Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty)
    Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 5 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    de le dater entre 1540 et la deuxième moitié du 16e siècle. La cave à cellules pourrait être plus -fripier. Un acte de 1765 décrit son organisation. En 1811, l’édifice est figuré sur le cadastre ancien sur rue entre 1890 et 1900. L’Ecu de Bretagne est inscrit aux Monuments historiques le 2 mars 1993. Il commune de Nogent-le-Rotrou.
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. p. 46. THOMASSU, J. L. F. M. Recherches historiques sur Nogent-le-Rotrou, l'abbaye de Thiron, le château de Villebon, les châteaux de Bélesme et Mortagne et l'abbaye de la Trappe. Nogent-le-Rotrou : [s.n p. 13. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice situé au n°5 de la rue du Paty est implanté à l'alignement, en bas du coteau limitant le donne également accès à une cave à cellules creusée dans le coteau en fond de parcelle. Le bâtiment sur en moellons de pierre calcaire enduits. Le bâtiment en retour d'équerre directement accolé au premier de calcaire enduits. Enfin, le troisième bâtiment situé en continuité du précédent ne comprend qu'un plates. Un escalier tournant à retours disposé dans le deuxième bâtiment distribue l'ensemble des niveaux
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 5 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    joignant par le devant a ladicte rue doree ayant sur icelle (blanc) de longueur dautre par derriere au porte a sortir dans le creux chemin [...] Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. Item la justice et jurisdiction sur cinq maisons et leurs nostredame, le sieur de mongobert et me philipes jacquelin chirurgean et autres se tenant lune l’autre et chemin neuf montant du bourg leconte a st jean d’un bout ladicte halle du bourg le conte et dautre bout a
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Regnouard, messire Nicolas Lormeau, le sieur de Montgobert, Philippes Jacquelin et autres. Bertrand Louise Le Sueur. Le couple possède plusieurs propriétés à Nogent-le-Rotrou, dont certaines sont situées possession de Mortagne, avant d’être cédé en 1755 à Gabriel Legindre, marchand-fripier. L’acte de 1765 le commodités et une cave sur laquelle des galetas prennent place. En 1811, l’édifice est figuré sur le cadastre rue entre 1890 et 1900. L’Écu de Bretagne est inscrit à l’inventaire des Monuments historiques le 2 détenue par la commune de Nogent-le-Rotrou. DESCRIPTION Situation et composition d’ensemble La parcelle au sol de 564 m². Elle est implantée entre la rue du Paty à l’ouest, et le coteau limitant le plateau Saint-Jean à l’est. La rue des Marches, également située à l’est, prend place le long des pentes du plateau Saint-Jean. Elle borde le second niveau des bâtiments de l’édifice, situés en fond de cour. La rue du Paty est un des tronçons qui compose l’axe principal de Nogent-le-Rotrou, tandis que la rue des
  • Moulin d'Arcisses : prieuré Saint-Vincent, puis abbaye royale Notre-Dame du Val d'Arcisses, puis ferme, actuellement maisons
    Moulin d'Arcisses : prieuré Saint-Vincent, puis abbaye royale Notre-Dame du Val d'Arcisses, puis ferme, actuellement maisons Brunelles - Le Moulin d'Arcisses - en écart - Cadastre : 1811 A 33, 37 1992 A 29
    Historique :
    Originaires de Normandie, Bernard et ses compagnons, en quête d'un ermitage, arrivent dans le terres pour leur installation. Le comte répond favorablement à leur demande et cède à Bernard, par acte clunisiens de Saint-Denis de Nogent, persuade son fils de révoquer sa donation. En échange, le comte donne à Bernard une autre terre plus éloignée de Nogent, à proximité du hameau de Gardais. Il y érige le premier leur juridiction. Il se voit alors proposer par le comte un nouveau terrain, au bord de la rivière de de céder définitivement à Bernard la terre du Val d'Arcisses. En 1115, un prieuré placé sous le vocable de saint Vincent y est édifié. En 1225, Guillaume de Bellême, comte du Perche, érige le prieuré en abbaye sous le vocable de Notre-Dame du Val d'Arcisses. Il dote la fondation afin de permettre l'érection jusqu'en 1632. Trois années plus tôt, en 1629, une concession est acceptée par le roi Louis XIII à Françoise de Riants. Au même moment, le Pape Urbain VIII consent "à homologuer et ordonner la communauté
