Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 27 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt)
    Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt) Chisseaux - Bourg - 2 rue de la Forêt - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    La première mention du lieu apparaît en 920 sous le nom de Pont Caris. Ranjard mentionne un fief de Pont ou de Bois de Pont qui relevait de Montrésor et qui fut réuni au domaine de Chenonceaux au 16e par Carré de Busserolle et a été, sinon totalement reconstruit, du moins en grande partie remanié au cours du 19e siècle ou au début du 20e siècle. Un plan non daté mais que l'on peut considérer de la seconde moitié du 18e siècle et antérieur à la Révolution, montre : un corps de logis orienté nord-sud, en appartenu au duc de Choiseul.
    Observation :
    L'édifice n'a pas pu être visité lors de l'enquête.
    Référence documentaire :
    . XVIIIe siècle. Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, E 349. p. 385 Table alphébétique des noms de lieux modernes placés en regard des noms anciens, auxquels on peut se reporter. Table alphébétique des noms de lieux modernes placés en regard des noms anciens , auxquels on peut se reporter. In : Mémoires de la société archéologique de Touraine, Tome IX, premier Plan du château de Pontcher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul . Plan du château de Pontcher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul
    Représentations :
    Les lucarnes du corps de logis sont ornées de frontons triangulaires à crochets et pinacle ; la fenêtre de comble du pavillon est surmontée d'un fronton cintré.
    Description :
    Le corps de logis de plan rectangulaire comprend 4 travées. Lui est accolée une tour demi hors œuvre de plan de plan carré, elle même reliée à un pavillon en retour d'équerre. L'ensemble est construit en moellon enduit, à l'exception des encadrements qui sont en pierre de taille. Les baies du corps de logis sont surmontées de quatre lucarnes.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Chisseaux - Bourg - 2 rue de la Forêt - en village
    Titre courant :
    Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    . XVIIIe siècle. Vue d'ensemble. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, E 349 . XVIIIe siècle. Vue partielle. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, E 349 . XVIIIe siècle. Détail. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, E 349). IVR24_20123701647NUCA Extrait du plan cadastral ancien, section C2, 1824. (Archives départementales d'Indre-et-Loire , Tours, 3 P). IVR24_20123700233NUCA Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul
  • Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne) Orléans - 52 rue de Bourgogne 4 rue de l' Etelon - en ville - Cadastre : 2012 BN 327
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    observer sur le cadastre napoléonien. L'origine des fondations de la maison remonte donc probablement à l'époque moderne, voire à la fin du Moyen Age, compte tenu du caractère laniéré de cette parcelle . Néanmoins, la façade de la rue de Bourgogne a été frappée d'alignement et rebâtie, probablement à la fin du
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Cette maison forme, avec celle du 4 rue de l'Ételon à laquelle elle a été réunie à une époque , côté rue de Bourgogne, est construite en brique sur une assise en pierre de taille, alors qu'elle est en maçonnerie enduite sur le côté donnant sur la rue de l'Ételon. Elle possède un étage carré et un étage de comble en surcroît éclairé par une lucarne à ferme débordante. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. Le décor de la façade sur la rue de Bourgogne est très développé grâce au jeu des différents matériaux, brique rouge, jaune, pierre de taille, cabochons émaillés. Les plates -bandes, à clé passante et pendante au rez-de-chaussée, et la frise sous la corniche ont également été exécutés avec attention. Un soupirail sur la façade permet de supposer la présence d'une cave.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 52 rue de Bourgogne 4 rue de l' Etelon - en ville - Cadastre : 2012 BN 327
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure donnant sur la rue de Bourgogne. IVR24_20144500738NUC4A
  • Bourg : maison (4 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (4 rue de la Mairie) Lureuil - Bourg - 4 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2015 B 501
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    milieu du 20e siècle un café et, en 1885, la forge d’un maréchal ferrant (Archives municipales de Lureuil siècle. L’atelier accolé au nord de la maison date de la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Lureuil, 1 O. Voirie. Bourg de Lureuil. [ca 1950]. Carte postale. (Collection privée).
    Description :
    La maison, orientée nord-sud, est en retrait par rapport de la rue de la Mairie et perpendiculaire à la ruelle menant à la place de l’église. Elle est enduite et à un étage carré. Elle se compose de trois bâtiments accolés, formant un carré. Le corps principal de bâtiment, parallèle à la rue de la
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 4 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2015 B 501
    Titre courant :
    Bourg : maison (4 rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    La maison et l'ancienne forge sont visibles dans la droite de cette vue aérienne du bourg, datée du Vue de la maison depuis le sud-est. IVR24_20153600528NUC2A Vue de l'édifice depuis le sud-ouest. IVR24_20153600527NUC2A
  • Bourg : ferme, actuellement maisons (14 rue de la Vieille Croix)
    Bourg : ferme, actuellement maisons (14 rue de la Vieille Croix) Néons-sur-Creuse - Bourg - 14 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 B 55
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    ; Archives municipales de Néons 1 O). Le logement de cette ferme remaniée a été construit dans la première moitié du 20e siècle. La grange et l’étable, remaniées en habitation, datent de la seconde moitié du 19e siècle (avant 1886
    Observation :
    Observations réalisées de la voie publique.
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse. 1 O. Voirie-rues, chemins, routes. (24 dossiers).
