Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 121 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Prieuré de chanoines réguliers de Saint Augustin, église Sainte-Anne
    Prieuré de chanoines réguliers de Saint Augustin, église Sainte-Anne La Riche - - Place Sainte-Anne - en ville - Cadastre : 1972 EL 7
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    communes : le choeur à Tours, la nef à La Riche.
    Référence documentaire :
    AD37 : Q 633, n° 77-7. Procès verbal de la vente du prieuré comme bien national, daté du 5 août détail La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France. Gravure sur cuivre de C. Visscher, non datée (vers 1625). (Musée de la société archéologique de Touraine). p. 552-553 RANJARD, Robert. La Touraine archéologique ; Guide du touriste en Indre et Loire p. 171-175 LEVEEL, Pierre. L'ancien prieuré Sainte-Anne près de Tours. Bulletin de la Société
    Localisation :
    La Riche - - Place Sainte-Anne - en ville - Cadastre : 1972 EL 7
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Tours
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Ancienne église du prieuré. Vue du chevet et d'une partie de la nef prise du nord-est en 1974 Vue de la nef de l'ancienne église prise de l'ouest. Le mur visible sur la photo de 1974 sépare la
  • Amboise : rue de la Concorde
    Amboise : rue de la Concorde Amboise - rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Cette rue est l'une des plus anciennes de la ville. Elle constituait à l'origine la voie principale de l'enceinte du Petit Fort, qui fut rattachée à la ville en 1467. Elle changea de nom à plusieurs reprises : avant la Révolution elle apparaît sous le nom de rue Blésienne ; puis entre 1792 et 1804, elle répond au nom de rue de la Loi ; de 1804 à 1814, elle est la rue de la Concorde ; enfin, sous la Restauration (1815-1830), elle devient la rue des Minimes. Le Petit Fort tenait son nom du fait que les habitants de cette partie de la ville s'étaient fortifiés à leur frais. Ils étaient donc exemptés d'une partie des impôts levés pour les deniers communs de la ville. En février 1468, lors de son rattachement à la ville, le guichet Errart qui marquait le passage de l'enceinte de la ville à celle du Petit , où les édiles firent construire un mur. Dans la rue de la Concorde, de nombreux vestiges antérieurs à la fin du Moyen Âge ont été identifiés comme tels. La zone est insubmersible et la majorité des
    Référence documentaire :
    Amboise, rue de la Concorde/par G. H. Lestel, différentes vues avant (janvier 1967) et après
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    . La principale modification concerna les constructions qui étaient adossées au rempart du château et qui furent supprimées. À l'extrémité de la rue, à sa jonction avec la rue Louis XI, se dresse le archives de la ville, en référence au couvent des Minimes qui prenait place juste au long de l'actuelle rue conservées aux abords immédiats de la tour des Minimes. Les douves de la tour Garçonnet ne sont plus matérialisées. Ce quartier du Petit Fort, même une fois réuni à la ville, connut une histoire assez mouvementée . Il accueillit d'importants édifices. La ville y fit élever des halles (situées vers l'école), puis tours : -la tour Garçonnet, construite entre 1463 et 1468 ; -la tour des Minimes, élevée autour de 1496 -1497. À la demande de Louis XI, les habitants bâtirent le long de la Loire « un bateys » et « une belle allée », probablement une des premières levées de Loire de la ville d'Amboise. Pour construire la l'installation du monastère des Minimes à la fin du XVe siècle, exerça une influence non négligeable sur la vie
    Localisation :
    Amboise - rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Amboise : rue de la Concorde
    Annexe :
    « terriers » provenant de la destruction des bâtiments ou du creusements des fondations devaient être évacués par les habitants de la ville qui les menaient à l'aide de charrettes dans la Loire ou en bord de bateys pour y faire une belle allee. [...]Le roy a mandé aux gens de la ville par maistre Jehan Bourré et autres qui l'ont dit de bouche, qu'ilz facent ung bateys tout au long de la rivière et au long du petit sera fait aux despens d'icelle ville ». Dans la dernière décennie du XVe siècle, pour construire la la tour que le roy nostre Sire y fait bastir de present, contenant le tout sept toises de long ou ledit receveur commis dessusdit la somme de deux cens livres tournois. Laquelle somme, lesdites choses , la dite somme de 200 l. t. ». La porte du Petit Fort ou le guichet Errart En février 1469 (n. st.), le Petit Fort et la ville fer leurs fenestres et aussi les habitans de la ville seront tenuz ouster les portes du portail du
