Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Urciers : église Saint-Martin, verrières
    Urciers : église Saint-Martin, verrières Urciers - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions concernant les auteurs : "L. Lobin - Tours 1877" (baie 0) ; "J. Fournier - Tours 1900
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    l'est par une abside à pans coupés. Les vitraux : Verrières réalisées par les ateliers Lobin et
    Description :
    manteau que le soldat avait donné au mendiant. Les baies 1 et 2 comportent également des verrières mixtes
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Tours
  • Sazeray : église Saint-Martin, verrières
    Sazeray : église Saint-Martin, verrières Sazeray - en village
    Inscriptions & marques :
    - Tours 1900" (baie 2). Inscriptions concernant les donateurs : "Offert par la famille Frédéric Pignot Inscriptions concernant l'auteur : "J.-P. Florence & Cie - Tours 1898" (baie 0) ; "J.-P. Florence
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    l'est par un choeur à chevet plat. Les vitraux : Verrières réalisées par l'atelier de Joseph-Prosper
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Tours
  • Chapelle Saint-Hubert
    Chapelle Saint-Hubert Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    logis qui a été placé ainsi par déduction. D'après les comptes de la ville d'Amboise, nous savons : que dès 1489, Charles VIII mène des travaux puisqu'il fait évacuer les « terriers » jetés au pied du château dans les marais ; qu'en 1493-1494, dans un compte d'ameublement du château, il est question de « payemens de tous les aournemens et paremens d'eglise, pour les chapelles du chastel d'Amboyse » ; qu'en les chapelles de l'église Notre-Dame-et-Saint-Florentin sont également mentionnées dans les comptes de Sépulcre était la chapelle du donjon. Les auteurs anciens ont certainement interprété le fait qu'elle soit XI n'a vraisemblablement pas pu achever son intention. Les fondations prennent appui dans la ville, à Seconde Guerre mondiale. Les Allemands avaient en effet mis en place cet escalier afin de ne pas interdire ; mais elle est totalement dénaturée et rien ne saurait nous indiquer sa fonction première. Les témoignages anciens nous semblent toutefois suffisamment nombreux et cohérents pour être fiables. Les procès
    Référence documentaire :
    , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et sur les jardins et fondations du logis d'Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et municipale de Tours : L.C. Amboise : Château. Saint-Hubert, Chapelle ; est. 1, Ic. Auv. 441). municipale de Tours : L.C. Amboise : Château. Saint-Hubert, Chapelle ; est. 3, Ic. Auv. 440). Amboise, dessin à la mine aquarellé, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours : L.C. Amboise . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; est. 1, Ic. Auv. 401).
    Description :
    Les vues de l'intérieur de la chapelle Saint-Hubert, ou de la « chapelle du roy » ainsi qu'elle est nommée dans les procès-verbaux, sont trompeuses quant à sa taille. C'est un petit édifice de 13,30 m de long pour 10,50 m de large (transept compris) et 6 m sous voûtes. Les murs présentent une épaisseur de celui d'origine. Les modifications ont touché : la tribune qui donnait au-dessus du portail d'entrée ciel les contreforts qui marquent chacun des angles saillants du plan. Une balustrade ajourée d'un motif à trilobes couronne l'édifice. Les fenêtres hautes ménagées dans les bras du transept, la nef et lequel le réseau est divisé en une déclinaison de trilobes imbriqués. Les restaurateurs ont fait le choix finesse. Les murs sont divisés en quatre registres séparés par deux frises, au-dessus desquels débutent les nervures du voûtement. Au premier registre, le mur de sous-appui reçoit, au-dessus, le mur frise supérieure. Les motifs de la frise supérieure mêlent trilobes, feuillages et petits personnages
    Annexe :
    La chapelle du Saint-Sépulcre dans les archives À une date indéterminée, Louis XI commande à Pierre : - BnF, ms. fr. 20685, f° 553 : « A Pierre André, peintre, 27 l. t. 10 s. pour les images de Saint Martin blanc et peints. Au-dessus de cette imitation de la tombe, on voyait les portraits de Pilate et Hérode ». Le procès-verbal de 1761 en donne les dimensions : - Archives départementales d'Indre-et-Loire, C comme la chapelle de Louis XI (1461-1483) : - Bibliothèque municipale de Tours, ms. 1320, f°80r La chapelle Saint-Hubert dans les archives Dans le compte de construction du château de 1495-1496
    Illustration :
    XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les les jardins et fondations du logis d'Henri II. IVR24_20083700358NUCA , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et lequel déscendaient les cordes actionnant les cloches. IVR24_20083700772NUCA
  • Azay-le-Ferron : église Saint-Nazaire, verrières
    Azay-le-Ferron : église Saint-Nazaire, verrières Azay-le-Ferron - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    , de style angevin, prolongée à l'est par un choeur pentagonal plus tardif. Parmi les restaurations occidentale, en avant du pignon originel. Les vitraux : Sur les quinze verrières de l'église Saint-Nazaire, 8 , sur lesquelles on relève notamment les signatures de Julien Fournier et de Charles Champigneulle. Le Tours Victor Luzarches (1803-1869), résidant à Tours, à Azay et à Paris.