    Description :
    L’ancienne ferme, à cour ouverte (avec mur de clôture à est), comptait trois bâtiments principaux pignons couverts (sauf le logement). Au sud de la cour, le logement, enduit, est à un étage carré. Il est aligné et en retrait de la rue de la Vieille Croix. Sa toiture est à une demi-croupe. Son élévation et l’étable (remaniées) sont implantées au nord de la cour ; la première, perpendiculairement à la
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - 14 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 B 55
    Titre courant :
    Bourg : ferme, actuellement maisons (14 rue de la Vieille Croix)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de l'ancienne grange et de l'étable depuis le sud-est. IVR24_20163600168NUC2A
  • Boisnière : château dit château de La Boisnière
    Boisnière : château dit château de La Boisnière Villedômer - La Boisnière - en écart - Cadastre : 1835 C2 140, 146, 149, 152 2012 C 140, 143, 149, 632
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Il s'agit d'un ancien fief relevant de Château-Renault. Le plus ancien seigneur connu est Jean Desselles en 1558. Il appartient à Pierre Targas, écuyer sieur de la Boisnière, gentilhomme ordinaire de la de Villedômer de 1816 à 1821. Le château est vendu en 1825 à Dominique Lenoir, ancien agent de change parisien qui s'en sépare peu de temps après au profit d'un Monsieur de Marèze. Au milieu du 19e siècle , Louis Félix de Forestier, comte de Coubert, entre en possession du château, dont il était l'intendant , après le décès de M. de Marèze, et épouse sa veuve. Il reste dans cette famille jusqu'au milieu du 20e utilisation sociale. Des harkis accueillis par la ville de Château-Renault, y sont logés entre 1962 et 1969 . Depuis 1969, il accueille un institut médico-éducatif. Les bâtiments du château, de la ferme et de l'orangerie sont présents sur le premier plan cadastral de 1835 mais aucun ne semble présent sur un plan de 19e siècle. Le corps de bâtiment du château situé à l'est de la cour principale pourrait dater du
    Référence documentaire :
    Archives paroissiales de Villedômer. Carte. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 206/2). La Boisnière, extrait d'un plan, non daté (entre 1784 et 1835). (Archives départementales d'Indre Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P2. Extrait du plan cadastral napoléonien, section C2 Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 2938. Registre des augmentations et diminutions CARRE de BUSSEROLLE, J-X. Dictionnaire géographique historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : J. Floch, 1966. communes de France). tome 1.
    Représentations :
    La terrasse surmontant l'aile hexagonale du château possède un garde-corps orné de croix pattées et la terrasse de l'aile sud est couronnée de balustres en poire. Les baies du rez-de-chaussée et de l'étage de la façade est sont surmontées d'une corniche à l'exception des trois baies centrales permettant l'accès intérieur surmontées de frontons triangulaires reposant sur des consoles. La porte de la façade fleurs de lotus en bougie. Une porte d'entrée est encadrée de pilastres doriques surmontés d'un fronton
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le château se compose de deux corps de logis en L placés de part et d'autre d'une cour. Le corps de logis, à l'est de la cour, possède un étage carré avec rez-de-chaussée surélevé (façade est) et étage en surcroît. Il est construit en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angle, encadrements des baies , corniche) et couvert de toits à longs pans et à croupes en ardoise. Ce corps de logis est prolongé vers le sud par une aile rectangulaire en rez-de-chaussée et vers le nord par une aile hexagonale toutes les deux surmontées d'une terrasse. A l'ouest de la cour, le second corps de logis, à un étage carré et étage de comble, est construit en moellon enduit et pierre de taille (encadrement des baies, chaînes compose d'un corps de bâtiment en L et d'un bâtiment rectangulaire indépendant, organisés autour d'une cour carrée à l'origine fermée (piliers en pierre). Le bâtiment indépendant au sud-est de la cour servant à l'origine de grange est construit en moellon crépi et couvert d'un toit à croupe en tuile plate
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    Boisnière : château dit château de La Boisnière
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Extrait d'un plan de la route de Tours à Vendôme dans la généralité de Tours, 1784. (Archives Plan de localisation des bâtiments de La Boisnière, réalisé d'après le plan cadastral de 2012 Extrait d'un plan, non daté (entre 1784 et 1835). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 206 Extrait du plan cadastral napoléonien, section C2, 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Vue d'ensemble, façade est du corps de bâtiment oriental du château. IVR24_20133700567NUC2A Vue d'ensemble, façade nord du corps de bâtiment oriental du château. L'extension à cinq pans Vue d'ensemble, façades ouest et nord du corps de bâtiment oriental du château Vue d'ensemble, façades ouest et sud du corps de bâtiment oriental du château Détail de la façade est du corps de bâtiment oriental du château. IVR24_20163702640NUCA Détail d'une baie en plein cintre encadrée de pilastres doriques et surmonté d'un fronton
  • Bourg : ferme, actuellement maisons (6 impasse de la Fontaine)
    Bourg : ferme, actuellement maisons (6 impasse de la Fontaine) Néons-sur-Creuse - Bourg - 6 impasse de la Fontaine - en village - Cadastre : 2015 B 259, 260, 283
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    municipales de Néons-sur-Creuse, 1 O). Elle a été modifiée, et remaniée en deux maisons d'habitation dans la La ferme qui se composait d'un logement, d'une grange et d'étables existe en 1906 (Archives
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse. 1 O. Voirie-rues, chemins, routes. (24 dossiers).
