Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maisons et fermes de la commune de Sublaines
    Maisons et fermes de la commune de Sublaines Sublaines
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    moment où fut levé le premier plan cadastral de la commune. Seules six d'entre elles ont pu être Sur les 19 maisons repérées dans le bourg de Sublaines, 15 occupent un emplacement déjà bâti au identifiées comme étant effectivement antérieures à 1826. Les autres, très remaniées et vues seulement de
    Description :
    d'un enduit, avec parfois des encadrements en pierre de taille. Toutes les maisons sont couvertes de hauteur et la légère prédominance de la tuile plate en matériau de couverture. Les élévations sont limitées soit à un simple rez-de-chaussée (9 cas), soit à un rez-de-chaussée et étage de comble (1 cas) soit à un seul étage carré (9 cas). Aucune maison ne possède plus d'un étage découverts. Les matériaux utilisés en couverture sont l'ardoise (8), la tuile plate (12) et la tuile maisons du bourg de Sublaines se caractérisent par leur modestie, leurs remaniements nombreux, leur faible
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune de Sublaines
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Maison située à l'angle de la rue des Moriers et de la rue de Loches. IVR24_20103701989NUCA Vue des maisons situées au carrefour de la rue des Moriers et de la rue du 8 Mai 1945. Vue prise Maison à un étage carré, toit à longs pans et croupes et encadrements en pierre de taille Petite maison avec encadrements en pierre de taille et une lucarne. IVR24_20103702002NUCA Maison avec encadrements et corniche en pierre de taille. IVR24_20103702005NUCA La Contenquière : vue d'ensemble du logis et de la grange accolée. IVR24_20103702484NUCA Façade antérieure : détail de la lucarne portant la date 1921. IVR24_20103702404NUCA Intérieur de la forge, vue d'ensemble. IVR24_20103702006NUCA Intérieur de la forge, vue d'ensemble. IVR24_20103702007NUCA Maisons du bourg, élevées d'un rez-de-chaussée et d'un comble. IVR24_20103701988NUCA
  • Bourg : maison (16-18 rue de la République)
    Bourg : maison (16-18 rue de la République) Neuillé-le-Lierre - 16-18 rue de la République - en village - Cadastre : 1819 D1 225 2011 OD 375
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    monument aux morts indiquent un remaniement (reconstruction ?) dans les années 1920 de la façade sur rue. L'édifice est partiellement présent sur le plan cadastral napoléonien de 1819, ayant fait l'objet accueillait des commerces. Les éléments de décor (carreaux en ciment), ressemblant à ceux présents sur le
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Neuillé-le-Lierre. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi
    Représentations :
    La façade est ornée de carreaux en ciment figurant des formes géométriques et des motifs végétaux.
    Description :
    ouest et longs pans du bâtiment en retour d'équerre à l'ouest). La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angle, l'encadrement des baies, les cordons, la corniche et des tables en pointe de diamant. L'étage de comble est éclairé par quatre lucarnes hautes à toit à deux pans en ardoise. La partie L'édifice possède un plan en L, il est en rez-de-chaussée et étage de comble, construit en moellon recouvert de crépi et couvert d'un toit à longs pans et une croupe en ardoise (pan est) et tuile plate (pan en retour d'équerre a conservé sa pente de toit d'origine.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - 16-18 rue de la République - en village - Cadastre : 1819 D1 225 2011 OD 375
    Titre courant :
    Bourg : maison (16-18 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail du décor de la façade. IVR24_20123700600NUC2A Détail du décor de la façade réalisé avec 3 carreaux en ciment. IVR24_20123700601NUC2A
  • Maisons et fermes de la commune d'Épeigné-les-Bois
    Maisons et fermes de la commune d'Épeigné-les-Bois Épeigné-les-Bois
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Description :
    Si les maisons du bourg (rues Saint-Vincent, de la Fontaine, du Prieuré, des Rosiers) correspondent pierre de taille, le plus souvent harpés. L'alignement s'effectue gouttereau sur rue. Deux maisons taille. L'association brique et pierre en décor (encadrements) est présente dans deux édifices et date de pour l’essentiel à l'emprise médiévale du bourg, la quasi totalité des maisons actuelles ont été moellon de calcaire avec enduit, les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont toujours en croupes. Les lucarnes sont rares. Les couvertures en tuile plate côtoient les couvertures en ardoise. La creusé de nombreuses caves avec corridors d'accès voûtés en moellons et porte en arc brisé en pierre de la fin du 19e siècle. La brique n'est pas employée pour le gros œuvre.