    Illustration :
    Vue ancienne de la rue de la Concorde depuis le promontoire au château et la tour des Minimes Vue générale de la rue de la Concorde, à son intersection avec rue Louis XI. IVR24_20093700050NUC Vue générale de la rue de la Concorde, du côté de la place Michel Debré. IVR24_20083700553NUCA Vue générale de la rue de la Concorde au niveau du n°27. IVR24_20083700554NUCA
  • Amboise : rue de la Tour
    Amboise : rue de la Tour Amboise - rue de la Tour - en ville
    Historique :
    La rue de la Tour menait de la rue de Montrichard (actuelle place Michel Debré) à la rue des Tanneries (actuelle rue du Général Foy) qui se trouvait juste de l'autre côté de la Masse, hors les murs . Cette rue est probablement contemporaine du percement de la porte Titry ou Titery dont l'ouverture a lieu autour de 1455, puisque les comptes de la ville précisent cette année- qu'elle est ouverte depuis peu de temps (« naguere »). Le 18 octobre 1466, la porte fut équipée d'un pont de bois d'une toise de large pour gens et chevaux chargés, bordé de lisses allant jusqu'aux murs de la ville. Jacqueline précision « la rue de la tour (anciennement rue de la porte Titry) doit être frappée d'alignement prochainement ». En février et mars 1499, à la suite de l'assèchement des Marais, la porte est élargie car davantage utilisée. Sur le plan cadastral dit napoléonien, la rue répond au nom de rue de Licurgue, et sur le plan de réalignement de 1884, à celui de rue de la Tour.
    Référence documentaire :
    MELET-SAMSON, Jacqueline. Le développement historique de la ville d'Amboise des origines à la fin
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    n'avons pas retrouvé de maisons de la fin du Moyen Âge dans cette rue.
    Localisation :
    Amboise - rue de la Tour - en ville
    Titre courant :
    Amboise : rue de la Tour
    Illustration :
    Vue générale de la rue de la Tour, depuis son intersection avec le quai des Marais Vue de la rue de la Tour située en contrebas et en arrière de la place Michel Debré. Les
  • Hôtel : cave (20 rue de la Concorde)
    Hôtel : cave (20 rue de la Concorde) Amboise - 20 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Cet hôtel particulier peut être daté de la première moitié du XVIIe siècle par sa seule façade à bossages. Il est installé selon les mêmes dispositions que l'hôtel du 14 rue de la Concorde, avec une façade donnant sur la Loire, qui se trouve à l'aplomb du quai, et une façade sur jardin du côté du château. La cave révèle les dispositions antérieures à la réunion des parcelles pour bâtir l'hôtel . Aujourd'hui, l'hôtel abrite la bibliothèque municipale.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    droit de huit marches, qui descend dans la première cave depuis la cour. De plan rectangulaire, elle est , disposées perpendiculairement à la Loire, et au sud-est à une quatrième cave voûtée en berceau. Les voûtes , d'environ 4 m de profondeur passe sous la cour de l'hôtel. Elle est grossièrement murée au fond et devait à l'origine aller jusqu'à la rue de la Concorde. Les deux caves côté Loire présentent un mur épais qui
    Localisation :
    Amboise - 20 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Hôtel : cave (20 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue ancienne de la façade sur cour, à bossages, depuis le promontoire du château Vue ancienne de la façade donnant sur la cour : détail du corps de logis est. IVR24_19903700192X Vue ancienne de la façade donnant sur la cour. IVR24_19903700193X Vue ancienne de la façade depuis le quai Charles Guinot. IVR24_19903700194X Vue générale du 20 rue de la Concorde depuis le promontoire du château : l'hôtel à bossages devancé Vue d'une des pièces de la cave voûtée. IVR24_20073701053NUCA Vue d'un couloir voûté en brique de la cave. IVR24_20073701052NUCA Vue d'une des pièces de la cave voûtée. IVR24_20073701051NUCA Vue des solives de plancher de la cave, au niveau de son accès principal depuis la cour Détail d'un corbeau mouluré soutenant une solive de plancher de la cave, au niveau de son accès