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - 6 impasse de la Fontaine - en village - Cadastre : 2015 B 259, 260, 283
    Titre courant :
    Bourg : ferme, actuellement maisons (6 impasse de la Fontaine)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue du logement et de l'ancienne grange de la ferme. IVR24_20153600104NUC2A Vue des anciennes étables de la ferme converties en maison. IVR24_20153600099NUC2A
  • Bourg : maison (7 rue de la Vieille Croix)
    Bourg : maison (7 rue de la Vieille Croix) Néons-sur-Creuse - Bourg - 7 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 C 50 1812 C 112, 113, 114, 116, 117
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    du 19e siècle. La dépendance est un cellier en 1886 (Archives municipales de Néons, 1 O). La maison figure sur le plan cadastral de 1812. Elle a été modifiée certainement à partir de la fin
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse. 1 O. Voirie-rues, chemins, routes. (24 dossiers). . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur
    Description :
    La maison, orientée nord-ouest/sud-est, est perpendiculaire à la rue de la Vieille Croix. Elle est enduite, en rez-de-chaussée et à accès en mur gouttereau. Sa toiture, à longs pans, est en tuile plate . Une dépendance, enduite et couverte de tuiles mécaniques, est alignée à la rue.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - 7 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 C 50 1812 C
    Titre courant :
    Bourg : maison (7 rue de la Vieille Croix)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). IVR24_20153600028NUC2A Les bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelle 112,113,114,116,117), dans le bas Vue de la maison depuis le sud-ouest. IVR24_20153600111NUC2A Vue du mur-pignon de la maison depuis l'ouest. IVR24_20153600150NUC2A Vue de la petite dépendance (cellier) de la maison. IVR24_20153600151NUC2A
  • Bourg : ferme (22 rue de la Vieille Croix)
    Bourg : ferme (22 rue de la Vieille Croix) Néons-sur-Creuse - Bourg - 22 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 B 64, 628, 629
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    pas encore (Archives municipales de Néons, 1 O). Les bâtiments ont été rénovés et légèrement modifiés Une construction nouvelle est signalée en 1871 dans les matrices cadastrales. Il pourrait s'agir de cette ferme ou de la propriété voisine (cf. dossier IA360100097). En 1886, le possible atelier n’existe (porte de grange) au début du 21e siècle.
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et Archives municipales de Néons-sur-Creuse. 1 O. Voirie-rues, chemins, routes. (24 dossiers). de diminution.
    Description :
    La ferme comprend trois bâtiments contigus, alignés à la rue de la Vieille Croix, du sud au nord
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - 22 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 B 64, 628
    Titre courant :
    Bourg : ferme (22 rue de la Vieille Croix)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la grange et de l'atelier (ancienne étable ?) depuis le sud-est IVR24_20153600171NUC2A
  • Les maisons et immeubles de Blois
    Les maisons et immeubles de Blois Blois - Cadastre : 1980 DN DO
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    . (Archives départementales de Loir-et-Cher). p. 129-132 COSPEREC, A. L'évolution de l'espace foncier au XVIe siècle. In : Blois, la forme d'une p. 218-219 COSPEREC, A. Les demeures de la seconde moitié du XVIe siècle. In : Blois, la forme p. 332-338. COSPEREC, A. Demeures et lotissements de la première moitié du XIXe siècle. In DAUDIN, P. Dans le quartier au bas de la cathédrale. Brochure dactylographiée, s. d. vers 1960 p. 154-189. LESUEUR, F. Les anciennes maisons. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à p. 180-186. LESUEUR, F. Les maisons du règne de François Ier. Congrès Archéologique de France, 88e p. 154-180. LESUEUR, F. Les maisons du règne de Louis XII. Congrès Archéologique de France, 88e
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Titre courant :
    Les maisons et immeubles de Blois
    Texte libre :
    cas, avait déjà été mise en évidence à Tours à la maison dite de "Tristan" (105). S'il nous semble chronologiques ont déjà été faits à Tours pour des constructions à décor gothique : la maison dite "de Tristan Les maisons n'offrent pas la variété de plans et de distributions, caractéristiques de l'hôtel, car Blésois découvrent, à tous les échelons de la société, un art nouveau et adoptent une mode jusque-là réservée à un milieu restreint. La forme de la parcelle, le plan, et l'élévation de la façade sur rue La forme de la maison dépend essentiellement des dimensions de la parcelle et de son implantation par rapport à la rue. Bien qu'il soit, en ce domaine, difficile de cerner des types rigoureux, un simple examen du cadastre permet d'isoler deux formes de parcelles, perpendiculaire ou parallèle à la rue ; les largeur moyenne se situe entre quatre et cinq mètres, et atteint rarement plus de sept mètres ; le développement s'effectue alors en coeur d'îlot, sur une profondeur de dix à quatorze mètres, parfois plus, dans
    Illustration :
    Maisons, rue de la Grève. IVR24_19924100760XA Maisons, rue de la Grève. IVR24_19924100756XA Maison détruite rue de la Croix Boissée IVR24_19924100754XA Maison, 15 rue des Carmélites et rue Rochefort. Plan du rez-de-chaussée. IVR24_19814101043X Maison détruite, rue Chemonton. Plan du rez-de-chaussée avant transformations. IVR24_19814101040X Maison détruite, rue Chemonton. Projet de transformation : plan du rez-de-chaussée, plan du 1er étage, élévation de la façade, coupe. IVR24_19814101039X Maison 18 rue du Commerce ; pilastre, chapiteau, corps de moulures provenant de la façade nord Maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade nord. Détruite en 1940 maison 18 rue du Commerce ; pilastre et chapiteau provenant de la façade sud. Détruite en 1940
  • Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)
    Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église) Lureuil - Bourg - 36 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 491 1812 B 546, 547
