Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hermitage (anciennement le Paradis) : ferme avec maison de notable
    Hermitage (anciennement le Paradis) : ferme avec maison de notable Tournon-Saint-Martin - anciennement Le Paradis L'Hermitage - isolé - Cadastre : 2013 D 129
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Cette ferme semble avoir été bâtie dans le dernier quart du 19e siècle. La maison de notable, quant accolé à la maison de notable a semble-t-il été transformé au tout début du 20e siècle. Cette ferme , rebaptisée "l'Hermitage", portait auparavant le nom de métairie du Paradis. Elle appartenait à la cure de à elle, date de 1901. Elle serait l’œuvre de l’architecte Denis de Lagarde (Plaux 2013). Le logement Saint-Martin de Tournon (Plaux 1985). Elle n'est toutefois pas figurée sur le plan cadastral de 1812.
    Référence documentaire :
    régional de la Brenne, Association touristique de Néons-sur-Creuse, 2013. p-6-9 PLAUX, Michel. Que sont devenus nos édifices religieux ?. Bulletin Municipal de Tournon-Saint
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en équerre
    Murs :
    calcaire pierre de taille calcaire pierre de taille enduit
    Description :
    -étable avec remise agricole. Le sud de la ferme est clos par un mur. Son accès principal, encadré de , desservait directement la maison de notable par le nord. La maison de notable, à un étage carré et un étage . Les angles des murs et de la saillie de travée centrale sont formés de pilastres. La toiture en en tuile plate. Une lucarne pendante trahit le petit surcroît des murs enduits. A l’ouest de la cour Cette ferme à cour fermée est composée de cinq bâtiments : au nord, une maison de notable prolongée piliers à chapeaux moulurés, se trouve à l’est. Un ancien chemin, bordé de deux rangées d’arbres gouttereau est ordonnancé en cinq travées sur trois niveaux délimités par des bandeaux nervurés. La rapport au reste de l’élévation et composée d’une entrée principale, une fenêtre équipée d’un balcon. Elle est surmontée d’un pignon à fronton aux bords denticulés. Les larges baies sont munies de plates -bandes et de piédroits simples à feuillure, ainsi que d’appuis en saillie. Dans les pleins des travées
    Étages :
    rez-de-chaussée rez-de-chaussée surélevé
    Titre courant :
    Hermitage (anciennement le Paradis) : ferme avec maison de notable
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la cour de la ferme depuis le nord. IVR24_20133601257NUC2A Vue de la maison de notable depuis le nord. IVR24_20133601256NUC2A Vue du logement adossé en retour d'équerre à la maison de notable, depuis l'ouest Vue de la grange-étable depuis l'est. IVR24_20133601259NUC2A Vue de la pompe à eau. IVR24_20133601260NUC2A Vue de l'entrée est de la ferme, depuis l'ouest. IVR24_20133601263NUC2A Vue de l'ancien chemin d'accès au nord de la maison de notable. IVR24_20133601267NUC2A
  • Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)
    Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église) Lureuil - Bourg - 36 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 491 1812 B 546, 547
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La maison à étage a été bâtie dans le troisième quart du 15e siècle ; la mise en oeuvre de la sont portés sur le plan cadastral de 1812. Il pourrait s’agir de la “métairie du Dauphin” comprenant mentionnée dans le terrier de la commanderie de Lureuil vers 1736 (Archives départementales de l'Indre, H 616 agricoles de la ferme quant à eux ont été construits ou reconstruits dans la seconde moitié du 19e siècle ou étable (au sud de la cour) dans la seconde moitié du 20e siècle. charpente étant datée de 1465-1470 par dendrochronologie (Arc16/R4177D). Trois bâtiments dont le logement “deux corps de logis, chambres basses, hautes, greniers, toit, bergerie, grange, étable (…)” et ). Si le logement est médiéval (avec des remaniements de baies aux 18e et 19e siècles), les bâtiments
    Référence documentaire :
    Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737. Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre Archives municipales de Lureuil ; 1 G 3 ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et de diminution.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
    Description :
