ouest de la chaussée principale de l’étang. Le plan d’eau , d’une surface de plus de 90 ha, est l’un des plus connus de la Brenne. L’écart qui le dispute, en Gabrière et de Gabriau", inscrit le 23 novembre 1966 sur la liste des sites naturels de France
    Illustration :
    Chemins des environs de la Gabrière sur l'Atlas de Trudaine, route de Châtillon au Blanc, vers 1745 L'écart de la Gabrière sur le plan cadastral de 1813 (section F). (Archives départementales de
  • Prépicault : écart dit hameau de Prépicault
    Prépicault : écart dit hameau de Prépicault Preuilly-la-Ville - Le Prépicault - en écart
    Localisation :
    Preuilly-la-Ville - Le Prépicault - en écart
    Texte libre :
    Prépicault occupe le point haut du plateau calcaire sur lequel s'étend la commune de Preuilly-la seigneur de la châtellenie de Naillac ou du Blanc en Berry (« aveu et dénombrement de la terre et seigneurie de Coiré Naillac » fait le 8 octobre 1740 à Paris). Le bâti s'organise de part et d'autre d'une rue centrale orientée sud-ouest nord-est. Un réseau secondaire distribue le hameau en profondeur par est implanté de manière régulière et selon une trame orthogonale. Au Prépicault, le cadastre ancien logements à l'étage ou bien aux greniers situés dans les combles), ainsi que des murets et des haies dont le
    Illustration :
    La partie nord de Prépicault sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 La partie est de Prépicault sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 La partie sud de Prépicault sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 Le Prépicault, petite ferme à cour. IVR24_20113600329NUC2A Le Prépicault, bâtiment à fonction mixte regroupant une petite étable et un logement Le Prépicault, murs-pignons. IVR24_20113600297NUC2A Le Prépicault, détail d'un corbeau de cheminée. IVR24_20113600823NUC2A Le Prépicault, puits. IVR24_20113600822NUC2A Vue de l'inscription et de la niche (statuette de la vierge manquante) sur le mur-pignon d'une Prépicault depuis le nord-est. IVR24_20113600821NUC2A
  • Bordes : écart
    Bordes : écart Lingé - Les Bordes - en écart
    Historique :
    Le “terroer" (espace agricole habité) des Chaumes est localisé à proximité des Bordes, en 1335 la commanderie de Lureuil (ordre de Malte), laquelle est propriétaire de plusieurs étangs dans le secteur, notamment le grand étang des Bordes (cité en 1626 et aujourd’hui asséché ; Archives départementales de l'Indre, H 608, H 616). En 1737, la commanderie lève le cens sur les "maisons et habitations , granges, étables, (…)” qui composent l’écart (Archives départementales de l'Indre, H 616). Le lieu-dit (en
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    L'écart sur le plan cadastral de 1813. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 96
  • Amboise : jardin d'agrément du château
    Amboise : jardin d'agrément du château Amboise - Château d'Amboise - en ville - Cadastre : 2019 BI 151 à 157 ; 159 à 160 ; 176 à 177 ; 194
    Historique :
    A la Renaissance, le seul jardin connu du château d'Amboise demeure celui qui existe toujours face à la Loire, sur la terrasse nord-est. Disposé en terrasse et dominant la Loire, le jardin se situait le jardin. Il aurait été accompagné d’une pépinière sur le plateau, d’une ménagerie, d’un vivier et des siècles sont complexes. Le lieu d'implantation du jardin est bien lisible sur le terrain et chronologique : les comptes de l'argenterie des souverains ayant habité à Amboise ; le compte de construction du jardinier ; le fragment d'un compte de construction daté du 11 avril 1500 avant Pâques ; les "Vues" de autour de 1579 ; le procès-verbal d'estimation des travaux de 1761 ; le procès-verbal de démolition du château et d'aménagement des lieux pour le sénateur Roger Ducos en 1806-1808, qui comprend la réhabilitation des jardins ; le plan géométral du château d'Amboise par J. Jacquemin le 20 juin 1807 (BnF) ; le aménagements du duc de Penthièvre (1786-1790), ni ceux qui les ont précédés. Si l'on peut supposer que le
    Observation :
    Les jardins du château royal d’Amboise possèdent le label "Jardin remarquable" depuis 2017. Ce label est décerné par le ministère de la Culture.
