Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 102 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chaumerie : ferme
    Chaumerie : ferme Lingé - La Chaumerie - isolé - Cadastre : 2015 AD 444 1813 C 1484 à 1487, 1490, 1491
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). La ferme (logement, étables et grange -étable) semble figurer sur le plan cadastral de 1813. Les bâtiments paraissent avoir été reconstruits
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    un accès en mur-pignon pour le logement est). Le logement nord dispose d’un four (mur-pignon nord). A mur gouttereau. Sa toiture est à longs pans à un pignon couvert et à une croupe. Le hangar agricole
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20163601077NUC2A La ferme est portée (bâtiments dans la droite de l'image) sur le plan cadastral de 1813 (section C Vue de la partie est du logement depuis le sud. IVR24_20163601213NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord. IVR24_20163601211NUC2A Vue de l'étable à vaches depuis le sud-ouest. IVR24_20163601214NUC2A
  • Tout-y-Faut : ferme 01
    Tout-y-Faut : ferme 01 Lingé - Tout-y-Faut - en écart - Cadastre : 2015 ZC 193, 196, 197 1813 F 1086, 1087
    Historique :
    Le lieu-dit ("Touttifaut") figure sur la carte de Cassini (vers 1765). Une ferme (bâtiments contigus implantés en L) est représentée sur le plan cadastral de 1813. Les bâtiments accolés pourraient
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    enduits sont en moellons de grès et de calcaire. Les entrées sont en murs gouttereaux. Le bâtiment ouest , à croupe à l’ouest. L’une des fenêtres du logement est cintrée. Le bâtiment est, couvert de tôle
    Illustration :
    Le lieu-dit ("Touttifaut") figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20163601077NUC2A Une ferme (bâtiments contigus implantés en L) figure sur le plan cadastral de 1913 (parcelles F 1086, 1087), dans le bas droit de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 96 Vue du logement est et de la grange depuis le sud-est. IVR24_20163601294NUC2A Vue de l'étable et du logement ouest depuis le sud-est. IVR24_20163601293NUC2A Vue du toit à porcs depuis le sud-est. IVR24_20163601297NUC2A Vue des ruines des étables et du four de la ferme depuis le sud-ouest. IVR24_20163601295NUC2A
  • Chapurerie : maison
    Chapurerie : maison Lingé - La Chapurerie - - isolé - Cadastre : 2015 AC 56 2015 ZB 213 1813 B 740
    Historique :
    représenté sur le plan cadastral de 1812. Par ailleurs, le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    Le lieu-dit ("la Chapurie") figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A La maison est portée sur le plan cadastral de 1813 (parcelle B 740), dans le haut gauche de l'image Vue de la maison depuis le sud-ouest (voie publique). IVR24_20163601355NUC2A
  • Chopinerie : ferme 01
    Chopinerie : ferme 01 Lingé - La Chopinerie - - en écart - Cadastre : 2015 ZD 135, 149 1813 E 487, 488, 489
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme (remaniée) est portée sur le plan cadastral de 1813. Le logement de cette ferme a été remanié dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles E 487, 488, 489). (Archives Vue générale de la ferme depuis le sud. IVR24_20163601222NUC2A Vue du logement remanié depuis le nord-est. IVR24_20163601218NUC2A Vue du logement remanié depuis le sud-est. IVR24_20163601221NUC2A Vue du mur-pignon (et emplacement d'un four détruit) du logement depuis le nord-est Vue de la grange-étable depuis le sud-ouest. IVR24_20163601220NUC2A Vue de l'étable indépendante depuis le sud. IVR24_20163601219NUC2A Vue du toit à porcs depuis le sud-est. IVR24_20163601215NUC2A
  • Japperenards : ferme 02
    Japperenards : ferme 02 Lingé - Les Japperenards - en écart - Cadastre : 2015 AC 370, 371, 374, 451 1813 B 115, 116, 118
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Des bâtiments contigus figurent sur le plan ancienne. Le grès utilisé dans ces constructions provient d’une carrière située non loin de l’écart.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    accès en murs gouttereaux et à toitures à longs pans en tuile plate. Le logement double est enduit et en
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1813 (parcelles B115, 116, 118). (Archives Vue du logement depuis le sud-ouest. IVR24_20163601474NUC2A
  • Jaulerie : ferme 01
    Jaulerie : ferme 01 Lingé - La Jaulerie - en écart - Cadastre : 2015 ZD 124 à 126, 129 1813 C 720, 721
    Historique :
    Le lieu-dit est porté sur la carte de Cassini (vers 1760). La ferme, implantée en T, figure sur le plan cadastral de 1813. Le logement (est), qui pourrait dater du 18e siècle, aurait brûlé vers 1800 et ailleurs été étendu sur un ancien espace agricole (étable ?), possiblement dès le début du 19e siècle. La
