Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Valmer : château dit château de Valmer
    Valmer : château dit château de Valmer Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 446 1816 B1 467 1816 B1 468 1816 B1 469 1816 B1 470 1816 B1 471 1816 B1 473 1816 B1 474 1816 B1 475 1816 B1 476 1816 B1 477 1816 B1 478 1816 B1 479 1816 B1 480 1816 B1 481 1816 B1 483 1816 B1 484 1816 B1 485 1816 B1 490 1816 B1 491 1816 B1 492 1816 B1 493 1816 B1 494 1816 B1 495 1816 B1 496 1816 B1 497 1816 B1 498 1816 B1 499 1816 B1 500 1816 B1 501 1816 B1 502 1816 B1 503 1816 B1 504 1816 B1 505 1816 B1 506 1816 B1 507 1816 B1 508 1816 B1 509 1816 B1 510 1816 B1 511 1816 B1 513 1816 B1 514 1816 B1 515 1816 B1 516 2018 B 133 2018 B 143 2018 B 144 2018 B 145 2018 B 146 2018 B 147 2018 B 148 2018 B 149 2018 B 150 2018 B 151 2018 B 152 2018 B 153 2018 B 154 2018 B 155 2018 B 156 2018 B 157 2018 B 158 2018 B 159 2018 B 160 2018 B 161 2018 B 162 2018 B 163 2018 B 166 2018 B 168 2018 B 170 2018 B 703 2018 B 704 2018 B 707 2018 B 708 2018 B 712 2018 B 713 2018 B 714
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    . De la forteresse primitive, il reste encore aujourd'hui la douve et un escalier en vis reliant la douve à la terrasse de Léda. Dans la deuxième moitié du 16e siècle, il appartient à la famille Coustely salon depuis 1890. Valmer appartient à Nicolas de Chaban en 1746, puis à la famille Valleteau de , d'importants travaux de restauration entrepris par Félix Duban (1847-1848), Jules Potier de la Morandière (1855 Ancien fief relevant de Boissé (Reugny) et Chançay appartenant à Catherine de Bueil en 1434. Le château fut édifié entre 1524 et 1529 par Jean Binet, maître d'hôtel du roi de Navarre et maire de Tours travaux de transformation : château, édification des communs, du pigeonnier (date portée : 1659) et du portail d'entrée à fronton triangulaire, ainsi que la création des jardins en terrasse. Il fait également construire le "Petit Valmer" en 1647 dont l'aile ouest accueille à partir de cette date une chapelle , restaurée en 1828 par Thomas de Valleteau de Chabrefy, propriétaire, et Fayon, peintre, et transformée en
    Référence documentaire :
    VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de France : la Touraine. Paris : F. Contet, 1929. VIEIRA, Ludovic. Deux architectes célèbres au château de Valmer à Chançay : F. Duban et J. de la Morandière (1847-1856). Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. 47, 2001, p. 153-168. Cartes postales de Touraine : Chançay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 052). CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition). p. 21-27 MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série. CLD, 1979. PRALUS, Sylvie Anne. Valmer, un jardin en Touraine du XVIIe siècle à nos jours. Reims : Mémoire de Maîtrise : Université de Reims Champagne-Ardenne : 2003. p. 252-254 RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. Joseph
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    moellon enduit. La pierre de taille est utilisée pour l'encadrement des baies, les chaînes d'angles et la de communs. Un pont en pierre enjambant la douve (fossé sec) permet d'accéder à la cour d'honneur (terrasse des fontaines florentines), autour de laquelle s'organisent la chapelle troglodytique à l'est au nord de ces bâtiments. Située à l'est de la cour d'honneur, la haute terrasse plantée de successivement la terrasse de Léda, la terrasse des vases d'Anduze et le jardin potager. A l'ouest de la voie bordée de marronniers, terminée par une demi-lune, aboutissant à un portail à bossage surmonté d'un fronton échancré qui donne accès à une avant-cour (terrasse des devants) bordée à l'est de trois bâtiments édifice en rez-de-chaussée surmonté d'un étage de comble, composé d'un corps de logis rectangulaire auquel corniche. Les deux corps de logis sont couverts de toits à longs pans et croupes en ardoise. L'étage de charmilles surplombe l'ensemble du site. En descendant vers l'ouest depuis la cour d'honneur, on traverse
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Potier de La Morandière Jules-Édouard [auteur commanditaire] Valleteau de Chabrefy Thomas
    Titre courant :
    Valmer : château dit château de Valmer
    Dates :