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune d'Épeigné-les-Bois
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Grange, rue de la Fontaine. Façade antérieure. IVR24_20093700552NUCA Grange, rue de la Fontaine. Façade latérale avec porte charretière murée. IVR24_20093700553NUCA Grange en pierre de taille et moellon. Vue d'ensemble. IVR24_20093700555NUCA Grange : mur goutterot avec assise en pierre de taille et élévation en moellons Maison, rue de la Fontaine. Entrée de cave desservie par un corridor voûté. IVR24_20093700554NUCA 11 rue de la Fontaine. Maison élevée sur une cave voûtée en partie creusée dans la roche (jouxte l'escalier d'accès à la source Saint-Aignan). Vue de volume. IVR24_20093700492NUCA Rue de la Fontaine. Maison située au-dessus de la grotte de Saint-Aignan. IVR24_20093700535NUCA 4 rue de la Fontaine. Maison (ancien bureau de poste) accolée à l'ancien prieuré Rue du Prieuré. Maison à un étage carré : détail de la porte avec menuiseries au rez-de-chaussée
  • Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse
    Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse Néons-sur-Creuse
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Titre courant :
    Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Texte libre :
    Parmi les 189 édifices inventoriés dans la commune de Néons-sur-Creuse, l'analyse typologique a trop peu représenté pour justifier un traitement individuel (au sein de l’ancien canton, seule la fermes sont avant tout localisées sur les anciennes terrasses de la vallée de la Creuse et de la Gartempe , c’est à dire principalement dans l’ouest, le nord et l’est de la commune ; les plateaux de l’interfluve semblant moins attractifs. Elles sont le plus souvent installées dans les écarts de taille variable (Thais cadastral de Lureuil en 1812 (du moins leur état antérieur car la plupart des édifices a été modifiée). Au logis de ferme du 15e siècle aurait été fortifié au 16e siècle. A la Lochetterie, à la Grève et à Mallet (1740-1743), la demeure du Plessis ou une partie des fermes de Grand-Roche. L’Époque contemporaine est siècle ou de la première moitié du 20e siècle. Durant cette période, les maisons et fermes connaissent reconstruites ou remaniées. C’est à partir du milieu du 19e siècle que sont construites la demeure de la
    Illustration :
    Logis de la ferme de la Bonnelière (15e-16e siècles). IVR24_20183600674NUCA Logement secondaire avec accès en pignon de la ferme de la Grève (daté par dendrochronologie de Ferme de la Lochetterie, dont une partie du logement a été datée par dendrochronologie de 1482-1486 Ferme à cour ouverte de la Grande Couture (début du 20e siècle). IVR24_20163600605NUC2A Grange-étable à accès en mur-pignon de la ferme de la Rairie (19e siècle). IVR24_20153600307NUC2A Bâtiment "vinicole" du château de Néons, daté par dendrochronologie de 1743. IVR24_20153600322NUC2A Maison de l'écart de Thais (18e siècle). Le mur-pignon de cette maison présente un plein-de-travée appareillé en pierre taillée (influence tourangelle). IVR24_20183600694NUCA La demeure du Plessis (17-18e siècles). IVR24_20163600736NUC2A Ferme de type bloc-à-terre à Champagne (19e siècle). IVR24_20163600492NUC2A
  • Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne) Orléans - 52 rue de Bourgogne 4 rue de l' Etelon - en ville - Cadastre : 2012 BN 327
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    observer sur le cadastre napoléonien. L'origine des fondations de la maison remonte donc probablement à l'époque moderne, voire à la fin du Moyen Age, compte tenu du caractère laniéré de cette parcelle . Néanmoins, la façade de la rue de Bourgogne a été frappée d'alignement et rebâtie, probablement à la fin du La parcelle sur laquelle cette maison est située a le même périmètre que celle que l'on peut 19e siècle ou au début du 20e siècle. Les fiches auxiliaires cadastrales mentionnent la maison qui