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    mentionnée dans le terrier de la commanderie de Lureuil vers 1736 (Archives départementales de l'Indre, H 616 La maison à étage a été bâtie dans le troisième quart du 15e siècle ; la mise en oeuvre de la charpente étant datée de 1465-1470 par dendrochronologie (Arc16/R4177D). Trois bâtiments dont le logement sont portés sur le plan cadastral de 1812. Il pourrait s’agir de la “métairie du Dauphin” comprenant “deux corps de logis, chambres basses, hautes, greniers, toit, bergerie, grange, étable (…)” et ). Si le logement est médiéval (avec des remaniements de baies aux 18e et 19e siècles), les bâtiments agricoles de la ferme quant à eux ont été construits ou reconstruits dans la seconde moitié du 19e siècle ou étable (au sud de la cour) dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Lureuil ; 1 G 3 ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737. de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de diminution.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
    Description :
    La ferme à cour ouverte se compose de quatre bâtiments principaux : un logement et trois étables enduit. Ses murs sont très majoritairement en moellons de grès. L’accès au rez-de-chaussée s’effectue par les murs gouttereaux tandis qu'un escalier à volée droite mène à l'entrée de l'étage située en mur -pignon. La toiture, à pignons couverts et à coyaux, est en tuile plate. Elle paraît commune à celle de la l’élévation nord du logement, qui compte deux travées, les deux larges baies de l’étage (anciennes fenêtres chanfreinées à meneaux) ont été réduites ou condamnées. En rez-de-chaussée, l'une des entrées est chanfreinée chanfreins). Les espaces d’habitation sont repartis sur les deux niveaux de deux pièces. Le rez-de-chaussée compte deux cheminées à corbeaux adossées en mur-pignon. Celle de la pièce occidentale comprend des corbeaux chanfreinés et à cadre en bois, débouche sur une chambre de four couverte d'un appentis. A l’étage l’habitation, plusieurs niches murales et trois fenêtres à coussièges (rez-de-chaussée et étage). Plusieurs
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 36 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 491 1812 B 546, 547
    Titre courant :
    Bourg : ferme dite du Dauphin (36 place de l’Église)
    Annexe :
    Expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du logement de ferme dit maison du Dauphin , 36 place de l'Eglise à Lureuil (36220). Archéolabs réf. ARC 16/R4177D Présentation générale : Cette - maîtresses avec poinçons montant des faux-entraits. Les solives de l’étage sont les entraits de la charpente . Ceux des fermes-maîtresses reposent sur des poteaux engravés. Le plafond de la pièce ouest est composé de 11 solives numérotées arbitrairement depuis le nord. Les éléments architecturaux en place ont été : éch. 1 : charpente, faux-entrait de la ferme 10 : se rattache à 1465-1470 éch. 2 : charpente , chevron de la ferme 16 : se rattache à 1465-1470 éch. 3 : poteau de l’étage en liaison avec la ferme 16 : se rattache à 1465-1470 éch. 4 : étage, entrait de la ferme 12 : se rattache à 1465-1470 éch. 5 : rez-de-chaussée, pièce ouest, solive 5 : entre 1465 et 1470 éch. 6 : rez-de-chaussée, pièce ouest
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    le plan cadastral de 1812 (parcelles B 546, 547), dans le bas de l'image. (Archives départementales Le logement de la ferme (en jaune) et des bâtiments agricoles (en rouge ; disparus) sont portés sur de l'Indre). IVR24_20153600439NUC2A Vue générale de la ferme et de son entrée depuis le nord. IVR24_20153600583NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le nord. IVR24_20153600586NUC2A Vue du logement, de son escalier extérieur et de son four en mur-pignon, depuis l'est Vue de l'élévation sud de la maison et de son escalier en mur-pignon. IVR24_20163600396NUC2A Vue de la grande étable (construite sur les fondations d'une grange à porteau détruite dans la seconde moitié du 20e siècle) située au sud de la cour, depuis le nord. IVR24_20163600380NUC2A Vue de l'étable située à l'ouest de la cour, depuis l'est. IVR24_20163600383NUC2A
  • Bourg : église paroissiale Saint-Médard (place de Verdun)
    Bourg : église paroissiale Saint-Médard (place de Verdun) Reugny - place de Verdun - en village - Cadastre : 1819 G1 107 2009 G 257
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un tableau des fondations faites au profit de la cure et de la fabrique de Reugny, conservé aux archives départementales, indique que la présence d'une église est attestée en 1090. La partie la plus ancienne de l'église, datant du 12e siècle, a conservé son appareil cubique et une baie romane murée sur le mur extérieur nord de la nef, ainsi qu'un portail roman sur le mur sud (actuellement dans la sacristie ). Cependant la nef a fait l'objet de modifications comme en témoigne le changement d'appareil dans la partie modifié (présence de différents appareils) et qui semble remonter au 15e siècle. Plusieurs chapelles (d'Orfeuil, de la Madeleine, de la Vallière, de Boissay, de la Côte, Sainte Barbe, de Launay, du Rosaire . La chapelle située au nord de la nef daterait du 13e siècle selon Ranjard ou du 15e siècle selon l'architecte Cornet, dans son rapport de 1889. Chapelle d'Orfeuil, elle devient chapelle de la Vallière après l'achat de ce fief par Jean le Blanc, seigneur de la Vallière, en 1596. Elle est également appelée ensuite
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). Reugny, presbytère : plans, coupes et élévations. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O Archives départementales d'Indre-et-Loire. 5 V 81. Archives départementales d'Indre-et-Loire. E dépôt 194 M 8. Église et presbytère. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 194 8. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 5 V 81. p. 173-174. DEYRES, Marcel. Belles église de Touraine. C.L.D., 1979. GABEAU, Alfred. Étude sur le marquisat de La Vallière et sur les fiefs qui en dépendent. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1902, t. 13, p. 362-392 et 435-473. TRICOT, Louis. Saint-Médard de Reugny. Notes manuscrites, 48 pages.