    La ferme à cour ouverte se compose de quatre bâtiments principaux : un logement et trois étables -pignon. La toiture, à pignons couverts et à coyaux, est en tuile plate. Elle paraît commune à celle de la compte deux cheminées à corbeaux adossées en mur-pignon. Celle de la pièce occidentale comprend des mécanique et en tuile plate. A l’est de la cour, des étables et des toits à porcs sont alignées à la rue . A l’ouest de la cour, se dresse en retour d'équerre du logement, une étable. Au sud, la grande étable couverte avec de la tôle ondulée a été construite à l'emplacement d'une ancienne grange. Une enduit. Ses murs sont très majoritairement en moellons de grès. L’accès au rez-de-chaussée s’effectue par les murs gouttereaux tandis qu'un escalier à volée droite mène à l'entrée de l'étage située en mur l’élévation nord du logement, qui compte deux travées, les deux larges baies de l’étage (anciennes fenêtres chanfreinées à meneaux) ont été réduites ou condamnées. En rez-de-chaussée, l'une des entrées est chanfreinée
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 36 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 491 1812 B 546, 547
    Titre courant :
    Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)
    Annexe :
    - maîtresses avec poinçons montant des faux-entraits. Les solives de l’étage sont les entraits de la charpente . Ceux des fermes-maîtresses reposent sur des poteaux engravés. Le plafond de la pièce ouest est composé : éch. 1 : charpente, faux-entrait de la ferme 10 : se rattache à 1465-1470 éch. 2 : charpente , chevron de la ferme 16 : se rattache à 1465-1470 éch. 3 : poteau de l’étage en liaison avec la ferme 16 : se rattache à 1465-1470 éch. 4 : étage, entrait de la ferme 12 : se rattache à 1465-1470 éch. 5 Expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du logement de ferme dit maison du Dauphin , 36 place de l'Eglise à Lureuil (36220). Archéolabs réf. ARC 16/R4177D Présentation générale : Cette maison avec étage, sur poteaux engravés, est orientée est /ouest. La charpente, à chevrons-portant-fermes de 11 solives numérotées arbitrairement depuis le nord. Les éléments architecturaux en place ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), le 27 janvier 2016. Datations
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Le logement de la ferme (en jaune) et des bâtiments agricoles (en rouge ; disparus) sont portés sur Vue générale de la ferme et de son entrée depuis le nord. IVR24_20153600583NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le nord. IVR24_20193601166NUCA Vue de l'élévation sud de la maison et de son escalier en mur-pignon. IVR24_20193601169NUCA Vue de la grande étable (construite sur les fondations d'une grange à porteau détruite dans la seconde moitié du 20e siècle) située au sud de la cour, depuis le nord. IVR24_20163600380NUC2A Vue de l'étable située à l'ouest de la cour, depuis l'est. IVR24_20163600383NUC2A Vue de l'étable située au nord-est de la cour, depuis l'ouest. IVR24_20163600382NUC2A Vue des petites étables et toits à porcs situés à l'est de la cour. IVR24_20163600381NUC2A Vue de la cour depuis l'ouest. IVR24_20163600386NUC2A
  • Ferrière : ferme, actuellement maison
    Ferrière : ferme, actuellement maison Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de bois, ainsi qu'une partie de la charpente. Vers 1774 (date portée sur une pierre de taille du siècle. Témoignent de cette époque, les cheminées de la cuisine et de la chambre, le cloisonnement en pan chaînage d'angle), le bâtiment est remanié : la probable ossature en pan de bois est remplacée par des murs maçonnés en moellons de silex, de nouvelles ouvertures sont percées, la cheminée de la salle est restaurée , la charpente remaniée (les poinçons longs sont raccourcis pour pénétrer dans de nouveaux entraits retroussés, facilitant la circulation dans le comble). Alexandre Thiroux de Gervilliers, propriétaire du domaine de Frazé, fait détruire la ferme du Châtellier en 1813, récupère les matériaux pour construire de nouveaux bâtiments (partie porcherie et bergerie). La ferme entre dans le giron de Joseph Dulong de Rosnay : construction des deux tourelles sur le pignon ouest du logis, construction (ou reconstruction ?) de la cave et de la laiterie, réaménagement (et/ou reconstruction) des dépendances, construction du fournil
    Observation :
    différentes périodes : ossature et charpente en pan de bois, pigeonniers de comble en céramique dans le hourdis de remplissage d'une ferme, rares dans ce secteur. Son développement agricole important du début du 20e siècle - sous l'influence de Joseph Dulong de Rosnay, grand propriétaire terrien - a pour conséquence la construction d'une vaste bergerie au plancher métallique novateur pour l'époque, d'un lavoir d'un grand hangar. Ce dernier abrite une collection de machines agricoles des années 1950.