  • Maison (18 rue de la Concorde)
    Maison (18 rue de la Concorde) Amboise - 18 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Le 18 rue de la Concorde a longtemps été identifié comme la bâtisse édifiée en 1484 et 1485 pour grenier à blé, dans les combles. La datation, révélée par analyses dendrochronologiques de certaines pièces en remploi utilisées dans la charpente, a prouvé l'existence d'une construction antérieure dont dernière date correspond approximativement avec la datation proposée par Christian Davy lors de son analyse Guinot, vaisseau communicant avec les caves du 18 rue de la Concorde. Aujourd'hui le bâtiment est divisé
    Référence documentaire :
    Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, 81/037/0010. Édifices de la ville d'Amboise . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier
    Description :
    multipliées pour éclairer les appartements. Seule la hauteur du comble et la présence d'une grande croupe sur , à présent situé environ 2 m sous le niveau de la rue de la Concorde qui fait office de caves. Il où se trouvent les peintures murales. Au premier étage, dans la salle d'eau d'un des appartements , est resté apparent, à la retombée d'un arc, un culot sculpté d'un angelot. La nervure de cet arc de la charpente et des deuxièmes faux-entraits ; c'est pourquoi nous n'avons pu procéder au relevé que de quatre fermes. Dans les années 1990, la croupe d'origine de la charpente avait été de large) avec fermes secondaires et fermes principales. Une grande partie de la charpente est cachée par l'isolation ce qui empêche de donner le nombre exact de fermes. La pente du toit est de 56 degrés gardent les marques d'anciens assemblages à dévêtissement latéral. Transversalement, la charpente
    Localisation :
    Amboise - 18 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (18 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 18 rue de la Concorde présentant une charpente à croupe. IVR24_20073700722NUCA Vue du 18 rue de la Concorde depuis la terrasse Nord-Ouest du château. IVR24_20083700128NUCA A droite de l'hôtel bossages, vue du mur gouttereau Ouest du 18 rue de la Concorde, depuis le Vue ancienne de la charpente à chevrons-formant-fermes. IVR24_19893701398X Vue ancienne de la charpente au niveau des entraits. IVR24_19893701396X Vue ancienne de la charpente du côté de la croupe, soit vers la rue de la Concorde Vue actuelle de la charpente. IVR24_20073700930NUCA Vue des fermes principales et secondaires de la charpente à chevrons-formant-fermes Vue actuelle de la charpente dans laquelle les balustres de l'ancien escalier ont été remployés Vue de la charpente à chevrons-formant-fermes et de l'escalier à balustres tournés
  • Maison (50-52 rue de la Concorde)
    Maison (50-52 rue de la Concorde) Amboise - 50-52 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    La maison relève aujourd'hui de deux numéros, les 50 et 52 de la rue de la Concorde. Nous les traiterons ensemble. Une partie du 52 rue de la Concorde appartient à l'hôtel de Bellevue dont l'entrée se qui appartiennent à plusieurs propriétaires. La structure en pan-de-bois de la façade, bien qu'assez remaniée a fait l'objet d'un relevé photogrammétrique. Notre analyse s'attache à l'étude de la cave qui est intégrée à celle du 12 quai Charles Guinot, de l'escalier et de la façade en pan-de-bois. Si la cave est sans doute médiévale (XIVe siècle), la façade en pan-de-bois présente des caractéristiques rattachées à
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses
    Description :