    Observation :
    Durant sept siècles, des religieux (hommes puis femmes) ont occupé et valorisé le site de l'abbaye bénédictine - comme en témoigne le plan de l'architecte Morin de 1784 - dont l'influence et les propriétés saint Benoît et de sainte Scholastique dans l'église paroissiale de Margon ; le bénitier, transformé en l'église paroissiale de Brunelles). Le site de l'abbaye, bien que difficilement lisible aujourd'hui
    Référence documentaire :
    Cadastre actuel de la commune de Brunelles, section A, 1992. Le Moulin d'Arcisses, Le Thuret Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section A. Le Moulin d'Arcisses, Le Thuret FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton. Tome II. Saint-Cyr-sur-Loire PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la société
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    : deux logis, l'ancienne porterie de l'abbaye, des étables et une grange. L'ancienne porterie est le bâtiment le plus intéressant : s'élevant sur deux niveaux (rez-de-chaussée et étage carré), elle conserve
    Localisation :
    Brunelles - Le Moulin d'Arcisses - en écart - Cadastre : 1811 A 33, 37 1992 A 29
    Illustration :
    La porterie de l'ancienne abbaye, vue depuis le sud. IVR24_20082800641NUCA
  • Lune Noire : ferme, actuellement maison
    Lune Noire : ferme, actuellement maison Champrond-en-Perchet - La Lune Noire - isolé - Cadastre : 1811 A 51 1987 A 33
    Historique :
    Le nom du lieu-dit La Lune Noire évoque une mare noirâtre, luna étant le nom gaulois de mare. De la présent en plan sur le cadastre de 1811, ne subsiste que la partie ouest, identifiable par ses petits
    Observation :
    éléments anciens comme la plupart des ouvertures (comblées en façade nord). Les remaniements ont affecté le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Cette ferme isolée comprend sous le même toit les espaces d'exploitation (étable-écurie) à l'ouest , et le logis à l'est. La façade principale, orientée au sud, est ornée d'une corniche en brique qui a modifié la descente de toit. Le mur-pignon est - vraisemblablement une cloison devenue mur-pignon lors de
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20082800659NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20082800662NUCA
  • Saussaye : écart
    Saussaye : écart Brunelles - La Saussaye - en écart
    Historique :
    Le hameau est attesté dès 1518 ("la Saulsaie"). Composé de six fermes réparties dans deux noyaux
    Référence documentaire :
    Brunelles, La Saussaye. Plan de localisation des éléments recensé dans le hameau./Florent Maillard , canton de Nogent-le-Rotrou.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    . L'implantation des bâtiments, en alignement le long des axes routiers ou perpendiculairement à ces derniers, est
    Illustration :
    Plan de localisation des édifices recensés dans le hameau (fond : cadastre actuel, section E1
  • Bourg : moulin dit de Beaudolet (11 rue de Beaudolet)
    Bourg : moulin dit de Beaudolet (11 rue de Beaudolet) Margon - Bourg - 11 rue de Beaudolet - en village - Cadastre : 1811 C 86 1990 AB 21
    Historique :
    Le moulin dit de Beaudolet est attesté dès 1575 (sous le toponyme de Beaudollé). Le bâtiment actuel semble dater de 1853, date à laquelle l'ancien moulin est reconstruit pour Auguste Gasselin. Le moulin, à , l'ensemble figure en plan dans le règlement d'eau du moulin voisin de La Vallée réalisé par l'ingénieur
    Référence documentaire :
    Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    : - Le moulin comprend un rez-de-chaussée surélevé surmonté de deux étages carrés. Les élévations des l'exception de quatre (deux par pignon), bouchées, semi-circulaires et en oeil-de-boeuf, qui éclairaient le encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche moulurée, en pierre de taille de calcaire. Le toit chaînages d'angle, en pierre de taille. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate. - La grange