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. ´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Description :
    des corbeaux en pyramide inversée, en pierre de taille calcaire. Les linteaux des cheminées de la , répartis autour d'une cour ouverte en "O", ainsi qu'un fournil : - Placé au nord de la ferme, le bâtiment : deux d'entre elles (celles de la cuisine et de la chambre) possèdent des piédroits semi-circulaires et salle et de la chambre sont en bois sculpté, tandis que celui de la cheminée de la cuisine est en pierre de taille calcaire, soulagé par un arc de décharge. De l'ossature originelle en pan de bois de l'édifice, il subsiste le cloisonnement en pan de bois entre la salle et la chambre, séparées par l'entrée retroussé. Un puits collé à la façade sud (dont il ne subsiste en surface qu'une plaque de béton) possède un accès intérieur proche de la cheminée de la salle. - À l'ouest de la ferme se situe un second bâtiment de la porcherie est coupé pour permettre le passage des véhicules : l'accès à la ferme se fait aussi troisième bâtiment, face au précédent. Il comprend deux étables, une écurie et une grange. - Séparé de la
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [] Thiroux de Gervilliers Alexandre
    Localisation :
    Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Dates :
    1774 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016 Extrait du plan géométrique des seigneries de Frazé, du Châtelier, de la Ferrière et de la Flohorie Vue d'ensemble de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20172800265NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20172800274NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20162800094NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la façade sud. IVR24_20162800096NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la date gravée sur une pierre de l'angle sud-est (1774 Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la salle avec accès au puits, à gauche de la Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la cuisine. IVR24_20162800102NUCA Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la chambre. IVR24_20162800103NUCA
  • Lune Noire : ferme, actuellement maison
    Lune Noire : ferme, actuellement maison Champrond-en-Perchet - La Lune Noire - isolé - Cadastre : 1811 A 51 1987 A 33
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le nom du lieu-dit La Lune Noire évoque une mare noirâtre, luna étant le nom gaulois de mare. De la présent en plan sur le cadastre de 1811, ne subsiste que la partie ouest, identifiable par ses petits encadrements de baies. La construction a subi plusieurs modifications à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle : destruction de la partie est, reconstruction de la charpente (comme en témoignent la souche de cheminée et la corniche en brique), modification d'une ouverture (partie logis) de la façade sud en brique ferme, probablement construite au 18e siècle et comprenant un seul bâtiment de dimension importante . Un second bâtiment, non identifiable, est à l'état de vestiges.