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    , côté rue de Bourgogne, est construite en brique sur une assise en pierre de taille, alors qu'elle est en maçonnerie enduite sur le côté donnant sur la rue de l'Ételon. Elle possède un étage carré et un étage de comble en surcroît éclairé par une lucarne à ferme débordante. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. Le décor de la façade sur la rue de Bourgogne est très développé grâce au jeu des différents matériaux, brique rouge, jaune, pierre de taille, cabochons émaillés. Les plates -bandes, à clé passante et pendante au rez-de-chaussée, et la frise sous la corniche ont également été exécutés avec attention. Un soupirail sur la façade permet de supposer la présence d'une cave. Cette maison forme, avec celle du 4 rue de l'Ételon à laquelle elle a été réunie à une époque
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 52 rue de Bourgogne 4 rue de l' Etelon - en ville - Cadastre : 2012 BN 327
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure donnant sur la rue de Bourgogne. IVR24_20144500738NUC4A
  • Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc) Orléans - 48 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 BN 2
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette maison date probablement pour ses parties les plus anciennes de la fin de l'époque moderne cadastre actuel montre une modification du périmètre de la maison. Les fiches auxiliaires cadastrales évoquent l'organisation intérieure de la maison en 1908. On trouvait au fond de la cour, derrière la porte , la maison abrite les bureaux de l'entreprise gérant la résidence étudiante située au 50 rue du Bourdon-Blanc. Les personnes y travaillant indiquent que la maison était celle du directeur de l'hôpital d'alignement et que ses façades ont été déplacées. En outre, la superposition du cadastre napoléonien et du cochère, une remise et des écuries surmontées d'un grenier. Au rez-de-chaussée, une salle à manger et un vestibule sont mentionnés. Au premier, accessible par un escalier de service et un grand escalier (tous deux et un cabinet. Au-dessus, une lingerie, deux mansardes et un grenier prenaient place. Lors de l'étude
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    maçonnerie enduite, la base des murs est en pierre de taille. Elle possède un étage carré et deux étages de charpente visible par endroit est à panne. Le premier étage de comble est orné, sur la façade donnant sur la combles. La couverture, remaniée, est à longs pans brisés dans sa partie inférieure et à longs pans dans sa partie supérieure. Une cave se situe sous la maison. On y accède par une trappe située dans le bâtiment et depuis la cour par une porte. Le bâtiment est accessible par une porte cochère débouchant sur une cour. Un préau se situe au fond de cette dernière. Deux escaliers sont conservés dans le bâtiment dont l'intérieur, les cheminées notamment, a vraisemblablement été réaménagé au 19e siècle. La rue du Bourdon-Blanc, de trois lucarnes en pierre au décor galbé atypique.
    Étages :
    2 étages de comble
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Destinations :
    immeuble de bureaux
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500755NUC4A Vue de détail des lucarnes décorées de la façade antérieure. IVR24_20144500756NUC4A
  • Maison (4 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison (4 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 4 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1115 2012 BN 276
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette maison a pu être construite au 18e siècle ou plus tôt au cours de l'époque moderne. La toujours la même. Elle a toutefois été fortement remaniée par la suite. La grille d'imposte au-dessus de la sur la façade de la maison, Edouard Fournier, historien, y serait né le 15 juin 1819. Les sources lieux. La maison comportait alors un atelier en rez-de-chaussée et deux pièces par étage supérieur. La plaque couvrant le soupirail au milieu de la façade antérieure rappelle qu'un ferronnier d'art a occupé permettent d'attester la présence d'une activité artisanale dès 1863 puisqu'un serrurier occupait déjà les
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    scène de la vie sociale marteau La grille en fonte, située sous la vitrine, présente un artisan en train de forger une pièce de
    Murs :
    calcaire pierre de taille enduit pan de bois enduit (?)