    Illustration :
    Plan géométrique de la rivière de la Cloche dressé par le géomètre Lavie en 1834. (Archives Vue de situation depuis le sud-est. IVR24_20082800074NUCA Vue générale depuis le nord. IVR24_20082800075NUCA
  • Brosse : ferme
    Brosse : ferme Brunelles - La Brosse - isolé - Cadastre : 1811 B 188 1992 B 100
    Historique :
    , l'écurie et le toit à porcs. Au cours de la seconde moitié du 19e siècle, la ferme est agrandie et modifiée (construction du hangar, du séchoir, de la grange et des étables fermant la cour à l'est). Le nouveau logis, le chenil et le pigeonnier datent de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle, tout comme les
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    usage de remise et de pigeonnier, délimitant une cour ouverte : - Le bâtiment principal comprend trois ailes. L'aile nord-ouest se compose de trois corps (d'ouest en est) : le chenil, le logis et le troisième corps abritant sous le même toit l'ancien logis, l'écurie, le hangar et le séchoir. Le logis, à un étage carré, présente une façade principale orientée au sud et ordonnancée à trois travées. Le troisième quadrangulaires, à l'exception des deux fenêtres de l'écurie surmontées d'arcs en anse de panier. Le hangar et le orientale comprend une grange et une étable. L'aile sud abrite une seconde étable et le toit à porcs . Laissée à l'abandon, cette partie des dépendances menace ruine. Les ouvertures sont quadrangulaires. - Le
    Illustration :
    Nouveau logis, ancien logis et écurie, vue générale depuis le sud. IVR24_20082800405NUCA Nouveau logis et chenil, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20082800407NUCA Remise et pigeonnier, vue depuis le nord. IVR24_20082800413NUCA
  • Plessis : ferme
    Plessis : ferme Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Historique :
    Le Plessis est signalé une première fois en 1666 comme métairie dépendant de la seigneurie de Panet . En 1759, le Plessis appartient à la seigneurie de Gardais et figure sur le plan géométrique réalisé de chasse. Si plusieurs dépendances et la maison de maître figurent sur le plan de Canuël (formant la cour ouverte carrée), le bâtiment principal de la ferme ainsi que la grange n'y sont pas. Ils ont été construits avant 1814 - date du cadastre ancien sur lequel ils apparaissent - pour le bâtiment principal et la maison de maître qui forment une cour carrée. Au début du 20e siècle, le bâtiment principal a
    Description :
    nord, le bâtiment principal abrite le logis (salle, chambre et cellier) ainsi que plusieurs dépendances dont une écurie, une laiterie et un toit à porc. Un appentis, placé contre le mur est du bâtiment, est par la cheminée de la salle) et le toit à porcs. Les vestiges d'un évier (en pierre à l'origine placé contre le pignon ouest donne accès au comble à usage de grenier. - A l'ouest, un bâtiment sert
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Illustration :
    Vue générale du bâtiment principal depuis le sud-est. IVR24_20142800243NUC2A bâtiment principal, Vue de détail de l'escalier extérieur desservant le comble Etables, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800248NUC2A
  • Huvetière : ferme
    Huvetière : ferme Frazé - La Huvetière - isolé - Cadastre : 1813 B2 173 2016 B2 183
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, les fiefs de la Grande et Petite Huvettière sont mentionnés dès 1390. Le bâtiment le plus ancien, au nord de la cour, semble être le bâtiment d'habitation qui conserve une charpente et un plancher (poutre maîtresse et solives) datant probablement du 16e siècle. Le bâtiment secondaire à l'est et le fournil à l'ouest, présents sur le cadastre de 1813, semblent dater du 18e siècle la préfecture, en vue d'établir une tuilerie à La Huvetière. Malgré la réponse positive du préfet, le projet n'a vraisemblablement pas vu le jour. Concernant le bâtiment d'habitation, probablement édifié en bâtiment (grange et bergerie) est construit à l'emplacement de dépendances détruites (présentes sur le plan
    Observation :
    1900. Atypique pour le Perche, le sec0nd bâtiment dispose de deux auvents - non contemporains, ni entre sud-est vers le Berry.