    La cave a été en partie remblayée. Elle est divisée en trois vaisseaux voûtés, dont deux en berceau rouleaux qui se rapproche stylistiquement de ceux rencontrés notamment au 25 rue de la Concorde. Le rouleau encorbellement. L'ensemble de la structure est en pan-de-bois, y compris le rez-de-chaussée et la partie gauche du premier étage qui sont enduits. L'ossature est à grille et croix de Saint-André. La partie visible qui correspond à celui des solives de plancher y reposant. La moitié droite de la façade est abouts sont pris entre deux sablières selon les mêmes dispositions qu'au niveau inférieur. La moitié droite de la façade est ordonnée par quatre panneaux de croix de Saint-André répartis en deux registres , deux par deux, de part et d'autre d'une baie. La moitié gauche de la façade présente un pan-de-bois à grille ordinaire avec une longue écharpe. Une baie, aux mêmes dimensions que la précédente, perce le mur baguettes. Enfin, le niveau supérieur correspond à un surcroît de la charpente, mais celle-ci est récente et
    Localisation :
    Amboise - 50-52 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (50-52 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Relevé photogrammétrique de la façade du 52 rue de la Concorde. IVR24_20083700801NUD Vue générale des 50-52 rue de la Concorde les façades en pan-de-bois à grille et croix de Saint Vue générale des 50-52 rue de la Concorde. IVR24_20083700557NUCA Vue des arcs doubleaux brisés soutenant la voûte d'une des caves (la maçonnerie inférieure est une Vue de la structure intérieure en pan-de-bois, au niveau du rez-de-chaussée. IVR24_20073701087NUCA Vue générale du noyau tore du 52 rue de la Concorde. IVR24_20073700911NUCA Vue de la cage d'escalier en pan-de-bois. IVR24_20073700910NUCA
  • Maison : cave (34 rue de la Concorde)
    Maison : cave (34 rue de la Concorde) Amboise - 34 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    À cette adresse, seule la cave voûtée en berceau segmentaire est susceptible de dater de la fin du
    Description :
    perpendiculairement à la Loire et à la rue de la Concorde, ces pièces révèlent certainement l'ancien parcellaire . Ainsi trois parcelles ont dû être réunies ici. La première parcelle, jouxtant la rue Charles VIII , pourrait être celle de la première maison de ville. Elles sont construites en pierre de taille de tuffeau et leur sol a conservé les traces du stockage de charbon. Chacune possède un soupirail donnant sur la rue de la Concorde.
    Localisation :
    Amboise - 34 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison : cave (34 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 34 rue de la Concorde. IVR24_20093701012NUCA
  • Maison (5 rue de la Concorde)
    Maison (5 rue de la Concorde) Amboise - 5 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    À cette adresse, seule la cave pourrait dater de la fin du Moyen Âge.
    Description :
    -delà de la fin du Moyen Âge.
    Localisation :
    Amboise - 5 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (5 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 5 rue de la Concorde, à gauche de la photographie. IVR24_20093700050NUC
  • Maison : cave (12 rue de la Concorde)
    Maison : cave (12 rue de la Concorde) Amboise - 12 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Dans cette maison datant de l'époque contemporaine, notre étude n'a porté que sur la cave, sans
    Description :
    La cave présente des dispositions comparables à celles déjà rencontrées dans nombre de caves de la rue de la Concorde, à savoir un espace de plan allongé édifiée en tuffeau et couvert d'une voûte en
    Localisation :
    Amboise - 12 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison : cave (12 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 12 rue de la Concorde : la façade en brique. IVR24_20093701009NUCA
  • Hôtel (2 rue de la Concorde)
    Hôtel (2 rue de la Concorde) Amboise - 2 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    immédiate de la porte de ville du quartier du Petit Fort qui se résumait à l'actuelle rue de la Concorde - et qui devint par la suite, avec la construction de la tour des Minimes ordonnée par Charles VIII, le maçonnerie situé sur la maison du 1 rue de la Concorde pourrait lui correspondre. L'hôtel se serait donc trouvé en limite d'enceinte, comme la plupart des hôtels de la ville d'Amboise. Seuls la cave, la cage d'escalier et les combles nous ont été ouverts mais nous n'avons pas pu réaliser de clichés. La date de construction et le nom du commanditaire de l'hôtel du 2 rue de la Concorde demeurent inconnus ; toutefois la tour d'escalier de plan carré et la voûte en berceau surbaissé de la cave constituent des indices orientant la datation vers la seconde moitié du XVe siècle. Tournée sur le jardin vers la rue Louis XI, la façade orientale montre de grandes baies à la française, ou à petits bois, qui témoignent de remaniements modernes, datant probablement du XVIIe ou du XVIIIe siècle. Il en va de même pour le comble mansardé et la