    Représentations :
    Les seigneurs de la Vallière avaient droit de litre dehors et dedans, depuis au moins le milieu du 17e siècle. Quelques traces de leurs armoiries sont encore visibles sur les murs extérieurs nord et sud de la nef. Chacun des chapiteaux des pilastres et des colonnes soutenant les ogives sont décorés de motifs différents de type corinthien. Six d'entre eux sont ornés d'une lettre (R, C, P, S, A et B pierre avec clé de voûte ornée d'un blason à trois fleurs de lys tenus par deux personnages. Une pierre sculptée avec un blason à trois fleurs de lys est également placé sur le mur sud de la travée. Dans la crypte, un blason en pierre, représentant un lion léopardé (armes de la famille La Baume le Blanc ) encadré de deux lévriers rampants et surmonté d'un heaume, présente des traces de polychromie. Présence de
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice est construit en moellon enduit et pierre de taille et couvert en ardoise. La façade , surélevée par rapport au niveau de la rue, est précédée d'un escalier droit protégé par un porche en des contreforts sur les mur nord et ouest. Le mur nord est percé de cinq baies : quatre de ces baies extérieur permet d'accéder à la charpente de la nef et au clocher dont la flèche est torse. Le mur sud deux voussures, décoré de chevrons en dents de scie. Ce portail également muré n'est visible que depuis la sacristie. Six traces de blasons peints sont encore visibles entre les baies et sur un contrefort sur le mur nord de la nef et une autre presque effacée sur le mur sud. Il s'agit des derniers vestiges de l'ancienne litre seigneuriale. La chapelle nord, couverte d'un toit à longs pans et croupe, est percée d'une baie en plein cintre ouverte à l'emplacement d'une ancienne baie plus grande en anse de troisième chapelle plus petite. Elles sont couvertes de toits à longs pans à pignons découverts qui étaient
    Localisation :
    Reugny - place de Verdun - en village - Cadastre : 1819 G1 107 2009 G 257
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Médard (place de Verdun)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Élévation de l'église, Vestier, 1846. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 194 8 Projet de restauration de l'église. Plan, Cornet, 1889. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Projet de restauration de l'église. Élévation (côté est), Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Élévation (côté est), Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Coupe longitudinale, Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Coupe longitudinale du choeur, Cornet, 1889. (Archives Projet de restauration de l'église. Coupe transversale, Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Coupe transversale, Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de la flèche. Élévation, Cornet, 1890. (Archives départementales d'Indre-et Projet de restauration de l'église. Plan, Hardion, 1895. (Archives départementales d'Indre-et-Loire
  • Bourg : maison (19 impasse du Charron ; 11 rue de l'École)
    Bourg : maison (19 impasse du Charron ; 11 rue de l'École) Néons-sur-Creuse - Bourg - 19 impasse du Charron 11 rue de l'École - en village - Cadastre : 2015 C 23
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    construit vers 1900. A l'origine, il ne s'agit pas d'une habitation (Archives municipales de Néons, 1 O). Ce L'aile ouest de la maison, peut-être portée sur le plan cadastral de 1812, pourrait être antérieure au 19e siècle même si elle a été modifiée. Le reste de l'édifice (à toiture en ardoise) a été
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse. 1 O. Voirie-rues, chemins, routes. (24 dossiers). . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - 19 impasse du Charron 11 rue de l'École - en village - Cadastre : 2015 C
    Titre courant :
    Bourg : maison (19 impasse du Charron ; 11 rue de l'École)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    droite de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). IVR24_20153600028NUC2A L'aile ouest de la maison est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles C 72, 73), dans la Vue de la maison, depuis l'extrémité de l'impasse du Charron. IVR24_20153600127NUC2A Vue de la partie de la maison alignée à l'impasse du Charron, depuis le nord-ouest Vue du petit bâtiment en face de la maison. IVR24_20153600126NUC2A Vue de la baie à linteau délardé de l'étage. IVR24_20153600125NUC2A
  • Bourg : ferme puis maison (2 place de l’Église)
    Bourg : ferme puis maison (2 place de l’Église) Lureuil - Bourg - 2 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 353 1812 A 899, 900, 901
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    un accès aux combles dans le mur-pignon ouest de la maison (Archives municipales de Lureuil, 1 O). sur le plan cadastral de 1812. Elle a été convertie en maison dans la seconde moitié du 20e siècle . L’ancien logement a été en partie remanié à partir de la fin du 20e siècle. Sa partie ouest a conservé une
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Lureuil, 1 O. Voirie. de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre Bourg de Lureuil. [ca 1950]. Carte postale. (Collection privée).
    Description :
    Cette ancienne ferme se compose aujourd’hui d’une maison (logement de ferme en partie remanié) et , en rez-de-chaussée (légèrement surélevé) et à accès en mur gouttereau. La toiture, en tuile plate , est à longs pans et à coyaux. La charpente de la partie ouest est à chevrons-formant-fermes, avec dans les faux-entraits et faisant office de panne. Une cheminée (remaniée) à cadre en bois est adossée à un mur de refend du logement (partie ouest). Une petite dépendance en appentis (cellier ou toit à porcs) prolonge l’extrémité de toiture de la maison (au sud). L’étable, également enduite et couverte de tuile plate, est implantée à l’est de la maison. Son accès est en mur gouttereau.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 2 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 353 1812 A 899, 900, 901
    Titre courant :
    Bourg : ferme puis maison (2 place de l’Église)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    . (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600439NUC2A La maison semble figurer sur le plan cadastral de 1812 (parcelle A 899), dans le centre de l'image L'ancienne ferme (avec l'ensemble des bâtiments agricoles) est visible dans le haut-droit (près de Vue de la maison depuis le sud-est. IVR24_20153600535NUC2A Vue du mur-pignon sud de la maison. IVR24_20153600536NUC2A Vue de l'étable depuis le sud-est. IVR24_20153600534NUC2A Vue de la charpente de la partie ouest de la maison. IVR24_20163600344NUC2A
  • Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (place de l'Église)
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (place de l'Église) Lureuil - Bourg - place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 36 1812 A 1284
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    la tourelle d’escalier (Archives municipales de Lureuil 2 M ; Archives départementales de l'Indre, 20 De l’église originelle supposée datée de la seconde moitié du 12e siècle, seules la base des murs gouttereaux et une partie de contreforts extérieurs auraient été conservées. La façade a ensuite été modifiée au cours de l’Époque moderne (voir cliché de l’église avant 1898). Des réparations assez importantes de financements, ont été stoppés en 1867. L’église a été complètement restaurée et transformée entre /105/6 ; Montigny et al. 2006). Ce type de clocher-porcher se retrouve dans d’autres oeuvres locales de cet architecte, comme les églises de Tournon-Saint-Martin et de Néons-sur-Creuse (cf. dossiers la chapelle de la commanderie hospitalière (puis de Malte) de Lureuil. L'ancien cimetière qui s'étendait à côté de l'église a définitivement été déplacé à son emplacement actuel vers 1885.