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    , sont en rez-de-chaussée. Le logement est présente, pour sa partie la plus ancienne, trois ouvertures à
    Illustration :
    La ferme (implantée en L) est portée sur le plan cadastral de 1813 (section C). (Archives Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20163601233NUC2A Vue du logement ouest depuis le sud. IVR24_20163601515NUC2A Vue du logement est, du cellier et de l'écurie depuis le sud. IVR24_20163601516NUC2A Vue du hangar agricole depuis le nord-ouest. IVR24_20163601231NUC2A
  • Bordellerie : ferme
    Bordellerie : ferme Lureuil - La Bordellerie - isolé - Cadastre : 2015 C 9 1812 C 37, 38
    Historique :
    1735-1737, dans le terrier de Lureuil (AD 36 H 616). Le lieu-dit est indiqué sur la carte de Cassini . Quatre bâtiments repartis autour d’une cour sont figurés sur le plan cadastral de 1812. Leur disposition
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    . Tous les accès aux bâtiments sont logés dans les murs gouttereaux. Orienté est-ouest, le logement
    Illustration :
    Le lieu-dit est porté sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A La ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section C). (Archives départementales de l'Indre Vue générale de la ferme depuis le sud. IVR24_20163600075NUC2A ), depuis le sud. IVR24_20163600078NUC2A
  • Bédonnière : manoir puis ferme
    Bédonnière : manoir puis ferme Lingé - La Bédonnière - isolé - Cadastre : 2015 AE 16 1813 D 427, 428, 429
    Historique :
    /Lingé relevait vraisemblablement de la seigneurie du Blanc-en-Poitou. Le symbole d’une gentilhommière limites des païs de Poictou et Tourayne” ayant pris les armes en faveur de la dame du Blanc. Une branche de cette famille détient le “fief de Lingé”, au plus tard en 1606. Cette année-là, Aymé de Besdon , cédant alors à son gendre, Pierre de Verdier, la Bedonnière (Aude et al. 2015). Le fief de la Bédonnière (accessibles depuis le sous-sol) du rez-de-chaussée surélevé du logement indique une mise en oeuvre des bois d’un édifice plus ancien (linteau chanfreiné à décor à accolade utilisé en réemploi dans le fournil (appareillage en damier de pierres et briques) le rattachent effectivement au 16e siècle. Ce style architectural , assez répandu en Normandie ou dans le Val-de-Loire, est très peu courant dans le Berry et tout particulièrement dans le Parc de la Brenne où on ne connaît pas d’autres exemples à ce jour (information communiquée par P. Grosjean). Le plan cadastral de 1813 montre quatre bâtiments et une mare : un logement et
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    . S’ajoute un toit à porcs (avec enclos). Le logement de ferme est un manoir de la fin du 16e siècle, qui a , aujourd’hui condamnées. Les deux entrées d’origine, dans le mur gouttereau sud, montrent des encadrements , les restes d’une statue de saint Christophe). Le niveau du rez-de-chaussée du bâtiment est matérialisé par un bandeau de niveau (d’appui pour les anciennes fenêtres) visible dans trois des élévations. Le bâtiment a été élargi avec l’ajout d’appentis (toits en tuile plate et en tôle ondulée) le long du mur -pignon, est en forme d’oculus double). En retour d’équerre du logement, tirant vers le nord-ouest, est de l’ancien four est visible dans le mur-pignon du logement. La toiture est à longs pans en tuile
    Annexe :
    ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm) le 24
    Illustration :
    Le symbole d'une gentilhommière figure sur le carte de Cassini (vers 1760), au lieu-dit la Quatre bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1813 (section D), dans le haut gauche de Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20163601532NUC2A Vue du logement depuis le sud-est. IVR24_20163601525NUC2A Vue du logement depuis le sud-ouest. IVR24_20163601522NUC2A Autre vue du logement depuis le sud-ouest. IVR24_20163601523NUC2A Vue du logement depuis le nord-est. IVR24_20163601527NUC2A Vue de l'élévation sud du logement (partie orientale) et accès au sous-sol, depuis le sud-est Vue du logement d'ouvriers, du cellier et de la remise depuis le sud-ouest. IVR24_20163601520NUC2A Vue du mur-pignon du logement d'ouvriers (avec trace d'un four détruit) depuis le nord-ouest
  • Amboise : jardin d'agrément du château
    Amboise : jardin d'agrément du château Amboise - Château d'Amboise - en ville - Cadastre : 2019 BI 151 à 157 ; 159 à 160 ; 176 à 177 ; 194
    Historique :