    Description :
    vers la rue de la Concorde. Au sud-ouest, la grande tour carrée renferme l'escalier en vis construit en pierre de taille. Les matériaux de construction cachés par un enduit seraient d'après la propriétaire , des pierres de taille de tuffeau, mais à l'extérieur de la tour, seuls les chaînages d'angle demeurent en pierre de taille. La vis est éclairée par un oeil de boeuf, deux baies à petits bois et deux appuis de ces baies ne sont pas saillants. La seconde tour, à droite sur la façade, présente des dimensions modestes : elle est moins haute et sa surface au sol est plus réduite. Elle est éclairée de la même manière que la première tour et renferme probablement des retraits attenants aux pièces. Depuis une porte ouvrant sur le jardin à la base de la tour d'escalier, on descend par un escalier droit à la cave. De plan rectangulaire, la cave a conservé son sol en terre battue et sa voûte en berceau construite en pierre de taille de tuffeau et présentant des traces de layage. La porte qui donne sur le quai
    Localisation :
    Amboise - 2 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Hôtel (2 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue de l'environnement du 2 rue de la Concorde, situé à l'extrémité orientale du Petit Fort Vue de la façade du 2 rue de la Concorde depuis le promontoire du château. IVR24_20083700135NUCA Vue générale du 2 rue de la Concorde depuis la rue Louis XI. IVR24_20073700721NUCA Vue de la façade donnant sur le quai Charles Guinot de l'hôtel du 2 rue de la Concorde Vue de la façade donnant sur le quai Charles Guinot de l'hôtel du 2 rue de la Concorde
  • Maison (31 rue de la Concorde)
    Maison (31 rue de la Concorde) Amboise - 31 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Située à l'angle de la rue de la Concorde et de la montée de l’Émir Abd el-Kader menant au château , cette maison est étudiée pour sa cave et pour son pignon tourné sur la rue de la Concorde. Dans la configuration médiévale de la ville, elle se situait le long de la route d'Espagne, juste devant le quartier du Petit Fort, sur le carroir de la ville. La façade sud donnant sur la montée relève du plan d'alignement du XIXe siècle ; au même moment la pente du toit fut modifiée. L'intérieur est aujourd'hui aménagé en restaurant. La typologie du pignon en pan de bois à grille, à bois longs, laisse envisager une datation du
    Description :
    La cave est très encombrée. Plusieurs pièces voûtées, installées semble-t-il à des niveaux différents, couvrent une surface équivalente à l'emprise au sol de la maison. Dans un des boyaux tourné vers la rue de la Concorde, la voûte est soutenue par un arc doubleau à cinq rouleaux qui doit rue de la Concorde. De 8,25 m de large, le pignon ouest en pan de bois s'élève sur quatre niveaux et présente plusieurs états successifs. La pente du toit a été modifiée et de petites annexes ajoutées sur les côtés des rampants. Aussi n'étudierons-nous que la forme primitive de la structure. Le pan de bois à pierre ne semble compatible ni avec l'emplacement de la maison qui se trouve en secteur insubmersible, ni avec la présence de deux sablières superposées. Par ailleurs, les pierres présentent un aspect neuf habituellement mis en oeuvre à Amboise. La longueur moyenne des bois est de 6,50 m et plusieurs pièces telles que l'ensemble de la façade est criblé de trous de clous correspondant à la mise en place d'un enduit. Nous
    Localisation :
    Amboise - 31 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (31 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Relevé photogrammétrique de la façade. IVR24_20093700240NUD Vue générale du 31 rue de la Concorde. IVR24_20073700620NUCA Vue des doubleaux à cinq rouleaux de la cave. IVR24_20073700956NUCA Vue des traces de planches qui ont servi aux coffrages de la voûte. IVR24_20073700957NUCA
  • Maison (26 rue de la Concorde)
    Maison (26 rue de la Concorde) Amboise - 26 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    attachés qu'à l'étude de la cave médiévale.