    Description :
    répartis autour d'une cour ouverte : - Le bâtiment d'habitation abrite sous un même toit la salle, une considérablement été réduite comme l'atteste le chevêtre du plancher, très probablement d'origine. La charpente rajoutée tardivement, certainement lors de la campagne de remaniement de 1847. - Le second bâtiment situé à l'est abrite deux granges et une écurie. En façade principale, deux auvents non contemporains (le plus (un poulailler et une écurie) sont construits contre la façade ouest, tout comme le puits couvert d'une pompe à bras. - Le troisième bâtiment, placé au sud-est de la ferme, comprend une vaste grange et cochons sont disposés contre le mur est. Les murs sont en moellons de silex couverts d'un enduit (mur sud
    Illustration :
    Plan de la tuilerie projetée en 1844 (la grange aurait été convertie en "halle à tuile", et le Bâtiment d'habitation, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20162801143NUCA Bâtiment secondaire, vue de la façade arrière depuis le sud-est. IVR24_20162800089NUCA Bâtiment secondaire (partie sud) et troisième bâtiment (grange et bergerie), vue générale depuis le
  • Ferrière : ferme, actuellement maison
    Ferrière : ferme, actuellement maison Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, La Ferrière apparaît sous le toponyme Ferraria dès 1531. Fief à cette époque, le lieu-dit devient une seigneurie en 1627 avant d’être achetée par les Gramont, et annexée à la seigneurie de Frazé en 1660. Le bâtiment principal, probablement le plus ancien, semble remonter au 16e siècle. Témoignent de cette époque, les cheminées de la cuisine et de la chambre, le cloisonnement en pan chaînage d'angle), le bâtiment est remanié : la probable ossature en pan de bois est remplacée par des murs retroussés, facilitant la circulation dans le comble). Alexandre Thiroux de Gervilliers, propriétaire du nouveaux bâtiments (partie porcherie et bergerie). La ferme entre dans le giron de Joseph Dulong de Rosnay : construction des deux tourelles sur le pignon ouest du logis, construction (ou reconstruction ?) de la cave et
    Observation :
    différentes périodes : ossature et charpente en pan de bois, pigeonniers de comble en céramique dans le
    Description :
    , répartis autour d'une cour ouverte en "O", ainsi qu'un fournil : - Placé au nord de la ferme, le bâtiment cave. Tardivement, deux tourelles de fonction purement décorative ont été édifiées contre le pignon et un clapier ont été construits en alignement à l'est. Le logis conserve trois cheminées anciennes l'édifice, il subsiste le cloisonnement en pan de bois entre la salle et la chambre, séparées par l'entrée de la porcherie est coupé pour permettre le passage des véhicules : l'accès à la ferme se fait aussi voûtains en brique séparant le rez-de-chaussée du comble à usage de grenier. - À l'est se trouve le cour ouverte de la ferme, le fournil se situe à l'ouest de l'ensemble. Entièrement construit en brique
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20172800265NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20172800274NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20162800094NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800095NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20162800099NUCA Bâtiment secondaire (porcherie, bergeries et remise), vue générale depuis le nord-est Troisième bâtiment, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800111NUCA Fournil, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800114NUCA
  • Pinodier : ferme
    Pinodier : ferme Thiron-Gardais - Pinodier - isolé - Cadastre : 1814 A1 70, 71, 73 2013 ZA 30
    Historique :