    A la Renaissance, le seul jardin connu du château d'Amboise demeure celui qui existe toujours face à la Loire, sur la terrasse nord-est. Disposé en terrasse et dominant la Loire, le jardin se situait le jardin. Il aurait été accompagné d’une pépinière sur le plateau, d’une ménagerie, d’un vivier et des siècles sont complexes. Le lieu d'implantation du jardin est bien lisible sur le terrain et chronologique : les comptes de l'argenterie des souverains ayant habité à Amboise ; le compte de construction du jardinier ; le fragment d'un compte de construction daté du 11 avril 1500 avant Pâques ; les "Vues" de autour de 1579 ; le procès-verbal d'estimation des travaux de 1761 ; le procès-verbal de démolition du château et d'aménagement des lieux pour le sénateur Roger Ducos en 1806-1808, qui comprend la réhabilitation des jardins ; le plan géométral du château d'Amboise par J. Jacquemin le 20 juin 1807 (BnF) ; le aménagements du duc de Penthièvre (1786-1790), ni ceux qui les ont précédés. Si l'on peut supposer que le
    Observation :
    Les jardins du château royal d’Amboise possèdent le label "Jardin remarquable" depuis 2017. Ce label est décerné par le ministère de la Culture.
    Référence documentaire :
    d'Orléans le XI brumaire de l'an 12. Rapport des architectes en 1803-1811. Démolitions au château à la même d'Amboise, procès-verbal de prise de possession par le duc de Choiseul. 1761. Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau BOUDON, Françoise, BLECON, Jean, collab. GRODECKI, Catherine. Le château de Fontainebleau de DAGNAS-THOMAS, Évelyne. Amboise, le grand dessein de Charles VIII. Poitiers : Université de GUILLAUME, Jean. Le jardin mis en ordre, jardins et château en France du XVe au XVIIe siècles. In
    Description :
    Le jardin appartient au projet général de Charles VIII (1483-1498), or la magnificence des jardins en Italie - et en particulier celui de Poggio Reale à Naples - fut l'une des choses qui frappa le appela un certain nombre d'artisans et d'artistes à le suivre à Amboise, dont un jardinier, Pacello da (1498-1515) acheva le chantier de Charles VIII, et engagea le jardinier napolitain pour la réalisation anciens auteurs ont sans doute attribué le jardin à Louis XII à cause de cet emblème. Il est donc pourrait supposer que les buttes situées derrière le jardin et tout au long du rempart oriental furent -dessus le mur d'enceinte, elles peuvent avoir joué un rôle dans l'épaulement du mur qui est assez mince incidence : le mur en brique bordant le jardin au sud - couramment appelé "mur du logis canonial" - est un mur de soutien qui retient les terres du terrain dominant le jardin au sud. De fait, il est l'authenticité de la butte la plus septentrionale qui se trouve derrière le mur de l'escalier à double volée
    Annexe :
    Gaugain, chercheur à l'université François Rabelais de Tours a réalisé ses recherches dans le cadre de son doctorat à partir de 2006. Elle a rédigé un dossier électronique sur le jardin du château d'Amboise en 2013 rassemblées par Xavière Desternes formalisées en 2008. Elles ont actualisé le dossier d'inventaire en 2019. Le Les archives concernant le jardin du château d'Amboise Dès la fin de l'année 1497, Pacello da gaiges que le roy nostre sire a ordonnez aux ouvriers et gens de mestier qu'il a fait venir de son ung an entier commencant le premier jour de janvier mil CCCC IIIIXX dix sept et finissant le dernier journées de travail de manoeuvres et de maçons « au talus dudit chastel devers le Petit Fort » ; des le procès-verbal d'état des lieux de 1761, le verger est positionné au-dessus du logis canonial alors que le jardin est situé à côté, emplacement qui correspondrait sur le plan de 1708 au « terre plein Cotte énonce clairement le rôle des buttes orientales du rempart de la porte des Lions qui dominent le
    Texte libre :
    Les jardins de 2 hectares sont entièrement clos par les murs et remparts qui ceinturent le site tours permettent d'admirer le panorama sur la Loire. La chapelle Saint-Hubert au sud dont l’allée d’accès est bordée de quatre tilleuls et de quelques massifs de buis. Le jardin de Naples est aménagé le logis du roi, par des pots médicéens et rehaussés par des touches verticales et colorées de vignes de muscat. Le jardin paysager présente des pelouses ponctuées de massifs arbustifs et de quelques représentant Léonard de Vinci entouré d’une charmille en demi-cercle est placé à l’entrée de cet espace. Le lièges, de jasmin et d’arbousiers. Le jardin d’Orient sert à la méditation et la contemplation. Il sept cyprès comme sept gardiens veillant sur le repos des défunts. Au-delà des remparts et de la porte des Lions, une conception champêtre a été réalisée afin de préserver le paysage.