    Description :
    élément orné n'a été retrouvé. Cette cave présente, du côté de la Loire, le même alignement que la plupart des caves de la rue. Cet alignement correspond certainement avec celui de l'ancienne enceinte du Petit Fort, avant que la levée ne soit établie à cette place. Ainsi l'épaisseur du mur (1,70 mètres ) comme ses dispositions (1,50 mètres en retrait de la façade donnant sur le quai Charles Guinot) nous donne l'emplacement du mur de ce quartier de la ville.
    Localisation :
    Amboise - 26 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (26 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 26 rue de la Concorde à gauche de la photographie, dont l'entrée se fait par la
  • Maison (22 rue de la Concorde)
    Maison (22 rue de la Concorde) Amboise - 22 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    époque de construction. La typologie de sa mise en oeuvre en pan-de-bois avec ferme débordante pourrait aussi bien relever de la fin du Moyen Âge ou d'un pastiche de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle.
    Description :
    Certains des éléments, comme la ferme débordante qui n'est pas cachée sous le lierre, sont visibles fruit de restaurations ou si l'ensemble de la maison a été construit dans un style néo-gothique.
    Localisation :
    Amboise - 22 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Maison (22 rue de la Concorde)
    Illustration :
    de la Concorde, depuis le promontoire du château. IVR24_19903700216X
  • Amboise : secteur urbain du faubourg de la porte Heurtault
    Amboise : secteur urbain du faubourg de la porte Heurtault Amboise
    Historique :
    Le faubourg de la porte Heurtault se tient au sud-suest de la ville, entre le coteau du promontoire castral et la vallée de la Masse. L'actuelle rue Victor Hugo (à partir du n° 15), anciennement route de Montrichard, constitue la principale artère du faubourg de la porte Heurtault. Comme pour la plupart des faubourgs au sein desquels il n'existe aucun édifice majeur, les informations données par les archives de la ville sont pauvres. L'essentiel des données dont on dispose concerne en réalité la rue Victor Hugo : notamment quant à la présence de carrières de moellons, et à propos de l'habitat troglodytique le long du coteau, et des maisons du côté de la Masse qui doivent laisser entre elles un accès à la rivière. En 1505 , le faubourg disposait d'un puits, proche de la porte de la ville. De nombreuses caves sont également citées dans les comptabilités de la ville.
    Référence documentaire :
    Amboise, plan d'alignement de 1888, le quai des Marais. (Archives communales de la ville d'Amboise
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    remarque que non seulement les parcelles donnant sur la rue sont très étroites, mais qu'en plus les maisons disposent de jardins installés dans le prolongement des parcelles, jusqu'aux berges de la Masse. Ajoutons que la rue du moulin témoigne de l'implantation d'un tel ouvrage ; au bout de la rue qui descend à la Masse en contrebas du Clos-Lucé la Masse dessine un large méandre (au niveau de la parcelle 1255 du correspondent plus avec les parcelles longeant la rue Victor Hugo. On se trouve à l'aplomb de l'ancien prieuré Saint-Thomas (secteur des Marais) ; la pente de la rivière se réduit brusquement créant une zone
    Titre courant :
    Amboise : secteur urbain du faubourg de la porte Heurtault
    Annexe :
    Le faubourg Heurtault dans les comptabilités amboisiennes Le faubourg de la Porte Heurtault est 1457 : « [...] Amener de la pierre de moeson des fauxbourgs de la porte Hurtault jusques au mur neuf de ladite ville pres la tour Fealan [...] ». - Archives communales d'Amboise, CC 206, f° 41 : une quittance Lussault le tout livré pour mectre et emploier a la reparacion du puiz estant pres et oultre la porte . 2 d. t. pour : « [...] Avoir faict mener par son charroy depuiz le port jusques faubourg de la porte emploier a la reparacion du puiz desdits faubourgs ». - Archives communales d'Amboise, CC 206, f° 49 : une deux maçons, qui reçurent 65 s. t. le 28 janvier 1505 pour : « [...] Avoir faict la marrelle et la voulte de pierres de taille du puiz estant es faubourg de la porte Heurtault et fourny de chaulx et troglodytiques qui devaient tenir une place importante dans la gestion des stocks des denrées urbaines, car l'essentiel de la ville est implanté en zone inondable : - Archives communales d'Amboise, CC 104, f° 25v° : en
    Illustration :
    Plan d'alignement de 1888, le quai des Marais. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210
  • Portes de la chapelle castrale dite Sainte-Hubert
    Portes de la chapelle castrale dite Sainte-Hubert Amboise - Château-d'Amboise
    Description :
    Comme par miracle, les portes en chêne de la chapelle ont été épargnées par les démolitions innombrables que le château a connu depuis la fin du XVIe siècle, et en particulier par celles de 1806-1807. A l'exception de leur partie basse qui a été restaurée, elles datent de la dernière décennie du XVe siècle observe aux baies de la chapelle. Châssis et volets articulés ferment les baies ménagées dans les portes.