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Lureuil. 2 M. Église, Presbytère. de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre Archives départementales de l'Indre. 2 O / 105 / 8. Lureuil, administration communale, bâtiments Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre Église de Lureuil. [s.d.]. Carte postale. (Collection privée). Intérieur de l'église de Lureuil. [s.d.]. Carte postale. (Collection privée). Bourg de Lureuil. [ca 1950]. Carte postale. (Collection privée). Ancienne église de Lureuil. [ca 1900]. Photographie. (Collection privée). Église de Lureuil. [s.d.]. Carte postale. (Collection privée). de Malte en Berry (1453-1940). Lureuil : Association des Amis du Colombier, 2015.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    abside à trois pans ainsi que de deux chapelles disposées de part et d'autre de la travée précédent le
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 36 1812 A 1284
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (place de l'Église)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Plan des réparations de l'église à effectuer en 1863. (Archives municipales de Lureuil, 2 M 4 1284, 1285), au centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600439NUC2A Plan du projet de transformation de l'église de Lureuil en 1899. (Archives départementales de L'ancienne église et l'ancien cimetière sont figurés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A Ancienne église de Lureuil, avant 1898. (Collection privée). IVR24_20153600508NUCB Église de Lureuil, carte postale du premier quart du 20e siècle. (Collection privée Église de Lureuil, carte postale du premier quart du 20e siècle. (Collection privée Intérieur de l'église de Lureuil, carte postale du milieu du 20e siècle. (Collection privée Vue de l'église depuis le sud-ouest. IVR24_20153600491NUC2A
  • Bourg : école, actuellement maison et résidence d'artistes (10-12 rue de l'École)
    Bourg : école, actuellement maison et résidence d'artistes (10-12 rue de l'École) Néons-sur-Creuse - Bourg - 10-12 rue de l'École - en village - Cadastre : 2015 C 33
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    construction (Archives municipales de Néons, 4 M). Le bâtiment a été rénové et légèrement remanié en 2015 L'école des filles a été construite peu de temps après 1890, année de présentation du projet de . L'école se composait, à l'origine, d'un logement de professeur (à l'est), d'une salle de classe (au centre ) et d'un préau couvert (à l'ouest). L'inscription "École de Filles" a été transformée en "École de
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse ; 4 M. (série M : Biens communaux, édifices). Écoles. : Comité Municipal d'Animation de Néons-sur-Creuse, 1994 (seconde édition augmentée en 2019 par SECHERESSE, Jean (dir.). Chroniques historiques de Saint-Vincent de Néons. Néons-sur-Creuse l'Association touristique de Néons-sur-Creuse).
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bourg - 10-12 rue de l'École - en village - Cadastre : 2015 C 33
    Titre courant :
    Bourg : école, actuellement maison et résidence d'artistes (10-12 rue de l'École)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    ; Archives municipales de Néons, 4 M). IVR24_20153600711NUC2A Plan de situation du projet de l'école de filles (sans date - vers 1890-1900 - ; Archives municipales de Néons, 4 M) IVR24_20163600490NUC2B Extrait du plan du projet de construction de l'école de filles de Néons (26 novembre 1890 Vue de l'école et de son logement (à gauche) depuis le nord-est. IVR24_20183600702NUCA Vue de l'inscription regravée ("École de filles" devenue "École de Néons") IVR24_20183600703NUCA
  • Hôtel Saint-Thomas (1 mail Saint-Thomas)
    Hôtel Saint-Thomas (1 mail Saint-Thomas) Amboise - 1 mail Saint-Thomas - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Aujourd'hui, cet ancien hôtel particulier transformé en hôtellerie répond au nom de manoir Saint -Thomas. Il reprend en réalité la dénomination de l'ancien prieuré Saint-Thomas fondé au début du XIIe siècle par Hugues Ier d'Amboise, à proximité de l'hôtel et dont la chapelle apparaissait encore sur le plan cadastral Napoléonien (parcelle 1009 de la section A 1). D'après les recherches des propriétaires dont il aurait eu au moins une fille, Marie-Antoinette. Le contrat de mariage du 29 mai 1726 , révèlerait qu'elle lui apporta en dot : « L'immeuble situé au Grand Marché de cette ville, sur le prieuré Saint-Thomas ». Au sein de cet ensemble, nous n'avons étudié que le corps de logis du début du XVIe vestiges. La charpente a fait l'objet de prélèvements pour une analyse dendrochronologique qui a révélé une
    Référence documentaire :
    universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014. GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'hôtel présentant son pignon sud sur la rue, s'élève sur quatre niveaux, plus un niveau de cave l'habitat. La volonté du commanditaire de mettre en valeur sa demeure en la parant des atours les plus significatifs se traduit par l'emploi de la pierre de taille de tuffeau pour le pignon donnant sur la place , alors que le reste de l'édifice est construit en moellon avec chaînes d'angle et encadrements de baie en pierre de taille. Une cape à la française terminée par des chimères borde les rampants du toit couvert et nous ne sommes pas en mesure d'avancer avec certitude ni le nombre de baies d'origine ni leurs dimensions. Le pignon est aujourd'hui percé de deux grandes croisées au rez-de-chaussée, de deux autres qui leurs sont superposées au premier niveau, d'une croisée au troisième niveau et d'un quart de croisée au quatrième niveau. Ce quart de croisée situé au sommet du pignon est bien authentique ; il présente des vivacité des arêtes. Les décharges des ouvertures diffèrent les unes des autres : le petit quart de croisée
    Étages :
    rez-de-chaussée 2 étages de comble
    Jardins :
    parterre de gazon
    Annexe :
    Description de l'hôtel Saint-Thomas à Amboise dans les archives notariées Dans les différents actes maison située au Grand marché de cette ville, sur le prieuré Saint-Thomas, consistant en deux corps de vestibule, d'une salle, d'un salon, d'un corridor, de deux chambres hautes à cheminée, de deux caves voûtées directement sur la rue par un couloir. Le tout refermé de murs et touchant au Nord à la rivière de la Masse ».