    1659 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Elévation de la façade ouest. Modifications projetées par Léon Brey, architecte, en 1889 (projet Elévation de la façade sud. Restaurations et adjonctions projetées par Léon Brey, architecte, en Elévation de la façade ouest. Projet non signé, non daté (Léon Brey, 1889 ?). (Collection Elévation de la façade sud. Projet non signé, non daté (Léon Brey, 1889 ?). (Collection Château, détail de la porte de la façade nord (édifice détruit). Carte postale du début du 20e Plan général du parc de Valmer en 1695. (Collection particulière, château de Valmer Vue du château de Valmer en 1695. (Collection particulière, château de Valmer Vue du château de Valmer, non datée (17e siècle ? 18e siècle ?). (Collection particulière, château de Valmer). IVR24_20143703579NUCA Plan du rez-de-chaussée et du premier étage. Etat et modifications projetées par Léon Brey
  • Hôtel Maison Usu Vetera Nova (1 rue Pierre de Blois)
    Hôtel Maison Usu Vetera Nova (1 rue Pierre de Blois) Blois - 1 rue Pierre de Blois - en ville - Cadastre : 1980 DO 463
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    soubassement ouvertures en forme d' archère ; Milieu 16e siècle : ensemble de la construction pour Jacques distributions, vestibule, escalier, restauration de la façade ouest. 13e siècle : vestiges de construction médiévale, pignon ouest fenêtre et peinture murale, étage de Viart receveur du domaine et comte de Blois, composition des façades, porte d'entrée avec inscription usu vetera nova, vantail de porte à décor en perspective ; Quatrième quart 19e siècle : reprise des
    Référence documentaire :
    . Bail emphytéotique du chapitre de la collégiale Saint-Sauveur, à Jacques Viart. Le 28 juin 1525. p. 13-14 CAUCHIE, A. Vieilles rues, vieux logis, leurs habitants. Mémoires de la société des p. 149 DE LA SAUSSAYE, Louis. Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois Archives départementales de Loir-et-Cher. Série F : F 242. Titres de propriété 1465, 1472, 1525 Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, XXVIIIe volume, 1930, t. XXVIII, 1930, p. 12-15. p. 220 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers p. 189 LESUEUR, F. Les anciennes maisons. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
    Représentations :
    Entablement ; console ; support : façade sur rue ; porte d' entrée ; vantail de porte ; comble
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Localisation :
    Blois - 1 rue Pierre de Blois - en ville - Cadastre : 1980 DO 463
    Titre courant :
    Hôtel Maison Usu Vetera Nova (1 rue Pierre de Blois)
    Illustration :
    Vue de situation ; maison à droite sur l'image IVR24_19834100102XB Vue d'ensemble : pignon nord sur rue Pierre de Blois. Façade ouest sur rue des Juifs
  • Bourg : église paroissiale Notre-Dame
    Bourg : église paroissiale Notre-Dame Frazé - le Bourg - en village - Cadastre : 1813 E2 371 2016 AB 15
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    . L'église est considérée comme le seul vestige qui a résisté à la mise à sac de la cité par les Anglais vers 1420. À la fin du 15e ou au début du 16e siècle - époque de la reconstruction du château par Florentin Girard de Barenton - l'édifice est réaménagé : percement de baies gothiques, réfection entière de la charpente et de la toiture. Face à l'accroissement de la population, la capacité du sanctuaire est augmentée puis à la Vierge, formant un alignement de quatre travées à pignons. Superbe composition de la Renaissance, le portail ouest porte la date 1550 ainsi que les armoiries de Louis de Girard et Madeleine de la Vove, commanditaires présumés. Deux litres funéraires, dont une réalisée en 1598 en la mémoire de , maçon, et Lubin Valet, charpentier), construction de la sacristie en prolongement du bas-côté à l'est - elle occupait initialement le fond de l'abside -, construction d'un corridor en 1873 reliant la L'église paroissiale Notre-Dame remonte au 11e ou au 12e siècle, en ce qui concerne la partie la
    Observation :
    connue, - la présence du portail sud : une splendide réalisation Renaissance, - son décor intérieur de
    Référence documentaire :
    bâtiments de la commune de Frazé, par l'agent-voyer cantonal le 8 août 1854. p. 18-19 OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. p. 64-65 CASSAIGNE, Pascal, SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Présence du Perche, La Loupe : Les
    Description :