    Titre courant :
    Portes de la chapelle castrale dite Sainte-Hubert
    Dimension :
    la = 90 ; h = 200 cm
    Illustration :
    Vue générale des portes de la chapelle castrale dite Saint-Hubert. IVR24_20083700640NUCA Vue intérieure des vantaux de la chapelle dite Saint-Hubert. IVR24_20083700762NUCA
  • Chauffe-pieds de la chapelle castrale dite Saint-Hubert
    Chauffe-pieds de la chapelle castrale dite Saint-Hubert Amboise - Château-d'Amboise
    Description :
    l'autre, nous les décrirons conjointement. Dans la partie basse du mur sous-appui, a été installé leur
    Titre courant :
    Chauffe-pieds de la chapelle castrale dite Saint-Hubert
    Dimension :
    la = 100 ; h = 70 cm.
    Illustration :
    Vue générale de la cheminée du transept ouest. IVR24_20083700763NUCA Vue générale de la cheminée du transept est. IVR24_20083700764NUCA
  • Hôtel (24 quai Charles Guinot ; 20 rue de la Concorde)
    Hôtel (24 quai Charles Guinot ; 20 rue de la Concorde) Amboise - 24 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    L'hôtel, dont l'entrée s'effectue par le 20 rue de la Concorde, présente, côté Loire, une façade
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    la levée. Nombre de caves présentent, du côté de la Loire, deux murs espacés de 1,70 mètres l'un de l'autre. Ces murs correspondraient donc à celui du Moyen Âge doublé, à l'époque moderne, du mur de la
    Titre courant :
    Hôtel (24 quai Charles Guinot ; 20 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale du 24 quai Charles Guinot : l'hôtel à bossages se trouve au centre de la photographie
  • Cheminée du 2e étage de la tour de l'Horloge
    Cheminée du 2e étage de la tour de l'Horloge Amboise - 14 rue Nationale
    Description :
    La cheminée datant de la campagne de construction des années 1494-1497 est construite en tuffeau liens en bois qui viennent prendre appui sur la hotte pour soutenir une des poutres du plafond, sont . Chacun repose sur une base octogonale dont une bague (une gros tore) la sépare d'un fût semi-circulaire . Ces fûts sont prolongés de chaque côté vers l'extérieur de la cheminée, par deux larges cavets. Les
    Titre courant :
    Cheminée du 2e étage de la tour de l'Horloge
    Illustration :
    Vue de face de la cheminée du 2e étage de la tour de l'Horloge. IVR24_20073700863NUCA
  • Cheminée du 3e étage de la tour de l'Horloge
    Cheminée du 3e étage de la tour de l'Horloge Amboise - 14 rue Nationale
    Description :
    La cheminée du troisième étage est de facture plus soignée que celle du deuxième. Elle est . Les bases octogonales et les fûts sont identiques à ceux de la deuxième chambre. En revanche, les renversé-canal-cavet-tore. Enfin, le bandeau est déchargé du poids de la hotte en briques par un arc de
    Titre courant :
    Cheminée du 3e étage de la tour de l'Horloge
    Illustration :
    Vue générale de la cheminée du 3e étage de la tour de l'Horloge. IVR24_20073700865NUCA
  • Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs
    Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs Amboise
    Historique :