    Illustration :
    Vue générale de l'hôtel Saint-Thomas depuis le mail. IVR24_20083700547NUCA Vue générale de l'hôtel Saint-Thomas. IVR24_20073700748NUCA Vue d'une targette de menuiserie du XVIe siècle. IVR24_20073700755NUCA Vue d'un vitrail situé au rez-de-chaussée : un visage de femme. IVR24_20073700757NUCA Vue d'un vitrail situé au rez-de-chaussée : une grisaille. IVR24_20073700758NUCA Vue d'un vitrail situé au rez-de-chaussée : une grisaille. IVR24_20073700759NUCA Vue d'un vitrail situé au rez-de-chaussée : en grisaille, un homme. IVR24_20073700760NUCA Vue d'un vitrail situé au rez-de-chaussée : en grisaille, un enfant. IVR24_20073700761NUCA Vue de la charpente du comble au niveau des entraits retroussés. IVR24_20073700754NUCA Vue de la charpente du comble au niveau des entraits retroussés. IVR24_20073700753NUCA
  • Chapelle Saint-Hubert
    Chapelle Saint-Hubert Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Aucun document permettant la datation exacte de la chapelle Saint-Hubert n'a encore été mis au jour traditionnellement identifié comme celui qui se trouvait au sud-ouest, au-dessus de la rampe d'accès au château logis qui a été placé ainsi par déduction. D'après les comptes de la ville d'Amboise, nous savons : que château dans les marais ; qu'en 1493-1494, dans un compte d'ameublement du château, il est question de « payemens de tous les aournemens et paremens d'eglise, pour les chapelles du chastel d'Amboyse » ; qu'en 1495-1496, dans le compte de construction établi pour une année, Pierre Minart, Casin Dutrec et Cornille Deneuf sont payés pour faire des « ymaiges de pierre» dans la chapelle du donjon du château . Attribuer à Charles VIII la construction de la chapelle est donc une évidence. La chapelle du Saint -Sépulcre De fait, si l'on admet que la chapelle a bien été édifiée sous Charles VIII (1483-1498), il est difficilement concevable que Louis XI (1461-1483) et Charlotte de Savoie n'aient pas eu à leur disposition une
    Référence documentaire :
    municipale de Tours : L.C. Amboise : Château. Saint-Hubert, Chapelle ; est. 1, Ic. Auv. 441). municipale de Tours : L.C. Amboise : Château. Saint-Hubert, Chapelle ; est. 3, Ic. Auv. 440). Amboise, dessin à la mine aquarellé, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours : L.C. Amboise . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; est. 1, Ic. Auv. 401). . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; est. 2, Ic. Auv. 402). . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; est. 5, Ic. 485). . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; est. 5, Ic. 485). blanc, 12-avr-1928. (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; R. 2, Ic. 059). . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. ; R. 3, Ic. Auv. 3894).
    Représentations :
    scène de chasse
    Description :
    Les vues de l'intérieur de la chapelle Saint-Hubert, ou de la « chapelle du roy » ainsi qu'elle est nommée dans les procès-verbaux, sont trompeuses quant à sa taille. C'est un petit édifice de 13,30 m de long pour 10,50 m de large (transept compris) et 6 m sous voûtes. Les murs présentent une épaisseur de 70 à 80 cm. Malgré de nombreuses restaurations, il semble que son aspect d'ensemble soit proche de , par suite de la démolition du logis attenant ; la tourelle d'escalier qui permettait la communication avec le premier étage du logis dit de Louis XI - quand Charles VIII (1483-1498) l'occupait ; la flèche remplacer une rosace ; et de nombreuses pierres sculptées ou de parement qui ont été remplacées. Notons que issues de fragments des remplages de la chapelle. À l'extérieur, des pinacles à crochets tendent vers le lequel le réseau est divisé en une déclinaison de trilobes imbriqués. Les restaurateurs ont fait le choix de vitraux contemporains. Le style gothique flamboyant de la sculpture correspond avec une datation
    Annexe :
    comme la chapelle de Louis XI (1461-1483) : - Bibliothèque municipale de Tours, ms. 1320, f°80r ». Le procès-verbal de 1761 en donne les dimensions : - Archives départementales d'Indre-et-Loire, C La chapelle Saint-Hubert dans les archives Dans le compte de construction du château de 1495-1496 La chapelle du Saint-Sépulcre dans les archives À une date indéterminée, Louis XI commande à Pierre André le décor de la chapelle du château d'Amboise, correspondant à la chapelle du Saint-Sépulcre : - BnF, ms. fr. 20685, f° 553 : « A Pierre André, peintre, 27 l. t. 10 s. pour les images de Saint Martin d'Amboise ». La description ancienne la plus complète de la chapelle du Saint-Sépulcre reste celle de Willem chapelle, il décrit le sépulcre : « À droite de cette cellule, il y avait la représentation fidèle de la tombe du Christ. Elle est enfermée derrière une lourde grille de fer avec une porte de fer, ayant seulement la hauteur de la moitié de la taille d'un homme et par laquelle on entre donc en se courbant
    Illustration :
    Vue générale de la chapelle au Sud depuis la ville. IVR24_20073700771NUCA Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez -de-chaussée du logis d'Henri II. IVR24_20083700354NUCA Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les
  • Autel et tabernacle dit maître-autel
    Autel et tabernacle dit maître-autel Auzouer-en-Touraine
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Le maître-autel est décrit comme étant "en bois peint doré" et "en bon état" lors de la visite pastorale de 1860. Le maître-autel en marbre actuel, daté de 1901, a été offert par Lucien Agenet, curé de
    Référence documentaire :
    Archives paroissiales d'Auzouer-en-Touraine. Procès-verbal de visite diocésaine du 27 avril 1860.