    Illustration :
    Le jardin du Midi sur la terrasse sud présente, sur une pente douce, des rosiers blancs entre des édifices disparus apparaissent de couleur brune. Le jardin en terrasse est visible sur la gauche Plan restitué du château d'Amboise représentant le bâti autour du jardin (d'après un plan de 1708 Vue aérienne détaillant le plan des aménagements paysagers et architecturaux du château d'Amboise Vue du portique des Quatre Travées depuis le sud. IVR24_20083700743NUCA Depuis la tour Garçonnet, vue vers le panorama de la ville et de la Loire, les vestiges du château Le buste de Léonard de Vinci est encadré par des pots d’essences méditerranéennes et une charmille Le jardin de Naples avec, à son extrémité, un tertre recouvert de boules de buis offrant des perspectives vers le château et le paysage ligérien. IVR24_20193700436NUCA Le dessin du jardin de Naples est organisé autour d’un axe médian matérialisé par un ample tapis
  • Grand Baudrussais : ferme
    Grand Baudrussais : ferme Lingé - Grand Baudrussais - isolé - Cadastre : 2015 AC 269, 270 2015 ZA 74 1813 B 626, 627, 629, 631, 652, 654, 655, 657, 637, 643, 649, 650
    Historique :
    bénédictine de Fontgombault. La propriété aurait peut-être été affermée dès le 16e siècle. Les "forestiers" de cité en 1570 (Hubert 1900). Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme à cour ouverte est portée sur le plan cadastral de 1813. Ses bâtiments ont été modifiés ou reconstruits à partir du milieu du 19e siècle, à savoir, le logement, la grange, l’étable à vaches et l’étable-écurie. La toit à porcs paraissent avoir été reconstruits dans le dernier quart du 20e siècle ; le fournil
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    agricoles, deux autres étables et un toit à porcs. Le logement (possiblement double), orienté est-ouest toits à croupes et en ardoise, est implanté en retour d’équerre du bâtiment. Le hangar agricole, couvert
    Illustration :
    Le lieu-dit ("Baudrussay") figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Une ferme est figurée sur le plan cadastral de 1813 (parcelles B 626-627, 629, 631, 637, 643, 649 , 650, 652, 654, 655, 657), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 96 Vue générale (à gauche, la grange et le logement ; à droite, le hangar agricole et l'étable à Vue du logement depuis le sud. IVR24_20163601378NUC2A Vue de la grange depuis le sud. IVR24_20163601377NUC2A Vue du hangar agricole depuis le nord-ouest. IVR24_20163601376NUC2A Vue du fournil (avec pigeonnier), contigu au logement, depuis le sud-est. IVR24_20163601379NUC2A Vue d'une étable indépendante au nord-est de la cour, depuis le nord-ouest. IVR24_20163601381NUC2A
  • Ostensoir n°1
    Ostensoir n°1 Le Boulay
    Représentations :
    Motifs végétaux et floraux (sur le socle). Tétragramme (sur le socle). Epis de blé (tige). Nuées et
    Localisation :
    Le Boulay
  • Tableau : Baptême du Christ
    Tableau : Baptême du Christ Neuillé-le-Lierre
    Inscriptions & marques :
    "Agnus Dei" (sur le phylactère).
    Historique :
    gravure de Guillaume Vallet, s'inspirant lui même d'une œuvre de l'Albane. Le tableau a été restauré en
    Représentations :
    Saint Jean-Baptiste baptisant le Christ dans le Jourdain. Sur la gauche, un ange avec un linge dans les mains, attendant de sécher le Christ. Colombe du Saint-Esprit dans les cieux. La jambe gauche de saint Jean-Baptiste laisse voir par transparence accrue le paysage placé derrière.
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
  • Bourg : maison (3 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (3 rue de la Mairie) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 3 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 160 1812 E 124
    Historique :
    Le bâtiment figuré sur le plan cadastral de 1812 a été augmenté en 1859 pour prendre sa forme actuelle. Le rez-de-chaussée a été remanié au 20e siècle. En outre, les lucarnes actuelles ont été ajoutées dans la seconde moitié du 20e siècle. Sur un cliché des années 1900, d’autres ouvertures ornaient le
    Référence documentaire :
    Le marché. Tournon-Saint-Martin : Édition Gousset buraliste, [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 8922).