    pierre de taille calcaire, est flanquée à l'angle nord-ouest de l'édifice. L'accès à la nef se fait à l'ouest par un portail de style gothique. En anse de panier, la porte à encadrement mouluré est encadrée fleuron en partie sommitale. Au dessus de la porte, une rosace de style gothique flamboyant éclaire la partie ouest du sanctuaire. Au sud, se situe un second portail de style Renaissance donnant dans la commanditaires, Louis de Girard et Madeleine de la Vove. Également présent sur la frise, un phylactère est gravé de la date 1550. Les pignons découverts sont ornés de rampants sculptés à choux frisés. La pierre -gothique, concerne essentiellement le chœur et la chapelle de la Vierge (quatrième travée du bas-côté d'enduit ocre sont surtout visibles sur les murs extérieurs de la première travée du bas-côté. Les moulurées sont en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans et à croupe arrondie (abside ) couverts en tuile plate, à l'exception de la flèche octogonale couverte en ardoise, dont la structure
    Auteur :
    [commanditaire] La Vove (de) Madeleine [commanditaire] Girard (de) Louis
    Dates :
    1550 porte la date
    Annexe :
    1846. (AD d'Eure-et-Loir, 4 Z 145). [...] A) La demande faite par M. lecomte curé de cette paroisse de de la voûte du sanctuaire régulièrement espacées des deux côtés de l'abside terminée en hermine et en tout semblables à celles qui existent déjà en groupe à l'entrée de la dite abside. 2° De plusieurs la poutre qui communique du sanctuaire à la sacristie, et de celle figurative qui est en face dans la partie nord de l'abside. 4° Du plafond en plâtre de la coquille d'un saint ______ avec arceaux, et aussi d'arcade qui _____ _____ reposé sur la grande _____ colonne qui existent déjà à droite et à gauche de la bois et pour suite ou donnerait au moyen de la peinture à tous les ornements la couleur de la de leurs divers travaux s'élèveraient à la somme de dix huit cent cinquante sept francs : Considérant 1° Que le sanctuaire est la partie principale de l'église et que par conséquent elle doit être produite de la fonte des neiges qui pénètre entre les tuiles ne descendrait plus sur l'autel, ne salirait
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Plan partiel de la toiture, dressé à l'occasion de la restauration du clocher en 1906 par Ferdinand Élévation partielle de la toiture, dressée à l'occasion de la restauration du clocher en 1906 par Angle nord-ouest, vue de détail de la tour d'escalier hors-oeuvre (état en 2010 Élévation sud, vue de détail du pignon de la seconde travée du bas-côté (état en 2010 Élévation sud, portail latéral, vue de l'entablement supérieur et de la frise Extrait du cadastre de 1813, section E2 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800276NUCA Massif occidental, vue de détail des ouvertures. IVR24_20172800237NUCA Bas-côté sud, vue de détail du pignon ouest, orné de bestiaire et de crochets Élévation sud, vue de détail du portail latéral. IVR24_20172800226NUCA Élévation sud, portail latéral, vue de détail de l'atlante. IVR24_20172800227NUCA
  • Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort
    Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Construction d'un moulin banal par Adam de Hodon en 1546, rapidement rattaché à la seigneurie de Cher. En 1794, la commission des Bien Nationaux ne le saisit pas. En 1825, le comte de Villeneuve Chenonceau. Il brûle entre 1560 et 1565. En 1733 il fait toujours partie du domaine de Chenonceau, racheté par Claude Dupin. Celui-ci fait construire un pont en bois pour relier le moulin à la rive droite du , ont été conservés jusqu'à hauteur des corniches. Au-dessus de l'arche une partie du mur du logis était dans les années 1920, le moulin transformé en habitation est restauré vers 1985 puis 2011-2015. Sur la façade nord, une pierre aux armes de Diane de Poitiers a été sculptée au cours du dernier quart du 20e
    Observation :
    Avant-becs et piles d'origine. Escalier aménagé dans l'une des piles. Point de vue exceptionnel sur
    Référence documentaire :