    Description :
    ancien. Elle comporte deux étages carrés. Le rez-de-chaussé est construit en pierre de taille appareillée conservée. Les deux étages pourraient être en pan de bois enduit. La cour, en arrière du bâtiment donnant porte piétonne est surmontée d'une grille d'imposte en fer forgé à chiffres. Le soupirail de la cave est en partie enduite. La vitrine aux montants en métal liée à l'ancienne activité artisanale a été sur la rue, est couverte d'une verrière. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. La
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500768NUC4A Vue de détail du rez-de-chaussée avec la porte et la vitrine. IVR24_20144500770NUC4A Vue de détail de la plaque commémorative à la mémoire d'Edouard Fournier, historien, né dans cette Façade sur rue, rez-de-chaussée et premier étage. IVR24_19774500757X Vue de détail du soupirail d'aération au décor historié. IVR24_20144500771NUC4A
  • Les maisons du quartier Saint-Euverte d'Orléans
    Les maisons du quartier Saint-Euverte d'Orléans Orléans - Cadastre : 2012 BN
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Les plus anciennes maisons du quartier Saint-Euverte remontent à la fin du Moyen Age et au 16e
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la ALIX, Clément. Aspects de la construction dans l'habitat orléanais (13e-16e siècles). [en ligne] In années de recherche. In ALIX, C., ÉPAUD, F. La Construction en pan de bois au Moyen Age et à la ALIX, Clément. L'habitat d'Orléans du 12e siècle au début du 15e siècle (état de la recherche Archives départementales du Loiret. Série J : J 171. Actes de vente de 1764 et 1765. doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. . [en ligne]. Paris : Institut national d'histoire de l'art, 2007 [17.09.2018]. Accès Internet : < http ALIX, Clément. Les Maisons en pan de bois d'Orléans du 14e au début du 17e siècle : bilan de treize Renaissance. Rennes : Presses universitaires de Rennes, Tours : Presses universitaires François-Rabelais de : étude des élévations et apports de l'observation des caves). Revue archéologique du Loiret et de l'axe
    Murs :
    calcaire pierre de taille pan de bois enduit pan de bois
    Description :
    même que les appareils de pierre de taille calcaire. A partir du 19e siècle, le recours à la brique est La maçonnerie enduite est très utilisée pour la construction des maisons du quartier Saint-Euverte utilisés pour le gros œuvre. Toutefois, on a pu confirmer dans quelques cas qu’il s’agissait de moellons de pierre calcaire. Le pan de bois, apparent ou enduit, est également présent dans le périmètre étudié, de plus fréquent. Elle permet alors de développer des décors recherchés pour quelques maisons bourgeoises.
    Texte libre :
    maisons associent maçonnerie enduite et pierre de taille utilisée pour rythmer la façade au moyen de recherches en archives sur l’ensemble du bâti, le doute demeure pour la désignation de certains édifices. Il . Une attention a également été apportée à la présence éventuelle de caves, confirmée par la rencontre plus ou moins long. La principale variation vient de leur largeur. On constate ainsi que les plus larges sont peu nombreuses et plutôt situées sur la partie nord du quartier, à l’exception notable de la axes historiques du quartier : rue de Bourgogne en premier lieu, partie sud de la rue du Bourdon-Blanc , rue de l’Ételon, rue Saint-Euverte, rue des Pensées et plus marginalement le long de la rue Desfriches de Bourgogne et la rue du Dévidet, un autre entre la rue des Pensées et celle des Raquettes, deux caractère traversant des parcelles est lié à la cession de terrains par la ville aux habitants lors de la parcelles, pour la construction d’immeubles notamment. C’est le cas par exemple au n°32 rue de Bourgogne où
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade en pan de bois enduit du 94 rue de Bourgogne, datée de 1445 par Vue d'ensemble de la façade antérieure du 2bis rue Saint-Michel, dont la charpente à entrait Vue de la partie droite de la façade sur rue de la maison située au 3 rue des Ormes-Saint-Victor Vue de la partie gauche de la façade sur rue de la maison située au 3 rue des Ormes-Saint-Victor Vue d'ensemble de la façade antérieure de la maison du 18 rue de l'Etelon construite en retrait par Vue d'ensemble de la façade antérieure de la maison du 52 rue Saint-Euverte sous laquelle se situe Carte recensant les matériaux de construction des maisons du quartier Saint-Euverte Carte indiquant les périodes de constructions principales (supposées ou attestées) de l'ensemble rapport à la rue. IVR24_20144500788NUC4A deux niveaux de cave dont l'un à voûte d'ogives. IVR24_20144500757NUC4A
  • Maison, actuellement immeuble (16 rue du Dévidet)