    Le faubourg Saint-Denis se situe au nord-ouest de la ville, entre la porte Saint-Denis, le faubourg s'agit de l'un des principaux pôles d'urbanisation de la ville. Les textes livrent davantage rien. - du point de vue religieux, Saint-Denis-hors-les-Murs est l'une des deux paroisses de la ville . - du point de vue économique, la route d'Espagne passe par la place Saint-Denis à la sortie de la ville est prévu de construire un boulevard devant la porte Saint-Denis, encore appelée porte Galaffre. Nous qui concerne la topographie, l'implantation de Saint-Denis a semble-t-il été dictée par l'existence d'un ancien temple païen, qui se trouvait déjà au sommet d'une colline dominant la Loire et à l'abri des crues. Ainsi qu'on le rencontre souvent, la ville s'est développée autour de ce centre religieux , cependant la superficie de la colline pouvant bénéficier des avantages topographiques du lieu est bien restreinte. La place Saint-Denis, qui reçoit le trafic de l'ancienne route d'Espagne et où se tiennent nombre
    Référence documentaire :
    Plan d'alignement 1888, rue Armand Cazot. (Archives communales de la ville d'Amboise, O 210). Plan d'alignement 1835, rue de Bléré. (Archives communales de la ville d'Amboise, O 210). Plan d'alignement 1835, rue Nationale et ses alentours. (Archives communales de la ville d'Amboise
    Description :
    Les travaux du XXe siècle ont été particulièrement dévastateurs pour ce secteur de la ville, ce qui Carroir Saint-Denis se tient l'auberge de la Corne et ses écuries. Il s'agit certainement d'une hôtellerie parcelles sont installées en lanières assez serrées du côté du Carroir, de la rue Saint-Denis et de la rue . On remarque d'ailleurs la multitude d'arrière-cours, dans lesquelles sont localisés des puits et même
    Titre courant :
    Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs
    Annexe :
    Le boulevard de la porte Galaffre (Saint-Denis) dans les comptabilités amboisiennes Le boulevard de la porte Galaffre dans les comptabilités amboisiennes Dès le 2 novembre 1467, il est question escript qu'il face faire certains boulevars, douves et deffences en la ville et portes d'icelle ». Parmi les entrées concernées par ces nouvelles défenses, la porte Saint Denis, qui est indifféremment appelée Galaffre. La localisation du boulevard est affirmée par une mention : - Archives communales d'Amboise, BB1, f°34 r°, (26 novembre 1467) : « [...] Le roy la chargé de dire aux gens de la ville qu'ilz facent faire troys boulvars, l'un a la porte des ponts, l'autre a la porte Saint Denis et l'autre a la porte Hurtault et oultre que l'on rempare la ville et les murs d'icelle ». Une autre mention plus tardive précise que le boulevard était attenant à la chaussée de la Grande rue Saint-Denis : - Archives communales d'Amboise, BB1, f°54 r°, (11 octobre 1472) : « [...] Touchant la demolicion faicte par Thomas
    Illustration :
    Ancien plan du quartier Saint-Denis : groupe de maisons situé entre la rue Nationale (nord), la rue Rabelais (sud), la rue Manuel (est). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 344). IVR24_19903700243Z Plan d'alignement 1835, rue Nationale et ses alentours. (Archives communales de la ville d'Amboise Plan d'alignement 1835, rue de Bléré. (Archives communales de la ville d'Amboise, O 210 Plan d'alignement 1888, rue Armand Cazot. (Archives communales de la ville d'Amboise, O 210 Vue ancienne de la route de Bléré et des abris troglodytiques. IVR24_19903700247ZB Vue ancienne de la route de Bléré. IVR24_19773700244XB
1 2 3 4 7 Suivant