    Observation :
    volume général (diminution de moitié du bâtiment), une ouverture, la corniche, la souche de cheminée (en brique) ainsi qu'une cloison devenue mur-pignon (en pan de bois), sans trop nuire à la compréhension du Bien que remaniée à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, cette ferme conserve plusieurs éléments anciens comme la plupart des ouvertures (comblées en façade nord). Les remaniements ont affecté le
    Référence documentaire :
    Plan cadastral, commune de Champrond-en-Perchet, section A. 1987. (Archives communales de Champrond Plan cadastral napoléonien, commune de Champrond-en-Perchet, section A. 1811. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3887 à 3 P 3891. Plans cadastraux de 1811.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    pierre de taille, seule la lucarne pendante possède un encadrement chanfreiné. modifié la descente de toit. Le mur-pignon est - vraisemblablement une cloison devenue mur-pignon lors de la restauration de l'édifice - possède les vestiges en rez-de-chaussée de poteaux et encadrements en , et le logis à l'est. La façade principale, orientée au sud, est ornée d'une corniche en brique qui a bois hourdés de moellons, surmontés d'un pan-de-bois hourdé de torchis à l'étage de comble. Les murs , bâtis en moellons de calcaire et silex, sont couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements sont en
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Champrond-en-Perchet - La Lune Noire - isolé - Cadastre : 1811 A 51 1987 A 33
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1811, section A : lune-noire. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P Extrait du cadastre de 1987, section A. (Archives communales de Champrond-en-Perchet Vue détail du pan de bois du pignon. IVR24_20082800663NUCA
  • Prépicault : ferme (2 route du Suin)
    Prépicault : ferme (2 route du Suin) Preuilly-la-Ville - Le Prépicault - 2 route du Suin - en écart - Cadastre : 1812 D 1135 1987 A 1232
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    début du 20e siècle. Des murets en pierre clôturaient la cour de ferme en 1812 (plan cadastral). Représenté sur le plan cadastral de 1812, le bâtiment d'habitation pourrait dater en partie du 18e siècle : la date 1799 est portée sous l'enduit d'après les propriétaires, mais le bâtiment a été modifié en 1867 (augmentations et diminutions des matrices cadastrales). La grange-étable et le toit à cochons, remplaçant des constructions antérieures à 1812, ont été construits à la fin du 19e siècle ou au
    Référence documentaire :
    Archives départementales de l'Indre, 3 P 167-2. Preuilly-la-Ville, matrices cadastrales, tableaux Plan cadastral, commune de Preuilly-la-Ville, sections A, B, C, D, 1812. /sous la direction de M d'augmentation et de diminution. 1837-1912. . Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur. (Archives départementales de
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La ferme est constituée au nord et à l'est de la cour, d'un bâtiment d'habitation en rez-de en pierre de taille. Un des logements a conservé son dallage en pierre. -chaussée de deux logements et en retour d'une étable transformée en habitation, au sud et à l'ouest, d'une
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Typologies :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Preuilly-la-Ville - Le Prépicault - 2 route du Suin - en écart - Cadastre : 1812 D 1135 1987 A
    Dates :
    1779 porte la date
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    La ferme sur le plan cadastral de 1812, à gauche de l'image (parcelle D 1135). (Archives Vue de la grange-étable. IVR24_20113600783NUC2A départementales de l'Indre, 3 P 249). IVR24_20113600274NUC2A Vue du bâtiment d'habitation et de l'étable remaniée. IVR24_20113600782NUC2A
  • Verrerie : ferme
    Verrerie : ferme Lureuil - La Verrerie - isolé - Cadastre : 2015 B 215, 512, 513 1812 B 344, 345
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La métairie de la Verrerie, avec "maison, cour, étable, toit, granges, (…)", est citée en 1735-1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre ; 36 H 616). De la ferme portée sur le plan cadastral de 1812, il ne reste peut-être que la grange. Le lieu "la Verrie" est également indiqué sur la carte de Cassini (vers 1760). La ferme a vraisemblablement été reconstruite au début/première -cercle de la grande étable porte la date de 1901. Le logement a été agrandi (bâtiment accolé à l’ouest moitié du 20e siècle. La grange paraît plus ancienne (du 19e siècle ou antérieure). Une des baies en demi ) dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737. Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    un chaînage de pierre de taille montant jusqu’au faîtage. La charpente repose possiblement sur des se dressent sur un solin. La grange, à l’est de la cour, à son accès principal en mur gouttereau. La poteaux engravés dans les murs. Une petite étable (devenue remise) est accolée au nord de la grange. Elle est bâtie en moellons de grès, de calcaire et en brique. Au sud de la cour, on trouve une grande couvert se trouve au sud de la grange. La ferme à cour ouverte compte trois bâtiments principaux : un logement, une grange et une grande étable (à vaches et à chevaux). Le logement est enduit et en rez-de-chaussée (légèrement surélevée) à comble à surcroît. Ses accès sont en mur gouttereau. La toiture, à longs pans, est en ardoise. Les murs toiture en tuile plate se prolonge en appentis au dessus du toit à porcs implanté le long de l’élévation ouest du bâtiment. Les murs, partiellement enduits, sont en moellons de grès. Le mur-pignon sud montre