    p. 451-460. GELLY, Hubert. A propos du Moulin Fort à Chisseaux. Bulletin de la société p. 240-242 CHEVALIER, Casimir (abbé). De la navigation commerciale de la Loire au XVe et au XVIe siècles. Pièce justificatives. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1865. archéologique de Touraine, Tome LXI, 1996. bâtiments de France. Paris : Picard/Le Passage/Cité de l'architecture et du patrimoine, 2010.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    ilets orientés est-ouest. Construit en pierre de taille, il comprend deux piles massives pourvues roue. Côté ouest, un escalier droit descendant au ras de l’eau est aménagé dans la pile sud qui est plus longue que l’autre. La pile abritant l'escalier est surmontée par un petit corps de logis tourelles. Il ne reste que la partie inférieure de celle située au sud, tandis que l’autre a été entièrement reconstruite en pierre de taille de tufeau et couverte d’un toit conique en ardoise. Le corps de logis est construit en pierre de taille de tufeau, tant pour les parties conservées d'origine que pour celles Le Moulin Fort est édifié en contrebas de l’église paroissiale, dans le cours du Cher, entre deux d’avant becs triangulaires à l’est, reliées par une arche en plein cintre sous laquelle était fixée la quadrangulaire couvert d'un toit à croupe en ardoise. Côté est, les avant-becs portent les culs de lampes de deux reconstruites. Il est couvert d’un haut toit en pavillon en ardoise, agrémenté de trois lucarnes au nord tandis
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    d’Anne de Bretagne) acquiert les terres de la Chervière à Chisseaux et Vrigny à Saint-Georges-sur-Cher installé auparavant. Le projet est soumis à l’approbation de la communauté des marchands « fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendant en icelle » qui donne son accord en 1546 ; la même année, Hodon du château antérieur à 1576 puisque la construction de la galerie sur le pont n’est pas commencée l’inclut au domaine de Chenonceau. L’ancien moulin banal de la seigneurie de Chenonceau installé sur devient la propriété de Claude Dupin lorsque ce dernier achète Chenonceau. Le moulin semble être en plans de l’ingénieur Martin Pascot ; la desserte de Port Olivier fut ainsi améliorée. En 1794, le échoit à la famille de Villeneuve. Le plan cadastral de 1824 atteste qu’on pont comportant cinq piles à et bases des tourelles). La famille Menier, propriétaire du château de Chenonceau, reconstruit la Entre 1540 et 1542, Adam de Hodon, ambassadeur de Renée de France (seconde fille de Louis XII et
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section C1, 1824 ; détail de l'île reliée à la rive droite du Le Cher en amont du moulin ; vue prise depuis la pointe Est de l'île. IVR24_20123701902NUCA Vue d'ensemble prise de l'ouest avec l'escalier aménagé dans la pile sud. IVR24_20123701918NUCA Vue prise de l'est avec l'avant bec de la pile sud aménagé en terrasse. IVR24_20123701912NUCA Fac-similé d'un plan tiré du chartrier du château de Chenonceau. IVR24_19753704188Z Plans de l'étage, plan au niveau de l'eau, plan au niveau des terrassons. Extrait d'un fac-similé du chartrier de Chenonceau. IVR24_19753704190Z de Chenonceau. IVR24_19753704191Z Plans, coupes et faces de diverses parties. Fac-similé extrait du chartrier de Chenonceau L'île du Moulin Fort depuis la rive droite du Cher. IVR24_20123701885NUCA
  • Maison (14 rue des Papegaults)
    Maison (14 rue des Papegaults) Blois - 14 rue des Papegaults - en ville - Cadastre : 1980 DO 443
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Milieu 16e siècle : ensemble de la construction, porte d'entrée, baies cintrées du premier étage  ; 18e siècle : reprise des fenêtres du rez-de-chaussée ; Qautrième quart 20e siècle : dénaturation des
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
  • Maison (41bis rue du Commerce)
    Maison (41bis rue du Commerce) Blois - 41bis rue du Commerce - en ville - Cadastre : 1980 DN 221
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Milieu 16e siècle : ensemble de la construction, composition déjà classique des façades sur cour , pilastres composites, entablement en pan de bois, décor des murs latéraux de la cour ; 17e siècle : reprise de galerie de circulation à balustres de bois ; 20e siècle : dénaturation de la façade sur rue. de l' escalier sur cour, sans doute à l' emplacement d' un escalier à vis, adjonction de deux étages
    Référence documentaire :
    p. 188 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers DAUDIN, P. Curiosités artistiques dans les vieilles cours de Blois. Brochure dactylographiée, C. R . 141, s. d. vers 1960. Arch. Dép. de Loir-et-Cher. p. 189 LESUEUR, F. Les anciennes maisons. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
    Représentations :
    Dard ; support : murs latéraux de la cour ; sujet : bacchus ; mars ; cérès ; vénus ; support  : coupole du puits ; sujet : buste de laocoon ; support : façades sur cour.
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Bâtiment est. Façade sur cour : rez-de-chaussée et puits. IVR24_19844100480X Bâtiment est, façade sur cour, 1er étage. Détails : corps de moulures et chapiteaux
  • Hôtel (17 rue du Palais)
    Hôtel (17 rue du Palais) Blois - 17 rue du Palais - en ville - Cadastre : 1980 DO 505
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    nord, mouluration des fenêtres ; devis de réparations en 1746 : reprise du bâtiment, construction du siècle 19e siècle : aménagements de deux cabinets ovales avec voûte peinte, boiseries, cheminée, parquets de marqueterie ; 4e quart 19e siècle : construction du bâtiment est, distributions, construction d
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. Série G : G 1053. Inventaire des titres des biens de la Archives privées. Acte de vente par Pierre Jacques Druillon à François Neils de la Fosse ; le 13 marelle de l'église Saint-Solenne, cathédrale de Blois ; p. 17 et 103-104 (1589-1740). Archives privées. Marché de réparations ; le l er septembre 1746. p. 302 COSPEREC, Annie. Blois : la forme d'une ville. Paris : Imprimerie nationale, 1994. (Cahiers
    Représentations :
    Support : couvrement du cabinet du rez-de-chaussée, sujet : ciel avec amours tirant un voile
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Bâtiment nord, salon du rez-de-chaussée, détail : couvrement, voûte plate peinte Bâtiment nord, salon du rez-de-chaussée, détail : parquet lambrissé. IVR24_19914100639VA Bâtiment nord, salon du rez-de-chaussée. Détail : lambris de revêtement et cheminée Bâtiment nord, salon 1er étage. Détail : cheminée (remploi provenant du rez-de-chaussée
  • Maison (2 place Saint Louis)
    Maison (2 place Saint Louis) Blois - 2 place Saint Louis - en ville - Cadastre : 1980 DO 82
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Milieu 16e siècle : ensemble de la construction, porte d'entrée cantonnée de pilastres à chapiteaux
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
  • Hôtel (16 place Richelieu)
    Hôtel (16 place Richelieu) Amboise - 16 place Richelieu - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    construction en pierre de taille et les deux lucarnes qui percent le toit informent sur son statut d'hôtel et non de simple maison, mais orientent aussi la datation de l'édifice vers le milieu du XVIe siècle.
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Description :
    La description qui suit se réfère au cliché ancien présentant un état proche de l'état primitif corniche qui s'interrompait au niveau des lucarnes, si bien que les allèges en pierre de taille nue , comme sur l'hôtel de la placette Saint-Florentin par exemple. Aujourd'hui, une vis placée dans une tourelle en pan-de-bois et brique assure la distribution ; il est possible qu'elle soit originale. Le . Présentant sa rive sur l'actuelle place Richelieu, l'hôtel s'élevait sur trois niveaux, dont un niveau de élançaient la construction encore davantage. Les rampants du toit semblent avoir reçu une cape à la française visibles sur les clichés, la construction pourrait dater du milieu du XVIe siècle.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue générale ancienne de la façade donnant sur la place Richelieu, vers 1950, cliché Bernard Vitry Vue de la tourelle d'escalier en pan-de-bois. IVR24_20073700763NUCA
1