    Description :
    sur un bandeau. Elle est partiellement enduite. Le rez-de-chaussée est occupé par une boutique (entrée
    Illustration :
    Le bâtiment, augmenté en 1859, figure sur le plan cadastral de 1812 (parcelle E 124), en haut de
  • Bourg : maison (8 place du Champ de Foire)
    Bourg : maison (8 place du Champ de Foire) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 8 place du Champ de Foire - en village - Cadastre : 2013 AB 44 1812 E 185
    Historique :
    La maison est figurée sur le plan cadastral de 1812. Elle paraît être antérieure au début du 19e siècle. La comparaison avec une carte portale datant des années 1900 montre que le bâtiment a été agrandi
    Référence documentaire :
    Le Champ de Foire. Tournon-Saint-Martin : Édition Gousset buraliste, [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B
    Illustration :
    La maison (avant son agrandissement) est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelle E 185 La maison est le second bâtiment sur la droite sur cette vue du Champ de Foire du début du 20e s
  • Bourg : maison (6 rue de la Gare ; rue de Douadic)
    Bourg : maison (6 rue de la Gare ; rue de Douadic) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 6 rue de la Gare rue de Douadic - en village - Cadastre : 2013 AB 131 1812 E 633
    Historique :
    Un bâtiment aux dimensions similaires à la maison en rez-de-chaussée semble figurer sur le plan couvert (sans croupe). On aperçoit également sur le cliché un petit bâtiment (avec une souche de cheminée
    Référence documentaire :
    Le Petit Marché. Tournon-Saint-Martin : Maison Rolland, horlogerie-bijouterie, [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B
    Description :
    Le bâtiment, enduit et situé à l’angle de deux rues, est en rez-de-chaussée (avec des combles
    Illustration :
    Un bâtiment aux dimensions assez similaires à la maison actuelle figure sur le plan cadastral de 1812 (parcelle E 633), dans le coin en haut à droite de l'image. (Archives départementales de l'Indre La maison en rez-de-chaussée est au second plan (derrière le chien), au centre de cette carte Vue de la maison-boutique depuis le nord-ouest. IVR24_20133601119NUC2A
  • Touches : moulin (rue du Moulin-à-vent)
    Touches : moulin (rue du Moulin-à-vent) Athée-sur-Cher - Les Touches - rue du Moulin-à-vent - isolé
    Historique :
    figure sur le plan cadastral ancien levé en 1826.
    Observation :
    Un des rares moulin à vent encore visible sur le territoire du canton.
    Illustration :
    L"inscription du moulin dans le paysage du plateau agricole. IVR24_20153700439NUC1A
  • Cierge de confrérie de Saint-Vincent
    Cierge de confrérie de Saint-Vincent Épeigné-les-Bois - le bourg - en village
    Historique :
    bois ou en feuille de métal sont plus tardifs et se rencontrent plus fréquemment que ceux en cire. Le modèle d'Epeigné est rare. La date de fabrication n'est pas connue mais doit sans doute se situer dans le
    Représentations :
    Le cierge est recouvert d'une couche de peinture blanche. Certains motifs décoratifs sont peints et pratiquée dans la cire blanche du cierge. Le tiers inférieur est divisé en quatre registres par des rubans horizontaux peints et dorés. Le décor végétal à feuilles étroites et tiges portant des boutons plus ou moins
    Localisation :
    Épeigné-les-Bois - le bourg - en village
  • Statue : saint Aignan
    Statue : saint Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Description :
    Statue en plâtre polychrome reposant sur une console en plâtre blanc moulée de feuillages.
  • La Bergerie : four à chaux
    La Bergerie : four à chaux Céré-la-Ronde - La Bergerie - isolé - Cadastre : 1826 E1 105-112 2009 E01
    Historique :
    La date de construction du four à chaux n'est pas connue mais il figure sur le premier plan
    Observation :
    La localisation de la Bergerie sur le plan cadastral actuel est erronée. Le lieu-dit mentionné sur le plan "la Bergerie" est en réalité celui de Beauvoir. La Bergerie se situe au sud de Beauvoir
    Description :
    Four à chaux à cuve unique et une bouche de défournement, construit en moellon calcaire. Le four, à
  • Ciboire des malades
    Ciboire des malades Villedômer
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de maître (?) mal insculpé (sur le bord du couvercle et sur le bord de la coupe).
    Illustration :
    Détail du poinçon de maître (?) mal insculpé (sur le bord de la coupe). IVR24_20133700172NUC4A
1 2 3 4 6 Suivant