    Représentations :
    saint Martin de Tours saint Grégoire de Tours Bas-reliefs représentant plusieurs évêques de Tours : saint Gatien (1er évêque de Tours) avec crosse et maquette de la première basilique dédiée à saint Martin qu'il a fait construire (partie reliquaire (il a accueilli à Poitiers la relique de la Sainte Croix) (partie supérieure) ; saint Grégoire encadrés de colonnes à chapiteaux composites. L'ensemble est décoré d'ornements végétaux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Autel en marbre blanc veiné de gris, gravé et doré, avec colonnes en marbre rouge, jaune et gris
    Dimension :
    l 136.0 centimètre longueur de l'autel pr 96.0 centimètre profondeur de l'autel
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Camusetterie : demeure
    Camusetterie : demeure Néons-sur-Creuse - La Camusetterie - - isolé - Cadastre : 2015 D 251, 252, 253, 255
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La ferme qui figure sur le plan cadastral de 1812 a disparu. Les anciens logements de ferme de la propriété sont des constructions ultérieures. Ils datent de 1903 (logement dit du métayer) et de 1911. La nouvelle en 1885. Le pavillon a servi dans la première moitié du 20e siècle de logement (double) pour les
    Parties constituantes non étudiées :
    pavillon de jardin
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur de diminution. DU POUGET, Marc, PECHERAT, René, DE MONTIGNY, Arnaud (dir.) / TREZIN, Christian. collab. Châteaux
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit escalier de distribution extérieur escalier tournant à retours
    Description :
    La demeure se compose d’une maison de notable, d’un "pavillon" (en forme de tour à base octogonale agricole, vestiges de la partie agricole d’une ancienne ferme. Tous les bâtiments sont complètement enduits, hormis le hangar agricole. La maison de notable (à un étage carré et un étage de comble avec rez -de-chaussée surélevé) est orientée est-ouest. Elle se compose de deux corps de bâtiment accolés en -corps). Cinq lucarnes à fronton et à redents éclairent l’étage de comble. La façade de la maison partie centrale en retrait, où se trouve l’accès principal. Le haut de ce mur gouttereau prend la forme d'un fronton triangulaire à redents. Les baies de l’étage carré sont surmontées de décors moulurés "pavillon" est une tour octogonale abritant deux étages carrés et un étage de soubassement. Il comprend une cave et deux niveaux d’habitations (logements de domestiques). La toiture à pans multiples est en ardoise. L’écurie-remise est couverte de tuile plate. Sa façade principale, en mur gouttereau, est
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble rez-de-chaussée étage de soubassement
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    1812 (section D). (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). IVR24_20153600029NUC2A Le lieu-dit ("la Camusetrie") figure sur la carte de Cassini, vers 1765. IVR24_20153600048NUC2B L'ancienne ferme de la Camusetterie (intégralement disparue) est portée sur le plan cadastral de Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20153600287NUC2A Vue de la maison depuis l'est. IVR24_20153600286NUC2A Vue de l'écurie-remise depuis l'est. IVR24_20153600289NUC2A Vue de la date portée (1903) sur le linteau de l'entrée du logement dit du métayer Vue de l'emplacement de l'ancien chai. IVR24_20153600294NUC2A Vue d'une pompe à eau de la propriété. IVR24_20153600285NUC2A Vue d'une pompe à eau de la propriété. IVR24_20153600288NUC2A
  • Confessionnal
    Confessionnal Villedômer
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    . Il est béni le 23 septembre de la même année par Monseigneur Renou, archevêque de Tours. Lors de la visite pastorale du 4 juin 1731, il est constaté la nécessité de mettre un rideau au de fer flexible. Jugé convenable lors de la visite pastorale de 1875, le confessionnal présent à cette époque est cependant remplacé par l'actuel, de style néo-gothique, construit pour 500 fr en 1900
    Référence documentaire :
    Archives communales de Villedômer. Registre des délibérations du conseil de fabrique de la paroisse Archives paroissiales de Villedômer. Procès-verbal de visite pastorale du 4 juin 1731. Archives paroissiales de Villedômer. Procès-verbal de la visite diocésaine de 1849. Archives paroissiales de Villedômer. Journal contenant des informations sur les visites pastorales de Villedômer. et diverses informations. Procès-verbaux des visites pastorales de 1875 et de 1900.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Confessionnal de plan rectangulaire à trois loges, partiellement encastré dans le mur ouest de la chapelle. Les loges de pénitent (latérales) sont ouvertes et contiennent une tablette et une marche servant de prie-Dieu. La loge du prêtre (centrale) est fermée par une porte ajourée.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle de la Vierge (nord)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne