Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Girauderie : ferme
    Girauderie : ferme Lureuil - La Girauderie - isolé - Cadastre : 2015 C 104, 163 1812 C 182-184, 189, 190
    Historique :
    La Girauderie avec "maison, étables et granges, courre (…)" est citée en 1735-1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre, H 616). Le lieu-dit figure également sur la carte de Cassini. Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 mais elle semble avoir été détruite. Sa reconstruction pourrait dater de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. Le logement a été en partie remanié à
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    grange-étable. Les toitures sont toutes en tuile plate ; les accès, en murs gouttereaux. Le logement, au -chaussée. La toiture est à longs pans et à une croupe (à l’est). Un appentis s’appuie sur le mur-pignon est murs en moellons de grès partiellement enduits. Le fournil est également un ancien logement à pièce , avec enclos maçonné. Une pierre d'évier est visible dans le mur gouttereau du logement.
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une partie de la ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section C), dans le haut-droit de Vue du logement de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600134NUC2A Vue de la remise, du cellier au dessus d'un sous-sol depuis le nord. IVR24_20163600132NUC2A Vue du fournil (également logement secondaire) depuis le sud-est. IVR24_20163600131NUC2A Vue de la grange et d'une étable depuis le sud. IVR24_20163600128NUC2A Vue d'une étable et d'une écurie depuis le sud. IVR24_20163600135NUC2A Vue des toits à porcs depuis le sud. IVR24_20163600127NUC2A
  • Amandiers : ferme
    Amandiers : ferme Lureuil - Les Amandiers - isolé - Cadastre : 2015 C 202, 213 1812 C 310-314
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini au milieu du 18e siècle. Vers 1736, le terrier de l'Indre, H 616). Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812. Elle a été en partie reconstruite au
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812, dans la droite de l'image. (Archives Vue générale de la ferme depuis le nord-ouest (chemin public). IVR24_20163600140NUC2A
  • Chauvelière : manoir puis ferme
    Chauvelière : manoir puis ferme Lureuil - La Chauvelière - 5 - en écart - Cadastre : 2015 D 624, 627, 629, 630, 1176, 1261, 1263, 1264, 1276 1812 D 609-612, 624-634
    Historique :
    Le logis seigneurial et une partie de la ferme sont portés sur le plan cadastral de 1812. Le fief de la Chauvelière relevait, aux 17e et 18e siècles, des seigneuries du Blanc-en-Berry et du Blanc-en -Poitou (La Véronne 1962 ; Plaux s.d.). Ses seigneurs sont mentionnés dès le milieu du 16e siècle (Plaux s.d.). Le symbole d’une gentilhommière est associé au lieu-dit sur la carte de Cassini (vers 1760 Tournon-Saint-Martin (Plaux 2013). Le logis est daté du 17e siècle par ses caractères morphologiques poutraison et de la charpente (abattage des bois en 1648 ; ARC17/R4232D). La porte piétonne condamnée dans le mur du toit à porcs aurait porté la date en chiffres romains (presque illisible en 2016). Le logement dendrochronologie (ARC17/R4227D). Une maison à étage (et escalier de distribution extérieur) représentée sur le plan
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury LA VERONNE, Chantal. Histoire du Blanc, des origines à la Révolution de 1789. Poitou : Société des
    Description :
    l’étable sud) et plusieurs appentis dont un toit à porcs en bordure de route au nord-ouest. Le manoir est surmontée d’un oculus et d’un fronton triangulaire. Au dessus, le plein de mur est appareillé (récentes) ont été percées dans le mur-pignon est. En haut de l’élévation sud se trouve un pigeonnier bâtière, dans le versant sud, et d’une lucarne à fronton triangulaire surmonté de trois boules, dans le versant nord. Deux appentis (toits à porcs ?) s’appuient sur deux des élévations du manoir. Le bâtiment en anse de panier porterait les inscriptions (en grande partie effacées) "Vive le Roi" et une date
    Annexe :
    d’éléments en place de la pièce ouest des étages et du comble. Le plafond du rez-de-chaussée est composé de solives sur poutres (2). Le plafond de l’étage comprend 11 solives numérotées arbitrairement à partir de manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016 charpente de la bergerie en retour ont été retenu le poinçon sectionné de la ferme sud et l’arbalétrier est finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016. Datations : éch. 1 ("bergerie") a été abattu entre 1710 et 1715 ; le poinçon de l'étable a été abattu entre 1738 et 1740.
    Illustration :
    Le lieu-dit (symbole d'une gentilhommière) figure sur la carte de Cassini (vers 1760 Des bâtiments (dont le logis principal) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 624 à 634), dans le bas droit de l'image.(Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600437NUC2A Vue du manoir depuis le nord. IVR24_20163600414NUC2A Vue du manoir depuis le sud. IVR24_20163600413NUC2A Vue du manoir depuis le sud-ouest. IVR24_20163600412NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le sud-ouest. IVR24_20163600418NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord-est. IVR24_20163600426NUC2A Vue de l'entrée et d'une fenêtre à linteaux délardés du logement de la ferme depuis le sud Vue du toit à porcs situé à l'ouest de la cour près de l'entrée, depuis le ouest
  • Chançay : parc et jardins d'agrément du château de Valmer
    Chançay : parc et jardins d'agrément du château de Valmer Chançay - Valmer - Château de Valmer - isolé - Cadastre : 2018 B 143 à 164 ; 166 ; 168 à 184 ; 703 à 707 ; 712 à 714
    Historique :
    Coustely, maire de Tours et président de la Chambre des Comptes, est le nouveau seigneur de Valmer en 1562 . Le 23 mai 1640, Thomas Bonneau, conseiller d’État et secrétaire du roi, en acquiert la propriété : il agrandit le château et le domaine en rachetant des parcelles avoisinantes. Il est à l’origine de la et aménage le grand canal et le parc. Un plan daté de 1695 présente le domaine de Valmer dont la du 20e siècle, est aujourd'hui conservée au Metropolitan Museum of art de New York. Le vase dit "vase installées sur la Haute terrasse et dans le parc au 19e siècle. Deux fabriques ornent le parc : le "vide -bouteille" est représenté dans le cadastre ancien (1816). Le "belvédère" du parc est érigé au 19e siècle Fontaines florentines qui surplombent les douves sont probablement plantés entre la fin du 18e et le début du 19e siècle. Le grand cèdre, situé au nord de l’ancien château, semble avoir été planté au début du végétation, des vignes puis des pelouses sont présentes sur la terrasse de Léda. Le renouveau des jardins
    Observation :
    Le domaine de Valmer possède le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Entre 2006 et 2015, les gourdes (Lagenaria) de la pergola ont obtenu la
    Référence documentaire :
    SAINT VENANT, Alix de, MATHIAS, Xavier. Le potager d'Alix de Saint Venant au château de Valmer
    Précisions sur la protection :
    Le chandelier-vase décoratif de jardin (vase-flambeau dit vase lorrain) est classé monument historique au titre des objets depuis le 14 mars 1997.
    Description :
    Les jardins et le parc de Valmer, respectivement de 5ha (dont 1ha de potager) et 60ha de parc, sont Sophora japonica 'Pendula', dont les branches atteignent le fond des douves, encadrent la vue et opèrent d'angelot agrémente le centre de ces deux parterres. La terrasse des Fontaines florentines permet d’accéder entre l’ancien château et le petit Valmer. Au nord, des allées bordées de pelouse et agrémentées de terrasse, les communs, la ferme, les vignes, le grand canal et la vallée de la Brenne. La terrasse du Vase des Fontaines florentines à l'escalier qui mène à la terrasse de Léda. Le centre de chacun de ces parterres est agrémenté d’une sculpture bordée de vivaces dont celle, au sud, représente un putto tenant le taillés en boule sont disposés le long de la terrasse à l’ouest. Deux sculptures de lions encadrent montés en espalier et contre-espalier contre les murs du potager. Le mur d'enceinte à l'ouest est flanqué verger dont le tracé géométrique s’organise en quatre parcelles fleuries autour d’une plate-bande
    Illustration :
    La terrasse des Fontaines florentines depuis le sud-est. IVR24_20173701135NUCA Terrasse des devants : le portail d'accès aux jardins. IVR24_20163702836NUCA Vue d'ensemble du potager depuis le sud-ouest. IVR24_20163703017NUCA Colonne provenant des jardins de Chanteloup dans le parc du château. IVR24_20163703023NUCA Le vide-bouteille. IVR24_20163703020NUCA Le Belvédère. IVR24_20163703022NUCA Le "grand canal" situé en dehors de l'enceinte du domaine. IVR24_20173700081NUCA
  • Bigoureau : maison
    Bigoureau : maison Lureuil - Le Bigoureau - 1 - en écart - Cadastre : 2015 D 1096 1812 D 594, 595-597
    Historique :
    Il ne reste rien des bâtiments représentés sur le plan cadastral de 1812. L'édifice actuel aurait
    Localisation :
    Lureuil - Le Bigoureau - 1 - en écart - Cadastre : 2015 D 1096 1812 D 594, 595-597
    Illustration :
    Des bâtiments (disparus) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 594, 595, 597 ), dans le haut de l'image (gauche de la route). (Archives départementales de l'Indre Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20163600159NUC2A
  • Mallet : ferme
    Mallet : ferme Néons-sur-Creuse - Mallet - 16 rue des Petits Ponts - en écart - Cadastre : 2015 D 100 1812 D 103
    Historique :
    Le logement secondaire est porté sur le plan cadastral de 1812. Il a été daté par dendrochronologie arbalétrier : entre 1467 et 1472 ; ARC17/R4229D1). Le reste de la ferme date de la seconde moitié du 19e siècle. Le logement principal a été remanié au tournant du 21e siècle.
    Description :
    -étable. Toutes les toitures, à longs pans et à pignons couverts, sont en tuile plate. Le logement surcroît. Son accès est en mur-pignon. Il possède un sous-sol vouté. Le logement secondaire, enduit et en son entrée, située en mur gouttereau (ouest), est chanfreiné. Le logement est à pièce unique (peut engravé dans le mur ouest (celui du mur est ayant été supprimé). Les solives, traversantes, prennent appui est partiellement enduite. L'accès s'effectue par le mur gouttereau (sud). Sa charpente est à
    Annexe :
    composé d’éléments en place du rez-de-chaussée et du comble. La charpente du comble comprend 1 ferme. Le poinçon et l’arbalétrier est ont été retenus. Le plafond du rez-de-chaussée est composé de solives sur le poteau portant la poutre 3 ont été retenus. Les éléments architecturaux ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 24 octobre 2016 du rez-de-chaussée et le poteau de cet ancien logement de ferme sont homogènes, issus d’arbres abattus entre 1479 et 1484. Le poinçon et l’arbalétrier ont été abattus entre 1467 et 1472.
    Illustration :
    Le logement secondaire est porté sur le plan cadastral de 1812 (parcelle D 103), dans le centre de Vue du logement principal depuis le sud IVR24_20163600793NUC2A Vue du logement secondaire depuis le sud-est IVR24_20163600801NUC2A Vue de la grange-étable depuis le sud IVR24_20163600794NUC2A
  • Petit-Roche : ferme
    Petit-Roche : ferme Néons-sur-Creuse - Petit-Roche - 13-18 - en écart - Cadastre : 2015 C 226, 227, 228, 230 1812 C 1270, 1271
    Historique :
    Le logement semble figurer sur le plan cadastral de 1812, l’étable également mais elle a
    Description :
    . L'accès s'effectue par les murs gouttereaux. Le logement, orienté est-ouest, est en rez-de-chaussée. A
    Illustration :
    le logement semble porté sur le plan cadastral de 1812 (parcelles C 1270, 1271), dans le centre de Vue du logement depuis le nord IVR24_20163600638NUC2A Vue du logement, le four et du toit à porcs depuis le nord-ouest IVR24_20163600648NUC2A Vue de la grange depuis le sud IVR24_20163600645NUC2A Vue de l'étable (aujourd'hui maison) et son pigeonnier, depuis le sud-ouest IVR24_20163600647NUC2A
  • Thais : ferme, actuellement maisons
    Thais : ferme, actuellement maisons Néons-sur-Creuse - Thais - 53-59 route de Marigny - en écart - Cadastre : 2015 A 3, 86 1812 A 35, 36
    Historique :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812. Elle semble avoir été reconstruite entre 1883
    Description :
    plate. Le logement, enduit, est en rez-de-chaussée à comble à petit surcroît. L’accès s'effectue par le
    Illustration :
    Une ferme aux dimensions comparables à l'édifice actuel est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 35, 36), dans le haut gauche de l'image. IVR24_20153600043NUC2A Vue du logement (double ?) d'origine de la ferme depuis le sud-est IVR24_20163600595NUC2A Vue du logement d'origine depuis le nord-ouest IVR24_20163600592NUC2A Vue de l'ancienne grange-étable (aujourd'hui maison) depuis le nord IVR24_20163600593NUC2A
  • Rues : maison
    Rues : maison Lureuil - Les Rues - 8 - en écart - Cadastre : 2015 A 596 1812 A 477, 478
    Historique :
    La maison correspond à l'extrémité ouest d'un long bâtiment porté sur le plan cadastral de 1812
    Illustration :
    Une maison différente de l'actuelle et une dépendance sont portées sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 477 et 478), dans le haut de l'image. (Archives départementales de l'Indre Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20163600307NUC2A Vue de la maison depuis le sud-est. IVR24_20163600308NUC2A
  • Monteboeuf : maison 02
    Monteboeuf : maison 02 Néons-sur-Creuse - Monteboeuf - - en écart - Cadastre : 2015 A 506 1812
    Historique :
    La maison pourrait avoir été construite dans le dernier quart du 19e siècle, peut-être vers 1883
    Illustration :
    Vue de la maison depuis le sud-ouest IVR24_20163600674NUC2A
  • Bourg : maison (3 rue du Pigeonnier)
    Bourg : maison (3 rue du Pigeonnier) Lureuil - Bourg - 3 rue du Pigeonnier - en village - Cadastre : 2015 B 565, 566 1812 B 458, 459, 460, 461
    Historique :
    La maison est peut-être portée sur le plan cadastral de 1812. Ses caractères morphologiques double dont les premiers accès ont été condamnés (réduction en fenêtres) dans le mur gouttereau est (voire dans le mur-pignon sud). La remise, accolée à la maison, a été ajoutée à la fin du 20e siècle. Un . Encore visible sur un cliché aérien vertical de 1951, il abritait le four banal de Lureuil (information départementales de l'Indre, H 607, H 608 ; Aude 2015). En 1734-36, le four banal consiste en "grand corps de logis
    Référence documentaire :
    Mission photographique C1926-0071_1951_CDP763_0001. Prise de vue le 06/06/1951, échelle 1/12597
    Illustration :
    Deux maisons (et probablement le four banal) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles B 458, 459, 460, 461), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20153600497NUC2A
  • Bourg : colombier (rue du Pigeonnier)
    Bourg : colombier (rue du Pigeonnier) Lureuil - Bourg - rue du Pigeonnier - en village - Cadastre : 2015 B 338 1812 B 455
    Historique :
    Ce colombier à pied demeure le seul vestige bâti de l’ancienne commanderie de Lureuil. Comme l’indique la pierre gravée surplombant la porte de l’élévation est, le bâtiment a été construit en 1692 coulombier, (…) devant le château, qui a esté basty par feu Mr de la Feuillère cy-devant commandeur (…)" (Archives départementales de l'Indre, H 616). Il s’agit de Claude de Montagnac, dit le chevalier de Larfeuillère, qui a présidé aux destinées de la commanderie de 1685 à 1709. Le procès-verbal d’une visite atteste, en 1769, du bel état de l’édifice : "(…) [nous] sommes allés visiter le colombier ou soit fuie ). Acquis par la commune de Lureuil le 25 juin 1999, le colombier a été restauré, pour l’extérieur, en 2000
    Description :
    faîtage (en forme de pigeon). Elle possède également une lucarne à fronton. Le randier qui fait le tour du bâtiment, sert de reposoir pour les pigeons à leur sortie des trous d’envol. Le colombier possède deux
    Illustration :
    Le colombier est porté sur le plan cadastral de 1812 (parcelle B 455), dans le haut de l'image Vue générale du colombier depuis le sud. IVR24_20163600358NUC2A Vue du colombier depuis le sud. IVR24_20153600595NUC2A
  • Bourg : école libre, actuellement salle des fêtes (4 place de l'Église)
    Bourg : école libre, actuellement salle des fêtes (4 place de l'Église) Lureuil - Bourg - 4 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 352 1812 A 895 à 898
    Historique :
    Des bâtiments sont portés à l'emplacement de la salle des fêtes en 1812 sur le plan cadastral. Ils le dernier quart du 19e ou au début du 20e siècle avec le concours financier de la famille de Bors , propriétaire, dès le milieu du 19e siècle, du château de Brosse (Aude et al. 2015). Par opposition, l'école dans le dernier quart du 20e siècle. Il a été remanié.
    Illustration :
    Des bâtiments (dont une maison), aujourd'hui disparus (?) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 895 à 898), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre Vue de la salle des fêtes depuis le sud-ouest. IVR24_20153600537NUC2A Vue des annexes de la salle des fêtes depuis le sud. IVR24_20153600538NUC2A
  • Bourg : ferme puis maison (2 place de l’Église)
    Bourg : ferme puis maison (2 place de l’Église) Lureuil - Bourg - 2 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 353 1812 A 899, 900, 901
    Historique :
    sur le plan cadastral de 1812. Elle a été convertie en maison dans la seconde moitié du 20e siècle un accès aux combles dans le mur-pignon ouest de la maison (Archives municipales de Lureuil, 1 O).
    Illustration :
    La maison semble figurer sur le plan cadastral de 1812 (parcelle A 899), dans le centre de l'image L'ancienne ferme (avec l'ensemble des bâtiments agricoles) est visible dans le haut-droit (près de Vue de la maison depuis le sud-est. IVR24_20153600535NUC2A Vue de l'étable depuis le sud-est. IVR24_20153600534NUC2A
  • Bourg : presbytère (14-16 place des Marronniers)
    Bourg : presbytère (14-16 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 14-16 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 C 2, 3 1812 C 52, 53
    Historique :
    Le presbytère de Néons a été bâti en 1783. L’inscription où figure cette date cite le commanditaire , prenant le surnom de Mathieu (Sécheresse 2019, Plaux 2013). L’édifice a subi de légers remaniements au le plan cadastral de 1812. Sa construction pourrait être contemporaine de celle du presbytère. Elle a Néons 1 O). Il est encore visible sur une vue aérienne du milieu du 20e siècle (Lerat 2002). Le four à
    Référence documentaire :
    LERAT, Stéphane. Tournon-Saint-Martin et ses environs, d'Azay-le-Ferron à Mérigny. Alan Sutton
    Description :
    Le presbytère se compose de deux bâtiments accolés et orientés nord-ouest/sud-est. Ils sont partiellement enduits et couverts de tuile plate. Le bâtiment ouest est en rez-de-chaussée et à accès en mur gouttereau. Sa toiture , à longs pans, est à une croupe. Le bâtiment oriental est plus haut et implanté sur
    Illustration :
    Le presbytère et sa dépendance (sans le four à pain) est porté sur le plan cadastral de 1812 Le presbytère et son mur de clôture sont visibles sur cette vue aérienne du bourg de Néons-sur Le presbytère est au second plan, devant l'église sur cette carte postale du début du 20e siècle Vue du presbytère depuis le nord-ouest IVR24_20183600668NUCA Vue de la dépendance depuis le nord-est IVR24_20153600219NUC2A Vue du four à pain (provenant le ferme de la Petite Couture) IVR24_20153600222NUC2A
  • Bourg : croix de mission (Jardins de la Cure)
    Bourg : croix de mission (Jardins de la Cure) Néons-sur-Creuse - Bourg - Jardins de la Cure - en village - Cadastre : 2014 C 4
    Référence documentaire :
    p.76 LERAT, Stéphane. Tournon-Saint-Martin et ses environs, d'Azay-le-Ferron à Mérigny. Alan Sutton
    Illustration :
    Vue de la croix monumentale depuis le sud-ouest IVR24_20153600058NUC2A
  • Bourg : ferme, actuellement maison (16 rue de la Vieille Croix)
    Bourg : ferme, actuellement maison (16 rue de la Vieille Croix) Néons-sur-Creuse - Bourg - 16 rue de la Vieille Croix - en village - Cadastre : 2015 B 60, 61
    Historique :
    La ferme portée sur le plan cadastral de 1812 n’existe plus à l’exception du petit bâtiment à
    Illustration :
    De la ferme portée sur le plan cadastral de 1812, il ne reste que l'étable à l'entrée condamnée en bord de rue (parcelle B 593), dans le centre de l'image. IVR24_20153600028NUC2A Vue des granges-remises depuis le nord-est IVR24_20153600176NUC2A
  • Hôtel (16 place Richelieu)
    Hôtel (16 place Richelieu) Amboise - 16 place Richelieu - en ville
    Historique :
    récentes lui ont ôté tout son caractère. Les photographies anciennes le présentent avant restauration. Sa construction en pierre de taille et les deux lucarnes qui percent le toit informent sur son statut d'hôtel et non de simple maison, mais orientent aussi la datation de l'édifice vers le milieu du XVIe siècle.
    Description :
    cheminée ait été installée contre chacun des murs pignon. Le toit à deux versants semblait reposer sur une tourelle en pan-de-bois et brique assure la distribution ; il est possible qu'elle soit originale. Le portail qui jouxte le bâtiment est en revanche postérieur au premier état. D'après le style des lucarnes
  • Beauregard : château dit château de Beauregard
    Beauregard : château dit château de Beauregard Villedômer - Beauregard - en écart - Cadastre : 1835 D 946 1835 D 947 1835 D 948 1835 D 949 1835 D 950 1835 D 951 2014 D 1704 2014 D 1705 2014 D 988 2014 D 992 2014 D 994
    Historique :
    C'est un ancien fief, dont le plus ancien seigneur connu serait Gaucher d'Aloigny, en 1443. Il appartient ensuite par alliances, aux familles de Thaix (entre 1475 et 1535) et Brossin (entre 1535 et le milieu du 17e siècle). Le fief semble avoir été précocement partagé entre plusieurs familles : Marie Gallant, décédé le 29 novembre 1650, était écuyer de La Bénardière, de La Coste et de Beauregard à cette époque. Le 28 décembre 1701, deux lots sont constitués pour François de Mareschau, chevalier seigneur de est aujourd'hui détruite) et fait créer l'avenue en 1825. Le château est acheté à la famille Durand en Mirault) en 1861. Le château, mentionné en 1719 comme presque totalement en ruine, a probablement été restauré dans le premier quart du 18e siècle. En 1852, Mme Gillet achète la propriété composée "de vieux ?], architecte à Tours". Le projet n'est pas mené dans sa totalité : seuls l'aile nord du château, les jardins supprimées au début du 21e siècle. Le pigeonnier présent sur le plan cadastral napoléonien est mentionné dès
    Description :
    Le château est un édifice en rez-de-chaussée et étage de comble, construit en moellon crépi et . Le pavillon nord, à un étage carré et étage de comble, est construit en brique et pierre de taille (encadrements des baies, cordons, corniche) et couverte d'un toit conique en ardoise. Le logis du régisseur est construite en pierre de taille et brique (partie centrale) et en pan de fer et verre (parties latérales). Le brique. Une frise constituée de croix en brique marque la séparation entre le rez-de-chaussée et le comble. Le pigeonnier possède 105 trous de boulins.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-est. Carte postale, début du 20e siècle. IVR24_20143703527NUCAB Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR24_20163702249NUCA
  • Bourg : grange, actuellement salle des fêtes (1 place des Marronniers)
    Bourg : grange, actuellement salle des fêtes (1 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 1 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 B 44, 248
    Historique :
    sur une grange communale -cf. dossier IA36010035-) en 1998 (AM Néons -fonds non classé-). Le bâtiment
    Illustration :
    Vue de la salle des fêtes communale depuis le nord-est IVR24_20153600074NUC2A
1