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Lureuil - La Verrerie - isolé - Cadastre : 2015 B 215, 512, 513 1812 B 344, 345
    Dates :
    1901 porte la date
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Le lieu-dit "la Verrie" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles B 344 et 345), dans la gauche de Vue générale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600089NUC2A Vue de la grange, du toit à porcs et d'une petite étable accolée (à gauche) depuis l'ouest Vue de la grange (et du toit à porcs en appentis) depuis l'ouest. IVR24_20163600083NUC2A Vue du mur-pignon sud de la grange, située à l'est de la cour IVR24_20163600090NUC2A Vue de l'étable à veaux et de la laiterie situées à l'ouest de la cour. IVR24_20163600091NUC2A Vue de la date (1911) gravée sur l'arc d'une baie de l'étable à vaches. IVR24_20163600084NUC2A Vue d'aisseliers supportant les entraits de la charpente de la grange. IVR24_20163600088NUC2A l'image. (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600457NUC2A
  • Pinodier : ferme
    Pinodier : ferme Thiron-Gardais - Pinodier - isolé - Cadastre : 1814 A1 70, 71, 73 2013 ZA 30
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de la grange-étable. Tout au long du 19e siècle (jusqu'aux années 1930), la ferme appartient à la famille Pioeron de Mondésir. L'un des membres de cette famille est probablement à l'initiative, à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, de la construction d'une écurie au sud de la ferme et de (réfection des souches de cheminée, emploi du ciment pour les enduits et encadrements d'ouverture). Si la - notamment le logis qui conserve une lucarne en bois d'origine, la probable bergerie ainsi que la structure celle d'un toit à porcs accolé à la grange-étable. Le logis est modifié dans les années 1920 - 1930 ferme n'est plus habitée de nos jours, l'activité agricole y demeure dans les hangars et stabulation
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.
    Description :
    est en rez-de-chaussée et se développe sur deux pièces à feu : la salle et la chambre. Une lucarne - à deux trous de boulin chacun - sont placés sur la façade principale. - Une remise ouverte au nord est placée en alignement de la dépendance à l'ouest. - Une écurie complète l'ensemble au sud-ouest ). Les encadrements des baies sont en bois, en pierre de taille de roussard, en brique ou cimenté (logis ). Les souches de cheminée et la corniche du logis sont en brique. Les toits, interrompus par des La ferme comprend quatre bâtiments organisés autour d'une cour ouverte : - Au nord-ouest, le logis pendante à la capucine - dont le linteau sculpté en bois cintré conserve son décor géométrique - permet d'accéder au comble utilisé comme grenier. L'entrée du four à pain est placée dans la cheminée est et la , probablement une soue à cochon ou un cellier à l'origine). - Au nord, se situe la grange-étable accolée au toit . Sa façade principale, s'ouvrant au nord, n'est percée que de deux ouvertures (deux portes aux
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Pioeron de Mondésir
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : cadastre de 2014). IVR24_20142800256NUDA Logis, élévation sud-est, détail de la lucarne. IVR24_20142800259NUC2A Bergerie (?), vue de détail de la fenêtre de la façade postérieure. IVR24_20142800264NUC2A Extrait du plan cadastral de 1814, section A1. IVR24_20142800255NUC2A Bergerie (?), vue de détail d'une porte. IVR24_20142800262NUC2A
  • Plessis : ferme
    Plessis : ferme Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le Plessis est signalé une première fois en 1666 comme métairie dépendant de la seigneurie de Panet . En 1759, le Plessis appartient à la seigneurie de Gardais et figure sur le plan géométrique réalisé début du 19e siècle, la propriété passe entre les mains de la famille Guyot qui en fait un rendez-vous de chasse. Si plusieurs dépendances et la maison de maître figurent sur le plan de Canuël (formant la cour ouverte carrée), le bâtiment principal de la ferme ainsi que la grange n'y sont pas. Ils ont été et la maison de maître qui forment une cour carrée. Au début du 20e siècle, le bâtiment principal a par Canuël cette même année. La métairie est alors tenue par la famille Ribotte. A la Révolution et au (probablement quatrième quart du 18e siècle ou au premier quart du 19e siècle) ; à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle pour la grange. A cette même époque semblent avoir été reconstruits les dépendances été augmenté d'un corps de bâtiment à usage de dépendance au nord.