    Référence documentaire :
    d'Orléans le XI brumaire de l'an 12. Rapport des architectes en 1803-1811. Démolitions au château à la même d'Amboise, procès-verbal de prise de possession par le duc de Choiseul. 1761. Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau BOUDON, Françoise, BLECON, Jean, collab. GRODECKI, Catherine. Le château de Fontainebleau de DAGNAS-THOMAS, Évelyne. Amboise, le grand dessein de Charles VIII. Poitiers : Université de GUILLAUME, Jean. Le jardin mis en ordre, jardins et château en France du XVe au XVIIe siècles. In
    Description :
    Le jardin appartient au projet général de Charles VIII (1483-1498), or la magnificence des jardins en Italie - et en particulier celui de Poggio Reale à Naples - fut l'une des choses qui frappa le appela un certain nombre d'artisans et d'artistes à le suivre à Amboise, dont un jardinier, Pacello da (1498-1515) acheva le chantier de Charles VIII, et engagea le jardinier napolitain pour la réalisation anciens auteurs ont sans doute attribué le jardin à Louis XII à cause de cet emblème. Il est donc pourrait supposer que les buttes situées derrière le jardin et tout au long du rempart oriental furent -dessus le mur d'enceinte, elles peuvent avoir joué un rôle dans l'épaulement du mur qui est assez mince incidence : le mur en brique bordant le jardin au sud - couramment appelé "mur du logis canonial" - est un mur de soutien qui retient les terres du terrain dominant le jardin au sud. De fait, il est l'authenticité de la butte la plus septentrionale qui se trouve derrière le mur de l'escalier à double volée
    Annexe :
    Gaugain, chercheur à l'université François Rabelais de Tours a réalisé ses recherches dans le cadre de son doctorat à partir de 2006. Elle a rédigé un dossier électronique sur le jardin du château d'Amboise en 2013 rassemblées par Xavière Desternes formalisées en 2008. Elles ont actualisé le dossier d'inventaire en 2019. Le Les archives concernant le jardin du château d'Amboise Dès la fin de l'année 1497, Pacello da gaiges que le roy nostre sire a ordonnez aux ouvriers et gens de mestier qu'il a fait venir de son ung an entier commencant le premier jour de janvier mil CCCC IIIIXX dix sept et finissant le dernier journées de travail de manoeuvres et de maçons « au talus dudit chastel devers le Petit Fort » ; des le procès-verbal d'état des lieux de 1761, le verger est positionné au-dessus du logis canonial alors que le jardin est situé à côté, emplacement qui correspondrait sur le plan de 1708 au « terre plein Cotte énonce clairement le rôle des buttes orientales du rempart de la porte des Lions qui dominent le
    Texte libre :
    Les jardins de 2 hectares sont entièrement clos par les murs et remparts qui ceinturent le site tours permettent d'admirer le panorama sur la Loire. La chapelle Saint-Hubert au sud dont l’allée d’accès est bordée de quatre tilleuls et de quelques massifs de buis. Le jardin de Naples est aménagé le logis du roi, par des pots médicéens et rehaussés par des touches verticales et colorées de vignes de muscat. Le jardin paysager présente des pelouses ponctuées de massifs arbustifs et de quelques représentant Léonard de Vinci entouré d’une charmille en demi-cercle est placé à l’entrée de cet espace. Le lièges, de jasmin et d’arbousiers. Le jardin d’Orient sert à la méditation et la contemplation. Il sept cyprès comme sept gardiens veillant sur le repos des défunts. Au-delà des remparts et de la porte des Lions, une conception champêtre a été réalisée afin de préserver le paysage.
    Illustration :
    Le jardin du Midi sur la terrasse sud présente, sur une pente douce, des rosiers blancs entre des édifices disparus apparaissent de couleur brune. Le jardin en terrasse est visible sur la gauche Plan restitué du château d'Amboise représentant le bâti autour du jardin (d'après un plan de 1708 Vue aérienne détaillant le plan des aménagements paysagers et architecturaux du château d'Amboise Vue du portique des Quatre Travées depuis le sud. IVR24_20083700743NUCA Depuis la tour Garçonnet, vue vers le panorama de la ville et de la Loire, les vestiges du château Le buste de Léonard de Vinci est encadré par des pots d’essences méditerranéennes et une charmille Le jardin de Naples avec, à son extrémité, un tertre recouvert de boules de buis offrant des perspectives vers le château et le paysage ligérien. IVR24_20193700436NUCA Le dessin du jardin de Naples est organisé autour d’un axe médian matérialisé par un ample tapis
  • Thais : écart
    Thais : écart Néons-sur-Creuse - Thais - en écart
    Historique :
    poste de Gabelous, gens d’armes surveillant le faux-saunage à la frontière entre les pays rédimés (comme le Poitou) et les pays de Grande Gabelle (Touraine, Berry). La seigneurie de Thais est attestée au
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    Est de l'écart sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de l'Indre, 3 P Ouest de l'écart sur le plan cadastral de 1812 (section A). (Archives départementales de l'Indre, 3
  • Gabriau : écart
    Gabriau : écart Lingé - Gabriau - en écart
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    L’écart est situé à l’est de la commune, le long de la route D78 à l’est de la chaussée de l’étang est inclus au périmètre du site “étangs de la Gabrière et de Gabriau”, inscrit le 23 novembre 1966 à
    Illustration :
    L'écart du Gabriau sur le plan cadastral de 1813 (section F). (Archives départementales de l'Indre
  • Cimetière Saint-Laurent, actuellement jardin
    Cimetière Saint-Laurent, actuellement jardin Nogent-le-Rotrou - 11 rue du Pressoir - en ville - Cadastre : Le cimetière n'a pas de numéro de parcellaire cadastral.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le jardin de l'église Saint-Laurent occupe l'emplacement de l'ancien cimetière éponyme. Ce dernier était attaché à l'église paroissiale Saint-Laurent depuis le 13e siècle. Il fut agrandi entre 1811 et partie de l’ancien cimetière fut aliénée, séparée en parcelles puis revendue avant de devenir le jardin
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le jardin prend place à l'ouest de l'église paroissiale du même nom. Il est doté d'un plan
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11 rue du Pressoir - en ville - Cadastre : Le cimetière n'a pas de numéro de
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Plan des cimetières de Nogent-le-Rotrou (1858). IVR24_20152800402NUCA
  • Champagne : écart
    Champagne : écart Néons-sur-Creuse - Champagne - en écart
    Historique :
    Le lieu-dit (Campania) est mentionné plusieurs fois au 13e siècle dans le cartulaire de l'abbaye
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    L'écart de Champagne sur le plan cadastral de 1812 (section A). (Archives départementales de
1 2 3 4 5 Suivant