Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel (2 rue de la Concorde)
    Hôtel (2 rue de la Concorde) Amboise - 2 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    - et qui devint par la suite, avec la construction de la tour des Minimes ordonnée par Charles VIII, le construction et le nom du commanditaire de l'hôtel du 2 rue de la Concorde demeurent inconnus ; toutefois la orientant la datation vers la seconde moitié du XVe siècle. Tournée sur le jardin vers la rue Louis XI, la modernes, datant probablement du XVIIe ou du XVIIIe siècle. Il en va de même pour le comble mansardé et la surélévation en pan-de-bois de la tour d'escalier, certainement réalisée pour desservir le nouvel étage du
    Description :
    L'hôtel présente un plan rectangulaire auquel deux tours ont été accolées sur le pignon sud tourné une porte ouvrant sur le jardin à la base de la tour d'escalier, on descend par un escalier droit à la construite en pierre de taille de tuffeau et présentant des traces de layage. La porte qui donne sur le quai
    Illustration :
    Vue de la façade du 2 rue de la Concorde depuis le promontoire du château. IVR24_20083700135NUCA Vue de la façade donnant sur le quai Charles Guinot de l'hôtel du 2 rue de la Concorde Vue de la façade donnant sur le quai Charles Guinot de l'hôtel du 2 rue de la Concorde
  • Maison (1 rue Joyeuse)
    Maison (1 rue Joyeuse) Amboise - 1 rue Joyeuse - en ville
    Description :
    . Le hourdis en brique est mis en valeur par un essentage d'ardoises clouées sur les colombes dont la recouvert le bois plutôt que de l'enduire, comme il était courant de le faire au XVIIIe siècle. Cet essentage masquant les bois complique l'analyse du bâti. Le pignon de la maison est tourné sur le quai des Marais, la rive donnant sur la rue Joyeuse. Les bois employés à la ferme débordante qui couvre le pignon . Les ouvertures - si elles sont en place - ont perdu leur caractère originel. Dans le comble, la principale a été renforcé par une poutre posée au sol, qui gêne le passage. Trois tirants en fer mécanique lient le renfort à l'entrait originel qui porte les solives du plafond du premier étage. La maison a porte charretière en pierre de taille date de cette époque. Dans le jardin et la cour arrière ont été
1