    - notamment le logis qui conserve une lucarne en bois d'origine, la probable bergerie ainsi que la structure celle d'un toit à porcs accolé à la grange-étable. Le logis est modifié dans les années 1920 - 1930
    Description :
    La ferme comprend quatre bâtiments organisés autour d'une cour ouverte : - Au nord-ouest, le logis pendante à la capucine - dont le linteau sculpté en bois cintré conserve son décor géométrique - permet
    Illustration :
    Grange-étable et toit à porcs, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20142800260NUC2A Bergerie (?), vue générale depuis le nord. IVR24_20142800261NUC2A Bergerie (?), vue générale depuis le sud. IVR24_20142800263NUC2A Remise et écurie, vue depuis le nord-est. IVR24_20142800265NUC2A Écurie, vue depuis le sud-est. IVR24_20142800266NUC2A
  • Moulin de l'Étang : moulin et ferme
    Moulin de l'Étang : moulin et ferme Frazé - L' Moulin de l'Étang - isolé - Cadastre : 1813 D1 40, 41 2016 YA 97
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, le Moulin de l'Étang est mentionné dès 1477. Présents sur le plan cadastral de 1813, les bâtiments les plus anciens - la partie ouest du bâtiment principal et le fournil - semblent remonter au 17e ou au 18e siècle, comme tendent à le montrer les fortes pentes de toit ainsi que Frazé, le moulin reste la propriété de la famille Thiroux de Gervilliers (seigneurs de Frazé) jusqu'aux années 1880. Il est alors vendu à Joseph Dulong de Rosnay, qui le cède à son tour en 1897 à Didier Boutrou, meunier à Saint-Denis-Les-Ponts (à proximité de Châteaudun). Le bâtiment secondaire date très 20e siècle. Produisant de la farine jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le moulin est déclassé en
    Description :
    Le moulin se situe à l'est de la commune, à environ 700 mètres du bourg. La retenue d'eau alimentée répartis autour d'une cour ouverte. - Placé au nord, le bâtiment principal comprend la partie domestique (salle et deux chambres) et l'atelier de meunerie. L'eau, qui passe sous le bâtiment, actionnait une roue postérieure, en pan de bois hourdé en torchis, témoigne de l’ancienneté de la construction. - Au sud, le une vaste remise. - Au sud-ouest, se trouve le fournil. La voûte du four, localement appelé "butte" du four, est protégée par le toit en croupe. Une échelle de meunier placée contre le pignon ouest permet d'accéder au comble à usage de grenier. Deux toits à porcs s'appuient contre le pignon est. Les murs sont
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud. IVR24_20162800237NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800238NUCA Retenue d'eau et partie "usine" du moulin, vue depuis le sud. IVR24_20162800239NUCA Fournil et toits à porc, vue depuis le nord-est. IVR24_20162800244NUCA
  • Anet : colonne, Victoire ou monument aux grands hommes d'Anet
    Anet : colonne, Victoire ou monument aux grands hommes d'Anet Anet - rue Delacroix rue Diane de Poitiers - en ville
    Historique :
    Le monument dont l'auteur est inconnu est édifié à l'initiative de Pierre Désiré Roussel (1824-1912
  • Pacoterie : ferme
    Pacoterie : ferme Frazé - La Pacoterie - isolé - Cadastre : 1813 F1 198 2016 F1 169
    Historique :
    partie ouest du bâtiment situé au nord de la cour). Tendent à le montrer la pente assez forte du toit , La Pacoterie entre dans le giron de la famille Silvy, propriétaire du domaine de Gaillard (à La Croix du bâtiment principal). Le hangar semble dater du début du 20e siècle. La grange a été détruite au
    Description :
    bâtiments, répartis autour d'une cour ouverte. Placé au nord, le bâtiment principal abrite les fonctions et de grange (détruite) et le dernier abritait une remise, un hangar et un toit à porcs. Les murs
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud. IVR24_20162800345NUCA
1