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.
    Murs :
    terre pan de bois enduit
    Description :
    consoles moulurées en pierre de taille est associée à la porte d'entrée de la laiterie. Un escalier droit par la cheminée de la salle) et le toit à porcs. Les vestiges d'un évier (en pierre à l'origine maçonnerie de silex (grange sud). Les encadrements des baies, les chaînages d'angle, la corniche en quart de rond du bâtiment principal sont en pierre de taille calcaire (à l'exception de quelques pierres de chaînage d'angle en pierre de taille de grès ferrugineux dit roussard). Les encadrements d'ouvertures et La ferme du Plessis comprend 4 bâtiments dont 3 sont disposés en U autour d'une cour ouverte. - Au compartimenté en trois volumes : la laiterie voûtée en pierre, la voûte du four à pain (dont l'entrée se fait ) surmonté d'un placard mural sont visibles dans la salle. La cheminée à piédroits légèrement saillant et placé contre le pignon ouest donne accès au comble à usage de grenier. - A l'ouest, un bâtiment sert d'étable. Toutes ses ouvertures sont disposées au nord. - Au sud-est, une grange de dimensions importantes
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Extrait du plan géométrique de la seigneurie de Gardais, réalisé par Canuël en 1759 Plan schématique au sol du bâtiment principal de la ferme. IVR24_20142800241NUDA Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la salle. IVR24_20142800246NUC2A Bâtiment principal, intérieur, vue de la laiterie voûtée. IVR24_20142800247NUC2A Extrait du cadastre de 1814, section B4. IVR24_20142800239NUC2A Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fond : plan cadastral de 2014 bâtiment principal, Vue de détail de l'escalier extérieur desservant le comble
  • Brosse : ferme
    Brosse : ferme Brunelles - La Brosse - isolé - Cadastre : 1811 B 188 1992 B 100
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , l'écurie et le toit à porcs. Au cours de la seconde moitié du 19e siècle, la ferme est agrandie et modifiée (construction du hangar, du séchoir, de la grange et des étables fermant la cour à l'est). Le nouveau logis, le chenil et le pigeonnier datent de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle, tout comme les ouvertures la façade de l'écurie (ouvertures en brique).
    Référence documentaire :
    Brunelles, La Brosse. Plan de localisation des bâtiments de la ferme/ Florent Maillard. (Parc Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section B. La Brosse et La Cour aux Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 à 3 P 3865. Plans cadastraux de 1811.
    Description :
    alterner la pierre de taille de calcaire et la brique. Les encadrements des baies et les chaînages d'angles Cette ferme isolée se situe à une cinquantaine de mètres au nord du lieu-dit "la Cour aux Prêtres encadrements des baies et les chaînages d'angles du logis, du chenil, de la remise et du pigeonnier font des autres bâtiments sont en pierre de taille de calcaire, à l'exception de quelques ouvertures en brique. Les corniches sont en pierre de taille de calcaire en doucine (nouveau logis) ou en brique. Les ". Elle comprend un bâtiment principal constitué de trois ailes, et un petit bâtiment isolé au sud-ouest à usage de remise et de pigeonnier, délimitant une cour ouverte : - Le bâtiment principal comprend trois ailes. L'aile nord-ouest se compose de trois corps (d'ouest en est) : le chenil, le logis et le corps accolé à l'est est en rez-de-chaussée, surmonté d'un comble à surcroît. Les ouvertures sont quadrangulaires, à l'exception des deux fenêtres de l'écurie surmontées d'arcs en anse de panier. Le hangar et le
    Localisation :
    Brunelles - La Brosse - isolé - Cadastre : 1811 B 188 1992 B 100
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : cadastre actuel, section B1 Grange, détail de la charpente. IVR24_20082800414NUCA Extrait du cadastre de 1811, section B. (AD, Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865). IVR24_20082800586NUCA
1