    Maison, actuellement immeuble (16 rue du Dévidet) Orléans - 16 rue du Dévidet 1bis rue des Ormes-Saint-Victor - en ville - Cadastre : 1823 B 1237, 1238 2012 BN 127
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette grande maison, aujourd'hui transformée en immeuble, pourrait dater de l'époque moderne. Elle a subi d'importants remaniements au 19e siècle. La partie du bâtiment comprenant la porte cochère et qui se situe au sud du corps de logis principal ancien, a en effet été modifiée par un alignement au 19e siècle, comme le prouve la superposition du cadastre napoléonien et du cadastre actuel. Les fiches auxiliaires cadastrales nous apprennent, en outre, que la maison était encore une habitation à usage mono
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    est en maçonnerie enduite à un étage carré et en pierre de taille (au niveau de la porte cochère). Le . Les façades sur la cour sont en maçonnerie enduite et présentent plusieurs parties en pan de bois s'effectue par une porte piétonne située au nord-ouest de la parcelle et par une porte cochère à passage ancienne porte piétonne, murée lors de l'étude, est visible sur la façade donnant sur la rue des Ormes -Saint-Victor. Les façades sur la cour comportent d'anciennes ouvertures en plein-cintre au rez-de (non vu), accessible par une porte sous le passage couvert, donne accès à la partie de l'immeuble située le plus au sud-ouest de la parcelle. La distribution intérieure a été entièrement reprise. Le mur Cette parcelle se distingue par sa grande superficie. Elle est occupée par un long corps de logis donnant au nord-ouest sur la rue des Ormes-Saint-Victor et au sud-est sur une vaste cour intérieure. La partie la plus au sud du bâtiment semble avoir été ajoutée dans un second temps. La façade sur la rue
    Étages :
    2 étages de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure donnant sur la rue des Ormes-Saint-Victor et de l'entrée du Vue de la façade postérieure sur cour du 16 rue du Dévidet prise depuis la rue des Francs-Bourgeois
  • Maison (12 rue Newton)
    Maison (12 rue Newton) Amboise - 12 rue Newton - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Cette maison construite sur les bords de la Masse présente des caractéristiques datant de la fin du Moyen Âge, en particulier son étage en pan-de-bois et sa charpente. Le soubassement en moellon et la
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Comme toutes les maisons de la rue Newton - anciennement rue basse des Tanneries -, le rez-de -chaussée est construit en tuffeau jaune, pierre dure. Le pan-de-bois n'aurait pu résister à la proximité de la Masse qui coule à quelques mètres au sud. Il est possible que le rez-de-chaussée de cette maison soit antérieur au pan-de-bois, en témoigne les vestiges du linteau d'une baie qui se rapproche de la niveau de caves et un niveau de combles, la maison est installée à rive sur rue comme toutes les maisons du côté pair de la rue. Ce parti fut choisi en raison du peu de place dont on dispose entre la rue Newton et la Masse. Les parcelles sont donc tout aussi étroites que celles qui bordent le côté impair de la rue mais disposées en sens inverse. Le niveau supérieur de cette façade en pan-de-bois à grille . Ils datent ainsi l'étage de la maison de la fin de l'époque gothique, soit de la fin du XVe siècle ou début du suivant. À l'époque moderne ou contemporaine, ce bûchage fut mené préalablement à la pose de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    Vue du puits de la cave semi-enterrée. IVR24_20073701232NUCA Vue de la charpente de comble et du pignon Est. IVR24_20093700052NUCA
  • Maison (1 rue Manuel)
    Maison (1 rue Manuel) Amboise - 1 rue Manuel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Cette maison marque l'angle de rencontre de la rue Manuel et de la rue Rabelais. Elle n'a pas pu
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Construite en moellon de tuffeau enduit avec des chaînages d'angle en pierre de taille au rez-de interdisant de la faire figurer dans le corpus des édifices de la fin de Moyen Âge. La maison a été enduite symétriquement de part et d'autre des baies. La façade donnant sur la rue Manuel présente une sablière surmontée ainsi éclairé par une lucarne à croupe datant probablement de l'époque moderne. La pente du toit en -chaussée et en pan-de-bois à grille dans les étages supérieurs, elle ne présente aucune caractéristique à neuf en 2008. Lorsque les structures étaient à nue, aucune reprise ne se distinguait dans la maçonnerie. Le pan-de-bois à grille est contreventé, sur chaque façade, de deux grandes écharpes placées d'un niveau de potelets devant correspondre au niveau du sol d'un comble à surcroît. Le comble est
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue générale du 1 rue Manuel, situé à l'intersection de la rue Rabelais. IVR24_20083700592NUCA
1