  • Maison à boutique (71 rue des Carmes)
    Maison à boutique (71 rue des Carmes) Orléans - 71 rue des Carmes - en ville
    Description :
    décoratif : le blanc domine et vient trancher sur le bleu de l'ardoise qui recouvre le toit et les jouées de La maison à boutique avec enseigne du 71 présente les mêmes caractéristiques que la maison
  • Bouges-le-Château : église Saint-Germain, verrières
    Bouges-le-Château : église Saint-Germain, verrières Bouges-le-Château - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    . Les vitraux : Les vitraux de cette église sont issus de divers ateliers. Les plus anciens ont été réalisés par la maison Lobin, de Tours (1863), tandis que Charles Lorin, de Chartres, signe deux vitraux du
  • Buzançais : église du Sacré-Cœur, verrières
    Buzançais : église du Sacré-Cœur, verrières Buzançais - rue des Grands Jardins - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    , à Tours, aux alentours de 1900-1901. Ils occupent les chapelles rayonnantes du déambulatoire, le , d’un transept, et d’un chœur à déambulatoire qui s’ouvre sur cinq chapelles rayonnantes. Les vitraux : Dans leur grande majorité, les vitraux de l'église de Buzançais ont été réalisés par l'atelier Florence transept et la nef. Les fenêtres hautes de la nef et du transept (côté ouest), comportent des grisailles incolores non étudiées ici (baies 115 à 126). Les fenêtres hautes du chœur sont quant à elles munies de
  • Obterre : église Saint-Laurent, verrières
    Obterre : église Saint-Laurent, verrières Obterre - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    la façade occidentale. Les vitraux : L'église Saint-Laurent comporte 10 baies, dont 6, dans la nef l'atelier de Joseph-Prosper Florence (Tours) en 1899 (baies 0 et 101), accompagnées par deux compositions abstraites réalisées dans les années 1960 par Paul Barthe (Angers) (baies 1 et 2).
  • Lureuil : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Lureuil : église Saint-Jean-Baptiste, verrières Lureuil - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : " J.-P. Florence - Tours 1900". Armoiries de M. Charcellay de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    latérales. L'édifice se termine à l'est par un chevet à pans coupés. Les vitraux : Cet ensemble homogène a été réalisé au moment de la construction de l'église par l'atelier de Joseph-Prosper Florence (Tours ). Parmi les donateurs figure la famille Charcellay de Bors, propriétaire du château de La Brosse (commune
    Description :
    Joseph (baie 7), sainte Solange (baie 8), sainte Jeanne d'Arc (baie 10), et dans les chapelles latérales
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Tours
  • Luant : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Luant : église Saint-Jean-Baptiste, verrières Luant - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    les vitraux de la nef, réalisés en 1939 par Lux Fournier, de Tours (baies 5, 6, 7 et 8). Le vitrail de seconde moitié du 19e siècle, en partie selon les plans de l’architecte Létang. La nef unique, couverte coupés. Les vitraux : Les vitraux de l'église de Luant ont été créés au cours de deux campagnes . Anonyme, il peut toutefois être rapproché des ouvrages produits par les ateliers tourangeaux (Lobin , Florence ou Fournier père ?). Enfin, les baies occidentales de la nef sont fermées d'une vitrerie à
  • Levroux : église Saint-Sylvain, verrières
    Levroux : église Saint-Sylvain, verrières Levroux - place de l'Hôtel de Ville - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    canonial fondé en l’an 1012, doit être situé à la charnière des 12e et 13e siècles, et reprend dans les . Les collatéraux de la nef, voûtés en berceaux brisés, s’ouvrent sur plusieurs chapelles latérales Bourges. La façade occidentale, également très restaurée au 19e siècle, est formée par deux tours de plan ; renvoi : PM36000376). Les vitraux : Le renouvellement des vitraux de cette église, qui fait directement suite aux travaux de restauration, a été réalisé en deux temps : d'abord dans les années 1876-1878 par -Olivier Merson. Mais les verrières figurées ne sont présentes que dans un tiers des baies de l'église : sur un total de 47 baies, 14 seulement comportent des verrières figurées, les autres étant fermées par
  • Châteauroux : église Saint-Christophe, verrières
    Châteauroux : église Saint-Christophe, verrières Châteauroux - place Saint-Christophe - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    l’emplacement d’une église du 15e , détruite suite à l’aménagement du carrefour des routes de Blois et de Tours , Saint-Christophe fut partiellement restaurée et réaménagée dans les années 1920 et 1930. C’est au cours un transept dont les bras se terminent en abside. A l'est, un déambulatoire permet d'accéder à une profonde chapelle axiale, également terminée par une abside semi-circulaire. Les vitraux : L'église Saint dans les baies hautes de la nef (non étudiées ici). Parmi les verrières figurées, quatre ont été Bourges. Les 21 autres verrières ont été créées de 1925 à 1936 par Louis Balmet, peintre verrier à que son église soit dotée de vitraux "modernes", tant par leur style que par leur iconographie. Les premiers vitraux créés par Claude et Balmet, dont les cartons ont été exposés lors de l'Exposition saint Christophe, et saint Christophe protégeant les voyageurs. Le programme se prolonge ensuite dans partie saint Christophe, et par d'autres scènes "contemporaines", illustrant les domaines dans lesquels
    Illustration :
    Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 2 : saint Christophe protégeant les transports Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 4 : saint Christophe protégeant les transports maritimes Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 5 : les saints auxiliateurs. IVR24_20093602212NUCA Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 6 : les saints auxiliateurs. IVR24_20093602217NUCA Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 7 : saint Christophe protégeant les hommes des accidents Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 8 : saint Christophe protégeant les hommes des accidents Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 11 : saint Christophe protégeant les hommes des Châteauroux, église Saint-Christophe, baie 12 : saint Christophe protégeant les hommes pratiquant des activités dangereuses et les soldats IVR24_20093602236NUCA
1